« Écoutez, sourds, et vous, aveugles, regardez pour voir »(Lisons Esaïe ensemble/3)

C’est sur cet étrange appel paradoxal que nous invite, entre autre, le chapitre 42 d’Esaïe.

Celui-ci fait suite à notre lecture d’Esaïe, amorcée ici et commencée à partir du chapitre 40 et poursuivie au chapitre 41.

De même que pour les chapitres précédents,  examinons ce que nous apprend le chapitre sur la nature et la personne de Dieu ; ce que nous apprend le chapitre sur la nature et le caractère de l’homme, et enfin, ce que nous apprend le chapitre sur les engagements de Dieu vis à vis de l’homme.

Esaïe 42 :

1    Voici mon serviteur que je soutiens, mon élu en qui mon âme trouve son plaisir. Je mettrai mon Esprit sur lui; il fera valoir le jugement à l’égard des nations.
2    Il ne criera pas, et il n’élèvera pas sa voix, il ne la fera pas entendre dans la rue.

3    Il ne brisera pas le roseau froissé, et n’éteindra pas le lin qui brûle à peine. Il fera valoir le jugement en faveur de la vérité.
4    Il ne lassera pas, et il ne se hâtera pas, jusqu’à ce qu’il ait établi le juste jugement sur la terre; et les îles s’attendront à sa loi.
5    Ainsi dit Dieu, l’Éternel, qui a créé les cieux et les a déployés, qui a étendu la terre et ses produits, qui donne la respiration au peuple qui est sur elle, et un esprit à ceux qui y marchent:
6    Moi, l’Éternel, je t’ai appelé en justice; et je tiendrai ta main; et je te garderai; et je te donnerai pour être une alliance du peuple, pour être une lumière des nations,
7    pour ouvrir les yeux aveugles, pour faire sortir de la prison le prisonnier, et du cachot ceux qui sont assis dans les ténèbres.
8    Je suis l’Éternel: c’est là mon nom; et je ne donnerai pas ma gloire à un autre, ni ma louange à des images taillées.
9    Voici, les premières choses sont arrivées, et je déclare les choses nouvelles: avant qu’elles germent, je vous les ferai entendre.
10    Chantez à l’Éternel un cantique nouveau, sa louange du bout de la terre, vous qui descendez sur la mer, et ce qui la remplit, les îles et ceux qui les habitent!
11    Que le désert et ses villes élèvent la voix, les villages qu’habite Kédar! Que les habitants du rocher exultent! Que du haut des montagnes on jette des cris!
12    Qu’on donne gloire à l’Éternel, et qu’on déclare sa louange dans les îles!
13    l’Éternel sortira comme un homme vaillant, il éveillera la jalousie comme un homme de guerre; il criera, oui, il jettera des cris; contre ses ennemis il se montrera vaillant.
14    Dès longtemps je suis resté tranquille, je me suis tu, je me suis contenu. Je crierai comme une femme qui enfante, je soufflerai et je serai haletant à la fois.
15    Je dévasterai les montagnes et les collines, et je dessécherai toute leur verdure; je changerai les rivières en îles, et je mettrai à sec les étangs;
16    et je ferai marcher les aveugles par un chemin qu’ils n’ont pas connu, par des sentiers qu’ils n’ont pas connus je les conduirai. Je changerai les ténèbres en lumière devant eux, et les chemins tortueux en ce qui est droit. Je leur ferai ces choses, et je ne les abandonnerai pas.
17    Ils se retireront en arrière, ils seront couverts de honte, ceux qui mettent leur confiance en une image taillée, qui disent à une image de fonte: Vous êtes nos dieux.

18    Écoutez, sourds, et vous, aveugles, regardez pour voir.
19    Qui est aveugle, si ce n’est mon serviteur, et sourd, comme mon messager que j’ai envoyé? Qui est aveugle comme celui en qui je me confie, et aveugle comme le serviteur de l’Éternel,
20    pour voir bien des choses et ne pas y faire attention? Les oreilles ouvertes, il n’entend pas.
21    L’Éternel a pris plaisir en lui à cause de sa justice: il a rendu la loi grande et honorable.
22    Mais c’est ici un peuple pillé et dépouillé; ils sont tous liés dans des fosses, et ils sont cachés dans des prisons; ils sont devenus un butin, et il n’y a personne qui délivre, – une proie, et il n’y a personne qui dise: Restitue!
23    Qui parmi vous prêtera l’oreille à cela? Qui fera attention, et écoutera ce qui est à venir?
24    Qui a livré Jacob pour être une proie, et Israël à ceux qui le pillent? N’est-ce pas l’Éternel, celui contre qui nous avons péché? Et ils n’ont pas voulu marcher dans ses voies, et ils n’ont pas écouté sa loi;
25    et il a versé sur lui l’ardeur de sa colère et la force de la guerre: et elle l’a embrasé de tous côtés, et il ne l’a pas su; et elle l’a brûlé, et il ne l’a pas pris à coeur.

Publicités

« Protestants » : en fait…..

Du 27 au 29 septembre, des dizaines de milliers de protestants viendront des quatre coins de France à Paris, à l’occasion de « Protestants en fête ».
Le Palais omnisport de Bercy sera transformé en église géante, pour l’occasion, et le Week-End verra 150 animations dans tout Paris.

On notera qu’il s’agit de « Protestants en fête », et non de « la fête du Protestantisme ». « Protestants » est donc au pluriel, révélant la pluralité et la diversité(dans l’unité, autour des fondamentaux : « sole scriptura », « sola fide », « sola gratia », « solus Christus », « soli Deo gloria » )de cette famille, composée des Luthero-Réformés (regroupés en « église unie »)et des évangéliques(eux-mêmes très divers).

Protestants ? En fait….

….qui sont-ils ? Que(qui)croient-ils ?

Qu’est-ce et qui est-ce qui fait leur espérance ?
Claude Baty, l’initiateur de « Protestants en fête » et bientôt ex- président de la FPF, explique l’esprit de la manifestation* :
« Protestants en fête traduit  notre volonté de nous rassembler pour autre chose que la commémoration de nos malheurs historiques(…)Protestants en fête célèbre la vie, l’avenir. Les Protestants appartiennent à un peuple en marche, qui veut être témoin de l’Espérance. Selon St Augustin, l’espérance a deux beaux enfants : la colère et le courage. Les protestants savent s’indigner contre les injustices de ce monde et ils ont le courage de lutter pour que les choses changent, pour plus de fraternité et d’égalité. Ce courage, ils le puisent dans leur confiance en un Dieu qui les rend actifs ici et maintenant. La spiritualité chrétienne en général, protestante en particulier, n’est pas désincarnée, elle oeuvre dans le concret de notre société. Cette espérance que nous portons s’enracine dans notre foi en Dieu. »

"Soyons plein d'espérance !" Dans le tunnel par Adrian Paulino

« Soyons plein d’espérance ! »
Dans le tunnel par Adrian Paulino

Puisque la manifestation est placée sous le signe de l’espérance**, profitons de l’occasion pour revisiter cette notion, qui ne doit pas être confondue ou simplifiée avec « l’espoir », dont nous avons déjà parlé ici, à l’occasion d’une étude biblique sur 1 Pierre.

Bon week-end ! Et puissiez-vous rencontrer l’espérance : Christ.

 

 

Notes :

*Entretien publié dans le « gratuit » de « Regardsprotestants », diffusé pour l’occasion. A lire également, dans La vie, cet entretien avec Sébastien Fath, chercheur au CNRS. Un autre entretien du même est à découvrir dans « Réforme ».

** Un « manifeste de l’espérance » peut être signé sur le site de « Protestants en fête » à Paris ou « Paris d’espérance ».

La fidélité ne paye pas de mine, mais sa valeur(sa solidité)s’éprouve dans la durée…

Contrairement à ce que pourrait laisser penser le titre du billet, nous n’allons pas parler du mariage.

Mais plutôt de la fidélité de Dieu.

Je vous invite à lire, aujourd’hui, le psaume 89, et plus particulièrement les versets 1-18, dans la version du Rabbinat français.

Il s’agit d’un « Maskîl »(ou cantique) d’Ethân l’Esrahite.

Connaissez-vous Ethân l’Esrahite ? Non ? Vous avez tort, car il s’agit d’un homme sage(quoique moins que le Roi Salomon). Ce cantique est, semble-t-il, sa seule oeuvre. Mais quelle oeuvre ! Elle est pour le Roi !

« Toujours », dit-il, « je chanterai les bontés du Seigneur; d’âge en âge, ma bouche proclamera ta fidélité. Car, dis-je, la bonté aura une durée éternelle; dans les cieux tu as rendu immuable ta fidélité.(v2-3)

…….les cieux célèbrent tes merveilles, ô Seigneur, l’assemblée des saints ta fidélité(v6).
Seigneur, Dieu-Cebaot[Dieu des Armées], qui comme toi, est éternellement puissant? Ta fidélité rayonne autour de toi.

Tu domines l’orgueil de la mer; quand ses vagues se soulèvent, tu apaises leur fureur. Tu as écrasé la fière Egypte comme un blessé à mort; par ton bras puissant tu as dispersé tes ennemis.(v9-11)

Ton bras est armé de force, puissante est ta main, sublime ta droite. La justice et le droit sont la base de ton trône, l’amour et la vérité marchent devant toi.  Heureux le peuple connaissant les chants de victoire, cheminant, Eternel, à la lumière de ta face! Sans cesse ils sont en joie à cause de ton nom, et s’élèvent par ta justice. Car la parure de leur force, c’est toi; par ta bienveillance s’élève notre puissance« .(v14-18)

Dieu est fidèle. Il est fiable. Il est puissant.

« Puissamment » bon et fidèle.

« La fidélité de Dieu est immuable » et elle ne fait jamais défaut. Si c’était le cas, tout s’écroulerait.

Mais Dieu n’est pas un homme(instable, changeant)pour décevoir. Sa fidélité est notre stabilité(ainsi que celle de l’univers) et notre sécurité.

La justice et le droit de Dieu(v15) ne sont pas « ce qui se voit immédiatement », mais ils constituent la base, le fondement, de Sa Seigneurie. « Immédiatement visibles » sont « l’amour et la vérité », qui « marchent devant Lui », et le « précèdent ».

C’est par l’amour(ou la grâce) et la vérité que Dieu se fait connaître aux hommes.

Ces quatre piliers(la justice, le droit, l’amour et la vérité), révélateurs de ce que Dieu est, sont également une réponse à ce qui peut nous opprimer. « Par (Son) bras puissant (Il a) dispersé (nos) ennemis »(v11).

La Parole de Dieu nous rappelle qui sont nos ennemis : la chair(1 Pierre 2v11 ; Rom.8v5-8 ; Gal.5v19-21), le monde(1 Jean 2v16) et le diable(1 Pierre 5v8).

Juges 7v25, 8v10-21, nous donnent les noms de quatre autres :

-« Oreb »(« le corbeau », ou « le voleur ») ;et « Zéeb »( » le loup », ou « le tueur »), princes de Madian(Juges 7v25). Nous bénéficions du droit de Dieu, contre le voleur, et de Son amour, contre le tueur.

-« Zébach »(« victime ») et Tsalmunna(« Protection déniée »), autres rois de Madian(Juges 8v10-21) : la vérité de Dieu nous protège contre le premier, et Sa justice contre le second.

Dieu est « comme un héros qui sauve » : Il nous rend capable d’aimer comme Lui, de vivre selon Sa justice, et d’être fidèle(cf 1 Jean ; Gal.5v22). Jésus « nous a lavés de nos péchés par son sang » et a fait de nous « Rois et sacrificateurs pour Dieu, son Père »(Apoc.1v5-6). Et le devoir du Roi, c’est d’« ouvrir la bouche en faveur du muet, pour la défense de tous les vaincus du sort ». D’« ouvrir la bouche pour juger avec équité et faire droit au pauvre et à l’indigent »(Prov.31v8-9).

Quand lire l’étiquette ou l’emballage ne suffit plus

http://www.publicdomainpictures.net/pictures/10000/nahled/2614-1275330318vcZV.jpg Un "chrétien d'étiquette" : ça n'emballe pas !

http://www.publicdomainpictures.net/pictures/10000/nahled/2614-1275330318vcZV.jpg
Un « chrétien d’étiquette » : ça n’emballe pas !

Un geste écocitoyen simple consiste à lire les emballages des produits alimentaires que l’on achète.

Or, depuis le scandale de la découverte de la présence de viande de cheval dans des lasagnes pourtant étiquetées « pur boeuf », ce geste ne suffit plus.

De même, il ne suffit pas de revendiquer une étiquette « chrétienne », même s’il est toujours délicat d’affirmer qu’un tel n’est pas un « vrai » chrétien et donc susceptible d’être un « faux/mauvais chrétien ».

Pourtant, deux principes contenus dans la Bible, la Parole de Dieu(pour peu qu’on prenne la peine de la lire, et « pas en diagonale »), devraient nous aider à y voir clair :

« Dieu est amour »(cf 1 Jean 4v8) : on devrait donc reconnaître ses enfants comme ceux qui aiment(cf v7), comme on devrait reconnaître les disciples du Seigneur Jésus-Christ(ou ceux qui se revendiquent comme tels) « à l’amour qu’ils ont les uns pour les autres »(Jean 13v35).

« Et en ceci est l’amour »(le vrai) : « non en ce que nous, nous ayons aimé Dieu, mais en ce que lui nous aima et qu’il envoya son Fils pour être la propitiation pour nos péchés ». (1 Jean 4v10)

« Dieu est lumière et il n’y en a en Lui aucune ténèbres »(1 Jean 1v5) : Dieu ne triche pas, ne fait pas de compromis, ne se contredit pas avec Lui-même, et n’estime pas que « la fin justifierait les moyens ». On devrait donc reconnaître ses enfants(ou ceux qui déclarent Lui appartenir) comme « les « enfants de lumière », « marchant comme les enfants de lumière » qu’ils sont censés être et pratiquant « le fruit de la lumière : bonté, justice, vérité ».(Eph.5v8-9)

« Celui qui pratique la vérité vient à la lumière, afin que ses oeuvres soient manifestées, qu’elles sont faites en Dieu. »(Jean 3v21).

On ne saurait avoir l’un(l’amour) sans l’autre(la lumière), les deux étant indissolublement liés. Car « Celui qui dit qu’il est dans la lumière, et qui hait son frère, est encore dans les ténèbres. »(1 Jean 2v9 et ss)

« Prouvez-moi que vous n’êtes pas du vent !  » dit l’Eternel(Lisons Esaïe ensemble/2)

Qui est Dieu ? Qui est l’homme ?

Autant de questions essentielles et dont la réponse est indispensable.
Car, comme nous le soulevions dans un précédent billet, nous ne pourrons avoir une vision juste de nous-même, si nous n’avons pas une vision juste de Dieu…

En guise d’aide à la réflexion, nous vous invitions à lire le livre du prophète Esaïe. Plus particulièrement, les chapitres 40 à 66.

Aujourd’hui, après le chapitre 40, lisons le chapitre 41, et « soyons attentifs ensemble », à chaque fois, à trois choses : ce que nous apprend le chapitre sur la nature et la personne de Dieu ; ce que nous apprend le chapitre sur la nature et le caractère de l’homme, et enfin, ce que nous apprend le chapitre sur les engagements de Dieu vis à vis de l’homme.

N’hésitez pas à publier en commentaire le fruit de vos réflexions !

Bonne lecture !

 

Esaïe 41

1 Iles, faites silence pour m’entendre! Que les peuples renouvellent leurs forces, qu’ils approchent et ensuite prennent la parole!
Ensemble, nous allons comparaître en justice.

2 Qui l’a suscité de l’Orient, celui qui appelle le droit à suivre ses pas?
Qui lui livre les nations? Qui lui soumet les rois? Son glaive réduit les choses en poussière, son arc fait de tout une paille qui s’envole.
3 Il les poursuit, il avance sain et sauf sur une route que ses pieds n’avaient point foulée.
4 Qui a fait, qui a exécuté tout cela?
Celui qui, dès le commencement, appelle les générations [à l’être], moi, l’Eternel, qui suis le Premier et demeure encore avec les derniers.
5 Les îles le voient et prennent peur, les confins de la terre tremblent. On se rapproche, on accourt.
6 L’un prête assistance à l’autre et chacun dit à son frère: « Courage! »
7 Le sculpteur encourage l’orfèvre, celui qui polit au marteau réconforte l’ouvrier qui frappe l’enclume et dit de la soudure: « C’est bien! »
Puis on consolide [l’idole] avec des clous, pour qu’elle ne branle pas.
8 Mais toi, Israël, mon serviteur, Jacob, mon élu, postérité d’Abraham qui m’aimait,
9 toi que j’ai ramené comme par la main des extrémités de la terre, que j’ai rappelé de ses zones les plus lointaines,
toi à qui j’ai dit: « Tu es mon serviteur, je t’ai choisi et je ne te rejette plus, »
10 eh bien! Ne crains rien, car je suis avec toi; ne sois point affolé, car je suis ton Dieu. Je t’affermis, je t’assiste et te soutiens par ma droite, armée de justice.
11 En vérité, ils connaîtront la honte et la confusion, tous ceux qui sont enflammés contre toi; ils seront réduits à néant, ils périront, tous ceux qui te cherchent querelle.
12 Tu les chercheras et tu ne les trouveras plus les gens qui se déclarent tes adversaires; ils seront comme le néant et le vide, les gens qui te font la guerre.
13 Car moi, l’Eternel, ton Dieu, je soutiens ta droite et je te dis: « Ne crains pas, je viens à ton secours. »
14 Ne crains rien, vermisseau de Jacob, faible reste d’Israël! C’est moi qui te prête secours, dit le Seigneur, le Saint d’Israël est ton libérateur.
15 Voici, je fais de toi une herse à dents, toute neuve, et garnie de tranchants: tu fouleras les montagnes à les broyer, et les coteaux, tu les réduiras en menue paille.
16 Tu les vanneras et le vent les emportera, la tempête les dispersera, tandis que toi, tu te réjouiras en l’Eternel, tu te glorifieras par le Saint d’Israël.

17 Les affligés et les malheureux réclament de l’eau et n’en trouvent pas; leur langue est desséchée par la soif.
Eh bien! Moi, l’Eternel, je les exaucerai; Dieu d’Israël, je ne les abandonnerai pas.
18 Je ferai sourdre des rivières sur les hauteurs dénudées, des fontaines dans les vallons; du désert je ferai un lac, de la terre aride des sources d’eau jaillissantes.
19 Dans le désert je ferai croître le cèdre, l’acacia, le myrte et l’olivier, dans la campagne stérile je planterai, avec le cyprès, l’orme et le buis,
20 pour qu’ils voient et sachent, réfléchissent et comprennent tous ensemble que c’est la main de l’Eternel qui l’a fait, que c’est le Saint d’Israël qui en est l’auteur.
21 Présentez votre cause, dit l’Eternel, produisez vos arguments, dit le Roi de Jacob.
22 Qu’ils les produisent donc et qu’ils nous exposent ce qui doit arriver! Dites seulement les choses du passé dans leur réalité, pour que nous examinions
et en apprenions les suites, ou faites-nous connaître les événements futurs.
23 Racontez ce qui va se passer dans l’avenir, pour que nous sachions que vous êtes des dieux;
agissez donc en bien ou en mal, et tous nous admirerons en regardant.
24 Allons! Vous êtes néant, et votre œuvre est néant. Qui s’attache à vous est un objet d’horreur!
25 Je l’ai suscité du Nord et il est venu; depuis le Levant, il proclame mon nom. II marche sur les princes comme sur de la boue, tel le potier foule l’argile.
26 Qui a annoncé tout cela dès le premier jour, pour que nous sachions? Dès les temps passés, pour que nous disions: « C’est juste! »
Mais nul ne l’a annoncé, nul ne l’a proclamé, personne n’a même entendu une parole de vous!
27 Moi, le premier, j’ai dit à Sion: « Les voici, les voici! » Et à Jérusalem j’ai envoyé un messager de bonnes nouvelles.
28 J’avais regardé pas un homme! Parmi tous ceux-là, pas un conseiller! Comment les consulter pour qu’ils donnent un avis?
29 Vraiment, tous ils sont mensonge, et vaine est leur œuvre; leurs idoles ne sont que vent et néant.

Vous ne pourrez avoir une vision juste de vous-même, si vous n’avez pas une vision juste de Dieu…

Lisons un livre de la Bible ensemble !

W. HENRICHSEN, dans « Former des disciples »(Ed. Farel, 1995), explique que « tous les problèmes que peut connaître un homme, sont en rapport avec la conception qu’il a de Dieu. Si votre Dieu est un grand Dieu, tout ce qui pourrait être un problème devient une occasion. Quand votre Dieu est petit, au contraire, chaque problème constitue un obstacle.« (Op. cit., p 40). Et une occasion de chute. Que dire alors, si votre Dieu est inexistant ? !

De plus, ajoute W. HENRICHSEN, « vous ne comprendrez jamais qui est Dieu tant que vous ne serez pas en mesure de vous comprendre vous-même. La réciproque est d’ailleurs toute aussi vraie(…)Les questions de savoir qui est Dieu et qui nous sommes trouvent toutes deux leurs réponses dans les chapitres 40 à 66 du livre du prophète Esaïe. »(op. cit.)

C’est pourquoi, lisons ensemble Esaïe 40 à 66 !

De façon pratique, je publierai deux chapitres de cette section par semaine, vous invitant à être attentif, à chaque fois, à trois choses : ce que nous apprend le chapitre sur la nature et la personne de Dieu ; ce que nous apprend le chapitre sur la nature et le caractère de l’homme, et enfin, ce que nous apprend le chapitre sur les engagements de Dieu vis à vis de l’homme.

N’hésitez pas à publier en commentaire le fruit de vos réflexions !

Commençons dont par Esaïe 40 : bonne lecture et bonne réflexion !

1    Consolez, consolez mon peuple, dit votre Dieu.
2    Parlez au coeur de Jérusalem, et criez-lui que son temps de détresse est accompli, que son iniquité est acquittée; car elle a reçu de la main de l’Éternel le double pour tous ses péchés.
3    La voix de celui qui crie dans le désert: Préparez le chemin de l’Éternel, aplanissez dans le lieu stérile une route pour notre Dieu.
4    Toute vallée sera relevée, et toute montagne et toute colline seront abaissées; et ce qui est tortu sera rendu droit, et les lieux raboteux deviendront une plaine unie.
5    Et la gloire de l’Éternel sera révélée, et toute chair ensemble la verra; car la bouche de l’Éternel a parlé.
6    Une voix dit: Crie. Et il dit: Que crierai-je? – Toute chair est de l’herbe, et toute sa beauté comme la fleur des champs.
7    L’herbe est desséchée, la fleur est fanée; car le souffle de l’Éternel a soufflé dessus. Certes, le peuple est de l’herbe.
8    L’herbe est desséchée, la fleur est fanée, mais la parole de notre Dieu demeure à toujours.
9    Sion, messagère de bonnes nouvelles, monte sur une haute montagne; élève ta voix avec force, Jérusalem, messagère de bonnes nouvelles: Elève-là, ne crains point; dis aux villes de Juda: Voici votre Dieu!
10    Voici, le Seigneur l’Éternel viendra avec puissance, et son bras dominera pour lui. Voici, son salaire est avec lui, et sa récompense devant lui.
11    Comme un berger il paîtra son troupeau; par son bras il rassemblera les agneaux et les portera dans son sein; il conduira doucement celles qui allaitent.
12    a mesuré les eaux dans le creux de sa main, et réglé les cieux avec l’empan, et mesuré dans un boisseau la poussière de la terre? Qui a pesé les montagnes au crochet, ou les collines dans la balance?
13    Qui a dirigé l’Esprit de l’Éternel, et l’a instruit comme l’homme de son conseil?
14    Avec qui a-t-il tenu conseil, et qui lui a donné l’intelligence, et l’a instruit dans le sentier du juste jugement, et lui a enseigné la connaissance, et lui a fait connaître le chemin de l’intelligence?
15    Voici, les nations sont réputées comme une goutte d’un seau, et comme la poussière d’une balance; voici, il enlève les îles comme un atome.
16    Et le Liban ne suffit pas pour le feu, et ses bêtes ne suffisent pas pour l’holocauste.
17    Toutes les nations sont comme un rien devant lui; elles sont réputées par lui comme moins que le néant et le vide.
18    A qui donc comparerez-vous Dieu, et à quelle ressemblance l’égalerez-vous?
19    L’ouvrier fond une image, et l’orfèvre étend l’or dessus et lui fond des chaînes d’argent.
20    Celui qui est trop pauvre pour faire une offrande choisit un bois qui ne pourrisse pas; il se cherche un habile ouvrier pour établir une image taillée qui ne branle pas.
21    -Ne savez-vous pas? Ne l’avez-vous pas entendu? Cela ne vous a-t-il pas été déclaré dès le commencement? N’avez-vous pas compris la fondation de la terre?…
22    Lui, qui est assis au-dessus du cercle de la terre, et ses habitants sont comme des sauterelles, – qui étend les cieux comme une toile légère, et qui les déploie comme une tente pour y habiter;
23    qui réduit ses chefs à néant, qui fait que les juges de la terre sont comme rien:
24    ils ne seront pas même plantés, ils ne seront pas même semés, leur tige ne sera même pas enracinée dans la terre, qu’il soufflera sur eux, et ils seront desséchés, et le tourbillon les enlèvera comme du chaume.
25    A qui donc me comparerez-vous et serai-je égalé? dit le Saint.
26    Levez vos yeux en haut, et voyez! Qui a créé ces choses, faisant sortir par nombre leur armée? Il les appelle toutes par nom. Par la grandeur de son pouvoir et de sa force puissante, pas une ne manque.
27    Pourquoi dis-tu, ô Jacob, et parles-tu, ô Israël: Ma voie est cachée à l’Éternel, et ma cause a passé inaperçue de mon Dieu?
28    Ne sais-tu pas, n’as-tu pas entendu, que le Dieu d’éternité, l’Éternel, créateur des bouts de la terre, ne se lasse pas et ne se fatigue pas? On ne sonde pas son intelligence.
29    Il donne de la force à celui qui est las, et il augmente l’énergie à celui qui n’a pas de vigueur.
30    Les jeunes gens seront las et se fatigueront, et les jeunes hommes deviendront chancelants;
31    mais ceux qui s’attendent à l’Éternel renouvelleront leur force; ils s’élèveront avec des ailes, comme des aigles; ils courront et ne se fatigueront pas, ils marcheront et ne se lasseront pas.

« Tu as un secret, qui met du sel dans ta vie… »

« ….et te donne(donne aux autres) soif de fondamental… »

(Note : ce sujet, dont cet autre billet a été une forme d’introduction, a été proposé à des enfants/préados(10-17 ans), dans le cadre d’une leçon d’ « école du dimanche » su le jeûne. Néanmoins, il peut tout à fait convenir à des adultes réunis pour une étude de groupe.)

Tout commence par un « Pop-corn »(pas movie)
Le jour de la leçon, faire passer un bol de pop-corn salé(un peu plus que d’habitude, mais de façon à ce que cela reste mangeable) et donner pour consigne à chaque jeune d’en prendre une poignée pour en manger. Faire tourner le bol plusieurs fois. Ne pas distribuer les boissons.

Tout en faisant tourner le bol, en profiter pour prendre des nouvelles des jeunes et pour faire un récapitulatif de la dernière leçon abordée. Au bout d’un moment, chacun devrait éprouver ce qui est attendu : la soif.

Questionner :

Pourquoi avez-vous soif ? Qu’est-ce qui l’a provoqué ? (Réponse attendue : Le sel présent dans le pop-corn)
A quoi sert le sel ? (A donner du goût, à conserver…à donner soif !)
Donner ensuite de l’eau(au lieu des jus de fruits ou sodas habituels) à boire et demander s’ils l’ont appréciée ? Pourquoi ?*
(A ce moment des préliminaires-à ne pas zapper, faire réfléchir sur ce simple geste : « boire de l’eau, manger du pop-corn…c’est tout ce qu’il y a au goûter ? Oui ! »)

I. Enchaîner avec ce temps de discussion quelque peu philosophique ou métaphysique(veiller à le rendre concret, surtout pour les plus jeunes) :

De quoi peut-on avoir soif ?
C’est quoi une « bonne soif » ?
(Avoir soif, c’est ce que se rendre compte que nous avons un manque terrible de ce qui est vital pour nous. C’est d’avoir soif-désirer, vouloir-de ce qui est essentiel, fondamental, important, vital, nécessaire pour vivre, nous faire grandir, etc…)

Puis, lecture de Esaïe 55v1-3(version français courant, pour plus de « Pep’s » !) :

1 Holà, vous tous qui avez soif,
voici de l’eau, venez.
Même sans argent, venez ;
prenez de quoi manger, c’est gratuit ;
du vin ou du lait, c’est pour rien.

2 A quoi bon dépenser de l’argent
pour un pain qui ne nourrit pas,
à quoi bon vous donner du mal
pour rester sur votre faim ?
Ecoutez-moi bien,
et vous aurez à manger
quelque chose de bon,
vous vous régalerez
de ce qu’il y a de meilleur.

3 Accordez-moi votre attention
et venez jusqu’à moi.
Écoutez-moi, et vous revivrez.

(Faire réfléchir sur ce texte et faire énumérer les « bonnes soifs » : les aider ensuite, s’ils ont du mal à trouver, en leur présentant un par un des cartons de couleur, sur lesquels figurera chacune de ces soifs)

Ainsi, l’on pourra avoir soif  :

-d’amour/pardon
-de vérité/d’authenticité(être vrai-le vrai « moi » et pas celui dont je donne une image/un masque)
-de « nouveau »
-d’abondance(de vie)
-de sens, d’être utile
-de justice, de sainteté, de pureté
-d’appartenance(de faire partie d’un groupe, d’une famille…)
-Liberté

Questions : 

Avez-vous soif de ces choses ?
Comment cherchez-vous à satisfaire ces soifs ? Y a-t-il eu un moment, dans votre vie(ou est-ce le cas en ce moment ?), où vous avez cherché à satisfaire vos soifs seuls, ou en allant voir « ailleurs » ?
Etes-vous satisfaits ?

Comment certains pensent-ils satisfaire leur soif de sens, d’abondance(être « plein »), d’appartenance, d’amour ? (Par l’alcool, la drogue, le tabac, le travail, le sport, les activités diverses, les jeux-virtuels, par ex, « les écrans », l’internet, les réseaux dits sociaux, les bandes, le flirt…) Est-ce que ce sont de bons moyens ?
Il est possible de lire un extrait tiré du roman de science-fiction de F. POHL et de C. KORNBLUTH : « Planète à gogos » (ou « The Space Merchants ». Ed. Denoël, 1953) : dans le futur décrit par ce roman, la publicité est omniprésente et irrésistible. Au point où il est presque impossible de résister à un « Craquesel », puis à l’envie de boire de la limonade pour étancher la soif que cela vous donne(un seul verre ne suffit généralement pas), et ensuite à l’envie de fumer des cigarettes Starr, suscitée par le goût laissé par la limonade. Sans compter que les cigarettes Starr donnent, elles, envie de manger des Craquesels…(voir extrait, pp 105-106). Un cycle sans fin, et un cercle vicieux, qui laisse insatisfait.

Quel est le problème des personnes addictives citées plus haut ? Elles sont désespérément à la recherche de « sel » dans leur existence, soit ce qui va donner du « goût » et du sens, à leur vie. Mais elles cherchent ce « sel » de la mauvaise façon, d’une façon qui laisse insatisfait, esclave et dépendant.

Quel est ce sel que l’on peut ajouter dans notre vie, pour avoir soif des bonnes choses ? Et pour que notre soif soit satisfaite réellement ?

II. Comment avoir soif et faim de ce qui est fondamental ? En mettant du sel dans notre vie !

Ce sel…..vous avez un secret ! Une vie secrète avec quelqu’un qui rend libre et donne du sens à notre vie.

Dans la nouvelle « Quizz aux travaux forcés », de Dino Buzzati(dans le recueil « Le K »), un prisonnier condamné aux travaux forcés raconte à tout le monde qu’il a un secret : il peut emprunter un passage secret lui permettant, de sa cellule, d’atteindre un jardin secret, où il peut se rendre quand il le souhaite et y retrouver une femme qui l’aime. (op. cit., p 318).

Dans la réalité, ce quelqu’un qui rend libre et donne du sens à notre vie, c’est Jésus-Christ.

La réalité de votre relation avec Jésus est le « sel » de votre existence : Jésus est à la fois le sel qui donne soif de l’essentiel, et Celui qui satisfait de façon durable, véritable, vos soifs.

Voilà ce que Jésus affirme :
(Lecture de Jean 4v13)
« Jésus lui répondit : « Quiconque boit de cette eau aura de nouveau soif ; 14 mais celui qui boira de l’eau que je lui donnerai n’aura plus jamais soif : l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’où jaillira la vie éternelle. »

Bref  : « ayez soif et faim de Jésus ». Allez vers Jésus. Il est vital de se repositionner, de se recentrer sur Jésus.

Comment se repositionner, se recentrer sur Jésus ? En passant plus de temps avec et pour Lui. En se rendant plus disponible pour Lui, pour l’écouter et savoir ce qu’Il veut pour nous(comment ? Par la lecture de la Parole et la prière avec un coeur et un esprit écoutant et obéissant).
Quand nous sommes trop « pleins » ou trop occupés de ce qui n’est pas fondamental/essentiel/vital ou même nocif, nous ne pouvons avoir soif(désirer)ce qui est bon et fondamental.

Un temps de jeûne partiel, dit « de Daniel », peut nous y aider : Quand on jeûne de ce dont on a l’habitude de manger, de s’occuper, de se distraire…on aura beaucoup plus de temps pour mieux nous consacrer à ce qui est essentiel.
Nous priver volontairement de certaines choses va vous donner faim et soif des choses essentielles/fondamentales » énumérées plus haut.

Le but de ce jeûne, c’est de vous permettre de vous repositionner et de vous recentrer sur Jésus.

Il est également possible de citer l‘exemple de David Wilkerson, dans « La Croix et le Poignard »(ed. Vida, 1963, pp 9-11) : celui-ci, jeune pasteur d’une église rurale en pleine croissance, se trouvait insatisfait. Mettant Dieu au défi à la façon de Gédéon, il décida un jour de vendre sa télévision, devant laquelle il passait deux heures par soirée, pour prendre le temps nécessaire et vital avec Dieu. Ce n’est qu’après cette décision qu’il a reçu son appel d’aller évangéliser les Gangs de jeunes à New York.

III. Se préparer au jeûne

Pendant le jeûne, il est important de confesser devant Dieu(et de s’en repentir) « notre dieu personnel », soit tout ce qui peut entraver notre relation avec Jésus.

Le jeûne n’est pas un jeu mais un enjeu pour notre vie spirituelle.
Le jeûne, c’est un combat spirituel, dont il est possible de sortir vainqueur, en restant en et avec Jésus.

Pour quoi, enfin,  jeûner ?(Dans quel but ?)

Rappelons-nous, « le sel de votre existence », c’est votre vie secrète avec Jésus. Ce temps passé avec Jésus dans le secret, ce que vous faites avec Lui(prier, lire la Parole)…doit rester un secret ! Ce que l’on doit voir, c’est le résultat de ce temps d’intimité (de cette « vie secrète » avec Dieu) dans nos vies, nos rapports avec les autres (Mt 6, 16-18).

Le résultat du jeûne dans notre vie :

On aura soif de Jésus, du fondamental, de vie…et on donnera soif aux autres de ce qui est bon, essentiel, vital en étant « lumière et sel ». On « fera envie » de connaître autre chose, de connaître Jésus. On sera plus sensible à ce que dira Jésus et on sera plus sensible aux autres : ceux qui ont besoin de toi, ceux qui ne connaissent pas encore Jésus et qui sont perdus.

 

Conclusion :

Ce sel de notre vie, et qui est notre « jardin secret », notre « vie secrète », c’est la façon dont nous cultivons une relation privilégiée, personnelle et intime avec quelqu’un de Plus grand que toi ; c’est aussi de se consacrer à ce quelqu’un de Plus Grand que nous(autre que nous), à une cause plus grande que nous et de durable : se consacrer à Dieu et aux autres.

Mais avant toutes choses, « venir à Jésus….et boire ! » pour que nos soifs soient satisfaites.
(Mettre les papiers de couleur contenant « les soifs » dans une bouteille étiquetée « Jésus-Christ », faire passer la bouteille et inviter à « boire »(en imaginant que l’on boit « l’eau que donne Jésus »), et lire ce qui suit, pendant que chacun « boit » : « Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi et qu’il boive. Celui qui croit en moi, des fleuves d’eau vive jailliront de son coeur», comme dit l’Écriture. Jésus parlait de l’Esprit de Dieu que ceux qui croyaient en lui allaient recevoir. » Jean 7v37-39)

Même la « p(l)oubelle des ordures » peut être rendue propre par Le Plus grand Eboueur du Monde

Où l’on parle ici de « belles ordures »….

Environ 100 millions de tonnes de déchets illégaux dégradent notre belle planète.

Dimanche dernier, mon épouse et moi-même avons participé à la « World Clean Up 2013 », une grande campagne organisée par « Let’s do it »*. Le défi ? Nettoyer la planète de ses ordures, ou plus exactement de ses décharges sauvages) en un jour !**

Le fait que cet événement ait eu lieu un dimanche m’a paru extrêmement symbolique.

Car, mieux que de profiter de la Journée du Patrimoine, c’était là une façon marquante, pour un chrétien, de « rendre culte » à Dieu.

Petite anecdote vécue :

Un autre dimanche, en allant au culte***, nous apercevons une dame d’un certain age, toute « endimanchée », déposer un sac d’ordures à un endroit inapproprié. Peut-être qu’elle se rendait à l’église, cette dame endimanchée ?

Là aussi, la symbolique me paraît évidente : nous croyons souvent « faire ce qu’il faut » pour paraître « propre », avant de nous présenter devant Dieu. Sauf que, souvent, le dépôt d’ordures n’est pas « à sa place ». Concernant la dame endimanchée, son sac d’ordures(à côté d’autres)est resté, « un certain temps », à la mauvaise place et, surtout, à la vue de tous !

Puisqu’on parle de culte, sa « seule valeur », comme le rappelle John Stott***, « vient de ce qu’il représente une expression concentrée, dense(d’une heure ou un peu plus), vocale, publique et communautaire de notre vie de tous les instants avec Dieu. Si ce n’est pas le cas, et si, à l’église, nous chantons et prononçons des paroles qui ne correspondent pas à l’expérience de notre vie quotidienne dans le monde, toutes ces choses n’ont aucune valeur ; Dieu a un profond dégoût pour ce genre d’hypocrisie. »

Autres réflexions à propos de cette histoire d’ordures :

– Comme le souligne « Let’s do it », « le meilleur déchet est celui qu’on ne produit pas »*. Plus basiquement : Nous n’aurions pas à nettoyer les décharges sauvages si les gens ne se débarrassaient de leurs ordures n’importe où. Ou n’accumulaient pas tant d’ordures. Ce qui m’amène à la réflexion suivante :

-Qu’est-ce qui génère nos ordures ?

http://www.publicdomainpictures.net/pictures/50000/nahled/sink.jpg Notre civilisation coulera-t-elle du fait de son mode de vie ? De sa liberté de choix de société ?

http://www.publicdomainpictures.net/pictures/50000/nahled/sink.jpg
Notre civilisation coulera-t-elle du fait de son mode de vie ? De sa liberté de choix de société ?

Notre mode de vie polluant.

Un mode de vie nourri par l’égoïsme, la cupidité, l’illusion du « no limit »….

……………………..le péché, dit encore Dieu, rappelé par le Seigneur Jésus Lui-même :

… »ayant de nouveau appelé la foule à lui, il lui dit : Écoutez-moi tous, et comprenez.
Il n’est hors de l’homme rien qui, entrant en lui, puisse le souiller ; mais ce qui sort de l’homme, c’est ce qui le souille.
Si quelqu’un a des oreilles pour entendre, qu’il entende.
Lorsqu’il fut entré dans la maison, loin de la foule, ses disciples l’interrogèrent sur cette parabole.
Il leur dit : Vous aussi, êtes-vous donc sans intelligence ? Ne comprenez-vous pas que rien de ce qui du dehors entre dans l’homme ne peut le souiller ?
Car cela n’entre pas dans son coeur, mais dans son ventre, puis s’en va dans les lieux secrets, qui purifient tous les aliments.
Il dit encore : Ce qui sort de l’homme, c’est ce qui souille l’homme.
Car c’est du dedans, c’est du cœur des hommes, que sortent les mauvaises pensées, les adultères, les impudicités, les meurtres,
les vols, les cupidités, les méchancetés, la fraude, le dérèglement, le regard envieux, la calomnie, l’orgueil, la folie.
Toutes ces choses mauvaises sortent du dedans, et souillent l’homme ». (Marc 7v14-23)

En clair, nos ordures sortent du dedans, de nous-même.

Certes, pour lutter contre la pollution, des décharges sauvages, des initiatives telles que celles de « Let’s do it », l’éducation, la loi****, sont nécessaires et à encourager, n’en déplaise aux cyniques et aux partisans du « laisser-faire ». Néanmoins, si tous sont « pécheurs », comme Dieu le déclare, « cupides et égoïstes »,qui pourrait prétendre à mieux éduquer ?

C’est pourquoi il importe de venir au Plus Grand Éboueur du Monde, Jésus-Christ Lui-même.

Ce qu’Il a déjà fait pour nous et pour vous ?

« ….vous avez été rachetés de votre vaine conduite qui vous avait été enseignée par vos pères, non par des choses corruptibles, de l’argent ou de l’or,
mais par le sang précieux de Christ, comme d’un agneau sans défaut et sans tache, préconnu dès avant la fondation du monde, mais manifesté à la fin des temps pour vous, qui, par lui, croyez en Dieu qui l’a ressuscité d’entre les morts et lui a donné la gloire, en sorte que votre foi et votre espérance fussent en Dieu »(1 Pie.1v18-21).

Alors ? Quelle meilleure façon de rendre culte, que de célébrer Celui qui nous a débarrassé et lavé de nos ordures ?*****

 

 

 

Notes :

* « Les Mains Vertes – Let’s do it France est tout d‘abord une association française installée à Levallois depuis 2008.
Elle est dorénavant la branche française d’une ONG internationale qui se nomme Let’s Do It et fait donc partie d’un réseau présent dans une centaine de pays ».
Elle entend être « un catalyseur, un rassembleur des bonnes volontés pour mener des actions locales et nationales de sensibilisation et de nettoyage des déchets.
Let’s do it France répond à deux enjeux clefs :
-Lutter contre les décharges sauvages dans la nature en incitant à nettoyer des sites.
-Et, plus globalement, sachant qu’en France nous produisons trop de déchets,
et consommons trop de ressources,  l’idée est de faire évoluer les mentalités et les habitudes de consommation » : « le meilleur déchet est celui qu’on ne produit pas ».

Let’s do it prône enfin  « une véritable prise de responsabilité pour que chacun puisse commencer à agir à son niveau et réduire son impact quotidien sur la planète ».

(D’après le site de l’association)

** Il était possible de cartographier un site de déchets et de venir nettoyer avec d’autres volontaires le jour J. Pour la deuxième édition de la « World Clean Up »,  plus de 10 000 personnes s’étaient inscrites et plus de 24 000 zones avaient été localisées.

*** Stott, John. Le chrétien et les défis de la vie moderne. Volume 1. Sator, 1987. Collection Alliance, p29(un livre malheureusement épuisé, dont je reparlerai sans doute bientôt)

****Le même John Stott, dans le même ouvrage, relève qu’« en cherchant uniquement à venir en aide aux personnes en difficulté, ce qui est certes louable, on risque de justifier et d’excuser la situation qui cause leur souffrance ». Et de donner notamment cet exemple : « lorsque des accidents se produisent continuellement à un carrefour donné, la solution ne tient pas à la présence d’un nombre accru d’ambulances, mais à l’installation de feux tricolores »(op. cit., p22)

***** Lire Es. 38v17 et Michée 7v19.

 

 

 

« Aujourd’hui, vendredi 13….la veille du Jour des Expiations »

Il y a exactement 10 jours, nous vous invitions à réfléchir(à partir d’un article de David Brickner, publié dans la dernière lettre de nouvelles de Juifs pour Jésus*) sur le sens de la Fête des Trompettes (« Roch Hachanah »), qui a été célébrée mercredi 4 septembre.

10 jours plus tard, nous sommes vendredi. Vendredi 13 (septembre). Jour de malheur, pour ceux qui lui donnent un caractère « néfaste ».
Mais, comme on dit, « ça porte malheur, d’être superstitieux » !

Plus sérieusement, l’on devrait plutôt se réjouir en ce vendredi 13, puisqu’ il est justement la veille du « Jour des Expiations »(« Yom Kippour »), fête biblique** qui suit(10 jours plus tard) la Fête des Trompettes dont nous avions déjà parlé. A la fin de notre billet sur ce sujet, nous vous proposions d’ailleurs l’énigme suivante :

« Sur quoi était centrée l’observance de cette fête ? »

Aviez-vous trouvé ?
Non ? Lisez alors ce qui suit :

Dans la suite de son article-« Christ dans les Grands Jours de Fête », David Brickner écrit :  « tandis que la Fête des trompettes signalait que Dieu entrait en jugement avec Israël, le Jour des Expiations apportait la rédemption et le pardon des péchés. L’observance biblique de ce jour férié était centré sur le sacrifice offert dans le Temple et le rôle indispensable du Grand Prêtre, un descendant d’Aaron. Après la destruction du Temple par les Romains en l’an 70 après JC et la cessation ultérieure de la prêtrise d’Aaron, les Juifs ne pouvaient plus observer les prescriptions bibliques à ce sujet. Finalement, ils observaient la consigne en Lévitique 23v27 : vous vous humilierez. Ce commandement fut interprété comme un devoir de jeûne, et ainsi dans la communauté juive de nos jours, le jeûne est le devoir fondamental associé au Jour des expiations… »
Mais nombreux sont ceux qui jeûnent parce que « c’est une coutume juive de le faire », sans se préoccuper du sens véritable du Jour des Expiations.
Ce « détachement » est « préoccupant », poursuit David Brickner. Mais il est lié à la disparition du Temple et de la prêtrise.

Une colle est posée :

Comment, alors, « diriger la compréhension spirituelle du peuple et consolider leur identité spirituelle », après la destruction du Temple ? Qui va faire l’expiation ?
C’est là tout le défi pour « ceux qui devenaient les gardiens du Judaïsme ». Mais c’est aussi justement là que l’accomplissement de la Fête des Expiations par Jésus devint une apologétique incontestable pour la foi chrétienne.
Jésus se rendait parfaitement compte de l’impact radical de ses paroles lorsqu’il proclama : détruisez ce temple et en trois jours je le relèverai« .
Par ses paroles-qui scandalisèrent les dirigeants juifs de son temps et qui devinrent l’accusation principale durant son procès***-
« Il annonçait en fait sa mort et sa résurrection,**** et comment il allait accomplir le but ultime et la signification de ce que représentait le Temple ».
Mais, précise David Brickner, Jésus a aussi accompli le rôle des prêtres : bien que n’étant pas un descendant d’Aaron, Jésus est identifié par l’auteur de l’épître aux Hébreux comme étant un Grand Prêtre supérieur, selon l’ordre de Melchisédek (Hebr.5-7)
Pour cette raison, Il était capable de faire une fois pour toutes l’expiation pour nous après sa mort et sa résurrection. Le jour où notre Grand Prêtre Jésus « pénétra derrière le voile »(Hébr.6v19) était l’ultime Jour des Expiations, le jour où Il obtient un pardon durable du péché pour tous ceux qui placent leur confiance en Lui.
Assurément, le Jour des expiations, les sacrifices du Temple et la prêtrise ont tous été accomplis en la personne de Jésus-Christ ».

Autant de raisons, conclut David Brickner, pour célébrer cette fête(au même titre que la précédente), durant ce mois de septembre.
Et ce, afin que Christ soit (re)connu dans les Grands Jours de Fête et afin que quiconque reçoive le salut éternel en Jésus-Christ.

Alors, « bon vendredi 13 » 😉 et, surtout, bon Jour des Expiations !

HAG SAMEAH !

 

 

Notes :
*Brickner, David. « Christ dans les Grands Jours de Fête ». Article publié dans la dernière lettre de nouvelles de Juifs Pour Jésus(septembre 2013, numéro 48)
**Voir Lévitique 23v27 et Lévitique 16, pour son détail et la conclusion(v30) : « en ce jour, on fera propitiation sur vous afin de vous purifier; vous serez purs de tous vos péchés devant l’Éternel. »
*** Marc 14v57-58
****Voir Jean 2v18-22 : « Les Juifs, prenant la parole, lui dirent : Quel miracle nous montres-tu, pour agir de la sorte ? Jésus leur répondit : Détruisez ce temple, et en trois jours je le relèverai.Les Juifs dirent : Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce temple, et toi, en trois jours tu le relèveras ! Mais il parlait du temple de son corps. C’est pourquoi, lorsqu’il fut ressuscité des morts, ses disciples se souvinrent qu’il avait dit cela, et ils crurent à l’Écriture et à la parole que Jésus avait dite ».

Pep’s café lungo : « et il ne sera question de confondre… »

…..car le Roi de justice vous restaure et vous transforme !

(Après son « expresso », Pep’s café ! vous invite à déguster son « lungo »)

 

http://www.publicdomainpictures.net/view-image.php?image=21104&picture=cafe&large=1 Dieu a le pouvoir de vous aider, de vous restaurer et de vous transformer...

http://www.publicdomainpictures.net/view-image.php?image=21104&picture=cafe&large=1
Dieu a le pouvoir de vous aider, de vous restaurer et de vous transformer…

A l’heure où le cynisme, l’injustice et l’immoralité sont érigés en vertus, la réponse de Dieu à cette confusion et au fatalisme :

« Voilà qu’un roi régnera alors pour la justice et que des princes gouverneront pour le droit.
 Ils seront tous comme un refuge contre le vent et un abri contre l’orage, comme des cours d’eau dans des lieux arides,
comme l’ombre d’un rocher puissant sur un sol altéré.
Ceux qui voient n’auront plus les yeux troubles, ceux qui entendent prêteront une oreille attentive.
L’intelligence des gens légers apprendra à connaître, et la langue des bègues s’exprimera avec facilité et clarté.
L’homme pervers ne sera plus qualifié de noble et le fourbe ne passera plus pour généreux.
Car l’homme pervers débite des propos pervers, son cœur machine l’iniquité, pour accomplir des actions scélérates, proférer contre Dieu des faussetés,
pour faire languir d’inanition celui qui a faim et priver de breuvage celui qui a soif.
Le fourbe, ses armes sont mauvaises; il trame des projets perfides, afin de perdre les pauvres par des paroles de mensonge et l’indigent qui réclame son droit ».
(Es.32v1-7*)

 

Et un encouragement à la noblesse. La vraie :

L’homme généreux, lui, ne conçoit que des desseins généreux, et il persévère dans sa noblesse.

« L’homme généreux, lui, ne conçoit que des desseins généreux, et il persévère dans sa noblesse »(v8)**.

 

Sur ce, bon vendredi 13 ! 😉

 

 

Notes :

* Dans la traduction du Rabbinat français

** Ou : « Mais celui qui est noble forme de nobles desseins, Et il persévère dans ses nobles desseins »(Version Segond).