Quelle vision du monde, de l’homme, de Dieu…véhicule ce que tu lis ? L’exemple de « Partenaire avec Dieu en affaires » de Dennis Peacocke(1)

Point de vue dominant Le Baron noir, par Pétillon

Point de vue dominant
Le Baron noir, par Pétillon

Face au monde, écrivait John Stott, il existe deux attitudes pour les chrétiens : « la fuite ou l’engagement ».(« Le chrétien et les défis de la vie moderne », vol.1. Sator, 1987, p 26). Je rajouterai également celles-ci, avec les précédents : l’isolement, la conformité/la confusion, ou la distinction (dans le sens de l’engagement, sans compromis). Autant d’attitudes nourries par nos visions du monde, de l’homme, mais aussi de Dieu, de Jésus-Christ, de l’Evangile et de l’Eglise, de ce qui est « spirituel » et de ce qui « n’est pas spirituel », comme du sens de la vie.

De fait, il est d’autant plus essentiel d’étudier ces visions, telles qu’elles sont exposées et véhiculées dans tout média ou œuvre(et par-là même de la part de tout auteur), particulièrement une œuvre (ou un auteur) « chrétien(ne) » ayant la prétention d’être fondé(e) sur la Bible.

Ainsi, par exemple, quelle est la vision du monde, de l’homme, de Dieu…de l’ouvrage « Partenaire avec Dieu en affaires » de Dennis Peacocke(JEM éditions, 2008), dont on m’a parlé et que j’ai eu l’occasion de lire dernièrement ?

Dieu est-il notre "partenaire en affaires" ?

Dieu est-il notre « partenaire en affaires » ?

Il s’agit d’une étude sur la façon dont Dieu gère ses ressources afin que nous puissions gérer les nôtres de manière similaire. Le livre, comme l’explique son auteur en introduction, « est construit sur la base de douze concepts fondamentaux »* de gestion, de croissance et de productivité, « issus de lois économiques, sociales et organisationnelles. » Lui-même, fondateur et président de la Strategic Christian Services Inc.(une société qui aide les responsables à découvrir comment appliquer la vérité biblique aux églises, aux commerces et à la culture), déclare avoir « enseigné » et « affiné » ces principes sur une période de plus de vingt ans. « Ils concernent les thèmes fondamentaux aussi bien dans le cœur de Dieu que dans celui de l’homme. Ils sont présentés systématiquement, selon une certaine logique, mais pas nécessairement par ordre d’importance [quoique l’ordre présenté soit révélateur]. » Ces concepts sont « enracinés dans la vérité des Ecritures Saintes et, de ce fait », assure l’auteur, « s’ils sont appliqués correctement, ils fonctionnent. De fait, la vérité ne faillit jamais. »(op. cit., p 9)

Le livre est intéressant en ce qu’il nous incite à réfléchir au principe de la « bonne gestion » et à ce que signifie « être responsable ». Parmi les principes exposés, certains sont pertinents et bibliquement fondés, quand ils ne sont pas de « bon sens ». Ainsi le fait que la vie éternelle ne se limite pas au ciel et que les chrétiens ne sont pas sur Terre pour se focaliser « sur leur plan de retraite personnel, pour le futur, pour le royaume des cieux », mais qu’ils sont appelés à se focaliser sur « le projet que Dieu a pour eux sur la Terre »(Op. cit. pp 10-12) ; le rôle pédagogique de l’épreuve(op. cit., pp 27-28), ou le fait que l’économie n’est pas neutre. Avec pertinence encore, Dennis Peacocke nous met en garde contre l’hérésie dénoncée notamment par l’apôtre Jean dans ses épîtres : l’hérésie « dualiste » qui « spiritualise » et oppose, sépare le « spirituel » du « matériel » (op. cit., p 23). Or, Notre Dieu est vivant, créateur de tout ce qui vit et Dieu de la création comme de l’alliance. Il est donc concerné par le réel, intervenant et s’engageant dans le réel. « Dieu est Esprit »(Jean 4v24), mais Il s’est aussi incarné en Jésus-Christ(« la Parole faite chair » cf Jean 1v14, 1 Jean 4v2). De fait, les chrétiens, quoique « pas du monde », sont bien « dans le monde »(Jean 17v14-18) : ils ont donc tort de refuser de se préoccuper des questions qui s’y rattachent (op. cit., p 13). Et comme l’exprime Dennis Peacocke, « régner sur des choses réelles dans un monde réel »(est)la véritable question »(op. cit., p 29). Il s’agit donc de se garder de modèles idéalisés, qui marchent avec des gens parfaits », non ancrés dans le réel : nous y reviendrons.

Néanmoins, même si Dennis Peacocke affirme que son livre est fondé sur la Bible, je reste perplexe-quand je ne suis pas surpris-par certaines positions prises, comme par « la logique » et le choix de certains concepts. Lesquels m’ont paru justement révélateurs d’une certaine vision du monde, de l’homme, de Dieu…de l’auteur de « Partenaire avec Dieu en affaires ». Cette vision du monde est-elle bien entièrement et uniquement fondée sur la Bible ? Nous allons le voir.

Voici quelques remarques, que j’espère constructives, avec des principes alternatifs fondés sur la Bible[pour des raisons de longueur, je couperai ce billet en deux parties].

Premièrement, j’ai été interpellé par le choix du « concept directeur numéro 1 » exposé par l’auteur : « Dieu est le créateur de la propriété privée » (op. cit., pp 19-34). Un concept-clé qui parcours tout le livre et qui constitue, selon moi(au risque d’être caricatural), une sorte de « graal », un but à atteindre, voire une quête existentielle. Le problème (ni « le mal ») n’est pas dans la propriété privée en tant que telle. Mais le fait de considérer celle-ci comme « prioritaire » et « numéro 1 » peut être gênant surtout si on le compare avec ce que l’auteur dit de l’homme bien plus loin après, dans le concept…numéro 9 !(op. cit., pp 143-154)

Le problème est que le concept me paraît mal posé et même contradictoire avec ces autres affirmations de l’auteur : « Dieu a créé toutes choses(…)et Il les possède toutes(…)Dieu déclare être le seul vrai propriétaire de toutes choses »(op. cit. pp 22-23). C’est tout à fait exact. C’est bien ce que Dieu déclare dans Sa Parole. Dans ce cas, nous sommes donc « locataires » et non « propriétaires ». Nous ne sommes chez Lui qu’en tant qu’ « émigrés et hôtes »(Lévitique 25v23 ; 1 Chron.29v14-16 ;  Ps.50v9-15… cf 1 Pie. 1v1 ; 1 Pie.2v11).

En Genèse 2v15, Dieu prend l’homme et l’établit dans le jardin d’Eden « pour cultiver le sol et le garder ». Les verbes du travail et de la garde de la terre, « avad » et « shamar » sont les mêmes que celui du service dû à Dieu(cf Exode 10v26), relève Erri de Luca dans « Noyau d’olive »(Folio, p 47). « La terre est dans la sollicitude de Dieu. Les règles du repos sabbatique, un jour par semaine, un an tous les sept ans, marquent une insistance à la protéger d’une exploitation forcenée »(op. cit., pp47-48), comme si ses ressources étaient inépuisables. Nul ne peut donc se déclarer « propriétaire » du sol, comme de la vie, commente encore Erri de Luca(op. cit., pp 48, 111). Et nul n’a le droit d’exploiter et le sol et la vie(cf Lévitique 25 ; Deut.5v12-15 ; 24). De même que nous ne sommes pas plus « propriétaires » de la Parole, de l’Evangile ou de la vérité (nous pouvons en témoigner, l’affirmer, ou soutenir l’un et l’autre, mais nous ne les « possédons pas » cf 1 Tim.3v15). A ce propos, Erri de Luca, toujours, souligne que « le verbe shamar est traduit par « garder » quand il s’agit de la terre et « observer » quand on se réfère aux commandements de Dieu. « La terre est confiée comme écriture transmise »(op. cit., p 48).

Dieu fait de nous des « intendants », des gestionnaires, de ce qu’Il nous met à disposition ou nous confie, selon nos capacités. Nous sommes donc tous responsables et aurons à rendre compte de « notre bonne gestion »(sage et juste), sachant que l’ « on demandera beaucoup à qui l’on a beaucoup donné, et on exigera davantage de celui à qui l’on a beaucoup confié », dit le Seigneur Jésus (Luc 12v48-lire tout le chapitre). Mais ce que l’on attend avant tout d’un bon intendant ou gestionnaire, c’est qu’il soit « fidèle »(Matt.24v45 ; Matt.25v21-23 ; Luc 12v42 ; 1 Cor.4v2…), autant dans les petites choses que dans les grandes(Luc 16v10).

Le "Baron noir" de Petillon : "self made bird"

Le « Baron noir » de Petillon : « self made bird »

Or, rappelons-le, Dennis Peacocke pose pour « principe directeur numéro 1 » la propriété privée, et l’exploitation de biens et de ressources « aux dimensions et potentialités » qu’il estime « inimaginables »(« Partenaire avec Dieu en affaires », p 146). Et ce alors qu’il pose en « principe directeur numéro 9 »(soit bien après)le fait que, selon lui, « les hommes ne sont pas égaux(« notre véritable égalité se mesure en terme de responsabilité envers Dieu ») et « la redistribution économique n’y changera rien »(op. cit., pp. 143-144). Ces propos sur l’égalité(au sens où « tout le monde serait pareil », ce qui ne serait pas la justice) ne sont évidemment pas faux, puisque nous sommes tous différents, du moins en capacité, en besoin…[voir la façon dont Dieu a géré ces différents besoins et opèré la distribution de la manne en Exode 16, comme du partage de la terre promise en Josué 18v10 et l’attribution des villes libres pour les Lévites en Nombres 35v8 cf la Parabole dite des talents en Matt. 25v15-comparer avec Luc 19v13].

"Ce dont cet homme a besoin" ou le point de vue du dominant-bis, par Andy Singer

« Ce dont cet homme a besoin » ou le point de vue du dominant-bis, par Andy Singer

Néanmoins, ce concept pose une vision conservatrice du monde, semblant légitimer les inégalités et, surtout, délégitimant toute tentative(de l’état, surtout)de réguler, d’ajuster ou de corriger lesdites inégalités. (op. cit., p 144 et p 154-le seul rôle de l’état étant de « maintenir l’ordre »…). En cela, elle me paraît réductrice et même contradictoire avec ce que nous enseigne la Bible : ne sommes-nous pas tous égaux en dignité et en droit, étant tous créatures de Dieu, créés « à son image et selon sa ressemblance » ?(cf Gen.1v26-27 ; Actes 17v27)** D’autre part, cette fameuse « responsabilité », censée être « commune » à tous les hommes, n’est en réalité, (selon le point de vue de l’auteur)pas si partagée que cela-certains étant « plus responsables » que d’autres(devinez qui !). Nous y reviendrons en deuxième partie, qui sera publiée ultérieurement.

Or, en plus d’une vision « conservatrice » du monde, ce que semble communiquer (peut-être involontairement ou maladroitement)l’auteur de « Partenaire avec Dieu en affaires » est que ce que l’on possède passe avant la dignité humaine. Ou que l’on existe ou que l’on trouve du sens existentiel à travers ce que l’on possède. Ce qui est la norme du monde, mais pas de Dieu et de la Bible.

Mais que dit l’Ecriture ? Que « la vie d’un homme ne dépend pas de ce qu’il possède, fut-il dans l’abondance », comme l’enseigne le Seigneur Jésus-Christ en Luc 12v15(cf Luc 12v16-23 ; 16 ; 18v18-30). Ou encore que « Nu on vient au monde et nu on repart de ce monde » cf 1 Tim.6v7. D’ailleurs, dans les situations de crise ou de vie ou de mort, que vaut la propriété privée ? Pas grand-chose, comme l’enseigne la politique économique de Joseph, alors Vice-roi d’Egypte(Gen.47v13-26)-un exemple curieusement peu souvent étudié…

 

[A suivre. La suite prochainement, où nous verrons notamment plus en détail ce qui nous paraît avoir été certaines sources d’inspiration de Dennis Peacocke dans sa vision de Dieu, de l’homme, du pauvre, de l’état, et du système économique qu’il défend-quoiqu’il prétende ne pas défendre un système particulier parmi ceux existants. Nous proposerons également d’autres visions alternatives, qui nous semblent basées sur la Bible]

 

Notes :

* Voici les douze concepts, exposés dans un plan en deux sections :

Première section : les principes divins essentiels pour construire le gouvernement et la libre entreprise

Chapitre un : Dieu met en place son entreprise familiale

Principe directeur numéro 1 : Dieu est le créateur de la propriété privée

Chapitre deux : la maturité : fruit de la gestion de la propriété privée

Principe directeur numéro 2 : nous grandissons en prenant soin des personnes et des biens que nous possédons

Chapitre trois : la richesse des générations et la famille

Principe directeur numéro 3 : toute fortune stable se construit par la famille de génération en génération

Chapitre quatre : Notre Dieu aime le travail

Principe directeur numéro 4 : le travail est un appel saint, éternel

Chapitre cinq : l’entreprise familiale produit un service

Principe directeur numéro 5 : le service est le fondement de toute croissance durable

Deuxième section : les fondements nécessaires à la construction d’une société juste et prospère

Chapitre six : ce que l’argent révèle à propos des personnes

Principe directeur numéro 6 : Dieu paie pour ce qu’Il commande

Chapitre sept : le risque, le respect de soi-même et le combat rédempteur

Principe directeur numéro 7 : la possibilité d’un échec est essentielle pour la croissance personnelle

Chapitre huit : la cruauté du concept de « victime économique »

Principe directeur numéro 8 : les idées et les actions ont des conséquences économiques

Chapitre neuf : la justice et l’égalité ne sont pas la même chose

Principe directeur numéro 9 : les hommes ne sont pas égaux et la redistribution économique n’y changera rien

Chapitre dix : un gouvernement politique selon Dieu fonctionnant sur des bases bibliques est essentiel pour la prospérité

Chapitre onze : les cordes essentielles, à trois brins, qui conduiront au succès

Principe directeur numéro 11 : les chrétiens doivent vivre comme des disciples, ils doivent renouveler leur intelligence [se construire une vision du monde chrétienne] et s’unir afin de mettre en œuvre le plan de Dieu pour les nations

Chapitre douze : un appel au changement radical

Principe directeur numéro 12 : découvrir les fondements structurels et construire sur cette base.

** Créés à Son image pour être Son représentant sur la terre. Ce qui signifie que, « comme Dieu est créateur, nous sommes appelés à être, à notre tour, créatifs dans la gestion de la création. Comme Dieu est bon, nous sommes appelés à manifester de la compassion pour notre prochain ». Et, comme Dieu est juste, nous sommes appelés à être sensibles aux injustices » là où elles se trouvent, comme à aimer la justice, là où elle se trouve. D’après « Just people ? Pour une vie simple et plus juste »(Défi Michée). LLB, 2011, pp 40-41

 

 

 

En ce moment, j’écoute « Comme David devant l’Eternel… »

« Comme David devant l’Eternel », de Martin NYSTROM :

 

 

Paroles en français :

Comme David devant l’Eternel

Plein d’ardeur, je danserai

Devant le Roi des rois

Comme Myriam et son tambourin

Je frapperai dans mes mains

Devant le Roi des rois

Choeur :

Nous pouvons nous présenter

Devant Dieu aujourd’hui

Le chemin nous est ouvert par Jésus son Fils

Comme Juda pendant le combat

Nous lancerons des cris de joie

Devant le Roi des rois

Comme Josué devant Jéricho

Nos cris feront fuir l’ennemi

Devant le Roi des rois

 

A lire : 2 Samuel 6v14-23 ; Exode 15 ; Josué 6 (Jeu : trouvez la référence biblique correspondant à la mention de la tribu de Juda « pendant le combat… » !)

Et, encore, sur le roi David, « dansant devant l’Eternel… » : https://pepscafeleblogue.wordpress.com/2014/06/25/rire-dun-roi/

A la semaine prochaine ! Ha ! Et n’oubliez pas de reculer vos montres d’une heure, dans la nuit du samedi 24 octobre au dimanche 25 octobre. A 3h00, il sera donc 2h00. Vous dormirez/prierez/louerez/lirez la Bible une heure de plus ! 😉

Un automne sur les chapeaux de roue. Ce qu’il faut en retenir : le Seigneur vient bientôt !

Le temps s’accélère : il nous incite, non à l’activisme, mais à nous souvenir que le Seigneur « vient bientôt ».

Je ne sais pas pour vous, mais pour ma part, cet automne a démarré sur les chapeaux de roue, avec une impression que tout a semblé s’enchaîner et s’accélérer d’une façon toute particulière. Ce constat d’une accélération du temps est partagé, outre par certains de mes proches et des frères et soeurs de mon église locale, par “Benoît”, une connaissance des « Cahiers libres », qui attend le retour du Seigneur. Je vous recommande d’ailleurs vivement la lecture de son excellent édito du 14 octobre :

« Ces dernières semaines nous ont permis de suivre le calendrier juif », écrit-t-il. « Ce fut Roch ha-Shana, il y a trois semaines ; Yom Kippour, il y a quinze jours ; Sukkot, la semaine passée ; ce sera Simhhat Torah vendredi. Par cet enfilement de fêtes liturgiques, le temps juif semble s’accélérer, il court vers sa fin, vers son accomplissement et sa vérité ».

La semaine passée a été pour moi l’occasion de me plonger dans la fête méconnue de Soukkot, que l’on redécouvre de plus en plus, semble-t-il, au sein du monde chrétien(évangélique, mais aussi catholique)*. Que faut-il en retenir ?  Ce constat d’une accélération du temps, “vers son accomplissement”, évoqué plus haut, nous rappelle aussi à nous chrétiens que le Seigneur « vient bientôt » et qu' »Il est à la porte ». Une vérité essentielle, à rappeler, mais pourtant bien peu prêchée ou enseignée. Pourquoi ?

Pourtant, “déjà”, relève Benoît des “Cahiers libres”, « tout l’Ancien Testament témoigne d’une attente de la venue de Dieu : Le prophète Sophonie le voit déjà : “Pousse des cris de joie, fille de Sion ! éclate en ovations, Israël ! Réjouis-toi, tressaille d’allégresse, fille de Jérusalem !  (…) Le roi d’Israël, le Seigneur, est en toi. (So, 3, 14ss)…..” Autant d’”annonces” et d’”espoirs” qui “languissent vers un unique évènement dont saint Jean nous a dit la vérité : “Le Verbe s’est fait chair et il a planté sa tente parmi nous” (Jn 1,14).

Oui, le Seigneur vient ! Oui, il est venu ! Oui, il reviendra bientôt ! (…)Le temps nouveau inauguré par l’Incarnation, la Mort et la Résurrection de Jésus donne toute sa vérité à l’attente qu’est le temps juif. La jubilation de Simhhat Torah tend vers la venue en chair et en os du Verbe. Enfin, en Jésus, la Torah s’est faite chair ! Elle est venue parmi nous et nous dansons avec elle ! Puisque le Christ n’est pas venu abolir la Loi (en hébreux la Torah), sachons méditer et aimer les traditions juives. Et puisqu’il est venu l’accomplir sachons voir en Jésus le Messie que désire secrètement toutes les liturgies juives »*.

On se souviendra aussi que c’est “le dernier jour, le grand jour de la fête », que « Jésus, se tenant debout, s’écria : Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi, et qu’il boive. Celui qui croit en moi, des fleuves d’eau vive couleront de son sein, comme dit l’Écriture(…)Des gens de la foule, ayant entendu ces paroles, disaient : Celui-ci est vraiment le prophète. D’autres disaient : C’est le Christ. Et d’autres disaient : Est-ce bien de la Galilée que doit venir le Christ ? L’Écriture ne dit-elle pas que c’est de la postérité de David, et du village de Bethléhem, où était David, que le Christ doit venir ? Il y eut donc, à cause de lui, division parmi la foule. » (Jean 7v37-43)

Vendredi dernier, dans le cadre d’un enseignement sur Soukkot avec Juifs pour Jésus, Josué Turnil a associé cette déclaration de Jésus le dernier jour de cette fête, avec l’ épisode biblique de Mériba(Exode 17v1-7) : ce que Dieu a fait pour Moïse(être frappé à sa place cf v6), Jésus l’a fait pour nous. (cf Jean 3v14-16 ; Jean 78)

Aujourd’hui encore, Jésus ne laisse personne indifferent. Son message est un merveilleux message d’espérance à annoncer, assorti d’un avertissement : Jésus-Christ est mort pour vos péchés, Il a été enseveli, il est ressuscité et il revient bientôt(ou plutôt “promptement”, “subitement”).  Certes, « Pour ce qui est du jour et de l’heure, personne ne le sait, ni les anges des cieux, ni le Fils, mais le Père seul. » (Matthieu 24v36)

Mais serez-vous prêts, quand il reviendra ? « Aujourd’hui est le jour du salut ». Pas demain.

Le temps est proche, le temps s’accélère. Néanmoins, pour ceux qui l’aiment et le connaissent comme Sauveur et Seigneur, il ne s’agit pas de tout abandonner pour l’attendre, mais de « travailler (à l’avancement de son règne)tant qu’il fait jour »(Jean 9v4-5), dans nos champs de mission dans lesquels nous avons été appelés et envoyés. Soyons actifs. Mais non dans l’activisme. Et soupirons après Son retour.

 

 

Notes :

*Il semble que la redécouverte que Dieu soit le « Dieu de la fête », et donc des Fêtes de l’Eternel, soient autant de signes qui se précisent de jour en jour. Elles sont célébrées fidèlement chaque année par les Juifs, et même, pour la septième fête, Soukkot, par de plus en plus de non-juifs. Sait-on lire ces signes ?  D’autre part, a-t-on pris la réelle mesure de l’importance et du sens de l’épisode biblique de Noé et du déluge, remis « au goût du jour » par un film récent ? cf 1 Pie.3v20, 2 Pie.3v1-10, Luc 17:26-30…

 

 

 

Ce vendredi 17 octobre, cassons nos préjugés sur la pauvreté

Les idées reçues sur les pauvres et la pauvreté ? Elles sont légion !

Les idées reçues sur les pauvres et la pauvreté ? Elles sont légion !

Aujourd’hui, vendredi 17 octobre, informe l’hebdomadaire protestant « Réforme », a lieu « la journée mondiale du refus de la misère. Cette année, le focus est mis sur la lutte contre les préjugés ». Dans ce cadre, il est utile de lire  « En finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté », ATD Quart Monde, Edition de l’Atelier 2015, 220 pages, 5 €

Profitez-en aussi pour (re)découvrir notre étude biblique « Notre regard sur le pauvre ».

Comment choisissent-ils d’accéder à l’éducation ? En prenant des risques…

Samuel, 13 ans, et ses deux frères..."sur le chemin de l'école"(un film de Pascal Plisson, 2013)

Samuel, 13 ans, et ses deux frères… »sur le chemin de l’école »(un film de Pascal Plisson, 2013)

Que faire, un mercredi pluvieux qui n’invite pas à rire ou à sourire, et qui plus est, durant la semaine de Soukkot ?

Cette fête biblique, dont nous avions parlé la semaine dernière, est la fête du souvenir et de la joie : souvenir de la précarité(et même de la vanité) de l’existence et de nos biens, souvenir de la fidélité de Dieu qui a d’ailleurs Lui-même partagé cette précarité(en habitant dans une tente-le Tabernacle-dans le désert, au milieu de Son peuple, et en s’incarnant cf Jean 1v14, Hébreux 4v15)pour nous permettre d’entrer dans la joie véritable. La joie véritable étant possible lorsque nous nous attachons aux choses durables et, surtout, lorsque le Seigneur est à Sa place « dans Son temple »(1 Cor.6v19), dans nos vies.

Dans ce contexte, et à l’heure où l’on peut apprendre que le moral des français est au plus bas**, il est toujours édifiant, pour ne pas dire « utile », de voir ou revoir le film documentaire « Sur le chemin de l’école » de Pascal Plisson(2013). Lequel nous invite à rechercher ce qui est durable, tout en nous permettant de relativiser quelque peu.

Car l’« on oublie trop souvent que l’école est une chance », ouvre le documentaire. « Dans certaines régions du monde, le chemin de l’école est un parcours du combattant et le savoir, une conquête. Chaque matin, parfois au péril de leur vie, des enfants héroïques s’engagent sur le chemin de la connaissance ». Voici, parmi d’autres, quatre enfants : « (ils) vivent aux quatre coins du globe mais partagent la même soif d’apprendre. Ils ont compris que seule l’instruction leur permettra d’améliorer leur vie, et c’est pour cela que chaque jour, dans des paysages incroyables, ils se lancent dans un périple à haut risque qui les conduira vers le savoir.
Jackson, 11 ans, vit au Kenya et parcourt matin et soir quinze kilomètres avec sa petite sœur au milieu de la savane et des animaux sauvages…
Zahira, 12 ans, habite dans les montagnes escarpées de l’Atlas marocain, et c’est une journée de marche exténuante qui l’attend pour rejoindre son internat avec ses deux amies…
Samuel, 13 ans, vit en Inde et chaque jour, les quatre kilomètres qu’il doit accomplir sont une épreuve parce qu’il n’a pas l’usage de ses jambes. Ses deux jeunes frères poussent pendant plus d’une heure son fauteuil roulant bricolé jusqu’à l’école…
C’est sur un cheval que Carlos, 11 ans, traverse les plaines de Patagonie sur plus de dix-huit kilomètres. Emmenant sa petite sœur avec lui, il accomplit cet exploit deux fois par jour, quel que soit le temps… »

Des enfants vivant dans la précarité, mais pourtant toujours souriants, reconnaissants, estimant que le chemin vers une éducation digne de ce nom est une belle aventure et qu’il vaut la peine d’y investir quelques années de leur précieuse vie.

Mention spéciale à Samuel, 13 ans, qui nous donne une leçon de vie et le sens de la véritable richesse : « l’on vient au monde sans rien », et l’on repart de la même façon de ce monde, constate-t-il.  Or, l’un de ses camarades a été retiré de l’école par ses parents, « qui sont riches ». Alors que lui, Samuel, bien que pauvre et handicapé des jambes, y va (à l’école), pour devenir médecin plus tard, afin de soigner « les autres enfants comme lui. »

 

En bref :

« Sur le chemin de l’école », un film de Pascal Plisson (France, 2013)

A partir de 7 ans.

Lauréat César 2014 du meilleur film documentaire

La bande annonce :

Et la chanson du film :

 

Notes :

* Voir ces critiques du film sur critikat, La Croix, Les Cahiers pédagogiques.

**Voir aussi http://www.20minutes.fr/economie/1458583-20141013-france-vraiment-depressive

 

Le commandement de Dieu le plus difficile…

Marchez pendant vous avez la lumière

La fête de Soukkot passera-t-elle inaperçue parmi les chrétiens, cette année ?

Quel est, parmi les commandements de Dieu, celui qui est le plus difficile à accomplir ?

Celui qui nous exhorte à « n’être que joyeux »(ou « à se livrer entièrement à la joie »), à l’occasion de la fête des Tabernacles(« soukkot »), cf Deut.16v15(voir aussi Néhémie 8v9-10 et ss), célébrée ce mois-ci par les Juifs du monde entier.

Des trois fêtes bibliques principales relevées dans les Ecritures(Deut.16 et Lévitique 23), Soukkot est la moins « défigurée » de nos jours. Sans doute parce qu’elle est la plus oubliée au sein des chrétiens, comme l’a rappelé récemment mon pasteur. Que signifie-t-elle ? Un « non Juif » peut-il se sentir concerné ? Sachant que, comme le souligne encore mon pasteur, beaucoup fêtent Noël qui n’est pas dans la Bible(ou même fêtent Pâque d’une façon qui n’est pas dans la Bible)…alors qu’ ils ne fêtent pas Soukkot qui est pourtant dans la Bible.

L’édito de la lettre de nouvelles d’octobre de « Juifs pour Jésus »* souligne que, à cette occasion « les Juifs du monde entier fêtent la lumière parmi tant d’autres symboles de Soukkot. » Car « c’est par la lumière[en rappelant les prophéties d’Esaïe] que Jésus a pu montrer à ses détracteurs qu’il représente bien l’accomplissement des Ecritures(…)A la fin du premier jour de la fête de Soukkot, le temple était merveilleusement illuminé(…)La lumière était destinée à rappeler au peuple comment la glorieuse « Shekinah » de Dieu avait jadis rempli le Temple. Mais la gloire de Dieu était encore une fois dans le Temple, manifestée dans la personne de Jésus qui utilisa cette cérémonie pour illustrer ce fait. » Celui-ci déclara à tous ceux qui étaient assemblés là : « je suis la lumière du monde. Celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie »(Jean 8v12). Mais Jésus n’a pas été reconnu(cf Jean 7**). Beaucoup ont refusé que leurs ténèbres soient exposées à Sa lumière. Mais il y en a eu qui furent attirés à la lumière, dont le cœur brûla de la vérité de Jésus. » (Jean 3v19-21 ; Jean 1v8-14)Nous qui connaissons Jésus-Christ comme Messie, Sauveur et Seigneur, nous sommes ses témoins aujourd’hui. En attendant Son retour.

Pour ce mois-ci, tellement important pour le peuple Juif, laissons donc luire notre lumière pour ceux qui sont encore dans les ténèbres(cf Matt.5v16 ; Eph.5v8-13)et donnons à voir la lumière de Jésus. Célébrons donc la fête. Celle de l’Eternel, qui est donc la nôtre ! Et, conformément au commandement de Dieu, livrons-nous entièrement à la joie !

 

On fête Soukkot à Paris ce week-end : ici(ce soir)ou , « pour tout savoir » !

 

Notes :

*Octobre 2014, numéro 59, p1(Edito de Josué Turnil)

** Il est par ailleurs révélateur, dans ce chapitre 7 de Jean, que la fête des tabernacles soit appelée « la fête des Juifs » et non plus « la fête de l’Eternel ». Son sens véritable était-il déjà perdu à l’époque de Jésus ?

Il semble donc que cette fête soit la seule qui n’ait pas été véritablement accomplie lors de la première venue de Jésus et qu’elle le sera enfin lors de Sa seconde venue. Et Il « vient bientôt » !(Apocalypse 3v11 et 22v7-20 ). Désirons Sa venue !

« Nous finançons directement la recherche transhumaniste à chaque fois que nous donnons un euro à Amazon… »

« Alors, le serpent dit à la femme : vous ne mourrez point ; mais Dieu sait que le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et que vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal. »(Genèse 3v4-5)

« Allons ! bâtissons-nous une ville et une tour dont le sommet touche au ciel, et faisons-nous un nom… »(Genèse 11v4)

 

 

« Il s’est noué en Californie, depuis le début du siècle, une triple alliance qui prétend changer le cours de la destinée humaine. Dans la baie de San Francisco s’activent de riches entrepreneurs de l’économie numérique (Google, Facebook, Amazon…), des scientifiques transhumanistes, qui, rêvant d’allonger l’espérance de vie jusqu’à l’infini, révolutionnent le marché de la santé, et, enfin, des idéologues libertariens aspirant à abolir l’État. Tous militent pour une rupture métaphysique. Car là où nous, Européens, avons appris à considérer le progrès technologique comme une menace, ces Américains l’envisagent comme la solution à tous nos problèmes – et peut-être même à celui de la mort. Utopisme naïf ou pragmatisme prophétique ? » C’est ce que Philosophie magazine » tente d’éclairer dans un dossier consacré au transhumanisme : « Liberté. Inégalité. Immortalité. Le monde que vous prépare la Silicon Valley ». 

« Autrement dit », commente François-Xavier Huard, de la Fraternité des chrétiens indignés(rapporté par Patrice de Plunkett dans une récente note de blogue), « à chaque fois que nous donnons un euro à Amazon, Google, PayPal ou Apple, nous finançons directement la recherche transhumaniste ».

A lire, avec l’analyse du journaliste catholique sur ce dossier. Sans oublier les pertinents commentaires en réaction à ladite analyse.

 

Voir aussi, à propos de la Silicon valley.

 

Pétain réhabilité lors d’un cirque médiatique, le jour de Yom Kippour

« Ils se rendirent à Capernaüm. Et, le jour du sabbat, Jésus entra d’abord dans la synagogue, et il enseigna. Ils étaient frappés de sa doctrine ; car il enseignait comme ayant autorité, et non pas comme les scribes. Il se trouva dans leur synagogue un homme qui avait un esprit impur, et qui s’écria : Qu’y a-t-il entre nous et toi, Jésus de Nazareth ? Tu es venu pour nous perdre. Je sais qui tu es : le Saint de Dieu. Jésus le menaça, disant : Tais-toi, et sors de cet homme. Et l’esprit impur sortit de cet homme, en l’agitant avec violence, et en poussant un grand cri. Tous furent saisis de stupéfaction, de sorte qu’il se demandaient les uns aux autres : Qu’est-ce que ceci ? Une nouvelle doctrine ! Il commande avec autorité même aux esprits impurs, et ils lui obéissent ! » (Marc 1v21-27)

 

La vie est pleine de coïncidences, dit-on. En voici quelques-unes, présentées en « 3 actes » et avec l’Histoire pour fil conducteur(ce que l’on retient ou ne retient pas de l’Histoire, et ce que l’on voudrait faire dire à l’Histoire aujourd’hui) : un auteur hongrois des années 30 redécouvert depuis lundi et que l’on serait bien inspiré de lire ou relire(Acte 1). Et ce, alors qu’a été diffusé samedi dernier une certaine émission dite « de débat »,  dont il importe de questionner, et le choix de l’invité principal, et la raison d’être(Acte 2-la vidéo en introduction étant bien entendu parfaitement ironique). Enfin, on relèvera une drôle de coïncidence d’événements et de dates(Acte 3). Autant de « coïncidences » pas drôles du tout, de nature à nous interpeller.

 

Acte I :

En début de semaine, je reçois, dans un cadre professionnel, entre autres livres, « Jeunesse sans Dieu » d’Öddön Von Horvath(Christian Bourgeois éditeur, 2006. Collection Titres) : un professeur de lycée de 34 ans se voit soudain confronté, dans sa classe de 26 garçons de 14 ans (que l’on ne connaît que par la première lettre de leur nom), à l’idéologie nazie montante et décide de se ranger de ce côté-là, « pour voir ». Mais aussi pour conserver la sécurité de son emploi, « qui lui ouvre droit à la retraite, quand personne ne sait si la Terre tournera encore demain »(op. cit., p 16). Jusqu’au jour où l’un de ses élèves est assassiné au cours d’un camp pascal d’entraînement militaire ….

J’ai découvert « Jeunesse sans Dieu », écrit en 1937, pour la première fois grâce au téléfilm français éponyme de Catherine Corsini, diffusé sur Arte en 1996.

Le nom d’Öddön Von Horvath ne vous est peut-être pas familier. Voici ce qu’en écrit l’essayiste Heinz Schwarzinger, le 20 mai 1988, dans la préface à l’édition française de « Jeunesse sans Dieu »(op. cit., pp 7-11) : « né en 1901, hongrois, de langue et de culture allemande », cet auteur choisit « de situer ses personnages dans la réalité la plus immédiate ». Il obtient le succès comme auteur dramatique, mais est interdit sur les scènes allemandes dès 1933. Il s’installe à Vienne et y écrit notamment « Jeunesse sans Dieu », « dans lequel il dénonce sans relâche la dégradation imposée par les Nazis aux couches populaires de la société allemande, qu’ils contraignent à se jeter dans leurs bras pour survivre ». En 1938, au lendemain de l’annexion de l’Autriche par Hitler, il s’exile à Budapest, Prague et arrive à Paris le 26 mai. Il meurt de façon absurde le 1er juin sur les Champs-Elysées, pendant une tempête…écrasé par une branche d’arbre. Une mort  qui rappelle celle (la même année, à quelques jours d’intervalle) d’un autre auteur-roumain, cette fois.*

L’histoire laissera Von Horvath tomber dans l’oubli, mais Peter Handke le préférera à Brecht :  » Les égarements de ses personnages me font peur : il pointe avec bien plus d’acuité la méchanceté, la détresse, le désarroi d’une certaine société.» Cet effroi dont parle Handke, quel lecteur, quel spectateur actuels ne l’éprouveraient-ils pas ? Horvath démasque le nationalisme, le racisme au quotidien, la lâcheté, l’infamie d’une société désemparée par une crise sans précédent. A découvrir d’urgence, aujourd’hui, pour tirer à temps les leçons de l’histoire ».

 

Extrait :

« Vingt-six cahiers bleus sont empilés  devant moi, vingt-six garçons d’environ quatorze ans ont composé hier durant l’heure de géographie, car j’enseigne l’histoire et la géographie(…)Le sujet prescrit par l’administration s’intitule : pourquoi devons-nous avoir des colonies ? Oui, pourquoi ? Et bien, voyons ce qu’on nous en dit ! Le nom du premier élève commence par un B : il s’appelle Bauer, prénom : Franz(…) « nous avons besoin des colonies, écrit-il, parce qu’il nous faut de nombreuses matières premières, car sans matières premières, nous ne pourrions pas faire tourner notre puissante industrie selon ses capacités propres, ce qui aurait pour conséquence désastreuse que les ouvriers d’ici seraient au chômage(…)il ne s’agit en vérité pas des ouvriers(…)il s’agit bien plus que de la nation tout entière, car en définitive l’ouvrier aussi appartient à la nation ».

Voilà qui est sans doute en définitive une découverte sensationnelle, me dis-je, et soudain je suis frappé de constater une nouvelle fois que si souvent de nos jours des vérités vieilles comme le monde nous sont resservies comme des slogans tout neufs. Ou bien en a-t-il toujours été ainsi ? Je ne sais pas. Ce que je sais pour l’instant, c’est qu’il me fut une fois de plus lire de bout en bout vingt-six compositions, des compositions qui tirent de fausses conclusions d’hypothèses boiteuses. Que ce serait bien si le « faux » et le « boiteux » se neutralisaient mutuellement ! Mais ils ne le sont pas. Ils avancent bras dessus, bras dessous en bleuglant des paroles creuses(…)

Mais qu’est-ce qu’il m’écrit là, N ? « Tous les nègres sont fourbes, lâches et fainéants. »

Là, c’en est trop ! Je biffe ! Et je m’apprête à écrire dans la marge, à l’encre rouge : « généralisation absurde ! », quand je me retiens. Attention ! N’ai-je pas donc déjà entendu récemment cette phrase sur les nègres ? Mais où donc ? Ah oui : au restaurant, clamée par la radio, et ça m’avait coupé l’appétit. Je laisse donc la phrase en l’état, car ce qui se dit à la radio, un professeur n’a pas le droit de le biffer dans un cahier. Et tandis que je poursuis ma lecture, j’entends encore la radio : elle susurre, elle gronde, elle aboie, elle roucoule, elle menace-et les journaux l’impriment et les petits enfants, ils le recopient. » (op. cit., pp16-18)

 

Acte I I :

Samedi 4 octobre 2014, l’émission de France 2 « On n’est pas couché »(ONPC) aurait pu saisir l’occasion de « tirer les leçons de l’histoire » et de consacrer une soirée à, pourquoi pas, Öddön Von Horvath. ONPC choisit au contraire d’inviter Eric Zemmour, auteur, polémiste et journaliste à l’occasion de la sortie de son nouveau livre, « Le Suicide français ». Ce dernier y critique notamment les travaux de l’historien américain Robert O. Paxton, le premier à avoir mis en lumière la collaboration entre Vichy et l’Allemagne nazie dans la déportation des Juifs, dans son ouvrage La France de Vichy 1940-1944 paru en 1973. Relativisant le rôle de Vichy dans la déportation des Juifs français, Eric Zemmour prétend que l’ “on oublie la complexité de l’Histoire” et que Pétain aurait permis de sauver “90% des Juifs de France”.  La journaliste Léa Salamé interpelle alors le polémiste, l’accusant de chercher à réhabiliter Pétain pour faire l’apologie de la préférence nationale.

Qu’aurait pensé Öddön Von Horvath de cette émission ?

Il est permis aux télespectateurs(qui sont aussi des citoyens) de s’interroger sur le but recherché d’une telle émission, comme sur le choix des invités : pourquoi, par exemple, n’y avait-il aucun historien présent, spécialiste de la période, pour répondre à Eric Zemmour-qui n’est pourtant pas historien-et décrypter son propos ? Lequel historien aurait ainsi pu rappeler, à l’instar de Serge Bernstein(dans une interview pour “les inrocks”), que “Vichy a pris l’initiative d’instaurer, au lendemain de la défaite, un statut des Juifs en France que les Allemands ne lui demandaient pas, qui reposait non sur des critères religieux mais sur des critères de généalogie[la mention « de race juive »] ….. ce statut des Juifs (en fait) des citoyens de seconde zone, qui leur interdit l’accès de toute une série de professions, en rapport avec la fonction publique et notamment dans le cinéma ou la presse. Ce sera encore aggravé en 1941 par un second statut qui leur interdira pratiquement d’exercer des activités économiques, autrement dit, qui les condamne à la misère et qui les discrimine au sein de la société française***. Sur ce plan-là, Vichy n’a attendu personne et surtout pas les Allemands pour être un régime violemment antisémite, discriminatoire et oppressif. Vichy a-t-il sauvé les Juifs français ? La réponse est évidemment non.”

Et Serge Bernstein de rappeler encore le rôle de Pierre Laval, qui, de retour au pouvoir,  « met la police française[en uniforme et non les SS ou la Gestapo] à la disposition des Allemands pour arrêter les Juifs, au moment des rafles comme celle du Vel d’Hiv des 16 et 17 juillet 1942″, en donnant pour instruction « au ministère de l’Intérieur et aux services de police, de (…) ne pas oublier de déporter les enfants. C’est difficile d’appeler cela : sauver les Juifs. Faire de Vichy le sauveteur des juifs de France, c’est faux. Les juifs Français, en partie. Les Juifs qui sont en France, sûrement pas”.

Précisant que “la plupart des historiens français sérieux ont applaudi à l’ouvrage de Robert Paxton, non pas parce qu’ils le préféraient, mais parce qu’il correspondait à ce qu’ils retrouvaient dans leurs archives »,  il soulève l’existence « d’un vrai problème : tout le monde peut se déclarer historien, raconter une histoire. Mais l’Histoire véritable est celle qui est appuyée sur des faits précis, éclairés par des archives,  venant si possible de sources différentes, de manière à pouvoir les confronter. On ne peut pas faire l’Histoire qu’avec des souvenirs, avec ce qu’on croit avoir vu, si on ne sait pas ce qu’il y a derrière. Et ça, ce sont les archives.(…)Un historien qui ne tient pas compte des faits, c’est tout sauf un historien”.

 

L’autre question à se poser porte sur la nature de l’émission. Celle-ci s’avère être une émission « en trompe-l’œil », selon Bruno Roger-Petit**, du « Nouvel Obs »(06/10/14), où l’on se contente de nous donner du spectacle, et où chacun joue son rôle(avec un « faussaire » en vedette, qui a déjà été condamné pour provocation à la discrimination raciale et qui a plaidé pour l’abolition des lois mémorielles. Mais un « faussaire sympa », « à la mode » et surtout, « un copain », ex-de ONPC  selon Daniel Schneidermann**, d’Arrêt sur image, le 06/10/14)

Pire, ladite émission contribue à banaliser des propos révisionnistes, dénonce(le 06/10/14) Bruno Roger-Petit**. Pour Daniel Schneidermann**, « Dénoncer vraiment le faussaire, ce serait dénoncer l’émission elle-même, et s’avouer comme une émission faussaire, qui produit de faux débats, comme d’autres de la fausse monnaie ».

 

Acte III :

Au-delà du buzz,  une dernière question à se poser est “pourquoi ?” Par exemple, « Pourquoi Zemmour veut sauver Pétain ? », questionne Jonathan Hayoun, ancien président de l’UEJF (Union des Étudiants Juifs de France), le 06/10/14 sur le Huffington post.

Pourquoi souhaite-t-il “tant donner à Pétain le visage d’un protecteur” ? « Pour Zemmour comme pour l’extrême droite, il ne faudrait jamais que la France reconnaisse ses fautes du passé sinon elle sera encore plus affaiblie qu’elle ne l’est.  Et s’il faut réviser l’histoire pour cela, alors ils le feront sans scrupules[on se souvient peut-être des propos sur la repentance d’une autre personnalité qui a fait son retour médiatique]….Un immoral objectif partagé par Zemmour et Le Pen”, puisque, le 25 avril 2010, le dernier déclarait: « Pétain a aidé les juifs français. Ils ont bénéficié de l’action de gouvernement ». Cette vieille rengaine de l’extrême droite n’a jamais disparu. Le journaliste du Figaro lui donne juste une nouvelle vie”.

Plus exactement, une « émission de débat » lui donne une nouvelle tribune.

Et comme pour mieux faire ressortir toute la noirceur de ce cirque médiatique, Jonathan Hayoun souligne que “le 4 octobre 1940, les Juifs célébraient (…) le nouvel an du calendrier hébraïque. En France, ils ne pouvaient suivre la tradition d’accompagner leurs prières d’une bénédiction pour la République car elle n’existait plus. Pétain l’avait démantelée. Les Juifs  ne savaient pas encore que la veille le gouvernement de Vichy avait scellé ses premières lois antijuives”. Aujourd’hui, “le 4 octobre 2014, les Juifs célébraient Kippour, la fête du Grand Pardon. En France, comme le veut la tradition, ils ont accompagné leurs recueillements d’une prière pour la République. Mais en rentrant chez eux le soir, ils ont pu assister à une sordide prière contre la République(…) Ce même 4 octobre, les musulmans célébraient l’Aid, la fête la plus importante de l’islam. Pour eux aussi,  les réjouissances auraient pu prendre fin s’ils avaient choisi en rentrant chez eux d’allumer la télévision…”

 

Epilogue :

Quel est le rapport avec le verset(Marc 1v21-27) cité en en-tête de ce billet, me direz-vous ? Il nous enseigne que le Seigneur Jésus ne joue pas avec le mal. Il n’y a pas de connivence entre Lui et les démons, qui sont des esprits menteurs. Il a toute autorité pour les chasser et “le Fils de Dieu a paru pour détruire les oeuvres du diable”(1 Jean 3v8)

Et toi ? Qui est sans doute un citoyen. Où est ton autorité ? Celle de discerner et de dire non à l’imposture ? A moins que tu n’aies abandonné cette autorité de citoyen, acceptant d’être réduit à l’état de consommateur, avalant n’importe quoi(comme ces pseudos émissions de “débat”) ?

Et toi, qui est peut-être un croyant, connaissant Jésus-Christ comme sauveur et seigneur, où est ton autorité ? Celle d’”enfant de lumière”, appelé à “ne rien avoir en commun avec les oeuvres des ténèbres, mais à les dénoncer”(Eph.5v11), et à faire des “oeuvres encore plus grandes” que celles du Seigneur Jésus-Christ ?(Jean 14v12)

 

A lire :

Paxton, Robert O. La France de Vichy(Seuil, 1974. Points histoire)

Paxton, Robert O. et Marrus, Michaël R.. Vichy et les Juifs. Le Livre de poche, 1993(Biblio essais)

Von Horvath, Oddon. Jeunesse sans Dieu (+ au théâtre : http://www.scene2-productions.fr/sites/default/files/Dossier%20p%C3%A9dagogique.pdf )

Sebastian, Mihail. Depuis 2000 ans. Stock, 1998  +  son Journal(1935-1940). Stock, 2007(inédit en France jusqu’en 1996)

 

Notes :

*L’auteur roumain en question s’appelle Mihail Sebastian. Mort le 29 mai 1945, renversé par un camion, alors que, nommé maître de conférences à l’université ouvrière libre de Bucarest, il s’y rendait pour donner son premier cours de littérature universelle….

** Deux articles intéressants mais inégaux(celui de Schneidermann aurait pu être plus court), qui ont le défaut d’amalgamer à leur tour LMPT, le révisionnisme et l’extrême-droite.

*** Le statut des Juifs n’était cependant pas la première mesure legislative prise par Vichy. Le rappel qui suit me paraît utile, particulièrement parce qu’Eric Zemmour a aussi plaidé pour l’abolition des lois dites mémorielles : qui se souvient du décret-loi « Marchandeau »(du nom de celui qui a été Député radical-socialiste de la Marne, maire de Reims,  ministre de la Justice entre novembre 1938 et septembre 1939)portant sur la répression de la diffamation par voie de presse lorsque « la diffamation ou l’injure, commise envers un groupe de personnes appartenant, par leur origine, à une race ou à une religion déterminée, aura pour but d’exciter à la haine entre les citoyens ou les habitants » ?

Pour l’anecdote (qui n’est pas un « point de détail de l’histoire »), l’une des premières mesures du régime Vichy, mis en place depuis à peine un mois(Il n’existe plus de Parlement, et les lois l’œuvre du Maréchal Pétain qui, selon l’article 1 § 2 de l’acte constitutionnel n°2 du 11 juillet 1940, exerce le pouvoir législatif, en conseil des ministres), a été d’abroger cette fameuse loi Marchandeau, le 27 août 1940. Sachant que l’armistice avec l’Allemagne, mettant fin officiellement aux hostilités ouvertes par la déclaration de guerre du 3 septembre 1939, ne sera signé que plus tard,  le 22 juin 1940. Avec l’abolition du décret-loi Marchandeau, la loi rend libre la tenue de propos racistes ou antisémites, et prononce une amnistie des poursuites. Avec pour conséquences un boulevard pour la propagande xénophobe, raciste et antisémite, et une liberté de la presse au service du racisme et de l’antisémitisme.

 

Autres liens sur “Pétain et les juifs” :

http://www.memorial98.org/article-decheance-de-la-nationalite-quand-petain-sevissait-55458558.html

http://blogs.mediapart.fr/blog/albert-herszkowicz/150810/decheances-de-nationalite-quand-petain-sevissait

http://www.jolpress.com/alix-landau-brijatoff-juif-ces-15-154-francais-que-le-regime-de-vichy-denaturalises-article-819736.html

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/xxs_0294-1759_1988_num_20_1_2792

 

 

 

 

 

Quelle est ta « viande » ?

L’hebdomadaire La Vie sollicite l’avis de ses lecteurs : faut-il manger de la viande ? Les témoignages recueillis aideront à préparer un futur dossier sur la question. Certains d’entre nous ont choisi de se passer de viande pour des tas de raison (de façon régulière, par croyance, mode de vie ou pendant une période limitée de jeûne-pour le climat ou en guise de purification, pour être plus disponible pour Dieu). Or, Dieu nous invite à aller plus loin : il souhaite que nous échangions cette viande contre une autre. Celle du Seigneur Jésus, qui est « de faire la volonté de Celui qui (l’a)envoyé et d’accomplir son œuvre ».(Jean 4v34)

Et toi ? « Quelle est ta viande ? »

« Faites en tout temps par l’Esprit toutes sortes de prières »* : « A.G.I.S. ! »

« L’Evangile selon Marc(1v35)nous relate l’une des habitudes de Jésus : « vers le matin, pendant qu’il faisait encore sombre, il se leva et sortit pour aller dans un lieu désert où il se mit à prier ». Chacune de nos journées devrait débuter par un bref moment de communion avec le Seigneur, car c’est ainsi que le croyant reçoit sa nourriture spirituelle de la journée. Ce moment passé seul devant le Seigneur devrait être consacré à la prière et à la méditation de la Bible. Un simple acrostiche peut nous aider à débuter dans nos prières : AGIS ! »**

 

A, pour Adoration(cf 1 Cor.29v11-14), Aveu des fautes(ou : confession cf 1 Jean 1v9) et Actions de

Grâce(ou compter les bienfaits de Dieu, que Celui-ci nous accorde par Sa miséricorde cf Jacq.1v17, Ps.103 )

I, pour Intercession et

S, pour Supplication(Soit prier pour les autres : nos parents, nos amis, notre famille, notre église locale, notre pays….priez précisément avec foi en apprenant à connaître Sa volonté et attendez-vous à ce que Dieu vous réponde. Cf Jacq.5v16, 1 Tim.2v1-3, 1 Jean 5v14, Jean 9v31)

 

Alors…..AGIS !

 

 

 

Notes :

* Ephésiens 6v18

**D’après Henrichsen, W.. Former des disciples. Edition Farel, 1995, pp 79-81. Le principe convient aussi bien aux jeunes ou nouveaux convertis que l’on souhaite accompagner ou à tous ceux qui souhaitent persévérer dans la prière et dynamiser leur « culte personnel ».

Leanne Payne propose une autre approche possible, inspirée du canevas du « Notre Père »(Matt.6v9-13) : Parole(méditation des Ecritures), louange et reconnaissance, intercession, requête, pardon(cf « La Prière d’écoute ». Ed. Raphaël, 1996, pp20-21)