Peut-on être chrétien et être obsédé par « la pureté de la race » ?

"Saint Matthieu écoutant l'ange lui dicter le Nouveau Testament" par le Caravage (Première version, 1602. Refusée par les commanditaires du tableau, détruit en 1945)

« Saint Matthieu écoutant l’ange lui dicter le Nouveau Testament » par le Caravage(1571-1610), peintre italien d’inspiration biblique. Première version de l’oeuvre (1602). Refusée par les commanditaires du tableau, détruit en 1945)

…. « Chrétien », c’est à dire « petit Christ », celui qui aime, suit et obéit au Christ, son Sauveur et son Seigneur.

La réponse, dans le chapitre 1, versets 1 à 16, de l’évangile selon Matthieu :

Ledit évangile « commence par une liste de noms », à l’instar du livre de l’Exode, dans l’ Ancien Testament, qui commence par un « voici les noms ».

« Elle hattoledot », elles, les générations

Il est édifiant de noter que « le début du Nouveau Testament ne part pas de zéro, à partir de Jésus, mais ressent le besoin de nommer les générations qui l’ont précédé. Ces dernières croisent David, ancêtre obligatoire du Messie, pour les juifs et les chrétiens (…)

Trois douzaines et demie de générations se succèdent dans l’espace des seize premiers vers de Matthieu, des noms d’hommes devenus des stations d’une ligne aboutissant au terminus du monde, au Messie. Au milieu de la liste, exceptionnellement et par contraste, se détachent trois femmes [étrangères]. Une est Rahab, la prostituée de Jéricho qui sauva les espions envoyés par Josué. Les deux autres étrangères au peuple du livre sont Tamar, la cananéenne, et Ruth, la moabite. Elles épousent des juifs, restent veuves sans enfants. Elles se dépensent sans compter pour rester dans la maison et dans la foi rencontrée. Puissantes de fertilité réprimée et inexaucée, elles donneront des fils à la terre et aux gens de Judas, quatrième fils de Jacob. Elles donneront des fils à la descendance du Messie.

Tamar et Ruth : deux femmes d’autres peuples entrent dans la lignée la plus sacrée et ont le très pur privilège d’être les premiers noms féminins du Nouveau Testament, avant même celui de Marie.

Le Messie qui contient en lui les semences et la concorde de peuples hostiles se déclare ainsi loin de toute pureté de sang. Deux femmes : pour enseigner que le mélange génétique n’est pas une exception, mais qu’il répond à une volonté. Deux fois : dans l’Ecriture la répétition est un sceau de confirmation [Cf Deut.19v6, 15 ; 2 Cor.13v1]….Ainsi se renouvelle la parole de l’Ancien Testament rapportée par Esaïe (1) : « Les fils de l’étranger qui s’attachent au SEIGNEUR pour assurer ses offices, pour aimer le nom du SEIGNEUR, pour être à lui comme serviteurs, tous ceux qui gardent le sabbat sans le déshonorer et qui se tiennent dans mon alliance, je les ferai venir à ma sainte montagne,
je les ferai jubiler dans la Maison où l’on me prie ; leurs holocaustes et leurs sacrifices seront en faveur sur mon autel, car ma Maison sera appelée : « Maison de prière pour tous les peuples » (Es.56v6-7. TOB).

Ruth : une étrangère au peuple de Dieu, qui se retrouve intégrée dans la généalogie du Messie et qui donne son nom à un livre de la Bible ! ("L'été ou Ruth et Booz" de Nicolas Poussin. 1660-1664. Musée du Louvre, Paris)

Ruth : une étrangère au peuple de Dieu, qui se retrouve intégrée dans la généalogie du Messie et qui donne son nom à un livre de la Bible !
(« L’été ou Ruth et Booz » de Nicolas Poussin. 1660-1664. Musée du Louvre, Paris)

Dans ce message d’accueil, le Nouveau Testament colle à l’Ancien et honore Tamar et Ruth, filles de l’étranger, en les nommant à l’entrée de sa maison.

La vie de Ruth se passe au temps des Juges (….), la période qui suit la conquête de la Terre promise mais non offerte en cadeau (….) Quand disparaît la génération du désert, témoin des colossales interventions de Dieu, manne comprise, les Hébreux se dispersent. Ils subissent les offensives des autres peuples(…).

Parmi les différents peuples qui arrivaient à l’emporter alors sur Israël, il y eut les Moabites, qui vivaient à l’est du Jourdain. Leur domination sera brisée par un téméraire attentat. Ehud, un gaucher de la descendance de Benjamin, réussira à plonger sa courte épée jusqu’à la garde dans le surabondant embonpoint d’Eglon, roi de Moab. Et il parviendra aussi à s’échapper et à appeler à l’insurrection. Pendant la révolte, dix mille Moabites tombent (…) aux gués du Jourdain[Juges 3v15-30]. Quand on lit, en ouverture du livre de Ruth, qu’une famille juive émigre en terre de Moab au temps des Juges, il faut savoir que les relations entre les deux peuples n’étaient pas cordiales. Et pourtant, la famille d’Elimélekh, une femme et deux fils, fuyant la famine de la terre de Judée, est accueillie avec générosité. Les habitants de Moab les hébergent, donnent une épouse aux deux fils. Ce peuple, malgré les deuils de la guerre, a accueilli les émigrants de la nécessité. Mais la famille d’Elimélekh porte en soi une grave faute : elle est la première, depuis la conquête de la Terre promise, à l’abandonner. C’est une désertion que les hommes de cette famille, responsables de la décision, paieront de leur vie.

Ce n’est qu’à la mort du dernier mâle que Naomi, veuve d’Elimélekh, sera libre de choisir et elle choisit vite : elle revient. Une des belles-filles moabites, Ruth, s’attache à elle et veut suivre sa belle-mère. Elle s’attache : l’hébreu emploie le verbe « davak », celui du psaume 137 (v6) : « s’attachera[tidebbak] ma langue à mon palais si je ne me souviens pas de toi, si je ne fais pas monter Jérusalem sur la tête de mon allégresse ». Comme la langue au palais, ainsi Ruth s’attache à Naomi par dévouement et par entraînement d’amour pour le peuple d’Israël, pour sa foi. Les gestes qui préparent le futur partent de sentiments inexorables.

C’est une des histoires que les générations apprennent et se transmettent. Tout lecteur a le droit de se sentir héritier du tout, d’en souligner un verset, une figure. Ici, on célèbre Ruth, femme de conjonction des deux alliances, les testaments réunis pour nous dans le format Bible »(2).

 

 

Notes : 

(1) La traduction d’Erri de Luca donne : « Et fils de l’étranger prêtés à Yod pour son culte et pour amour du nom de Yod, afin d’être pour lui des serviteurs ; ceux qui observent le sabbat sans le profaner et ceux qui se renforcent dans mon alliance. Et je les ferai venir vers ma montagne sainte et je les remplirai de joie dans la maison de ma prière, leurs offrandes et leurs sacrifices sont selon ma volonté sur mon autel : car ma maison, maison de prière sera appelée pour tous les peuples »(« Comme une langue au palais ». Arcades Gallimard, 2006, p88)

(2) D’après « Comme une langue au palais », dans le recueil éponyme d’Erri de Luca. Arcades Gallimard, 2006, pp 85-91). Du même, où l’on retrouve ce commentaire de la généalogie du Messie : « Les Saintes du scandale ». Folio, 2014.

Voir aussi, sur cette généalogie : Céline Rohmer, « L’écriture généalogique au service d’un discours théologique : une lecture de la généalogie de Jésus dans l’évangile selon Matthieu », Cahiers d’études du religieux. Recherches interdisciplinaires [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 06 janvier 2017, consulté le 12 février 2017. URL : http://cerri.revues.org/1697 ; DOI : 10.4000/cerri.1697

« Partage des tâches »

Quel "partage des tâches" dans le couple Luther ? Par Andy Singer

Quel « partage des tâches » dans le couple Luther ?
Par Andy Singer

« La première se vêtit en prostituée pour s’offrir à l’homme

désiré.

La deuxième était prostituée de profession et trahit

son peuple.

La troisième se glissa la nuit sous les couvertures

d’un riche veuf et se fit épouser.

La quatrième fut adultère, elle trahit son mari qui

fit tuer son amant.

La dernière tomba enceinte avant ses noces et l’enfant

n’était pas de son époux.

C’est par ces cinq femmes que passe l’histoire la plus ambitieuse du monde, celle du monothéisme et du messie/mashiah, littéralement oint d’huile sainte ».
Telles sont « les saintes du scandale » : Tamàr la Cananéenne, Rahàv la prostituée étrangère, Ruth la Moabite, Bethsabée la femme adultère et Miriam(Marie), « la mère de Jésus ».

« Les saintes du scandale »*, c’est aussi le titre du dernier récit d’Erri de Luca, publié dans une belle édition enrichie d’une quinzaine de reproductions en noir et blanc (dont deux versions d’un tableau de commande du peintre Le Caravage) et lu cet été. Il s’agit d’une nouvelle et passionnante aventure exégétique, dans laquelle l’auteur napolitain parle de « transmission » et reprend « l’histoire la plus ambitieuse du monde, celle du monothéisme et du Messie », en bouleversant les idées reçues. Lesdites idées reçues bouleversées sont relatives aux places respectives de l’homme et de la femme, et, de façon particulière, de celle de la femme dans le plan du salut de Dieu, via la place inattendue de « certaines » femmes dans la généalogie(mâle) du Messie(cf Matthieu 1). Par-delà « le scandale », c’est toute la raison d’être de la venue de Christ dans le monde qui apparaît au travers de cette généalogie ainsi assumée**.

 

A découvrir dans les meilleures librairies !

En attendant, voici un extrait :

« Il existe un partage des tâches entre homme et femme, plus flou aujourd’hui, mais vigoureux alors. La femme est chargée de s’occuper de la reproduction de la vie et à l’homme revient la tâche seconde de transmettre la loi, l’histoire, l’alliance, à graver dans sa chair par l’entaille du prépuce.
Mâle se dit zakhar en hébreu, qui vient du verbe rappeler. C’est en cela que consiste le masculin, recevoir et transmettre à la génération suivante le bagage sacré.
Femelle se dit nekeva en hébreu, du verbe graver. Femelle est incision, fissure, d’où sort la vie. C’est à elle que revient la charge de la nativité. Le nom du premier fils de l’histoire sainte, Caïn, est donné par sa mère. Adam, qui a pourtant mis un nom sur toutes les créatures du jardin, ne peut en donner un à son fils. c’est une prérogative d’Eve/Havva.
Les lettres hébraïques sont du genre féminin. Le corps écrit de la Thora, confié à l’arbre de transmission masculin, est composé de cellules féminines, c’est pourquoi il est vivant et produit de nouvelles pousses à chaque lecture, dans chaque génération. Même l’Ecriture sainte, le domaine le plus strictement masculin, est constituée de vie féminine grâce aux lettres ».(op. cit., pp15-17)

 

Note :

* Erri de Luca. Les saintes du scandale. Mercure de France, avril 2013. Traduction de l’italien par Danièle Valin.

**Voir notre billet sur Matthieu 1 : https://pepscafeleblogue.wordpress.com/2013/06/18/qui-jesus-appelle-t-il/

« C’est maintenant le moment où se décide le sort de ce monde » : lecture de Pâque(s) selon Jean

Plante verte par George Hodan

Plante verte par George Hodan

Nous sommes vendredi. Voici une lecture pour Pâque(s). Originale. Selon Jean.
Voici d’étranges et mystérieuses déclarations du Seigneur Jésus-Christ, qui semblent-en apparence-« à côté de la plaque », vu les questions de départ posées. A moins qu’elles ne nous prennent à contre-pied et nous invitent à une décision personnelle à son sujet.
Une lecture sans commentaire. Pour que nous soyons attentifs au texte même et aux paroles du Seigneur Jésus.

Bonne lecture, bonne méditation et réflexion(n’hésitez pas à nous faire part de vos réactions à ce passage au pied du présent billet) ! Et un bon « Jésus-Christ est(réellement)ressuscité ! »(Luc 24v34)

 

Parmi ceux qui étaient venus(à Jérusalem)pour adorer Dieu pendant la fête, il y avait quelques Grecs. Ils allèrent trouver Philippe qui était de Bethsaïda en Galilée et lui firent cette demande : nous voudrions voir Jésus.
Philippe le dit à André, puis tous deux allèrent ensemble le dire à Jésus.
Celui-ci leur répondit :
L’heure est maintenant venue où le Fils de l’homme va entrer dans sa gloire. Vraiment, je vous l’assure :

si le grain de blé que l’on a jeté en terre ne passe pas par la mort, ll reste ce qu’il est, un grain unique. Par contre, s’il meurt, il donne naissance à d’autres grains et il porte du fruit en abondance.Celui qui est attaché à sa vie propre la perdra, mais celui qui fait peu de cas de sa vie en ce monde la retrouvera pour la vie éternelle. Si quelqu’un veut être à mon service, il devra me suivre et passer par le même chemin que moi. Mon serviteur sera là où je serai. Si quelqu’un est à mon service, le Père lui fera honneur.
A présent, je suis angoissé, mon coeur est en émoi. que dois-je faire ? Vais-je dire : Père, épargne-moi cette heure de souffrance ? Mais c’est précisément pour passer par cette heure-là que je suis venu ! Je dirai : Père, glorifie ton nom.
Alors, une voix se fit entendre, venant du ciel :
J’ai déjà fait éclater ma gloire, et je continuerai à le faire.
Les gens qui se trouvaient là et qui avaient entendu le son de cette voix crurent que c’était un coup de tonnerre. D’autres disaient :
Un ange vient de lui parler.

Mais Jésus leur déclara :
Ce n’est pas pour moi que cette voix s’est fait entendre, c’est pour vous. C’est maintenant le moment où se décide le sort de ce monde. Oui, maintenant, le prince de monde va être destitué.

"La vieille croix" : en réalité toujours d'actualité et nécessaire pour nous. Gardons-nous de "la neuve" ou de la prétendue "originale", "dans le vent", mais sans puissance

« Et quand j’aurai été élevé de la terre, j’attirerai tous les hommes à moi », dit Jésus

Et moi, quand j’aurai été élevé de la terre, j’attirerai tous les hommes à moi.
Par cette expression, il voulait faire allusion à la manière dont il allait mourir.

La foule objecta : la loi nous apprend que le Messie vivra éternellement. comment peux-tu dire que le Fils de l’homme doit être élevé au-dessus de la terre ? Au fait, qui est donc ce Fils de l’homme ?
Jésus leur dit alors :
La lumière est encore parmi vous, mais plus pour longtemps. Marchez tant qu’il fait clair, pour ne pas vous laisser surprendre par l’obscurité, car celui qui marche dans l’obscurité ne sait pas où il va. Tant que vous avez la lumière, croyez en la lumière, confiez-vous en elle afin que vous deveniez vous-mêmes des enfants de lumière.

Après avoir dit cela, Jésus s’en alla et se tint caché loin d’eux.

(Jean 12v20-36. version « Parole vivante »)

Pour ne pas être « à côté de la P(l)âque »…

Pâque (ou Pessah) commence ce soir…..

 

Chaque année, en cette circonstance, la communauté juive fait disparaître tout levain des maisons, et durant 8 jours, ne mange plus que du pain azyme. Les plus anciens racontent également une très belle histoire aux plus jeunes : d’où ils viennent et ce que Dieu a fait(cf Exode 1-15). « Pessah »(l’institution se trouve en Exode 12) est donc la célébration d’un « passage »(c’est le sens du mot « Pâque »), d’une libération et d’une renaissance, comme vous pourrez le découvrir à la lecture de ces chapitres du livre de l’Exode cités plus haut.
Ce premier soir a lieu le « séder », célébré en famille.

Sur la table, on réserve une coupe de vin à Élie(la coupe « messianique »), prophète dont l’histoire est racontée en 1 Rois 17-2 Rois 2v11. Ce dernier n’a pas connu la mort(à l’instar d’Hénoc cf Gen.5v21-24), puisqu’il a été enlevé au ciel par Dieu, dans un char de feu(2 Rois 2v11). Depuis cette ascension, le prophète Elie est considéré comme l’annonciateur de la venue du Messie(comparer avec Luc 1v13-17), promesse de libération définitive pour le peuple d’Israël(cf Malachie 4v4-6). Cette coupe pour Elie est une façon de souhaiter la bienvenue au prophète, ou bien à son prochain. Traditionnellement, la porte d’entrée est ouverte ce soir là pour l’accueillir*.

Les chrétiens, quant à eux, célèbrent, non seulement « la mort du Seigneur » Jésus-Christ, « notre Pâque »(1 Corinthiens 5v7 cf Matt.26-27 ; Marc 14-15 ; Luc 22-23 ; Jean 18-19), mais aussi, surtout, Sa résurrection**(Matt. 28 ; Marc 16 ; Luc 24 ; Jean 20). Ils attendent Son retour. Ils célèbrent eux aussi un « passage », celui de la mort à la vie(nouvelle) cf Romains 6v4. Ils se souviennent « d’où ils viennent »(ils étaient « esclaves…du péché »)et « de ce que Dieu a fait » en Jésus-Christ(1 Pie.1v18-21).
Ils sont également exhortés à faire disparaître de leur vie et de leur coeur « tout levain de malice et de méchanceté » (cf 1 Cor.5v8) ou tout ce qui viendrait s’ajouter à la vérité biblique ou qui n’aurait rien à voir avec Pâque(les oeufs, les lapins et les poules en chocolat, par exemple). Et « célébrer la fête » avec « des pains sans levains de la pureté et de la vérité »(1 Cor.5v8)

Vous-mêmes, vous êtes sans doute croyants(pratiquants, confessants ou de tradition) et Pâque a du sens(ou un certain sens)pour vous….Lorsque vous célèbrerez cette fête, la place d’honneur sera-t-elle réservée au Christ, au Messie ? « La porte d’entrée »(de votre coeur) sera-t-elle ouverte, ce soir-là, pour l’accueillir ? Attendez-vous Son(prochain, prompt) retour ? Le fait de savoir qu’Il est vivant a-t-il une conséquence réelle et pratique dans votre vie ?

 

Prochainement, seront publiés deux billets, l’un sur le sens de la mort de Jésus-Christ à la croix et l’autre sur une conséquence de Sa résurrection.

 

En attendant, je vous souhaite une « bonne Pâque » ou un « Christ est(réellement)ressuscité ! »(Luc 24v34)

 

Notes :

* http://www.rosee.org/rosee/page90.html ; http://www.chiourim.com/f%C3%AAtes/pessah/la_coupe_du_prophete_elie.html ; http://www.chiourim.org/paracha-pinhas/la-chaise-du-prophete-eli.php

** A noter que les chrétiens(orthodoxes) grecs se saluent de la sorte : (Le)Christ (est) ressuscité ! (Χριστός Ανέστη! Christos anesti).

Notre regard sur le pauvre : Rois et Prophètes

"Ce dont cet homme a besoin" ou le point de vue du dominant-bis, par Andy Singer

« Ce dont cet homme a besoin » ou le point de vue du dominant, par Andy Singer

Le 17 janvier 2013, nous avions démarré une étude biblique nous invitant, à travers un examen approfondi des Ecritures(Ancien et Nouveau Testaments), à (re)considérer  « Notre regard sur le pauvre, l’étranger et l’éprouvé» et, par là même, à rejoindre Dieu Lui-même dans Sa façon de considérer le pauvre.

Après cette introduction au thème, la première partie de l’étude rappelait ce que la loi prévoit pour le pauvre et « la justice sociale », et ce qu’elle nous apprend sur le regard de Dieu sur le pauvre.

Il est intéressant de noter que le roi d’Israël, une fois sur le trône, devait s’appliquer à faire une copie de la loi pour son usage personnel, afin de l’observer(y compris, donc, ce qui est relatif au droit du pauvre). Il devait également veiller à se garder de tout train de vie « bling bling »(Deut.17v14-20. Comparer avec celui de Salomon, pourtant le roi le plus sage que la Terre ait porté : 1 Rois 1011).

Une certaine conception dite « libérale conservatrice » tend à cantonner « le roi » dans ses domaines dits « régaliens »(Justice, police-« sécurité », armée, diplomatie). Or, une telle conception oublie que le rôle du roi(aussi bien celui d’Israël que les rois des nations) est aussi d' »ouvrir la bouche pour le muet », de « prendre la cause de tous les délaissés », et de « défendre le pauvre et l’indigent »(Prov. 31v8-9 ; Ezéch.34-où les « bergers » ont le sens de « chefs politiques » dans ce passage-et cf Jér.22v2-5, 15, avec ce discours de Jérémie au roi de Juda).

Mais que se passe-t-il, si la loi n’est pas respectée par le peuple ou même par celui ou ceux censés l’appliquer les premiers et enseigner/inciter les autres à la suivre ?

C’est alors qu’interviennent les prophètes, porte-parole de Dieu, dont l’étude des messages concernant la pauvreté et la justice sociale fera l’objet de cette nouvelle partie.

Les premiers d’entre eux sont Nathan(qui, par le biais d’une parabole sur « la brebis du pauvre et l’invité du riche », rappelle au roi David, coupable de meurtre et d’adultère, ce que signifie être « le berger d’Israël » cf 2 Sam. 12v1-13) et Elie, face à Achab (1 Rois 21). Néanmoins, Amos est, semble-t-il, le premier des Prophètes dont les paroles figurent dans un livre qui porte son nom.

 

Lecture du livre d’Amos :
Le ministère prophétique d’Amos se situe à la fin du long règne de Jéroboam II (783-783). Quelle est la particularité de ce règne ? (cf 2 Rois 14v23-29). Restituer la situation économique, morale et religieuse du peuple au temps d’Amos et de ce roi.
A qui s’adresse le message du prophète ?

No exit par Andy Singer

No exit par Andy Singer

 

Quels crimes dénonce-t-il chez les nations (Amos 1v3-2v3) ? Que reproche-t-il à Israël ? Qu’est-ce qui est bafoué ? Voir 2v6-16(comparer avec Ex 23v6-8) ; 3v9 ; 4v1 ; 5 ; 9-11

Quelle est la gravité  des fautes d’Israël ?  Pourquoi ? (Voir ce rappel en Amos 2v4, 9-10). En quoi(plutôt qu’en qui) Israël a-t-elle mis sa confiance, en fin de compte ? Qu’est-ce qu’Israël a rompu ?

 

 

 

Lecture du livre d’Esaïe :
Lire Es. 1v1 à 5v30, et plus particulièrement le chapitre 2v6-22 : Qui est Esaïe ? Que dénonce-t-il ?

 

Que révèle-t-il particulièrement de Dieu, en comparaison ? Et de la seule attitude que l’homme doit avoir devant Dieu, pour être justifié ?(cf Es. 6). La « vraie religion » selon Dieu ?(Es. 58 et cf Zach.7v4-10)

 

 

 

Que nous apprend Es.61 à propos du Messie : qu’a-t-il fait pour les pauvres ?(cf Zach.9-14)

 

 

 

 

Lecture du livre de Michée* :

Qui sont les destinataires du message du prophète ? (Mich. 1v1-5)

Pour quels crimes ? Qui sont responsables ? (Michée 2-3 ; 6v9-7v1-3)

« On t’a fait connaître, Ô homme, ce qui est bien, et ce que l’Eternel demande de toi »…Quoi donc ?(Mich.6v8)

 

 
Lecture du livre de Sophonie :

Lecture des chapitres 1v1-3v20
Sous quel règne Sophonie exerce-t-il son ministère ?(1v1)

Sur qui sera le jugement ? Pour quels péchés ? (Soph.1 ; 2v8-15 ; 3v1-7). Comment y échapper ? (Soph.2v1-3)
Qu’est-ce que la pauvreté selon le prophète ? (Soph.3v11 et ss)

 

Bref, autant de messages et autant de rappels salutaires de principes divins de base, dans des contextes de croissance et de prospérité, où l’on est toujours en danger d’oublier l’essentiel.

(A suivre)

 

 

 

 

Notes :

* Une organisation chrétienne a pour nom « Défi Michée« . Pour découvrir en quoi consiste ses missions, voir ici.

 

 

 

« Pour vivre esclave, il faut posséder »*

« …la soif de posséder, qui est une idolâtrie. »(Col. 3v5 )

Esclave : qui est sous la puissance absolue d’un maître qui l’a rendu captif ou qui l’a acheté. Et qui donc le possède(cf Rom.6v16).

Aujourd’hui, « pour vivre esclave », il « faut » posséder. Quoi donc ? N’importe quoi. Pourvu que nous soyons persuadés d’être « satisfait », « épanoui », « important », si nous possédons cette « chose » ou ce « n’importe quoi » comme les autres, ou avant les autres.
Mais ce que nous croyons posséder, devenu le centre de nos vies, finit par nous posséder.
C’est ce qui s’appelle « se faire posséder »**.

Patrick McGrath Muñiz "The Escape Plan" ou "Le Plan d'évacuation" (2013)  Huile sur toile 24" x 36"

Patrick McGrath Muñiz
« The Escape Plan » ou « Le Plan d’évacuation » (2013)
Huile sur toile 24″ x 36″

C’est ce qui s’appelle aussi le consumérisme : « une idole ignorée(…)lié à la poursuite du bonheur et de la satisfaction(…)fondé sur le principe de la transformation d’une convoitise en besoin, d’un besoin en nécessité et d’une nécessité en dû », selon Mike Evans. Lequel rappelle qu’« aux États-Unis, le coup d’envoi des achats de Noël est traditionnellement donné le lendemain de Thanksgiving », jour fixé dans les années 40 par
le président Roosevelt « au 4ème jeudi de novembre afin d’étendre la période des achats de Noël, ce qui illustre clairement la subordination d’une fête importante à l’idole de la consommation. Á cette occasion, les grandes marques américaines proposent des rabais importants qui provoquent d’impressionnantes marées humaines dans les magasins(…)
En 2008, 2000 acheteurs n’ont pas su attendre l’ouverture de l’un des grands temples de la distribution. Animés d’une agressivité quasi animale, ils ont détruit les portes du magasin et, dans l’émeute qui a suivi,
quatre personnes ont perdu la vie et de nombreuses autres personnes ont été blessées. Tout cela pour économiser 100$ sur une tablette ! »

Pour mémoire, même s’il n’est en réalité que « bien peu probable » que cela se soit passé un « 25 décembre », Noël est censé fêter ou célébrer la venue du Sauveur dans ce monde. Du Messie, venu « pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres » ; envoyé « pour guérir ceux qui ont le coeur brisé,
Pour proclamer aux captifs la délivrance, Et aux aveugles le recouvrement de la vue, Pour renvoyer libres les opprimés, Pour publier une année de grâce du Seigneur »(Luc 4v18-19).

Comment alors privilégier une célébration de « Noël » qui ne sera pas « idolâtre » ?

En rappelant « l’esprit du message de Noël », qui pourrait se résumer à ce verset : « Car vous connaissez la grâce de notre Seigneur Jésus Christ, qui pour vous s’est fait pauvre, de riche qu’il était, afin que par sa pauvreté vous fussiez enrichis »(2 Cor.8v9).

Face à la sagesse de ce monde, recherchons la sagesse de Dieu, notamment à travers le livre des Proverbes, « un mini-guide pour la vie », et apprenons de la grâce de Dieu qui nous « enseigne à vivre sagement, justement et pieusement »(Tite 2v12).

D’autres exemples de « Noël qui a du goût » peuvent se découvrir ici et là(idée des « Christingles »). Vous pouvez aussi organiser, pour Noël, un « banquet mondial »(dont nous avons déjà parlé ici et que nous avons testé sur notre groupe d’ados de l’église, hier, avec d’autres moniteurs)

Notes :

* »Piqué » dans le courrier des lecteurs du dernier numéro de décembre-janvier de « La Décroissance »

** Voir « La Classe ouvrière va au paradis » d’Elio Pétri(1971)

L’histoire de Lulù, ouvrier modèle, dont « la seule ambition dans l’existence est de gagner suffisamment de miettes pour pouvoir, le soir, rentrer chez lui regarder la télévision et acheter, le week-end, les gadgets inutiles qu’il y aura vus vantés par la publicité ».

Je suis l’Eternel, ton créateur et je choisis qui je veux : contesteras-tu avec moi ? (Lisons ensemble Esaïe/6)

Suite de notre lecture des chapitres 40 à 66 du prophète Esaïe, entamée ici.

Le principe est toujours le même ! lire attentivement le chapitre et être attentif à :
1)ce que nous apprend le chapitre sur la nature et la personne de Dieu ;
2)ce que nous apprend le chapitre sur la nature et le caractère de l’homme,
et enfin, 3)ce que nous apprend le chapitre sur les engagements de Dieu vis à vis de l’homme.

On notera que le dernier verset du chapitre 44 et le premier du 45 sont artificiellement séparés alors qu’ils se complètent, parlant du même personnage. Voici comment les lire ensemble :

« Et je (l’Éternel) dis de Cyrus : « C’est mon berger, et il accomplira tout ce que je désire ».
Il dira de Jérusalem : « Qu’elle soit rebâtie », et il dira du Temple : « Posez ses fondations ! »
Ainsi dit l’Éternel à son oint, à Cyrus, qu’il a pris par la main pour abaisser les nations devant lui et désarmer les rois,
 pour ouvrir devant lui les deux battants afin qu’aucune porte ne lui reste fermée » (Ésaïe 44.28-45.1).

Concernant ce chapitre bien curieux, voici quelques suggestions d’étude supplémentaires :

Qui est ici « l’oint de l’Eternel » ? Que signifie « oint » ?
Celui qui est « oint », choisi par Dieu, s’en doute-t-il, ou est-il « loin de s’en douter » ?
Pourquoi mettre par écrit le nom de ce roi, choisi par Dieu pour être le libérateur de son peuple plus d’un siècle avant sa naissance ?

Comparer avec cette autre prophétie, qui annonce 700 ans à l’avance la venue d’un autre libérateur(Es.7v14 et voir aussi Es.9) :
Ce libérateur-là une fois né sait-il qu’Il est choisi par Dieu ? (Lire les 4 évangiles : Matthieu, Marc, Luc et Jean pour le découvrir)

Bonne lecture et bonne étude !

Esaïe 45
1    Ainsi dit l’Éternel à son oint, à Cyrus, dont j’ai tenu la droite pour soumettre devant lui les nations;… et je délierai les reins des rois, pour ouvrir les deux battants devant lui afin que les portes ne soient pas fermées:
2    Moi, j’irai devant toi, et j’aplanirai les choses élevées; je briserai les portes d’airain, et je casserai les barres de fer;
3    et je te donnerai les trésors des ténèbres et les richesses des lieux cachés; afin que tu saches que moi, l’Éternel, qui t’ai appelé par ton nom, je suis le Dieu d’Israël.
4    A cause de mon serviteur Jacob, et d’Israël, mon élu, je t’ai appelé par ton nom, je t’ai donné un nom, et tu ne me connaissais pas.
5    Moi, je suis l’Éternel, et il n’y en a point d’autre; il n’y a point de Dieu si ce n’est moi. Je t’ai ceint, et tu ne me connaissais pas;…
6    afin qu’ils sachent, depuis le lever du soleil et depuis le couchant, qu’il n’y en a point hors moi. Moi, je suis l’Éternel, et il n’y en a pas d’autre,
7    -moi qui ai formé la lumière et qui ai créé les ténèbres; qui fais la prospérité, et qui créé le malheur: moi, l’Éternel, je fais toutes ces choses.
8    Cieux, distillez d’en haut, et que les nuages fassent ruisseler la justice; que la terre s’ouvre, et que, à la fois, le salut se produise et la justice germe! Moi, l’Éternel, je l’ai créé.
9    Malheur à celui qui conteste avec celui qui l’a formé! Qu’un tesson conteste avec des tessons de la terre…! L’argile dira-t-elle à celui qui la forme: Que fais-tu? – et ton oeuvre: Il n’a pas de mains?
10    Malheur à celui qui dit à son père: Qu’as-tu engendré? et à sa mère: Qu’as-tu enfanté?
11    Ainsi dit l’Éternel, le Saint d’Israël, et celui qui l’a formé: Enquérez-vous de moi touchant les choses à venir; commandez-moi à l’égard de mes fils et à l’égard de l’oeuvre de mes mains.
12    Moi, j’ai fait la terre, et j’ai créé l’homme sur elle; c’est moi, ce sont mes mains qui ont étendu les cieux, et j’ai ordonné toute leur armée.
13    Moi, je l’ai suscité en justice, et je rendrai droites toutes ses voies: lui, bâtira ma ville, et renverra libres mes captifs, sans prix et sans présent, dit l’Éternel des armées.
14    Ainsi dit l’Éternel: Le travail de l’Égypte et le gain de l’Éthiopie et des Sabéens, hommes de haute taille, passeront vers toi et seront à toi. Ils marcheront après toi; ils passeront enchaînés, et se prosterneront devant toi; ils te supplieront, disant: Certainement Dieu est au milieu de toi; il n’y en a pas d’autre, point d’autre Dieu…
15    Certes, tu es un Dieu qui te caches, le Dieu d’Israël, le sauveur…
16    Ils auront honte, et seront aussi tous confus; ils s’en iront ensemble avec confusion, les fabricateurs d’idoles.
17    Israël sera sauvé par l’Éternel d’un salut éternel; vous n’aurez pas honte et vous ne serez pas confus, aux siècles des siècles.
18    Car ainsi dit l’Éternel qui a créé les cieux, le Dieu qui a formé la terre et qui l’a faite, celui qui l’a établie, qui ne l’a pas créée pour être vide, qui l’a formée pour être habitée: Moi, je suis l’Éternel, et il n’y en a point d’autre.
19    Je n’ai pas parlé en secret, dans un lieu ténébreux de la terre; je n’ai pas dit à la semence de Jacob: Cherchez-moi en vain. Je suis l’Éternel parlant justice, déclarant ce qui est droit.
20    Rassemblez-vous et venez, approchez-vous ensemble, réchappés des nations! – Ils n’ont point de connaissance, ceux qui portent le bois de leur image taillée et présentent leur supplication à un Dieu qui ne sauve pas.
21    -Déclarez, et faites-les approcher! Oui, qu’ensemble ils consultent! Qui a fait entendre cela d’ancienneté? Qui l’a déclaré dès longtemps? N’est-ce pas moi, l’Éternel? Et hors moi il n’y a pas de Dieu; – de Dieu juste et sauveur, il n’y en a point si ce
22    Tournez-vous vers moi, et soyez sauvés, vous, tous les bouts de la terre; car moi, je suis Dieu, et il n’y en a pas d’autre.
23    J’ai juré par moi-même, la parole est sortie de ma bouche en justice, et ne reviendra pas, que devant moi tout genou se ploiera, par moi toute langue jurera.
24    En l’Éternel seul, dira-t-on, j’ai justice et force. C’est à lui qu’on viendra, et tous ceux qui s’irritent contre lui auront honte.
25    En l’Éternel sera justifiée et se glorifiera toute la semence d’Israël.

Qui Jésus appelle-t-il ?

Éclaboussures grunge par Karen Arnold

Éclaboussures grunge par Karen Arnold

Aujourd’hui, je vous propose d’explorer un passionnant passage, peut-être bien connu de certains d’entre vous.

Vous êtes prêts ? Alors, ouvrez vos Bibles au chapitre 1 de l’évangile selon Matthieu et lisez les versets 1 à 16 :

1. »Livre de la généalogie de Jésus Christ, fils de David, fils d’Abraham:
2.Abraham engendra Isaac; et Isaac engendra Jacob; et Jacob engendra Juda et ses frères;
3.et Juda engendra Pharès et Zara, de Thamar; et Pharès engendra Esrom; et Esrom engendra Aram;
4.et Aram engendra Aminadab; et Aminadab engendra Naasson; et Naasson engendra Salmon;
5.et Salmon engendra Booz, de Rachab; et Booz engendra Obed, de Ruth;
6.et Obed engendra Jessé; et Jessé engendra David le roi; et David le roi engendra Salomon, de celle qui avait été femme d’Urie;
7.et Salomon engendra Roboam; et Roboam engendra Abia; et Abia engendra Asa;
8.et Asa engendra Josaphat; et Josaphat engendra Joram; et Joram engendra Ozias;
9.et Ozias engendra Joatham; et Joatham engendra Achaz; et Achaz engendra Ézéchias;
10. et Ézéchias engendra Manassé; et Manassé engendra Amon; et Amon engendra Josias;
11.et Josias engendra Jéchonias et ses frères, lors de la transportation de Babylone;
12.et après la transportation de Babylone, Jéchonias engendra Salathiel; et Salathiel engendra Zorobabel;
13.et Zorobabel engendra Abiub; et Abiub engendra Éliakim; et Éliakim engendra Azor;
14.et Azor engendra Sadok; et Sadok engendra Achim; et Achim engendra Éliud;
15.et Éliud engendra Éléazar; et Éléazar engendra Matthan; et Matthan engendra Jacob;
16.et Jacob engendra Joseph, le mari de Marie, de laquelle est né Jésus, qui est appelé Christ ».

Comment ça, une blague ?

Est-il possible de faire une prédication ou un enseignement sur un passage ne comportant qu’une liste de noms ?

La plupart des pré-ados que j’enseignais dans le cadre de l’école du dimanche, ont répondu : « non ». Mais l’un d’eux a eu cette remarque plutôt fine : « il faudrait connaître tous ces noms. Derrière un nom, il y a une histoire. »

Alors, que peut nous apprendre une telle liste de noms. Et quel rapport ce passage a-t-il avec notre sujet ?

Note : ce sujet, inspiré par un chapitre de « Lire la Bible avec les exclus » de Bob Ekblad(Ed. Olivétan, 2008) peut également convenir à des adultes réunis pour une étude de groupe.

« Spécial origines » :
Il est possible de commencer par la question suivante :

« Quelle peut être l’origine, la généalogie d’un héros ? Imaginez ! »

– « Es-tu fier de tes origines ? »

I. « Quelle est l’origine de Jésus ? »
Lecture de Marc 1v1 : que sait-on de lui ?
Et dans Jean 1v1-2, 14 : de qui parle-t-on ? (Jésus). Comment l’apôtre Jean parle-t-il de Jésus ? (Il est celui qui a été « fait chair » : c’est à dire que Dieu s’est fait homme, s’est incarné en Jésus)

Comment Jésus est-il venu sur terre ?
Quelle est la généalogie de Jésus ?
Reprenons maintenant notre lecture de Matt.1v1-16 : vous aurez certainement reconnu certains noms, plus célèbres que d’autres(des noms d’hommes). Mais prenez le temps d’ identifier les femmes mentionnées en v3, v5, et v6.
Qui sont-elles ? (Lire leur histoire en Gn 38.1-26 ; Jos 2.1 [Comparer avec Hé 11.31] ; Ruth 1.4 et 4.13 ; 1 Sam. 11.3-5)

Quelle est la particularité commune de chacune de ces femmes ?
Elles n’auraient pas du être acceptées dans la généalogie du Messie, puisqu’elles étaient respectueusement : incestueuse, adultère, prostituée, païenne(idolâtre) et étrangère.(Comp. avec Deut.23v3-4, Lévitique 21v13-15)

Que penser de cette généalogie du Christ ? N’est-elle pas un « boulet » ? Ne fait-elle pas un peu « tache » ? Si vous aviez été à la place de Matthieu, n’auriez-vous pas tenté de faire disparaître ces femmes « encombrantes » de la lignée du Messie ?

Mais qu’est-ce que la présence de ces femmes qui n’auraient pas du se trouver là nous apprend sur la personne et la mission de Jésus ?
Cela nous parle de l’humanité de Jésus et nous apprend que Dieu est proche des hommes-pas distant-, qu’Il « assume » une telle généalogie et appelle qui il veut, y compris des personnes indignes, pour accomplir ses plans.
Cette généalogie nous enseigne également que le Messie est venu sauver les pécheurs : voir comment la divinité de Jésus est évoqué par Matthieu en Matt.1 v16.

II. A qui s’intéresse Jésus ? Qui appelle-t-il ?

Lire Matt.11v25 :

« En ce temps-là, Jésus répondit et dit: Je te loue, ô Père, Seigneur du ciel et de la terre, parce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents, et que tu les as révélées aux petits enfants. »

Matt. 11 v28-30 :

« Venez à moi, vous tous qui vous fatiguez et qui êtes chargés, et moi, je vous donnerai du repos. Prenez mon joug sur vous, et apprenez de moi, car je suis débonnaire et humble de coeur; et vous trouverez le repos de vos âmes. Car mon joug est aisé et mon fardeau est léger ».

Et…..
Matt.9v9-13 (lecture)

Identifiez les personnages : Qui sont-ils ? (Matthieu et Jésus).
Où est Matthieu ? Que fait-il quand Jésus l’appelle ? Il est en train de prier, de lire la Bible ? Il assiste à un culte, une messe ? A moins qu’il ne soit en train de faire du bien à son prochain ?
(Il collecte les impôts, car il est « publicain » ou collecteur d’impôts. Pour qui ? Pour l’occupant romain.  Les publicains sont méprisés par leurs compatriotes, qui les considèrent comme des traitres et des voleurs, puisqu’ils en profitent pour demander plus, afin d’en garder une partie pour eux. L’histoire d’un autre publicain célèbre peut se lire ici : Luc 19v1-10)

Bref : Matthieu, l’auteur de l’évangile qui porte son nom et que vous lisez en ce moment, était un « collabo » et un « escroc », avant de rencontrer Jésus.

Que fait Jésus en voyant Matthieu ?
Il le traite de « vendu » ? Il lui dit qu’il agit mal ?
(Il appelle Matthieu à le suivre)

Quelle condition demande Jésus pour le suivre ?
(Rien)

Est-ce que cela veut dire que l’on peut suivre Jésus et continuer à vivre comme avant, à vivre dans le péché ?

Que fait Matthieu ?

(Il se lève et suit Jésus. Il abandonne tout. Il abandonne son ancienne vie. Il s’est peut-être demandé : « qui est celui qui m’appelle ? Pourquoi m’appelle-t-il à Le suivre, moi l’escroc et le collabo ? »)

Que fait Jésus ensuite ? Où va-t-il ? Avec qui est-il ?

Cela plaît-il à tout le monde ? Qui n’est pas d’accord ?(les pharisiens, des religieux)

Que répond Jésus ? Pour qui est-il venu ? (Matt.9v12-13)

« Les personnes en bonne santé n’ont pas besoin de médecin, ce sont les malades qui en ont besoin. Allez apprendre ce que signifient ces mots prononcés par Dieu : «Je désire la bonté et non des sacrifices d’animaux.  Car je ne suis pas venu appeler ceux qui s’estiment justes, mais ceux qui se savent pécheurs ».

Qui sont « ceux qui se portent bien » dans ce passage ?(ceux qui se croient justes : ici, les pharisiens)

« Qui sont les malades ? »
(voir notamment ce que Dieu dit de l’homme : 1 Jean 1v8-10)

Si nous sommes malades, de quoi avons-nous besoin ?
Dans le passé, comme dans le présent, Dieu appelle des personnes indignes ou qui se sentent indignes pour les délivrer de leur honte et de ce qui les rend esclaves. Il a une place pour de telles personnes pour accomplir ses plans et se glorifier.

Où (en)êtes-vous en ce moment présent ?

Aujourd’hui, Jésus t’appelle : que réponds-tu ?

« Si vous entendez la voix de Dieu aujourd’hui, ne refusez pas de comprendre, comme lorsque vous vous êtes révoltés contre lui »?(Hebr.3v15)

« Eh bien, voici maintenant le moment d’accepter la faveur de Dieu ; voici le jour du salut »(2 Cor.6v2)

 « S’il m’appelle au secours, je lui répondrai.
Je serai à ses côtés dans la détresse,
je le délivrerai, je lui rendrai son honneur.
Je lui donnerai une vie longue et pleine,
et je lui ferai voir que je suis son sauveur ».(Ps.91v15-16)

« Comment être à côté de la plaque concernant Jésus…» (Marc 8-9)

Première annonce de la Passion : Marc 8v31-38
Mt 16,21-23; Lc 9,22

 Note : ce sujet a été proposé à des enfants/préados(10-14 ans), dans le cadre d’une leçon d’ « école du dimanche ». Néanmoins, il peut tout à fait convenir à des adultes réunis pour une étude de groupe. A noter encore que ce thème suit l’étude sur le jeûne, entamée précédemment en février.

Accroche : connaissez-vous l’expression « à côté de la plaque ? » Que signifie-t-elle pour vous ? Dessinez ou mimez/jouez ce qui vous passe par la tête, pour vous représenter le sens de cette expression.

Def : se tromper, manquer son but. L’origine de cette expression reste incertaine.

Plaque par Anna Langova

Plaque par Anna Langova

La plaque de cuisson, la plaque dentaire et la plaque d’égout, n’ont rien à voir.
Selon certaines sources, cette expression proviendrait d’activités de tir où une plaque constitue le panneau de la cible. Lorsque le joueur la manque, il est à côté de la plaque.

A noter que « pécher » signifie… « Manquer le but », soit « être à côté de la plaque » !

Mais à quel sujet, au fait ?

 

 « Qui est Jésus ? »

1)Il était une fois, un bon départ….

Lecture : « Et Jésus s’en alla, et ses disciples, aux villages de Césarée de Philippe; et chemin faisant, il interrogea ses disciples, leur disant: Qui disent les hommes que je suis? 28Et ils répondirent: Jean le baptiseur; et d’autres: Élie; et d’autres: L’un des prophètes. 29Et il leur demanda: Et vous, qui dites-vous que je suis? Et Pierre, répondant, lui dit: Tu es le Christ. 30Et il leur défendit expressément de dire cela de lui à personne ».(Marc 8v27-30)

Précision : Jésus annonce pour la première fois qu’il va mourir.

Dans ce passage, quelles sont les différentes opinions des gens (« les hommes ») sur l’identité de Jésus ?

Que disent ses disciples (« vous ») de Jésus ? Quelle est la réponse de Pierre ?

Que veut dire le titre de « Christ » ? (De l’hébreu mashiah et du grec christos. « Messie » et « Christ » signifient « oint »(qui a reçu une onction d’huile sainte). Avant d’être attribué à Jésus, le titre de « messie » était d’abord conféré au roi et aux prêtres.

Et vous ? Qui dîtes-vous qui est Jésus ?

2)Après, ça se gâte !…..

« A côté de la plaque » acte 1 : « Jésus, mourir sur la croix ? Ça va pas, non ?? »

8 v31 « Puis Jésus se mit à enseigner à ses disciples: « Il faut que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté par les anciens, les grands prêtres et les scribes, qu’il soit mis à mort, et qu’il ressuscite après trois jours. » Jésus disait la chose ouvertement. Pierre le prit à part et se mit à le réprimander. Jésus se retourna et vit ses disciples; puis il commanda sévèrement à Pierre: « Va-t’en! Derrière moi, Satan, parce que tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes.

Et ayant appelé la foule avec ses disciples, il leur dit: Quiconque veut venir après moi, qu’il se renonce soi-même, et qu’il prenne sa croix, et me suive: car quiconque voudra sauver sa vie la perdra; et quiconque perdra sa propre vie pour l’amour de moi et de l’évangile la sauvera. Car que profitera-t-il à un homme s’il gagne le monde entier, et qu’il fasse la perte de son âme; ou que donnera un homme en échange de son âme? Car quiconque aura honte de moi et de mes paroles parmi cette génération adultère et pécheresse, le fils de l’homme aura aussi honte de lui, quand il viendra dans la gloire de son Père, avec les saints anges ».

Que dit Jésus sur ce qui doit lui arriver prochainement ? (v. 31-33) Qu’en pensez-vous ?

N’est-ce pas étonnant, alors qu’il a accepté le titre du Christ ou « Messie » ? (Jésus est donc un messie différent de ce que l’on attendait et croyait. Il ne sera pas un conquérant mais sera un messie souffrant et mourant sur la croix)

Que dit alors Pierre ?

Est-il approuvé par Jésus ? Pourquoi ?

Comment Jésus traite-t-il Pierre ? Pourquoi ? (« Satan », « adversaire », « tentateur » cf même invective en direction du diable, en Matt.4v8-9, parce qu’il voulait le détourner de la croix : Pierre lui présentait la même tentation que Satan au désert, en lui offrant les royaumes du monde et leur gloire, sans la croix)

Jésus parlait ouvertement. Pierre le reprend publiquement, librement. Jésus le reprend à son tour publiquement.

Qu’est-ce qu’une façon « humaine » de voir qui est Jésus ? Qu’est-ce que la façon « de Dieu » de voir qui est Jésus ? (Danger de nier la croix et de penser que Jésus n’avait pas besoin d’être crucifié)

Qu’est-ce que « suivre Jésus » ? Comment suivre Jésus ?

Selon Jésus, qu’est-ce qui n’est pas profitable à un homme ? Pourquoi ?

Comparer : Matt.4v1-4 et Matt.6v24

Que signifie  » renoncer à soi-même  » ? (Choisir les bonnes priorités, dire « non » à ce qui nous empêche de suivre Jésus et dire « oui » à Jésus, qui a été rejeté, a souffert et est mort sur la croix)
Est-ce facile ? Qu’est-ce qui peut nous encourager à le faire ?

« A côté de la plaque » acte 2 : « faisons trois tentes… »

9 v1 Puis il leur disait: « En vérité je vous le dis, certains qui sont ici présents ne mourront pas avant d’avoir vu le Royaume de Dieu venu avec puissance. »

Mt 17,1-9; Lc 9,28-36

2 Six jours plus tard, Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean, puis il les emmène seuls à l’écart sur une haute montagne. Il fut transfiguré devant eux.  3 Ses vêtements devinrent d’une grande blancheur éblouissante, tels qu’aucun foulon sur terre ne saurait les blanchir.  4 Puis Élie leur apparut avec Moïse; ils s’entretenaient avec Jésus. 5 Pierre intervint pour dire à Jésus: « Rabbi, il est bon que nous soyons ici; dressons donc trois tentes, une pour toi, une pour Moïse et une pour Élie. »  6 Pierre ne savait que dire, car ils étaient effrayés.  7 Il vint un nuage qui les recouvrit, puis une voix sortit du nuage: « Celui-ci est mon Fils bien-aimé; écoutez-le! »  8 Ils regardèrent aussitôt autour d’eux; ils ne virent personne d’autre que Jésus avec eux. 9 Pendant qu’ils descendaient de la montagne, Jésus leur ordonna de ne raconter à personne ce qu’ils avaient vu, sinon quand le Fils de l’homme serait ressuscité. 10 Ils observèrent la consigne, tout en se demandant entre eux ce que signifiait « ressusciter d’entre les morts ».

Six jours après, où Jésus se retrouve-t-il ? Avec qui ?

Trois faits étonnants survinrent alors. Lesquels ?

a)- Jésus est transfiguré ou changé par un rayonnement inhabituel. La transfiguration, c »est donc l »événement de transformation dans la vie de Jésus quand son apparence devint glorieuse. Matt. 17: 1-9; Marc 9: 2-10; Luc 3: 28-36; 2 Pi. 1: 16-18

b)- Elie et Moïse apparurent.

c)- La voix divine se fit entendre d »une nuée.

Pourquoi les disciples ont-ils été témoins de ces faits ? (cf v1 : témoins de sa gloire, avant-goût de la gloire à venir)

Moïse et Elie : que savez-vous de ces personnages ? Que représentent-ils ? (Moïse représentant la Loi, Elie, les prophètes). Pourquoi sont-ils avec Jésus ? (Uniquement pour nous conduire à Jésus, qui au centre de la Bible)

Que propose Pierre ? Est-ce une bonne idée ? (Apparemment pas ! Disposition des tentes ? Un peu comme si Pierre voulait involontairement « limiter Jésus » dans une tente et en le mettant au même niveau qu’Elie et Moïse, ou en faisant de Jésus le successeur de Moïse et d’Elie, ou le premier parmi les plus grands des hommes. A noter ces « plantages » successifs de Pierre, lui que l’on fait « le premier des Papes »).

Qui intervient alors ? Qui parle ?

Que dit la voix, en parlant de Jésus ?

Mon Fils bien aimé. Écoutez le : comme si Dieu disait « ça suffit, Jésus n’est pas n’importe qui… ». Appliqués à Jésus, dont la dignité de Fils de Dieu vient d’être proclamée, ces mots montrent le but principal de toute cette scène de la transfiguration.

Taisez-vous, écoutez. Dieu parle. Et comprenez qui est Jésus.

Câlin premier par Vera Kratochvil

Câlin premier par Vera Kratochvil

« A côté de la plaque » acte 3 : Qui est le plus grand ?

« …. (Jésus) enseignait ses disciples et leur disait: Le fils de l’homme est livré entre les mains des hommes, et ils le feront mourir; et ayant été mis à mort, il ressuscitera le troisième jour. 32Mais ils ne comprenaient pas ce discours, et ils craignaient de l’interroger. 33Et il vint à Capernaüm; et quand il fut dans la maison, il leur demanda: Sur quoi raisonniez-vous en chemin? 34Et ils gardaient le silence, car ils avaient disputé entre eux, en chemin, qui serait le plus grand. 35Et lorsqu’il se fut assis, il appela les douze et leur dit: Si quelqu’un veut être le premier, il sera le dernier de tous et le serviteur de tous. 36Et ayant pris un petit enfant, il le plaça au milieu d’eux; et l’ayant pris entre ses bras, il leur dit: 37Quiconque recevra l’un de tels petits enfants en mon nom, me reçoit; et quiconque me recevra, ce n’est pas moi qu’il reçoit, mais c’est celui qui m’a envoyé ».(v32-37)

Le plus grand : le plus petit, celui qui se fait le serviteur de tous !

 

 

Résumé : qu’avons-nous appris ? Quel messie est Jésus ? Que nous invite-t-il à être ?

« J’avais demandé à Dieu » : Texte anonyme gravé sur une tablette de bronze, dans un institut de réadaptation New-Yorkais. Cette célèbre prière américaine aurait, dit-on, été composée par un soldat Sudiste lors de la guerre de sécession (1861-1865) ou par Hans Viscardi, handicapé américain(1910).

« J’avais demandé à Dieu la force pour atteindre le succès;  il m’a rendu faible, afin que j’apprenne humblement à obéir.
J’avais demandé la santé pour faire de grandes choses; il m’a donné l’infirmité pour que je fasse des choses meilleures.
J’avais demandé la richesse pour que je puisse être heureux; il m’a donné la pauvreté pour que je puisse être sage.
J’avais demandé le pouvoir pour être apprécié des hommes; il m’a donné la faiblesse, afin que j’éprouve le besoin de Dieu.
J’avais demandé des choses qui puissent réjouir ma vie; j’ai reçu la vie, afin que je puisse me réjouir de toutes choses.
Je n’ai rien eu de ce que j’avais demandé, mais j’ai reçu tout ce que j’avais espéré. Presque en dépit de moi-même, mes prières informulées ont été exaucées.
Je suis parmi les hommes, le plus richement comblé. »