L’Eglise en quarantaine est-elle toujours l’Église ?

« L’Eglise locale existe quand les gens sont assemblés au même endroit et au même moment pour adirer le Seigneur… » (Source : Pixabay)

Nous vivons actuellement une crise sanitaire jusque là inédite, de nature à marquer notre génération. En effet, beaucoup de choses devraient changer – ou être remises en question – lorsque cette crise sera terminée. Jusqu’à quel point ? L’avenir nous le dira. Le drame serait que nous  repartions de plus belle « comme avant », sans avoir appris quoique ce soit.

Parmi ces questionnements qui ne manquent pas en ce moment : vu que les rassemblements sont interdits ou du moins, très limités, jusqu’à quel ordre (à l’heure où j’écris ces lignes), que va-t-il advenir de l’Eglise locale, en tant qu’expression visible/concrète de l’Eglise avec un grand « E » ? « L’Église locale va-t-elle mourir du virus COVID-19 ? », s’interroge d’ailleurs à ce sujet Michael Caron, nous invitant à revenir aux bases de ce que la Bible enseigne sur l’importance et la signification de l’Église locale….« .

En guise de complément et de prolongement, Daniel Henderson se propose d’ajouter quelques points à cette réflexion sur le culte, dans un article publié sur « Revenir à l’Evangile », l’excellent blogue de Publications chrétiennes, maison d’édition québecquoise fondée en 1958.

« L’Eglise locale existe quand les gens sont assemblés au même endroit et au même moment pour adorer le Seigneur, entendre la Parole de Dieu et prendre le repas de Seigneur. Dans ce moment inédit, on va sûrement faire des changements, mais comme on ne peut pas se réunir au même endroit et en même temps, il y a plusieurs activités de l’Église qu’on ne pourra plus faire.  L’Église locale est un groupe de chrétiens qui se réunissent régulièrement au nom de Christ pour manifester officiellement leur appartenance à Jésus-Christ et à son royaume, par la prédication de l’Évangile et les ordonnances de l’Évangile, ainsi que pour veiller les uns sur les autres. Mais, lorsque nous ne pouvons pas nous réunir, sommes-nous toujours l’Église ?

(…) N’essayons pas de remplacer rapidement ce qui a été perdu, mais aidons les gens à ressentir la perte et aspirons à son retour. Si nous prenons soin de nos membre et que nous les enseignons bien, imaginez le premier dimanche où nous nous réunirons à nouveau et prendrons le repas du Seigneur. J’ai hâte !  Marshall McLuhan a fait remarquer que « le médium est le message », et que « le contenu de tout médium nous aveugle sur son caractère ». En d’autres termes, si nous choisissons un médium ou un outil conçu pour la consommation passive, nous serons formés au fil du temps pour être des consommateurs religieux passifs. Si, en revanche, nous choisissons un moyen qui nous permet d’être plus présents et plus participatifs les uns avec les autres, nous serons formés au fil du temps pour être des participants actifs à l’œuvre de l’Évangile… »

(…) Ainsi, « regarder le culte en ligne n’est pas un substitut valable à l’église. Il n’existe pas de substitut valable à l’église. Regarder un sermon en ligne n’est pas un substitut valable au ministère de la Parole. Les substituts numériques ne sont pas du tout des substituts. Cela dit, dans des moments comme celui-ci, nous pouvons être en mesure d’utiliser la technologie pour aider les gens, mais voici le point, nous ne devons pas penser à ces alternatives comme des alternatives viables à la réalité. Ce sont des alternatives temporaires, moins qu’idéales ».  

Et Daniel Henderson d’enchaîner avec « quelques suggestions pratiques » :

1.Au lieu de diffuser un groupe qui fait la louange comme on fait le dimanche matin, on peut offrir aux gens des partitions de chants connus par l’assemblée ou partager des vidéos sur YouTube avec des paroles (voir sur cantiques.fr) qui facilitent le chant en groupe et en famille.

2.On peut diffuser une prédication sur Facebook ou YouTube, mais comme prédicateur, on doit réaliser qu’on ne prêche pas à une salle, mais dans des salons. Le dimanche matin, notre principal auditoire est la congrégation, mais avec les gens en confinement, notre principal auditoire est des familles au foyer. Le prédicateur se doit donc de parler directement à la caméra, pas aux gens invisibles dans la salle.

3.Utiliser des outils de vidéoconférence pour rencontrer des groupes de personnes plus petits au sein de notre église nous permet de discuter de nos craintes et de nos inquiétudes et de ce que nous apprenons au cours de notre temps dans le monde. Utiliser des outils de vidéoconférence permet également d’équiper les parents à faire le culte en famille (lire la Bible, prier et chanter). Autant de moyens pour encourager les gens à rester en contact durant la semaine.

4.Sans oublier plusieurs manières de continuer d’être l’Église pendant la crise…..

 

 

 

 

Les mots ont un sens : Non, nous ne sommes pas en guerre. Nous sommes en pandémie

La Guerre est-elle déclarée ? Comment allons-nous combattre ?
(« La Guerre est déclarée » : affiche du film-2011- de Valérie Donzelli)

« Nous sommes en guerre ». A six reprises, lors de son allocution, Emmanuel Macron a utilisé la même expression, en essayant de prendre un ton martial. L’anaphore voulait marquer les esprits et provoquer un effet de sidération. Avec deux objectifs sous-jacents. L’un sanitaire : s’assurer que les mesures de confinement – mot non prononcé par le président de la République – soient désormais appliquées. L’autre politique : tenter d’instaurer une forme d’union nationale derrière le chef de l’Etat. Le tout également pour faire oublier les mesures contradictoires et les hésitations coupables de ces derniers jours.

Pourtant les mots ont un sens. Et c’est non, mille fois non : nous ne sommes pas en guerre. Nous sommes en pandémie. C’est suffisant, et totalement différent.

La pandémie à laquelle nous sommes confrontés exigent des mesures plutôt opposées à un temps de guerre, explique l’économiste et chroniqueur de Basta ! Maxime Combes dans cette tribune.

 

Voir aussi « Sommes-nous vraiment en guerre contre un virus ? », une autre tribune signée des chercheurs Guillaume Grignard et Louise Knops, publiée sur The Conversation.

Le coronavirus « breveté » et « créé par les Français » ? Une rumeur virale par vidéo

« On t’a fait connaître », ô média chrétien, »ce qui est bien » (Michée 6v8). Source : initialement publié le 03 mai 2017 sur le compte twitter de Gilles Boucomont.

Vous le savez sans doute déjà : un document présentant un brevet, censé être « la preuve » que le coronavirus aurait été « créé par des français » est en train de circuler sur la toile. Peut-être l’avez-vous déjà reçu. Pour ma part, j’en ai pris connaissance il y a trois jours, lorsque l’un des membres de notre cellule de partage et d’étude biblique pour hommes l’a posté dans le groupe whattsap dédié…

Ce document a été récupéré via une vidéo virale d’une durée de plus de 20 minutes, postée initialement sur Facebook mardi après-midi et échangée via Messenger et WhatsApp, dont il est possible de retrouver la trace sur la plateforme vidéo YouTube et sur Twitter. Dans cette vidéo, un homme explique que « l’heure est grave » et suggère que les pouvoirs publics mentent à propos de l’épidémie de Covid-19, un virus « breveté » et « inventé », une « attaque bio-chimique », « créée par les Français et l’Institut Pasteur ». Il cite également des chercheurs du CNRS et de l’Inserm.  Sur Facebook, en moins de 24 heures, la vidéo a été partagée au moins 96 000 fois et comptabilise plus de 15 000 likes. Elle a également été vue au moins 100 000 fois via les publications sur YouTube. Sur Twitter, elle a également été repostée des dizaines de fois par des utilisateurs du réseau social qui diffusent des copies d’écran des documents censés attester cette « vérité ».

Parmi ces documents, le fameux brevet. Ce document est authentique, sauf qu’il repose sur une mauvaise compréhension/interprétation : il s’agit d’un fascicule de brevet européen (« EP 1 694 829 B1 ») facilement téléchargeable en PDF. Il porte sur la découverte d’une autre souche de coronavirus, qui remonte au début des années 2000, et qui n’a rien à voir avec notre virus. Ce brevet n’est donc pas la preuve de la création d’un virus.

Sans compter que déposer un brevet sur un virus ne signifie pas qu’on l’a créé. C’est simplement une manière de protéger le fait de l’avoir découvert, les techniques utilisées pour le comprendre et l’analyser, les méthodes de recherche. Et donc de plancher sur un vaccin…..

Il s’agit donc là de savoir lire un document. L’enjeu est de se donner les moyens de le faire, dans de bonnes conditions, et en faisant preuve de lucidité et de recul, plutôt que de « diffuser massivement à tous ses contacts ».

Décryptage ici, ici et . Et la mise au point de l’Institut Pasteur.

D’une manière générale, soyons prudents, face à ce qui nous est présenté comme étant « une information ».

Nous recevons des informations de toutes sortes, venant de canaux très différents qui nous sont plus ou moins familiers : famille, voisins, amis, collègues de travail, médias, institutions…Une « masse » qu’il faut savoir trier, vérifier…et même « vérifier deux fois ». Quel que soit notre maturité ou nos connaissances, nous pouvons être soumis à la manipulation, à la propagande ou bien au marketing publicitaire. Si nous reprenons une nouvelle quelconque, et quand bien même elle proviendrait d’un ami/proche (quelles sont, d’ailleurs, ses propres motivations ? Pourquoi me le transmet-il, en me recommandant « de le diffuser à tous mes contacts » ?), celle-ci doit être absolument certaine et vérifiée plusieurs fois. En aucun cas, nous ne pouvons la communiquer telle quelle. Dit autrement et crûment : si nous croyons une chose uniquement parce qu’un proche/ami/figure d’autorité nous l’a dit, nous sommes mûrs pour la manipulation. Même chose dans un contexte de peur, lié à une épidémie/pandémie, conflit, crise….

Aller plus loin : Voir nos études à partir de Josué  22 et Deutéronome 13 ; Ne pas manquer non plus de prendre 30 secondes avant d’y croire !

 

 

 

 

Les Grands jours de l’inhumanité : Après « Globish et management », « Globish et politique », « Globish aussi dans l’Eglise » ?

Le « Globish » : la langue des « winners » ou la nouvelle Novlangue ? A moins qu’il ne s’agisse du « latin des médecins de Molière » moderne…

Dans une note de blogue récente, le journaliste-blogueur catholique Patrice de Plunkett braque le projecteur sur la « singulière inhumanité d’élues macronistes »lors du débat sur une proposition du groupe centriste UDI-Agir visant à allonger de cinq à douze jours le congé du salarié en cas de décès d’un enfant : cinq jours n’étant pas suffisants pour que les parents puissent “reprendre pied”, expliquait le rapporteur UDI de la proposition de loi, Guy Bricout. La proposition a été rejetée par le bloc macroniste, sur intervention personnelle de la ministre du Travail Muriel Pénicaud, traduite par un amendement de la députée MoDem Michèle de Vaucouleurs et soutenue (avec férocité) par la députée LREM Sereine Mauborgne. Les trois femmes se sont acharnées à dire que la proposition Bricout allait “pénaliser les entreprises”, et que si vraiment les parents en deuil d’un enfant avaient besoin d’un délai, ce n’était pas à l’employeur de le leur accorder : ils n’avaient qu’à se faire offrir des jours de RTT par leurs collègues de travail ! L’inhumanité des trois femmes a choqué les députés de gauche et de droite, qui ont fait part de leur “honte”.

Dans une autre note suivant la première et publiée le 02/02 (« Congé de deuil parental : carence humaine à LREM »), le même Patrice de Plunkett souligne également à quel point « l’attitude du député [LREM du Val de Marne] Frédéric Descrozaille [interrogé sur l’inhumanité de phrases proférées par la ministre du Travail et plusieurs députées LREM, lors du débat de LCI vers 23h, le 01/02] a fait voir au téléspectateur le mur mental qui sépare le logiciel des macroniens et les réalités humaines (…) Interrogé là-dessus, l’élu du Val-de-Marne, sueur au front, s’est évertué à parler hors du sujet. Il paraissait gêné d’avoir à répondre d’un manque d’humanité ; visiblement il eût préféré se lancer dans les litanies « techniques » sous lesquelles ce parti a coutume de noyer les problèmes. L’une des invité(e)s, la députée EELV Sandra Regol, lui a donc reproché – non sans ironie – de sembler incapable de reconnaître une faute de son camp : celle de Mmes Pénicaud, Vaucouleurs et Mauborgne (…..). Ainsi mis dos au mur, M. Descrozaille a fini par reconnaître la faute des trois macroniennes. Il l’a même reconnue deux fois. Une première fois en français – et une seconde fois en globish, comme pour valider le « oui, c’était une faute » par un « yes, it was a mistake » : le globish étant la langue des choses sérieuses dans le petit monde dont fait partie LREM… Voilà par quelle catégorie sociétale nous sommes gouvernés depuis 2017″, conclut avec ironie Patrice de Plunkett.

Pour rappel, le « globish » (un mot-valise signifiant « anglais global » ou « anglais planétaire ») est une version simplifiée – appauvrie ? – de l’anglais comprenant 1500 mots et une grammaire simplifiée. Cette novlangue (nouvelle langue), à moins qu’il ne s’agisse du « latin des médecins de Molière » moderne, est destinée à tous les étrangers qui ont besoin d’échanger de façon utilitaire en anglais, et pas forcement avec des anglophones. Promue par le français Jean-Paul Nerrière, ex cadre marketing chez IBM, le globish se présente comme une alternative simplifiée à l’anglais. Et qui fait notamment l’impasse sur l’apprentissage d’un accent anglophone.

De là, ces réactions intéressantes d’internautes à l’article de Patrice de Plunkett, concernant la place du « globish » dans notre quotidien, non seulement « séculier » mais aussi ecclésial. Extraits :

GLOBISH ET MANAGEMENT

1: Sur l’usage de l’anglais au milieu d’une conversation française:

Une personne qui parle globish dans une conversation en français veut généralement dire autre chose que la traduction mot-à-mot. Ainsi:
– Quelqu’un qui dit « why not » après une proposition en français ne dit pas « pourquoi pas » mais « ça me fait [……] ».
– Quelqu’un qui décrit une personne comme « open » ne dit pas qu’elle est « ouverte » mais qu’elle est un « imbécile heureux ».
– Quelqu’un qui dit qu’il a « challengé » son équipe ne dit pas qu’il l’a « mise au défi » mais plutôt qu’il « lui a mis une pression pas forcément saine ».
(…)
Depuis le temps que j’entends parler globish au travail je commence à mettre sur pied un lexique.

2: Sur l’opportunité de prolonger le congé pour enfant décédé:

Mme Pénicaud ira sûrement expliquer que les parents risquent de provoquer la mort de leur enfant pour se payer plus de congés. D’ailleurs, ça arrive tellement souvent qu’un salarié perde son enfant que cette réforme risquait de faire peser une contrainte énoooooorme sur les entreprises.
Je me rappelle, un soir qu’on venait de servir la soupe aux personnes de la rue, nous avions constaté que l’un d’entre eux était pâle et tournait de l’œil. Bref, il avait la grippe. Nous lui disions: « Ne va pas travailler demain, tu es malade. » (oui il bossait, comme un tiers des gens de la rue). Il a répondu: « Je ne peux pas, je risque des jours de carence. » Drôlement malin ces réformes pour « responsabiliser » les salariés. On épuise un travailleur malade qui ira contaminer ses collègues.

3: Sur la mentalité LREM:

Le message des chrétiens a toute sa place pour contrecarrer les schémas de pensée macronistes. Qu’est-ce qu’il y a de plus important que le profit d’une entreprise dans cette société matérialiste? Dieu serait mort alors qu’est-ce qui obligerait à prendre soin des autres? Les chrétiens ne cherchent pas à faire la preuve de l’existence de Dieu mais à montrer la dignité divine de chaque homme par Jésus-Christ. « Pour toi j’ai frappé l’Egypte, Kush et Seba à ta place. […] Tu as du prix à mes yeux » (Is 43). La bonne nouvelle des chrétiens, c’est cette dignité incommensurable qu’il y a dans le dernier des chômeurs et qui justifie les plus grands sacrifices économiques, y compris au détriment des ténors du CAC 40. « Si c’est un homme » aurait dit Primo Levi. Chrétien deviens ce que tu es… comme on dit.  Écrit par : Cyril B / | 03/02/2020

GLOBISH AUSSI DANS L’EGLISE

Globish au Palais-Bourbon, globish aussi dans l’Église avec ce titre qui en dit long : « Étudiant et chrétien, influenceur ou follower ? » On nage en pleine culture marketing : l’influenceur, selon la page Wikipedia qui lui est consacrée, « est une personne qui, par son statut, sa position ou son exposition médiatique, est capable d’être un relais d’opinion influençant les habitudes de consommation dans un but marketing ». ‘Influenceur’ est du globish hâtivement francisé (‘influencer’ en anglais) ; ‘suiveur’ eut sans doute été trop vieillot et franchouillard pour qu’on le préfère à son équivalent dans la langue de Shakespeare, évidemment dans le vent. Ces étudiants en grandes écoles se disent « gênés » de témoigner de leur foi : on les comprend car c’est la société libérale et liquide dans son ensemble qui va à contre-courant du message chrétien. Mais n’était-ce pas déjà le cas au temps du Christ ? (…) Ni ‘influenceurs’ ni ‘followers’ mais pleinement chrétiens dans les actes gratuits du quotidien (…), voilà le conseil que je donnerais humblement à ces étudiants : assurément, c’est par le témoignage concret et l’exemple donné que l’on évangélise, bien davantage que par toutes techniques de marketing qui parlent moins à Dieu qu’à Mammon. Des deux, il n’en est qu’un que nous puissions choisir. Écrit par : Philippe de Visieux / | 04/02/2020

Avent

« Seules les femmes, les mères, savent ce qu’est le verbe attendre. » (Source image : public domain pictures)

Il arriva sans être attendu, il vint sans avoir été conçu. Seule la mère savait qu’il était fils d’une annonce de la semence portée par la voix d’un ange. C’était arrivé à d’autres femmes juives, à Sarah par exemple.

Seules les femmes, les mères, savent ce qu’est le verbe attendre. Le genre masculin n’a ni constance ni corps pour héberger des attentes (….). Esaïe 30v18 (dit pourtant) « heureux ceux qui attendent lui » (….). Mais plus fort encore que cette nouvelle, il est écrit dans ce même vers : « c’est pourquoi Dieu attendra pour vous faire miséricorde ». La première attente concerne Dieu et elle a le même verbe hébraïque hacche. Dans sa réduction au format de l’espèce humaine, Son temps infini se contracte dans le fini d’une attente. Dieu attend ; « pour vous faire miséricorde ». Le temps de l’Avent est à l’imitation de, il est face à l’éternité d’un Dieu qui accepte de devenir périodique, faisant irruption dans le monde certains mois fixés par sa naissance, sa mort et sa résurrection.

Celui qui a en lui les ressources pour concevoir des attentes connaît grâce au vers d’Esaïe l’immensité de l’attente correspondante de Dieu.

Avent IN Noyau d’olive, Erri De Luca. Gallimard, 2004 (Folio), pp 17-18.

Louer Dieu : c’est facile et compliqué « en même temps »

« Louez Dieu » ? Répondre à la question est un jeu d’enfant. Le vivre est plus compliqué…

« Louez Dieu », ça veut dire quoi ?

La réponse à cette question n’est pas difficile. Louer Dieu fait partie de notre vie : par son Esprit, Dieu fait monter en nous une reconnaissance de qui il est et pour qui il est. La louange est donc une attitude qui, tout à la fois, dit qui est Dieu et l’honore. C’est l’oeuvre du Saint Esprit en nous.

Nous trouvons dans les Ecritures plusieurs versets qui nous parlent de ce sujet :

  • Dans le Premier Testament, le livre de louange par excellence, c’est le livre des Psaumes. Les psalmistes invitent les fidèles à dire comment Dieu est bon, fidèle, puissant, miséricordieux et juste. Cet appel est lancé non seulement aux peuples, mais aussi à toute la création – les montagnes, la mer, la lune, les astres, le monde animal.
  • Dans le psaume 33, il est dit que la louange de Dieu est quelque chose qui est propre aux justes ; comme il est propre aux oiseaux de voler et aux poissons de nager, il est propre aux hommes droits de louer Dieu. Mais louer uniquement en paroles n’est pas ce que désire Dieu.
  • Dans le livre du prophète Esaïe, Il reproche à son peuple de le louer avec leurs bouches, tandis que leurs cœurs sont éloignés de lui (Esaïe 29:13).
  • Jésus reprend cette idée, en disant que « l’heure vient, et elle est déjà là, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité. En effet, ce sont là les adorateurs que recherche le Père » (Jean 4:23).
  • Dans ce même évangile, Jésus explique que le Père sera glorifié si nous portons beaucoup de fruit (Jean 15:8). Dieu attend donc de nous que nous le louions par nos actes. Et plus tard, l’apôtre Pierre écrira que même les non-croyants seront amenés à louer Dieu quand ils remarqueront notre « belle manière d’agir » (1 Pierre 2:12).

Alors, oui, il n’est pas si difficile de répondre à la question : « qu’est-ce que la louange? ». Ce qui est très compliqué, c’est d’appliquer cette réponse à notre vie de tous les jours.

La suite ici.

 

C’est ainsi que certains espèrent le réveil : comme d’autres attendent le Messie

« Ils avaient en vue une réforme que Dieu lui-même devait opérer dans l’Eglise, mais ils ne songeaient point que cette réforme devait commencer par eux… » (Source : public domain pictures)

« Hélas ! Nous avons longtemps parlé de la réforme [ou du réveil] de l’Eglise ; nous l’avons hâtée de nos vœux et de nos prières, et cependant nous l’avons négligée et nous la négligeons encore. Il semble, par notre conduite, que nous ignorions complètement en quoi consiste cette réforme, objet de tant de vœux (….). D’où vient cet étrange aveuglement ? Comment des hommes pieux ont-ils pu s’abuser si grossièrement ? La cause est facile à comprendre. Ils avaient en vue une réforme que Dieu lui-même devait opérer dans l’Eglise, mais ils ne songeaient point que cette réforme devait commencer par eux. Ils considéraient la fin, mais non les moyens. Ils espéraient sans doute que tout serait réformé, excepté eux et sans eux ; que le Saint-Esprit descendrait miraculeusement sur la terre ; qu’un ange ou qu’un prophète, venu du ciel, amènerait le renouvellement et la restauration de l’Eglise ; que le glaive de la loi frapperait les pécheurs et les forcerait à l’amendement. (….)Nous nous étions tous un peu persuadés que lorsque les impies auraient été amenés à reconnaître notre autorité, ils seraient par cela même convertis et conduits de force dans le chemin du salut. Mais nous nous faisions d’étranges illusions ; et si nous avions exactement connu les moyens par lesquels la réforme devait s’effectuer, peut-être quelques-uns auraient-ils été moins ardents à la demander. La réforme est pour plusieurs d’entre nous ce que le Messie était pour les Juifs. Avant sa venue, ils soupiraient après lui, ils se glorifiaient en lui, ils se réjouissaient dans l’espérance de son avènement ; dès qu’il fut descendu sur la terre, ils ne purent le souffrir ; ils le persécutèrent de leur haine ; ils refusèrent de croire que c’était là celui qu’ils attendaient (…) et le firent mourir (….).

Le Seigneur que vous cherchez et l’ange de l’alliance que vous désirez entreront dans son temple : et qui pourra soutenir le jour de sa venue ? Qui pourra subsister quand il paraîtra ? Car il sera comme un feu qui raffine et comme le savon des foulons ; et il sera assis comme celui qui affine  et qui purifie l’argent ; il nettoiera les fils de Lévi ; il les purifiera comme l’or et l’argent, et ils apporteront à l’Eternel des oblations dans la justice (Mal. 3v1-3).

La raison en est qu’ils attendaient un messie glorieux qui devait leur apporter la puissance et la liberté. C’est ainsi que plusieurs d’entre nous envisageaient la réforme. Ils espéraient une réforme qui leur procurerait la richesse, l’honneur, le pouvoir ; ils reconnaissaient maintenant qu’elle leur impose un surcroît de travail et de soins. Ils se flattaient qu’elle mettrait les impies à leurs pieds. Ils s’aperçoivent  maintenant que c’est à eux à jouer le rôle de suppliants, à se jeter aux pieds des pécheurs non convertis, à solliciter humblement à la piété ceux qui autrefois menaçaient leur vie, à les gagner à force de mansuétude, de tendresse et de charité. Certes, ce n’est point là la réalisation de leurs espérances charnelles ».

Tiré du « Pasteur chrétien » (« The reformed pastor ») de Richard Baxter, pasteur et théologien anglais (1615-1691). Ed. Publications chrétiennes, 2016 (Impact Héritage), pp 163-164. Un appel à tous les pasteurs, « ministres de l’Evangile », relatif à leurs devoirs et obligations.

Avant d’être un « leader », tu es d’abord un « follower »

Hier, les disciples de Jésus lui demandaient de leur apprendre à prier. Les disciples d’aujourd’hui lui oseront-ils lui demander de leur apprendre à Le suivre ?
(Source : convergence bolcho-catholiques)

« Toi, suis-moi », dit Jésus (Jean 21v22)

Dans un monde et une Église, [soucieux] du »leadership » (et de la formation pour devenir « leader »), il est facile d’oublier que nous sommes d’abord à la suite du Christ, pas des « leaders » mais des « followers », des disciples. C’est la base de toute authenticité chrétienne. (Vu sur twitter – paru le 06/09/19)

« Hevenu Shalom Alehem » : Pep’s café fait sa rentrée !

 « Hevenu shalom alehem » est un très beau chant en hébreu de cérémonies, célébrations et fêtes, dont le couplet est mainte fois répété. Il signifie « nous vous apportons la paix ». Est-ce là notre motivation constante ?

Shalom Alehem (hébreu שלום עליכם, yiddish שלום־עליכם (şolem aleyxem)) est une salutation hébraïque, signifiant « Paix sur vous ». Cette salutation est utilisée au pluriel, et est utilisée aussi bien pour une collectivité que pour un individu isolé.

Shalom, « la paix », n’est pas l’absence de ce qui dérange mais l’établissement de ce qui est bon. Cela vient de Shalem, la « plénitude », ce qui remplit chaque aspect de notre vie, tant mentale que physique, spirituel ou matériel. Une promesse qui garde toute sa plénitude…. dans le Prince de Paix (Esaïe 9v5), Celui [dont le Nom signifie « Dieu sauveur » et « Dieu élargit »] « en qui nous nous trouvons pleinement comblés » (Colossiens 2v10) et qui a dit « Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Ce n’est pas à la manière du monde que je vous la donne. Que votre cœur cesse de se troubler et de craindre » (Jean 14v27).

Le prophète Jean [le baptiste] a rendu à Son sujet ce témoignage : « C’est celui dont j’ai dit: Celui qui vient après moi m’a précédé, car il était avant moi. Et nous avons tous reçu de sa plénitude, et grâce pour grâce….» (Jean 1v15-17).

C’est ce que je peux vous souhaiter de mieux pour cette nouvelle rentrée !

 

Alléluia !

« …j’entendis dans le ciel comme une voix forte d’une foule nombreuse qui disait : Alléluia ! Le salut, la gloire, et la puissance sont à notre Dieu » (Apoc.19v1)

« Hallelujah » a été popularisé par le refrain du Messie de Haendel (1741).

C’est aussi une chanson écrite par le compositeur canadien Léonard Cohen (1984).

Une adaptation moderne d’un vieux cantique de louange du 19e siècle (« J’aimerai, ô mon Dieu ». Paroles : Adolphe Monod,1802-1856) par Gilles Boucomont (2009) contient également cette expression « alléluia ».

Plus proche de nous encore, dans les manifestations monstres (depuis juin 2019) contre Carrie Lam, la chef du gouvernement hongkongais réputée proche de Pékin, les foules reprennent le cantique « Sing Hallelujah to the Lord » (« chante alleluia au Seigneur »), devenu un cri de ralliement pacifique. Il a été écrit en 1974 par Linda Stassen, du mouvement hippie évangélique « les Jésus People ». Inspirée par la liturgie des premiers chrétiens, elle aurait trouvé la mélodie un jour… sous la douche !

Mais que signifie donc « Alléluia » (ou Hallelujah) ?

Il s’agit d’une exclamation, exprimant la joie ou l’allégresse de ceux qui adorent Dieu.

En effet, cette expression est composée de deux mots hébreux : l’impératif hallelu  (« louez ») et Yah, l’abréviation de Yahweh, qui est traduit par « l’Eternel » (ou « le Seigneur »). Elle signifie donc : « Louez l’Eternel (le Seigneur) ! »

L’expression Alléluia apparaît vingt-cinq fois dans les Écritures bibliques, soit 21 fois dans l’Ancien Testament – seulement dans les Psaumes, spécialement lors de la Pâque et de la fête des Tabernacles (1)  – et 4 fois dans le Nouveau Testament, en Apocalypse 19v1, 3, 4, 6. Ces 4 dernières mentions apparaissent dans une série de brèves prières, dites « d’une voix forte » par « une foule nombreuse », suite au jugement de la Grande Cité de Babylone, « la Grande Prostituée », orgueilleuse, oppressive et corruptrice (Apoc.18v2 et ss). La victoire de Dieu et la venue de son règne sont ainsi annoncés et célébrés !

« Alléluia » exprime que seul notre Dieu Sauveur et Seigneur est digne de notre louange. Dieu Lui-même le rappelle en Esaïe 45v5 : « Je suis l’Eternel, et il n’y en a point d’autre ! » A Lui seul la gloire !

 

 

Note : 

(1) Cf Ps. 104v35 ; 105v45 ; 106v48; 111v1 ; 112v1; 113v1; 116v19; 117v2; 125v1,21; 146v1, 10; 147v1;148v1,14; 149v1,9; 150v1,6