« Le seul avenir de l’abstention, c’est l’autocratie »

Abstention, danger !    

Le battage sondagier autour des législatives des 12 et 19 juin a pu semblé bien timide, comparé à celui de l’avant-présidentielle. Certes, l’exercice s’avère plus délicat sur 577 circonscriptions, mais parlons net : passée « l’élection reine »(sic), le scrutin parlementaire a-t-il aussi peu mobilisé qu’en 2017 (57,4 % d’abstention au second tour) ?   

Réponse : 52,5 % des personnes inscrites sur les listes électorales ne sont pas allées voter dimanche 12 juin. L’abstention atteint ainsi un niveau record pour un premier tour des élections législatives.

Il y a quelque chose de baroque dans cette « monarchie républicaine ». On s’y élève contre une concentration élyséenne indue – et réelle  – du pouvoir, mais on y mise tout sur ladite autorité « jupitérienne » [ce « degré zéro » de la politique se discerne même lors des appels au vote du haut de la chaire, en église, quand il y en a – en soi scandaleux et d’ailleurs interdit – exclusivement focalisés sur « la présidentielle », mais jamais sur les municipales, départementales, régionales, ou législatives, et encore moins européennes]. 

Curieuse manière d’en appeler à la fois à un rééquilibrage des pouvoirs prenant mieux en compte les réalités de terrain, et de bouder le moment d’y pourvoir.   Les députés portent, eux aussi, un double corps, en tant qu’élus d’un territoire et de la nation tout entière. Cette articulation est, par principe, nécessaire à la survie d’une démocratie décentralisée, comme le rappelaient Pierre Dharréville (député communiste depuis 2017 dans la 13ème circonscription des Bouches-du-Rhône) et Barbara Pompili (« marcheuse », ancienne ministre de la Transition écologique dans le gouvernement Castex, de 2020 à 2022) dans le dossier « En notre nom », troisième volet d’une série politique proposée par la Revue Projet.  

Le désamour parlementaire mêle en fait plusieurs aspects, quitte à les confondre. Une représentativité formelle défaillante (plus de 60 % de cadres supérieurs dans l’hémicycle, 39  % de femmes et 450 députés issus de la tranche d’âge 40-69 ans) et un reflet tronqué des fractures partisanes. De là, une légitimité jugée contestable, ajoutée à l’hostilité envers toute forme de représentation. Qu’on se souvienne des Gilets jaunes.    

Tout ceci appelle refonte institutionnelle, meilleure considération du citoyen et nouveau pacte politique. 

Tout, sauf le silence des urnes. Le seul avenir de l’abstention, c’est l’autocratie. 

En toile de fond des dernières élections, une crise de défiance historique entre les Français et leurs élus. Comment faire évoluer le système représentatif pour le rapprocher des attentes des citoyens ? Dans ce dossier à (re)découvrir, 3e volet de la série « Réinvestir la démocratie », la Revue Projet propose un état des lieux sans concessions et ouvre le débat sur les nouveaux enjeux à même de faire renaître la représentation.

Bonne lecture édifiante !

« La Parole de Dieu pour toi » : Exode et Proverbes

« La Parole de Dieu est pour toi » : un choix judicieux de premiers titres de commentaires bibliques pour s’en convaincre !
(Source image : BLF éditions)

«Avez-vous compris tout cela ? » leur demanda Jésus. « Oui », répondirent-ils.  Il leur dit : Ainsi donc, tout spécialiste des Écritures qui devient disciple du royaume des cieux est semblable à un maître de maison qui tire de son trésor des choses nouvelles et des choses anciennes. » (Matt.13v51-52. NFC)

Tu as certainement lu ou entendu dire quelque part : « Puisque les Écritures se suffisent à elles-mêmes, pourquoi avons-nous toujours besoin de sources extérieures pour interpréter et actualiser ? »

Etre persuadé que l’Ecriture est « sans erreur » ne signifie pas que la Bible soit un livre toujours facile à interpréter et à actualiser. Il est donc toujours utile de lire les commentaires des théologiens – lesquels ne sont ni inspirés, ni à mettre sur le même plan que la Bible – quand ils arrivent à être moins compliqués que le texte qu’ils commentent !

Bonne nouvelle : tu t’en doutais certainement, mais « la Parole de Dieu (est) pour toi » – quel que soit ton âge, ton niveau de connaissances bibliques, que tu sois jeune chrétien ou affermi dans la foi – et pas uniquement pour les spécialistes. 

C’est aussi le titre d’une « nouvelle » collection de commentaires se voulant « bibliques », « pratiques » et « pour tous », traduite en français et édités par BLF.

Chaque titre peut se lire « comme un livre normal à lire passionnément et rapidement », comme le précise son introduction, pour s’ « émerveiller devant le panorama de l’enseignement d’un livre biblique ».

Il peut aussi s’apprécier comme un livre de méditation quotidienne, propre au « culte personnel ». A cette fin, chaque chapitre se divise en deux ou trois parties plus courtes, d’une taille adaptée pour être lues rapidement après avoir étudié par soi-même le texte biblique. Suivent, en fin de chaque partie, les questions « réfléchir pour agir » pour nous aider à vivre et à appliquer la Parole de Dieu.

Enfin, le commentaire peut être lu comme un outil pour s’équiper à l’enseignement de la Bible dans les divers contextes propres à chacun.

Deux titres sont disponibles depuis mercredi 25/05 – deux beaux volumes en rouge, conçus pour durer – reçus en service presse de la part de l’éditeur, que je remercie : « Exode pour toi » de Tim Chester et « Proverbes pour toi » de Kathleen Nielson.

Un choix judicieux, car l’Exode est un récit de libération et de la naissance d’un peuple, tandis que les Proverbes nous parlent de la sagesse selon Dieu. J’ai notamment apprécié le parti pris de l’auteure du deuxième commentaire d’exposer le développement logique du livre plutôt que thématique.

Plus précisément, comme me l’a expliqué BLF, que je remercie pour toutes les réponses apportées à mes questions, le choix de ces deux premiers titres, pour faire connaître la collection en France, « s’est fait par rapport à notre lien avec Evangile 21 qui est coéditeur de ces livres. Une conférence a eu lieu [fin mai] à Genève, sur le thème de l’Exode. Cela explique notre choix de commencer la collection avec ce titre. D’autre part Kathleen Nielson (auteure de Proverbes pour toi) était oratrice à cette même conférence. Cela a donc orienté notre choix pour le deuxième titre ».

Cette collection est « nouvelle », avec des guillemets. Elle n’est, en réalité, « pas si nouvelle » que cela, puisqu’il s’agit effet d’une traduction de l’anglais de la collection « God’s word for you », publié par « The Good Book Company ».

« La Parole de Dieu pour toi » : Le choix du tutoiement, pour le titre de cette collection en français (comme pour mon accroche !), peut surprendre et déstabiliser. Il se justifie pleinement, d’après BLF, « pour que le lecteur se sente concerné personnellement en tant qu’individu », de sorte « qu’il sache que cela est pour lui ».

Quant au slogan de promotion de la série [« Même l’Ancien Testament peut vous émerveiller »], cela part d’un constat de la part de l’éditeur. « Les chrétiens ont souvent plus de mal à être émerveillés par l’Ancien Testament et à y voir toutes les richesses et les manifestations de la gloire, la puissance ainsi que la grâce de Dieu. Pourtant c’est bien le cas ! »

Une série à découvrir pour s’en convaincre !

Les prochains volumes de la collection seront: Juges, Ruth, 1 et 2 Samuel.

En bref :

« Exode pour toi », de Tim Chester. BLF éditions, 2022

Présentation de la collection
Préface à l’Exode
Introduction

Chapitre 1 – Exode 1 et 2 Un peuple et une terre
Chapitre 2 – Exode 3 et 4 L’importance d’un nom
Chapitre 3 – Exode 5 et 6 Quand la situation s’aggrave au lieu de s’améliorer
Chapitre 4 – Exode 7 à 11 Dieu contre le pharaon
Chapitre 5 – Exode 12 et 13 Libéré pour servir
Chapitre 6 – Exode 14.1 à 15.21 Passer sur la rive Est
Chapitre 7 – Exode 15.22 à 17.7 Ronchonnements ou reconnaissance? 
Chapitre 8 – Exode 17.8 à 19.6 Un beau-père, une mission et de la sagesse 
Chapitre 9 – Exode 19.7-26 et 20.18-26 Rencontre sur la montagne de Dieu
Chapitre 10 – Exode 20 à 24 La loi de Dieu et la vie en Christ
Chapitre 11 – Exode 25 à 27 Retrouver le chemin de la maison
Chapitre 12 – Exode 28 à 30 La garde-robe du prêtre
Chapitre 13 – Exode 32 Le veau d’or et le Dieu de miséricorde
Chapitre 14 – Exode 33 et 34 Montre-moi ta gloire
Chapitre 15 – Exode 31 et 35 à 40 Un avant-goût de la gloire de Dieu

Appendice: Carte de l’Exode
Notes

« Proverbes pour toi », de Kathleen Nielson. BLF éditions, 2022

Présentation de la collection
Préface aux Proverbes
Introduction

Chapitre 1 – Proverbes 1.1-7 Rencontre avec la sagesse
Chapitre 2 – Proverbes 1.8 à 3.35 Les voix de la sagesse
Chapitre 3 – Proverbes 4.1 à 6.35 Les deux chemins
Chapitre 4 – Proverbes 7.1 à 9.18 L’appel d’une femme
Chapitre 5 – Proverbes 10 Prêt pour les proverbes?
Chapitre 6 – Proverbes 11.1 à 13.25 Par ici et par là
Chapitre 7 – Proverbes 14.1 à 16.9 L’Éternel au centre
Chapitre 8 – Proverbes 16.1 à 19.29 Vivre dans les contrastes
Chapitre 9 – Proverbes 20.1 à 22.16 Fin du premier recueil de Salomon
Chapitre 10 – Proverbes 22.17 à 24.34 Les paroles des sages
Chapitre 11 – Proverbes 25.1 à 29.27 Reprise de Salomon
Chapitre 12 – Proverbes 30 La crainte de l’Éternel: un regard personnel 
Chapitre 13 – Proverbes 31 La sagesse vécue

Notes

Disponibles dans toutes les bonnes librairies, ici et , ou chez l’éditeur, à l’unité ou en pack.

Ascension

Ascension de Jésus, par John Singleton Copley (1775)

Ascension de Jésus, par John Singleton Copley (1775)

Le livre des Actes des Apôtres, dans le Nouveau Testament, « commence avec le dernier éloignement de Jésus, son élévation au ciel(1). Jésus a continué à apparaître aux siens durant quarante jours et Luc, dans son évangile, tient à nous écrire qu’ils le virent vivant, donc non pas comme une vision, mais dans sa plénitude physique(2). C’est la belle promesse de la résurrection : qu’elle restitue les formes concrètes, que les sens en soient les témoins.

De ce jour d’adieu, après lequel Jésus ne devait plus apparaître à ses apôtres, il reste écrit un bref dialogue en ouverture du livre des Actes des Apôtres ; deux répliques seulement, mais essentielles. Certains demandent à Jésus si le moment du royaume d’Israël est proche, celui qui marque le temps final du monde. En réponse, ils obtiennent un refus, car il ne leur appartient pas de connaître ce temps-là. En revanche, ajoute Jésus, c’est à eux que revient la force de devenir ses témoins dans le monde. Jésus enseigne ainsi qu’il est vain de s’interroger sur les temps de l’échéance de la confection du monde, il est vain de chercher dans les Saintes Ecritures ou ailleurs, dans les livres d’astronomie, sa date d’extinction. De nombreuses prévisions d’apocalypse ont été tentées, mais il ne nous appartient pas de connaître le terme de l’histoire. Il appartient à l’homme, s’il a la foi, de devenir témoin auprès des autres de la nouvelle sacrée[« l’Evangile »]. Et de sentir dans cette foi la force d’accomplir ce devoir [ou cette mission]. Et pour écarter morgue et orgueil, qu’il sache[ce témoin]que cette force[ou cette puissance(3)] vient d’en haut et non pas d’eux-mêmes, qu’elle leur a été donnée par grâce et non par mérite.

Au terme du bref entretien, les apôtres le voient se hisser au-dessus d’eux et flotter en l’air pour disparaître dans un nuage. Ils ne voient pas plus loin, les sens ne vont pas plus loin, ni les leurs, ni les nôtres. Plus loin, il y a seulement la foi et cette force[cette puissance]qui descend d’en haut, saisit une personne et la lance dans le monde pour raconter.

Tel est le témoin direct, celui qui vient au nom de Dieu ». Mais les autres ? « Tous ceux qui n’ont ni force ni foi » ? Ils « peuvent du moins reconnaître dans ces personnes l’empreinte digitale, la trace du soulier de Dieu. Alors, même celui qui a du mal avec le ciel peut devenir un témoin indirect. Même s’il n’a pas vu Jésus se hisser dans les airs, il peut dire qu’il a vu la force de la foi descendre dans un de ses semblables. Il peut dire qu’il a vu la nouvelle dans un autre. »(Erri de Luca. Ascension IN Noyau d’olive. Folio, 2012, pp 36-38)

Nous-mêmes, ayant à la fois « la foi et la force », et qui n’étions pas présents, pouvons témoigner : « Jésus ? Nous « l’aimons sans l’avoir vu et nous croyons en Lui sans le voir encore, nous réjouissant d’une joie ineffable et glorieuse »(1 Pie.1v8). D’autant plus qu’il « viendra de la même manière » qu’il a été vu s’en être allé au ciel »(Actes 1v11)

Ecouter aussi, sur France culture : « l’Ascension, bien plus qu’un départ », avec la pasteure Caroline Bretones, de la paroisse du Marais, qui nous invite à observer ce récit biblique qui raconte la montée de Jésus au ciel, raconté par deux fois par l’évangéliste Luc, et qui plonge les disciples dans une sorte « d’entre deux » déstabilisant, mais ô combien nécessaire pour aller plus loin.

Initialement paru le 06 mai 2016 et mis à jour pour l’occasion.

Notes : 

(1) Lire le récit en Actes 1v1-11, livre dont Luc est également l’auteur.

(2) Résurrection sans laquelle « notre foi est vaine » cf 1 Cor.15v1-18. Voir aussi Luc 24.

(3) Cette « force » ou cette « puissance » est en réalité une personne divine : le Saint-Esprit(Actes 1v8, cf Jean 14v1616)

De l’imagination, « cette faculté transversale »

« Ce dont cet homme a besoin » ou le point de vue du dominant, par Andy Singer

« L’imagination est ici la faculté de nous mettre à la place d’autrui, mais sans nous croire véritablement à sa place, et sans nous en faire une image. C’est un art délicat. D’autant plus délicat que l’imagination baigne dans l’imaginaire dominant d’une époque, d’un milieu, d’une culture ».

(Olivier Abel. De l’humiliation : le nouveau poison de notre société. Les Liens qui Libèrent, 2022, p 78)

« De l’humiliation, le nouveau poison de notre société”, d’Olivier Abel

Le philosophe Olivier Abel parle « du poison de l’humiliation » lors de l’émission « 28′ », sur Arte (26/04/22)

« ….Nous sommes très sensibles à la violence comme à l’injustice, et c’est certainement légitime. Mais nous sommes beaucoup moins sensibles à l’humiliation », constate Olivier Abel(1), professeur de philosophie et d’éthique à l’Institut protestant de théologie de Montpellier, dans « Arrêtons l’humiliation ! »(2).

Or, trop de femmes, d’hommes, d’enfants, se sentent régulièrement humiliés. Souvent ignoré, ce sentiment peut entraîner des dégâts considérables : se propager à toutes les sphères de la vie et amener l’humilié à devenir à son tour humiliant. Nos institutions permettent-elles à chacun de trouver sa place ?

Une interrogation pressante qui lui inspire “De l’humiliation, le nouveau poison de notre société”. Dans cet ouvrage (en cours) paru le 16 février 2022 aux éditions Les liens qui libèrent, Olivier Abel observe la dimension politique et sociale de l’humiliation : nous aurions d’un côté un discours humiliant, qui nous traite comme des “homo economicus”, avec l’injonction « consomme ! ». Et de l’autre des manipulations, de la peur ressentie par la population française.

L’humiliation joue également un rôle important dans l’histoire, vu que la Turquie et la Russie ont souvent été humiliées par l’Occident, et les Européens en paient le prix aujourd’hui.

Outre son intervention à ce sujet, lors de l’émission citée plus haut, le 26/04/22 sur Arte et que je vous recommande, Olivier Abel était également « l’invité du jour » de Paris direct, sur France 24 :

Bonne écoute !

Notes :

(1) Voir son site perso, qui présente ses travaux.

(2) Un article d’une troublante actualité, paru initialement dans la revue Projet le 17/11/16

« On n’échappe pas à l’amour » : l’exposition immersive de Pâques

Source visuel de l’expo immersive de Pâques : Temple du Marais, Paris

« On n’échappe pas à l’amour » : « Habituellement, on dit qu’on n’échappe pas à la mort  (c’est le lot de toute l’humanité) mais pour le chrétien, il y a une autre perspective avec la passion et Pâques, c’est qu’ultimement nous n’échappons pas à l’amour de Dieu. C’est sa grâce qui nous sauve… ».

C’est ce que m’explique fin mars Caroline Bretones, Pasteure du temple du Marais (Paris), que je remercie, tout en me présentant un projet particulièrement original :

« On n’échappe pas à l’amour » est le titre d’une exposition immersive qui aura lieu les vendredi 15 et samedi 16 avril au Temple du Marais, à Paris, et une manière de faire réfléchir au sens de Pâques.

Par là même, la paroisse protestante, initiatrice et organisatrice du projet, nous invite à découvrir les évangiles dits de la passion. L’expo est conçue comme un cheminement existentiel et spirituel à travers les différentes étapes qui ont mené le Christ au tombeau, du temple de Jérusalem au Mont Golgotha où il fut crucifié.

 « Le projet est venu au cours d’une réflexion sur « comment vivre différemment les temps forts de la semaine sainte ? », me raconte encore Caroline Bretones. « L’an dernier, nous avions réalisé deux vidéos, l’une pour le jeudi saint et le dernier repas, l’autre pour le vendredi saint (lecture méditative et musicale).

Cette année, nous avions envie de vivre quelque chose de différent et de faire en sorte de pouvoir inviter largement, d’où l’expo.

On s’est vite aperçus que le temple se prêtait merveilleusement à un tel projet : le parcours que nous [une équipe de théologiens et d’artistes] avons conçu part du temple (juste après que Jésus a chassé les marchands), et se poursuit dans les différents espaces (choeur, grande sacristie, courettes, crypte, petite crypte) jusqu’à aboutir dans la petite loge attenante au temple qui donne sur la rue… Les gens ne se croiseront à aucun moment ! Nous avons imaginé aussi une bande son [réalisée par Estienne Rylle] qui accompagnera les visiteurs dans chaque espace pour favoriser le côté « immersif », ainsi que le livret qui donnera accès aux textes bibliques et à des petites méditations sur chaque scène. Nous avons aussi bénéficié de la créativité de nos artistes pour imaginer les mise-en-scènes ».

Le parcours à travers les différentes pièces « s’est imposé d’emblée », « de telle sorte que cela forme un vrai cheminement, qui va du chaos dans le temple (surabondance d’objets divers) au dépouillement extrême de la petite crypte qui représentera le tombeau. Nous avons ensuite travaillé à partir des textes bibliques que nous avons relus ensemble avec les artistes. Chacun est venu avec ses idées, des propositions de mise en scène, des impressions, des images. Idem pour la bande son. Nous avons fait des choix ».

Le temple du Marais souhaite « inviter largement », au-delà de la paroisse et du « cercle chrétien ». Mais comment quelqu’un, qui ne s’estime « pas croyant », ou même « sans culture biblique » (pour ne pas dire « religieuse »), peut-il se sentir concerné et entrer dans ce parcours immersif ? Et comment peut-il espérer en ressortir ?

« Notre principale cible cette année, ce sont justement ceux qui ne sont pas familiers des églises et de tout ce que représente la semaine sainte », précise encore Caroline Bretones. « Nous profiterons du fait que notre bâtiment attire le regard et que les gens ont spontanément envie d’y entrer pour visiter…

A partir de là, nous parions sur le fait que les mise en scènes et le livret vont leur permettre de vivre quelque chose de fort spirituellement. Et pourquoi pas, leur donner envie de venir célébrer Pâques le dimanche !! »

Merci, Pasteure Caroline Bretones, pour ce projet et pour toutes vos explications !

Chers lecteurs, à vous de jouer ! Et en vous souhaitant une « Joyeuse Pâques immersive » ce week-end !

En bref : 

 « On n’échappe pas à l’amour » : exposition immersive de Pâques

Lieu : Temple du Marais, 17 rue Saint Antoine 75004 Paris

Horaires de l’expo :

Vendredi 15 avril de 15h à 21h.

Samedi 16 avril de 11h à 17h.

Suivi d’un Culte de Pâques au temple du Marais, dimanche 17 avril 10h30 et 17h30 (culte en ligne : 10h25)

La vidéo de l’expo

Le parcours :

1er espace : La purification du temple

Lire : Marc 11, 15-19

Réflexion :

– Est-ce qu’il y a des choses qui encombrent ma vie aujourd’hui ?

– Y a-t-il des soucis ou des préoccupations que j’ai envie d’abandonner maintenant ?

2ème espace : Le dernier repas

Lire : Luc 22,7-22 et 33-34

Réflexion :

– Que représentent pour moi ce pain et ce vin ?

– Est-ce que je me sens invité(e) à cette table ?

3ème espace : Gethsémani

Lire : Marc 14, 32-52

Réflexion :

– Quels sont mes combats, mes résistances ?

– Est-ce que, moi aussi, j’ai du mal à prier, ou simplement à me tourner vers Dieu ?

4ème espace : Le reniement de Pierre

Lire : Luc 22, 54-62

Réflexion :

– Quel est le regard qui compte le plus pour moi : mon propre regard, celui des autres ou celui de Dieu ?

5ème espace : Le procès

Lire : Jean 18, 29-38 et 19, 4-16

Réflexion :

– Qui accuse ? Qui est accusé ? Quels sont les chefs d’accusation ?

– Quelle est la vérité qu’on veut faire taire ici ?

6ème espace : Les outrages

Lire : Mathieu 27, 27-31

Réflexion :

– Quel est mon rapport à la violence, au mépris, au désir de revanche ?

– L’amour a-t-il encore son mot à dire ?

7ème espace : La crucifixion

Lire : Luc 23, 26-49

Réflexion :

– Je regarde ma vie : y a-t-il des défaites qui sont devenues des victoires ?

– Qu’est-ce qui me submerge ici ?

8ème espace : La mise au tombeau

Lire : Marc 15, 42-47

Réflexion :

– Dieu est-il absent ou présent ou maintenant ?

La mort recouvre tout, tel ce drap qui recouvre le sol de la crypte.

Mais où est la tombe ? Où est le corps de Jésus ?

Quelque chose nous échappe. Ou nous saisit.

Nous devons traverser encore ce mystère, marcher sur la mort pour aller vers la lumière.

Le mois de la Bible se clôture « en live »

Pour terminer en beauté l’édition 2022 du Mois de la Bible, l’Alliance Biblique Française, dont la mission consiste à mettre la Bible à la portée de tous, s’associe à la Plateforme protestante des radios pour proposer un live exceptionnel le jeudi 31 mars de 20h00 à 22h30. Chanteur, réalisateur ou encore acteur se succèderont sur le plateau pour livrer leur éclairage sur la thématique de cette année : « Quand la Bible inspire les artistes ».

L’émission sera diffusée sur la chaîne YouTube de l’Alliance biblique française et sur les réseaux sociaux des différents partenaires (parmi lesquels la Fédération protestante de France et Radio Arc-en-ciel). Au programme de cette soirée exceptionnelle, des artistes (Meak – auteur compositeur, la conteuse Myriam de Beaurepaire, Estienne Rylle – d’Epiclèse, Claire Oberkampf etc.) mais aussi des chroniqueurs (Jean-Luc Gadreau – Solaé, sur France culture, Sara Le Levier – de l’Alliance Biblique Française, David Métreau – de Christianisme aujourd’hui, Claire Bernole – de Réforme, PRIXM – le média qui nous fait redécouvrir la Bible, etc.).

Pour ne rien manquer, il vous suffit de cliquer sur « définir un rappel » en vous rendant sur la page Youtube dédiée.  

En savoir plus sur l’Alliance Biblique Française et ses projets.

En attendant : vous l’avez peut-être « vu passer », mais ne manquez pas le nouvel épisode du podcast « au commencement », proposé par l’Alliance Biblique Française, ou « la grande histoire » biblique vue par le biais d’histoires personnelles qui l’émaillent. Plongez dans une histoire où la bienveillance et la loyauté permettent de traverser les épreuves. Celle de deux femmes : Noémi, brisée par les deuils successifs, et Ruth, fidèle et dévouée dans l’adversité.

Dans un autre genre et dans la même idée, il y a aussi « The Chosen », la première série multi-saisons sur la vie de Jésus-Christ et -particulièrement – de celles et ceux qui l’ont rencontré [à moins que ce ne soit le contraire] et entouré durant son ministère public.

Que choisir : Notre environnement ou notre économie ?

La pollution et la mort de l’homme : un « classique » qui garde toute sa pertinence et son actualité, 40 ans après…

 « Si vous pensez vraiment que notre environnement est moins important que notre économie, essayez juste d’arrêter de respirer le temps que vous comptiez votre argent ». Guy McPherson (1)

A lire : « la pollution et la mort de l’homme », notre recension du livre de Francis Schaeffer

Et « pourquoi je crains le réchauffement climatique », une analyse de Charles Eisenstein, philosophe américain et conférencier, dont les travaux couvrent un large éventail de sujets, de l’histoire de la civilisation humain à l’économie du don, en passant par l’écologie.

Initialement paru le 16/06/2021

Note :

(1) Guy Mc Pherson (né en 1960) est un ancien professeur d’université d’écologie. Il a quitté le monde de la recherche universitaire, et la vie dans la société américaine pour exploiter, conformément à ses valeurs,  une ferme écologique, changement  qu’il a décrit dans un livre, ‘Walk away from the Empire‘ et dans son blog.  Le livre ‘Going dark’ expose ses inquiétudes pour la Planète. Aujourd’hui, il expérimente personnellement un mode de vie écologique. Il élève des chèvres et  cultive son jardin. Ses recherches l’ont mené à prendre très au sérieux la vitesse à laquelle les espèces vivantes disparaissent aujourd’hui et le changement climatique (Source : Le Temps.ch)

Un défi spirituel : « Rester calme aujourd’hui »

« Lâchez les armes ! Reconnaissez que je suis Dieu !
Je triomphe des nations, je triomphe de la terre ».
(Psaume 46v11. TOB)

« Dis plutôt : ils sont heureux ceux qui écoutent la Parole de Dieu et qui lui obéissent » (Luc 11v28. PDV)

Parole du jour

Comme il est facile de lire ou d’entendre les mots de l’Ecriture et de les oublier ! Jésus dit à un auditeur enthousiaste que la véritable bénédiction vient de la persévérance. Les paroles de Jésus peuvent nous émouvoir par leur beauté ou leur idéal élevé ; mais la charge émotionnel ne conduit pas à l’action, son effet est semblable à celui d’une cartouche à blanc : un éclair, du bruit, un peu de fumée, et rien de plus.

Méditation

Rester calme aujourd’hui va demander de la concentration. Avant d’être agités par le stress de la journée, nous avons besoin de trouver le silence intérieur et de savoir que Dieu est Dieu. Devant tout ce qui réclame dans l‘urgence notre temps, notre attention et nos engagements, nous devons discerner ce qui est d’une importance centrale. Pour cela, nous avons besoin de tranquillité, la tranquillité du centre autour duquel tournent les événements, la tranquillité de Dieu qui agit selon son dessein, et non pas selon celui qui crie le dernier ou le plus fort.

Prière

Quand tu as parlé, Ô Dieu créateur, tu as fait sortir l’ordre du chaos. Mets de l’ordre dans ma vie, afin que je puisse ne pas être distrait par le bruit et la confusion de ce qui est urgent, en perdant de vue ce qui a une véritable importance. Dans toute cette clameur, aide-moi à entendre ta voix, et lorsque je l’entends, donne-moi la grâce de lui obéir, par Jésus, le Christ, notre Seigneur.

Notre Père

« Notre Père qui es aux cieux,
fais connaître à tous qui tu es,
fais venir ton Règne,
fais se réaliser ta volonté
sur la terre à l’image du ciel.
Donne-nous aujourd’hui le pain dont nous avons besoin,
pardonne-nous nos torts envers toi,
comme nous-mêmes nous avons pardonné à ceux qui avaient des torts envers nous,
et ne nous conduis pas dans la tentation,
mais délivre-nous du Tentateur ».

(Matt.6v9-13. TOB)

(Source : d’après « Chaque matin, chaque soir : un compagnon pour la prière quotidienne », de Paul Sheppy. Editions Olivétan, 2011, p32)

« Bientôt Pâques ! » Un voyage biblique pour toute la famille

(Source image : BLF éditions)

Le saviez-vous ? Dieu est le Dieu de la fête et de la joie. Il a à cœur la réjouissance et a mis en nous le sens de la réjouissance !

Le saviez-vous ? Pâque (sans « s ») ou « Pessah » est l’une des fêtes bibliques majeures pour nos amis juifs, laquelle, selon le livre de l’Exode, est une fête de la mémoire, du souvenir de ce que Dieu a fait pour Son peuple, et de la liberté.

De même, la fête la plus importante – et le meilleur moment de l’année – pour les chrétiens n’est pas Noël…mais Pâques !

Cette fête célèbre en effet la résurrection de Jésus-Christ, de là son importance, car « si Christ n’est pas ressuscité, notre foi est vaine » (1 Cor.15v12-19), avec cette espérance que notre dernier ennemi, la mort, n’aura pas le dernier mot !

« Bientôt Pâques ! », c’est le cri de ceux qui accueillent une fête tant attendue, et aussi le titre d’un livre d’Ed Drew, paru chez BLF, qui nous propose de la vivre comme un voyage biblique pour toute la famille en 10 minutes par jour, grâce à des animations simples, courtes et adaptées à tous.

En effet, cette fête n’est pas faite ( !) pour être fêtée seul : elle est une occasion de se réjouir à plusieurs, à l’instar des hébreux qui devaient se retrouver à plusieurs familles dans les maisons, pour manger leur agneau pascal.

Ce voyage biblique nous fait cheminer à travers l’Évangile selon Luc et certains passages de l’Ancien Testament, pour découvrir l’histoire la plus époustouflante jamais racontée : la mort et la résurrection de Jésus-Christ.

Chaque jour, en marchant sur les traces de Jésus, nous découvrons une nouvelle histoire :

  • Louer le retour du roi lorsque Jésus entre dans Jérusalem sur un ânon.– Écouter comment un homme innocent est condamné à la punition suprême.
  •  Pleurer la mort du roi de l’univers.
  • Goûter au soulagement de savoir que la souffrance de Christ nous conduit dans son royaume.
  •  Contempler le roi ressuscité.
  •  Imaginer la colline à l’extérieur de Jérusalem, depuis laquelle les disciples regardent leur meilleur ami être enlevé au ciel pour régner.
  • Découvrir la plus grande histoire de toute l’Histoire de l’humanité.

Il suffit de consacrer dix minutes par jour pour se préparer à Pâques en famille, ou, s’il n’y a pas d’enfants, en couple ou entre amis.

Il y a cinq études par semaine, mais si le rythme de cinq études par semaine paraît irréaliste, les « histoires clés » sont indiquées dans le livre pour nous aider.

Le point fort du livre réside dans les animations dynamiques et créatives proposées, faciles à suivre, basées sur l’Évangile de Luc. Des questions sont adaptées à tous les âges, 3-4 ans, 5-7 ans, 7-12 ans, adolescents et adultes, pour n’oublier personne, et devraient susciter des discussions passionnantes en famille ou entre amis.

A bientôt, à Pâques ! « Le Seigneur est réellement ressuscité ! »

En bref : « Bientôt Pâques ! Un voyage biblique pour toute la famille en 10 minutes par jour », de Ed Drew. BLF éditions, 2022. Reçu gracieusement en service presse de la part de l’éditeur, que je remercie !

Disponible chez l’éditeur ou dans toutes les bonnes librairies, ici ou .

L’auteur : Pendant douze ans, Ed Drew a travaillé auprès des enfants dans une église de la banlieue londonienne. Il est actuellement le directeur de Faith in Kids (faithinkids.org). Il est marié à Mary et a trois enfants.

Table des matières

Avant de commencer

Tableau des histoires clés

Jour 1 : Le retour du Roi
Jour 2 : La promesse d’un Roi monté sur un ânon
Jour 3 : Le grand ménage dans le temple
Jour 4 : Tous contre Jésus
Jour 5 : Exactement comme Jésus l’avait dit
Jour 6 : Le corps et le sang
Jour 7 : Comme un agneau
Jour 8 : La grande déclaration de Pierre
Jour 9 : Jésus boit la pire coupe
Jour 10 : Arrêté par les gardes
Jour 11 : Abandonné
Jour 12 : Harcelé, battu, ridiculisé
Jour 13 : Je suis
Jour 14 : Il n’a rien fait de mal
Jour 15 : Crucifie-le ! Crucifie-le !
Jour 16 : Cloué sur une croix
Jour 17 : C’est par ses blessures que nous sommes guéris
Jour 18 : Sauve-toi toi-même
Jour 19 : Sauvé de justesse !
Jour 20 : Les ténèbres et le voile déchiré
Jour 21 : Traité comme un ver
Jour 22 : Il est mort
Jour 23 : Déposé dans un tombeau
Jour 24 : La mort promise
Jour 25 : Il n’est pas ici !
Jour 26 : Du grand n’importe quoi ?
Jour 27 : Vu (mais pas reconnu)
Jour 28 : Comme un feu dans notre cœur
Jour 29 : Il a reçu tout pouvoir pour l’éternité
Jour 30 : Vu, touché, nourri
Jour 31 : Proclamez son nom
Jour 32 : Il est parti, mais nous sommes dans la joie !
Jour 33 : Un Vendredi saint et bon !
Jour 34 : Quelle joie !

Chronologie biblique

Conseils pratiques