Un verset et une question (5) : « Nous sommes maintenant plus près du salut que lorsque nous avons cru »

Où (en) es-tu ?
Enfant par Alejandro Lizardo

« Nous sommes maintenant plus près du salut que lorsque nous avons cru » (Rom.13v11).

Qui désigne ce « nous » ? Des (déjà) « chrétiens » ? Ou des « pas(encore) chrétiens » ?
Où (en) sommes-nous ? Dans une terre « déjà chrétienne » ou dans une terre « à évangéliser » ?
Publicités

Défi apologétique : comment répondriez-vous à Erri de Luca, au sujet du pardon ?

Erri de Luca, un écrivain qui entretient un rapport paradoxal avec la foi et les Ecritures

Erri de Luca, un écrivain qui entretient un rapport paradoxal avec la foi et les Ecritures

Chères lectrices, chers lecteurs, voici un petit « défi apologétique » :
Que répondriez-vous, au sujet du pardon, à l’écrivain napolitain Erri de Luca, actuellement l’un des écrivains les plus lus au monde, qui se déclare non pas « athée », mais « comme quelqu’un qui ne croit pas », et qui vit un rapport particulier avec les Ecritures (qu’il lit « dans le texte », notamment l’hébreu biblique) ?
L’idée étant d’inviter chacune et chacun à (faire) réfléchir très sérieusement aux façons pertinentes de répondre aux interrogations/doutes de nos contemporains, et ce, dans le respect de leur personne.

En 2003, Erri de Luca déclarait, lors d’un entretien(1) : « Je ne suis pas croyant, parce que je n’ai aucune possibilité d’avoir à faire avec le pardon, ni je n’admets d’être pardonné, ni je ne peux pardonner, mais je peux oublier, oui, ça m’arrive et j’oublie, j’oublie souvent et c’est un pardon mineur, c’est un pardon biologique, mais je ne peux pas admettre le pardon parce que le mal est inextricable, on ne peut pas l’annuler, c’est fait… Tout ce que l’on peut faire, c’est se pardonner à soi-même: se promettre que le moment où l’on se retrouvera dans la même circonstance on ne fera plus la même chose, quand dans la même circonstance on comprend qu’il y a une variante possible ; c’est un peu la fin de Trois Chevaux, là, il y a le livre au lieu du pistolet, de l’arme, il y a une autre possibilité de faire face à la même circonstance. Il y a cette histoire d’un rabbin polonais qui voyageait vers Varsovie afin de tenir un grand discours dans la synagogue. Il était un grand savant mais venait d’un pays très pauvre et il voyageait en troisième classe, vêtu comme un paysan. D’autres Hébreux dans le même wagon se moquaient de lui, de ce pauvre. Lorsqu’il arrive dans la synagogue, il est accueilli en grand honneur, il fait son discours et les Hébreux du train s’approchent de lui pour lui demander pardon pour leur attitude et il leur répond : « Je vous pardonnerais volontiers, mais vous devez demander pardon à celui du train, pas à moi, c’est lui que vous avez offensé. » Cela signifie que dans la même situation, il ne faudra pas avoir la même attitude. C’est la seule chose possible, la seule façon d’avoir le pardon de celui du train. Le pardon n’existe pas, il existe la possibilité d’oublier si tu as subi le mal et la possibilité de ne pas le refaire si tu l’as fait. Les religions disent le contraire, il faut bien dire le contraire, mais je n’y arrive pas, c’est pour ça que je ne suis pas religieux ».

Qu’en pensez-vous ? Comment répondriez-vous à Erri de Luca sur le pardon ?

Selon Guillaume Bourin, du blogue « Le bon combat », que j’ai sollicité à ce sujet, mais qui a du décliner, une clé serait de « travailler sur la définition du pardon, car visiblement nous n’avons pas la même que celle de ce monsieur ».

Mais voici la contribution d’Anthon, chrétien évangélique et fidèle lecteur/abonné du blogue, et que je remercie pour avoir été le premier à relever le défi :

« Je ne connais pas Erri de Luca (ou très peu, au travers de ton blog notamment) mais si l’on s’en réfère à son entretien avec Irène Fenoglio (Cf. ton lien) il ne lit pas beaucoup et le peu qu’il lit se cantonne à l’A.T.
On peut donc en conclure, qu’il a « occulté » le Christ et tout ce que le N.T nous apprend sur Lui. Or, sans le Christ et son enseignement, difficile, voire impossible, d’accéder à Dieu (Jean 14 : 6). De fait, son discours frappe par l’absence de référence à Dieu. Étonnant, du reste, pour quelqu’un dont la (quasi seule) lecture quotidienne est celle de l’ A.T ?!
Sans cette référence à Dieu, la notion de pardon, devient donc subjective et chacun peut en donner sa définition et/ou conception. Je peux pardonner ceci mais pas cela, de telle manière (en oubliant comme dit E. de Luca) en fonction de telle circonstance plutôt que telle autre, etc.
Pour le croyant, le pardon est avant tout, le moyen de se rapprocher de son Créateur. Comme l’exprime si bien David :
« Je t’ai avoué ma faute,
Je n’ai plus caché mes torts,
J’ai dit : je reconnaîtrai devant l’Éternel les péchés que j’ai commis.
Alors tu m’as déchargé du poids de ma faute. ».

Cette repentance nous permet d’obtenir le pardon de Dieu et d’entrer dans cette nouvelle relation par la foi en l’œuvre du Christ à la croix.
Sans ce pardon de Dieu, l’homme reste livré à lui-même en proie à ses propres conceptions philosophiques et existentielles.
A la période de son entretien avec I. Fenoglio, De Luca lisait Esaïe …. Si sa lecture est attentive, il s’apercevrait pourtant – entre autres – que l’Éternel est le Créateur unique et souverain de notre histoire. Histoire qui aura ici bas une fin et dont le Christ est un acteur principal :
« Il adviendra en ce jour là que le descendant d’Isaïe se dressera comme un étendard pour les peuples, et toutes les nations se tourneront vers lui. Et le lieu où il se tiendra resplendira de gloire ». Esaïe 11 : 10
Par ailleurs, le livre d’ Esaïe relate le sort dramatique de ce peuple d’ Israël et de Juda qui se détourne de Dieu. A cet effet, le péché le plus souvent dénoncé par Esaïe est l’orgueil, l’autosuffisance de l’homme qui compte sur ses seuls moyens et prétend pouvoir se passer de Dieu.
Enfin, je recommanderai à De Luca de méditer longuement sur l’incontournable chapitre 53 du même livre qui nous décrit – et de quelle manière – l’œuvre expiatoire du Christ, venu pour endurer à notre place le châtiment du péché, puis ressusciter pour nous procurer le pardon de Dieu.
Mais voilà, il y a un préalable au pardon, c’est la reconnaissance du péché ! Comme l’a écrit Lord David Cecil : « le jargon de la philosophie du progrès nous a appris à penser que l’état sauvage et primitif du l’homme était derrière nous … mais la barbarie n’est pas derrière nous, elle est en nous » (« Jésus, une royauté différente » p 105 – Timothy Keller).
Passage terriblement d’actualité ….

Pour terminer, voir le magnifique reportage « les mystères de la foi » ( Dans les yeux d’ Olivier) et notamment les 5ères minutes où l’on voit ce couple de chrétiens dont le fils de 19 ans a été abattu froidement et sans raison par un vigile.
Le processus de pardon décrit par le couple est extraordinaire et il exprime tout le contraire de la pensée de De Luca, sur le sujet. Ici point d’oubli, mais pourtant, une vraie libération et la vraie expression de miséricorde divine !! Je conseillerai même à De Luca de regarder l’ensemble des épisodes, car une fois n’est pas coutume, on a un beau et honnête reportage sur la foi chrétienne, sans a priori ».

Merci, Anton, pour cette réflexion !

Personnellement, j’ai bien aimé la façon dont notre contributeur a rattaché le problème du pardon à la connaissance personnelle de Dieu. Justement, un autre « verrou » empêche Erri de Luca de croire : cette incapacité, pour lui, de « s’adresser directement à Dieu »(de « tutoyer » ou d' »interpeller » Dieu, à l’instar de Job, et donc de prier). D’autre part, un article de Nicolas Bonnet(2) en rapport avec cet auteur « en mal de la foi » nous apprend que De Luca se définit négativement comme « quelqu’un qui ne croit pas ». C’est un agnostique qui refuse la dénomination d’athée. Néanmoins, il affirme attacher « de la valeur à l’usage du verbe aimer et à l’hypothèse qu’il existe un créateur ». Il se proclame sans ambiguïté « incroyant » mais se dit aussi mû par « l’aiguillon du manque » et l’insatiable soif de sens que nulle explication ne saurait combler.
De fait, il me semble que, à défaut « de connaître Dieu personnellement », et de lui parler directement, Erri de Luca parle tout de même de Dieu, livrant de magnifiques exégèses sur les noms ou le rire de Dieu (ex : « nous sommes » ou « rire », dans « Noyau d’olives » – relayés sur notre blogue). D’autre part, l’on peut relever dans le parcours exégétique de l’écrivain un glissement progressif de l’Ancien au Nouveau Testament. Si la référence aux Évangiles est pratiquement absente de ses premiers écrits, elle devient majoritaire dans ses dernières publications (voir, par exemple, « les saintes du scandale », qui s’intéresse aux cinq femmes présentes dans la généalogie du Messie, et bien d’autres méditations dans les recueils « Première heure », « Noyau d’olive »…).

Et vous ? Qu’en pensez-vous ? Vous pouvez nous partager vos réflexions en commentaire, au pied de l’article, ou même, nous faire parvenir votre propre contribution pour enrichir la discussion. Au plaisir de vous lire !

 

 

Notes :

(1)Source : Irène Fenoglio, «« Je ne suis pas un écrivain, je suis un rédacteur de variantes »», Item [En ligne], Mis en ligne le: 09 mars 2009. Disponible sur: http://www.item.ens.fr/index.php?id=418000 .

(2) Nicolas Bonnet, « Erri De Luca, en mal de la foi », Cahiers d’études italiennes [En ligne], 9 | 2009, mis en ligne le 15 janvier 2011, consulté le 25 novembre 2015. URL : http://cei.revues.org/200

Deux verbes et une phrase-clé pour comprendre : méditation sur Jean 6

Une invitation à “manger”, et à vivre une relation de vie.

Une invitation à “manger”, et à vivre une relation de vie.

Certains ont l’art de dire tout et son contraire, comme pour ne jamais se tromper. Du genre :
« L’avenir s’annonce sombre, mais n’en porte pas moins des promesses d’éclaircissement. Ou pas. »
Cela marche avec tous les sujets.

Mais si vous en avez assez de ce type de « langue de bois », lisez attentivement Jn 6, 22-71.
Il contient notamment deux verbes qui se répètent et ayant un rapport entre eux : “manger” et “croire”. Une phrase-clé permettant de comprendre les paroles de Jésus est également à repérer au v63. Et par-dessus tout, il importe de « fixer les yeux sur Jésus, le chef et le consommateur de la foi »(Hb12,2). Ses paroles, rapportées dans ce passage, contiennent des affirmations étonnantes-certaines particulièrement « dures à entendre »-, comme autant de promesses pour ceux qui auront « fait la bonne œuvre », « l’ œuvre de Dieu »(Jn 6, 28–29).
À Pâque, nous avons célébré et commémoré une libération, la sortie d’une situation d’esclavage, et le commencement d’une nouvelle histoire (Ex 12). Nous avons aussi mangé l’agneau pascal, immolé pour nous (1 Co 5,7).
L’agneau, c’est Christ : « l’agneau sans défaut et sans tache », dont « le sang précieux nous rachète de notre vaine conduite, héritée de nos pères ». (1 P 1,18-19)

Nous avons donc mangé cet agneau. Jésus dit : « En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez son sang, vous n’avez point la vie en vous-mêmes. Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang a la vie éternelle ; et je le ressusciterai au dernier jour (…) Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang demeure en moi, et je demeure en lui(…) celui qui me mange vivra par moi »( Jn 6,53-54, 55-56).Une parole « dure à entendre » (v52, 60). Mais Jésus donne la clé, permettant de le comprendre : « C’est l’esprit qui vivifie ; la chair ne sert de rien. Les paroles que je vous ai dites sont esprit et vie » (Jn 6,63), et elles ont pour moteur la compassion(Lc 7,13-15).
Nous « l’avons mangé ». Plus exactement, nous nous le sommes appropriés. Nous nous sommes mis au bénéfice de son œuvre expiatoire : c’est cela, « croire ». Nous croyons qu’Il a été « livré pour nos fautes et ressuscité pour notre justification »(Rm 4,25). Et Il « est réellement ressuscité ! »(Lc 24,34 ; 1 Co 15,17). Ce n’est pas une opinion, mais un fait d’une grande importance, la meilleure nouvelle qui soit et qui appelle une réponse immédiate. « Celui qui croit » en Lui « a la vie éternelle » (Jn 6, 40, 47 cf Jn 3,15-16, 36 ; Rm 6,23)
Jésus est « l’agneau de Dieu qui ôte le péché du monde ! » (Jn 1, 29.36). Cette proclamation vous fera-t-elle vous retourner et vous inciter à Le suivre et à demeurer avec Lui, pour mieux le connaître ? (Jn 1,37-39. à comparer avec Jn 6,26).
Car « Le connaître », personnellement et intimement, c’est là « la vie éternelle » (Jn 17, 3)

 

Initialement paru dans « Les Cahiers libres », le 16 avril 2015.

Kérygme*

« Qui disent les hommes que je suis », a demandé Jésus à ses disciples. Avant d’ajouter : « Et vous(mes disciples), qui dites-vous que je suis ? »(Marc 8v27-38)

« Le monde se divise en deux catégories », a dit un célèbre personnage de western spaghetti :
-D’un côté, « ceux qui disent » au sujet de Jésus. Peut-être faites-vous partie de cette catégorie…
-De l’autre, « les disciples de Jésus »(ceux que Jésus appellent « vous ») : en êtes-vous ?

Donc : Qui est Jésus-Christ, pour vous ? Qu’a-t-il fait pour vous ? Pourquoi(pour quelles raisons, par quel biais) le croyez-vous ?
Prenez le temps d’y réfléchir et d’y répondre !

Ensuite et une fois ensuite, consultez ces déclarations sur Jésus** :

Marc 8v29 ; Jean 1v1-36, 45-49 ; 11v27 ; Actes 2v22-40, 3v13-26, 4v10-12, 5v30-32, 13v23-39 ; Rom.10v9-13 ; 1 Cor.15v3-11….

Ainsi que ces déclarations de Jésus lui-même à son sujet :

Jean 3, 4v26, 58 ; 10 ; 12 ; 1415 ; Matt.12v22-30, 38-42

 


Notes :
* Billet inspiré par une conversation, lors d’une soirée « Cahiers libres », vendredi 13 juin.

**On peut avoir le nom de Jésus à la bouche, mais veillons à ne pas faire de Jésus, une « bannière sans contenu », nous met en garde Francis Shaeffer, dans son « démission de la raison » :

« Le mot(Jésus) n’est employé par (certains) théologiens(« de la mort de Dieu ») que pour ce qu’il évoque dans la mémoire de la race humaine.
Leurs théologies ne sont plus qu’un humanisme auquel le nom de Jésus sert de bannière, dont la signification est celle qui leur plaît.
(…)
Les « évangéliques » doivent se montrer prudents en face de certains d’entre eux qui affirment que l’important n’est pas de prouver la véracité
ou la fausseté d’une doctrine, mais « de rencontrer Jésus »[ou « de faire une expérience avec Jésus »]….Une rencontre avec Vishnu ne serait-elle pas tout aussi valable ? Et pourquoi ne pas chercher une telle « expérience », sans référence à quelque nom que ce soit, dans la drogue ?

J’en suis arrivé au point de craindre l’énoncé du mot « Jésus » – ce mot si rempli de sens, pour moi, à cause de la personne du Jésus de l’histoire et de son oeuvre –,car ce mot est devenu une bannière sans signification sous laquelle nos contemporains sont invités à se ranger.
N’étant plus soumis aux critères de la Parole de Dieu et de la raison, le mot sert à communiquer un enseignement contraire à celui de Jésus. (…)
Face à cette situation en rapide évolution, je me demande si Jésus ne pensait pas à cela lorsqu’il annonçait qu’à la fin des temps il y aurait d’autres Jésus.
N’oublions jamais que l’ennemi, c’est l’Anti-Christ, c’est-à-dire celui qui cherche à prendre la place du vrai Christ, et non une apparence illusoire.
Au cours des dernières années, ce « Jésus »-ci, déconnecté de l’Ecriture, est devenu l’ennemi du Jésus de l’histoire, le Jésus qui est mort et ressuscité,
et qui va revenir, le Fils éternel de Dieu. Soyons sur nos gardes.
Si les « évangéliques » se mettent, à leur tour, à accepter la dichotomie entre les deux « niveaux » de la connaissance et s’ils considèrent possible une rencontre personnelle avec Jésus en dehors de l’enseignement de l’Ecriture (même des parties vérifiables de celle-ci), ils se retrouveront, sans l’avoir voulu, prisonniers, avec la génération montante, du système moderne, système monolithique consensuel et englobant ».

(Francis Shaeffer. Démission de la raison. Chapitre 6-« La Folie », p 53-55
La Maison de la Bible, Genève 1971. Traduction revue : Pierre Berthoud, 5e édition, 1993)
A lire ici : http://www.samizdat.qc.ca/cosmos/philo/Demission_FS.pdf
Ou à se procurer là : http://www.maisonbible.net/mb3262/demission-de-la-raison

Des statistiques 100 % fiables(pour une fois) !

Voici, avec un poil d’avance, mon premier billet depuis le 1er janvier :  des « stats »  de nature « à casser l’ambiance », en cette période de début d’année. Pourtant, elles sont(pour une fois)fiables !

En effet, « 100 % des êtres humains mourront un jour ! »*
Ha, ha ! Bon, et après ?

« Il est réservé aux hommes de mourir une fois et après le jugement ».(Hébr.9v27, cf Jean 5v29, Dan.12v2)
« Tout homme est un souffle » et nous ne sommes que de passage(des résidents temporaires)sur cette terre »(Ps.39v12-13)

Quelque soit leurs nombres d’années(impressionnantes pour la plupart), la fin de la vie de toutes les personnes figurant en  Gen.5v1-21, 25-31 est la même : « Et il mourut ».

« Et ils moururent »tous, sauf Hénoc (v22-24), dont on sait qu’une seule chose de ce personnage :
« Il a marché 300 ans avec Dieu »(cf Hébr.11v5-6) et « Il eut des fils et des filles ».
Ainsi, loin de sombrer dans le fatalisme et le cynisme face à l’inéluctable (quelque soit votre position sociale ou votre niveau d’étude),
Hénoc a choisit, au contraire, de parier sur l’avenir(« il eut des fils et des filles », dont on peut douter qu’il se soit contenté de les regarder pousser)et surtout, sur son avenir éternel.
Sa seule œuvre pour être déclaré juste ?(cf Jean 6v2829) Mettre sa confiance en Dieu, une confiance concrétisée par sa marche d’une longévité inégalée(300 ans-le Christ « hors concours ») avec Dieu.

 

 

 

Et vous ?

 

 

 

 

 

Notes :
*Sur un échantillon de 7 milliards d’êtres humains.

Jésus-Christ est-il un « Père Noël » ?

 

« Ils s’attroupent pour avoir du blé et du vin nouveau, mais ils s’éloignent de moi. »(Osée 7v14)

Je vous invite, aujourd’hui, à une lecture de Jean 6v26-69, à la suite du verset ci-dessus, qui m’inspire les questions suivantes :

Ce que veulent les hommes, venant à Jésus ?

Ce que veut Jésus et qui Il est ?*(ce qu’Il dit de Lui-même)
Quel est le mot-clé(le verbe-clé) de ce passage ?
Qu’est-ce que « faire les oeuvres de Dieu » ?

Bonne lecture et bonne réflexion !

 

Notes :

*A noter que le danger est de réduire Christ.Même si ce dernier ne se laisse pas enfermer dans une boîte ou une case.

– Nous réduisons Christ, chaque fois que nous nous attendons à une « expérience » (purement)émotive, pleine de sensations.

– Nous réduisons Christ, quand nous le considérons comme « la réponse à nos problèmes ». S’Il n’est « que » la réponse à nos problèmes, le danger est toujours de vouloir assujetir Christ.

-Nous réduisons Christ, quand nous réduisons la portée de ses affirmations.

-Nous réduisons Christ, quand nous nous élevons nous-mêmes

(D’après « La Saveur partagée » de Rebecca PIPPERT. ed. Farel, 1986, pp 68-74)

« Sens » + « utile » = « ustensile » (ou : la foi, concrètement)

Note : ce sujet a été proposé à des enfants/préados(10-14 ans), dans le cadre d’une leçon d’ « école du dimanche ». Néanmoins, il peut tout à fait convenir à des adultes réunis pour une étude de groupe. L’accroche s’inspire de celle utilisée par Judith ERDMANN, pour son article « Vivre sa foi au quotidien », paru dans le volume 1 d' »Efferv’Essence », ressources d’études bibliques et de thèmes pour Jeunes, pp 88-89(Ed. LLB, 2001)

Objectifs :

– (Re)découvrir ce qu’est la foi et ce qu’est « avoir la foi »

– Développer et manifester ma foi en Dieu au quotidien

-Découvrir que ma vie a du sens et est donc utile, pour être un « ustensile » entre les mains de Dieu, pour le but que Lui a prévu pour moi.

Passage à étudier : Hébreux 11v1-7

Accroche :

1)Présenter à vos enfants/jeunes un premier groupe de lettres(découpées dans du carton, par exemple) dans le désordre. Celles-ci doivent être réunies pour former le mot à découvrir : U T I L E

Inscrivez-vous - Une façon par Andrew Schmidt Plus d'issue ? Si ! Une !

Inscrivez-vous – Une façon par Andrew Schmidt
Plus d’issue ? Si ! Une !

2)Présentez-leur un deuxième groupe de lettres, avec la même consigne. Ils doivent trouver S E N S

3)Mélanger toutes les lettres et demandez enfin de trouver un nouveau mot.

Ce sera……..U S T E N S I L E !

« Moralité » : une vie qui a du SENS est une vie UTILE. Soit la raison d’être d’un USTENSILE.

Qu’est-ce qu’un USTENSILE ? C’est un objet d’usage quotidien, pour un usage précis. Ainsi, une gamelle doit pouvoir contenir de l’eau, des aliments et résister aux chocs, au feu…Elle ne sert, « ne vit » que si elle est utilisée pour le but pour lequel elle est prévue.

Si l’on utile la gamelle pour un usage « contre-nature »,

l’on « se plante »*. Son usage doit être JUSTE.

Par association d’idées, comment notre vie à nous peut-elle être juste ? Avoir du sens, être utile, dans le but prévu…? En acceptant d’être un USTENSILE dans les mains de Dieu !

Et à quelle condition Dieu pourra-t-il diriger notre vie, pour qu’elle ait du SENS et pour qu’elle soit UTILE et JUSTE ?

Si nous lui faisons confiance, en faisant preuve de foi, bien sûr !

Lisons ensemble ce passage de la Bible, Parole de Dieu, pour découvrir un premier principe sur la foi :

« Or le juste vivra de foi » (Hébr.10v38)

Qu’est-ce que la foi ? Avoir la foi** ?

« Or la foi est l’assurance des choses qu’on espère, et la conviction de celles qu’on ne voit pas.
Car c’est par elle que les anciens ont reçu témoignage.
Par la foi, nous comprenons que les mondes ont été formés par la parole de Dieu, de sorte que ce qui se voit n’a pas été fait de choses qui paraissent.
Par la foi, Abel offrit à Dieu un plus excellent sacrifice que Caïn, et par ce sacrifice il a reçu le témoignage d’être juste,
Dieu rendant témoignage à ses dons; et par lui, étant mort, il parle encore.
Par la foi, Énoch fut enlevé pour qu’il ne vît pas la mort; et il ne fut pas trouvé, parce que Dieu l’avait enlevé; car, avant son enlèvement, il a reçu le témoignage d’avoir plu à Dieu.
Or, sans la foi il est impossible de lui plaire; car il faut que celui qui s’approche de Dieu croie que Dieu est, et qu’il est le rémunérateur de ceux qui le recherchent.
Par la foi, Noé, étant averti divinement des choses qui ne se voyaient pas encore, craignit et bâtit une arche pour la conservation de sa maison; et par cette arche il condamna le monde et devint héritier de la justice qui est selon la foi »(Hébr.11v1-7).

1) La foi, c’est….

« une assurance », « une conviction », une certitude. Du solide !C’est croire sans voir(cf 2 Cor.5v7), en se fiant à quelque chose/quelqu’un de sûr, de sérieux, fiable et digne de confiance.

La foi nous donne un bon témoignage, une bonne réputation. De qui ? De Dieu !

Celui qui a la foi est-il un fou ou un sage, un homme intelligent ? La foi rend intelligent, car « c’est par la foi que nous comprenons que le monde a été formé par la Parole de Dieu….(Le monde que nous voyons a donc du sens, un but et une origine)….de sorte que ce qu’on voit ne provient pas de ce qui est visible »(ce que l’on voit n’est pas tout)

La foi rend humble : car face à un créateur invisible et infini, plus grand que nous, nous prenons conscience que nous sommes limités. Nous sommes face à une réalité qui nous dépasse. Nous ne maîtrisons pas tout

et nous n’avons pas de vue d’ensemble des choses. Dieu, oui.

La foi, c’est enfin chercher à plaire à Dieu et donc (re)considérer nos priorités : pour quoi, pour qui vivre ?

La foi me pousse à être fidèle à quelqu’un d’autre que moi.

2)Avoir la foi, c’est….

« Croire que Dieu existe » et que ce Dieu qui existe est digne de confiance. Il récompense celui qui le cherche. Cherche Sa volonté. Et sa récompense, c’est Son approbation, Son « bravo ».

La foi repose sur le fait de croire en l’existence de Dieu et sur Sa fidélité : on ne sera donc pas effrayé par les circonstances ou les épreuves ; on ne se reposera pas sur nos limites ou les limites de ce que l’on voit.

Terminons par trois exemples d’hommes de foi, présentés dans les vv1-7 d’Hébreux 11 : quel témoigne chacun a-t-il reçu de la part de Dieu ? Pourquoi ?

– Abel (Hébr. 9v22 ; 11v4 ; Gen.4v4) : « par la foi », il a offert à Dieu un sacrifice de plus grande valeur(« des premiers-nés de son troupeau, et leur graisse ») que celui de Caïn. Par sa foi, il fut déclaré juste. Dieu témoigne de ses offrandes : par elles, Abel « parle encore »***.

– Hénoc(Hébr.11v5 ; Gen.5v22-24) : voilà un homme dont on ne sait que très peu de choses,  à part qu’il a « marché 300 ans avec Dieu », c’est à dire qu’il a vécu en étroite relation avec Dieu et pour Lui plaire à tous égards. Le contexte de sa vie est édifiant à souligner : le chapitre 5 du livre de la Genèse, dont lequel on trouve cette information sur Hénoc, est une généalogie, comme on aime à en lire dans la Bible. Les personnes mentionnées vécurent un grand nombre d’années, mais tous avec la même conclusion : « et il mourut ».

Même si nous vivons tous extrêmement longtemps, nous finirons tous par mourir un jour. Quelle attitude avoir, alors, dans une telle perspective bien peu réjouissante ? Soit « jouir de la vie sans entrave », être pessimiste, ou, au contraire, « s’investir » dans ce qui est « durable » : la Parole de Dieu et les hommes.

Hénoc a (bien) choisit : il « engendra des fils et des filles »(et a sans doute été préoccupé de leur éducation ?), confiant dans l’avenir, et a « marché 300 ans avec Dieu ». La conclusion de sa vie ? « Et Hénoc marcha avec Dieu; et il ne fut plus, car Dieu le prit ».

-Noé, enfin(Hébr.11v7 ; Gen.6v1-22) : « c’est par la foi que Noé, divinement averti[implique de sa part une grande communion avec Dieu, particulièrement à une époque où l’humanité était pleine de corruption et de violence : pas de quoi encourager à la droiture et à plaire à Dieu, soit à vivre à contre-courant ! ]de ce qui ne se voyait pas encore[l’annonce et l’exécution du jugement de Dieu sur une humanité corrompue] et saisi d’une pieuse crainte, construisit une arche pour sauver sa famille : c’est(par cette arche)qu’il condamna le monde et devint héritier de la justice qui s’obtient par la foi ». Par la foi, Noé a obéit à Dieu. L’arche construite est à la fois le moyen de salut révélé par Dieu, et le révélateur du jugement de Dieu.

Quel est le point commun de ces trois hommes de foi ?

Voyage par George Hodan   Les  chrétiens : des "voyageurs", "en séjour", dans ce monde

Voyage par George Hodan
Les chrétiens : des « voyageurs », « en séjour », dans ce monde

 

 

Ils ont témoigné de fidélité(foi), de persévérance et de patience. Et ils ont ainsi confessé qu’ils étaient « étrangers et résidents temporaires » sur cette terre : « dans le monde », quoique « pas du monde » !

 

 

 

 

 

 

Notes :

* Au risque de prendre une gamelle ?

** « Foi » se traduit aussi par « adhérence ».

*** L’offrande de Jésus-Christ parle mieux encore.

« La métaphysique pour les nuls » au cinéma

La métaphysique,

Questions par Peter Griffin

Questions par Peter Griffin

c’est l’art de se poser les bonnes questions.  Soit des questions dites fondamentales(en rapport au sens de la vie, à Dieu, à la mort…)que chaque être humain peut(doit ?) se poser.

Dans Genèse 3v9, la première question que Dieu pose à l’homme, qui venait de se cacher après avoir mangé le fruit défendu et vu qu’il était nu, est : « où es-tu ? »

Jeune famille recherchant par Vera Kratochvil

Jeune famille recherchant par Vera Kratochvil

Une question qu’il nous(vous) pose toujours aujourd’hui.

Chacun de nous a pu faire de la métaphysique sans le savoir (à l’instar de M. Jourdain, qui, lui, faisait de la prose sans le savoir). De même, le cinéma, un 7ème art qui ne se contente pas d’être une simple représentation de la réalité, sait avoir la tête dans les étoiles pour questionner, et même nous inviter à nous questionner au-delà des apparences et à partir en quête de sens.

Les trois films sélectionnés ci-dessous, exhumés de ma dvdthèque et vus cette année, traitent tous d’un sujet commun : quelle est notre place dans ce monde ?

Le tableau

Né en 1939 et vétéran de l’animation française, Jean-François Laguionie est l’auteur de Gwen, le livre des sables (1985), du Château des singes(1999) et de L’île de Black Mor(2004). « C’est sa double vocation, graphisme et théâtre, et sa rencontre déterminante avec Paul Grimault, qui ont conduit Jean-François vers la pratique de l’animation (…) Tous ses films sont adaptés de nouvelles ou récits dont il est l’auteur, et qui ont fait l’objet d’éditions ».

( http://www.la-fabrique.com/sarl/ficherea.php?id=13 )

Jean-François Laguionie tourne peu. Comme il le dit lui-même, il fait « un film tous les dix ans, ce qui ne veut pas dire (qu’il met) dix ans à faire un film ». Néanmoins, ses œuvres sont aussi perfectionnées et raffinées que celles de son ami et maître Paul Grimault, admirable auteur du Roi et l’oiseau. Le Tableau, son dernier-né, voit le jour en novembre 2011 après cinq ans de travail.

Le film mêle réflexions métaphysique/philosophique (« qui sommes-nous ? », « d’où venons-nous ? »…) sociale, artistique, et histoire d’amour impossible.

L’histoire

Pour des raisons mystérieuses, un peintre a disparu, en laissant inachevé un tableau composé d’un château, de jardins fleuris, d’une forêt menaçante, dans lequel vivent trois sortes de personnages: les Toupins (entièrement peints), les Pafinis (auxquels il manque quelques couleurs) et les Reufs (qui ne sont que des esquisses). Sans repères, tout est bouleversé :

Les Toupins se revendiquent alors supérieurs aux autres et prennent le pouvoir. Ils chassent les Pafinis du château et maltraitent les Reufs.

Scène du film "Le Tableau", de Jean-François Laguionie

Scène du film « Le Tableau », de Jean-François Laguionie

Un petit groupe composite décide de sortir du tableau pour partir à la recherche du peintre, seul capable de terminer le tableau et de restaurer la paix : il s’agit d’un toupin, Ramo, d’une pafinie, Lola et d’un reuf, Plume. Echappé du tableau de la Guerre, le jeune tambour Magenta les rejoint au cours du périple. Tous ont cette particularité de représenter trois étapes d’un même travail.

Chaque personnage du groupe a ses propres raisons de chercher leur créateur, mais plusieurs questions communes demeurent, comme un fil rouge : qu’est devenu le Peintre ? Pourquoi les a t-il abandonnés ? Pourquoi a-t-il commencé à détruire certaines de ses toiles ? Connaîtront-ils un jour le secret du Peintre ?….

Hommage au dessin, à la peinture et aux artistes en général, Le Tableau est l’histoire d’une quête : quête de soi et quête de sens, dans un monde en perte de repère, où l’on peut s’estimer insatisfait ou incomplet. C’est aussi une belle histoire nous invitant au respect de l’autre, avec ses différences, et au respect de soi, avec nos limites. Disponible en DVD, « Le Tableau » est un très beau film aux différents niveaux de lecture, source de discussions et qui s’adresse à tous les âges, à partir de 7 ans.

 

En bref :

Le Tableau

Un film de Jean-François Laguionie
Scénario original de Anik Le Ray
Création graphique de Jean Palenstijn, Jean-François Laguionie, Rémi Chayé & Julien Bisaro
Musique originale de Pascal Le Pennec
Chef décorateur et peintures: Jean Palenstijn
Directeur d’animation: Lionel Chauvin
Film fabriqué dans les studios Blue Spirit Studio, Sinematik
Durée: 1h16
Sortie nationale en France le 23 novembre 2011

Avec les voix de
Lola: Jessica Monceau • Ramo: Adrien Larmande • Plume: Thierry Jahn • Gom: Julien Bouanich • Garance: Céline Ronte • Magenta: Thomas Sagols • Orange de Mars: Magali Rosenzweig • Claire: Chloé Berthier • L’autoportrait et le peintre: Jean-François Laguionie • Le Grand Chandelier: Jacques Roehrich • Monsieur Gris: Jérémy Prévost • Le Capitaine: Michel Vigne • Le peintre de Venise: Jean Barney • Pierrot: Serge Faliu

http://www.letableau-lefilm.fr/_media/dossier_presse.pdf

http://www.mediacritik.com/critique.php?id_critique=1550

Dans un autre genre, on pourra également regarder :

Incassable

Cinémotif.fr

Cinémotif.fr

Il s’agit du deuxième film(et aussi le meilleur) de M. Night Shyamalan(2000), réalisateur américain d’origine indienne, après Sixième sens(1999). Bruce Willis et Samuel L. Jackson interprètent les rôles principaux.
Le réalisateur y questionne(comme dans tous ses films) le besoin de croire, ainsi que notre place dans le monde.

L’histoire

David Dunn (bien joué par un Bruce Willis très sobre) mène une vie très ordinaire, pour ne pas dire morne et terne, partagée entre son travail d’agent de sécurité et sa vie de famille plutôt fragile. Jusqu’à ce jour où il est victime d’une catastrophe ferroviaire, d’où il est déclaré seul survivant. Et ce, sans une seule égratignure ! Une curieuse rencontre, qui débute par une question posée, changera sa vie…

Incassable se distingue, d’une part, par son esprit très bande dessinée, ce qui se remarque d’une part dans le scénario, et d’autre part dans la réalisation. Celle-ci se caractérise par un usage du plan-séquence(qui rapproche de la BD et ses planches d’ images fixes), et par une curieuse tendance à nous donner à voir parfois  à l’envers (une petite fille qui regarde Dunn à l’envers au début du film ; un comic-book qui tombe à l’envers sur les genoux d’un personnage dans une boutique de comics…).

Bref, on retiendra un excellent scénario, plein de finesse et mêlant psychologie et fantastique(sans effets spéciaux), ainsi que des acteurs remarquables. La fin en forme de chute, loin de conclure, permet de saisir le véritable sens au film.

Et enfin :

L’Homme qui rétrécit, de Jack Arnold (USA, 1957). Adaptation du roman éponyme de Richard Matheson.

L'Homme qui rétrécit.Toutleciné.com

L’Homme qui rétrécit.
Toutleciné.com

Le film :

À la suite d’une contamination radioactive, un homme voit son corps rétrécir. Il consulte les sommités scientifiques du pays qui ne peuvent que constater le phénomène…

La filmographie de Jack Arnold est riche et variée (du polar au western-« une balle signée X »). Néanmoins, elle reste marquée par des films de SF des années 50, comme « Le Météore de la nuit », « L’Étrange créature du lac noir » ou « L’Homme qui rétrécit ». Jack Arnold avait lutté pour imposer son étonnante fin « métaphysique » à ce dernier, plutôt que d’accepter le happy end voulu par la Universal.  Il tenait son film pour « une quête sur le sens et les limites de l’identité humaine ».
Et comme le réalisateur le disait lui-même : « Je voulais créer un climat qui vous laisserait imaginer ce que ce serait si vous deveniez minuscule, que les choses banales et courantes de la vie quotidienne deviennent bizarres et menaçantes. Un chat que vous adorez devient un monstre hideux. Une araignée devient la chose la plus terrifiante que vous ayez jamais vue. Je voulais que le public s’identifie à cet homme et sente les mêmes choses que lui. Et je crois y être arrivé.
Dans L’HOMME QUI RETRECIT, comme dans tous mes autres films fantastiques, ce sont les gens qui m’intéressent avant tout, comment ils vont réagir dans telle circonstance précise. Le mécanisme technique par lequel la taille du héros est ramenée à quatre ou deux centimètres ne m’intéresse pas plus que ce qui le fait attaquer par un chat. Tout cela est très bien et m’amuse beaucoup, mais ce qui m’intéresse particulièrement, c’est la réaction supposée de quelqu’un qui se trouve dans une situation donnée.
Comment réagit-il ? Qu’éprouve-t-il ? Voilà ce qui me semble important dans un film et, plus encore, dans un film de science-fiction. Or, beaucoup de films de science-fiction me déplaisent parce que les metteurs en scène insistent davantage sur les effets spéciaux que sur les sentiments des héros. L’aspect humain est important dans n’importe quelle histoire et il est d’autant plus essentiel de l’introduire dans un film de science-fiction que l’imagination n’y connaît pas de limites, et que l’on s’y trouve confrontés à des événements qui sont peut-être réels, mais qui semblent tout à fait incroyables. Pour que les spectateurs réagissent favorablement, il faut qu’ils croient ce qu’ils voient, et c’est ce que j’ai toujours dit à mes acteurs: « J’ai besoin de croire. Vous devez croire à ce que vous faites car si vous n’y croyez pas alors moi non plus. »

http://www.canalplus.fr/c-cinema/cid124569-l-homme-qui-retrecit.html

Alors, bonne projection et…bonne réflexion !