Dieu est un Dieu de contact

Dieu est un Dieu de contact.

Non parce qu’il aurait un super annuaire dans son i-phone, mais parce qu’il est un Dieu « tactile », de contact physique. Il est le Dieu du réel et le réel ne s’oppose pas à ce qui est spirituel.

Voici quelques exemples :

Le prophète Esaïe, témoin de la gloire de Dieu, s’écrie : « Malheur à moi ! Je suis perdu, car je suis un homme dont les lèvres sont impures, j’habite au milieu d’un peuple dont les lèvres sont impures, et mes yeux ont vu le Roi, l’Eternel des armées.
Mais l’un des séraphins vola vers (lui), tenant à la main une pierre ardente, qu’il avait prise sur l’autel avec des pincettes. Il en toucha (sa) bouche, et dit: Ceci a touché tes lèvres; ton iniquité est enlevée, et ton péché est expié » (Es.6v1-7).

Découragé, le prophète Elie s’enfuit, se couche sous un genêt et réclame la mort, s’estimant « pas mieux que ses pères ». Et « voici, un ange le toucha, et lui dit: Lève-toi, mange… » (1 Rois 19v5 et ss.Voir aussi vv 11-13)

Daniel : « au bord du grand fleuve qui est Hiddékel », il a la vision d’un homme redoutable. Les forces lui manquent, et il tombe « frappé d’étourdissement, la face contre terre.
Et voici, une main (le) toucha, et secoua (ses) genoux et (ses) mains » et l’homme l’encourage par ses paroles et le fortifie (Dan.10v4-12, 16-19).

Jean, dans une scène comparable, est face à Jésus, qui se présente à lui dans un aspect également redoutable (Apocalypse 1v10-17). Il « tombe » alors « à ses pieds comme mort ». Mais Jésus « posa sur (lui) sa main droite en disant : Ne crains point ! »

D’autres scènes, dans les évangiles, sont à signaler, telles les scènes de la Transfiguration (Matt. 17v6-7), du lavement des pieds (Jean 13v1-17), ou de la pêche miraculeuse, scène magnifique et ô combien touchante, relatée en Jean 21.

Les scènes précédentes données en exemples nous enseignent premièrement qu’une attitude désinvolte ne saurait convenir, lorsque nous sommes face à Dieu. Néanmoins, si Dieu attend de nous que nous lui soyons disponibles et consacrés, tout en faisant preuve d’une « sainte crainte » à son égard, il est aussi ce Dieu qui nous révèle toute Sa bonté cf Exode 33v18-19, 34v6 ; Ps. 80 et Ps. 86.

Le toucher physique – un regard ou un geste – assorti d’une parole et parfois d’un élément matériel, rend ainsi tangible la grâce divine, au point de nous impliquer personnellement.

 

Jésus-Christ, « pédagogue de la foi »

« Fixons les yeux sur Jésus, le chef et le consommateur de la foi »(Hébr.12v2)

« Faites ceci en mémoire de moi » (Luc 22v19)

« …je vous ai donné un exemple, afin que vous fassiez comme je vous ai fait » (Jean 13v15)

« Je suis le bon berger. Je connais mes brebis, et elles me connaissent, comme le Père me connaît et comme je connais le Père ; et je donne ma vie pour mes brebis. » (Jean 10v14-15)

 

« Jésus prenait soin de ceux qui lui étaient confiés. Il avait une véritable pédagogie de la foi, et il a laissé des consignes explicites quant à des gestes à pratiquer pour manifester la foi », souligne le pasteur Gilles Boucomont dans son « Au nom de Jésus : libérer le corps, l’âme, l’esprit » (Ed. Première partie, 2010, p.223).

Nous pouvons considérer comme « sacrements » ou « sacramentelles », à l’instar des Protestants, toutes les pratiques qui ont été ordonnées par Christ dans les Evangiles, « et qui font intervenir une parole, un geste, un élément matériel » : ainsi le baptême, que Jésus a ordonné(Matt.28v19-20 et Marc 16v16, Rom.6v3), le partage de la Cène en mémoire du dernier repas de Jésus avec ses disciples (Luc 22v19-20), et le lavement des pieds(Jeanv14-15)-non conservé par la plupart des Eglises protestantes et évangéliques, « alors qu’il est biblique »(op. cit., p 225).

Pour Gilles Boucomont, qui aborde cette question des « sacrements » dans un ouvrage consacré à la délivrance, « quand Jésus donne ces trois directions pour faire signe et rendre visible la grâce invisible, il pense aux vertus thérapeutiques de ces gestes :

Le baptême est ainsi thérapeutique parce qu’il permet à l’adulte qui se fait baptiser de marquer un changement de vie radical(…) ». Il « nous inclut dans la famille chrétienne, mais surtout dans la famille de Dieu, qui devient non seulement notre créateur mais aussi Notre Père(…)Le baptême nous guérit donc de notre animalité en nous faisant résolument entrer dans l’humanité réconciliée avec Dieu et réconciliée avec les autres humains(…)

Le partage de la Cène est aussi agent de guérison parce qu’il nous manifeste ce qu’est l’humanité concrètement réconciliée(…)Sont ainsi rendues visibles le fait qu’il n’y ait lus de distinctions entre les personnes, une puissance égalitaire que jusque-là seule la mort pouvait prétendre offrir aux humains. Le fait même d’utiliser deux aliments simples pour dire le corps et le sang de Jésus est une réconciliation. Ce sont des produits transformés, fruits du travail de la nature, de la création de Dieu, et du travail des hommes. La Cène est une vraie guérison des relations interpersonnelles, car elle brise tous les jeux d’autorité qui ne sont pas en Christ ou de Christ. Elle est aussi une guérison de la mémoire, car en mettant fin à la nécessité de répéter un sacrifice(Hébr.7v26-27 et 10v18), mais en le symbolisant, elle nous fait sortir de la tension entre l’oubli et la répétition qui hante nos histoires. Enfin, elle est une guérison fondamentale de toutes les tentations religieuses : c’est Dieu[ou Christ] qui invite à sa table, ce n’est pas un lieu de pouvoir religieux(cf 1 Cor.11v17-34 et cf 1 Cor.12) , elle met fin à la logique sacrificielle…Autant de guérisons d’une humanité en manque de repères(…)

Quant au lavement de pieds, il est lui aussi thérapeutique dans la mesure où il brise ce qui est le péché suprême de l’orgueil. C’est le péché le plus subtil(…), le plus religieux aussi, car il nous met comme dieux à la place de Dieu. Par l’humiliation volontaire, le lavement des pieds ouvre un espace pour vivre le pardon(…)et par le fait de s’incliner, il nous apprend ce que veut dir l’autorité en Jésus-Christ, qui n’est pas domination mais abaissement.(op.cit., pp223-227)

 

La parabole du « serviteur inutile » : une réponse « révolutionnaire » à l’esprit « utilitariste et comptable »

Nous sommes vendredi 09 janvier et cela fait aujourd’hui deux ans pour Pep’s café !, « né » un certain 09 janvier 2013. De même qu’à l’époque du premier anniversaire, je choisis de ne pas publier un bilan statistique du blogue, et vous propose à la place de méditer sur la parabole du « serviteur inutile », en Luc 17v7-10.

Le choix peut paraître singulier-surtout en pareille occasion-de prime abord. Mais avec un peu d’attention, il est possible de la trouver pleine d’enseignement pour nous, particulièrement à notre époque « utilitariste » et « comptable », où tout doit se justifier en terme de rentabilité, sous peine de disparaître. D’ailleurs, Notre Seigneur était-il « rentable », à vue humaine(voir l’ensemble du chap. 17 de Luc) ?

Mais commençons par le commencement. Dimanche 07/12, une discussion naturelle et spontanée a eu lieu, après le culte, entre quelques-uns(dont moi), à propos du « serviteur inutile ». Cette parabole soulève quelques difficultés, en plus d’être particulièrement dérangeante et « scandaleuse ». Plus exactement, ce qui est dérangeant et scandaleux ici est le terme « inutile ». Le texte biblique voudrait-il parler de « quelconque », ou « d’ordinaire » ? Il semble que non, puisque le mot grec « achreioi » utilisé ici renferme bien l’idée d’être « inutile » ou « sans profit »(ou « pas rentable »). Un terme que l’on retrouve dans la parabole des talents racontée par Matthieu(25v30), à propos de celui qui est jugé « inutile » ou « sans profit », parce qu’il avait caché(gâché ?)son talent.

Que veut nous enseigner le Seigneur à ce sujet ? Lancerait-il un « concours » de l’abnégation et de l’humilité, dans le genre « plus inutile que moi tu meurs » ? A moins qu’il n’y ait là une « voie alternative » du serviteur inutile(avec l’exemple de ce que Jésus a été Lui-même), applicable pour nous aujourd’hui ? Pour bien comprendre, il convient d’examiner ce qui précède et ce qui suit cette parabole dans tout le chapitre 17 de Luc. Quel est le rapport avec « le serviteur inutile » ?

 

Quelques réponses à notre appel à contributions : un grand merci à leurs auteurs !

Benoît (catholique, co-animateur du blogue « Les Cahiers libres ») :

Un texte qui m’a toujours beaucoup touché et notamment cette expression réputée dure « inutile ». Si le terme peut sembler difficile, il nous met cependant dans une belle humilité face à Dieu, sans qui nous ne pouvons rien faire (Jn 15) !

Claude (évangélique, un frère de mon église locale-du groupe d’où est partie la discussion originelle sur la parabole) :

Un qualificatif (« inutile ») qui caractérise tous ceux qui sont nés de nouveau et qui par voie de conséquence sont devenus des serviteurs. Mais de qui sommes-nous devenus des serviteurs?​ De Jésus, de nos prochains ou de nous-mêmes ? Aïe….Il est évident, avec une approche formatée par tout ce qui a contribué à faire de nous ce que nous étions avant notre nouvelle naissance, que l’on a plus tendance à vouloir se valoriser et non à se sentir inutile.

Avons-nous de la valeur ? Mais oui sinon Jean 3:16 ne s’expliquerait pas. Est-ce de cela que Luc 17:10 parle ? Pas du tout. Mais pourquoi donc parle-t-il de serviteur inutile ? Ce verset nous invite simplement à cultiver l’humilité, à donner sans attendre en retour, à pratiquer un amour désintéressé.

Quand ma main gauche donne à ma main droite, elle n’attend rien en retour, quand mon cerveau pense pour le reste de mon corps, il n’attend pas une récompense du reste du corps, quand mes pieds déplacent l’ensemble de mon corps d’un point à un autre à la demande de mon cerveau, ils n’attendent pas un remerciement de mon cerveau ni une valorisation quelconque. C’est ainsi que fonctionne le corps de Christ : nous sommes tous complémentaires. Je fais ce que j’ai à faire sans attendre un retour.

Ludivine (Evangélique. Bloggeuse de « Bible et partage ») :

Jésus avait-il décelé quelque chose dans leur coeur ?

Peut-être que certains pensent que Dieu a de la chance qu’on le serve, que Jésus est bien content et honoré qu’on le suive.  Il devrait nous donner tout ce que nous lui demandons et nous récompenser largement…..

« Vous de même dîtes nous sommes des serviteurs inutiles » : le Seigneur nous dit : voilà ce que devrait être votre état d’esprit : considérer votre service comme quelque chose de normal, après Dieu lui-même jugera de votre service.

 « unprofitable- unworthy » : peu lucratif, indigne >> pas de mérite, pas digne de.

 « Doit- il de la reconnaissance à ce serviteur ? » Non, le maître ne doit rien et Dieu ne nous doit rien. C’est nous qui lui devons cet honneur d’être à son service. En plus, nous serons payés pour notre travail, récompensés (cf paraboles des talents) mais cela ne fait pas de nous des personnes dignes de recevoir ses louanges. Nous les recevrons, car la Bible le dit, mais ce sera encore un effet de sa grâce, Dieu ne doit rien à personne.

 Je ne vois pas l’absence de profit dans ce passage comme elle est mentionnée dans la parabole des talents. Le serviteur inutile ne faisait « rien » là. Le serviteur fait quand même son boulot dans les champs. Je suis partisane du « c’est un honneur d’être utilisé par Dieu » et non le contraire. Je ne suis pas grand-chose mais il m’emploie dans ses champs. Ma réponse est « merci Seigneur je n’en étais pas digne » et non « Dieu me doit la reconnaissance et un bon repas en sa compagnie ».

La parabole des talents est plus un enseignement sur le fait qu’il est important de faire les oeuvres que Dieu a préparé pour nous et que nous les fassions en fonction des talents que nous recevons. Nous devons porter du fruit, c’est la normalité aux yeux de Dieu.

 

Pour ma part, tout en partageant les excellentes réflexions ci-dessus, je dirai, en complément, que cette parabole est révélatrice de ce dont Dieu se préoccupe le plus. Dieu se préoccupe en effet plus que nous le connaissions(ou cherchions à le connaître)-que de ce que nous faisons(ou cherchons à faire)pour Lui. De même, que nous nous intéressions plus aux autres-à ce qu’ils sont-qu’à ce qu’ils font ou à ce que nous pourrions faire pour eux. De cette priorité découle le reste.

L’esclave hébreu, en Exode 21v2-6, qui avait servi 6 années, était libre de partir la 7ème année. Mais seul, si son maître lui avait donné une femme, et que sa femme lui a donné des enfants entretemps. Or, il choisit de rester, déclarant aimer « son maître, sa femme et ses enfants », et ne souhaitant pas « sortir libre »(v5).

Mais nous sommes appelés à Le connaître sur un autre plan. Comme un Père. Et nous sommes invité à « voir de quel amour le Père nous a témoigné(ou fait don), que nous soyons appelés enfants de Dieu. »(1 Jean 3v1). Et c’est ce que nous sommes, « nés non du sang, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu », nous dit Jean (Jean 1v13). Soit « tous ceux qui ont reçu » Celui qui est « la lumière du monde », « ceux qui croient en Son nom »(Jean 1v12 et cf 1-11, 14 ; 8v12).

Dieu est-il Votre Père ? Savez-vous que « le Père Lui-même vous aime » ? (Jean 16v27). Comment Il vous a aimé ? (Jean 3v16). Et pourquoi ?(1 Jean 4v10)

De même, Jésus, le Fils de Dieu, souhaite que nous le connaissions, individuellement, comme « Seigneur et Maître », en tant que « serviteurs »(Jean 13v13), et en tant qu’ « amis »(Jean 15v13-15 ; 21), voire « frères »(Jean 20v17, Hébreux 2v11-17). Ainsi que, tous ensembles, en tant qu’ « épouse » (Eph. 5v22-32)Et, les uns les autres, en tant que membres d’un même corps(cf 1 Cor.12)

Bref, nous sommes appelés à vivre des relations « de famille », le seul cadre où l’humilité et la gratuité sont (devraient être) la seule norme(avec l’amour).

Enfin, Le connaître, Lui « le seul vrai Dieu, et Celui (qu’Il a)envoyé, Jésus-Christ »(Jean 17v3 cf 1 Jean 5v21), c’est là « la vie éternelle ». C’est pourquoi Dieu se préoccupe que nous le connaissions et que nous nous attachions à Lui.

L’attachement à Dieu, c’est la piété. Plus que jamais, c’est ce qui fait la différence (1 Tim.4v7 ; 1 Tim. 6 cf 1 Tim.3v16). Et ce n’est pas une question « intéressée » ou de performance !

 

Et vous ? Qu’en pensez-vous ? Partagez donc vos remarques au pied de cet article !

Foireux liens (3) : « grandir et vivre… »

Une foire aux médias(chrétiens)et non des "foireux médias" !

Des foireux liens sur le thème de la sagesse, en réponse à la démesure actuelle

Pour ces nouveaux « Foireux liens », voici un zoom sur quelques personnalités marquantes de ces derniers mois(notamment d’Avril)qui nous exhortent à plus de maturité et de sagesse(ou d’équilibre, de sobriété et de discernement) face aux dérives éthiques et à une accélération de la perte des repères moraux. Lesquelles dérives ont un nom : « démesure », ou ce que les Grecs anciens appelaient « hybris ».

La plupart des personnalités mentionnées plus haut sont non chrétiennes, mais comme l’a dit le Seigneur : « les enfants de ce siècle sont plus avisés à l’égard de leurs semblables que ne le sont(ou ne semblent l’être) les enfants de lumière »(ou ceux qui prétendent l’être ?) cf Luc 16v8

D’autant plus que la Parole de Dieu nous exhorte à la modération(Tite 2v2-6) et que « la grâce de Dieu, source de salut pour tous les hommes…nous enseigne à renoncer l’impiété et aux convoitises mondaines et à vivre dans le présent siècle sagement(ou sobrement), justement et pieusement »(Tite 2v11-12)

Seule la sagesse de Dieu nous garde de la démesure (cf Eccl.7v11-19). Et le sage « est celui qui connaît ses limites » et qui se confie en Celui qui est plus grand que lui.

 

Tour d’horizon :
– Jacques Testart : vous a-t-on parlé de cet article du « Monde diplomatique » d’avril contre la dérive néolibérale de la PMA ?
Patrice de Plunkett attire notre attention, dans une récente note de blogue, sur la « toute la dernière page » du mensuel, qui est « consacrée à un article fracassant du biologiste Jacques Testart » (pionnier de la fécondation in vitro et qui vient de publier « faire des enfants demain » aux éditions du seuil, 2014) :  »Repenser la procréation médicalement assistée ».

Extrait du « Testart » : « L’eugénisme mou arrive déjà, par exemple quand la biomédecine […] trie les embryons pour retenir le plus conforme à une demande qui n’est pas toujours médicalement justifiée. Ce que l’on peut nommer l’instrumentation consentie, mouture affligeante de la liberté, pourrait conduire insensiblement à un monde biopolitique créé par l’engendrement en laboratoire d’individus programmés. […] Y suffira l’élargissement de l’assistance médicale à des  »raisons sociétales ». Ces  »raisons sociétales » mériteraient d’être interrogées : que signifie la revendication d’un  »droit à l’enfant » grâce à l’assistance médicale, surtout s’il n’est pas justifié par la stérilité ? […] Y aurait-il un rapport entre le  »désir d’enfant » et la pulsion de consommation d’objets de toutes sortes, caractéristique de notre ère de libéralisme  »épanouissant » ? »

Veillons à ne pas oublier le libéralisme économique, dans notre lutte contre le libéralisme culturel et sociétal. Puisque le premier nourrit, engendre le second !

Veillons à ne pas oublier le libéralisme économique, dans notre lutte contre le libéralisme culturel et sociétal. Puisque le premier nourrit, engendre le second !

Ou comment « le libéralisme économique engendre – in vitro – le libéralisme sociétal », commente Patrice de Plunkett. « Il en sortira, dit Testart, le projet  »transhumaniste » où l’homme  »augmenté » sera combiné avec des  »machines intelligentes »…L’espèce humaine, menée là sous prétexte de satisfaire tous ses désirs, se retrouvera dominée par  »les marchands d’électronique, de vaccins et de sperme », dans une société contrôlée et surveillée jusque à l’intime par la technique et l’économie. La déshumanisation ! Comment empêcher ce cauchemar ? »

On retrouve également Jacques Testart dans ces entretiens :
Dans Bastamag : « Demain, il n’y aura plus de limite au tri génétique ».

Tests génétiques, sélection des embryons, multiplication des fécondations in vitro : jusqu’où ira la médicalisation de la procréation ? Avec la sélection des profils génétiques, « nous finirons par orienter l’espèce humaine en fonction d’impératifs économiques », prévient Jacques Testart, biologiste et « père » du premier bébé éprouvette. Dans son ouvrage Faire des enfants demain, le chercheur alerte sur les risques d’eugénisme qu’amènent ces démarches.

-et dans le numéro 108, d’avril 2014 de « La Décroissance »(en kiosque) : « vers l’eugénisme »(p 5).

 

– Vincent Cheynet : après une carrière de publiciste, il fonde l’association « Casseurs de pub » en 1999, puis le mensuel « La Décroissance » en 2003…

Pourquoi notre dissociété casse-t-elle « la famille, dernier rempart du gratuit face à la marchandisation du monde »* ? C’est encore une étape de l’invasion de nos vies par l’idéologie (marchande) de l’illimité… Synthèse du livre de Vincent Cheynet « Décroissance ou décadence » (éditions Le pas de côté, 2014), dans lequel l’auteur questionne la volonté de liberté sans limites qui se donne à voir dans nos sociétés, à lire sur le blogue de Patrice de Plunkett.  (Voir aussi cette interview du même Vincent Cheynet dans La Vie)
Extraits : « Plus nettement qu’il ne l’a peut-être jamais fait, Vincent Cheynet articule dans une commune dynamique le libéralisme économique et le libéralisme culturel : la logique du productivisme et du sans limite relèvent d’un fait social total, venant se loger jusqu’au plus intime des êtres. En cela, toujours sous couvert «d’émancipation» et de «progrès des droits», le mariage pour tous, la PMA-GPA, la banalisation du divorce, l’ouverture des magasins le dimanche, la pression pour la légalisation du cannabis, sont symptomatiques d’un libéral-libertarisme transformé en rouleau compresseur, faisant tomber toutes les limites, lois et interdits ».

 
Erri de Luca : le poète(« Aller simple ») et romancier napolitain de 64 ans, dont nous parlons souvent sur Pep’s Café ! est sur le devant de la scène médiatique, pour avoir appelé au sabotage d’un « grand projet inutile » : la ligne Lyon-Turin**.

Patrice de Plunkett, encore, saisit l’occasion de reparler de ce personnage singulier, qui se définit non comme un « athée », mais comme « quelqu’un qui ne croit pas ». Quelqu’un qui « partage le voyage » des hébreux depuis la sortie d’Egypte « mais non la destination »(Canaan). Néanmoins, il aime suffisamment la Bible pour avoir choisi d’apprendre l’hébreu afin de lire les Ecritures dans le texte, et lui avoir consacré des essais : Première heure (Rivages 2000), Et Il dit, Noyau d’olive (Gallimard 2004), Les saintes du scandale (Mercure de France 2013) ; et des traductions : Kohèlet (1996), Il libro di Rut (1999), Vita di Sansone dal libro Giudio/Shoftim (2002), Vita di Noé/Nòa (2004)…

« Dans (noyau d’olive), De Luca souligne le vrai sens du livre de la Genèse : tout autre chose qu’un permis de saccager la terre, selon le contresens commis depuis Lynn White en 1967 et qui vient de l’ignorance. En effet, explique l’hébraïsant, la polysémie de l’hébreu se perd dans les traductions « quand un seul verbe est disloqué en divers synonymes traduit avec des sens différents » : « Les verbes du travail et de la garde de la terre, avad et shamar, sont les mêmes, terriblement les mêmes, que celui du service dû à Dieu. Pour cette écriture ancienne, travailler la terre et la servir sont le même mot, le même empressement dû au service du sacré. Les voici : laavod et haadama, « servir le sol » (Bereshit/Genèse 2,5) et laavod et Yod Elohenu, « servir Yod/Dieu notre Elohim » (Shmot/ Exode 10,26). La terre est dans la sollicitude de Dieu. Les règles du repos sabbatique, un jour par semaine, un an tous les sept ans, marquent une insistance à la protéger d’une exploitation forcenée. Elles expliquent que la terre n’appartient pas à l’espèce de l’Adam, locataire et non propriétaire du sol… »

 

Gaël Giraud : « L’avenir de l’économie est dans les mains des jeunes »

Propos recueillis dans La Vie par Constance de Buor :

Pour sa quatrième édition, le prix lycéen « Lire l’économie » a été remis au jésuite et directeur de recherches au CNRS Gaël Giraud, pour son livre Illusion financière (éditions de l’Atelier). En décembre dernier, 3000 lycéens de seconde, de bac général, technologique et professionnel tertiaire ont récompensé l’économiste, déjà coauteur avec Cécile Renouard de « Vingt Propositions pour réformer le capitalisme » (Flammarion) qui mise sur la transition écologique pour sortir l’Europe des suites de la crise financière pour cet ouvrage pédagogique.

 
Gilles Boucomont : le pasteur publie sur son blogue un article tous les tremblements de terre, mais cela vaut le coup d’attendre ! Si vous avez manqué le tout dernier : « sortir de la culture du débat » , ne le manquez plus, car il est excellent, pertinent et corrosif (nous en avions parlé ici). A lire et à relayer.

 

 

 

"La vieille croix" : en réalité toujours d'actualité et nécessaire pour nous. Gardons-nous de "la neuve" ou de la prétendue "originale", "dans le vent", mais sans puissance

« La vieille croix » : en réalité toujours d’actualité et nécessaire pour nous. Gardons-nous de « la neuve » ou de la prétendue « originale », « dans le vent », mais sans puissance

A.W. Tozer : « la vieille croix »

Né en 1897 et mort en 1963, il a exercé un fructueux ministère de pasteur, de prédicateur et d’écrivain aux États-Unis. L’ article qui suit(« La vieille croix », initialement publié dans « Promesses ») a beau avoir été rédigé il y a bientôt un demi siècle, il n’a rien perdu de sa pertinence et de son actualité. Particulièrement en ces temps et au moment où les chrétiens fêtent Pâque(s). TGC Evangile 21 le remet en valeur :
« Sans avertir et presque inaperçue, une nouvelle croix*** s’est introduite dans les milieux évangéliques populaires de notre époque.

Elle ressemble à l’ancienne, mais elle est différente : les similitudes sont superficielles, les différences fondamentales.

De cette nouvelle croix a germé une nouvelle philosophie de la vie chrétienne, et de cette philosophie une nouvelle technique évangélique : un nouveau style de réunion et un nouveau genre de prédication.

Cette nouvelle évangélisation emploie le même langage que l’ancienne, mais son contenu n’est pas le même et sa puissance n’est plus comme auparavant.
La vieille croix n’avait aucun rapport avec le monde. Pour la chair orgueilleuse d’Adam, elle signifiait la mort. Elle mettait à exécution la sentence imposée par la loi du Sinaï.

La nouvelle croix, elle, n’est pas opposée à la race humaine ; elle en est, au contraire, une partenaire amicale et, si je comprends bien, elle alimente un flot d’amusements légitimes et bons, et d’innocentes réjouissances.

Elle laisse Adam vivre sans entraves, avec une motivation inchangée ; il peut continuer à vivre pour son plaisir et, maintenant, au lieu de se réjouir à chanter des chansons douteuses en buvant des boissons fortes, il se réjouit à chanter des cantiques et à regarder des films religieux. L’accent reste toujours sur la jouissance qui se tient sur un plan plus élevé ! »
(…)

La suite ici.
Un article salutaire. A ce sujet, un évangéliste m’avait dit un jour fort justement que « si l’on n’a pas prêcher la croix, on n’a pas annoncé l’évangile ». D’où l’importance de bien comprendre la (vieille)croix et sa place dans l’évangile.

 

 

 

 
Notes :

*A propos de la famille : celle-ci est-elle « à défendre », parce qu' »institution traditionnelle en péril » et « valeur morale menacée » ?
A moins qu’elle ne soit plutôt un « projet à vivre », « un projet d’ordre créationnel et anthropologique, dont l’idéal demeure accessible avec le secours de la grâce de Dieu, la prière et une écoute confiante de la Parole ». A découvrir le dernier numéro de la revue de réflexion biblique « Promesses » (numéro 188, avril-juin) : « la famille, un défi pour aujourd’hui ». Des articles de Bernard Sautel, Florent Varak, Louis Schweitzer….

 

**Chantier titanesque, le TGV Lyon-Turin suscite la colère des écologistes des deux côtés de la frontière. Les habitants du val de Suse, en Italie, sont mobilisés depuis des années contre ces travaux qui impliquent le percement d’un tunnel de 57 km entre Suse, dans le Piémont, et Saint-Jean-de-Maurienne, en Savoie. Maintes fois repoussé, ce projet de transport mixte, fret et voyageurs, a été lancé en 1991, acté dans un traité international en 2001 et longtemps ajourné faute de financements. L’ensemble devrait coûter 25 milliards d’euros, dont 8,5 pour le tronçon international. Et ce, alors que le trafic se raréfie.

D’autres « grands projets inutiles », rapportés par « La Décroissance » d’avril(« misons sur l’avenir », p 9) : En Angola, contre du pétrole, la Chine a construit 500.000 logements mais comme les habitants n’ont pas les moyens, Kilamba est devenue la plus grande ville fantôme du monde(http://www.afriquinfos.com/articles/2012/7/4/kilamba-ville-fantome-plus-grande-monde-205681.asp ; http://www.lefigaro.fr/immobilier/2012/07/05/05002-20120705DIMFIG00822-en-angola-la-ville-fantome-batie-par-la-chine.php). …..l’aéroport de Notre Dame des Landes, un projet de 250 millions d’euros, qui répondrait à une demande de croissance de transport aérien…alors que la France possède déjà 170 aéroports contre 26 en Espagne ou 19 en Allemagne….Des exemples de grands projets inutiles dans la Bible ? La tour de Babel, qui n’a jamais servi(Gen.11) ou encore la statue de Nabucadnetsar, entièrement en or, haute de soixante coudées et large de six coudées, dressée dans la vallée de dura, dans la province de Babylone(Dan.3v1, 29-30)

 

*** Quant à la « nouvelle croix », il semble qu’on la retrouve dans ce commentaire du responsable d’un blogue « d’actualités chrétiennes » :

Rédaction(12 avril 2014. 10h06 min) : La croix c’est justement le salut la guérison la délivrance et la bénédiction !

Cette affirmation n’est pas fausse et doit être bien entendu replacée dans son contexte, avec les autres commentaires et le court billet qui précède, dans lequel son auteur se livre à un « (Paul)Washer bashing », à l’encontre d’un missionnaire américain qui « a le malheur » de ne pas être « cool » à ses yeux.  A noter que ledit « Washer bashing » prend des allures de « récidive », comme on peut le constater .

 

La grâce, ce n’est pas un style de vie « gras », qui se voudrait « cool ».

La grâce ? C’est évident ! Tellement évidente qu’elle est, en vérité, souvent bien mal connue ou mal comprise !

La grâce est en vérité difficile à définir, tant elle est éloignée de nos schémas de pensée, qui reposent sur le mérite, le dû, le « deal ».
Or, la grâce n’est pas du dû ou du « deal », puisqu’elle nous donne ce que nous ne méritons pas et ne pouvons mériter. Elle vient de Dieu et de Dieu seul(Eph.2v8-10), qui ne peut rien recevoir de l’homme*.

La grâce révèle la colère de Dieu « contre toute impiété[une vie sans loi, sans frein] et toute injustice des hommes qui retiennent injustement la vérité captive »(Rom.1v18)

Tout homme, sans exception, quelle que soit sa classe sociale, sa religion (ou son absence de religion), son niveau de vie, son niveau intellectuel, son niveau de sainteté ou de bassesse(Ex : l’apôtre Paul-ancien persécuteur de l’Eglise et de Christ, le théologien Nicodème, le Roi Manassé, le collecteur d’impôt et collabo Zachée, la prostituée Rahab, le jeune homme riche qui cherchait quoi faire « pour hériter la vie éternelle »….)a besoin de la grâce de Dieu, parce que Dieu est saint et que tout homme est pécheur(Rom. 3v19, 22-23). Et que « le salaire du péché, c’est la mort »(Rom.6v23)

Sur quelle base s’exerce cette grâce de Dieu ?

 

La grâce, « source de salut pour tous les hommes », « a été manifestée »(Tite 2v11) en Jésus-Christ (Jean 1v17 ; 2 Tim 1.9-10).
Accepter la grâce pour être ainsi « gratuitement justifiés, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ » (Rom 3.24) et vivre par elle nous libère de  « la loi(ou « la malédiction ») de la loi » (qui repose sur : « tu dois mener une vie parfaite » et « si tu transgresse même le plus petit point de la loi, tu es mort »cf Gal.3v10-13)
Enfin, la grâce nous « enseigne », selon Tite 2v11-12**, « à renoncer à l’impiété et aux convoitises mondaines »(qui sont personnelles, puisque « chacun est amorcé par sa propre convoitise » cf Jac 1v14), et à « vivre », non pas isolé, de façon « bizarre », ou même « confondu avec », mais « dans le siècle présent », aux conditions suivantes(comparer avec Jean 17) :

-« sagement »(ou « sobrement », « équilibré »), quant à soi : ce qui exclue la mentalité infantile du « no limit » et l’obsession de satisfaire nos moindres désirs.

"Comparaisons", par Andy Singer

« Comparaisons », par Andy Singer

-« justement » quant aux autres : ce qui exclue l’égoïsme, l’individualisme, l’esprit de comparaison et de compétition.

-« pieusement » quant à(notre relation avec) Dieu : soit une manière de vivre pleine de respect pour Dieu, ce qui implique de nous préoccuper moins de ce que nous faisons pour Dieu(et donc de nous-même) et plus de ce que Dieu est et a fait pour nous…De quoi nous inspirer pour l’adorer Lui et Lui seul, en esprit et en vérité(Jean 4v34)

 

La grâce, ce n’est donc pas un style de vie « gras », qui se voudrait « cool », justifiant n’importe quoi.***

La grâce, formidable moteur de notre vie chrétienne, nous encourage à la sainteté, à vivre une vie qui plaît à Dieu, dans la perspective du retour du Seigneur Jésus-Christ (1 Pi 1.13)

 

 

 

 
Notes :

*Des exemples de la grâce à découvrir : dans ces paraboles de Jésus (Matt.22v1-14 ; Matt. 20v1-16) ou l’histoire de Ruth(comparer avec Deut.23v3)…autant d’illustrations(particulièrement dans Ruth) de la bonté de Dieu.

Un dossier sur l’amour et la grâce de Dieu dans ce numéro de Promesses : http://www.promesses.org/arts/184p01.html, dont l’article de Joël Prohin m’a inspiré la structure du présent billet.

Un livre de Jerry Bridges : Vivre sous la grâce(ed. Farel, 1996). Malheureusement épuisé. Si vous avez « la chance » d’en trouver un….

** A rapprocher du résumé de la loi par Jésus : « tu aimeras ton Dieu…et ton prochain, comme toi-même » cf Matt.22v37-39

*** C’est le cas des Corinthiens cf 1 Cor.1v10-13 ; 3v16-23 ; 4-8 ; 10…

Mais il est tout à fait possible de vider la grâce de son sens, à la manière(légaliste)des Galates.

 

En ce moment, j’écoute… »comme une terre altérée »

« Comme une terre altérée »(d’après Prov.19v12 et Osée 14v5)

Un cantique de E.-L. Budry(1932) et J. Mc Granahan(1907), interprété par Sebastien Demrey et Jimmy Lahaie*

 

1. Comme une terre altérée soupire après l’eau du ciel,
Nous appelons la rosée de ta grâce, Emmanuel.

Chœur:    Fraîche rosées, descendez sur nous tous!
O divines ondées, venez, arrosez-nous!

2. Descends, ô pluie abondante, coule à flots dans notre cœur,
Donne à l’âme languissante une nouvelle fraîcheur.

Chœur:    Fraîches rosées…

3. Ne laisse en nous rien d’aride qui ne soit fertilisé ;
Que le cœur le plus avide soit pleinement arrosé.

Chœur:    Fraîches rosées…

4. Oui, que les déserts fleurissent sous tes bienfaisantes eaux;
Que les lieux secs reverdissent et portent des fruits nouveaux.

Chœur:    Fraîches rosées…

5. Viens, o salutaire pluie, Esprit de grâce et de paix,
Répands en nous une vie qui ne tarisse jamais.

Chœur:    Fraîches rosées…

(Sur les Ailes de la Foi No 145 )

 

 

Prenons ainsi un temps d’adoration pour notre Dieu, car notre Dieu est « terrible » ! Il fait jaillir l’eau du rocher, des sources d’eau du granit !(Ps. 114)

Qui est comme Lui ? Haut élevé, mais abaissant ses regards sur la Terre, en direction des faibles.(Ps.113)

 

 

 

 

Notes :

*Dans l’album « Héritage : cantiques et hymnes », volume II (produit et distribué par CIME MUSIQUE)

Le duo d’artistes canadiens souhaitent ainsi retransmettre tout un héritage musical et spirituel que nous ont légué des auteurs et compositeurs chrétiens à travers les siècles. Héritage dans lequel ils ont grandi et qu’ils se sont personnellement appropriés en le respectant. Leur souhait est que « ces paroles et mélodies puissent faire du bien à (notre) âme, glorifiant ainsi Dieu, source d’inspiration de tous ces chants. » N’hésitez pas à vous procurer ce CD(ainsi que les volumes I et III de cet « Héritage »), afin de découvrir ces chants qui ont toute une histoire, et nous parlent encore.

La vie par Sa mort ? Un mystère !

Jeune lecteur par Francisco Farias Jr Savoir renoncer au superflu pour mieux nous concentrer sur Dieu

Jeune lecteur par Francisco Farias Jr
Lorsque nous plongeons nos regards dans les mystères de Dieu, nous nous sentons tout petits…

« Universalisme* versus prédestination » : ou peut-on faire « froidement » de la Haute-théologie à propos de l’amour de Dieu ou des raisons pour lesquelles Christ est mort ?

Tous sauvés ou seulement quelques-uns ?

« L’universalisme est la doctrine théologique que toutes les âmes seront finalement sauvés et qu’il n’y a pas de tourments de l’enfer ». « Il a pour fondement la croyance que le salut promis par Dieu bénéficiera à toute l’humanité, par le biais de la rédemption. L’universalisme s’oppose alors à la prédestination ».

«Nous appelons ‘prédestination’ le conseil éternel de Dieu, par lequel il a déterminé ce qu’il voulait faire de chaque homme. Car il ne les crée pas tous en pareille condition, mais ordonne les uns à la vie éternelle, les autres à l’éternelle damnation. Ainsi selon la fin pour laquelle est créé l’homme, nous disons qu’il est prédestiné à la mort ou à la vie.» écrit Calvin dans L’Institution chrétienne, III.xxi.5 (Aix-en-Provence: Kerygma, 1978) – cité par La Revue Réformée**.  (Article à lire pour éviter de simplifier la pensée de Calvin à ce sujet)

« Pour ou contre l’ universalisme » et « universalisme versus prédestination » sont de vieux « débats » récurrents de l’histoire de l’Eglise, notamment au sein du protestantisme.
En guise d’illustration, je relèverai  plusieurs réactions autour de “La vie par sa mort“[ou « The Death of Death in the Death of Christ »], ouvrage dit « polémique »(il affirme que la doctrine du salut universel ne serait pas fondée sur les Ecritures) de John Owen, pasteur et théologien puritain anglais, publié en 1647.
J’ai découvert l’existence de ce livre, ainsi que les diverses critiques et réflexions à son sujet, par le biais de certains blogues protestants évangéliques.

Mais au-delà des débats et analyses théologiques, il me paraît intéressant de relever ici les interrogations de Hillsong nutella à propos de l’ouvrage :

« Owen explique que Christ ne peut être mort pour tous les hommes, puisque tous les hommes ne sont pas sauvés ; son sacrifice n’aurait donc pas été suffisant, ce qui est d’après Owen une hypothèse insultante vis-à-vis de Dieu. Christ est donc mort pour une partie des hommes seulement, ceux que Dieu a élus.
Il donne plein d’arguments très précis ou plus généraux, fondés sur l’étude de nombreux passages de la Bible, pour appuyer sa thèse.
Je ne vais pas rentrer dans le commentaire systématique ici, bien qu’en plusieurs points ses arguments m’ont semblé discutables.
Ce qui me pose vraiment problème, c’est le corollaire de sa thèse : Dieu n’aime pas tous les hommes de la même façon, son amour ne va pas jusqu’à souhaiter leur salut à tous. Comment accepter cette idée ?
(…..)
En ce temps de l’Avent, un temps pour se souvenir et se laisser toucher par cet amour qui est venu jusqu’à nous, cet amour auquel nous sommes plus chers que les oiseaux que pourtant il nourrit, je ne peux pas imaginer que certains humains sont exclus de cet amour.
Tous aussi indignes de cet amour, comment certains en seraient-ils malgré tout bénéficiaires et d’autres exclus ?
Alors on peut discuter sur la prédestination et le libre-arbitre, c’est vrai. Owen en parle. Mais affirmer froidement que Christ n’est pas venu pour tous, ça dépasse ma compréhension ».

Pour ma part, je n’ai pas(encore) lu le livre(je n’en parlerai donc pas, en attendant de pouvoir le lire vraiment) ! 😉  ) Mais j’avoue que cette question me dépasse aussi. En fait, il est normal qu’elle nous dépasse tous, puisqu’elle nous révèle ainsi et de plus en plus un Dieu infini, qui ne ressemble pas à l’homme.
Heureusement ! Et c’est cette grandeur de Dieu qui nous émerveille.

Soyons donc émerveillés.

Néanmoins, je pense que Dieu « ne fait pas de favoritisme »(ou « acception de personnes » dans la Darby) et qu’Il n’exclue personne. Il a « tant aimé le monde qu’Il a donné Son Fils unique afin que quiconque croit ne périsse pas mais ait la vie éternelle »(Jean 3v16). Et Il « veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité. » (1 Timothée 2.4).

Mais « tout le monde » le veut-il, alors qu’il le peut, puisque Dieu le veut et le rend possible ?
Semble-t-il que non, malheureusement.
C’est là que commence la responsabilité humaine.

Je suis conscient que c’est un peu court, et que ce n’est pas là « de la haute théologie ». D’ailleurs la critique de La Maison de la Bible prévient que le livre est « hard(u) » : « le sujet est compliqué et délicat. Le thème de la prédestination n’est en effet pas aisé à traiter; c’est un mystère que personne ne peut élucider claire-ment et de manière juste ».

Bref, en résumé :

« Prédestination » ? Mystère !
Amour et grâce de Dieu(pour tous les hommes, cf Tite 2v11) ? Mystère !

Néanmoins, Jésus-Christ est bien venu dans ce monde pour une « catégorie de gens » : les pécheurs(à la repentance), et non ceux qui se croient justes !(Matt.9v12-13 cf Luc 5:32)

Notes :

*Comme celui affiché par le pape François en septembre dernier, « rassurant les athées » comme l’a relevé Guillaume Bourin en réponse à un commentaire, sur son blogue ?

Lire le contenu(en français) de la fameuse lettre du Pape à Eugenio Scalfari, fondateur du journal « La Repubblica ».

Extraits : « J’en viens(écrit le Pape) ainsi aux trois questions que vous me posez dans votre article du 7 août. Il me semble que, dans les deux premières, ce qui vous tient à cœur c’est de comprendre l’attitude de l’Église envers celui qui ne partage pas la foi en Jésus. Avant tout, vous me demandez si le Dieu des chrétiens pardonne celui qui ne croit pas et ne cherche pas la foi. En admettant que – et c’est là la chose fondamentale – la miséricorde de Dieu n’a pas de limites si l’on s’adresse à lui d’un cœur sincère et contrit, la question pour qui ne croit pas en Dieu réside dans l’obéissance à sa propre conscience. Le péché, même pour celui qui n’a pas la foi, c’est d’aller contre sa conscience. Écouter et obéir à celle-ci signifie, en effet, se décider face à ce qui est perçu comme bien ou comme mal. Et c’est sur cette décision que se joue la nature bonne ou mauvaise de nos actions.

En deuxième lieu, vous me demandez si la pensée selon laquelle il n’existe aucun absolu et donc même pas une vérité absolue, mais uniquement une série de vérités relatives et subjectives, est une erreur ou un péché. Pour commencer, je ne parlerais pas, même pas pour celui qui croit, de vérité « absolue », en ce sens qu’absolu est ce qui est détaché, ce qui est privé de toute relation. Or, la vérité, selon la foi chrétienne, est l’amour de Dieu pour nous en Jésus-Christ. Donc, la vérité est une relation ! À tel point que même chacun de nous la saisit, la vérité, et l’exprime à partir de lui-même : de son histoire et de sa culture, du contexte dans lequel il vit, etc. Ceci ne signifie pas que la vérité soit variable et subjective, bien au contraire. Mais cela signifie qu’elle se donne à nous, toujours et uniquement, comme un chemin et une vie. Jésus lui-même n’a-t-il pas dit : « Je suis la voie, la vérité, la vie » ? En d’autres termes, dès lors que la vérité ne fait, en définitive, qu’un avec l’amour, elle exige l’humilité et l’ouverture pour être cherchée, accueillie et exprimée… »

** Voir cet article, cet autre et cet autre encore de « La Revue Réformée » ;  celui-ci de « Bible ouverte » et ce dernier de la revue « Promesses ».

« L’aveugle et le boiteux n’entreront pas dans la maison ! »

Et pourtant…
(Méditation sur 2 Sam.5v6-8 et 9v1-13)

« Et le roi marcha avec ses hommes sur Jérusalem, contre les Jébusiens qui habitaient le pays ». (2 Sam.5v6)
Les Jébusiens, censés être chassés du pays de Canaan du temps de Josué, (Jos.15v63) ont encore le contrôle de Jérusalem au temps du Roi David. Ce dernier souhaite prendre le pouvoir de cette ville. Les Jébusiens se moquent de David (« Tu n’entreras pas ici, à moins que tu n’aies repoussé les aveugles et les boiteux ! C’était pour dire : David n’entrera point ici. »), mais le roi remporte tout de même la victoire, « (s’emparant) de la forteresse de Sion : c’est la cité de David. Et David dit ce jour-là : Quiconque battra les Jébusiens et atteindra les créneaux, et les boiteux et les aveugles, ennemis de David… C’est pourquoi l’on dit : L’aveugle et le boiteux n’entreront point dans la maison. » (2 Sam.5v6-8)
Comment comprendre une telle parole, si dure, contre « l’aveugle et le boiteux » ? Cela ne signifie nullement que Dieu rejette les handicapés. L’aveugle et le boiteux symbolisent les hommes pécheurs et évoquent une imperfection morale et spirituelle : La loi précise qu’un boiteux est exclu du service du Temple : «quiconque a un défaut corporel ne s’approchera pas: l’homme aveugle, ou boiteux (…) Nul homme de la semence d’Aaron, le sacrificateur, en qui il y aura quelque défaut corporel, ne s’approchera pour présenter les sacrifices de l’Éternel… » (Lévit.21 v17-21). De même, aucun sacrifice présentant un défaut corporel ne peut être sacrifié à Dieu et agréé par Lui (Lévit. 22v20 et Deut.15v19, 21). La parole de David  exclut les aveugles et les boiteux de la maison de Dieu et donc de la présence de Dieu. L’expression « Qui sont les ennemis de David » témoigne de cette haine de David pour le mal,  à l’image de l’attitude de Dieu face au péché : « Tes yeux sont trop purs pour voir le mal » (Habakuk 1v13) ; « tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu » (Rom.3v23)
Plus tard, David est roi et vainqueur de tous ses ennemis.  Il se souvient alors d’une promesse : « … Est-ce qu’il y a encore quelque survivant de la maison de Saül ? Et je lui ferai du bien pour l’amour de Jonathan. » (2 Sam.9v1) David manifeste-là une bien grande bienveillance, pour l’époque ! Alors même lorsque Saül le pourchasse, cherchant à le tuer, David a eu deux occasions de tuer son ennemi mais l’a toujours épargné, voyant en lui l’ « oint de l’Eternel » et le père de Jonathan (1 Samuel 24 et 26). David aimait Jonathan, et « Jonathan » aimait David « comme son âme » (1 Sam.18v1). Ils s’étaient jurés une amitié inébranlable (1 Samuel 20v12-17). Plutôt que de se venger, David, au contraire,  souhaite manifester « une bonté de Dieu » (v3), c’est-à-dire, une très grande bonté, semblable à celle de Dieu, à celui que l’on trouverait de la maison de Saül qui l’avait tant persécuté.

« Et il y avait un serviteur de la maison de Saül, nommé Tsiba. Et on le fit venir vers David, et (…) le roi dit : Ne reste-t-il personne de la maison de Saül pour que j’use envers lui de la bonté de Dieu ? Et Tsiba dit au roi : Il y a encore un fils de Jonathan perclus des deux pieds. » (2 Sam.9v2-3)

Ce fils de Jonathan cumule un double handicap :

– Il est « Boiteux ». 2 Samuel 4:4 nous informe de l’origine de son infirmité, en même temps que son identité : à la « nouvelle de la mort de Saül et de Jonathan; sa nourrice le prit et s’enfuit, et, comme elle précipitait sa fuite, il tomba et resta boiteux ; son nom était Mephiboscheth » (qui signifie « exterminant la honte » des idoles).

– Il est « de la maison de Saül ».

Il avait donc deux raisons de craindre David ! Par nature, il aurait pu être compté parmi les boiteux et les aveugles qui avaient mérité la haine du roi. (Voir 2 Sam.5v8) Sans ressources,

Mephibosheth se cache, « à l’est du Jourdain, non loin de Mahanaïm à Lodebar » (nom qui signifie « lieu sans pâturage »), où quelqu’un l’a recueilli (v4).
« Et le roi David l’envoya chercher (…) Et quand Méphiboseth, fils de Jonathan, fils de Saül, fut arrivé auprès de David, il tomba sur sa face et se prosterna. Et David dit : Méphiboseth ! Et il dit : Voici ton serviteur.Et David lui dit : Ne crains point, car certainement je te ferai du bien pour l’amour [ou à cause] de Jonathan, ton père ; et je te ferai rendre toutes les terres de Saül, ton père, et toi tu mangeras toujours à ma table.» (2 Sam.9v4-7)

Mephiboseth pouvait s’attendre à être mis à mort, puisqu’il est boiteux et ennemi de David. De sa propre volonté, il ne serait jamais allé vers lui. Ainsi, l’homme qui se sait pécheur et qui ne connaît pas la grâce de Dieu ne peut que fuir la lumière divine. Or, il faut venir à la lumière et confesser son péché, pour être pardonné (1 Jean 1v7-9). David répète à nouveau (v 7) son intention bienveillante devant Mephiboseth et lui dit : « ne crains pas ». Cela nous rappelle les paroles du Seigneur Jésus à Pierre quand ils étaient ensemble dans la barque (Luc 5:8-11).

En entendant la parole de David, Mephibosheth « se prosterna de nouveau devant le roi et dit : « Qu’est ton serviteur, que tu aies regardé un chien mort tel que moi ?» (2 Sam.9v8) Il se sent indigne, conscient n’avoir aucun mérite de cette bienveillance à son égard. Il sait que David tient sa vie entre ses mains. Il se considère comme « un chien mort » (v 8). On se souviendra peut-être que David lui-même s’était estimé tel devant Saül (1 Sam. 24.15) : Mephibosheth se trouve donc devant « un sauveur » qui s’était lui-même abaissé et qui peut le comprendre. De même, nous connaissons l’abaissement du Seigneur Jésus jusqu’à la mort de la croix (Phil. 2.8) et sa « compassion pour nos faiblesses » (Heb.4v15).
Ainsi, de même que Méphiboseth était boiteux (incapable, indigne) et ennemi de David : « … lorsque nous étions encore sans force [boiteux], Christ, au temps marqué, est mort pour des impies. (….) Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs [indignes], Christ est mort pour nous.(….)Car si, lorsque nous étions ennemis [«de la maison de Saül], nous avons été réconciliés avec Dieu par la mort de son Fils » et « sauvés par sa vie ». (…) « Nous glorifions en Dieu par notre Seigneur Jésus Christ, par qui maintenant nous avons obtenu la réconciliation. » (Rom.5v6-11). David dit à Mephibosheth que certainement il lui fera du bien « à cause de Jonathan ». De même, Dieu nous pardonne en Jésus, Son Fils : « (nous sommes) justifiés (rendus justes) gratuitement par (la) grâce (de Dieu), au moyen de la rédemption (du salut) qui est en Jésus-Christ. »(Rom.3v24).

Mais David fait encore plus que pardonner à Mephibosheth : il l’enrichit et l’admet à sa table, comme quelqu’un de sa famille. « Méphiboseth mangea à la table [de David] comme un des fils du roi (…) et il était boiteux des deux pieds. » (2 Sam.9v11, 13). « Mephibosheth mangera à la table du roi ». Cette promesse, répétée 3 fois (v.7, 10,11) est respectée (v.13). En plus d’être élevé à la table du roi, les biens et les serviteurs de sa famille lui sont rendus (v10). Dieu nous invite « à Sa table », alors que nous sommes indignes. Il nous regarde avec bienveillance, de « cette bonté de Dieu », nous voyant à travers la justice de Son Fils.

On lira ou relira avec profit d’autres histoires de boiteux dans la Bible : la guérison des aveugles et des boiteux dans le temple par Jésus, marquant l’irruption dans le sanctuaire des rejetés et des exclus, « aveugles et boiteux », à qui Jésus redonne un accès direct à Dieu (Matt.21v1-17), une autre guérison d’un boiteux, « à la porte du temple »( Actes 3v1-26, 4v1-4) et la parabole des noces, qui se conclut par cette invitation : « convies les pauvres, les estropiés, les boiteux, les aveugles » (Luc 14v21)

Un cantique qui détonnerait « grave »

Que fera-t-on au ciel ?*

Nous chanterons beaucoup de cantiques ?

Des cantiques ? Lesquels ?

Celui-ci, par exemple :

« A celui qui nous aime,
et qui nous a lavés de nos péchés dans son sang;
et il nous a faits un royaume,
des sacrificateurs pour son Dieu et Père;
à lui la gloire et la force aux siècles des siècles!
Amen ».(Apoc.1v5-6)

Pourriez-vous le chanter ?

A moins que vous ne puissiez le chanter ainsi :

« A moi qui m’aime, qui me suis sauvé tout seul, et qui me suis fait un royaume, un nom dans ce monde;à moi la gloire et la force aux siècles des siècles !
 Amen ! »

……………………………..

Franchement, un tel cantique ne « détonnerait-il » pas un peu, s’il était chanté tel quel dans le ciel ? Au milieu des autres voix chantant le premier ?

Quel cantique chantez-vous sur la Terre, actuellement ?

« Moi, moi, moi, moi, moi » ? Ou « Toi, toi, toi, toi, toi(Seigneur) » ?

 

La Bible, Parole de Dieu, rappelle encore que « vous êtes sauvés par la grâce, par la foi, et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu; non pas sur le principe des œuvres, afin que personne ne se glorifie; car nous sommes son ouvrage,
ayant été créés dans le Christ Jésus pour les bonnes œuvres que Dieu a préparées à l’avance,  afin que nous marchions en elles[ou que nous les pratiquions) »(Eph.2v8-10).

Nous sommes sauvés par la grâce(de Dieu). Grâce que vous pouvez saisir, vous approprier, par le moyen de la foi. C’est « le don de Dieu ».

Nous sommes sauvés, « pas par les œuvres », afin « que personne ne se glorifie »ou ne se vante.

« Car nous sommes Son ouvrage ». Sa création. Une « nouvelle création », « dans(l’union avec) le Christ Jésus »(2 Cor.5v17). Nous pouvons donc « repartir à zéro ».

Dans quel but ? « Pour les bonnes œuvres » préparées par Dieu « à l’avance », afin que nous les pratiquions. Afin que nous menions une vie nouvelle, utile et ayant du sens. Une vie à la gloire de Dieu et non plus à la nôtre.

 

Faites-vous partie de ceux ou celles qui pensent être « sauvés par les œuvres »(les siennes), ou de ceux ou celles qui savent qu’ils sont sauvés, « pas par les œuvres », mais « pour les(bonnes) œuvres » ?

Quel cantique souhaiteriez-vous chanter, dès maintenant et à toujours ?

La décision est importante, puisqu’elle a des répercutions éternelles, dans votre avenir. Elle changera aussi votre vie positivement, dès maintenant et durablement.

 

Notes :

* Souvenir d’une ancienne réunion d’étude(de la Bible), d’il y a presque vingt ans, qui m’est revenue, hier matin, mardi 5 novembre, à la lecture d’ Ephésiens 2v8-10.

Parler, c’est toujours mieux que crier…

« Vous vous êtes approchés(…)de Jésus qui est le médiateur de la nouvelle alliance, et du sang de l’aspersion[ou de son sang répandu] qui parle mieux que celui d’Abel ».(Hebr.12v23-24).

 

Curieux…un sang répandu qui parle !

Ce passage de l’épître aux Hébreux nous apprend qu’il s’agit là du sang répandu de Jésus-Christ, par ailleurs médiateur d’une nouvelle alliance.

Ce sang de Jésus parle mieux que celui d’Abel.

Car celui d’Abel ne parle pas : il crie. Il hurle. Il crie, il hurle vengeance, parce que son propre frère l’a assassiné(Gen.4v8-10).

A l’inverse, le sang de Jésus parle mieux, car, bien que versé par ses frères, il parle de pardon, de réconciliation, de nouvelle alliance*.

 

 

Écoutons donc ,

 

au milieu des bruits, des cris, des hurlements, la voix douce et subtile : la voix de la grâce, la voix du pardon et de la réconciliation.

 

Y répondre, c’est se donner la possibilité d’un nouveau recommencement. Soit de repartir à zéro.

 

 

 

 

 

 

 

Notes :

* 1 Pierre 1v18-19 ; Ephésiens 2v13 ; 1 Jean 1v7;  Apoc.1v5