En ce moment j’écoute : « Eveille-toi, mon âme »

Le cœur rassuré, mon Dieu, je vais chanter un hymne : voilà ma gloire !

Réveillez-vous, harpe et lyre, je vais réveiller l’aurore. (Ps.108v2-3)

Voici ce magnifique chant de Samuel Olivier et du collectif cieux ouverts, interprété par la chorale d’enfants Aquarium, avec Estelle Besingrand au violoncelle, Evodie Gonzalez au piano et Christophe Blanc à la réalisation du clip.

Louer Dieu : c’est facile et compliqué « en même temps »

« Louez Dieu » ? Répondre à la question est un jeu d’enfant. Le vivre est plus compliqué…

« Louez Dieu », ça veut dire quoi ?

La réponse à cette question n’est pas difficile. Louer Dieu fait partie de notre vie : par son Esprit, Dieu fait monter en nous une reconnaissance de qui il est et pour qui il est. La louange est donc une attitude qui, tout à la fois, dit qui est Dieu et l’honore. C’est l’oeuvre du Saint Esprit en nous.

Nous trouvons dans les Ecritures plusieurs versets qui nous parlent de ce sujet :

  • Dans le Premier Testament, le livre de louange par excellence, c’est le livre des Psaumes. Les psalmistes invitent les fidèles à dire comment Dieu est bon, fidèle, puissant, miséricordieux et juste. Cet appel est lancé non seulement aux peuples, mais aussi à toute la création – les montagnes, la mer, la lune, les astres, le monde animal.
  • Dans le psaume 33, il est dit que la louange de Dieu est quelque chose qui est propre aux justes ; comme il est propre aux oiseaux de voler et aux poissons de nager, il est propre aux hommes droits de louer Dieu. Mais louer uniquement en paroles n’est pas ce que désire Dieu.
  • Dans le livre du prophète Esaïe, Il reproche à son peuple de le louer avec leurs bouches, tandis que leurs cœurs sont éloignés de lui (Esaïe 29:13).
  • Jésus reprend cette idée, en disant que « l’heure vient, et elle est déjà là, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité. En effet, ce sont là les adorateurs que recherche le Père » (Jean 4:23).
  • Dans ce même évangile, Jésus explique que le Père sera glorifié si nous portons beaucoup de fruit (Jean 15:8). Dieu attend donc de nous que nous le louions par nos actes. Et plus tard, l’apôtre Pierre écrira que même les non-croyants seront amenés à louer Dieu quand ils remarqueront notre « belle manière d’agir » (1 Pierre 2:12).

Alors, oui, il n’est pas si difficile de répondre à la question : « qu’est-ce que la louange? ». Ce qui est très compliqué, c’est d’appliquer cette réponse à notre vie de tous les jours.

La suite ici.

 

Mon témoignage inspire-t-il la crainte de Dieu ?

Voici une récente lecture du psaume 40, de David :

J’ai attendu, attendu le SEIGNEUR :
il s’est penché vers moi, il a entendu mon cri,

il m’a tiré du gouffre tumultueux,
de la vase des grands fonds.
Il m’a remis debout, les pieds sur le rocher,
il a assuré mes pas.

Il a mis dans ma bouche un chant nouveau,
une louange pour notre Dieu.

Beaucoup verront, ils craindront et compteront sur le SEIGNEUR.

 

Dans son chant de louange, le psalmiste témoigne d’une délivrance personnelle.

Il déclare avoir « attendu, attendu [ou : espéré] le Seigneur » dans une situation particulière de détresse. L’espérance n’est pas « l’espoir » (le probable) mais le possible de la foi, qui croit qu’à Dieu, le seul sauveur, tout est possible (cf Marc 9v23).

Le Seigneur « s’est penché », incliné, pour entendre le cri du psalmiste (cf Exode 2v23-25). Ce cri est un cri de détresse face au constat d’une situation sans issue, dans laquelle il s’est littéralement embourbé.

Le mouvement est descendant, le Seigneur allant vers celui qui est perdu. Le Seigneur se penche et, ayant entendu le cri, il ne reste pas sourd mais répond en retirant le psalmiste « de la fosse de destruction », sans faire de reproche et sans condition, sinon celle de départ : le psalmiste reconnaissant sa détresse. En effet, le Seigneur est le sauveur de celui qui reconnaît en avoir besoin !

Le Seigneur le sauve, le redresse et le rétablit.

Le salut vient de Lui seul : nous ne participons, ni ne contribuons à notre salut. Notre naissance, notre intelligence, notre richesse, notre force, nos relations, ne nous sont d’aucun secours pour nous en sortir. Même « le chant nouveau », spontané, de louange du psalmiste ne vient pas de lui, puisque le Seigneur le lui met dans la bouche !

Dieu « dresse ses pieds sur le roc » et « affermit ses pas », l’encourageant à se garder de toute rechute (cf Jean 5v14).

« Beaucoup le verront et auront de la crainte, ils se confieront dans le Seigneur » (v4). La délivrance n’est pas un simple « truc cool » qui m’est arrivé « juste pour moi ». Témoigner de ma délivrance est censé conduire de nouveaux adorateurs au Seigneur.

Ainsi, notre vie transformée inspire-t-elle la crainte de Dieu à ceux qui en sont témoins ? Sont-ils ainsi conduits à se confier en Lui seul et à faire alliance avec Lui ?

En ce moment, j’écoute « Fais pleuvoir – Let it rain »

 

« Notre Père qui est aux cieux ( ….) fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et tomber la pluie sur les justes et les injustes » (Matt.5v45)

« Celui qui fait la terre par sa puissance, qui établit le monde par sa sagesse, et qui, par son intelligence, déploie les cieux, du fait qu’il accumule des eaux torrentielles dans les cieux, qu’il fait monter de gros nuages des confins de la terre, qu’il déclenche la pluie par des éclairs, qu’il fait sortir les vents de ses coffres, tout homme demeure hébété, interdit…. » (Jer.10v12-14)

 

En ce moment, j’écoute « Montre-moi l’aurore » (« The Power of the Cross ») de Keith Getty et Stuart Townend

Voici un très bel hymne moderne, particulièrement profond, que l’on croirait composé il y a un siècle. Il nous invite à contempler ce « jour le plus noir » où Christ a été « jugé par des pécheurs, battu et cloué sur une croix ». Il célèbre aussi « la puissance de (cette) croix », sur laquelle « Christ s’est fait péché pour moi », a pris sur lui la colère, et par laquelle je suis pardonné. Écrit en 2005 par Keith Getty et Stuart Townend, dont la première collaboration, en juin 2001, a donné le fameux « En Jésus seul » (In Christ Alone).

A jamais (Brian Johnson)

Les étoiles ont pleuré,
Le soleil s’est voilé,
Car le Sauveur du monde était tombé.
Son corps sur une croix,
Son sang versé pour moi,
Sur ses épaules, le poids de nos péchés.

A son tout dernier souffle,
Le ciel s’est détourné.
Le Fils de Dieu gisait dans les ténèbres.
Une guerre dans le tombeau,
Livrée contre la mort,
Pour terrasser l’enfer à jamais.

Alors la terre trembla,
La pierre fut roulée.
L’amour parfait n’a pu être vaincu.
Mort, où est ton pouvoir ?
Le Roi ressuscité
A remporté la victoire.

À jamais Il est glorifié,
À jamais, il est élevé,
A jamais ressuscité,
Il est vivant, Il est vivant.

2013 Brian Johnson (adaptation de Séphora Bastrash)

Deux chants (sinon rien) sur Jésus

Voici deux chants dont le sujet n’est pas nous-mêmes mais tout simplement Jésus.

Parce que Jésus est non seulement « le Roi des rois et le Seigneur des seigneurs », et digne d’adoration. Il est, tout simplement.

1) « Jésus », de Chris Tomlin (2016).

Thomas, de La Rebellution, qui a consacré un article sur le chanteur-compositeur, propose la traduction suivante de ce chant :

« Cette vérité, plus vieille que les âges
Cette promesse, que des choses sont sur le point d’arriver
Il n’y a eu qu’un, né pour nous sauver, Jésus

Cette lumière, qui submerge les ténèbres
Et ce royaume, qui règne pour toujours
Cette délivrance des chaînes qui nous retiennent
Jésus, Jésus

Il marche sur l’eau, commande les océans,
Se tient près de moi dans la douleur
Il rugit comme un lion,
A saigné comme un agneau
Ses mains portent ma restauration
Il est Jésus.

Il y a un nom que j’appelle dans le combat
Et ce chant qui apaise dans la nuit
Il y a une voix qui calme les tempêtes
C’est Jésus, Jésus.

Messie ! Mon Sauveur ! Que ton nom est puissant !
Tu es mon Rocher, mon Rédempteur !
Que ton nom est puissant !

Tu marches sur l’eau, commande les océans
Te tiens près de moi dans la douleur
Tu rugis comme un lion
Tu as saigné comme un agneau
Tes mains portent ma restauration
Tu es Jésus. »

2) « Jésus est » de Matt Marvane (Album « Résistance », 2017)

Voici les paroles :

Emmanuel, il est venu sur Terre

Toujours fidèle à la voix de son Père

Sans dire un seul mot pour briller

Il a choisi d’aimer

Malgré la souffrance, les clous et la lance

Il a porté tous nos péchés

Ami du pécheur, notre rédempteur

Jésus est l’exemple parfait

Ressuscité Il a vaincu la mort

L’humanité a trouvé son trésor

Humble serviteur humilié

Que le Père a nommé Grand Roi Eternel, acclamé du Ciel

Par tous les saints et tous les anges

A lui la victoire, l’honneur et la gloire

Jésus est le Sauveur parfait

Nos cœurs sont prêts à partir avec lui

Il est la paix que nous avons choisie

Il revient bientôt nous chercher

Pour toute Eternité

Plus de cris, de larmes, sauveur de nos âmes

Nous bénirons son Divin Nom

Notre récompense, vivre en sa présence

Jésus est le Seigneur parfait

« Tout, tout, tout autour de moi…parle de toi ! »

 

Vidéo[avec un chant de Philippe Decourroux] réalisée afin d’accompagner la conférence « Annoncez le à toute la création » donnée par Nathanaël Bechdolff en juillet 2016 dans le Gard à L’Etoile du Matin (l’Espèrou), à Osny (Val d’Oise) et à Fives-Lille (Nord). Le texte de ladite conférence est à découvrir sur le site « Construire une éthique sociale chrétienne » de mon ami Alain Ledain. Ne manquez pas de le saluer et de l’encourager de ma part, si vous vous y rendez.