« Chrétien lifestyle », le coloriage pour adultes ?

Le coloriage, « ce n’est pas que pour les enfants ! » Mais son versant pour adultes, inspiré de l’art bouddhiste, peut-il être « chrétien lifestyle » ?
Affiche du film « Etre et avoir » de Nicolas Philibert(2002)

Les livres de coloriage sont généralement destinés aux enfants, mais il en existe aussi pour adultes. Cela vous fait-il sourire ?

A ce sujet, vous vous souvenez sans doute encore comment Francesco Totti a parfaitement su jouer du « coloriage pour adultes ». Souvent moqué pour ses gaffes, le footballeur romain Francesco Totti, plein d’autodérision, avait fini par retourner la situation à son avantage en publiant un livre intitulé « Toutes les blagues sur Totti » (2003), un recueil d’histoires éculées dont il est le héros. Ainsi, par exemple : « Tragique nouvelle dans les journaux : la bibliothèque de Totti a brulé. Elle contenait deux livres. Réaction de Totti : « Oh, non, le deuxième, je n’avais pas encore fini de le colorier ». Le livre est un succès phénoménal : plus de 800.000 exemplaires vendus ! Une partie des bénéfices ont été versés à plusieurs associations à but humanitaires.

Aujourd’hui, l’art du coloriage pour adultes ne fait plus sourire puisqu’il est en pleine expansion. Au cas où cette tendance étrange vous aurait échappé, rappelons qu’elle a débuté en 2012, simultanément en France et aux Etats-Unis. Le coup de génie (marketing) des maisons d’édition a été de rajouter aux titres de ces livres les termes « art thérapie», «mindfulness» (« pleine conscience ») ou « anti-stress », situant l’acte de colorier quelque part entre la psychothérapie et la méditation.
Ainsi, ces livres de coloriage pour adultes nous invitent à nous détendre grâce à une activité créative et relaxante, se présentant comme une manière de se recentrer sur soi, de lutter contre le stress et la dépendance aux écrans, mais aussi comme un retour à l’enfance permettant ainsi de libérer son esprit et de se livrer à une expression artistique.

Et aujourd’hui, les chrétiens ont leurs propres cahiers, que l’on peut se procurer dans toutes les librairies (chrétiennes) ou en ligne, sur les sites dits « chrétiens lifestyle » (un autre coup marketing ?), et qui leur offrent la possibilité de méditer un verset ou une promesse de la Bible.

Mais ces « nouveaux coloriages pour adultes » chrétiens sont-ils de bons moyens – « sans danger » – de méditer la Bible ?

A ce sujet, il est bon de savoir que ces fameux coloriages pour adultes, chrétiens ou non, s’inspirent des techniques de Mandala, un art bouddhiste très ancien, pratiqué depuis des siècles….La première ouverture dans l’utilisation thérapeutique du mandala vient de Carl Gustav Jung, psychiatre suisse et élève de Freud.

Sachant cela, « où serait le problème », vous demandez-vous peut-être ?
Questionné sur ce sujet, le répondant du site « 1001 questions » souligne qu’ « à la différence de ce que nous vivons en Occident, la séparation entre le sacré et le profane, le spirituel et le culturel est très floue en Orient. Dès qu’il s’intéresse à une pratique ou à une pensée orientale, le chrétien occidental est donc appelé à la vigilance ».
En effet, le Mandala, dont le terme sanskrit signifie « cercle » et par extension « sphère », « environnement », « communauté », désigne avant tout l’entourage sacré d’une divinité. Ce diagramme symbolique peut alors servir de support de méditation en lien avec cette divinité. Le méditant se projette dans le Mandala avec lequel il se fond.
Comme le relève encore le répondant de « 1001 questions », les mandalas bouddhistes sont aussi faits « pour aider à la procuration de certaines émotions, comme peuvent le faire un chant, une position du corps ou la décoration d’un lieu de rassemblement. D’ailleurs, le rôle de certaines décorations (telles que les rosaces) d’églises catholiques ressemble fort à celui des mandalas pour les bouddhistes. Si un coloriage est fait dans le but d’aider à la relation avec le Dieu unique adoré par les chrétiens, cela peut être un support comme un autre à la spiritualité chrétienne ». Or, comme déjà souligné plus haut, le mandala permet plutôt à la personne qui le colorie de se recentrer sur elle-même.

D’autre part, il importe aussi de comprendre, comme nous l’explique le Pasteur Gilles Boucomont dans son « Au Nom de Jésus : libérer le corps, l’âme, l’esprit » (Ed. Première partie, 2010, p 270), que « méditer », selon les techniques inspirées des spiritualités extrêmes orientales, « consiste à fixer son attention spirituelle sur un objet de façon à dissocier son esprit de la partie affective et sensible de l’âme, ce qui nous fait dissocier », ou, « beaucoup plus dangereux, si une induction de type hypnotique est posée, sortir en esprit ». La « sortie en esprit » n’a rien de « cool » ou de positif, car « notre esprit est fait pour être [protégé] dans notre âme, notre âme dans notre corps et notre corps les pieds sur terre » ! (op. cit.) A l’inverse, rappelons-le, « méditer » un texte biblique ne signifie pas « faire le vide » en soi pour privilégier une sorte de « fuite », mais plutôt mettre en relation ou relier ce que nous séparons si souvent : pensée et action, vie intérieure et extérieure, l’esprit et le corps.

C’est pourquoi, comme nous y invite le répondant de « 1001 questions » cité plus haut, « nous pouvons sérieusement nous interroger sur une certaine fascination des chrétiens occidentaux pour des pratiques orientales, et plus généralement liées au mouvement New Age. Y aurait-il une carence dans les pratiques des églises occidentales pour accompagner à la croissance en Christ ? Ou bien cet attrait est-il (au moins potentiellement) idolâtre ? »

La discussion est ouverte ! Et l’enjeu est de taille : car, comme le rappelle encore Gilles Boucomont (Au Nom de Jésus : mener le bon combat. Ed. Première Partie, 2011, p 329), « les cultures sont des religions. Rien n’est simplement culturel, dans la mesure où une culture est ce qui relie plusieurs personnes, ce qui est l’exacte définition d’une religion ! Et quand l’Eglise s’inculture en profondeur [en faisant sienne une certaine pratique ou une certaine mode], cela veut dire la plupart du temps, qu’elle plie le genou devant des autorités spirituelles [liées à ladite pratique] et qu’elle laisse le témoignage aux gens de l’extérieur l’image d’un Christ pliant le genou avec elle » !

Publicités

Le livre du mois : « Homme de Dieu, exerce-toi à la piété », de Kent Hughes

« Homme de Dieu, exerce-toi à la piété », de Kent Hugues : un livre que tout homme se doit de lire….un livre qui nous saisit et nous provoque…

« Homme de Dieu, exerce-toi à la piété ! » C’est d’abord une exhortation de Paul à son disciple et « enfant spirituel » Timothée (1 Timothée 4v7-8). Mais Timothée n’est pas le seul concerné, puisque tout « homme de Dieu » peut s’approprier cette exhortation pour lui-même. Et, connaissant Jésus comme sauveur et seigneur, nous sommes tous des « hommes de Dieu » !

La piété est une thématique qui m’a beaucoup interpellé à un certain moment de ma vie, il y a 9 ans, et qui continue de m’interpeller encore maintenant. Dans les épîtres à Timothée, c’est un mot-clé qui revient avec une certaine insistance, et la clé de notre vie chrétienne, ce qui fait toute la différence. La « piété » est ce qui plaît à Dieu et le propre d’un homme « attaché à Dieu ». Nous sommes exhortés à la rechercher (1 Tim.6v11) et à nous y exercer (1 Tim.4v7, 6v6), ce qui devrait être un élan du cœur, un don de l’être tout entier par amour, avec ces promesses : « Le Seigneur sait délivrer de l’épreuve les hommes pieux » (2 Pie.2v9) ; Dieu « aime la piété et non les sacrifices… » (Osée 6v6)

Ensuite, « Homme de Dieu, exerce-toi à la piété », est le titre de l’ouvrage de Kent Hughes, paru aux éditions BLF/Cruciforme en octobre 2017, et qui a attiré mon attention.

Il s’agit d’un livre que tout homme se doit de lire, puisqu’il traite de ces sujets dont on parle curieusement peu, mais pourtant  largement abordés dans les Écritures : la piété et la discipline, ou plutôt, « l’exercice de la piété » ! Une expression qui, aux dires de l’auteur, « sent l’odeur de la sueur », celle « qui vient d’un bon entraînement ».

Ce livre nous saisit et nous provoque, comme nous provoquerait de façon franche et directe, mais toujours avec grâce, un aîné ou un père qui aurait fait du chemin avec Dieu, tout en étant conscient qu’il n’est pas encore « arrivé », lui non plus : « Et si vous recherchiez toujours plus à ressembler au Christ ?  Pour cela, exercez-vous à [la discipline qui conduit à] la piété ! »

C’est aussi un livre exigeant avec lequel on lutte au corps à corps – tant son sujet, l’exercice de la piété nous est à ce point bien peu naturel – avec la détermination « de ne pas le lâcher avant qu’il ne nous ait bénit »(cf Gen.32v26). A l’instar de Jésus, « qui, bien qu’il fut Fils,  a du apprendre l’obéissance par les choses qu’il a souffertes »(Hebr.5v8), nous avons en effet à apprendre à devenir des hommes pieux, attachés à Dieu, et ne pas nous complaire dans « une grâce à bon marché » – la véritable grâce de Dieu étant en effet « une grâce qui a coûté » (à Christ) et « qui coûte » parce qu’elle appelle à l’obéissance (selon la formule de Dietrich Bonhoeffer et selon 1 Tim.4v7-10). Mais c’est « à cause de sa piété que Christ a été exaucé » (cf Hébr.5v7).

Ce livre nous rend conscient que la piété n’est pas « un truc religieux » ou « un truc de femme », puisqu’elle est concernée par tous les domaines de la vie. En clair, « s’exercer à la piété » implique de travailler ses relations [en veillant à sa pureté, à son mariage, mais aussi ses amitiés], de prendre soin de son âme [ses pensées, son temps de recueillement et sa vie de prière…] et de son caractère[sa langue, sa façon d’être au travail…], et de porter une attention particulière à son ministère[son regard sur l’Église ; sa façon d’exercer le leadership, de donner et de servir….] (1). A ce sujet, mes luttes/défis ne seront sans doute pas les vôtres. Dans tous les cas, il ne convient pas de « choisir » l’une ou l’autre des disciplines, décrites dans ce livre d’une manière inédite, mais de comprendre qu’elles forment un tout, comme autant de facettes d’une vie complète, pleine de sens et d’espérance de l’homme pieux authentique.

Ensuite, la discipline n’est en rien « une lubie légaliste », car le moteur de la discipline prend sa source dans l’amour et la grâce de Dieu. D’ailleurs, dans son chapitre introductif intitulé « la discipline au service de la piété », Kent Hughes nous explique que tout débute par une sorte de « coup de foudre », lequel nous enseigne « que la discipline personnelle est la clé pour accomplir quoi que ce soit dans cette vie. Si cela est vrai, cela est doublement vrai pour les questions spirituelles. Dans d’autres domaines, nous pouvons peut-être revendiquer quelque avantage naturel. Un athlète peut être né avec un corps robuste, un musicien avec une oreille parfaite ou un artiste avec la perspective dans l’œil. Mais aucun de nous ne peut se vanter de posséder une supériorité spirituelle innée. En fait, nous sommes tous tout autant désavantagés. Aucun de nous ne cherche Dieu de façon naturelle, personne n’est intrinsèquement juste, personne ne fait instinctivement le bien(cf. Romains 3 : 9-18). Par conséquent, en tant qu’enfants de la grâce, tout est dans la discipline spirituelle – tout ! Je le répète… tout est dans la discipline. »

Mais l’exercice de la discipline qui conduit à la piété, pour devenir un « homme de Dieu » accompli, est tout à la fois un commandement et une promesse de Dieu : « Car (si) l’exercice corporel est utile à peu de chose (…) la piété est utile à tout, ayant la promesse de la vie présente et de celle qui est à venir. C’est là une parole certaine et entièrement digne d’être reçue ». Et parce que la clé de la victoire consiste aussi à jouer en équipe et non en solo, « nous travaillons, en effet, et nous combattons, parce que nous mettons notre espérance dans le Dieu vivant, qui est le Sauveur de tous les hommes, principalement des croyants » (1 Tim.4v8-10).

Un véritable défi pour les hommes, déjà peu portés vers les choses spirituelles et moins disciplinés dans ce domaine que les femmes, et par ailleurs individualistes de nature !

Ce livre rencontrera-t-il un large écho auprès des hommes de cette génération ? D’ailleurs, comment se fait-il qu’un tel livre [datant de 1980] ne soit traduit en français que maintenant ?

Comme me l’a expliqué Ruben(2), des éditions BLF, et que je remercie pour m’avoir envoyé gracieusement le livre, « c’est un titre qui existe depuis plusieurs années en Français. Il avait été publié par un institut biblique québecois (Sembeq) et nous avons pu le récupérer dans notre catalogue. Nous en avons profité pour faire une révision de fond en comble de la traduction pour la moderniser (plusieurs centaines d’heures de travail) et nous avons refait la couverture aussi. Nous le ressortons maintenant après un temps où il n’était plus disponible en librairie. Et nous espérons clairement toucher une nouvelle génération qui n’a pas connu ce livre. Et visiblement, c’est réussi puisque tu ne connaissais pas le livre avant qu’on te l’envoie 🙂 Son contenu, même s’il date des années 80 est assez intemporel dans ses principes ».

Sur ce, bonne lecture et bonne découverte !

En bref : « Homme de Dieu, exerce-toi à la piété : les disciplines spirituelles d’un homme attaché à Dieu », de Kent Hughes. BLF éditions/Cruciforme, 24/10/17.
Kent Hughes a été pasteur pendant 41 ans à Wheaton, aux États-Unis. Il est marié à Barbara, auteur de Femme de Dieu, exerce-toi à la piété, livre chroniqué ici. Ils ont quatre enfants et vingt-et-un petits-enfants.

 

Notes :

(1) Le livre est construit en 5 parties, composées chacune de 4 ou 5 chapitres en moyenne – chapitres suivis de « questions de réflexion » pour faire le point après la lecture.

PREMIÈRE PARTIE : LES RELATIONS 
2. La discipline de la pureté
3. La discipline du mariage
4. La discipline de la paternité
5. La discipline de l’amitié

DEUXIÈME PARTIE : L’ÂME
6. La discipline de l’esprit
7. La discipline du recueillement
8. La discipline de la prière
9. La discipline de l’adoration

TROISIÈME PARTIE : LE CARACTÈRE
10. La discipline de l’intégrité
11. La discipline de la langue
12. La discipline du travail
13. La discipline de la persévérance

QUATRIÈME PARTIE : LE MINISTÈRE
14. La discipline de l’Église
15. La discipline du leadership
16. La discipline de l’offrande
17. La discipline du témoignage
18. La discipline du ministère

CINQUIÈME PARTIE : LA DISCIPLINE
19. La grâce de la discipline

RESSOURCES
Témoignage de James et Deby Fellowes
Plan de lecture biblique quotidienne de M’Cheyne
À travers la Bible
Proverbes concernant l’usage de la langue
Psaumes de louange pour vos temps personnels avec Dieu
Notes
Index des références bibliques

(2) Pour l’anecdote, le même Ruben m’a permis de faire la connaissance de Daniel Henderson, des éditions Publications chrétiennes, lors du CEIA de Dammarie-les-lys, le 19 novembre 2017, me le présentant comme étant celui « qui est derrière (le livre) Homme de Dieu, exerce-toi à la piété ».

Bientôt, « pour vous, les gars » : ma recension de « Homme de Dieu, exerce-toi à la piété » de Kent Hughes

« Homme de Dieu, exerce-toi à la piété », de Kent Hughes : la recension du livre, bientôt sur PEP’S CAFE !

Chers lecteurs, prochainement, ma recension du livre « Homme de Dieu, exerce-toi à la piété : les disciplines spirituelles d’un homme attaché à Dieu », de Kent Hughes, sorti le 24/10/17 aux éditions BLF.

A très bientôt !

L’action du mois : soyons « des hommes de la Parole et de parole »

Relevons ensemble le défi d’être des « hommes de la Parole et de parole » ! Photo du film indien « Lagaan »(« Once Upon a Time in India »), réalisé par Ashutosh Gowariker(2001)

« 1, 2, 3… STOP ! » [Et non pas « Go ! »]

Le début de l’année 2018 est déjà entamé, et chacun se fait fort de donner suite à ses bonnes résolutions, avec des résultats plus ou moins heureux. Nous avons marqué une pause durant les fêtes et nous nous retrouvons dans une dynamique de « reprise ».

Néanmoins, nous, chrétiens, nous nous souvenons que nous sommes « en chemin » à la suite du Christ, Notre Seigneur, (plus qu’ « en marche ») vers notre destination finale : Lui ressembler.

Nous sommes « en chemin », mais non pas « en marche », puisque, comme le souligne le répondant du site 1001 questions, la véritable dynamique du croyant ne vient pas de l’homme « en marche » mais de Dieu Lui-même. La vie chrétienne n’est pas un do it yourself, qui nous ferait sortir d’une théologie de la promesse et de la grâce, conforme à l’enseignement de Jésus, pour passer à une sorte de théologie des œuvres.

Ceci dit, et par rapport à ce qui va suivre, je voudrais ajouter que si des hommes et des femmes me lisent – et je les en remercie – je voudrais aujourd’hui m’adresser plus spécifiquement aux hommes. J’espère que mes lectrices ne m’en voudront pas. Mais peut-être pourront-elles s’approprier ce qui suit d’une manière qui leur sera propre. Et ce qui suit n’est pas « un prêche ». En l’écrivant et en vous le partageant, je « me le prêche à moi-même ».

Ainsi, au sein de mon groupe d’étude et de partage de la Bible pour hommes, dans le cadre de mon église locale, nous avons pris ensemble le temps d’une pause pour penser « à vérifier notre équipement, (re)nouer nos lacets, faire un topo, lire la carte »(1), et à considérer cette action du mois, qui nous lance un défi individuel et collectif : être « des hommes de la Parole et de parole ».

1)« Des hommes de parole » : soit des hommes d’engagement

Comme déjà souligné par ailleurs sur ce blogue, il est édifiant de noter qu’alors que notre époque tend à nier ou effacer les différences sexuelles, l’hébreu se permet le luxe de distinguer le masculin du féminin à l’intérieur du verbe et du pronom. Ainsi, les 10 commandements ont été donnés initialement en hébreu, au genre masculin. Ainsi, par exemple, le « tu ne tueras pas » (« lo tirtzàh ») s’adresse d’abord à un homme. D’autre part, le « mâle » se dit « zakar » en hébreu, qui signifie « celui qui se souvient ». Mâle et souvenir ont la même racine. Dieu a employé le masculin pour lui confier la charge « du souvenir », afin d’être « l’arbre de transmission » de sa loi pour les générations.

Comme l’écrit mon ami Alain Ledain (2), nous ne sommes peut-être pas tous appelés à être « des hommes (publics), nous exprimant face à la nation, mais nous sommes tous appelés à nous exprimer – en paroles et/ou en actes – dans notre entourage, dans nos activités, dans nos engagements (associatif, humanitaire, politique, social, économique, syndical, culturel, artistique…), dans nos sphères d’autorité (c’est-à-dire dans l’espace où s’exercent nos responsabilités) ». Et, ajoute-t-il, « pour pouvoir nous exprimer, il est nécessaire de connaître, et donc de rechercher, les valeurs du royaume des cieux là où Dieu nous a placés »(2). Dit autrement encore, pour que l’homme soit en mesure « de se souvenir » et « de transmettre » fidèlement la Parole de Dieu dans toutes ses sphères d’influence et d’autorité mentionnées plus haut, il lui est donc nécessaire de bien connaître cette Parole.

Ce qui implique donc d’être :

2)« Des hommes de la Parole » : C’est-à-dire, des hommes qui ont soif de la Parole de Dieu et qui veulent être formés pour comprendre et partager la Parole.

« Toutefois », souligne encore Alain Ledain, « nous ne sommes pas appelés à rechercher seuls la justice du Royaume mais à nous réunir ensemble pour prier, réfléchir et partager nos expériences, pour contextualiser et incarner cette Parole ». Et « ne pas rester silencieux suppose de décloisonner notre vie spirituelle du dimanche matin »(2).

D’autre part, seuls, nous nous heurtons à des limites : Dieu nous a offert des dons complémentaires. C’est pourquoi, intégrer un groupe d’étude biblique pour hommes, au sein de l’église locale, est un bon cadre pour nous permettre d’apprendre ensemble et de connaître toute la Parole, en nous soutenant les uns les autres.

Nous ne sommes pas appelés à être chrétien « tout seul », mais à nous aimer sans hypocrisie (sans masque, sans jouer un rôle), en nous laissant sonder, travailler, encourager par les autres (1 Pierre 1v 22-23 nous commande de nous « aimer les uns les autres d’un cœur pur, avec ardeur (ou encore avec constance) ». Si nous sommes appelés à « aimer notre prochain comme nous-mêmes », nous devons « aimer notre frère comme Jésus nous a aimés ».

Ensuite, des hommes de la Parole et de parole sont des chrétiens qui sont et restent « rocheux » et non « sableux »(cf Matt.7v24 et ss) : nous devons écouter et mettre en pratique les enseignements de la Bible, et non seulement les écouter seulement, en « auditeur oublieux » (cf Jacq.1v22-25).

Des hommes de la Parole et de parole sont également des hommes « inflammables » : c’est-à-dire, non pas animés d’un « feu étranger », que Dieu ne saurait agréer(Lévit.10v1-2), mais animés d’une passion plus pure. 1 Pierre 1v22 nous rappelle encore que ce n’est pas la vérité mais l’obéissance à la vérité qui purifie. Nous devrons aller au contact du feu de l’esprit et brûler pour éprouver notre consistance véritable. Serons-nous alors « un feu de paille » « ou un feu de braise », contagieux ?

 Enfin, des hommes de la Parole et de parole veillent à leur croissance qualitative : ils veulent croître « en conviction, en caractère (notre Parole doit prendre du poids cf. Psaumes 33) et en compétence »(3).

Nos réunions d’étude et de partage de la Bible se basent sur de bons principes : elle vise à notre humilité – celle du pécheur – à exalter le Seigneur Jésus et à promouvoir la sainteté (la nôtre)(4).

Chacun est enfin invité à s’engager dans un mini-stère au service de ses frères, dans le cadre des réunions, qu’il s’agisse d’envoyer « les piqûres de rappel » informant des dates des rencontres, d’accueillir le jour J, de préparer/ranger la salle, de s’occuper de l’intendance, de « tenir la montre », de co-animer les temps d’étude, de rédiger les comptes-rendus ou de tenir la bibliothèque tournante du groupe.

Prions ensemble pour :

  • Un contenu qualitatif des enseignements de cette année.
  • L’engagement de chacun au sein de nos groupes d’études et de partages pour hommes, dans le cadre de nos communautés respectives.
  • La Parole est intarissable : que chaque homme ait une soif à la hauteur.
  • Contrer les imprévus qui empêchent régulièrement les hommes de s’engager  et notamment de venir aux réunions : il n’y a toutefois pas de fatalité, puisque « gouverner c’est prévoir » et qu’ « en Christ, nous sommes une nouvelle création » (2 Cor.5v17)

 

Notes :

(1) Selon les propos de mon frère Pierre-Louis, qui rédige avec fidélité et fiabilité les comptes-rendus de nos réunions mensuelles. L’essentiel du présent article reprend d’ailleurs les éléments de ce qu’il a retenu d’une de nos réunions d’hommes de septembre 2017.

(2) Cf Son article « Un regard chrétien sur notre société » (III) : « où sont les hommes… ». Alain Ledain est enseignant dans le secondaire et Président de l’association Actes 6, au service des églises. Il fait également un remarquable travail de transmission et de sensibilisation autour de la question de l’éthique sociale chrétienne. A ce sujet, ne manquez pas de visiter son blogue dédié à ce sujet http://www.ethiquechretienne.com/alain-ledain-qui-suis-je-a629449  et de le saluer de ma part : cela lui fera plaisir !

(3) Voir Marshall/Payne. L’essentiel dans l’église : apprendre de la vigne et du treillis. Clé/IBG, 2014.

(4) Helm, David. La Prédication textuelle : comment bien communiquer la Parole de Dieu aujourd’hui. BLF éditions, 2017.

« Foireux liens » de janvier (25) : le sens des luttes

Les « Foireux liens » de janvier 2018 : pour mieux réfléchir au sens de nos luttes

Et (re)voici nos « Foireux liens », revue de presse bimestrielle. Pour cette édition de janvier 2018 : Sens du service, de Noël (même si c’est déjà passé) et Christianisme « identitaire » vs Christianisme « réel » ; jouets connectés, Johnny Hallyday, culture médiatique, esprit critique, jeunesse et génération Y, travail et chômage, uberisation, écriture inclusive…et bien d’autres sujets encore !

1) Le lavement des pieds : de la domination au service

Laver les pieds, c’est la « podothérapie » proposée par Jésus ! Une histoire de pieds pour une autre manière d’être en relation. Face au mal, aux idées de grandeur et de domination, Jésus exprime en gestes quelle est la liberté de servir et quelle est sa seigneurie.

2) Noël déserte les pubs ? Bon débarras !

Coup de tonnerre sur nos pauvres sociétés européennes : une certaine marque de bière très connue ne produira plus de « bière de Noël » mais de la « bière d’hiver ». Dans le même temps, ce même mot recule aux frontons des temples du commerce et des enseignes municipales. Exit Noël, la société laïque pare ses tables pour « les fêtes de fin d’année » ! Faut-il s’en inquiéter ? Avons-nous encore intérêt à combattre pour défendre le royaume du Christ sur des boîtes de chocolats ou les calendriers des postes ?

 Voir aussi : « qui veut imposer le Père Noël dans une église ? »

3) Gare aux jouets connectés à Noël !

La Cnil a adressé une mise en garde publique à un fabricant qui vend deux produits insuffisamment sécurisés. En outre, la façon dont les données personnelles sont collectées et traitées est très insatisfaisante au regard de la loi.

Voir aussi : Objets connectés : défis technologiques et enjeux sociétaux

Interview de Maryline Laurent, Professeur à Télécom SudParis et spécialiste des objets connectés.

4) Contrefaire l’opinion. Johnny et l’irréalité

La mort de Johnny Hallyday a déclenché une vague médiatique à la hauteur des événements les plus dramatiques (…) Comment ce déferlement unanimiste avait-il pu se développer contre la vérité et la raison ? Encore une fois, on se trompait d’objet en croyant que l’information enregistre simplement l’importance des événements et parle forcément des choses qu’elle désigne. Les médias étaient bien en peine de voir qu’ils fabriquaient eux-mêmes cette unanimité d’images et de papier. Était-ce encore de l’information que ces images et commentaires diffusés pendant une semaine, jusqu’à la tombe antillaise ?

5) Près de huit Français sur 10 croient à au moins une « théorie du complot », selon une étude. Une enquête de la Fondation Jean-Jaurès et de Conspiracy Watch, en lien avec l’Ifop et relayée par franceinfo, dévoile pour la première fois les croyances des Français en matière de « fake news ».

6) Peut-on enseigner l’esprit critique ?

Former l’esprit critique des élèves est devenu une priorité de l’école française, en réponse à la prolifération de thèses complotistes sur Internet. Mais comment faire ? Et de quoi parle-t-on au juste ? Analyse à lire dans le magazine Sciences Humaines.

7) Des médias envahissants : peut-on y faire quelque chose ? Les médias et les réseaux sociaux exercent aujourd’hui une grande influence sur la vie, le temps et l’attention des individus, menaçant parfois les relations dans la vie réelle. Peut-on y faire quelque chose ? Conseils de Pierre-André Lechot, un spécialiste en éducation aux médias, sur Christ seul. Voir son blog qui propose des pistes utiles pour questionner les écrans et leurs contenus.

8) Les nouvelles générations sont multi-tâches. Est-ce efficace ?
Dans les caractéristiques de nos jeunes milleniums, on leur attribue souvent la capacité à être multi-taches : Écrire un devoir tout en répondant à un tchat à sa copine. Et visionnant une vidéo youtube. Notre jeune génération est elle super héros ? Est-ce efficace ?

9) 3 moyens infaillibles de débarrasser l’église de ses jeunes

La plupart d’entre vous répondraient par un vibrant « Oui, évidemment ! » Pour quelle autre raison iriez-vous acheter toutes ces pizzas, proposer tous ces programmes et faire tout votre possible pour éduquer et prendre soin de vos ados ? Vous voulez les garder au sein de l’église. Mais lorsque l’on scrute les cœurs, un sentiment différent fait surface. C’est une chose que l’église n’admettra jamais à haute voix, tapie silencieusement et dangereusement sous la surface.

Voir aussi : « ne dites plus ne nous donnez plus de pizzas ; dites « je vous invite, c’est fait maison ». 

10) En débat : Je travaille, donc j’existe ?

De notre emploi dépendent nos revenus, notre projection dans l’avenir, notre reconnaissance, notre sentiment d’utilité. Est-ce bien raisonnable de tant faire peser sur lui ? Comment valoriser d’autres formes de contribution à la société ?

Voir aussi : Telle est leur quête : Jeunes au travail : à la recherche du sens perdu

En France, plus qu’ailleurs, on cherche à s’accomplir par le travail. Or tout semble joué dès 20 ans : il faut avoir réussi, mais aussi avoir choisi sa voie. D’où un stress record à l’école et la grande frustration de bien des salariés, qui se sentent « déviés » de leur vocation… et cherchent un sens à leur vie hors du travail. Un entretien éclairant avec la sociologue Cécile Van de Velde à découvrir dans la revue Projet.

« Le con trolle, le café chaud meurt ». Paru dans CQFD n°160 (décembre 2017), rubrique Chien méchant, illustré par Lasserpe

11) « Pôle emploi, c’est vraiment devenu une machine de guerre »

Ils sont près de 40 000 conseillers à suivre, au quotidien, les six millions de chômeurs inscrits au Pôle emploi. Mais ces agents, dont le métier évolue sans cesse au gré des décisions politiques, ne savent plus trop où ils en sont. Sommés de faire du chiffre sans en avoir les moyens, souvent au détriment du respect des droits des usagers, beaucoup s’interrogent sur le sens de leur travail, quand ils ne sont pas purement et simplement en grande souffrance. Bastamag les a rencontrés.

Voir aussi : Les chômeurs dans le viseur : Fainéant, dis merci à ton coach ! 

Ce jour-là, vous êtes une bonne vingtaine de demandeurs d’emploi convoqués par Popôle Saint-Charles, à Marseille, mais la liste de présence que la jeune conseillère fait tourner ne correspond pas au groupe rassemblé là. Alors elle vous demande d’ajouter vos noms, prénoms et identifiants à la main, à la suite de ceux d’une trentaine de glorieux absents, ce qui prend un certain temps (…) Armée d’un triste PowerPoint, elle finit par annoncer, sans trop d’enthousiasme, le lancement du fameux plan Activ’Emploi. Ce qui revient à reconnaître, pour elle et son collègue qui l’épaule sans trop savoir à quoi s’en tenir, leur obsolescence programmée en tant que conseillers. Car, en clair, Pôle emploi va sous-traiter votre accompagnement à une start-up du coaching, sans doute pour libérer ses agents des contingences du trivial contact humain…..

12) Que pensent les riches des pauvres ? 

« Je ne céderai rien aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes… »  Ces quelques mots, formulés en septembre dernier par le Président français à l’adresse des opposants à sa réforme du droit du travail, ont choqué l’opinion publique. Emmanuel Macron a expliqué que ses propos, contrairement à l’interprétation qui en avait été faite, ne visaient nullement les syndicalistes, ni les travailleurs. Soit. Toutefois, le président français n’en est pas à sa première phrase du genre. N’a-t-il pas dit qu’« une gare était un lieu où se croisaient des gens qui réussissent et des gens qui ne sont rien »… ? N’a-t-il pas qualifié « d’illettrés » des ouvriers d’une usine dont les portes menaçaient de fermer ? Ou encore de « chômeurs récidivistes » les personnes ayant connu plusieurs périodes de chômage ? Pertinent article à lire sur Christ Seul.

13) « Pourquoi sortons-nous de l’école avec des valeurs à l’exact opposé de celles qui nous ont motivés à y entrer ? »

Les écoles d’ingénieurs sont une spécificité de l’enseignement supérieur français. Couvrant les domaines de l’industrie, de la chimie, de l’agronomie ou encore de l’environnement, elles préparent leurs élèves à occuper des postes à responsabilités. Malgré leur statut généralement public, les multinationales y prennent une place de plus en plus importante, au nom du « rapprochement avec le monde de l’entreprise ». Témoignage de deux étudiant-e-s de l’une de ces écoles, AgroParisTech, championne des « sciences et industries du vivant et de l’environnement ».

14) Réforme de l’apprentissage : le pouvoir aux entreprises et non plus aux régions

Ou comment, en avril 2018, le gouvernement entend présenter un projet de loi de réforme de l’apprentissage qui transfère les compétences des régions vers les entreprises.

15)  « Si on ne fait rien, le Far West digital nous laminera »

Le mot « ubérisation » (du nom de la start-up américaine ubercab) est entré dans le vocabulaire depuis environ deux ans. Ce phénomène consiste en l’utilisation de services permettant aux professionnels et aux clients de se mettre en contact direct, de manière quasi instantanée, grâce à l’utilisation des nouvelles technologies. Or, « l’uberisation » de l’économie menace notre vieux modèle fondé sur le salariat. Piloter cette transition devient une urgence politique. Le point avec Bruno Teboul, vice-président du cabinet de conseil en innovation Keyrus et professeur à l’Ecole polytechnique et à l’université Paris-Dauphine.

16) Aux USA, l’écriture cursive fait son retour dans les salles de classe aux Etats-Unis

Après avoir préféré le clavier d’ordinateur au stylo, les USA font machine arrière. Selon des chercheurs, l’écriture cursive a une grande importance pour apprendre.

17) L’écriture inclusive à l’école : un combat erroné

Le 23 septembre dernier, l’éditeur scolaire Hatier a annoncé avoir édité un manuel de CE2 en écriture inclusive. Le 7 novembre dernier, 314 professeurs, à travers une tribune publiée sur le site Slate, ont indiqué ne plus vouloir enseigner la règle de grammaire résumée par la formule « le masculin l’emporte sur le féminin ». L’objectif des partisans de l’écriture inclusive est de combattre les préjugés sexistes et de lutter contre les inégalités hommes / femmes. Ils veulent mettre fin à la hiérarchisation des sexes. Mais la défense de l’écriture inclusive est-elle ce « bon combat » à mener, propre à faire l’égalité ? Analyse, « en aparté », par la journaliste Gaëlle Picut sur son blogue consacré à l’éducation et aux relations parents-enfants.

18) Le dossier dont tout le monde se moque (ou presque) : Rohingyas, un peuple sacrifié

Un million de Rohingyas vit en Birmanie. Musulmans sunnites originaires du Bangladesh, ils sont considérés comme des étrangers et apatrides. Victimes de multiples discriminations, un puissant mouvement de moines nationalistes ne cesse par ailleurs d’attiser la haine à leur encontre. Des milliers d’entre eux ont fui ces dernières années le pays par la mer pour rejoindre la Malaisie ou l’Indonésie. D’autres ont choisi le Bangladesh.

19) Index Mondial de Persécution des Chrétiens 2018 : 215 millions de chrétiens fortement persécutés dans le monde

Basé sur une étude de terrain, l’Index Mondial de Persécution des Chrétiens publié par Portes Ouvertes apporte une analyse objective de la situation vécue par 215 millions de chrétiens dans les pays où la persécution est forte à extrême. Le top 5 des « pires pays », extrait du rapport et tendances, sans oublier les 4 bonnes nouvelles de l’index 2018.

20) Grands projets inutiles ? L’aéroport de Notre-Dame-des-Landes deux fois plus cher que moderniser celui de Nantes

« Réhabiliter Nantes-Atlantique coûterait deux fois moins cher que construire Notre-Dame-des-Landes. » C’est l’une des premières conclusions tirées du rapport des médiateurs sur le projet de Notre-Dame-des-Landes  , et livrées par le quotidien Ouest-France. Remis au premier ministre ce mercredi 13 décembre, le rapport a été coordonné par trois médiateurs nommés en juin dernier par le gouvernement, lequel doit rendre sa décision sur l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes au plus tard entre le 15 et le 30 janvier 2018.

Voir aussi : Le croirez-vous ? L’aéroport de Notre-Dame-des-Landes finalement remplacé par une centrale nucléaire. Suite au rapport des médiateurs sur le projet, le gouvernement a annoncé qu’il renonçait définitivement à faire construire un aéroport à Notre-Dame-des-Landes. La place laissée vacante servira à la construction d’une centrale nucléaire. « Que celui qui lit fasse attention ! » 

21) L’expo du moment : Le froid, un précieux allié

La Cité des Sciences nous propose une exposition didactique et ludique sur le concept de Froid, de nature à (r)éveiller les consciences quant à des sujets très actuels : le réchauffement climatique et la transition écologique. L’exposition se présente en trois parties : Les défis pour le vivant. Comment le corps humain réagit-il dans un environnement froid ? Quelles astuces pour se protéger ? Les défis pour la société. Réfrigération, congélation, climatisation… À quel point la technologie frigorifique a-t-elle modifié notre vie ? Les défis pour la science.  Quels sont les effets du froid sur la matière ?

Exposition Froid, ouverte tous les jours (sauf le lundi) du 5 décembre 2017 au 26 août 2018, de 10 h à 18 h à la Cité des Sciences au 30 avenue Corentin Cariou, 75019 Paris. 

 22) L’action du mois : s’accorder une parenthèse dans son agenda pour assister à une lecture publique des livres de la Bible.

Parce que la Bible a été écrite, non seulement pour être lue mais pour être entendue, prenez le temps d’une pause chaque lundi soir, 20h00 (si vous habitez Paris ou si vous vous trouvez dans le coin à ce moment-là) pour répondre à l’invitation de l’Action Biblique Française : venir écouter les textes bibliques récités par un comédien. Un moment unique et privilégié pour entendre, comprendre et réfléchir à la Parole de Dieu !

 

Le top du blogue : Les articles les plus cliqués sur PEP’S CAFE en 2017

Le top du blogue en 2017 : de quoi nous donner une idée des préoccupations des visiteurs.

Voici un classement des articles les plus cliqués durant l’année 2017, dans l’ordre. Ce qui donne une idée des préoccupations des visiteurs. Suit une deuxième liste, correspondant aux articles les plus cliqués depuis la fondation du blogue. Vous pourrez ainsi comparer les 6 meilleurs clics communs (soulignés en gras) aux deux classements.

Bons clics et bonnes lectures !

 

Durant l’année 2017

« L’aveugle et le boiteux n’entreront pas dans la maison ! »

« Ma Parole est comme un feu et comme un marteau qui brise le roc », dit le Seigneur…

20 livres que tout chrétien devrait avoir lu (1)

« Jeûner pour avoir faim de Dieu » : Soyons des champions de jeûne !

« ….une expression épouvantable qui, du coup, se propage comme un virus verbal… »

« Courageous », le film : ou oser « s’exposer »

Le Mensonge que Nous Vivons – The Lie We Live

Dans le repas de la Pâque, il y a aussi des herbes amères…

Qui suis-je ?

« 1001 questions » simples (et autant de réponses claires) « sur la foi, Jésus, la Bible, Dieu, la vie…et même le reste ! »

Depuis la création du blogue

Notre regard sur le mariage : «contrat» ou «alliance» ?

« ….une expression épouvantable qui, du coup, se propage comme un virus verbal… »

« Ma Parole est comme un feu et comme un marteau qui brise le roc », dit le Seigneur…

« L’aveugle et le boiteux n’entreront pas dans la maison ! »

« Jeûner pour avoir faim de Dieu » : Soyons des champions de jeûne !

« L’espérance(vivante), pas l’espoir » : Première épître de Pierre (introduction)

Qui suis-je ?

Le Mensonge que Nous Vivons – The Lie We Live

« Couverture » ou « emballement médiatique » ? « Info » ou « buzz » ?

PEP’S CAFE ? Pourquoi ce blogue ?

 

PEP’S CAFE a 5 ans !

Aujourd’hui, nous fêtons les 5 ans de PEP’S CAFE!

Chers lecteurs,

depuis hier, le 09 janvier 2018, PEP’S CAFE a 5 ans !

Une année de plus pour le blogue, et pour moi, un cap.

En effet, je me rends compte que, depuis le 09 janvier 2013, je vous invite régulièrement sur ce blogue chrétien, à l’heure du café (pour d’autres, ce sera du thé) du matin ou de l’après-midi, à la lecture, la méditation, l’étude et au partage de la Bible, dans un but d’encouragement et d’édification ; et plus largement, à écouter, discerner, réfléchir, comprendre, croire, recevoir, vous ouvrir, discuter, vous laisser surprendre…Aujourd’hui encore, et pour une nouvelle année, j’ai cette grâce de continuer.

Ce blogue a bien entendu évolué depuis sa création et sa vision initiale affinée avec le temps. Voici ce qu’il en ressort de son identité :

PEP’S CAFE! se distingue avant tout par son éclectisme, la diversité des sujets et des genres, puisqu’il est possible d’y lire des méditations et études bibliques, des articles de fond et de réflexion, sur des thématiques qui font l’actualité ou non (tels les enjeux informationnels, éducatifs, environnementaux et médiatiques), des recensions et analyses de livres et films, des chroniques(récits et apologues, paradoxes et paraboles…), sans oublier « les Foireux liens », notre revue de presse bimestrielle (à paraître la semaine prochaine).

Ensuite, l’idée du blogue, pensé comme un projet global, est de casser les cloisonnements habituels entre les sujets, en donnant au lecteur un aperçu de choses qu’il ne soupçonne pas. Et surtout, en l’invitant à découvrir que Dieu est concerné par toutes les réalités de la vie et qu’il n’y a pas de domaine où Jésus-Christ ne règnerait pas.

Enfin, ce site est (réellement) gratuit et le restera : parce que j’ai déjà reçu gratuitement, je donne gratuitement et avec joie, à des fins d’édification.

Je n’en vis donc pas et ma seule récompense est votre fidélité à lire et suivre attentivement ce blogue. Pour tout cela, je vous en remercie, comme je remercie tous ceux (que je connais personnellement, que j’ai eu l’occasion de rencontrer en 2017 ou que je ne connais pas encore « en vrai ») qui m’encouragent régulièrement à continuer par leurs remarques et commentaires enrichissants et pertinents, et qui ont déjà contribué au blogue par leurs articles inédits….en attendant les vôtres ! 😉

Aujourd’hui : la parole est à vous ! N’hésitez donc pas, en cette occasion, à souhaiter un joyeux et heureux anniversaire à PEP’S CAFE! et à nous partager, au pied de cet article, sur ce que ce blogue vous apporte généralement (et que vous ne trouvez peut-être pas ailleurs) et en quoi il a pu vous édifier et vous encourager d’une manière particulière en 2017. Voire même, en quoi il a pu être une source d’inspiration personnelle, de sorte que vous avez pu encourager et édifier d’autres personnes par ce moyen ! Racontez-nous !

Profitez-en aussi pour signaler ce que vous aimeriez toujours y trouver, y trouver un peu plus souvent, et même, pourquoi pas, y trouver ce qui n’y figure pas encore !

En vous remerciant et à très bientôt !

Comment reconnaître une #FAKENEWS ?

Aujourd’hui, il semble venu ce moment « où certains ne veulent plus écouter l’enseignement juste. Mais suivant plutôt leurs désirs, ils font appel à une foule de maîtres qui leur disent ce qu’ils ont envie d’entendre. Ils ferment leurs oreilles à la vérité et les ouvrent pour écouter des histoires fausses » (2 Tim.4v3-4. Parole de Vie). 

« Depuis le prophète jusqu’au prêtre,
Tous usent de tromperie. […]
Paix ! paix ! disent-ils ;
Et il n’y a point de paix. » (Jérémie 6v13-14)

Souvenez-vous…« Fake news » avait été désigné « mot de l’année » par le dictionnaire Collins en 2017. Le terme-valise de « fake news » désigne « des fausses nouvelles qui peuvent prendre en réalité plusieurs aspects. Ce sont des formes de désinformation spécifiques aux réseaux sociaux : ainsi, les fausses informations inventées de toutes pièces, les faits détournés, ou encore les informations présentées selon un certain angle »(1).

Aujourd’hui, Emmanuel Macron veut « protéger la vie démocratique des fausses nouvelles ». Le Président français a déclaré, lors de ses vœux à la presse, mercredi 3 janvier, qu’il souhaitait une nouvelle loi pour renforcer le contrôle sur internet et lutter contre les « fake news » en période électorale. Mais quel contenu peut être considéré comme une « fausse nouvelle » ? Quelles mesures seraient mises en place ? Mais au-delà des nombreuses interrogations soulevées par le projet du chef de l’État(2), comment reconnaître des « fake news » dès qu’elles se présentent ?

La grâce peut-elle être « bon marché » ou a-t-elle un prix ?

Ainsi, par exemple, « l’Évangile de la grâce à bon marché » en est-il une, comme le demande l’internaute « Henry » aux « Répondants » de « 1001 questions » ?

La question peut se poser en effet, car il n’y a pas que les politiques qui sont des trompeurs. Les théologiens le sont aussi souvent. On prétend même méchamment que le saint patron des théologiens est le Serpent de la Genèse. Car il est le premier à avoir enclenché la sacro-sainte « pensée critique » avec son : « Mais… Dieu a-t-il vraiment dit… ? » (Genèse 3v1).

Une fausse prophétie est une fausse information.

Une parabole tordue pour la mettre à notre service est une fausse information, un mensonge.
Une prédication de la grâce qui ne conduit pas à la repentance, à l’humilité, à fuir le péché et à changer de vie est une fausse information, une grâce qui n’est pas donnée par Dieu.

La suite sur 1001 questions.

 

Notes : 

(1) Essais de définitions sur La Croix et Télérama.

(2) Lire, par exemple, l’analyse de France Info.

Lire toute la Bible en un an pour 2018

« La lecture de la Bible est à la fois facile et difficile. Une clé de compréhension est de se montrer disponible et disposé, plutôt que de se préoccuper de ce que nous ne comprenons pas sur le moment ».

Chères lectrices et chers lecteurs de la Bible, voici, pour l’année 2018, une proposition de plan de lecture quotidienne et régulière de la Bible pour tous, élaboré par le pasteur Thierry Keiflin et découvert en 2017.

Ce plan me paraît bénéficier de plusieurs atouts :
Tout d’abord, il a l’intérêt, dans un souci d’équilibre d’une lecture sur l’année, d’alterner, pour l’Ancien Testament, « la loi, les prophètes et les autres écrits (de sagesse) », avec une meilleure répartition des psaumes et des proverbes ; il permet aussi, pour le Nouveau Testament, de relire plus souvent et plus régulièrement les 4 Evangiles.
Ensuite, il privilégie un découpage par verset plutôt que par chapitre. Ainsi, lire chaque jour environ 60 versets pour l’AT et 20 versets pour le NT permet de lire toute la Bible en un an.
Enfin, chaque jour est proposé une lecture dans les deux testaments.
Variante : si vous débutez, commencez plutôt par une lecture quotidienne de 60 versets, en alternant un livre du NT puis de l’AT.

Ainsi, pour débuter une lecture, dès janvier 2018 :
Jour 1 : Genèse 1/Proverbes 1/ Luc 1v1-25 (ou Jean 1v1-18)

Jour 2 : Genèse 2-3/Psaume 1/Luc 1v26-45

Jour 3 : Genèse 4-5/Psaume 2/Luc 1v46-66

Jour 4 : Genèse 6-8/Luc 1v67-80

Jour 5 : Genèse 9-10/Luc 2v1-32

Jour 6 : Genèse 11-12/Psaume 3/Luc 2v33-52

Jour 7 : Genèse 13-15/Luc 3v1-20

etc…

Ces modalités pratiques mises à part, un élément fondamental est à garder à l’esprit, que vous débutiez ou non dans la lecture de la Bible : il est essentiel, si l’on veut comprendre toute la Bible dans sa globalité, de l’aborder à la lumière de la personne et de l’œuvre de Jésus-Christ pour tous les hommes.

Le Nouveau Testament (NT) est explicitement centré sur l’œuvre et la personne de Jésus-Christ : c’est pourquoi il est bon de débuter par un Évangile, « la Bonne Nouvelle », qui est un récit de la vie de Jésus.
Pour ceux qui seraient encore peu familiers de la Bible, on trouve quatre Évangiles, désignés par le nom de leurs auteurs : les Évangiles selon Matthieu, Marc, Luc et Jean. Marc est sans doute l’idéal, car plutôt court, avec beaucoup d’action et peu de discours. Mais il pourra paraître trop court pour certains. Jean est souvent conseillé en première lecture, car son auteur est l’un des douze disciples et considéré comme l’un des amis proches de Jésus. Il raconte donc ce qu’il a vu d’une manière unique, en s’attachant à nous en donner le sens. Cependant, il peut paraître parfois déroutant au début. Mieux vaut finalement commencer par Luc, un Évangile complet et bien construit qui parle souvent de joie ; ou par Matthieu, qui contient beaucoup de paraboles, des histoires racontées par Jésus, présenté dans cet Évangile comme le Messie promis.
Ensuite, si vous souhaitez découvrir comment les premiers chrétiens ont donné suite au message de Jésus-Christ, poursuivez votre lecture avec les Actes, qui est la suite directe de l’Evangile selon Luc. Les textes suivants du NT sont les épîtres (ou lettres) du Nouveau Testament, lesquelles exposent le contenu de la foi des premiers chrétiens(Ex : celles de Paul – Galates, Philippiens, 1-2 Corinthiens, Philémon – de Jacques, de Pierre ou les trois petites épîtres de Jean, à la fin du NT). Ils se trouvent entre les Actes et l’Apocalypse et peuvent vous aider à comprendre en quoi la vie, la mort et la résurrection de Jésus peuvent changer votre vie, aujourd’hui. L’Apocalypse n’est pas un « récit catastrophe » mais plutôt la « révélation de Jésus-Christ » (Apoc. 1v1).
« En clair », souligne notamment Timothée Minard(1) : « il nous apparaît impossible de lire un passage du Nouveau Testament en le déconnectant de l’œuvre du Christ ».

L’Ancien Testament (AT) raconte les relations entre Dieu et les hommes avant la venue du Christ. Sa lecture – moins évidente de prime abord car celui-ci ne parle pas explicitement de Jésus, et pouvant parfois nous paraître choquante – reste importante à entreprendre pour tout chrétien. Les livres situés dans cette première partie de la Bible nous racontent ce que Dieu a fait pour appeler et sauver son peuple (Voir le livre de l’Exode, qui a notamment inspiré un très beau gospel). Ils nous parlent aussi de la condition de l’homme qui rejette Dieu (Genèse 1-11) et à quel point le problème du péché semble insoluble, l’obéissance à la Loi impossible et combien une solution est nécessaire. Toutefois, les prophètes (Esaïe, par exemple) ou les Psaumes annoncent notamment une alliance nouvelle et éternelle entre Dieu et les Hommes qui permettrait de régler ce problème, avec la venue d’un messie (Le Christ) et sauveur. Le Nouveau Testament va alors expliquer que cette attente s’accomplit en Jésus-Christ.
« Concrètement », relève encore Timothée Minard – et c’est une autre des clés principales pour l’interprétation de l’Écriture- « cela signifie qu’il n’est pas possible de prendre un passage de l’Ancien Testament et de l’appliquer sans tenir compte de la manière dont la venue du Christ pourrait en modifier la portée »(1).

Enfin, la lecture de la Bible est à la fois facile et difficile. Une autre clé de compréhension est de se montrer disponible et disposé, plutôt que de se préoccuper de ce que nous ne comprenons pas sur le moment : disponible pour écouter Dieu vous parler à travers Sa Parole, les Ecritures bibliques, et disposé à accueillir et à vivre avec joie ce qui se sera éclairé pour vous. Ne manquez donc pas de demander avec confiance à l’auteur de la Bible (Dieu) de vous éclairer par son Esprit, et croyez qu’il vous donnera de comprendre bien des choses sur Lui-même et y compris sur vous-mêmes !

Et surtout, ne la lisez pas exclusivement seul, mais avec d’autres croyants et disciples de Jésus-Christ. Les livres de la Bible ont d’abord été écrits pour des groupes, plutôt qu’à des individus isolés. N’hésitez donc pas à rejoindre une communauté chrétienne pour bénéficier des lumières de vos frères et sœurs dans la foi. De bonnes adresses se trouvent ici ou . Et si vous n’avez pas encore de Bible, vous pouvez commencer de la lire en ligne ou l’écouter en audio, en vous rendant sur l’un ou l’autre des liens ad-hoc figurant sur ma blogroll (colonne de gauche de ce blogue).

Sur ce, bonne lecture !

 

Notes :

(1)Lire cet article de Timothée Minard sur l’interprétation de la Bible. Autre inspi, ces éléments de réponse à une question posée sur « 1001 questions ».

Les vœux de PEP’S CAFE pour 2018 : « ne laissez pas repartir Jésus mais invitez-le à rester avec vous »

Laisserons-nous repartir Jésus ou Lui demanderons-nous de rester, et ce, alors qu’il vient juste de nous reprendre, nous reprochant nos « esprits sans intelligence » et nos « cœurs lents à croire » en Lui ? (Dessin de Coolus)

Chers lecteurs et chères lectrices, je souhaite que 2018 soit pour vous une nouvelle année pleine d’espérance, joyeuse et lumineuse en Celui qui est « la lumière du monde »(Jean 8v12). Et ce, en dépit des turbulences actuelles et à venir, à l’instar de ces dépressions – tempêtes, ouragans – frappant notre pays et constituant autant d’étonnantes et interpellantes « ouvertures » de cette nouvelle année.

Ceci dit, que vous souhaiter et vous partager d’autres, de quoi nous donner raison d’espérer en l’avenir ?
J’ai terminé lundi 01 janvier ma lecture de l’Evangile selon Luc, un Evangile notamment marqué par la joie, et me suis arrêté un temps sur la scène relatant la rencontre et l’accompagnement des disciples d’Emmaüs par Jésus (Luc 24v13-35).
Voici le texte : le jour de la résurrection du Christ, un dimanche, qui est le premier jour de la semaine, « deux d’entre (les disciples) se rendaient à un village du nom d’Emmaüs, à deux heures de marche de Jérusalem. Ils parlaient entre eux de tous ces événements. Or, comme ils parlaient et discutaient ensemble, Jésus lui-même les rejoignit et fit route avec eux ; mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître ».
Jésus prend l’initiative de la discussion et leur demande ce que sont ces propos qu’ils échangent en marchant. « Alors ils s’arrêtèrent, l’air sombre. L’un d’eux, nommé Cléopas, lui répondit qu’ils s’entretiennent au sujet de « Jésus de Nazareth, qui fut un prophète puissant en action et en parole devant Dieu et devant tout le peuple : comment nos grands prêtres et nos chefs l’ont livré pour être condamné à mort et l’ont crucifié ; et nous, nous espérions qu’il était celui qui allait délivrer Israël. Mais, en plus de tout cela, voici le troisième jour que ces faits se sont passés. Toutefois, quelques femmes qui sont des nôtres nous ont bouleversés : s’étant rendues de grand matin au tombeau et n’ayant pas trouvé son corps, elles sont venues dire qu’elles ont même eu la vision d’anges qui le déclarent vivant. Quelques-uns de nos compagnons sont allés au tombeau, et ce qu’ils ont trouvé était conforme à ce que les femmes avaient dit ; mais lui, ils ne l’ont pas vu. »
Jésus leur reproche leurs « esprits sans intelligence », leurs « cœurs lents à croire tout ce qu’ont déclaré les prophètes », leur rappelant qu’il fallait « que le Christ souffrît cela et qu’il entrât dans sa gloire. Et, commençant par Moïse et par tous les prophètes, il leur expliqua dans toutes les Ecritures ce qui le concernait ».
C’est alors qu’« ils approchèrent du village où ils se rendaient, et [détail intéressant du récit] lui fit mine d’aller plus loin.
Imaginez alors le drame : Jésus fait mine d’aller plus loin, mais les disciples, « trop dans leur bulle », le laissent partir….

Imaginons alors un dialogue alternatif mais fictif :
Les disciples rentrent chez eux et leurs proches leur demandent de raconter leur journée. Eux parlent de leur rencontre avec un homme mystérieux.
– « Et alors ? » leur demande-t-on. « Où est-il ? »
– « Bah [haut] …. il a continué sa route, quoi… »
– « Quoi !! Vous l’avez laissé partir !! Vous ne l’avez même pas invité à rester ?!! »
– « Ben, il a pas demandé(sic)… »

Imaginons alors ce même drame, dans un contexte plus proche de nous :
« Nous allons à l’église » et « assistons » (à défaut de participer) au culte dominical. Mais étant trop « dans notre bulle », écrasés par nos soucis quotidiens, nous peinons à reconnaître Jésus ressuscité, censé être au centre de notre rassemblement. A la fin du culte, nous échangeons rapidement quelques nouvelles et parlons un peu les uns avec les autres de ce qui est le plus important pour nous. Puis chacun repart chez soi, chacun de son côté, sans penser inviter « l’Autre ». Et sans prendre le temps de s’interroger sur le sens véritable de ce qu’est « être ensemble au Nom de Jésus ». Il y a pourtant là une promesse : Jésus a dit qu’Il est présent « au milieu des deux ou trois se trouvant ensemble en Son Nom » (Matt.18v20).
Pour vivre cette promesse, il s’agit de souhaiter demeurer ensemble pour être solidaires et non solitaires. De façon concrète, cela se traduit par le fait de partager ensemble en toute simplicité et authenticité un même repas et un même pain. C’est ce qui s’appelle « casser la croûte » ensemble, soit briser ce qui a durci – nos certitudes ou nos habitudes – pour s’ouvrir à l’autre et découvrir l’autre.

Dans le cadre de notre récit de Luc 24, les disciples d’Emmaüs – heureusement ! – n’ont pas souhaité laisser repartir Jésus : au contraire, « ils le pressèrent en disant : « Reste avec nous car le soir vient et la journée déjà est avancée. » Et il entra pour rester avec eux (v29). Or, quand il se fut mis à table avec eux, il prit le pain, prononça la bénédiction, le rompit et le leur donna. Alors leurs yeux furent ouverts et ils le reconnurent… » (vv30-31).
C’est dans ces conditions que nous pourrons reconnaître, comme eux, que Jésus, présent au milieu de nous, est non seulement vivant, mais « le même », non seulement « hier » et « éternellement », mais « aujourd’hui »(Hébr.13v8), source de vie nouvelle restaurée.
C’est dans ces conditions que nous pourrons repartir ensemble pleins de joie, avec ces forces nouvelles, pour aller vers les autres leur partager ce que nous aurons alors (re)découvert : une personne – Jésus (« Dieu sauveur » et « Dieu élargit ») et son message d’espérance et de libération.

Sur ce, bon début d’année 2018 !