Le buzz évangélique du mois : Dieu… « au contrôle » de CNews ?

Au-delà du « buzz évangélique », il s’agit ici de dépasser « l’anecdotique » pour privilégier une réflexion et une méditation biblique sur ce qu’est être « « bienheureux » et « joyeux », et sur ce que signifie « bénir » et être « un témoin fidèle et véritable ».

Cela vous a peut-être échappé : La vidéo a été tournée le dimanche 27 mars 2022, diffusée sur YouTube le 3 avril 2022, mais n’a fait le buzz qu’à la faveur d’un tweet daté du 2 juillet 2022, devenu viral, de Joao Gabriel, doctorant guadeloupéen en Histoire à l’université John-Hopkins de Baltimore, aux États-Unis. Cette vidéo, c’est celle de la journaliste Christine Kelly, ex-membre du CSA (2009-2015) et animatrice, depuis 2019, de l’émission « Face à l’info », sur CNews, invitée, aux côtés de Samuel Pruvot de Famille chrétienne, à venir sur la scène de l’église évangélique MLK de Créteil pour évoquer « ce que les candidats à la présidentielle pensent de Jésus ». Face à une salle comble, elle explique au pasteur Ivan Carluer, qu’elle est venue « pour témoigner de la puissance de Dieu » et à quel point sa foi guide au quotidien son travail.

Pour décrypter cette séquence, Arrêt sur image a invité en plateau le pasteur Ivan Carluer et Linda Caille, journaliste, spécialiste des questions religieuses. En visio, Joao Gabriel, doctorant cité plus haut et Jean-Paul Willaime, sociologue des religions, directeur d’études à l’EPHE.

« Alleluia » ? Gloire à Dieu » ? Pas si vite ! Personnellement, j’ai trouvé cette prestation particulièrement gênante.

Comprenons-nous bien : le problème n’est pas le fait, pour « un professionnel », de témoigner publiquement (à l’église ou ailleurs) de sa foi dans son travail ou de lui donner un sens spirituel.

Le problème est qu’il ne s’agit pas de n’importe quel travail, de n’importe quelle émission et de n’importe quelle chaîne.

Comme souligné en introduction, Christine Kelly est en effet présentatrice de l’émission controversée « Face à l’info », diffusée sur la non moins controversée chaîne CNews(1) – que je ne regarde pas, qui s’est faite porte-voix, entre autres, du racisme le plus décomplexé – avec à ses côtés, le polémiste Éric Zemmour(2) avant qu’il ne devienne candidat d’extrême droite d’inspiration maurassienne à l’élection présidentielle.

Celle qui a toujours nié sa responsabilité dans la condamnation d’Éric Zemmour pour « complicité de provocation à la haine raciale » envers les mineurs isolés étrangers, raconte à l’assistance qu’elle a « laissé (Dieu) piloter envers et contre tous, envers les insultes et les menaces. Et je me dis, si tu m’envoies là, c’est que tu as une mission, je ne sais pas laquelle, mais je vais la faire. »

Une mission pas si simple à assumer puisque la présentatrice qui était sous contrat avec Cyril Hanouna au moment où on lui a proposé le poste raconte avoir été ostracisée par ses proches pour avoir accepté d’aller sur CNews. Mais cela ne l’empêche pas de voir le fait de Dieu dans les succès d’audience de l’émission, et dans l’ascension politique d’Éric Zemmour une sorte de projet cautionné par Dieu. « Une chose est sûre, c’est que quand il est arrivé dans cette émission c’était l’homme le plus détesté de France et après il a pu être candidat à la présidentielle. » [Ledit candidat par ailleurs battu au premier tour de la présidentielle avec 7,7 % des voix et battu au premier tour des législatives, avec 0 élus pour son parti]

Dieu, « au contrôle de CNews » ? Mais l’on comprend mal comment Celui qui se déclare comme « le Dieu des dieux et le Seigneur des seigneurs, le Dieu grand, puissant et redoutable, l’impartial et l’incorruptible, qui rend justice à l’orphelin et à la veuve, et qui aime l’émigré en lui donnant du pain et un manteau. Vous aimerez l’émigré, car au pays d’Egypte vous étiez des émigrés » (Deut.10v17-19), voudrait d’une telle émission où Christine Kelly a continué à collaborer quotidiennement avec Eric Zemmour en roue libre, alors que celui-ci a été condamné à plusieurs reprises pour incitation à la haine et injure raciale, notamment pour ses propos à l’égard des mineurs isolés étrangers tenus sur son plateau et mollement modérés par l’animatrice.

Sans oublier les propos tenus par le polémiste, en toute fin d’émission, le 23/10/19 : « Quand le général Bugeaud arrive en Algérie, il commence par massacrer les musulmans, et même certains juifs. Et bien moi, je suis aujourd’hui du côté du général Bugeaud. C’est ça être Français« . Propos tenus en direct, non relevés, ni modérés par l’animatrice Christine Kelly qui s’est contentée d’une conclusion laconique : « Merci messieurs. Vous êtes partis sur un accord, vous finissez sur un désaccord« , avant d’annoncer la suite du programme sur CNews(3).

Ce qui est étonnant de la part d’une ex-membre du CSA, qui a pourtant su s’adresser avec assurance devant l’assemblée de MLK….

On le comprend d’autant plus mal que l’accueil de l’étranger est une préoccupation transversale de l’Ancien Testament et que la non stigmatisation des personnes (ou des groupes de personnes) est une préoccupation permanente du Nouveau Testament.

Arrêt sur image a d’ailleurs et notamment demandé pourquoi lors de cette séquence sur scène le pasteur hôte Ivan Carluer n’interroge jamais Christine Kelly sur les raisons qui l’ont poussée à continuer à collaborer quotidiennement avec Eric Zemmour, bien que ce dernier ait été multi-condamné. « Parce que je ne fais pas de politique », justifie-t-il, estimant que Christine Kelly se serait laissée déborder par Eric Zemmour.  « Je n’ai pas le droit de faire la politique. Je ne valide pas Zemmour. Ce qui m’intéresse c’est Christine Kelly qui assume sa foi. Je suis chez elle à ce moment-là, on fait famille. Et elle-même n’est pas politique ». Pourtant, c’était bien là LA question à poser à l’invité, susceptible d’impulser une édifiante discussion sur les limites d’un engagement au prix de la compromission….

De là ma gêne exprimée ici face à cette prestation de Christine Kelly à MLK.

C’est aussi gênant pour Joao Gabriel, lequel explique, sur twitter, que « lorsqu’on associe les bénédictions de Dieu à la réussite d’une émission, alors que cette émission a joué un rôle dans la diffusion des idées d’extrême droite, c’est une façon de normaliser l’extrême droite par des biais différents », soulignant que « le discours de Kelly sur l’audimat qui explose est important dans le sens où il joue avec un lieu commun de la pensée évangélique : si un truc prospère, c’est que Dieu y concourt ». Sauf que des psaumes, comme le psaume 37, ou le psaume 73, nous disent le contraire.

Gênant aussi quand le pasteur Ivan Carluer avance qu’Éric Zemmour « a eu de la chance » d’avoir à ses côtés Christine Kelly, déclarant : « Je pense M. Zemmour, que vous avez été béni ». C’est certes son point de vue, mais précisons que « Bienheureux » (« ashré », en hébreu) est le premier mot par lequel commence le livre des Psaumes (1v1), dans la Bible, mais aussi le sermon ou grand discours de Jésus sur la montagne, rapporté dans les Evangiles selon Matthieu et Luc. Mais plus que « bienheureux », le mot « ashré » signifie « joie », au singulier : « joyeux l’homme qui n’est pas allé dans le conseil des impies, ne s’est pas tenu dans le chemin des pécheurs et n’a pas demeuré dans la demeure des railleurs » [ou, selon la septante, traduction grecque de l’ancien testament, « ne s’est pas assis dans la chaire des pestilents », cad ceux qui enseignent une doctrine pernicieuse].

« Un groupe bénit ce qu’il cautionne. Pas ce qu’il trouve gentil ou joli », souligne sur son blogue le pasteur Gilles Boucomont de l’église protestante de Belleville. « Ce qu’il pense bon et bien pour l’existence à long terme du groupe. Mais il faut aller plus en profondeur dans la réalité biblique pour comprendre ce que bénir veut dire dans les Ecritures. La bénédiction première dans le fil du récit biblique est celle du créateur qui lance son “C’est bon !” (TOV) au fil des réalités qu’il a créées en ordonnant le chaos (TOHU wa BOHU) initial. C’est bon quand la confusion entre le lumineux et le ténébreux cesse, quand l’entremêlement du mouillé et du sec touche à sa fin. Et ce n’est pas bon comme une catégorie de la morale, mais comme un décret divin. C’est bon parce que Dieu dit que c’est bon. C’est bon parce que Dieu décide et proclame haut et fort que c’est bon ».

« Bénir », ce n’est donc pas « dire du bien » de (et à) quelqu’un, parce que nous pensons que c’est sympa ou « cool » de le dire, mais élever la voix (ou prendre la plume) pour seulement et simplement dire une chose que Dieu a déclaré bonne : soit dire une chose juste et vraie. Nous disons que « c’est bon », « très bon », ou « pas bon », parce que Dieu dit que c’est le cas.

Dieu peut-il alors dire que ce qui se donne à voir et à entendre sur CNews est « bon », voire même « très bon » et « à sa gloire », « pour l’édification de tous », vu l’esprit et la ligne éditoriale de la chaîne ?

C’est ainsi qu’il est tout sauf anodin de venir expliquer en public, en tant que chrétien, « à quel point » notre foi « guide au quotidien notre travail » : c’est une responsabilité, puisque c’est rendre visible le Christ, notre Seigneur, affirmant que le « Règne de Dieu s’est approché », dans un esprit de service, en bon témoin fidèle et véritable.

Ce qui est attendu d’un boulanger, qu’il soit chrétien ou non, c’est qu’il fasse du bon pain. De même, chacun dans son domaine, pour un médecin chrétien, un boucher chrétien, un professeur des écoles chrétien, un artiste chrétien ou un journaliste chrétien.

Aller plus loin :

Ce que pourrait être une contribution chrétienne aux médias et au traitement de l’information

Etre un meilleur chrétien grâce au journalisme 

Une vision chrétienne du journalisme : ce que signifie « se laisser conduire par l’Esprit saint »

Notes :

(1) Anciennement nommée I-Télé, CNews s’est faite porte-voix, entre autres joyeusetés, du racisme le plus décomplexé. Éric Zemmour y officie ainsi quatre fois par semaine dans l’émission Face à l’info présentée par Christine Kelly. C’est dans ce cadre qu’il a donné cette considération sur les mineurs étrangers isolés, le 29 septembre 2020 : « Ils sont voleurs, ils sont assassins, ils sont violeurs. C’est tout ce qu’ils sont ». [propos mollement modérés par Christine Kelly : « Eric Zemmour, vraiment ? Il n’y a pas de juste milieu ? » , un « pas tous », et par un « on vous laisse la responsabilité de vos propos »] Un dérapage ? Non, une tradition chez cet admirateur du général Bugeaud, qui le 31 août 2019 balançait au sujet d’agressions estivales : « On sait que les victimes s’appellent Mélanie et les assassins Youssef. » Éric Zemmour a été mis en demeure en 2019 par le CSA pour avoir vanté l’action de ce militaire lors de la conquête de l’Algérie, sans être modéré ou recadré par l’animatrice Christine Kelly, dans le cadre de l’édition du 23 octobre 2019 de « Fac à l’info » : « Quand le général Bugeaud arrive en Algérie, il commence à massacrer les musulmans, et même certains juifs. Et bien moi, je suis aujourd’hui du côté du général Bugeaud. C’est ça être français ! » [émission indisponible à ce jour en replay, y compris sur le site de la chaîne CNews. Voir ce compte-rendu sur https://www.ozap.com/actu/-je-suis-du-cote-du-general-bugeaud-eric-zemmour-fait-l-apologie-des-massacres-coloniaux-en-algerie-sur-cnews/584990 et https://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2019/12/03/le-csa-met-en-demeure-cnews-pour-des-propos-d-eric-zemmour-sur-la-guerre-d-algerie_6021460_3236.html ]

Loin de causer du tort à la chaîne, cette stratégie éditoriale semble au contraire porter ses fruits : les taux d’audience ne cessent de grimper. L’été 2020, CNews a dépassé LCI pour devenir la deuxième chaîne d’information française derrière BFM TV, caracolant régulièrement au-dessus de la barre des 500 000 téléspectateurs [et atteint près d’un million de téléspectateurs en 2021, ce qui permet à CNews d’arriver largement en tête des chaînes d’information sur cette tranche horaire et contribue à son succès croissant face à BFM TV] (cf https://basta.media/25-heures-devant-CNews-Zemmour-Praud-chaine-ou-prospere-ideologie-reactionnaire-extreme-droite ).

(2) Promoteur du fantasme « du grand remplacement » et réhabilitant Pétain, ce candidat s’est déclaré « pour l’Eglise et contre le Christ », instrumentalisant le christianisme

(3) Des propos qui, pour le CSA, contreviennent à plusieurs des obligations de la chaîne, jugeant que ces propos « ont pu être perçus » comme « une légitimation de violences commises par le passé à l’encontre de personnes de confession musulmane mais aussi comme une incitation à la haine ou à la violence à l’égard de cette même catégorie de la population ». En outre, le régulateur estime que CNews, en diffusant ces propos en direct « sans réaction ni même modération » de la part de l’animatrice, a manqué à son obligation de garder la maîtrise de son antenne, qui s’impose en toutes circonstances.

Mercredi 13 juillet 2022, le Conseil d’Etat a rejeté les demandes d’Eric Zemmour et de CNews pour annuler l’amende de 200.000 euros infligée à la chaîne par le régulateur des médias pour « incitation à la haine » et « à la violence » après les propos du polémiste d’extrême-droite sur les mineurs migrants isolés. Au coeur du litige, une sanction du CSA (devenu ARCOM) prise en mars 2021 pour ces mêmes propos. La plus haute juridiction administrative en France a en effet estimé que « la sanction litigieuse est fondée », motivant sa décision comme suit : « D’une part, sur la méconnaissance par la chaîne CNews de son obligation de ne pas diffuser de programmes incitant à la haine et de ne pas encourager des comportements discriminatoires » et « d’autre part, sur un manquement à son obligation de maîtrise de l’antenne ».

Face à ceux qui (se) disent « pourquoi pas Le Pen », comment expliquer pourquoi « pas Le Pen » (bis repetitas)

Voter Le Pen en particulier et extrême-droite en général : c’est toujours « non ! » Et même « non, non et non ! »
(Source image : public domain pictures)

Ou comment rappeler des évidences et dire des banalités qu’on oublie parfois.

Le présent article n’a pas pour but de « stigmatiser » les électeurs de Marine Le Pen (qui sont aussi nos parents, grands-parents, cousins, voisins, collègues de travail, amis, frères et sœurs en Christ…) mais de tenter de rompre le lien entre les angoisses et le mal-être quotidien (qui existeront toujours) et ce vote de la peur.

Lorsque j’étais lycéen, il était évident que Le Pen, c’était « non ! ». En 2002, lorsque Le Pen se trouve qualifié au second tour de la Présidentielle, c’était encore « non ! » et même « non, non, et non ! » pour la plupart. Aujourd’hui, cela ne semble plus évident. Je suis même interpellé par une chose, à l’annonce des résultats du premier tour de la présidentielle française du 10 avril 2022, comme au premier tour d’il y a 5 ans : Marine Le Pen est à nouveau au second tour, mais, plus encore qu’en 2017, nous sommes désormais bien loin du choc ou de la dramatisation du 21 avril 2002. 

Le RN (ex-FN), banalisé, ne fait plus du tout peur. C’est inquiétant.

Surtout quand des chrétiens (ou supposés tels) manifestent ouvertement leur vote pour ce parti, et ce, de manière décomplexée, notamment sur les réseaux @sociaux. Il est aussi sidérant de constater que d’autres, dans le milieu chrétien, aient pris la responsabilité de mettre les pieds dans le plat, appelant à l’abstention ou à voter blanc, « contre Macron », ou appelant indirectement à voter pour la candidate d’un parti xénophobe et raciste, sous prétexte de voter pour le candidat supposé être « clairement celui de la vie » ou « des valeurs chrétiennes »(sic).

Autres évidences :

NOUS SOMMES TOUS DES IMMIGRÉS : Certes, en cherchant bien, on doit pouvoir trouver parmi nous quelques citoyens à l’arbre généalogique purement mérovingien. Mais les autres ? Oui, nous sommes tous des Français enfants d’immigrés : à une, deux, trois générations derrière, que des Italiens, des Algériens, des Polonais, des Turcs, des Portugais, des Gabonais, des Vietnamiens et même des Belges… Ils sont partout : nous sommes partout. NON, il n’y a pas d’opposition entre une bonne et une mauvaise immigration : aujourd’hui il paraît que les bons immigrants seraient chrétiens, mais il y a quelques siècles, les chrétiens se déchiraient entre eux ; aujourd’hui il paraît que les bons immigrants seraient les Européens, mais dans les années 1920, les Italiens étaient victimes des chasses à l’homme ; il paraît que les bons immigrants n’auraient jamais commis aucun délit, mais quand ne pas avoir de papiers est un délit, comment faire ?

CHOISI ? “Les Français ont choisi de placer Marine Le Pen au second tour ”. Cette expression est tout simplement fausse. Au moment du vote pour le premier tour, on ne choisit pas forcément la personne qu’on souhaite voir au second tour : on exprime quelque chose. Marine Le Pen est en effet au second tour : ce n’est pas un choix conscient des Français mais la résultante de chiffres (abstention + faiblesse du vote PS et LR + dispersion des candidats de gauche). La candidate du Rassemblement national est même sortie en tête au premier tour dans plusieurs territoires ruraux qui ne sont pourtant pas particulièrement touchés par les questions d’insécurité et d’immigration.

A Bissert, village du nord-ouest du Bas-Rhin, juste à côté de la Moselle voisine, 49 des 92 bulletins de vote exprimés (52.13 %) portaient le nom de Marine Le Pen. Loin devant Emmanuel Macron (9,57 %), Eric Zemmour (8,51 %) ou Jean-Luc Mélenchon (8,51 %). Etonnant ? « A chaque élection c’est pareil (….) Quand on discute ici, certains ont parfois des propos durs sur l’immigration. Juste des mots car il y avait une famille étrangère ici et ça se passait très bien. Je pense que c’est surtout une peur de l’inconnu. » (…)« On se parle beaucoup entre nous et il n’y a pas de souci. Les gens vont peu en vacances » (…)« On est comme dans un désert médical. Pour la moindre opération, c’est minimum trente minutes (Sarreguemines), et encore, il n’y a pas tout  (…) On est de la classe moyenne mais on descend toujours plus. Les courses sont de plus en plus chères, le carburant aussi… On n’a pas trop à se plaindre car on a nos maisons mais on doit faire des choix : on ne part plus trop et on limite les restaurants », détaille (une) sexagénaire, qui cumule les emplois.

« C’est le pouvoir d’achat. Les gens votent en fonction de leur porte-monnaie. Et la hausse du carburant n’a pas arrangé les choses », tranche Marie-Pierre Guérin, maire de La Meilleraye-de-Bretagne et vice-présidente de l’association de maires ruraux de Loire-Atlantique. Pour Philippe Dugravot, conseiller départemental et maire de Villepôt – 675 habitants et 31,51 % pour Marine Le Pen –, le vote RN « traduit une difficulté de la ruralité ». Les ruraux sont confrontés à « des difficultés dans leur mode de vie, de mobilité, d’accès à l’emploi », analyse l’ancien haut fonctionnaire. « Malgré la complémentarité d’actions, à tous les échelons territoriaux, des électeurs peuvent avoir un ressentiment, l’impression que leurs besoins ne sont pas assez pris en compte. »

Alors NON, il ne faut pas dire du vote Le Pen qu’il est autre chose, en grande majorité, qu’un vote protestataire, à l’instar du vote des électeurs de Jean-Luc Mélenchon qui reflète, aux dires de ce dernier au soir du premier tour, « un état d’exaspération » et « le sentiment d’être entrés dans un état d’urgence écologique, sociale ».

NE PAS DEBATTRE : L’erreur est de tenter de répondre au RN, comme le font certains politiques, économistes, éditorialistes ou même certaines associations intersyndicales, en l’attaquant sur son programme économique pour en conclure que celui-ci « est irrationnel ». Ce qui signifie que les programmes des autres grands partis, dont « La République En Marche », ne méritant pas une telle vigilance, ne le seraient donc pas, « irrationnels » ? Or – et c’est sans doute une nouvelle erreur de M. Macron, qui, comme en 2017, a à nouveau accepté de débattre avec Marine Le Pen mercredi soir 20 avril  – on ne débat pas avec l’irrationnel. Les électeurs de Le Pen n’ont pas voté pour un programme — quel programme ? On ne répond pas à quelqu’un qui vous insulte parce que votre voiture ne redémarre pas au feu vert : il n’y a pas à argumenter. Le programme du RN (ex-FN), c’est : « vous avez peur, vous avez raison d’avoir peur, on vous comprend, voici les bouc-émissaires ». Qui peut argumenter contre cela ? Tenter de démonter le programme du RN, c’est le faire entrer dans le champ du vrai et du discutable (1). 

La seule chose que l’on peut faire contre l’irrationnel, c’est de rappeler [à l’instar d’un ancien président de la république française] que chaque fois que l’extrême-droite a eu le pouvoir, “ça s’est très très très mal terminé ». Et d’ailleurs, qui voudrait d’un « ordre nouveau » basé sur l’active mise au ban de la société d’un groupe qui ne met pas en danger la santé ou la paix publique ?

BANALITÉ DU MAL
“Mais ce n’est pas pareil, mais ce n’est pas si grave, « elle n’est pas comme son père », « elle n’est pas vraiment dangereuse…” Or, c’est exactement pareil. 

Ne nous laissons pas tromper par la candidature radicale d’Eric Zemmour qui a fait apparaître Marine Le Pen, par contraste, comme « recentrée », tandis qu’elle a « lissé » son image, laissant tomber toute agressivité, privilégiant le pouvoir d’achat, ce qui fait passer au second plan ses propositions, pourtant inchangées, contre l’immigration et l’islamisme. Ne nous laissons pas non plus tromper par le tour de passe passe qui consiste, pour Marine Le Pen, à effacer son nom et même son prénom de ses affiches électorales, comme pour mieux se débarrasser de son héritage politique estimé encombrant, qui avait fait de son prénom une marque aussi célèbre que « frigidaire ».

Sinon, qu’est-ce que vous croyez ? Que Hitler a dit “je veux être dictateur et tuer des millions de personnes”, et que 37% des Allemands ont voté pour lui ? NON. Hitler, orateur de génie, s’était présenté « en tant que chrétien », dans son discours du 12 avril 1922, à Munich : « En tant que chrétien, mon sentiment me désigne mon Seigneur et mon Sauveur comme un combattant (…) En tant que chrétien, (…) j’ai le devoir d’être un combattant pour la vérité et la justice. (…) en tant que chrétien, j’ai aussi un devoir envers mon peuple ». 

En 2011, quand Mme Le Pen affirmait que « nos compatriotes juifs n’ont rien à craindre du Front national, bien au contraire”, à l’instar d’un dirigeant FN qui se voulait rassurant en 2002, en déclarant que  “Zidane n’a rien à craindre”, l’un et l’autre sous-entendent clairement que d’autres personnes ont quelque chose à craindre. Et aujourd’hui quand le chef de l’opposition RN d’un conseil municipal dit « Non, nous, on ne veut pas emmerder les musulmans », il sous-entend que d’autres seront « emmerdés ».

Et il est aisé de comprendre « que créer une différence de droit, donner des droits supplémentaires en fonction de la nationalité », comme le veut Mme Le Pen, est une façon de dire que certains seraient « plus égaux que d’autres ». Mais où commence « la différence de droit » et où s’arrête-t-elle ? La « priorité nationale », au coeur du programme RN, est-elle « christiano », « biblico », ou « évangélico-compatible », si l’on relit Jacques 2v1, qui exhorte ceux qui croient en Jésus-Christ de « ne pas faire de différences entre les gens », vu que Dieu Lui-même n’en fait pas (Deut.10v17-19) ?

D’autres disent : « Le RN, on n’a jamais essayé ».  En réalité, il est possible de voir ce que cela donne dans les municipalités RN et affiliées. 

Quant à ceux qui disent que l’on risque “d’avoir Le Pen pour cinq ans”, quelle belle naïveté ! Il n’y a pas la moindre raison pour qu’un parti autoritaire s’arrête en si bon chemin, surtout quand la réalité de son projet politique est connue.

En fin de compte, quoi faire ? Pour ma part, pour des raisons bibliques, je reste convaincu qu’il est impossible pour un chrétien de voter RN et Marine Le Pen, parce que l’accueil de l’étranger est une préoccupation transversale de l’Ancien Testament et parce que la non stigmatisation des personnes (ou des groupes de personnes) est une préoccupation permanente du Nouveau Testament. Ainsi, par exemple, comme le souligne ce commentaire d’Erri de Lucca de la généalogie de Jésus-Christ en Matt.1« le Messie qui contient en lui les semences et la concorde de peuples hostiles se déclare ainsi loin de toute pureté de sang. Dans ce message d’accueil, le Nouveau Testament colle à l’Ancien et honore notamment Tamar et Ruth, filles de l’étranger, en les nommant à l’entrée de sa maison ». (Voir notre article à ce sujet).  

Alors oui, Macron est objectivement (et explicitement) le candidat de «Mammon», ce qui a le mérite d’être clair [n’oublions toutefois pas son « quoiqu’il en coûte » du confinement 1.0 et sa reconnaissance de ce qui est « une folie »], tandis que Le Pen avance masquée, tout en séduction, alors que la réalité est autre. Mais plus largement, la vraie question est celle-ci : quelle société voulons-nous laisser à nos enfants ? Souhaitons-nous les voir grandir dans une société fermée, marquée par la peur et la haine de l’autre ? Une société marquée par un « ordre social satanique et diabolique », fondé sur l’accusation, la division et le mensonge ?

Que vaut-il mieux ? 

Pouvoir combattre certaines idées d’Emmanuel Macron ou subir l’idéologie frontiste ?

N’oublions pas que si vous estimez qu’il y a du rédhibitoire – et même du « gravement rédhibitoire », pour reprendre la formule d’un catholique naturaliste blogueur – dans chacun des deux candidats finalistes, n’oubliez pas d’inclure, parmi lesdits candidats, « monsieur Blanc » et « madame Abstention ».

Nous seuls pouvons répondre. Le mieux qui nous reste à faire, sachant que le vote est une question de choix personnel et responsable, est de 1) refuser la polarisation, les discours partisans et clivants, pour nous encourager à veiller à l’unité en Jésus-Christ 2) « lever le nez » des discours et des unes haineuses de certains périodiques brandissant la peur de « l’invasion migratoire » et du « grand remplacement » pour mieux se replonger dans les Ecritures, Parole de Dieu, 3) prier et 4) chercher à exercer notre discernement, le tout dans l’humilité.

D’après http://rdereel.free.fr/NON.pdf

Lire une réponse alternative ici.

Notes :

(1) Banaliser les discours de l’extrême droite est la meilleure façon de faire gagner Marine Le Pen. La recherche en psychologie sociale suggère que, pour la contrer, il faut cesser de reprendre ses thèmes. Lorsque nous voyons un(e) responsable politique donner de l’importance aux idées de Marine Le Pen, cela nous renseigne inconsciemment sur ce qu’il est légitime de faire. À long terme, la reprise des idées de Marine Le Pen ne sert pas celui/celle qui les reprend, mais favorise la prolifération de ces idées… et, au final, Marine Le Pen.  En donnant de l’importance à Marine Le Pen, en dialoguant avec elle, on la pose comme un interlocuteur respectable. Ce faisant, on légitime ses idées. Ce comportement, le fait simplement d’être en face d’elle dans une émission télévisée, est beaucoup plus parlant que n’importe quel discours. Parler à Marine Le Pen pour attaquer ses idées, c’est d’abord reconnaître que c’est un adversaire valable. Le Président Chirac l’avait bien compris, lui qui avait refusé un débat télévisé entre les deux tours de l’élection de 2002.

« Note (fictive) au premier ministre » sur les conséquences d’une élection à la présidence de la République

Dans une note fictive au chef du gouvernement, un haut fonctionnaire envisage froidement le scénario, ou du moins, un scénario, envisageant les conséquences de l’élection de Madame Marine Le Pen à la présidence de la République. La présente note, parue dans le numéro du 24/10/16 de la revue Projet, aborde successivement la réaction des institutions, le fonctionnement de l’État, l’attitude de la société civile et celle des Français et la reconstruction des partis politiques. L’ordre public et les enjeux liés au prolongement de l’état d’urgence mériteraient une note spécifique. 

A l’époque, il s’agissait de l’élection du 7 mai 2017, dont l’annonce des résultats du premier tour m’avait particulièrement  interpellé : « Marine Le Pen est au second tour, mais nous sommes désormais bien loin du choc ou de la dramatisation du 21 avril 2002. Le FN, banalisé, ne fait plus vraiment peur. C’est inquiétant. Surtout quand des chrétiens (ou supposés tels) manifestent de plus en plus ouvertement leur vote pour ce parti, et ce, de manière décomplexée, par naïveté, calcul ou cynisme. Plus inquiétant encore est le climat actuel (tendu), qui empêche une réflexion commune, saine et sage, pour ne pas dire spirituelle et bibliquement fondée, sur la justification du vote (ou du non vote) FN »

Dans le film « Le Monde d’hier », du réalisateur Diastème, sorti en salle mercredi 30 mars et que l’on peut découvrir via la bande annonce citée en tête de cet article, le personnage du secrétaire général de l’Elysée, joué par Denis Podalydès, alerte la cheffe de l’Etat (jouée par Léa Drucker) quatre jours avant le premier tour de l’élection : le chef de file de d’extrême droite « ne fait peur à personne pour le momentmais tu sais comme moi qu’il est très dangereux. Il commencera en douceur, et puis… » Et puis l’« horreur », achève-t-il.

« A dix jours du scrutin présidentiel de 2022, l’« horreur » n’est plus associée dans l’opinion à Marine Le Pen », souligne un article du Monde daté du vendredi 01/04. « La candidate du Rassemblement national (RN) a plus que jamais adouci son image quand son programme demeure, lui, toujours contraire aux valeurs démocratiques et républicaines. Celle qui a évité de surfer sur le pouvoir de la rue pour tout miser sur la présidentialité et le respect du processus électoral s’affirme légaliste. De fait, elle promet de « respecter » la loi et la Constitution, mais elle entend, en réalité, changer l’une et l’autre de fond en comble. La politique prime le droit, assume-t-elle, avec l’ambition de mettre en œuvre un projet qui écorche droits fondamentaux et libertés individuelles, sans lesquels la démocratie n’est que le pouvoir du plus grand nombre et non le respect de tous ».

De quoi faire réfléchir quant aux conséquences de son vote, en vue du scrutin qui vient, et ce, d’autant plus que « Le Monde » a passé au crible le projet de la candidate du Rassemblement national à l’élection présidentielle. Les modifications de la Constitution qu’elle prévoit visent à la mise en place d’un Etat autoritaire. Rien moins !

Lire la note dans son intégralité sur le site de la revue Projet.

Vous avez entendu qu’il a été dit « que l’on ne peut plus rien dire », mais moi, je vous dis….

Accueillir le réfugié – et le mineur isolé – c’est « chrétien » ? (Dessin de « PrincessH », pour « La Croix », octobre 2016)

« Dans la demeure qui lui appartient, Dieu est un père pour les orphelins, un justicier qui défend les veuves » (Ps.68v6).

Imaginez qu’après la lecture de ces commandements et exhortations de l’apôtre Paul, dans ses lettres adressées aux chrétiens Corinthiens et Philippiens [« que tout se fasse pour la gloire de Dieu », « que tout se fasse pour l’édification » ; « que tout est vrai, honorable, juste, pur…occupe vos pensées… »], ces derniers réagissent de la sorte : « mais alors, on ne peut plus rien dire ! » 
Ne riez pas : c’est pourtant ce que l’on peut entendre dans la sphère médiatique ou lire sur la toile, dans un esprit victimaire.
Les chrétiens protestants évangéliques (entre autres), attachés à la Bible, qu’ils reconnaissent comme « la Parole de Dieu », savent que (faire) croire que l’on peut tout dire, tout faire, sans se soucier d’aucune conséquence et sans avoir à rendre compte d’une telle « liberté », est un mensonge vieux comme le monde. Comme de parler plus de l’interdit de ce qui est permis. Et pour cause, il vient du serpent menteur et tentateur, en Eden (cf Genèse 3). Et depuis la chute, les humains n’en sont pas ressortis « plus adultes », puisqu’ils ont tendance à se justifier ou à se renvoyer la balle, en s’accusant mutuellement, de manière irresponsable.

Ainsi, par exemple, la réaction du polémiste – et pourtant candidat à la prochaine élection présidentielle – Eric Zemmour – à sa troisième condamnation par la justice (1) : ayant été en effet condamné le 17/01 par le tribunal correctionnel de Paris à 10 000 euros d’amende  – et, solidairement avec le directeur de la publication de CNEWS, à verser 19 000 euros aux associations de défense des droits de l’homme – pour « complicité de provocation à la haine raciale » envers les mineurs isolés étrangers, Eric Zemmour dénonce ce qu’il appelle « la condamnation d’un esprit libre (sic) par un système judiciaire envahi par les idéologues ». De fait, le candidat à l’Élysée entend, s’il est élu, abroger la législation antiraciste, qu’il qualifie de « liberticide ».

Le parquet de Paris avait par ailleurs requis 5 000 euros d’amende pour le directeur de publication de CNews, Jean-Christophe Thiery de Bercegol du Moulin, jugé aux côtés d’Eric Zemmour comme c’est l’usage dans les procès de presse. Il a été condamné à 3 000 euros d’amende. A ce jour, CNEWS est la seule, parmi les autres chaînes françaises, à être condamnée par la justice.

En guise de devoir de mémoire, les propos incriminés avaient été prononcés le 29 septembre 2020, sur CNews, lors d’une émission de « Face à l’info ». Le 18 mars 2021, le Conseil supérieur de l’audiovisuel avait déjà prononcé une sanction financière inédite d’un montant de 200 000 € à l’encontre de la chaîne, propriété de Vincent Bolloré, estimant que, ce jour-là, celle-ci avait manqué à ses obligations, et que les « limites à la liberté de communication et à la liberté éditoriale des médias audiovisuels » avaient été franchies. Éric Zemmour avait alors déclaré au sujet des mineurs étrangers non accompagnés« Ils sont voleurs, ils sont assassins, ils sont violeurs, c’est tout ce qu’ils sont[sic]. » Puis, contredit par l’animatrice Christine Kelly, il avait fini par nuancer : « La plupart. »(sic)

Une idée en rappelle une autre, mais ce rappel me paraît utile, face au même qui plaide aussi, pour les mêmes raisons ou pour d’autres, pour l’abolition des lois dites mémorielles : qui se souvient du décret-loi « Marchandeau »(du nom de celui qui a été Député radical-socialiste de la Marne, maire de Reims,  ministre de la Justice entre novembre 1938 et septembre 1939)portant sur la répression de la diffamation par voie de presse lorsque « la diffamation ou l’injure, commise envers un groupe de personnes appartenant, par leur origine, à une race ou à une religion déterminée, aura pour but d’exciter à la haine entre les citoyens ou les habitants » ?

Pour l’anecdote (qui n’est pas un « point de détail de l’histoire »), l’une des premières mesures du régime Vichy, mis en place depuis à peine un mois(Il n’existe plus de Parlement, et les lois l’œuvre du Maréchal Pétain qui, selon l’article 1 § 2 de l’acte constitutionnel n°2 du 11 juillet 1940, exerce le pouvoir législatif, en conseil des ministres), a été d’abroger ce fameux décret-loi Marchandeau, le 27 août 1940(2). Sachant que l’armistice avec l’Allemagne, mettant fin officiellement aux hostilités ouvertes par la déclaration de guerre du 3 septembre 1939, ne sera signé que plus tard,  le 22 juin 1940.
Avec l’abolition du décret-loi Marchandeau, la loi rend libre la tenue de propos racistes ou antisémites, et prononce une amnistie des poursuites*. Avec pour conséquences un boulevard pour la propagande xénophobe, raciste et antisémite, et une liberté de la presse au service du racisme et de l’antisémitisme.

Comme quoi, « rien de nouveau sous le soleil », comme l’a dit un grand sage de la Bible.

Et c’est ici qu’il convient de prendre un peu de recul : Car, enfin, ne jouons pas à nous faire peur en prenant au sérieux les plaintes de celui qui se croit « censuré », et donc victime d’un hypothétique « esprit de tyrannie ». Comme si le sort tout entier de la liberté d’expression était suspendu à une énième condamnation en justice d’Eric Zemmour (ou même de CNEWS), qui a toujours eu un espace médiatique pour diffuser ses idées. Car qu’est-ce qui est le plus dangereux ? La banalisation du discours injurieux, à caractère racial, et des provocations à la haine racial d’un polémiste pourtant candidat à la Présidentielle, à quelques mois de l’élection ? Ou le simple fait que la justice fasse son travail ? Dans quelle société voulons-nous vivre ? Celle bâtie sur les fondements de l’Evangile de Jésus-Christ (pas un pseudo « évangile » canada dry » identitaire) – ou, du moins, de celle bâtie par nos parents et nous-mêmes depuis 1945 – ou celle fantasmée [d’un « grand remplacement »] par Zemmour et consort ?

 « Liberté ! Que de bêtises on peut raconter en ton nom ! » Que de bêtises, mais aussi d’horreurs….

Vous entendez ici ou là que « la liberté d’expression » serait « à défendre », car « menacée », relativisant la gravité de propos relevant du délit et confondant celui-ci avec l’opinion. Or, il s’agit ici d’une question de limites nécessaires. C’est bien parce que la liberté d’expression est précieuse (3), qu’il importe de donner à  réfléchir sur les conséquences d’une liberté que l’on voudrait « totale » et « absolue », pour ne pas dire « sacrée ».

C’est ce que l’on appelle une idole, soit une chose, une force, une personne, un groupe, une doctrine ou un idéal que l’on regarde comme suprême. Or, un seul est suprême : Dieu, lequel interdit l’idolâtrie en Exode 20v4-6. Tout peut être idolâtré, dès que nous le considérons comme ultime.           

Une formule à la Jacques Ellul dirait peut-être que « ce n’est pas l’usage de la liberté d’expression qui asservit, mais le sacré transféré à la liberté d’expression ». On parle alors de « sacro-sainte » liberté (ici, d’expression).….liberté dont le « sacré » exige que l’on lui sacrifie tout ?

Faut-il tout sacrifier (la dignité humaine, l’honneur) sur l’autel du « dieu liberté (d’expression) », « Moloch »  moderne ? Ou sur l’autel de la recherche du buzz (que l’on croit « rentable ») à tout prix ? Lévitique 20v1-5 révèle ainsi à quel point l’idolâtrie conduit à la mort, et notamment à la mort de ceux qui nous sont le plus chers, nos enfants.

Dans ce cas, pour préserver la (précieuse) liberté d’expression et pour se préserver des abus, pour se libérer de ce qui asservit, faudra-t-il « profaner » cette sacrée liberté d’expression, en lui ôtant l’aura de sacré qui l’entoure, pour mieux y inclure cette prise de conscience : « qui dit grande liberté(ou « grand pouvoir ») dit aussi « grande responsabilité » ?

Responsabilité pour le média d’apporter de l’information de qualité (et non du scandale, de la désinformation) et responsabilité pour le citoyen (et non « consommateur de média ») de se positionner quant à l’éthique des médias. Le chrétien, lecteur de la Bible, qui ne se laissera pas avoir par le mot piégé de « valeurs », devrait normalement en conclure qu’il lui est impossible de cautionner la banalisation de certains discours, comme certains choix éditoriaux assumés par un média, parce qu’il sait que l’accueil de l’étranger est une préoccupation transversale de l’Ancien Testament et parce que la non stigmatisation des personnes (ou des groupes de personnes) est une préoccupation permanente du Nouveau Testament. Les devoirs envers les étrangers sont même évoqués à 36 reprises dans la Torah, soit plus souvent que les commandements relatifs à l’amour de Dieu, à la circoncision et à l’interdiction du mensonge ou du vol. Le Seigneur est « le Père des orphelins, le défenseur des veuves » (Ps.68v6). Celui qui les maltraite (en actes ou en paroles) s’attaque à Dieu Lui-même, lequel ne restera pas sourd au cri de l’étranger, de la veuve et de l’orphelin.

Elie Wiesel, cité par Antoine Nouis dans son commentaire verset par verset du Pentateuque (Olivétan/Salvator, 2021), a écrit : « je ne dois pas m’abaisser devant une idole, sinon je perds tout respect de ma personne non seulement devant Dieu, mais également devant mon peuple et donc devant l’humanité. Un homme qui s’abaisse devant une idole faite par d’autres hommes se renie lui-même ». Ce qui est en jeu dans cette parole, commente Antoine Nouis, est la liberté et la dignité de l’humain. Nous comprenons pourquoi [l’interdit de l’idole] se situe en tête des Dix Paroles [p 310].

Décidemment, même dans la Bible « on ne peut plus rien dire » ! Serait-ce là le signe de l’emprise de « l’esprit de tyrannie », de la « piraterie woke » ?

Pour aller plus loin, voir notre article « Il n’y a pas de tabou dans la Bible ».

Notes :

(1) Cf cet article de La Croix et d’Actu juridique. Le 18 février 2011, il a été reconnu coupable par le tribunal correctionnel de Paris de « provocation à la discrimination à l’égard d’un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance à une race » pour avoir prétendu que les employeurs avaient « le droit » de ne pas embaucher d’Arabes et de Noirs. N’ayant pas fait appel, cette condamnation est définitive. Plus récemment, le 17 septembre 2019, il a été reconnu coupable de « provocation à la discrimination et à la haine religieuse » par la Cour de cassation, plus haute juridiction de l’ordre judiciaire français, pour avoir déclaré qu’il laisserait aux musulmans « le choix entre l’islam et la France ». Jeudi 20 janvier, un autre procès attend l’ancien polémiste, pour « contestation de crime contre l’humanité ». Le 4 février 2021, en première instance, il avait cette fois été relaxé pour avoir déclaré que, pendant la collaboration, Philippe Pétain aurait « sauvé les juifs français ». Mais l’Union des étudiants juifs de France avait attaqué en appel cette décision.

Cette défense de Pétain est d’ailleurs une vieille obsession : certains d’entre nos lecteurs se souviendront peut-être que, Samedi 4 octobre 2014, l’émission de France 2 « On n’est pas couché »(ONPC) choisit d’inviter Eric Zemmour à l’occasion de la sortie de son nouveau livre, « Le Suicide français ». Ce dernier y critique notamment les travaux de l’historien américain Robert O. Paxton, le premier à avoir mis en lumière la collaboration entre Vichy et l’Allemagne nazie dans la déportation des Juifs, dans son ouvrage La France de Vichy 1940-1944 paru en 1973. Relativisant le rôle de Vichy dans la déportation des Juifs français, Eric Zemmour prétend que l’ “on oublie la complexité de l’Histoire” et que Pétain aurait permis de sauver “90% des Juifs de France”.  La journaliste Léa Salamé interpelle alors le polémiste, l’accusant de chercher à réhabiliter Pétain pour faire l’apologie de la préférence nationale. Ce même jour, les Juifs célébraient Kippour, la fête du Grand Pardon. En France, comme le veut la tradition, ils ont accompagné leurs recueillements d’une prière pour la République. Mais en rentrant chez eux le soir, ils ont pu assister à une sordide prière contre la République.

(2) Le Journal officiel du 30 août 1940, page 4844, publie la loi du 27 août 1940 portant abrogation du décret-loi du 21 avril 1939, modifiant les articles 32, 33 et 60 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse :
« Art. 1°. – Est abrogé le décret-loi du 21 avril 1939, modifiant les articles 32, 33 et 60 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse. Les dispositions antérieures des articles précités sont remises en vigueur.

« Art. 2. – Amnistie pleine et entière est accordée, pour tous les faits commis antérieurement à la promulgation de la présente loi, aux délits prévus par les dispositions abrogées par l’article 1° du présent décret ».

(3) L’article 11 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789 déclare que « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi ».

« Interpellant » ou « scandalisant », les Evangéliques ?

Les Évangéliques assumeront-ils, avec compassion et intégrité, leur « rôle prophétique dans la société » ou ne seront-ils qu’ « un airain qui résonne, ou une cymbale qui retentit », cf 1 Cor.13v1 ? Source : Pixabay.

J’ai déjà entendu ce dicton : « ne pose pas de question sur la foi mais vis de telle façon que ta vie pose questions ». Justement : quelles questions ?

L’on a pu déplorer le niveau de tensions et de bêtises autour des propos de « chrétiens en campagne », durant la présidentielle ou juger, à l’instar de Yannick Imbert, que ladite campagne a été, du côté chrétien[Évangéliques, en tout cas !], un relatif désastre, au point où les chrétiens ont pas été vraiment des « lumières du monde »(1)… Les Évangéliques se prépareront-ils mieux aux prochaines, à savoir les législatives ?

Dans cette perspective, voici quelques exemples de nature à inspirer une bonne (et intelligente) mobilisation politique des protestants évangéliques :

1) Dans la continuité avec son action auprès des candidats à la présidentielle, Michée France encourage les églises à écrire aux candidats aux élections législatives de leur circonscription. Son objectif est de faire entendre la voix des « sans voix » aux prochains députés afin qu’ils prennent des décisions en considérant la situation des plus démunis. Les propositions de Michée France faites aux candidats à la présidentielle seront jointes à cette lettre. Elles concernent 5 domaines d’action importants pour la lutte contre la pauvreté au niveau national et international :

L’aide publique au développement

La lutte contre la corruption

L’économie sociale et solidaire

Le respect de l’environnement

L’accueil des plus fragiles (SDF, handicapés, migrants, …)

La suite à lire ici sur le site de Michée France.

Inspiré par l’Évangile, Michée France œuvre pour mobiliser les protestants, notamment évangéliques, à lutter contre la pauvreté et les injustices ET pour leur donner les moyens d’interpeler les décideurs, en particulier politiques, sur les engagements qu’ils ont pris.

 

2) Si les Évangéliques choisissent de ne pas « interpeller » les puissants, de façon spirituelle et biblique, ils courent le risque d’être « interpellés » eux-mêmes, pour leur comportement estimé « interpellant » ou « scandalisant », comme en témoigne ce « rappel à l’ordre politique » du CNEF aux évangéliques français(2) :

Dans son allocution prononcé lors de l’Assemblée plénière du Conseil national des évangéliques français (Cnef), mardi 30 mai à Paris, [qui a notamment lancé à cette occasion Cnef Solidarité, qui regroupe toutes les actions sociales des chrétiens évangéliques]  son président Étienne Lhermenault  a regretté que la dernière campagne présidentielle ait révélé l’évolution politique de certains évangéliques vers l’adhésion à des « discours de rejet et de haines ».

Il a aussi déploré « une focalisation sur les questions de sexualité au détriment des questions sociales », assurant que nous devons être alertés par « les relais que trouve ce genre de propos sur les réseaux sociaux. Il circule dans notre milieu évangélique des discours trompeurs qui caricaturent la foi, ridiculisent l’Évangile et entraînent bien des nôtres dans de vains combats ». Au sein d’une société très sécularisée, certains« vibrent dès qu’ils perçoivent (ou imaginent) une inspiration vaguement chrétienne » susceptible de défendre des « valeurs » chrétiennes. Mais cette notion même de « valeur » est, à ses yeux, « ambiguë » car si une valeur « n’a plus Dieu », elle peut se transformer en « idole » et produire une « morale rigide asservissante ».

Une « idée folle, parce que naïve et toujours démentie, selon laquelle il suffirait qu’un chrétien emporte la magistrature suprême pour changer durablement la face d’un pays » (Dessin d’Andy Singer).

Un autre des « pièges » relevé par Étienne Lhermenault pour « l’évangélisme mondial et à un moindre degré pour l’évangélisme français », est « celui de la conquête du pouvoir politique ». Et le président du Cnef de dénoncer l’« idée folle, parce que naïve et toujours démentie, (selon laquelle) il suffirait qu’un chrétien emporte la magistrature suprême pour changer durablement la face d’un pays ».

Enfin, a-t-il encore souligné, « notre combat en tant que corps de Christ n’est pas de conquérir le pouvoir politique, mais de garder les mains libres pour assumer notre rôle prophétique dans la société ».

Lire l’intégralité du discours d’Etienne Lhermenault, prononcé lors de l’assemblée plénière du CNEF, mardi 30 mai.

 

3) Enfin, à écouter sur « Coram Deo », l’émission hebdomadaire du blogue « Le Bon Combat » et de CFOI-FM (station de radio québécoise qui diffuse de la programmation religieuse) qui propose « un regard chrétien sur le monde ».  Son « épisode 34 » aborde la question du « fondamentalisme » dit « évangélique » ou « suis-je un fondamentalo-legalisti-messianico-pietiste ? »

Résumé : Il fut un temps où l’expression « fondamentaliste » revêtait une connotation très positive. Or, de nos jours, être fondamentaliste est rarement considéré positivement. Comment ce mot a-t-il pu évoluer aussi mal ? À quoi reconnaît-on les tendances fondamentalistes et légalistes ? Fondamentalisme et conservatisme sont-ils deux termes synonymes ? En quoi sont-ils similaires et différents ?

Pour répondre à ces questions, les théologiens, pasteurs et animateurs de blogues, Guillaume Bourin et Pascal Denault, lequel avait déjà écrit un court billet sur cette question en répondant à la question : « Réformé et fondamentaliste….synonymes ? »

 

 

 

Notes :

(1) Voir ses prises de positions sur TGC – Evangile 21 https://www.thegospelcoalition.org/evangile21/article/je-me-repens-de-la-campagne-presidentielle et son propre blogue https://landofthebluemoon.wordpress.com/2017/05/08/la-politique-du-faux-temoignage/

(2) A lire, cet article paru dans la Croix, daté du 02/06/17.

 

 

 

« Je respecte infiniment la liberté de conscience, mais il n’y a pas d’indifférence chrétienne »

« L’indifférence tranquille n’est-il pas ventre trop fécond du fleurissement des extrêmes ? »

Le simple fait de constater un stupéfiant niveau de tensions et de confusions autour des propos de « chrétiens en campagne », dans le cadre de cette élection présidentielle, devrait être de nature à nous interpeller : l’une invite à « un vote révolutionnaire » en faveur de la candidate d’extrême-droite, se persuadant qu’il ne s’agit pas d’un « vote d’adhésion » ; d’autres mettent Macron et Le Pen sur le même plan (au risque de banaliser celle-ci), appelant à « voter blanc » ou à glisser un bulletin « Jésus » dans l’urne (mais « son royaume » est-il « de ce monde » ? Peut-on « voter » pour Christ, comme s’il n’était qu’un « candidat », une « option », parmi d’autres ? ), parce que voter l’un ou l’autre serait dans tous les cas « soutenir (un) projet politique estampillé par la marque de la Bête, quel que soit son visage » ou « sceller une alliance inique pour la France »….Comment a-t-on pu en arriver là ?

Au milieu de toute cette agitation, « Zabou the terrible », une jeune blogueuse catholique au nom étrange, nous interpelle et nous fait part de ses incompréhensions, dans ce très beau texte intitulé « Pas l’indifférence ». Mais qu’est-ce que l’indifférence ? C’est un trouble de la perception ou « l’incapacité de distinguer les différences ».

Et « Zabou » de s’interroger, au lendemain d’élection :

(…) Banalisation de la violence,

Banalisation de l’exclusion,

Banalisation d’une politique qui semble trop lointaine ?

Banalisation du drame d’une France divisée.

Je ne mets pas tout sur le même plan,

Mais je m’interroge.

En 2002, j’étais lycéenne,

La présence d’un extrême au 2nd tour avait été choc

… Et réaction !

Une France dans la rue : des craintes, des « plus jamais ça »…

C’était maladroit mais c’était heureux.

Et aujourd’hui ?

Indifférence.

 

Malgré son nombre croissant de voix,

Je ne peux faire du FN un parti comme un autre,

Je ne peux pas dire : on a juste à choisir entre l’extrême-droite, le centre gauche fan de gros sous, le vote blanc ou l’abstention,

Je ne peux pas le dire en oubliant que, dans un des possibles, il y a « extrême »,

Je ne veux pas de la banalisation de l’extrémisme,

Je refuse cette indifférence crasse face à l’inacceptable !

Qu’on se le dise : je ne juge pas ceux qui le font,

Mais je ne parviens pas à comprendre comment on peut être chrétien et voter FN.

 Je respecte infiniment la liberté de conscience

Mais il n’y a pas d’indifférence chrétienne :

Comment ne pas réagir ?

(….) L’indifférence tranquille n’est-il pas ventre trop fécond du fleurissement des extrêmes ?  

La suite ici.

 

Face à ceux qui (se) disent « pourquoi pas Le Pen », comment expliquer pourquoi « pas Le Pen »

La bonne question n’est pas « pourquoi pas Le Pen » mais pourquoi « pas Le Pen »

Le présent article n’a pas pour but de « stigmatiser » les électeurs de Le Pen (qui sont aussi nos parents, grands-parents, cousins, voisins, collègues de travail, amis, frères et sœurs en Christ…) mais de tenter de rompre le lien entre les angoisses et le mal-être quotidien (qui existeront toujours) et ce vote de la peur.

Une première chose m’interpelle, à l’annonce des résultats du premier tour de la présidentielle française 2017 : Marine Le Pen est au second tour, mais nous sommes désormais bien loin du choc ou de la dramatisation du 21 avril 2002. Le FN, banalisé, ne fait plus vraiment peur. C’est inquiétant. Surtout quand des chrétiens (ou supposés tels) manifestent de plus en plus ouvertement leur vote pour ce parti, et ce, de manière décomplexée, par naïveté, calcul ou cynisme. Plus inquiétant encore est le climat actuel (tendu), qui empêche une réflexion commune, saine et sage, pour ne pas dire spirituelle et bibliquement fondée, sur la justification du vote (ou du non vote) FN. Une nouvelle « pensée unique » se mettrait-elle en place, sous prétexte d’en chasser une autre ?

Dans ce contexte tendu, il est sidérant de constater que plusieurs sites s’affichant « chrétiens » aient pris la responsabilité de mettre les pieds dans le plat et de faire des appels du pied « directs », appelant clairement et/ou de façon hypocrite, à voter pour un parti xénophobe et raciste (voir l’éphémère successeur de Marine Le Pen à la tête du FN, un négationniste !), dont le programme reste toujours le même : « vous avez peur, vous avez raison d’avoir peur, on vous comprend, voici les bouc-émissaires ». 

Ainsi ce texte stupéfiant, publié sur « infos chrétiennes »(1) par le biais de Nicolas Ciarapica (2) et relayé par ce dernier en commentaire sur le blog du sociologue et historien Sébastien Fath , en se justifiant maladroitement : « Peut-être pas la meilleure contribution à ce débat, mais voici un point de vue venu d’Amérique sur un aspect que l’angélisme forcené de nos élites omet de mentionner. On ne peut PAS l’ignorer. Merci de le lire, 7,7 millions de personnes ont soutenu Mme Le Pen en partie à cause de cela. M. Fillon avait un point de vue assez similaire… », et sous prétexte que l’on entendrait « plus rien d’autre » que le « Gauchisme omniprésent », « nulle part ».

Et en effet, il a raison, Nicolas Ciarapica : ce n’est « pas la meilleure contribution à ce débat ». C’est même la pire et on peut l’ignorer, pour plusieurs bonnes raisons données par Sébastien Fath lui-même, qui, condamnant sévèrement cet article, l’estime d’une « malhonnêteté intellectuelle et d’une ignorance crasse », « laid et mensonger », « plein de haine et de peur », qui « mélange TOUT et promeut sans vergogne une candidate hostile aux Églises, favorable au principe d’inégalité selon l’origine, fortement soupçonnée de détourner l’argent des institutions européennes, et boostée par DAECH qui n’attend que son élection pour passer à l’étape « guerre civile », que les djihadistes espèrent tant ».

Ceci dit, comme le souligne Dominique Lachosme, du réseau « Agir contre le chômage »,  dans un article paru dans « La Décroissance » d’avril(3), « d’excellents esprits ne cessent de se lamenter des votes très élevés pour le FN. Comment un parti xénophobe peut-il se trouver aux portes du pouvoir en France ? Nombre d’opposants anti-FN n’ont pourtant pas manqué de travailler leurs arguments pour contrer ses idées. Sans succès aucun à ce jour. Peut-être pour la raison qu’ils font partie du problème ».

En effet, l’erreur serait peut-être de tenter de répondre au FN, comme le font certains politiques, économistes, éditorialistes ou même certaines associations intersyndicales, en l’attaquant sur son programme économique pour en conclure que celui-ci « est irrationnel ». Ce qui signifie que les programmes des autres grands partis, dont le petit nouveau « En Marche », ne méritant pas une telle vigilance, ne le seraient donc pas, « irrationnels » ? Or, serait-il « raisonnable » de poursuivre la croissance économique à l’origine de la débâcle écologique et de la destruction des civilisations humaines ? Ou de casser droit du travail et sécurité sociale, soit disant « pour libérer les richesses de ce pays » ? Voudrait-on faire progresser le FN que l’on ne s’y prendrait pas autrement. Car, lorsque nous dénonçons « la déraison économique du FN », nous le désignons ipso facto digne d’intérêt à des millions de personnes que les politiques qu’elles défendent ont été broyées matériellement et spirituellement.

Or – et c’est sans doute une (première ?) erreur de M. Macron, qui a accepté de débattre mercredi avec Mme Le Pen, sous prétexte d’une « normalisation du FN » « on ne débat pas avec l’irrationnel. Les électeurs de Le Pen n’ont pas voté pour un programme — quel programme? On ne répond pas à quelqu’un qui vous insulte parce que votre voiture ne redémarre pas au feu vert : il n’y a pas à argumenter. On ne répond pas au FN, comme tentent de le faire certains : “si la France sort de l’Europe, le franc sera aussitôt dévalué et les taux d’intérêt vont monter” : qui a compris ? Qui va se dire “si les taux d’intérêt montent, mon Dieu, c’est vrai, il ne faut pas voter Le Pen” ? Le programme du FN, c’est : vous avez peur, vous avez raison d’avoir peur, on vous comprend, voici les bouc-émissaires. Qui peut argumenter contre cela ? Tenter de démonter le programme du FN, c’est le faire entrer dans le champ du vrai et du discutable. La seule chose qu’on peut faire contre l’irrationnel, c’est de  rappeler [à l’instar d’un ancien président de la république française] que chaque fois que l’extrême-droite a eu le pouvoir, “ça s’est très très très mal terminé »(4).

Malheureusement, est opposé au FN, pour le combattre, une simple vision du monde « utilitariste » et « pragmatique », pour laquelle l’homme serait « un animal industrieux, doué de raison et de capacité de calcul, indéfiniment améliorable par la science et l’économie », ce qui est insuffisant. En comparaison, une autre vision du monde (biblique) rappelle que l’homme est créé « à l’image et selon la ressemblance de Dieu », corps, âme, esprit.

Certes, relève Dominique Lachosme dans l’article pré-cité plus haut, « la victoire du libéralisme [et du néolibéralisme depuis 1970-1980] en Europe a permis de grands progrès matériels, mais elle a aussi – et surtout – profondément dégradé l’esprit (et la dignité) humain(e). Même si nous préférons oublier cette vérité en nous étourdissant ou en nous abrutissant dans des sensations toujours plus modernes, on ne saurait vivre « que de pain seulement » ou de pouvoir d’achat. Or, toutes les formations politiques ne parlent plus pour l’essentiel qu’économie et technique, se disputant sur les moyens, tout en étant d’accord sur les finalités.

« Le FN, à l’inverse, [prétend être] le seul à parler d’abord à « notre part spirituelle », s’inscrivant dans un grand récit national, brassant Jeanne d’Arc, l’amour de la patrie, la laïcité ou l’amour des (« vrais ») français (« de souche ») dans l’adversité. Il ne s’embarrasse donc aucunement de « réalisme économique ». Il parle à notre âme et à notre esprit, à ce qui est à la fois intime et nous relie collectivement en nous ancrant dans une histoire commune, à la différence des spiritualités ou des philosophies « hors sol » ou déconnectées du réel. Il berce notre âme de la grandeur bientôt retrouvée de la France. Et des millions d’entre nous, dévastés par le matérialisme ambiant, ont désespérément besoin d’y croire. Bien davantage que d’écrans plats, de smartphone ou même d’un emploi « pour gagner sa croûte ». D’autres choisissent naïvement ou cyniquement d’y croire par calcul ou intérêt.

Bien entendu, « le FN ment effrontément », puisqu’il ne cherche que le pouvoir[il suffit de voir ce qui se passe dans les municipalités FN et de scruter les votes des députés FN au parlement européen, par exemple], et « à propager la haine et la violence qui lui profitent, satisfaire les milieux d’affaire en relançant une croissance économique « bleue, blanche et rouge », produite par des « bons français »(« de souche »), avec de bons francs français (sortie de l’euro) et de bons capitalistes « français »(3).

Contrairement à ce que certains ont pu avancer, le programme du FN n’est pas « (national) socialiste » : « nous sommes de vrais libéraux, partisans sans ambiguïtés de l’économie de marché et de la libre entreprise. J’espère que cette rencontre sera l’occasion de rassurer les chefs d’entreprise», jure la main sur le cœur Bernard Monot, l’un des deux créateurs du programme économique de Marine Le Pen. L’extrême-droite arrive généralement au pouvoir comme recours des classes dirigeantes contre « le désordre social. L’ultime marche de sa progression sera inévitablement précédée d’un « modus vivendi » avec un MEDEF jusqu’à présent hostile. Or, les choses changent puisque de « crise des banlieues » en exaspération des « classes moyennes », la société française tanguera dangereusement ces prochaines années…. » (3)

Problème : face à Le Pen, il y a Macron, le candidat (objectif et explicite) de « Mammon » et du néo-libéralisme «décomplexé», sous un visage «cool», mais à la politique économique problématique.

Dès lors, par stratégie, dégoût ou désintérêt, les électeurs pourraient bouder le second tour ou donner leur voix au FN. Avec quelles conséquences ? Sachant que la partie est loin d’être jouée pour M. Macron (souvenons-nous du candidat malheureux Fillon, qui se voyait déjà président de la république, sous prétexte d’avoir remporté la primaire « de la droite et du centre »), qui contribue à banaliser le FN. Dés lors, on ne voit pas pourquoi il serait « urgent » et « vital » de le soutenir face à Le Pen.

L’accueil de l’étranger est une préoccupation transversale de l’Ancien Testament et la non stigmatisation des personnes, une préoccupation permanente du Nouveau Testament. (Dessin de « PrincessH », pour « La Croix », octobre 2016)

En fin de compte, quoi faire ? Pour ma part, pour des raisons bibliques, je reste convaincu qu’il est impossible pour un chrétien de voter FN parce que l’accueil de l’étranger est une préoccupation transversale de l’Ancien Testament (Voir, par exemple, ces passages clairs que l’on ne saurait ignorer : Deut.10v17-19, Ps.146v9, Lévit.25v23, Ex.22v21, Deut.27v19….) et parce que la non stigmatisation des personnes (ou des groupes de personnes) est une préoccupation permanente du Nouveau Testament. Ainsi, par exemple, comme nous l’enseigne la généalogie de Jésus en Matt.1, « le Messie qui contient en lui les semences et la concorde de peuples hostiles se déclare ainsi loin de toute pureté de sang. Dans ce message d’accueil, le Nouveau Testament colle à l’Ancien et honore notamment Tamar et Ruth, filles de l’étranger, en les nommant à l’entrée de sa maison ». (Voir notre article à ce sujet). Voir aussi Luc 9v51-56, 10v25-37 ; Eph.2v11-18…..

Alors oui, Macron est objectivement (et explicitement) le candidat de «Mammon», ce qui a le mérite d’être clair, tandis que Le Pen avance masquée, tout en séduction, alors que la réalité est autre. Mais plus largement, la vraie question est celle-ci : quelle société voulons-nous laisser à nos enfants ? Souhaitons-nous les voir grandir dans une société fermée, marquée par la peur et la haine de l’autre ? Que vaut-il mieux ? Pouvoir combattre certaines idées d’Emmanuel Macron ou subir l’idéologie frontiste ?

Nous seuls pouvons répondre. Le mieux qui nous reste à faire, sachant que le vote est une question de choix personnel et responsable(5), est de 1) refuser la polarisation, les discours partisans et clivants, pour nous encourager à veiller à l’unité en Jésus-Christ 2) « lever le nez » des discours/programmes politiques et des unes haineuses de certains périodiques brandissant la peur de « l’invasion migratoire » et du « grand remplacement » pour mieux se replonger dans les Ecritures, Parole de Dieu, 3) prier et 4) chercher à exercer notre discernement, le tout dans l’humilité.

 

 

Notes :

(1) « Info Chrétienne » se présente comme « un média d’actualité et d’information ». Il a été fondé en février 2013 par Guillaume Anjou, et s’appelait alors « Info Evangélique ». En Juillet 2015, Info Évangélique devient Info Chrétienne. Installé à Maurice, dans l’Océan Indien, sa vocation est « d’informer les chrétiens pour les encourager, les édifier et les mobiliser ». Le problème de ce site, dans le cadre de la question qui nous (pré)occupe, c’est qu’il met sur le même plan les idées des partis « de l’arc républicain » et les idées du front national, parti d’extrême-droite, contribuant à banaliser celles-ci, sous couvert de « soutenir la liberté d’opinion, d’expression, de conscience, le débat et la confrontation de points de vue contradictoires ».

Par ailleurs, l’on peut découvrir ces autres articles favorables à la candidate du FN, sur « l’observateur chrétien »,  fondé par David Houstin en 2016, et dont le but affiché est de proposer « une actualité d’un point de vue chrétien » : https://chretien.news/macron-vs-le-pen/ ; https://chretien.news/presidentielles-la-federation-protestante-de-france-roule-contre-le-pen/, https://chretien.news/presidentielles-macron-est-anti-famille-selon-la-manif-pour-tous/, https://chretien.news/presidentielles-et-erreur-canadienne/

L’on pense alors à « Actus chrétiennes », un autre blog qui faisait une même promo du FN en particulier et de l’extrême-droite en particulier il y a encore 5 ans. (https://actualitechretienne.wordpress.com/tag/marine-le-pen/ ; https://actualitechretienne.wordpress.com/tag/fn/ ;  https://actualitechretienne.wordpress.com/tag/fn/page/2/ . Le 06 mars 2012, Paul Ohlott, le responsable dudit blog déclarait, en réponse à des internautes : « A l’heure actuelle, l’extrême-droite ne représente pas un danger en France, donc non, je n’ai aucune raison de lutter contre eux. Si demain, la donne venait à changer, ma position à leur égard changera également » (6 mars) IN Présidentielle 2012 / Selon Marine Le Pen, “toute la viande distribuée en Ile-de-France est halal”(Rubrique « présidentielles », 19 février 2012 )

(2) Voir notamment https://pepscafeleblogue.wordpress.com/2017/03/10/chretien-ou-cretin-le-pragmatisme-une-nouvelle-fausse-doctrine/

(3) Dominique Lachosme. Pourquoi Le Pen IN La Décroissance, Avril 2017, N° 138, p 11

(4) http://rdereel.free.fr/NON.pdf

(5) https://pepscafeleblogue.wordpress.com/2017/04/21/elections-presidentielles-2017-quels-reperes-pour-bien-choisir-notre-candidat/

 

Foireux liens de janvier (19) : musulmans de France, revente ou échange de cadeaux, administration Trump, « christianisme identitaire », semaine universelle de prière 2017….

Les "Foireux liens" de septembre : une actualité placée sous le signe de "la rentrée" et de "la neutralité"....

Les premiers « Foireux liens » de l’année 2017 !

Enquête sur les musulmans de France, liste des infractions pouvant être sanctionnées à distance, revente ou échange de cadeaux, future administration Trump, affaire des cyberattaques russes, Semaine Universelle de Prière 2017, réédition de « Mein Kampf », scénario de « politique fiction » autour de l’élection de Marine Le Pen, et dilemme républicain autour de l’Obamacare….un menu post-fêtes plutôt copieux, pour ces « foireux liens » de janvier !

 

1) « Ces études sur l’Islam qui font polémique » : Découvert via un exemplaire de démonstration du « Monde des religions », reçu ce mois-ci : L’Institut Montaigne (un think tank créé en 2000) a publié, en septembre dernier, une enquête pionnière au fort potentiel polémique sur les musulmans de France intitulée : « Un islam français est possible », et qui a fait couler beaucoup d’encre. D’abord, parce qu’il est inhabituel de collecter des données personnelles religieuses pour les besoins d’un sondage. Ensuite, parce que ce sondage révèle que 28 % des musulmans interrogés peuvent être considérés comme « rigoristes ».  Si la majorité des musulmans ne s’y reconnaissent pas, pas moins de la moitié des 15-25 ans, eux, se rangent dans cette catégorie – ce qui ne signifie pas, préviennent les auteurs du rapport, qu’il s’agit d’individus « radicalisés ». Rapport à consulter ici ; En savoir plus sur le site du Monde ou du JDD.

 

2) Téléphone au volant et non-port de la ceinture verbalisables « à la volée » par caméra dès demain. Et même par radar automatique : Au travers d’un décret paru vendredi 30 décembre au Journal officiel, le gouvernement a modifié la liste des infractions pouvant être sanctionnées à distance, par le biais de caméras, ou même par radar automatique : téléphone au volant, non-port du casque, franchissement de lignes continues, dépassement dangereux, etc….A découvrir sur « nextinpact ».

3) « Déçu de vos cadeaux de Noël ? Votre joie d’hier a déjà fait « pschit » ? » BLF éditions croit tellement « qu’un excellent livre peut marquer durablement une vie » qu’ils sont prêts à vous proposer un étrange « deal » : Envoyez-leur vos cadeaux de Noël qui ne vous plaisent pas  et ils vous donnent le droit de choisir les livres de leur catalogue que vous souhaitez recevoir en échange. Question « à 100 euros » : pourquoi cette démarche et que feront-ils des cadeaux ? Comme je suis curieux, j’ai posé la question à Ruben Nussbaumer, le Directeur, lequel m’a aimablement répondu : « l’initiative de fin d’année est un clin d’œil à notre communauté. Elle est à la fois originale et décalée, comme on aime bien l’être ! Et à la fois tout à fait sérieuse : nous croyons vraiment qu’un livre peut durablement marquer une vie et nous aimons tout faire pour mettre nos livres entre les mains d’un maximum de lecteurs.  Et au vu de ce qu’on a reçu, je confirme qu’un bon livre a une portée beaucoup plus grande que certains cadeaux reçus. On y retrouve des foulards, de la nourriture pour poisson, des boucles d’oreilles, une paire de ballerines, un livre de recettes nutella etc. ! On va donner quelques nouvelles sur Facebook de l’opération. Tout ce que je sais pour l’instant, c’est qu’elle a produit le sourire escomptée chez nos lecteurs. » Affaire à suivre ! En attendant, voir ici.

4) Mais que penser de cette tendance révélatrice de notre temps – la revente ou l’échange de ses cadeaux de Noël ? Le journaliste Patrice de Plunkett relève que, « selon les journaux, plus de 500 000 cadeaux de Noël ont été mis en vente (quelques clics de smartphone) dans les heures qui ont suivi le réveillon. Les plates-formes comme PriceMinister ou Le Bon Coin comptent sur 3,5 millions de cadeaux à revendre d’ici la mi-janvier. Le réflexe est désormais acquis : un cadeau  – qu’il soit « de Noël » ou non –  est un objet à revendre. Selon deux critères……» à découvrir ici.

5) « Perdu…retrouvé » et publié par le Canard enchaîné : le programme santé du candidat F. Fillon : « Cette perle (était) devenue introuvable sur le site du candidat qui ne contient plus qu’un inoffensif résumé », explique l’hebdomadaire satirique paraissant le mercredi. En effet, poursuit-il, « au soir du 13 décembre, après le grand rétropédalage de Fillon sur la Sécu, son équipe a supprimé du site de campagne ses 16 pages de «propositions détaillées» sur la santé. »

6) « Les identitaires » veulent peser en politique. Une tendance révélatrice d’une évolution : le passage d’un Christianisme social et ouvert à un Christianisme davantage identitaire et tourné sur les questions de morale. « Être Chrétien » consiste alors essentiellement à défendre « une identité chrétienne ».  ….sauf que le christianisme « identitaire » est un piège.

7) Avec qui Trump va-t-il gouverner ? Son gouvernement sera-t-il « très chrétien » ? « Largement chrétien » ? Ou peut-il être vu comme « une réponse aux prières des chrétiens américains, réclamant à Dieu des chrétiens aux postes clés du gouvernement ? » Axelle Hazard, diplômée en sciences politiques, nous en dit un peu plus sur la future administration Trump, dans « The American Ballot Box – La politique américaine pour tous », un blogue passionnant et très bien informé. Cette administration sera composée de : Andrew Puzder, un patron de chaîne de fast-food opposé à l’augmentation du salaire minimum au ministère du Travail ; Steven Mnuchin, un ancien dirigeant de Goldman Sachs aux finances; Rex Tillerson, le PDG d’Exxon Mobil, aux Affaires étrangères(il entretient des relations très amicales avec Vladimir Poutine) ; Wilbur Ross, un milliardaire et un investisseur spécialisé dans le sauvetage d’entreprises au bord de la faillite, à l’économie…Et de Stephen Bannon, un journaliste à la tête de « Breitbart News Network » – un site web d’informations conservateur qui soutient Trump depuis le début de la campagne – comme « Chief Strategist and Senior Counselor », soit le plus proche conseiller et le responsable de la stratégie présidentielle, au sein de l’Executive Office of the President (EOP), l’équipe qui entoure directement le président à la Maison Blanche. Avant de prendre la tête de « Breitbart », Stephen Bannon a travaillé chez Goldman Sachs. Depuis qu’il a pris la direction de Breitbart, le site a de plus en plus régulièrement versé dans le nationalisme, la xénophobie et les théories du complot et est devenu l’une des références du mouvement alt-right, abréviation de « Alternative Right ». Ce groupe est informel et surtout actif sur le web, où il diffuse ses idées nationalistes (la nécessité de défendre la race blanche face au multiculturalisme notamment) et aussi sexistes.
Bref, les personnalités (la plupart sans expérience politique) choisies par Donald Trump pour former son gouvernement reflètent l’orientation très pro-business qu’il entend donner à sa future administration.
D’un coup d’œil, la liste régulièrement mise à jour. Et dans le détail, voir ici, ici et .

8) « Ensemble, prions pour la France » : La Semaine Universelle de Prière 2017 a débuté le 08 janvier et se terminera le 15 janvier. Une initiative placée sous le signe de la liberté de conscience, puisque 2017 marquera le cinquième centenaire de l’affichage par le réformateur Luther des 95 thèses contre les indulgences sur la porte de l’église de Wittemberg. Désireuse de mettre en valeur le précieux héritage spirituel de cette époque, l’Alliance évangélique européenne a choisi de baser la semaine universelle de prière sur la redécouverte des soli par la Réforme protestante : « le Christ seul, l’Écriture seule, la grâce seule, la foi seule » (mais pas « la gloire de Dieu seule » ?)….. Découvrir les sujets de prière proposés par le Conseil National des Évangéliques de France (CNEF) (pour nos autorités, nos départements, nos villes et nos quartiers, la liberté de dire et de vivre l’Evangile en France, être des réseaux de solidarité), les lieux de prière et les méditations quotidiennes proposées par l’Alliance Evangélique européenne.

9) “Le délit de solidarité avec les sans-papiers n’a pas disparu“ : Huit mois avec sursis requis contre un agriculteur pour avoir aidé des migrants.

10) Classes de défense globale : quand l’armée fait son entrée dans les écoles et les collèges : Des enfants coachés par l’armée dès l’école élémentaire ? C’est le cas en France, depuis quelques années, grâce à des partenariats établis entre l’armée et l’Éducation nationale. Il existe plus de 80 « classes de défense globale » visant souvent des « publics en difficulté », avec l’objectif notamment de « réduire d’éventuels problèmes d’incivilités ». Les enseignants des établissements concernés n’échappent pas à une formation obligatoire à la défense nationale.

11) L’affaire des cyberattaques russes. Préparez-vous à entendre encore beaucoup parler de la Russie et des cyberattaques qu’elle aurait menées contre le Parti Démocrate en 2017. Le point sur ce que vous devez savoir : De quoi la Russie est-elle accusée ?

12) « Mein Kampf », le bon combat ? Marteler sur Twitter « qu’il ne fallait pas rééditer Mein Kampf, pour protéger la démocratie », et parce que cela va « banaliser les idées nauséabondes », «  c’est au mieux jouer à se faire peur, au pire prendre les gens pour des imbéciles », relève le naturaliste catholique et blogueur Phylloscopus. « C’est prôner une démocratie où le peuple est dénigré au point qu’on le croit bien capable de se laisser berner par ce torchon ». Mais « qu’avons-nous fait de notre monde pour qu’en 2017, nous puissions craindre que la vision nazie puisse de nouveau, sachant ce qu’elle a fait, susciter l’enthousiasme ?(…) Un coup d’œil aux programmes des prochaines élections nous renseigne : rien. Pauvreté, précarité, pression – sans limites, à l’infini ».

13) Note au Premier ministre : que se passera-t-il si Marine Le Pen remporte l’élection présidentielle ? 7 mai 2017, 20h. Marine Le Pen est élue présidente de la République. Quelles seraient les conséquences pour les institutions ? Pourra-t-elle disposer d’une majorité parlementaire ? Quelle résistance opposeraient fonctionnaires, médias et société civile ? Dans une note fictive au chef du gouvernement, un haut fonctionnaire envisage froidement un scénario.

14) France Inter met fin aux ondes longues et dit bon vent à sa météo marine.

15) « Le dilemme de la semaine » : Etats-Unis, encore, pour terminer. Les Républicains semblent bien décidés à faire de l’abrogation de l’Affordable Care Act, plus connu sous le nom d’Obamacare, l’une de leurs priorités lors des prochaines semaines. Mais cela ne sera peut-être pas aussi simple que cela. En effet, des millions d’américains pourraient perdre leur couverture santé du jour au lendemain. C’est pourquoi les Républicains promettent non seulement d’abroger l’Obamacare mais aussi de le remplacer par une autre loi plus efficace. Quel est le problème? Il semblerait que cette nouvelle loi ne soit pas encore tout à fait prête. Par conséquent, les Républicains sont confrontés à un véritable dilemme. Faut-il abroger tout de suite l’Obamacare ou attendre que la loi de remplacement soit prête?

 

« Foireux liens » de Septembre(11) : notre regard sur les Réfugiés

Sur quoi braquer les projecteurs ? Tel est l'enjeu du journalisme !

Ou comment « les projecteurs » se sont à nouveau « braqués » vers les réfugiés, modifiant en quelques jours une façon de regarder un drame « récent mais pas nouveau »….

« ….l’idée de la souffrance d’un enfant (paraît) monstrueuse. Plus monstrueuse encore que la monstruosité du monde lui-même. Car elle prive le monde de sa seule consolation, et par ce qu’un monde dépourvu de consolation est imaginable, elle est monstrueuse », écrit Paul Auster, dans son « invention de la solitude »*

Une pensée particulièrement d’actualité, comme en témoignent les nombreuses réactions au récent (mais pas nouveau) drame des réfugiés. A ce sujet, la photographie d’un bébé, Aylan Kurdi, ce petit Syrien de trois ans, originaire de Kobané, retrouvé mort sur une plage de Bodrum (Turquie), mercredi 2 septembre 2015, semble avoir servi de « catalyseur », si l’on peut dire, en ce qu’elle « a modifié en l’espace de quelques jours la vision du migrant »[plus exactement, du « réfugié »], selon le blogueur « Zeboute ». Son analyse , sous un angle particulier, est à lire avec attention pour bien comprendre son propos.

D’autres réactions-parmi d’autres, sur la toile-invitent à ce changement de regard sur le réfugié, tout en dénonçant une absence totale de vision :

Pour « Fol Bavard », dans son édito pour « Les Cahiers libres », « Les problèmes liés à l’immigration existent justement parce qu’on a abandonné en cours de route ceux qui auraient dû être accueillis. Avoir peur de voir son identité menacée par un afflux de réfugiés est une peur compréhensible, même si sa légitimité est discutable. Mais le meilleur moyen de faire en sorte de préserver le calme et la beauté de notre culture, c’est de la transmettre. Accueillir les réfugiés, essayer de les comprendre et de les accompagner sur plusieurs années et les aider matériellement si on peut, c’est le meilleur moyen de leur faire aimer la France et de vouloir participer eux aussi à l’embellir.
Personne n’a dit que ce serait facile. Mais un peu de confort contre une vie, ce n’est pas cher payé ».

« Aliocha », dans « Réfugiés : une faillite politico-médiatique française », un billet publié sur son blogue, souligne le contraste entre, d’un côté, « ces images de milliers de réfugiés aux frontières de l’Europe », qui « arrivent par bateau, quand ils ne sont pas morts noyés en route, en camion, en train, à pied », et de l’autre, « la machine médiatique qui diffuse jusqu’à la nausée la photo de l’enfant mort sur la plage[mentionné plus haut] tout en pataugeant dans ses travers ». Et Aliocha de commenter un sondage selon lequel « 55% des français seraient opposés à ce que la France, à l’instar de l’Allemagne, assouplisse les conditions d’octroi du statut de réfugié », tout en étant « favorables aux quotas » : « leur a-t-on donné, aux mystérieux français qui soi-disant nous représentent, cette infographie du Monde, les a-t-on laissés réfléchir plusieurs heures avant de se prononcer ? A l’évidence non, sinon ils n’auraient pas répondu que les pays plus égoïstes que nous doivent prendre leur part, vu que la France fait justement partie des pays qui accordent le moins de réponses positives aux demandes d’asile : entre 9 et 30% contre plus de 75% en Suède, plus de 50% en Italie et entre 30 et 50% en Allemagne et en Grande-Bretagne. En fait, il n’y a personne en Europe de plus « égoïste » que nous…Quand on prend conscience de cela, on songe que ce sondage est terrifiant dans ce qu’il révèle de l’abrutissement politico-médiatique qui nous affecte(…) Faute de discours politique fort de la part d’un pouvoir inspiré, on laisse libre cours aux légendes urbaines du type « la France accueille toute la misère du monde quand les autres ne font rien », légendes qui nourrissent la peur, le repli sur soi et la xénophobie ».

« Le Bon combat » invite, quant à lui, à « agir bibliquement », ou plutôt à « regarder bibliquement » la « crise des migrants » :

A l’instar de Guillaume Bourin, fondateur du blogue, nous abondons « dans le sens » du Conseil National des Evangéliques de France(CNEF), qui, par la voix d’Etienne Lhermenault, « vient de prendre clairement position » sur cette « épineuse question » [voir aussi celle de la Fédération Protestante de France], et ce d’autant plus que nous pouvons effectivement constater « certaines prises de position de plus en plus extrême de certains de nos frères et sœurs »(notamment sur la toile), lesquelles positions banalisent certaines idées ou idéologiques extrêmes.
Dans ce contexte, on saluera l’initiative bienvenue de l’équipe du « Bon Combat » de partager cet article de Dai Hankey (traduit en Français), pour l’instant (et curieusement) très peu commenté, comparé à d’autres articles plus « théologiques ».

L’article, excellent, exprime parfaitement bien ce que nous pouvons tous ressentir et nous renvoie à nos propres limites : comment parler de ce drame ? Et surtout, comment parler, face à ce drame ? A l’instar de l’auteur, poussé à écrire à ce sujet suite à la fameuse photo du petit garçon, nous prenons conscience qu’en fin de compte, nous ne savons « pas quoi dire ». Comme Dai Hankey, nous ne voulons être, ni « une voix de plus au milieu de cette cacophonie d’opinions conflictuelles », ni que nos mots « soient gaspillés ».
Le mieux est d’ « entendre ce que Dieu a à dire sur ce qui se passe », et donc, de « laisser la Bible parler », plutôt que certains démagogues qui ont leur propre tribune médiatique. Laquelle Bible nous rappelle notamment, si on prend le temps de la lire vraiment, que « Dieu est un refuge pour les réfugiés »(Psaume 61v3 et 143v9), qu’Il « est le Dieu des dieux, le Seigneur des seigneurs, le Dieu grand, fort et terrible, qui ne fait point de favoritisme et qui ne reçoit point de présent, qui fait droit à l’orphelin et à la veuve, qui aime l’étranger et lui donne la nourriture et des vêtements ». (Deut.10v17-18 et ss) ; et qu’Il « veut que son peuple offre refuge aux réfugiés » (Deut.24v18-20).
La même Bible nous rappelle que « nous serons jugés selon notre hospitalité », selon les paroles du Seigneur Jésus-Christ en Matt.25v31-46 : « Venez, vous qui êtes bénis de mon Père ; prenez possession du royaume qui vous a été préparé dès la fondation du monde. Car (…) j’étais étranger, et vous m’avez recueilli(…) Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous avez fait ces choses à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous les avez faites ».
De quoi nous interpeller, quand on sait que Jésus a été lui-même en position d’étranger et de réfugié, dans ce monde (Jean 1v10-11) : « Alors que le Fils de Dieu n’était qu’un tout petit enfant, ses parents ont dû fuir en Egypte pour le protéger du régime meurtrier d’un dirigeant tyrannique », relève Dai Hankey, faisant référence à Matthieu 2v13-15.
Que se serait-il passé, lors de la fuite en Egypte, si ce pays avait « fermé ses frontières » au nom d’une certaine idéologie [qui aurait été peut-être jugée « de bon sens » et « courageuse » par certains « journalistes » de l’époque ?] ou selon certains critères statistiques ? Le Fils de Dieu, qui a failli naître dehors, « parce qu’il n’y avait pas de place pour lui dans l’hôtellerie »(Luc 2v7), aurait-il pu être « refoulé » alors qu’il « demandait asile » ?

 

 

 

 

Note :
* citation complète : « Parce que le monde est monstrueux. Parce que le monde ne peut mener un homme qu’au désespoir, un désespoir si total, si absolu, que rien n’ouvrira la porte de cette prison, l’absence de toute espérance, A. s’efforce de regarder à travers les barreaux de sa cellule et découvre une pensée, une seule, qui le console quelque peu : l’image de son fils. Et pas uniquement son fils, mais un fils, une fille, nés de n’importe quel homme ou de n’importe quelle femme.
Parce que le monde est monstrueux. Par ce qu’il ne paraît proposer aucun espoir d’avenir, A. regarde son fils et comprend qu’il ne doit pas se laisser aller au désespoir. Il y a la responsabilité de ce petit être, et par ce qu’il l’a engendré, il ne doit pas désespérer. Minute par minute, heure par heure, lorsqu’il demeure en présence de son fils, attentif à ses besoins, dévoué à cette jeune vie qui constitue une injonction permanente à demeurer dans le présent, il sent s’évanouir son désespoir. Et même si celui-ci persiste, il ne se l’autorise plus.
C’est pourquoi l’idée de la souffrance d’un enfant lui paraît monstrueuse. Plus monstrueuse encore que la monstruosité du monde lui-même.
Car elle prive le monde de sa seule consolation, et par ce qu’un monde dépourvu de consolation est imaginable, elle est monstrueuse ». (Op. cit. Ldp, pp 98-99)

 

« Expliquer » ou « promouvoir » les idées d’extrême-droite auprès des ados ? Un numéro controversé de « L’Actu »…

Et qui n’est pas un « poisson d’avril ».

« Comment parle-on » aux ados ? De tel ou tel sujet ?
Après la laïcité, pour le journal « Le 1 », « L’Actu » se fait fort de nous expliquer pourquoi des jeunes « choisissent Marine Le Pen et le Front National ».
« L’Actu » est un quotidien édité par « Play Bac », qui paraît six jours par semaine (du lundi au samedi). Il se présente comme étant « le seul journal quotidien dédié aux jeunes, de 13 à 17 ans ». Il est vrai, que depuis la disparition des « Clés de l’actualité »(hebdo jeunesse) début 2009, le champ est plus qu’ouvert sur ce créneau. Et l’on peut s’en étonner, à défaut de s’en inquiéter. « En 8 pages », nos ados sont ainsi assurés de « s’ouvrir sur le monde chaque jour : décryptage d’événements marquants, tour de l’actualité dans le monde et en France, interviews de personnalités… En bref, un savant dosage d’infos pour comprendre le monde et de rubriques sur ses passions ». Il nécessite, non pas « 20 », mais « 10 minutes » de lecture.

 

Comment "expliquer le FN" aux jeunes, par L'Actu

Comment « expliquer le FN » aux jeunes, par L’Actu

Le 1er avril 2015, le quotidien destiné aux 13-17 ans décroche la une avec un sujet qui fait polémique* : « ces jeunes qui choisissent Marine Le Pen et le F. N.». En quoi ce choix serait-il contestable, critiquable ?
Le rédacteur en chef de « L’Actu » s’en est expliqué : « Nous l’avons fait en Une car ce témoignage intéresse nos lecteurs ados abonnés au quotidien.(…) Sur l’ensemble de cette double-page, le témoignage est remis dans son contexte, 100% factuel »**.
Sauf qu’informer, c’est choisir. Choisir de parler de tel fait et pas d’un autre. Choisir tel aspect ou tel angle (point de vue)…Justement, quels sont les choix de « L’Actu » pour traiter ce sujet ? L’info initiale a été « pêchée » sur ACRIMED, mais j’ai tenu à de me procurer un exemplaire du numéro pour me faire ma propre idée et approfondir certains points.

 
Description :

Le dossier est composé d’une photo de Une, de deux articles avec un dessin et une photo, étalés sur une double-page centrale, à l’intérieur. A cela s’ajoutent un bandeau « contexte », des « chiffres clés » et des mots clés.
Page 2, en haut de la page, « le contexte » est présenté en trois étapes : 
1) Ce qu’est le FN : « un parti politique d’extrême-droite ».
2) Le discours du FN : L’Actu le présente comme étant « centré sur les dangers de l’immigration (sic, sans guillemets), l’insécurité, le chômage et la corruption des autres partis politiques ». Il est relevé que son fondateur et ancien président a été « condamné plusieurs fois pour des propos racistes », mais qu’il a accédé au second tour de la présidentielle de 2002.
3) La succession (à la tête du parti) : « Marine Le Pen a succédé à son père en 2011. Elle s’emploie à « dédiaboliser » le parti. Depuis, le FN a amélioré ses résultats électoraux ».

Expliquer ou promouvoir ?

Expliquer ou promouvoir ?

Ensuite, toujours en page 2, un grand dessin de Bridoulot, occupant une demi-page, suivi, en dessous, d’un portrait (article principal du dossier) : celui de « Mohamed, 15 ans, habitant de banlieue parisienne, et qui, faisant de la politique, a adhéré au FN ».
Suit un deuxième article, page 3, consacré aux « enfants de la crise tentés par le vote FN ».

 

 
Réaction :
Dans un sens, le numéro tient ses promesses : il parle bien de « jeunes qui choisissent Marine Le Pen et le FN ». Un thème qui n’est pas une mauvaise idée en soi. Mais « L’Actu » est malheureusement tombé dans un double écueil : traiter un parti comme le FN d’une façon banale (voire plus), sur le mode « premier degré », sans recul. Et ce, d’autant plus que ses lecteurs sont des jeunes de 13-17 ans, en construction.
La bonne question est bien : Mais pourquoi le choisissent-ils ? Et, d’ailleurs, pourquoi le choisirait-on ? Parce que l’on peut être légitimement attiré ou séduit par ce parti et par la personnalité de sa nouvelle présidente [qui s’emploie d’ailleurs à « dédiaboliser » son parti], laisse entendre « L’Actu ». Mais d’une manière premier degré, semble-t-il, comme l’illustre le choix de la photo de Une, montrant une Marine Le Pen souriante au milieu d’enfants visiblement emballés et séduits à l’idée d’être à ses côtés.
Ce « premier degré » est confirmé par le dossier intérieur. Ses pièces maîtresses sont constituées, en page 2 :
du dessin qui illustre les thèmes de la victimisation des adhérents du FN(récurrent) et, surtout, de l’insécurité(omniprésent dans le dossier), avec un raccourci facile : «Insécurité = des noirs et des arabes»***.
– du témoignage qui suit, celui de « Mohamed, 15 ans »****, un jeune militant du Front national, présenté comme un profil type. Un choix « qui n’est pas anodin », selon ACRIMED : « Mohamed, 15 ans qui « vit dans une cité » [non précisée par l’Actu, mais il semble qu’il soit du Val d’Oise], appartient au « Rassemblement Racine-Lycées ». Pas très difficile à retrouver sur Twitter[et sur le site du Rassemblement], Mohamed Boudia, décrit dans l’Actu comme simple « membre d’un collectif de lycéens » en a, en réalité, été le fondateur. Il pense « qu’il faut retrouver la souveraineté nationale », est pour « une police municipale armée » et « pour la peine de mort, comme Marine ».
Or, un « témoignage unique » est un « témoignage nul ». « L’Actu » aurait du respecter la règle des « deux ou trois témoins » (au moins) différents, qui ne se connaissent pas, pour offrir une pluralité de points de vue.
Une autre demi-page(p 3) est consacrée « aux enfants de la crise tentés par le vote FN ». « Immigration, insécurité, refus de l’Europe, chômage…sont des thèmes qui leur parlent » et que l’on croirait sortis du programme du FN. Il aurait été plus pertinent de comparer ces thématiques (« immigration, sécurité, « tous pourris » »), en y ajoutant la crise économique, avec les années 20-30.
Il est aussi permis de s’interroger sur les choix des mots-clés « à expliquer ». Le plus parlant est, d’abord, ce qui n’y figure pas :
L’expression « dédiabolisation » n’est pas expliquée, sans doute parce qu’elle est jugée évidente à comprendre pour des ados de 13-17 ans. Et ce, d’autant plus que le journal se retrouve paradoxalement accusé de participer « pleinement (peut-être de façon involontaire, maladroite) à l’entreprise de dédiabolisation du FN », comme le dénonce ACRIMED…. !
Quant au terme « Extrême-droite », employé pour qualifier le parti, les jeunes lecteurs de 13-17 ans ne sauront pas mieux ce qu’il signifie, puisqu’il ne sera, ni repris, ni expliqué par la suite.
« Racisme », « antisémitisme », « xénophobie » n’y figurent pas non plus, mais on trouve expliqués : « Mondialisation », « Période de sûreté », « Préférence nationale »…

« Souveraineté nationale » (mot utilisé par le jeune Mohamed) est définie avec une énorme confusion entre les termes : « Ici, capacité du peuple (la nation) à décider pour lui-même, sans être soumis à des contraintes extérieures ou à un pouvoir tyrannique ». Or, « La souveraineté nationale est plutôt le principe selon lequel la souveraineté appartient à la nation qui est une entité collective abstraite, unique et indivisible. (…)Elle s’oppose (et n’est pas à confondre) avec la souveraineté populaire. La souveraineté nationale ne pouvant gouverner directement, elle implique un régime représentatif. Les représentants de la nation sont titulaires d’un mandat représentatif et œuvrent dans l’intérêt de la nation toute entière. Chacun représente la nation entière et non ses seuls électeurs ».*****
D’autres éléments sont présentés comme des évidences ou des faits : « les dangers de l’immigration », écrit sans guillemets, qui est une reprise sans recul d’une thématique FN. Certes, on trouve la mention des condamnations pour racisme de Jean-Marie Le Pen. Mais celles-ci pourraient être considérées comme un dérapage « anecdotique », « accidentel », propre à la seule personnalité du fondateur du FN, sans que cela nécessite un réel examen sur le fond idéologique du parti et de ses cadres. D’ailleurs, le jeune Mohamed ne déclare-il pas :  «j’ai découvert que ce parti n’est pas raciste. Je suis d’origine étrangère, je ne peux donc pas être raciste !» Une affirmation classique du FN  qui appelle tout de même une nuance, ou du moins, des contre-points : ainsi, il aurait été bon de rappeler, au minimum, les récentes déclarations des candidats frontistes aux dernières départementales.

D’autre part, le journal passe sous silence, outre le racisme avéré de certains des membres du FN, les affaires – quatre enquêtes judiciaires et une demande de commission d’enquête parlementaire – qui menacent aujourd’hui le parti ou ses dirigeants….qui dénoncent les « tous pourris » !

Bref, l’exercice(désolé pour la longueur) tend à montrer les limites ou les dangers, pour ne pas parler de l’illusion, de prétendre au « 100 % factuel », ou à de « l’info brut ».
D’ailleurs, à l’instar d’Acrimed, il est « utile de rappeler que l’éthique journalistique ne consiste pas uniquement à rester dans le « 100% factuel » mais de donner l’intégralité des éléments permettant aux lecteurs de se forger une opinion propre. Et lorsqu’on s’adresse à des adolescent-e-s, ce type de règle devrait s’appliquer de façon encore plus stricte ».
Ainsi, les auteurs du dossier se sont-ils posé la question essentielle : qui est mon témoin ? Pour quelles raisons me dit-il cela ? Quel intérêt a-t-il à le faire ?
Ont-ils pris le temps de chercher plusieurs sources, plusieurs témoins et même contre-témoins ?
Ont-ils su prendre de la distance, du recul nécessaire ? Se sont-ils contentés de rapporter telle quelle une information, un propos rapporté(avec le risque de « langue de bois », de manipulation…) ?
Ont-ils su faire la différence entre « informer » et « communiquer » ? Car l’un et l’autre diverge quant à leurs objectifs respectifs :
la communication fait la promotion d’un produit, d’une personne, d’une idée…auprès de consommateurs ou partisans potentiels, en les présentant sous leurs aspects les plus favorables, dans le but de séduire et de provoquer une réaction favorable : un acte d’achat, une adhésion…On dit qu’elle « arrange ».
– l’information, à l’inverse, montre la réalité dans toutes ses facettes et sa complexité, dans le but d’édifier et de permettre de prendre une décision de façon « éclairée », en connaissance de cause. On dit alors qu’elle « dérange »******.
Le choix de « L’Actu » de montrer Marine Le Pen et le Front National sous un jour favorable (sous couvert, paradoxalement, de « neutralité » ou d’être « à 100 % factuel »), « séduisant »(notamment ici auprès des jeunes)est déjà en soi un choix rédactionnel : celui de présenter une seule facette de la réalité. « L’Actu » en a le droit…sauf si d’autres aspects(négatifs ou « nocifs ») de la question, de nature à informer véritablement, sont volontairement écartés. C’est ce que l’on appelle du parti pris. Mais nous ne sommes plus dans le registre de l’info.

Pourquoi les malheureux votent-ils FN ? Par Charb

Pourquoi les malheureux votent-ils FN ?
Par Charb

Promotion, donc, sous couvert d’explication et du « factuel », d’un parti qui promet le miracle, sous couvert du « bon sens » et de répondre aux attentes légitimes des gens. Mais dont le programme se résume à « vous avez peur ? Vous avez raison d’avoir peur. On vous comprend. Voilà le problème. Voilà ceux qui sont le problème. Voilà les boucs émissaires. »*******
Se laisser prendre à ce qui frappe les yeux semble rassurant-« l’autre », c’est le problème-et sécurisant-s’abandonner à un « (vrai)chef »… « dont je suis proche », « qui me connaît » et « qui m’appelle par mon prénom… »********
Pourtant, pousser à prendre une décision(« donnez-nous le pouvoir »)par la peur est dangereux, car la peur pousse à des actes irrationnels.
A l’inverse, le véritable « bon sens » serait plutôt d’examiner le fond idéologique et l’esprit du FN : est-il le mieux placé pour répondre à un besoin de ce qui relie pour contrer ce qui divise ?

Alors, « non », il ne s’agit pas de s’en prendre « aux électeurs de Le Pen (qui sont aussi nos parents, grands-parents, cousins, voisins…) », mais « oui », il s’agit « de rompre le lien entre les angoisses et le mal-être quotidien (qui existeront toujours)et ce vote de la peur ». Et à ce sujet, l’on attend d’un journaliste [et plus encore d’un journaliste de la presse-jeunesse] qu’il « rassure, explique, engage les gens à agir, et démonte les discours de la peur. Et non d’alimenter cette dernière à coup de reportage. »*******

 

Notes :
* la secrétaire nationale du Parti de gauche Raquel Garrido est montée au créneau, annonçant sur Twitter qu’elle allait «désabonner ses enfants de L’Actu». Alexis Corbière, son conjoint et secrétaire national du Parti de gauche chargé notamment de la lutte contre l’extrême droite lui a emboité le pas en dénonçant, toujours sur Twitter, la une du quotidien sur laquelle on voit «Marine Le Pen souriante au milieu d’enfants». Des centaines de personnes n’adhérant à aucun parti ont aussi manifesté leur incompréhension sur Twitter –le tweet de Raquel Qarrido a été retweeté plus de 800 fois, pas seulement par des politiciens (cf http://www.slate.fr/story/100031/front-national-enfants )

** A propos de cette une, s’il n’y en avait qu’une….Mais déjà, au moins, en 2011, L’Actu se faisait fort d’expliquer le FN aux ados : « Et si Marine Le Pen était présidente, à quoi ressemblerait la France ? » 
Le dossier s’étale sur une double page avec trois entrées : le programme du FN, l’interview de Marine Le Pen (« comment décririez-vous le Front national à un ado ?… ») et l’expert, Nicolas Lebourg, en contrepoint.
François Dufour, le rédacteur en chef de l’Actu, s’expliquait sur le traitement donné à ce sujet : « Les faits, toujours les faits(…)Nous avons traité le sujet, sans jamais donner d’opinion. Le FN est un parti comme un autre.…. ».
Jean-Yves Camus, spécialiste des nationalismes et extrémismes en Europe, estime que pour traiter un tel sujet, de sorte d’éviter les écueils, « l’important, c’est le décryptage(…) le tout est d’induire une distance critique à l’égard de ce que les adolescents lisent. »

***Il y a un an, L’Actu s’était distingué par une autre Une controversée sur les cambriolages par des « voleurs des pays de l’Est ». Avec le même dessinateur.(http://pix.toile-libre.org/upload/original/1428148746.png et http://pix.toile-libre.org/upload/original/1428148323.jpg )
**** « Mohamed expliquait déjà, il y a un an, à l’hebdo « Le Point », en mars 2014, que le FN « n’est pas raciste ».

*****Cf http://www.cours-de-droit.net/cours-de-droit-constitutionnel/la-theorie-de-la-souverainete-populaire-et-de-la-souverainete-nationale,a4072797.html ; http://www.toupie.org/Dictionnaire/Souverainete_nationale.htm

****** D’après « Décryptez l’information » de Jean-Luc Martin-Lagardette. Dangles éditions, 2014(chap. 7 : information et communication : deux faux amis, pp 73-80)
******* http://rdereel.free.fr/NON.pdf

******** « Les jeunes militants se sentent proches de Marine. Je l’ai vue dix fois en deux ans ! Elle me connaît… » dit Mohamed, en page 2 de l’Actu.