« Veille sur toi-même et sur ton enseignement » : une exhortation pour tout enseignant, moniteur et parent

(Ce qui suit a été reçu le 05/02/10. A la base, il y a eu une discussion avec un jeune adulte sur la parabole de l’ivraie. Laquelle discussion m’a, de fil en aiguile, conduit à toute une réflexion. Celle-ci, mise une première fois par écrit, a été reformulée le 27/10/11, synthétisée et transmise comme exhortation à des moniteurs d’école du dimanche et parents le 13/05/12. Je la publie ici en espérant qu’elle sera utile)

Pourquoi une telle exhortation ?

Mare et poulains par Karen Allen

Mare et poulains par Karen Allen

Parce que tout enseignant est confronté au défi suivant en ces temps difficiles que nous vivons : répondre à un refus d’apprendre/d’être enseigné et à un rejet de ce qui nourrit.

Or, nous ne devons pas nous décourager et nous souvenir que Dieu nous dit qu’ «aujourd’hui est le jour du salut !»(2 cor.6v2) : nous devons être, à la fois actifs et persévérants pour le Seigneur, et actifs pour chercher, transmettre la vérité. Car, combien de temps encore pourrons-nous le faire ? Le Seigneur « revient bientôt », « promptement ». Nous, chrétiens, vivons dans cette espérance de son retour et comme si ce jour était le dernier.

Recentrons-nous sur les priorités : pour nous, enseignants, moniteurs, ou parents, ces priorités que nous avons choisis sont les enfants et la Parole de Dieu. Seules choses « durables » et éternelles.

Dans cette perspective, la présente exhortation se résumera à  : « veille sur toi-même » et « sur ton enseignement ».

Passages de référence : 1 et 2 Timothée ; 2 Rois 2, 4, 6(exemples d’Elisée)

I)« Veille sur toi-même »

Tout enseignant enseigne d’abord ce qu’il est. Nous, enseignants, moniteurs et parents,

Vigne par gabile gabile Soyons attachés au cep pour porter du fruit

Vigne par gabile gabile
Soyons attachés au cep pour porter du fruit

nous sommes ce que nous sommes, parce que nous sommes avant tout rattachés « au Cep », le Seigneur Jésus-Christ. Parce que nous connaissons Jésus-Christ comme sauveur et seigneur de nos vies.

A)Nous sommes exhortés à persévérer dans la fidélité et le témoignage.

Dans 1 et 2 Timothée (lettre de Paul à son disciple, Timothée), plusieurs verbes à l’impératif : « garde », « demeure », « tiens ferme ». Dieu nous demande « d’être » et de « vivre », plus que de « faire ».

« Garde-toi (ou conserve-toi) pur » (1 Tim.5v22), c’est-à-dire, « sans mélange », sans compromis.

« Sois un modèle…en paroles, en conduite, en amour, en foi, en pureté » (1 tim.4v12)

« Garde le bon dépôt » (2 Tim.1v13-14, 1 Tim.6v20)

« Combat le bon combat, en gardant la foi et une bonne conscience » (1 Tim.1v18)

Child and Book par George Hodan Demeurons dans un enseignement d'avenir

Child and Book par George Hodan
Demeurons dans un enseignement d’avenir

« Demeure dans les choses que tu as apprises et reconnues certaines » (2 Tim.3v14)

Nous sommes exhortés à « nous exercer » et « à rechercher » : ici, toujours dans Timothée, un mot-clé, qui revient avec une certaine insistance. C’est-là la clé, ce qui fait la différence. C’est le mot « piété » : ce qui plaît à Dieu. Cultivons donc l’amour et l’amitié de Dieu.

« Exerce-toi à la piété » (1 Tim.4v8, 6v6) ; « Recherche la piété » (1 Tim.6v11)

Une promesse :

« Le Seigneur sait délivrer de l’épreuve les hommes pieux » (2 Pie.2v9) ; Dieu « aime la piété et non les sacrifices… » (Osée 6v6)

Dieu réclame de nous un élan du cœur, un don de l’être tout entier par amour : c’est ce qui motive aussi pour enseigner les (nos) enfants.

« Le mystère de la piété est grand » : l’incarnation et la glorification du Seigneur (1 Tim.3v16)

« La doctrine est selon la piété » (1 Tim.6v3)

B) Nous sommes exhortés à « déclarer », « exposer », « rappeler », «enseigner la vérité » (1 Tim.4v6, 11 ; 2 tim.2v14 ; 2 Tim.4v2)

« Présente-toi devant Dieu comme un homme éprouvé (…) qui dispense droitement la parole de la vérité » (2 Tim.2v15)

« Reprends », « exhorte » (1 Tim.5v20-21 ; 2 Tim.2v24-25 ; 2 tim.4v2)

« Applique-toi à la lecture…à l’enseignement. » (1 tim.4v13, 2 tim.3v15-17) : sois un homme (ou une femme) de la Parole de Dieu !

[Parenthèse pratique : mieux vaut une modeste lecture sur un temps court, mais régulière, systématique et suivie d’un livre – commencer par un « petit livre », comme 1 Jean, Galates, Philippiens…puis Jean, Deutéronome, Esaïe « le cinquième évangile ». Exemples de plans de lecture ici]

II) « Veille sur ton enseignement » (1 Tim.4v16)

Sur quoi ou sur qui se recentrer, recentrer ? Quel doit être le nœud de notre enseignement ?

Trois exemples avec Elisée, « un type de Christ » :

A)« Les eaux de Jéricho » (2 Rois 2v19-22) : la grâce de Dieu
B)« La mort dans la marmite » (2 Rois 4v38-41) : Christ, dans son humanité, son incarnation
C)« La cognée perdue » (2 Rois 6v1-7) : la croix qui libère

A)« Les eaux de Jéricho »

« les eaux sont mauvaises » et le pays « stérile » (2 Rois 2v19). Il est important de remonter à la source du mal (v21). Du sel est ajouté, « jeté » à la source des eaux, qui furent « assainies » et « il n’en proviendra plus ni mort, ni stérilité » (v21-22).

Cristaux pour le bain par Talia Felix

Cristaux pour le bain par Talia Felix

Le sel purifie et renvoie à la grâce de Dieu : « ayez toujours une parole pleine de grâce, assaisonnée de sel, pour communiquer la grâce… » (Col.4v6)

B)« La mort dans la marmite » 

Un contexte de famine (2 Rois 4v38) : que donner à manger ?
On décide de cuire un potage. Mais le contenu du potage est rendu amer par des « coloquintes sauvages », que « l’on ne connaissait pas » (v39). Nous tous, moniteurs, contribuons « à faire la soupe », mais veillons à ne rien apporter quoique ce soit de contraire à Christ et à la Bible.
A noter que la marmite n’a pas été renversée : de la farine a été ajoutée au contenu.
La farine renvoie au pain, donc au corps de Christ « donné  pour nous » (Luc 22v19).

Est-il prêt par Donna Cosmato

Est-il prêt par Donna Cosmato

Cela nous parle de Christ dans son humanité, son incarnation (cf 1 Jean 1v1-4. « Tout esprit qui déclare publiquement que Jésus-Christ est venu en chair est de Dieu », cf 1 Jean 4v1-3).

C)« La cognée perdue »(2 rois 6v1-7) 

« Elisée coupa un morceau de bois, le jeta à la place de la cognée perdue et fit surnager le fer ». Le bois « libère le fer » : de même, la croix nous a libéré de la mort qui nous retenait captif. (Comparer avec Exode 15v22-27).

Traverser par Radu Pasca

Traverser par Radu Pasca

Enseigner la croix est essentiel, car sans la croix on n’a pas enseigné l’évangile. C’est le seul chemin qu’a suivit le Seigneur, bien que le diable ait tenté (sans succès) de lui faire prendre « un raccourci », de même que Pierre sans doute bien intentionné(« surtout pas ce chemin-là, voyons, Seigneur »…)

Au centre de notre enseignement et de notre vie chrétienne : la grâce, la personne de Christ « parfaitement Dieu et parfaitement homme », la croix.

Nous devons donc enseigner une personne, car la vérité est une personne : « la vérité est en Jésus » (Ephésiens 4v21), qui se présente comme lui-même comme « le chemin, la vérité et la vie »(Jean 14v6).

Conclusion : Quelques mots-clés

Le mot du diable est toujours « demain », « plus tard ». De toute façon, il trouve toujours quelque chose à faire pour nous occuper…et nous rendre dépendants de choses qui nous asservissent.(alcool, drogue, jeu, travail, sport, divertissement…technologie !)

Le mot de Dieu est toujours « aujourd’hui », car « aujourd’hui est le jour du salut »(2 Cor.6v2). Demain sera sans doute trop tard.

Le Seigneur revient. Le temps est à l’urgence. Profitons-en pour être actif dans et pour le Seigneur.

Trois mots d’ordre :

"3 singes modernes"Ceux du monde (cf les 3 convoitises de 1 Jean 2v16)sont : « consomme », « amuse-toi » et « sois (reste) jeune ».

Ceux de Dieu (2 Tim.2v3-6), sachant que nous sommes exhortés à «se « fortifier dans la grâce qui est en Jésus-Christ »(2 Tim.2v1) et à « souffrir comme des bons soldats de Jésus-Christ »(2 Tim.2v3), à dire non à nous-même et oui à Dieu, car cela a été le chemin du Seigneur sur la terre :

Toujours Ensemble par George Hodan

Toujours Ensemble par George Hodan

« Plais » au Seigneur, sois loyal envers Lui (image du soldat) ; « respecte les règles »(image de l’athlète) et ne prends pas de raccourcis ; « travaille en prenant de la peine », si tu veux récolter les fruits(image du cultivateur)

Ne te décourage pas ! (2 Tim.4v5)

Opposants au « Mariage pour tous » : par où continuer ?

 

Dans un billet sur son blog, datant du 22/04/13, Patrice de Plunkett renvoit à une émission de France Info, « fort instructive », selon lui, lors de laquelle Tugdual Derville-l’un des porte-parole de « La Manif pour tous »- « rappelait le seul objectif de la mobilisation de masse : défendre la famille et la filiation contre le saccage de l’état-civil.

A France Inter, les débatteurs constataient l’absence d’incidents hier à Paris et l’émergence du phénomène des Veilleurs : courant jeune, gandhiste, et immunisé radicalement contre… la « radicalisation »(…)

Cela dit, par où continuer ? Le pari des manifestations à répétition ne peut durer indéfiniment, ne serait-ce qu’en raison des vacances : celles de printemps et celles d’été. Présenter des candidats aux municipales est une idée, mais lointaine. Dans l’entre-deux, il est urgent de lancer le mouvement d’écologie humaine auquel Tugdual Derville a fait de nouveau allusion (…) à France Info. A la condition d’aller réellement au fond des choses, c’est-à-dire jusqu’à la mise en cause du modèle économique dominant.

Par où continuer ?

« par une manif pour tous pour les victimes de trafics d’humains, les prostitués, handicapés, les abandonnés… pour les Français !(…)
pour les paysans, réduits en quasi servage par les supermarchés et l’agro alimentaire
pour les marins-pécheurs :idem
pour les français d’outre-mer victimes de la corruption administrative et dont on ne s’occupe pas parce que eux ne font pas de chantage à l’indépendance
pour les habitants de régions touristiques (leurs élus, prostitués à la manne touristique, les oublient complètement)
pour les profs qui passent leur temps à faire le boulot de parents,
pour les parents qui font le boulot de l’éducation nationale
pour les femmes qui « s’excusent de demander pardon » à leur employeur d’être enceintes
pour les maires courageux qui résistent au chantage de Valéo
pour les prisonniers abandonnés dans les zones de non-droits que sont les prisons
pour les avortées qui sont sommées de ne pas parler de leurs troubles psychologiques
(…)
pour la dignité du corps
pour les familles éclatées par l’économie folle
pour le droit à la beauté, à l’intelligence dans les médias
pour les villages ravagés par une autoroute inutile
pour les déracinés »

commente le même jour l’ internaute E. Levavasseur, en réponse au billet du journaliste.

Par où continuer ?

Au lendemain du vote solennel adoptant la Loi Taubira en assemblée nationale hier soir, Patrice de Plunkett, encore, rappelle, dans un billet posté le 24/04/13  « tout  l’engrenage du « changement de civilisation » annoncé par Madame la Garde des Sceaux :

: Vieux engins par Peter Griffin

: Vieux engins par Peter Griffin

Loi Taubira > PMA > GPA »

Car, explique  le journaliste, « la loi votée hier est vide tant que les réseaux biotechnologiques n’auront pas le feu vert. Ils pensent l’obtenir.

L’un de ces réseaux a ouvert une antenne à Paris avant même le vote de la loi.

Le fond du problème est là : la dislocation de la filiation, et l’artificalisation du vivant, sont voulues par le système économique et commercial occidental. D’où l’engagement spectaculaire de Goldman Sachs (et autres) pour booster ce processus aux Etats-Unis et en Europe.

Disons-le aux centaines de milliers d’indignés par la loi Taubira : maintenant il faut comprendre que le libéralisme sociétal est inséparable du libéralisme économique et financier ; on ne combat pas les effets sans combattre la cause.

Sur le terrain, des Français de tous bords et des immigrés de toutes origines se rencontrent dans ce combat pour l’humain. Cette rencontre doit devenir un creuset ».

« Notre regard sur…notre propre regard » !

« Jésus l’ayant regardé, l’aima… »(Marc 10v21)

Que regardons-nous ?

Comment regardons-nous ?

Sommes-nous aveugles (ou insensibles) de tant voir notre planète ou nos semblables ?
Pour mieux répondre à cette question, voici un petit test :

Visionnons donc « L’île aux fleurs », court métrage documentaire brésilien réalisé par Jorge Furtado, sorti en 1989 et d’une durée exacte de 12 minutes 36 secondes : soit le temps durant lequel nous suivons le parcours d’une tomate, depuis sa production dans la plantation de M. Suzuki, jusqu’à son point d’arrivée, « l’île aux Fleurs »…

Entre temps, nous aurons eu les réponses aux questions suivantes :

 

Tomates par Vera Kratochvil

Tomates par Vera Kratochvil

Qu’est-ce qu’une tomate ?

Qu’est-ce qu’un

Bright Idea par zaldy icaonapo

Bright Idea par zaldy icaonapo

être humain ?

Qu’est-ce que l’argent ?

Qu’est-ce qui est

Petit cochon par Peter Griffin

Petit cochon par Peter Griffin

bon ou mauvais pour l’un et l’autre ?

Qu’est-ce que la liberté ?….

Et, surtout, que venons-nous de voir ? Quel est le message véhiculé ?

« L’île aux fleurs » a obtenu les récompenses suivantes :
• Meilleur court-métrage, Meilleur montage, Meilleur scénario et Prix de la critique et du public au Festival de Gramado, 1989
• Ours d’argent au Festival de Berlin, 1990 – Prix de la critique et du public au – Festival de Clermont-Ferrand, 1991
• Prix du public de la compétition « No Budget » au Festival de Hambourg, 1991.
Il est disponible sur le DVD anniversaire des 25 ans du « Festival de courts métrages de Clermont-Ferrand », édité par le magazine Repérages et visible ici.

Avant toutes choses, prenez le temps de regarder attentivement ce film. Réfléchissez à ce que vous venez de regarder. Et n’hésitez pas à laisser vos réflexions, réactions et commentaires.
Enfin et seulement enfin, vous pourrez lire les analyses disponibles ici, ou .

Bonne vision et bonne réflexion !

« Ou bien(les biens), ou bien(les personnes) »

 Et le roi de Sodome dit à Abram: Donne-moi les personnes, et prends les biens pour toi.(Gen.14v21-24)

Illustré par ce titre aux accents kierkegaardiens, ce qui est présenté

Menu de la vie par Frits Ahlefeldt Un choix évident ?

Menu de la vie par Frits Ahlefeldt
Un choix évident ?

comme un choix entre deux alternatives ne devrait jamais être cornélien.

 

 

 

 

 En réalité, le choix est simple, pour ne pas dire évident :

 

étal de marché avec des personnes par Brunhilde Reinig Les personnes sauraient-elles faire l'objet d'un marchandage ?

étal de marché avec des personnes par Brunhilde Reinig
Les personnes sauraient-elles faire l’objet d’un marchandage ?

 

Ne jamais sacrifier les personnes aux biens…

 

 

 

 

« On en calcula le prix… » ou Actes 19v18-20 « XXIe »

Rêvons un peu….

Imaginons les effets d’une prédication sur Actes 19v18-20, adaptée à un auditoire du XXIe siècle :

Téléphone cellulaire brisé par Petr Kratochvil

Téléphone cellulaire brisé par Petr Kratochvil

Et plusieurs de ceux qui avaient cru s’engagèrent à couper leur portable pendant deux heures durant le culte, chaque dimanche matin. Et un assez grand nombre, ayant apporté leurs smartphones, tablettes numériques et autres nomades…, les détruisirent en présence de tous. Et on en calcula le prix, et on trouva qu’il se montait à environ 70.000 euros. Ainsi la parole du Seigneur progressait avec force et manifestait sa puissance. (Actes 19v18-20)

Voilà un geste radical pour exprimer une volonté d’abandonner tout ce qui est susceptible de nous asservir[dans l’original du texte, il s’agit de livres de magie]. Néanmoins, un tel geste-s’il est nécessaire-reste insuffisant.

Il convient aussi, en effet, d’

Eduquer au jugement

A la question du « comment mieux éduquer » sur le plan de l’usage des outils numériques et jeux vidéos (pas seulement les enfants ou les jeunes), on trouvera une fort pertinente et intéressante réponse sur E-media.ch (un portail romand de l’éducation aux médias) :

Voir ce conseil aux parents(parmi d’autres), dans  « Smartphones. Tous accros », de Sabine Pirolt, publié dans L’Hebdo daté du 21/03/13 : Montrer l’exemple, c’est à dire ne pas vivre avec son smartphone à la maison (…) « on n’éduque pas avec des trucs qui changent le comportement d’un jeune du jour au lendemain. Il faut prendre la peine de soi-même se former, puis dire, transmettre, surveiller, revenir à la charge et développer le  jugement du jeune », rappelle Jean-Charles Nayebi, auteur d’ « enfants et adolescents face au numérique »(Odile Jacob)

Voir encore le dossier « impact des médias » sur les individus et la société :
http://www.e-media.ch/CMS/default.asp?ID=1023

Le site du docteur Nayebi :

http://nayebi.fr//index.htm

Et encore :

http://www.pearltrees.com/#/N-f=1_3215227&N-fa=2639456&N-p=24065808&N-play=0&N-s=1_3215227&N-u=1_262478

« Veillons et prions » : percevons l’enjeu spirituel !

Bored femme étudie par Petr Kratochvil Tu n'as pu veiller une heure avec moi ? demande Jésus

Bored femme étudie par Petr Kratochvil
Tu n’as pu veiller une heure avec moi ? demande Jésus

Les disciples n’avaient pas pu « veiller une heure » avec Jésus.

Sans doute parce qu’ils n’avaient pas saisi tout l’enjeu de cette nuit décrite dans les évangiles : Matthieu 26; Marc 14, Luc 22, Jean 18.

« La nuit où le Seigneur fut livré »(1 Cor.11v23).

Cette nuit où le diable semble avoir jeté toutes ses forces contre Jésus.

Cette nuit où le Seigneur Jésus a peut-être été tenté de remonter au ciel, seul, sans passer par la croix(Marc 14v32-36 ; Matt.26v36-39)

Cette nuit où Il a été abandonné de tous, trahi par l’un et renié trois fois par un autre.

Néanmoins, lors de cette nuit, « l’heure (de ses ennemis)et la puissance des ténèbres »(Luc 22v53), une lueur demeure, avec pour encouragements la Parole et l’exemple du Seigneur :

-Il annonce précédemment à ses disciples tout ce qui va se passer(Luc 22v14-22…Matt.26v1, 18 et ss; etc…), preuve qu’il « ne subit pas » et qu’Il accomplit la volonté de Celui qui l’a envoyé : « que ta volonté soit faite » sera le dernier mot(avec le « tout est accomplit » cf Jean 19v30)

Il enseigne ses disciples au sujet de l’identité de notre véritable ennemi, avec la chair et le monde : « le diable, le meurtrier dès le commencement(celui d’Abel, premier témoin du Christ par anticipation cf Gen.4v4, 8 ; celui des générations de Moïse-Ex.1v15-22-et de Jésus-Matt.2v16), le menteur et le père du mensonge »(Jean 8v44)

En effet, il est bon et nécessaire de se rappeler que notre lutte « n’est pas contre la chair et le sang… »(Eph.6v12).

Jouer aux échecs par Andrew Schmidt Soyons "attentifs ensemble", quant à l'enjeu du combat spirituel

Jouer aux échecs par Andrew Schmidt
Soyons « attentifs ensemble », quant à l’enjeu du combat spirituel

C’est pourquoi, ayant pris en considération toute la réalité et l’enjeu de ce combat spirituel,

« veillons et prions » : car « si l’esprit est prompt, la chair est bien faible », dit Jésus(Marc 14v38)

« Que ta volonté soit faite »(Luc 22v42, Jean 6v3) : là est la clé. Afin que Dieu seul soit glorifié dans tout ce que nous faisons pour et avec Lui. C’est ce qui a motivé le Seigneur durant son ministère et à Gethsémané.

« Travaillons tant qu’il fait jour » : tant que nous sommes dans ce monde, nous sommes la lumière du monde (Jean 9v4-5 ; Matt.5v14), à l’instar du Seigneur Lui-même.

« Veillons et prions », « travaillons », « les armes à la main », comme au temps de Néhémie(8v17), et en nous souvenant que nos armes ne sont pas charnelles, mais spirituelles. En Ephésiens 6v10-17  sont détaillées les armes dont nous disposons : « le casque du salut »(protégeant les pensées), « la cuirasse de la justice »(qui protège le coeur), « le bouclier de la foi »(« pour éteindre les dards enflammés du malin »)…et la seule arme offensive qui est « l’épée de l’esprit » ou la Parole de Dieu. Sachons manier celle-ci, non contre nos semblables, notre prochain ou notre frère, ou même les autorités de notre pays(instituées par Dieu, cf Rom.13v1-2)-« la chair et le sang »-mais contre le bon adversaire.

Tard dans la nuit par Jani Ravas

Tard dans la nuit par Jani Ravas

« Veillons et prions », en exerçant le discernement, don de Dieu(1 Cor.12v10), comme « des hommes faits »(Hébr.5v14)

« Travaillons, tant qu’il fait jour » et soyons ce que nous sommes : « des enfants de la lumière et du jour »(1 Thes.5v5), à l’image de notre sauveur et seigneur ; marchons comme des enfants de lumière(Eph.5v8), à l’image de notre Dieu et Père céleste, « qui est lumière » et en qui il n’y a pas de ténèbres »(1 Jean 1v5). Et produisons le fruit de la lumière : bonté, justice, vérité »(Eph.5v9)

« Veillons et soyons sobres »(1 Thes.5v6)

« Mon esprit ne se lassera point d’être avec vous… » dit le Seigneur

Coucher du soleil par Anna Langova "Tu respecteras cet amour et cette alliance".

Coucher du soleil par Anna Langova
« Tu respecteras cet amour et cette alliance ».

Je fixerai ma résidence au milieu de vous, et mon esprit ne se lassera point d’être avec vous ; mais je me complairai au milieu de vous, et je serai votre Divinité, et vous serez mon peuple. Je suis l’Éternel votre Dieu, qui vous ai tirés du pays d’Egypte pour que vous n’y fussiez plus esclaves; et j’ai brisé les barres de votre joug, et je vous ai fait marcher la tête haute.(Lévit.26v11-13. Traduction du Rabbinat français)

Ce passage, lu dans la Bible dite du « Rabbinat français »(et contenant-forcément-le seul « Ancien Testament »), m’a paru avoir une force toute particulière. Il mérite qu’on s’y arrête un instant.

Dans le contexte du passage, les bénédictions sont conditionnées à la fidélité et à l’obéissance aux commandements divins, énumérés précédemment.

Néanmoins, on constate que :

-Dieu souhaite cette communion avec nous et s’y plaît(Il nous attend même « dans le lieu secret »-Matt.6v6)

-Dieu nous a libéré de l’esclavage, pour que nous puissions vivre pleinement cette communion.

Il nous fait connaître le chemin de la vie….(Ps. 16v11) et nous encourage à veiller à tout ce qui peut entraver cette communion. Si besoin, ce Dieu « qui est lumière » nous invite toujours à nous mettre dans sa lumière(1 Jean 1v5-6), pour demeurer dans Sa communion et être couvert par « le sang de Jésus-Christ, Son Fils ».

Dieu « ne se lasse pas d’être avec nous ».

Dieu « ne se lasse pas d’être avec nous ».

Dieu « ne se lasse pas d’être avec nous ».

C’est l’une des plus belles choses que Dieu puisse nous confier. Car c’est une déclaration d’amour de Dieu pour nous.

 

Et nous ?

Jeune femme s'ennuie par Petr Kratochvil Il est essentiel de savoir se ménager du temps sans distraction, pour être à l'écoute de Dieu

Jeune femme s’ennuie par Petr Kratochvil

 

Nous lassons-nous d’être avec Dieu ?

 

 

 

Combien « veillons-nous » avec Lui ?

« Une heure » ? Plus d’une heure ? (Marc 14v37)

 

 

 

Quelle sera notre réponse ?

Tu me feras connaître le chemin de la vie ;

Curieux étudiant par Petr Kratochvil

Curieux étudiant par Petr Kratochvil

ta face est un rassasiement de joie, il y a des plaisirs à ta droite pour toujours.(Ps. 16v11)

« Pour une vie utile, porteuse de sens et sans pub »

« Un autre journalisme est possible », le Manifeste du « mook » (mot-valise pour désigner un « book-magazine »)XXI , plaidait début 2013 pour un « journalisme utile, porteur de sens et sans pub ».

Bien avant lui, on peut discerner de telles exigences dans la vie de deux « héros de la foi » du XIX : Charles Studd et Georges Müller.

"Soyons plein d'espérance !"Dans le tunnel par Adrian Paulino

« Soyons plein d’espérance ! »
Dans le tunnel par Adrian Paulino

« Une vie utile, porteuse de sens (et d’espérance) », car avec et pour Christ, amenant les hommes à Christ.

« Sans pub » : de même qu’un journaliste ne saurait être un « publiciste », ces deux hommes de foi, « serviteurs de Christ », ne dépendaient pas d’ « annonceurs » ou d’intérêts divers, et donc ne cherchaient pas à plaire aux hommes(Gal.1v10). Mais ils annonçaient Christ. « Christ crucifié »(1 Cor.1v23, 1 Cor.2v2). « Christ venu en chair »(1 Jean 4v2). « Christ mort pour nos péchés, enseveli et ressuscité, selon les Ecritures » (1 Cor.15v3-4). Christ, « le même, hier, aujourd’hui et éternellement » (Hébr. 13v8)

« Souvenez-vous de vos conducteurs qui vous ont annoncé la parole de Dieu ; considérez quelle a été la fin de leur vie, et imitez leur foi ».(Hebr.13v7)

Margaret Thatcher : la dame d(u « laisser)faire »

Pommes putréfiées par Petr Kratochvil

Pommes putréfiées par Petr Kratochvil

Cueille-t-on du raisin sur des épines, ou des figues sur des chardons ?
Ainsi tout bon arbre produit de bons fruits, mais l’arbre mauvais produit de mauvais fruits. Un bon arbre ne peut pas produire de mauvais fruits, ni un arbre mauvais produire de bons fruits. Tout arbre qui ne produit pas de bon fruit est coupé et jeté au feu. Ainsi vous les reconnaîtrez à leurs fruits. (Matt.7v16-19)

Faut-il se dispenser de dresser un bilan des figures politiques qui nous ont gouverné, au minimum pendant cinq ans, voire au moins une décennie, et dont l’action a eu des implications sur des millions de personnes ?

En France, que ce soit celui de l’ancien président sortant ou, dans cinq ans,  celui de l’actuel (qui a par ailleurs souhaité être jugé sur « la justice et la jeunesse »), ou encore en Angleterre,

Verre à moitié vide ou à moitié plein ? Tout dépend du point de vue !

Verre à moitié vide ou à moitié plein ? Tout dépend du point de vue !

celui de Margaret Thatcher, ancienne premier ministre de 1979 à 1990(première et seule femme à avoir exercé ces fonctions) et décédée lundi 08/04/13 ?

Laisser tomber par Rostislav Kralik

Laisser tomber par Rostislav Kralik

Tout bilan d’un gouvernant (tout dépend lequel !),  en fin de mandat ou d’un ancien gouvernant tout juste décédé, peut-il être soluble dans « l’imagerie pieuse » ?

A moins qu’il ne s’agisse là d’un exercice incontournable et sain ?

Le chroniqueur Glenn Greenwald (pour le Guardian), explique pourquoi il est permis de critiquer « les morts célèbres » et que « la règle selon laquelle on ne crache pas sur un cadavre n’a pas lieu d’être avec les figures politiques ». Car, «ceux qui admirent la figure publique décédée (et ses politiques), eux, ne gardent pas le silence. Ils exploitent sans vergogne les émotions générées par cette mort pour instituer une hagiographie. (…) Exiger qu’aucune critique ne s’élève pour contrer cette hagiographie, c’est ouvrir la voie à une relecture de l’histoire (…).»

http://www.guardian.co.uk/commentisfree/2013/apr/08/margaret-thatcher-death-etiquette

Patrice de Plunkett, journaliste catholique, choisit de dresser « Le vrai bilan de Margaret Thatcher...que les libéraux ne donnent pas, préférant saluer son idéologie » dans un billet publié sur son blog, le 09/04/13 :

– dérégulation de la finance

– dégradation des infrastructures

– délabrement des services publics

– salariat précaire

– baisse de qualité de l’éducation

– doublement du nombre des pauvres

– accroissement des disparités régionales

– réforme fiscale favorable aux riches, et aggravation des disparités sociales : 60 % de défavorisés ou de précarisés, 40 % de privilégiés.(….)

« Entre le bilan du thatchérisme et la doctrine sociale de l’Eglise catholique, notamment dans l’encyclique Caritas in veritate, l’incompatibilité est donc flagrante à tous points de vue », poursuit Patrice de Plunkett. « C’est que les deux démarches sont antinomiques. Mme Thatcher disait : « les marchés et les intérêts individuels sont la seule réalité, je ne vois rien qu’on puisse appeler ‘la société’ « . Cette affirmation est « à l’opposé de la pensée sociale de l’Eglise », soulignaient à l’époque les journaux catholiques du Royaume-Uni ».

Que diront, quant à eux, les protestants-évangéliques ?

Et le journaliste de questionner encore : « Pourquoi les libéraux français vouent-ils un culte à cette personne ? Parce qu’elle incarne la dictature de leur idéologie sur la réalité. Mme Thatcher se résumait tout entière dans son leit-motiv », qui était aussi son surnom : TINA ou « There Is No Alternative ». C’est toujours le gimmick de nos libéraux, en dépit du désastre (de leur idéologie en 2008). Aujourd’hui Berlin et Bruxelles disent elles aussi « no alternative » pour imposer un carcan aux peuples de l’Europe. Voilà feue Mme Thatcher réconciliée avec cette Europe qu’elle a tant haïe ! … ».

 Ironie du sort : « si les conservateurs ont évincé Mme Thatcher en 1990, c’est qu’elle venait de créer… un impôt supplémentaire. » Nul n’est parfait, « off course ».

http://plunkett.hautetfort.com/archive/2013/04/09/le-vrai-bilan-de-margaret-thatcher.html#more

Voir aussi d’autres analyses pertinentes et complémentaires :

http://www.alternatives-economiques.fr/margaret-thatcher-ou-la-dame-de-fer-et-du-laisser-faire_fr_art_834_42844.html

http://www.atlantico.fr/decryptage/pourquoi-heritage-politique-margaret-thatcher-est-tout-sauf-reductible-liberalisme-economique-pierre-francois-gouiffes-jacques-l-691895.html

http://lexpansion.lexpress.fr/economie/comment-margaret-thatcher-a-marque-l-angleterre_282964.html

http://www.courrierinternational.com/article/2013/04/09/margaret-thatcher-et-le-lait-renverse

On relèvera enfin, parmi les diverses réactions, celle « politiquement non correcte » du cinéaste Ken Loach, qui a sans doute décrit le mieux dans ses films les conséquences des « réformes » Thatcher sur la vie des ouvriers anglais :

« Margaret Thatcher fut le premier ministre le plus diviseur et destructeur des temps modernes : chômage de masse, fermeture d’usines, des communautés détruites, voilà son héritage(…)Comment lui rendre hommage ? En privatisant ses obsèques. Faisons jouer la concurrence et allons au moins offrant. C’est ce qu’elle aurait fait. »

http://lci.tf1.fr/cinema/news/ken-loach-sur-margareth-thatcher-privatisons-ses-obseques-7918337.html?google_editors_picks=true

« Un scandale bien bourrin » : comment alimenter les bonnes questions ?

[Piqué dans la Décroissance d’avril 2013, numéro 98 – « Le bourrin productiviste », p 12]

Hachoir à viande par Sam Bourland

Hachoir à viande par Sam Bourland

Chacun a pris connaissance du récent scandale causé par la découverte de viande de cheval dans des lasagnes censées être « pur bœuf ». Néanmoins, il convient d’aller au-delà du simple buzz et de l’aspect racoleur d’un tel scoop, afin de percevoir tout l’enjeu sanitaire et alimentaire.

Arrêtons-nous un peu et essayons de poser les bonnes questions.

Et soudain, voilà-t-y pas qu’on découvre qu’il y a n’importe quoi dans les plats cuisinés que la grande distribution destine aux pauvres.

 

Cheval par Charles Rondeau

Cheval par Charles Rondeau

On fait des tests et on découvre donc du cheval dans les lasagnes, dans le hachis, la bolognaise, les raviolis que les grands groupes vendent en grande surface.

 (…)En Norvège, du porc dans le halal. En Islande, de la tarte à la viande sans viande. En Afrique du sud, de la girafe dans les lanières séchées d’Antilopes. Du cheval dans les raviolis au Portugal…

Rapidement, on va s’y habituer, à ce non-sens alimentaire et sanitaire

 On va à peine s’interroger sur ce modèle d’alimentation. Il y aurait pourtant de quoi :

 Pourquoi les Roumains passent-ils au hachoir tous leurs chevaux de trait ?

Pourquoi dans un pays de surproduction de bidoche n’y a-t-il pas de viande correcte pour tout le monde ?

Pourquoi est-il plus rentable d’importer de la viande de Roumanie et des desserts de Chine que des produits du coin ?

Pourquoi mange-t-on autant de bidoche ?

Et pourquoi, si c’est pas cher, la viande de cheval est plus chère que celle de bœuf dans mon supermarché ? Hein ?

On a même parlé dans certains médias de ce qu’était la base de tant de plats cuisinés : le « minerais ». C’est-à-dire les restes de bidoche, les chutes, charriées à la pelle dans des bennes.

En conclusion, les pouvoirs publics vont agir : ils vont contrôler que la bidoche pourrie soit traçable, labellisée. Qu’importe la qualité, la surproduction et le gâchis.

Moralité : vous croyez quoi ? Qu’on fait de la croissance à deux chiffres avec des principes et de l’éthique ?

Bon appétit !

http://www.presseurop.eu/fr/content/article/3400371-de-la-viande-de-cheval-pour-les-pauvres-d-europe