Comment, pour des pasteurs, « bien parler » du haut de la chaire des vaccins contre la covid-19- ainsi que de politique sanitaire en vigueur ?

« On t’a fait connaître ce qui est bien…. » de poster ou de dire (Michée 6v8). Source : compte twitter de Gilles Boucomont(3 mai 2017)

« Tout est permis, mais tout ne convient pas. Tout est permis, mais tout n’édifie pas » (1 Cor.10v23) ; « …faites tout pour la gloire de Dieu. Ne soyez pour personne une occasion de chute… » (1 Cor.10v31-32) ; « que tout se fasse pour l’édification commune » (1 Cor.14v26).

Oh là là ! Les pasteurs peuvent-ils se risquer à se prononcer sur des sujets hautement sensibles dans notre beau pays, tels les vaccins et la vaccination, ainsi que l’obligation de se faire vacciner contre la covid-19, ou de présenter un certificat sanitaire pour accéder à certains lieux ou autres moyens de transport publics, voire à son travail ? Pour la plupart des pasteurs, il est périlleux de parler de ce que l’on ne maîtrise pas, sachant que ce qui est dit au micro par un pasteur a un poids particulier.

On peut aussi comprendre que le rôle d’un prédicateur n’est pas de prescrire à l’assemblée, réunie à l’écoute de la Parole de Dieu, ce que chacun doit faire ou ne pas faire, pour qui voter ou ne pas voter, contre qui ou quoi manifester…. Cela engendrerait certainement des discussions sans fin, mais aussi des divisions.

Le prédicateur est redevable devant Dieu d’annoncer la Parole de Dieu et non pas d’exprimer ses options personnelles. Annoncer, prêcher l’Evangile de Jésus-Christ, c’est aider à vivre selon la volonté du Seigneur, à se garder du mal et à faire des choix libres, inspirés non par la peur (alimentée notamment par des théories complotistes, dans le cas de la covid, qui fleurissent sur les réseaux @sociaux) mais par l’amour. Aimer le Seigneur et son prochain est la plus grande liberté qu’il nous soit donné d’exercer. Et « l’amour bannit toute crainte » (1 Jean 4,18). L’amour ne soupçonne pas le mal (1 Cor.13v5).

L’apôtre Paul, sur le rapport du chrétien aux autorités et aux lois, le rappelle en Romains 13, versets 1 à 8. Après avoir traité du rôle de l’Etat (préserver l’ordre et l’harmonie d’un monde toujours menacé par le mal), et de ce que nous lui devons (notamment l’impôt), Paul conclut : la seule dette que vous avez, c’est de vous aimer les uns les autres (verset 8 qu’il faut rattacher à ce qui précède et pas seulement à ce qui suit)

Sur cette base, à chacun de décider devant le Seigneur comment, concrètement, il manifestera l’amour envers son prochain dans la période de pandémie que nous traversons. En la matière, ne s’agit-il que de ma propre santé ou aussi de celle des autres ? S’agit-il seulement de me protéger ou de protéger aussi les autres ?(1) Dois-je attendre les consignes du gouvernement ou du préfet pour cela ?

Et parlant de prière, votre communauté a certainement beaucoup prié et intercédé, l’an dernier, comme beaucoup d’autres, notamment pour les vaccins.  Aujourd’hui, voici non pas un, mais plusieurs vaccins produits à des centaines de millions d’exemplaires contre un virus en à peine dix-huit mois et disponibles gratuitement ! Merci Seigneur !

Merci aussi Seigneur, parce que dans notre beau pays, durant cette crise sanitaire, nous avons eu (et avons) des tests PCR gratuits, des soins gratuits, des salariés payés, des entreprises aidées et des aides pour les plus modestes.

Et enfin merci Seigneur, parce que nous ne sommes pas à la place de nos gouvernants en charge de gérer cette crise, qu’ils ont pris au sérieux. Personnellement, j’en serai bien incapable.

C’est pourquoi la Parole de Dieu nous invite, outre à la soumission et au respect, à prier pour nos autorités (1 Tim.2v1-4) et pour nos institutions (politiques, législatives, scientifiques, judiciaires, médiatiques….), et c’est au nom de l’évangile que nous devons réhabiliter la considération pour les institutions systématiquement dénigrées, moquées et discréditées. Car sans cette considération et ce respect, rien ne peut fonctionner. 

En comparaison, le Royaume de Notre Seigneur n’est certes « pas de ce monde », mais sa royauté ne jette aucun discrédit, bien au contraire, sur les pouvoirs humains.

Alors qu’il y aurait de bonnes raisons d’être prudents, Jésus n’a pas voulu que nous entrions dans le discours paranoïaque. Lui seul a été fidèle jusqu’au bout. C’est pourquoi il nous faut absolument déminer tout discours inspirant et nourrissant la suspicion et la crainte. Ainsi, comment prendrons-nous au sérieux l’autorité de Dieu si nous avons été structurés dans la contestation/diabolisation de l’autorité de l’Etat, comme de toute autorité ? Il n’y a pas de gouvernement parfait, mais toute autorité vient de Dieu (cf Rom.13v1). Nous rendrons service au gouvernement en priant pour lui, pour que des mesures justes et sages soient prises pour l’intérêt général, et nous contribuerons ainsi à la réhabilitation des structures de nos sociétés où les institutions ont été discréditées.

Que Dieu nous donne de comprendre la nature des enjeux prophétiques de ces guérisons collectives (notamment de la confiance malade/blessée) que nous avons à vivre en ce moment.(2)

PS : il est possible de répondre à ceux qui ont des doutes ou des craintes légitimes, hésitant à se faire vacciner en orientant vers des explications de spécialistes du domaine. Voici, parmi d’autres, des questions/réponses de médecins épidémiologistes :  Que répondre à ceux qui hésitent à se faire vacciner contre la Covid-19 ? (theconversation.com) et Vrai ou faux : les arguments des anti-vaccins Covid-19 passés au crible (france24.com) un article recommandé par le CPDH (Comité Protestant Evangélique pour la Dignité Humaine).

Voir aussi ce récent avis du Comité d’éthique du CNRS (COMETS), relatif à la communication scientifique en situation de crise sanitaire. Lire un court résumé de l’avis ici, et l’avis complet .

Notes :

(1) D’après cette réponse pleine de sagesse du répondant sur 1001 questions.

(2) D’après cette prédication « pourquoi prier pour les autorités ? »

Charles Spurgeon : « Celui qui croit en son âme que l’homme se tourne vers Dieu de par son libre arbitre ne peut avoir été instruit de Dieu »

Scène de la série « Le Prisonnier » de et avec Patrick Mac Goohan (1967)

Cet article d’Anthony Ramaheriso, publié sur Le Bon Combat, est une traduction du célèbre sermon de Charles Spurgeon sur le libre arbitre, « Free Will: A Slave » , prêché le 2 décembre 1855 à New Park Street Chapel, Southwark.

« Vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie ! » (Jean 5v40)

« Ce verset est l’un des plus puissants qu’utilise la religion centrée sur l’homme (…) On découpe habituellement ce texte de la manière suivante :

1. L’homme a une volonté ; 2. Il est entièrement libre ; 3. Il doit se pousser lui-même à vouloir aller à Christ, sans quoi il ne peut être sauvé.

Mais je m’oppose farouchement à un tel dépeçage, et je m’efforcerai pour ma part de considérer le texte d’une manière plus calme. Je ne conclurai pas automatiquement, parce qu’il parle de « vouloir » ou de « ne pas vouloir », que le texte enseigne la doctrine du libre arbitre.

Il a déjà été démontré au-delà de toute controverse que le libre arbitre est une absurdité (…) Nous pouvons croire au pouvoir de choisir, mais une liberté de choix est tout simplement ridicule. Tout le monde sait bien que la volonté est dirigée par l’intelligence, poussée par les motivations, guidée par d’autres parties de l’être, et qu’elle n’est qu’une chose de second degré [C’est ainsi que « les hommes agissent par émotion, spéculation et pulsion, ne pouvant fonctionner sur la logique seule(1)].

La philosophie et la religion réfutent d’emblée la pensée même du libre arbitre. Et j’irai aussi loin que la grande assertion de Martin Luther :

« Si quelqu’un attribue quoi que ce soit du salut, même la plus petite part, au libre arbitre de l’homme, cette personne ne connaît rien de la grâce et n’a pas connu ma vérité sur Jésus-Christ ».

Cela peut sembler un sentiment dur, mais celui qui croit en son âme que l’homme se tourne vers Dieu de par son libre arbitre ne peut avoir été instruit de Dieu. En effet, l’un des premiers principes que celui-ci enseigne en commençant son œuvre en nous est que nous n’avons ni volonté ni puissance, mais qu’il nous donne les deux. Il est « l’alpha et l’omega » dans le salut de l’homme. Loin d’affirmer que l’homme vient à Christ de sa propre volonté, le texte le renie avec vigueur et force. Il déclare : « Vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie ! »

Voilà un exposé magistral de Spurgeon, prouvant l’absence de libre-arbitre, n’en déplaise aux adeptes du « libre choix » et de « la liberté individuelle » !

En commentaire au texte qui précède, une internaute nous propose de reprendre la parole de Jésus : Vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie ! et souligne que « bien que le point d’exclamation n’existât pas du temps de la rédaction de ce texte, les traducteurs l’ont très pertinemment marqué : il traduit un reproche et un déplaisir de la part de Jésus. Les pharisiens à qui il s’adresse, sondaient les Écritures, ils auraient donc dû reconnaître en Jésus le Messie, c’est là la signification poignante du verset, qui en lui-même ne se préoccupe pas de la question philosophique du libre-arbitre. La cause de l’aveuglement des conducteurs d’Israël, provient, non d’une déficience de l’intellect, mais d’une corruption de cœur : ils aimaient plus la gloire qui vient des hommes que celle qui vient de Dieu.

Or Spurgeon se sert du cas, non pour rendre compte du sentiment de Jésus : ils auraient dû venir à lui…, mais pour établir un autre point : ils ne pouvaient pas venir à lui…, parce qu’ils n’avaient pas de libre-arbitre.

Bref, Spurgeon a raison, son libre-arbitre n’est qu’une illusion, elle est esclave, esclave de la gloire qui vient des hommes ».

 

Pour aller plus loin : voir aussi cette étude en deux parties sur la liberté, publié sur Pep’s café ! : https://pepscafeleblogue.wordpress.com/2016/01/27/la-liberte-de-choix-une-illusion-une-malediction-heritee-de-la-chute/ et https://pepscafeleblogue.wordpress.com/2016/02/03/la-liberte-de-choix-une-illusion-une-malediction-heritee-de-la-chute-2/

 

Note :

(1) « Ceux qui ne peuvent pas ressentir de plaisir ou de préférence sont paralysés par les décisions les plus simples que nous prenons sans effort au quotidien : stylo bleu ou stylo noir ? Mary ou Sue ? Pour n’importe quel choix – qu’il s’agisse d’un partenaire ou de céréales pour le petit déjeuner -, ils s’enlisent dans les sables mouvants du pour et du contre ». D’après Gladstone, Brooke/Neufeld, Josh. La Machine à influencer : une histoire des médias. Ca et là, 2014, p 128.

Etre délivré du sentiment « de l’étrangeté de l’étranger » ou « l’Eglise doit être un lieu transgressif »

« Je viens vers toi les mains ouvertes, pour te montrer que je n’ai rien de dangereux, ni d’intentions malveillantes à ton égard… »

Voici une prédication particulièrement audacieuse du pasteur Gilles Boucomont, le dimanche 20/08/17, au temple de Belleville (Paris).

Les passages lues en introduction étaient Esaïe 56v1, 6-7 et Matthieu 15v21-28.

Deux textes qui nous parlent des étrangers. « Le problème est l’étranger mais le problème est que, selon la Bible, nous sommes tous des étrangers »….Justement, comment Jésus, « 100 % Dieu » mais aussi « 100 % homme »(1), « vraiment juif », a-t-il répondu à une demande d’une étrangère, une syro-phénicienne…..?

La suite à écouter ici [Voir tout en bas de la liste et choisir 2017-08-20 – Gilles.mp3].

Bonne écoute !

 

 

 

 

Note : 

(1) ….à part le péché, nous rappelle Hébr.4v15.