« Tout quitter » pour suivre Jésus : même sa réputation ?

Qu'est-ce qui fait ta réputation ? D'être connu comme quelqu'un qui connaît Jésus et, surtout, est connu de Lui ?

Qu’est-ce qui fait ta réputation ? D’être connu comme quelqu’un qui connaît Jésus et, surtout, est connu de Lui ?

Lecture de Marc 10v17-22 :

« Comme (Jésus) se mettait en route, quelqu’un vint en courant et se jeta à genoux devant lui ; il lui demandait : « Bon Maître, que dois-je faire pour recevoir la vie éternelle en partage ? » Jésus lui dit : « Pourquoi m’appelles-tu bon ? Nul n’est bon que Dieu seul. Tu connais les commandements : Tu ne commettras pas de meurtre, tu ne commettras pas d’adultère, tu ne voleras pas, tu ne porteras pas de faux témoignage, tu ne feras de tort à personne, honore ton père et ta mère. » L’homme lui dit : « Maître, tout cela, je l’ai observé dès ma jeunesse. » Jésus le regarda et se prit à l’aimer ; il lui dit : « Une seule chose te manque ; va, ce que tu as, vends-le, donne-le aux pauvres et tu auras un trésor dans le ciel ; puis viens, suis-moi. » Mais à cette parole, il s’assombrit et il s’en alla tout triste, car il avait de grands biens » (Version TOB)

Le jeune homme riche « avait de grands biens ». Certes, des biens matériels, mais sans doute était-il riche de beaucoup plus que cela encore : sa réputation d’intégrité, liée au fait qu’il avait « suivi tous ces commandements divins dès sa jeunesse ». Accepte-t-il de l’abandonner, cette bonne réputation, pour suivre Jésus ? Accepte-t-il de vraiment tout quitter et de renoncer à tout ce qui fait sa sécurité, pour plaire à Celui qui veut « l’ enrôler » à sa suite ? (2 Tim.2v4)

En fin de compte, le récit nous apprend qu’ « à cette parole (de Jésus), il s’assombrit et il s’en alla tout triste, car il avait de grands biens ».

Il venait pourtant demander « au bon maître » – lequel est plus qu’ « un » maître parmi d’autres, mais « le maître au-dessus des autres » – ce qu’il devait « faire de bon » (Matt.19v16), pour « recevoir (hériter) la vie éternelle ». On note que Jésus, le « bon Maître », « le regarda et se prit à l’aimer », et lui fait connaître « ce qui est bien » et « ce que l’Eternel demande de lui » : pratiquer la justice, aimer la miséricorde, et marcher humblement avec son Dieu (Michée 6v8).

Mais la bonté de Jésus n’a pas amené le jeune homme à « faire demi-tour »(Rom.2v4), pour le suivre. Qu’en est-il de vous ?

Voici des promesses analogues pour ceux qui n’ont pas craint pour leur réputation : Jer. 39v18 et Jer.45v5. Des promesses à saisir, car toujours actuelles !

Publicités

Foireux liens de mai(15) : « ne passons pas à côté de l’essentiel ! »

Les "Foireux liens" de Mars : une actualité "chaude", qui ne devrait pas vous laisser "froid"...

Les « Foireux liens » de Mai : une invitation à « ne pas se conformer au monde présent » et à adopter une vision sociale et sociétale biblique !

Et « l’essentiel », c’est avant tout les relations. D’avoir de bonnes relations. Et surtout, de cultiver ces relations, sachant que la fidélité n’est pas acquise pour toujours. Les liens ci-dessous ont trait aux relations avec Dieu, premièrement, puis « les uns les autres » – un enjeu, surtout à une époque du cloisonnement et de l’atomisation.
1)Ainsi, comment prendre ne seraient-ce que « quatre minutes » avec Dieu par la Bible et la prière « pour une bonne journée » ? Une décision vitale, face au stress, « au surbooking et à un rythme de vie décapant ». C’est le défi que nous invite à relever ce « guide expresso » (1)pour les 25-45 ans de la Ligue pour Lecture de la Bible(LLB). Un programme qui peut paraître peu ambitieux(en comparaison du défi relevé chaque matin par l’écrivain napolitain Erri de Luca), à moins qu’il ne s’agisse de « réalisme ». Mais quatre minutes seront-elles « suffisantes » pour se nourrir, ou « toujours trop », par « manque de temps » ?

Pour les visuels – et les pressés – une présentation vidéo ici :

Si nous prenons la peine et le temps de lire et d’étudier la Bible, nous nous poserons les questions suivantes, avec le bibliste Joël Sprung :

2) « Dans la loi qu’est-il écrit ? Comment lis-tu ? » Le « bon sens » (est-il) « près de chez vous » ?

L’animateur du blog « pneumatis » souligne que « nous vivons une époque dans laquelle la confrontation des méthodes exégétiques, dans les milieux chrétiens, est très vive(…)Quoiqu’il en soit, il convient au moins de rappeler ici que cette confrontation est au moins aussi ancienne que la pluralité des milieux de réception de l’Ecriture. Dès lors, comment s’y retrouver ? Une « méta-méthode », qui pourrait prétendre à faire l’unanimité, et qui pourrait sinon être au moins le mouvement premier du lecteur croyant, consisterait finalement à interroger l’Ecriture elle-même, pour savoir ce qu’elle dit de la manière de l’interpréter. Étrange paradoxe alors, a priori, que de devoir lire pour savoir comment lire ! »

3) « Mais que dit la Bible ? » Notamment à propos de ce sujet controversé et sensible de l’homosexualité, à découvrir sur TGC – Evangile 21. Pour Kévin de Young, « en tant que chrétiens vivant au milieu de la controverse, il y a trois choses que nous devons garder ouvertes : nos cerveaux, nos cœurs et nos Bibles ».

4) « Que dit la Bible » : une question qui ne porte pas seulement(et exclusivement)sur des « questions de société », mais qui porte aussi sur des « questions sociales ». On se reportera donc avec profit sur cette étude d’Alain Nisus – « Connaissance de Dieu et justice sociale chez le prophète Jérémie » : Ou comment il ne saurait y avoir « de disjonction entre la piété et l’éthique ; entre la pratique de la justice sociale et la pratique du culte ; entre l’orthodoxie et l’orthopraxie. La piété authentique s’exprime aussi par un souci de justice sociale ». Et comment il ne saurait y avoir « de disjonction entre l’éthique sociale et l’éthique sexuelle ».

5) Un autre sujet de société : le célibat. Serait-il « Hors norme », notamment de nos jours ? « Pour une valorisation(et une vision biblique) du célibat », il est possible de lire l’édifiante recension du livre d’Albert Hsu sur « elle croit », de nature à inspirer toute réflexion sur cet éternel sujet.

6) Mondialisation : Le « globish » serait-il « la langue de Babel » ?
Est-ce « s’isoler » que de « parler français aux Français, en France » ? s’interroge Patrice de Plunkett, relayant sur son blogue une tribune de Xavier Combe (enseignant à Paris-X et président de l’Association française des interprètes de conférence), à lire intégralement sur Libération. En effet, mot-valise formé à partir de « Global » et de « English », le « globish » est devenu « la langue véhiculaire de la planète » et surtout « la langue de la mondialisation ». Mais, « contrairement au mythe de Babel », estime Xavier Combe, « la malédiction serait que les hommes ne disposent plus que d’une seule langue, d’une unique et même façon de penser ».

7) « Ubérisation » :  un néologisme devenu omniprésent dans la presse, également orthographié «uberisation» sans accent aigu, en référence à « Uber », la fameuse entreprise de mise en relation de chauffeurs professionnels indépendants et de client.
« Au carrefour de l’économie du partage, de l’innovation numérique, de la recherche de compétitivité et de la volonté d’indépendance des Français »(sic), un « phénomène » vu par un « observatoire de l’ubérisation »(2), comme « une lame de fond » susceptible d’ « impacter [ou de bouleverser ]petit à petit tous les secteurs de l’économie traditionnelle des services ». Voici six exemples de ces bouleversements : la profession de taxi, les libraires et l’édition (investie par Amazon), les hôtels, les professions juridiques, les banques et les restaurateurs….Un point commun : offrir la possibilité de se servir tout seul, rapidement, avec la suppression des intermédiaires.

Avec quelles conséquences ? Est-elle « une chance pour l’économie » ?

Faut-il (et peut-on y) résister ?(3) « Uberisation » rime-t-il aussi avec « paupérisation » et « précarisation » ? Chacun – et notamment le chrétien, invité à « ne pas se conformer au monde présent »(cf Rom.12v2) – est appelé à s’interroger.

8) D’ailleurs, il y a deux ans, dans un article consacré à Althusius, un penseur politique protestant, nous soulignons cet affaiblissement des « corps intermédiaires » entre l’Etat et l’individu, soit de toutes les formes de vie associative non gouvernementale, y compris la famille et l’Église(cela concerne aussi l’entreprise).  Un affaiblissement qui favorise l’essor de l’individualisme et du libéralisme, lequel « fait de l’individu et de ses droits inaliénables (liberté, propriété…) le centre et l’origine des relations sociales ». La « main invisible » a aussi un effet destructurant par essence, puisqu’elle « disloque la société, mais ne la conserve pas ». L’occasion de reconsidérer une contribution oubliée de la pensée politique protestante, soit une vision de la vie sociale et politique fondée sur les notions d’alliance et de consensus. Une vision de nature à nous faire réfléchir, d’une part, sur l’exercice équilibré de l’autorité dans la société, en termes de consensus, et, d’autre part, sur l’importance des institutions médiatrices entre l’Etat et l’individu.

Dit autrement :

9) « Comment bâtir des relations authentiques ? » Ou « comment entretenir des relations où les gens se sentent assez à l’aise pour se montrer vulnérables ? » Un article découvert via elle croit.com, et un enjeu fondamental qui concerne aussi les hommes !

Et pour finir :

10) Cette excellente intervention récente de Benoît, des « Cahiers libres », sur le sens de la grève contre la loi travail : une « scandaleuse atteinte aux droits des consommateurs » ? A moins de se souvenir que le consommateur est aussi un travailleur. Et si on donnait prioritairement la parole à ce dernier, pour le laisser s’exprimer sur ses droits légitimes ? C’est sur le « blog notes » de Radio Notre Dame, et c’est à (ré)écouter sur les « Cahiers libres ». Ne pas manquer le démontage en règle du fameux sophisme : « faciliter les licenciements et précariser le travailleur permettra de lutter contre le chômage » !

 

Notes : 

(1) Parmi les contributeurs, on y retrouve entre autres Olivier Keshavjee, théologien réformé et « animateur de paroisse » en Suisse. Il est aussi censé animer son blogue « Théologeek ». Mais si vous en avez assez d’attendre qu’« une particule de créativité traverse le vide interstellaire(j’allai écrire « intersidéral »)pour s’écraser sur un de ses neurones »(ce qui n’est plus arrivé, à l’heure où j’écris, depuis le 9 avril 2015), vous pouvez toujours le lire sur le guide « Express’o » !

(2) On notera que ledit « observatoire » a été fondé par des auto-entrepreneurs (FEDAE) et l’association « Parrainer la Croissance ». Il se donne « pour but d’accompagner l’ubérisation, d’apporter un constat précis et de proposer des pistes de réflexion autour de la réforme du code du travail, du dialogue social, de l’évolution du Droit… ». 

(3) Cf cet article du Monde diplomatique. Voir aussi ces autres exemples pour l’économie et l’université.  A lire, également, « ultramoderne solitude », entretien avec Philippe Breton, dans « La Décroissance », avril 2016, numéro 128, pp3-5 : « sur l’uberisation de l’économie, il y a des résistances très fortes, on voit ce que donne la déréglementation du travail. Les partisans des nouvelles technologies nous flattent en disant : « l’individu moderne n’a pas besoin de régulation ». Mais les gens voient que tout n’est pas possible, que la toute-puissance de l’individu est relative, que les professions doivent être réglementées. Ils ont conscience que ce sont les règles collectives qui nous permettent de vivre en société, qu’il faut des normes, des médiations, des régulations. On sent que dans un monde non régulé, la violence refait rapidement surface »(op. cit., p 5).

 

Quand Jésus-Christ libère, Il libère vraiment : Marc 5v1-20

Jésus et l'homme de Gedara : une libération totale mise en oeuvre !

Jésus et l’homme de Gedara : une libération totale mise en oeuvre !

Nous connaissons l’histoire de l’homme possédé par l’esprit de « légion », à Gédara, en Marc 5. « Cet homme avait sa demeure dans les sépulcres, et personne ne pouvait plus le lier, même avec une chaîne. Car souvent il avait eu les fers aux pieds et avait été lié de chaînes, mais il avait rompu les chaînes et brisé les fers, et personne n’avait la force de le dompter. Il était sans cesse, nuit et jour, dans les sépulcres et sur les montagnes, criant, et se meurtrissant avec des pierres »(Marc 5v3-5). Jésus y opère une délivrance à tous les niveaux. L’homme était nu, incontrôlable et malade : il ne l’est plus. Le voici désormais « assis aux pieds de Jésus »(Luc 8v35), « vêtu et dans son bon sens »(v15). C’est bien la totalité des plans de sa vie personnelle qui est guérie et sauvée : son corps, son âme, son esprit, ses relations, sa place dans la société.

Mais la libération ne se limite pas à un seul individu et à son réseau, puisque c’est aussi toute une économie locale (la principale de la région) qui est libérée de l’élevage du porc, animal impur par excellence pour les Juifs. Selon Gilles Boucomont, il s’agit d’« une souillure contingente de la dégradation sociale qui consistait à ce qu’un membre d’une communauté vive dans un cimetière, hurle et soit enchaîné dans ses crises les plus terribles. La purification de cet homme conduit à la purification d’un système marchand qui avait une influence sur toute une région. D’autant plus qu’à la corruption sociale et économique s’ajoutait l’impureté politique : le démon s’appelait en effet « légion ». Cela veut dire qu’il est lié à la domination romaine et c’est ce qui explique qu’on élève dans le coin des porcs, afin de nourrir les armées de l’envahisseur »(1), ou de l’occupant, dirai-je. Soit une région entièrement sous la tutelle de l’ennemi, l’ennemi physique et l’ennemi spirituel, depuis les plans les plus intimes de la vie des gens jusqu’au système économique et politique(1).

Bref,

« Quand Dieu libère une personne, il enclenche la libération d’une famille.

Quand Dieu libère un citoyen, il libère sa nation.

Quand Dieu libère sur un des plans de la vie, il veut libérer sur tous les plans »(1).

N’oublions jamais que Dieu est le créateur de la Terre et que la Terre lui appartient(Ps.24v1). « Le pays est à Lui » et « nous sommes ici chez Lui comme des émigrés et des hôtes »(Lévit.25v23. TOB), bien qu’elle soit trop souvent, par nos compromissions, sous la domination du malin, qui se fait appeler « le prince de ce monde »(Jean 16v11), alors que Lui est le Roi de l’Univers(Ps.93v1). Et Jésus est « le Roi des rois et le Seigneur des seigneurs »(Apoc.19v16)

L’homme intelligent ou l’homme sage, selon la sagesse de Christ(1 Cor.1v19 et ss ; Col.2v3), est celui qui fait le lien, sachant que tous les problèmes sont liés, et qu’il n’y a pas de domaines cloisonnés, où Christ ne serait pas appelé à régner. Le mandat de l’homme intelligent, de l’homme sage, est celui de la réconciliation(2 Cor.5v19). A tous les niveaux.

Quel sera notre impact, en tant que témoin de Christ ? Il est facile, aujourd’hui, de trouver une actualisation de ce qui précède.

Examinons-nous : quel Evangile proclamons-nous ?(2) De même, examinons si notre implication, en tant que chrétiens, disciples de Jésus-Christ, dans les domaines de l’économie, l’éducation, la politique…comporte des effets réellement salutaires et réellement significatifs des principes du Royaume de Dieu…..

 

Notes : 

(1) Boucomont, Gilles. Au nom de Jésus (T.2): Mener le Bon Combat. Ed. Première Partie, 2011, pp 323-324. L’essentiel de cette étude provient de là.

(2) Sachant que « l’Evangélisation prend toujours trois P » : « Présence »(« incarnation »), « Parole », « Puissance », comme le rappelle ce billet sur le blogue « Théologeek ». Ou alors l’Evangélisation se dit « CCP » : « Compassion, Communication(proclamation, affirmation), Puissance ».

 

 

« Inspections suprises » dans les établissements privés hors contrat : vers un renforcement du « contrôle » ?

Les écoles privées hors contrat rentrent-elles "dans les cases", selon le ministère ? Photo de Martin Godwin pour "the Guardian"(14/07/11)

Les écoles privées hors contrat rentrent-elles « dans les cases », selon le ministère ?
Photo de Martin Godwin pour « the Guardian »(14/07/11)

Vous la connaissez peut-être déjà, mais voici une ressource intéressante à découvrir :

En effet, depuis septembre 2015 parait une lettre mensuelle – Laïcité & Religions – lancée par Le Monde des Religions : « cette lettre citoyenne » a pour objectif « d’accompagner les enseignants et les éducateurs ainsi que tous les acteurs publics et la société civile dans leurs missions, en offrant une information claire et concise sur les sujets sensibles de la laïcité et des faits religieux. Conçue à la fois comme un outil de réflexion et de connaissances, elle propose une approche laïque des faits religieux » et « a pour ambition de fournir des clés de compréhension. Chaque édition de la Lettre contient des actualités, un dossier thématique permettant aux lecteurs d’approfondir leurs connaissances des religions et de la laïcité à travers les textes, les rites et les concepts, le décryptage d’un stéréotype, pour démêler le vrai du faux, ainsi que des initiatives d’enseignants ou de la société civile en faveur du vivre-ensemble. Enfin, la rubrique « Question de prof », sera un espace interactif où les lecteurs pourront soumettre leurs questions à un spécialiste ou faire connaître à la rédaction des activités réalisées avec les élèves.

Dans le numéro 9 de mai(1), il est question des inspections sans préavis effectuées par l’Education nationale dans une vingtaine d’établissements privés hors contrat, entre novembre et janvier dernier(2). Voici simplement, pour information, de quoi il retourne :

Le ministère souhaitait ainsi « ne laisser prospérer aucun enseignement contraire aux valeurs de la République », ce qui pouvait laisser craindre que certains établissements jouent un rôle dans la radicalisation de jeunes. Si les résultats précis de ces inspections « surprises » ne sont pas rendus publics, des indiscrétions révèlent que les critiques les plus importantes concernent le niveau académique des enseignants de ces établissements, qui manqueraient le plus souvent de formation et d’expérience. De plus, ils exercent ces fonctions pour un salaire dérisoire, les nouvelles écoles hors-contrat ne disposant pas de beaucoup de moyens(3). Une demi-douzaine de directeurs se seraient donc vus notifier des avertissements, les enjoignant de lutter contre « la pauvreté pédagogique » ou à effectuer des mises en conformité sanitaire.

Du côté du ministère, on insiste sur le fait que les écoles musulmanes n’étaient pas les seules cibles de ces inspections : seulement sept écoles sur la vingtaine d’établissements visités. Aujourd’hui, la France compte une cinquantaine d’écoles musulmane dont la plupart de comptabilise pas les cinq années d’existence requises afin de passer un contrat avec l’Etat(4). Un chiffre à mettre en perspective avec les 1300 établissements hors contrat, dont 200 seraient catholiques, une cinquantaine juifs, une quarantaine musulmans et une quarantaine protestants. Les écoles hors contrat accueillent environ 56300 élèves, soit 0,4 % de la totalité des effectifs selon la Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance(Deepp) du ministère de l’Education.

Jusqu’à présent, ces établissements n’avaient pas besoin d’une autorisation d’ouverture et étaient contrôlés a posteriori. La ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem envisage de modifier le système, afin que l’autorisation intervienne avant que l’école ouvre ses portes.

Une façon de renforcer le contrôle sur ces alternatives ? D’autant plus que, comme on peut le lire sur le site du ministère de l’Education nationale, « les établissements d’enseignement privés sont (déjà) soumis au contrôle de l’État, qu’ils soient liés ou non par un contrat. L’inspection des établissements privés hors contrat est administrative et pédagogique »(5). Affaire à suivre !

 

Notes :

(1) On peut également y lire tout un dossier(op. cit., pp4-5) sur « les convertis », qui, s’ils « intriguent autant qu’ils inquiètent dans une société où les religions instituées sont en perte de vitesse », sont aussi jugés « représentatifs des reconfigurations religieuses contemporaines ». Et « dans la jungle des estimations, deux confessions » ont « le vent en poupe » : l’islam et le protestantisme évangélique. Voir aussi le décryptage relatif à « trois idées reçues sur les conversions ». Ainsi, par exemple : « les convertis (sombreraient)plus facilement dans la radicalisation ». Or, selon la chercheuse Juliette Galonnier, « sur 100.000 ou 200.000 personnes converties à l’islam en France, seule une centaine est partie faire le djihad en Syrie, ce qui fait un pourcentage très faible, de l’ordre de 0,1 % ».(op. cit., p6).

(2)Voir aussi http://www.la-croix.com/Famille/Education/Le-ministere-renforce-le-controle-des-ecoles-hors-contrat-2016-04-19-1200754403

(3)A noter que la précarité des enseignants – et plus largement des professions intellectuelles – existe aussi…à l’Education nationale et dans la Recherche ! http://www.bastamag.net/Des-vacataires-pour-combler-le ; http://www.bastamag.net/Maintenir-les-intellos-dans-la ; http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Documents/Livrenoirnon-titulaires.pdf ; http://www.scienceshumaines.com/profession-intellectuel-le-precaire_fr_1948.html

(4)Mais lesdites écoles peuvent choisir de rester « hors contrat », même après cinq ans. A noter qu’à côté des écoles privées dites « confessionnelles », il existe aussi d’autres écoles alternatives privées Montessori, Steiner, Freinet, mais aussi des écoles autogérées d’inspiration altermondialiste, des écoles bilingues – internationales ou régionales – des écoles pour enfants précoces, dyslexiques…sans oublier les pédagogies alternatives au sein même de l’Education nationale !

(5) « D’un point de vue administratif, l’inspecteur s’assure que le directeur et les enseignants disposent des titres requis et que sont respectés l’obligation scolaire, l’ordre public et les bonnes mœurs, ainsi que les règles sanitaires et sociales requises lors de l’ouverture. 
Le contrôle pédagogique, quant à lui, vise à s’assurer que l’enseignement dispensé est conforme au droit à l’instruction garanti à l’enfant et répond aux normes minimales des connaissances requises à l’issue de la période d’instruction obligatoire. Le contrôle est plus étendu pour les établissements sous contrat : il porte sur l’ensemble des points qui ont conditionné la passation du contrat. Les enseignants font l’objet d’une notation pédagogique »(Source : Ministère de l’Education nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche. Les établissements d’enseignement privé).

« Tu es doué pour donner » : Méditation de 1 Pierre 4v10-11

De l'art d'être "doué"...de "talents" ! Extrait de l'album "Astérix et Cléopâtre"(1965) de Goscinny et Uderzo

De l’art d’être « doué »…en « talents » !
Extrait de l’album « Astérix et Cléopâtre »(1965) de Goscinny et Uderzo

Ou plutôt : tu as été « doué » pour donner….

« Mettez-vous, chacun selon le don qu’il a reçu, au service les uns des autres, comme de bons administrateurs de la grâce de Dieu, variée en ses effets. Si quelqu’un parle, que ce soit pour transmettre les paroles de Dieu ; si quelqu’un assure le service, que ce soit avec la force que Dieu accorde, afin que par Jésus Christ Dieu soit totalement glorifié, lui à qui appartiennent gloire et domination pour les siècles des siècles. Amen ! » (1 Pie.4v10-11. TOB)

Mercredi, nous abordions les enjeux écologiques, soit « la bonne gestion » ou « la bonne intendance » de « notre maison commune », dont les richesses sont finies. « Administrateurs » ou « Intendants », nous, chrétiens, sommes également appelés à l’être, concernant ce que le Nouveau Testament appelle « les charismes », ou (c’est le sens en grec de ce mot et de sa racine)de la « grâce infiniement variée »de Dieu(v10). Les charismes sont donc des aptitudes que l’Esprit donne à notre esprit et ils sont offerts par pure grâce. Ils sont aussi appelés « dons spirituels », pour bien signifier qu’ils nous sont donnés. Mais ces charismes sont donnés par le Saint-Esprit à toute personne connaissant Jésus-Christ comme Sauveur et Seigneur(1), avant tout pour édifier la communauté chrétienne. Sans le Saint-Esprit, nous ne pourrions, ni servir le Seigneur, ni même faire Sa volonté. Le propre d’un charisme est d’être « utile », « en vue du bien de tous », comme le rappelle 1 Cor.12v7(TOB).

Il existe quatre passages principaux sur les dons spirituels, sujet qui ne constitue qu’une partie de l’œuvre du Saint-Esprit : Rom.12v3-8, 1 Cor.12-14, Eph.4v1-16 et 1 Pie.4v10-11. Pour avoir une compréhension juste et équilibrée du sujet, il importe de lire et de connaître tous ces passages.

Nous concernant, nous nous bornerons à l’étude du dernier passage, 1 Pie.4v10-11, lu ce matin. Dans cette épître, l’apôtre Pierre exhorte ses destinataires(des chrétiens qui vivent « exilés », en « étrangers » dans ce monde), à utiliser, « chacun, le don reçu… » – c’est donc que chacun a au moins un don – non pour « jouer avec » ou pour « améliorer sa vie spirituelle », mais en étant « au service les uns des autres, comme de bons administrateurs de la grâce de Dieu, (infiniement) variée(ou « multicolore », comme le spectre de la lumière) en ses effets ». Qu’il s’agisse de ressources terrestres finies, ou de « la grâce variée » de Dieu, nous sommes appelés à être « de bons administrateurs ». A l’image du Maître, le Seigneur Jésus-Christ, nous sommes sur Terre, « non pour être servi »(ou « nous servir »), mais pour « servir »(Marc 10v45).

Ici, Pierre ne semble pas « ajouter de nouveaux dons, comparativement aux épîtres de Paul mentionnées plus haut, mais voit ces derniers divisés en deux catégories :

1) »Si quelqu’un parle »,

2) »si quelqu’un assure le service », ou le ministère(2)

Dans le premier cas, que ce soit alors « pour transmettre les paroles de Dieu » ou « comme oracle de Dieu », vérités divines révélées, et non (par ) notre propre sagesse, nos propres raisonnements, nos propres visions/choix idéologiques ou politiques, nos propres sentiments….Seul le Saint-Esprit convainc (cf Jean 16v8), sachant que Dieu réduit à néant même la plus grande sagesse humaine(1 Corinthiens 1v19 et ss). Pour connaître les pensées de Dieu, vivons une communion réelle avec Lui, laissons-nous conduire « dans toute la vérité » par Son Esprit(Jean 16v13. Colombe) et passons du temps à « sonder les Ecritures »(Jean 5v39), la Parole de Dieu, « qui est la vérité »(Jean 17v17) et qui témoigne de Christ(Jean 5v39).

Dans le second cas, « que ce soit avec la force que Dieu accorde », mais aussi, par voie de conséquence, à notre rythme, et non « aux pièces », selon une « cadence infernale », à des fins de rendements ».

La fin est plutôt de rendre toute la gloire et la puissance (que nous pourrions être tentés de rechercher via l’exercice des dons ou d’un ministère) à Dieu, « par Jésus Christ »,  « lui à qui appartiennent gloire et domination pour les siècles des siècles »(1 Pie.4v11).

 

Notes : 

(1) Voir, par exemple : Jean 1v12, Jean 7v37-39, Jean 14-16, Ephésiens 1v13-14, Galates 3v2….

(2)Le pasteur Gilles Boucomont insiste sur le fait qu’il convient de bien distinguer les charismes des talents et des ministères, sachant notre tendance à tout confondre en la matière. Ainsi, « un talent est quelque chose que Dieu a déposé dans ma vie durablement, depuis longtemps et pour longtemps. C’est à moi de le gérer(…)pour le mieux, non pour ma gloire, mais pour celle de Dieu, dans l’action de grâce, dans la joie de l’avoir reçu(…). Nous pouvons recevoir de nouveaux talents si nous avons bien administré les talents déjà obtenus précédemment. Bien prêcher l’Evangile peut-être un talent oratoire, comme faire de la bonne cuisine pour réjouir les assemblées dominicales est un talent communautaire, etc. Les ministères, quant à eux, sont des aptitudes reconnues par les humains. Le ministère n’est pas donné directement par Dieu en réalité. Dieu a pu nous appeler au ministère, mais c’est l’Eglise qui donne(confirme, reconnaît) les ministères. Le ministère est un service, et non un honneur ou une responsabilité, sinon on l’appelerait magistère(…). Le ministère est en bas (« mini-stère »). Son attitude n’est pas d’être devant ou en haut, mais de laver les pieds des personnes censées être en dessous de nous(…)Le charisme est donné par le Saint-Esprit, « comme Il le veut », et il n’est reçu qu’au niveau de l’Esprit de la personne. La durée est ponctuelle, selon les besoins (Au nom de Jésus : libérer le corps, l’âme, l’esprit. Ed.Première Partie, 2010, pp 124-131)

Sur les dons et notamment un commentaire de 1 Pie.4v10-11, voir aussi Shallis, Ralph. Explosion de vie. Ed. Farel, 1992, pp 317 -321.

Enjeux écologiques et climatiques : des ressources pour s’informer, se sensibiliser, réfléchir et agir

Crédits carbone ? Par Andy Singer

Crédits carbone ?
Par Andy Singer

La COP21 s’est terminée vendredi 11 décembre 2015, avec un accord qui a été beaucoup commenté et analysé(1). Mais ce n’est pas une raison pour ne plus reparler d’écologie ou de climat par la suite. L’intérêt de la présente bibliographie – non exhaustive – que nous vous proposons est de vous inviter, non seulement à vous informer, vous sensibiliser, réfléchir aux enjeux écologiques, environnementaux et climatiques, mais aussi de vous inviter à agir de façon cohérente. Son esprit est de vous inviter à considérer les enjeux économiques, sociaux, sociétaux et écologiques de façon non cloisonnés/opposés, mais de manière globale, interdépendante. Car « tout est lié ». D’autre part, il s’agit de vous inviter à un regard biblique de la création, pour une vision juste, vraie, bonne et sage de la création. Le meilleur antidote, selon nous, aux impasses du matérialisme, de l’ utilitarisme et du pragmatisme(2), d’une part, comme aux impasses d’une pensée « néo-païenne » et panthéiste, divinisant la Terre en l’appelant « notre mère ». Enfin, seront privilégiées les contributions protestantes/protestantes évangéliques (sans oublier les catholiques, par exemple), pour rappeler l’intérêt de ces derniers aux questions environnementales, et ce, depuis quarante ans, contrairement à ce qu’une vision caricaturale pourrait laisser entendre.

 

Bibliographie « Ecologie, économie, social et société », évidemment à ne pas lire d’une traite :

1)La source : la Bible. Soit le fondement de toute pensée véritablement écologique, même si là n’est pas son sujet principal. L’occasion de découvrir, notamment, ce qu’ont à nous apprendre le pentateuque, les psaumes, les prophètes Amos, Osée, Esaïe, Jérémie…et le Nouveau Testament, dont les 4 Evangiles, les Actes, Romains, 1-2 Corinthiens, Ephésiens, Jacques….

 

2) Déclarations/confessions de foi :

L’Engagement du cap(2010), un texte important sur l’engagement chrétien dans le monde, dans la lignée des fondements posés par le manifeste de Manille(1989) et la Déclaration de Lausanne(1974)   ;

3ème Déclaration de Chicago(1986) sur l’application de l’enseignement biblique (not. L’Art. XVI) ;

Déclarations de la Fédération Protestante de France (FPF) et de ses partenaires sur les enjeux environnementaux et climatiques.

 

3)Document de synthèse et autres articles :

« La protection de l’environnement dans une perspective chrétienne Pour une éthique de la Création : Bible et écologie », par Frédéric BAUDIN Directeur de Culture Environnement Médias (CEM)

Du même Frédéric BAUDIN : « Bible et écologie, protection de l’environnement et responsabilité chrétienne » IN « La revue Réformée », 2 mars 2005, numéro 232, vol.LVI.

 « Bible, création, écologie », article de Scott Mac CARTY IN « Promesses », revue de réflexion biblique, janvier-mars 2010, numéro 171 (Dossier « Foi et société »)

 

4) De très bonnes Revues, sans pub et au modèle économique original :

« L’Ecologiste »: une revue indépendante et trimestrielle de référence, à découvrir peut-être en priorité pour se tenir informé des grands enjeux de l’écologie. Lancé en 2000, « L’Ecologiste » se présente comme l’édition française de « The Ecologist », revue britannique fondée en 1970.
La revue promeut la mise en place d’une société «stable», considérant que «la société industrielle, le libre-échange, la mondialisation économique et les multinationales engendrent des mécanismes de destruction de la nature et de la société qui s’étendent aujourd’hui à toutes les actions humaines et à la planète elle-même». C’est donc en toute logique que la revue se montre critique envers le développement durable, les OGM, le gaz de schiste, certains « grands projets inutiles »comme l’EPR, l’Aéroport de Notre-Dames-des-Landes ou la construction de nouvelles lignes de TGV….mais aussi contre « le mariage pour tous », en 2013(3).

« La Décroissance » :  « le journal de la joie de vivre » et « premier journal d’écologie politique ». Créée en 2004 par Vincent Cheynet et Bruno Clémentin, fondateur de « Casseurs de pub », « La Décroissance » est un mensuel critique qui veut incarner un projet d’écologie politique radical, sans compromis ni compromissions, et promouvoir une société basée sur « la décroissance soutenable »(sachant qu’une croissance perpétuelle est illusoire sur une planète aux ressources limitées). Un étonnant journal, particulièrement intransigeant(au risque de demeurer marginal), et qui rend intelligent, offrant débats, chroniques, « coups de gueule », interviews, témoignages, articles de fond, et dessins.

« Silence » : une revue alternative et participative, publiée depuis 1982, donnant toute sa place aux expérimentations écologiques, sociales et non-violentes.

« L’Age de faire » : Sympa mensuel « grand public », paru pour la première fois en octobre 2005 et fondé par l’association « L’âge de faire ». Edité depuis 2011 par une SCOP(Société coopérative de production, sans actionnaires), « L’Age de faire » propose « des outils pour réinventer le monde » : « savoir » et « comprendre », pour « agir », dans les domaines de l’écologie, la citoyenneté et la solidarité, au niveau local comme international.

 

5)Sites et blogues :

Basta mag : média indépendant centré sur l’actualité économique, sociale et environnementale. Un « must » et un modèle du genre, de nature à inspirer des médias chrétiens dignes de ce nom, vu qu’il tient à jouer non « un rôle de simple relais (…) mais un rôle d’information, d’explication et d’interrogation ».  Nous apprécions son refus des cloisonnements des thématiques et la large place accordée à l’enquête, aux reportages de terrain et aux témoignages, avec ce souci d’apporter informations originales et analyses complémentaires sur l’actualité sociale et écologique.

Construire une éthique sociale chrétienne : être chrétien dans la cité – Eveiller les consciences : à l’origine, le blogue perso d’Alain Ledain, dont j’ai eu la joie de faire la connaissance récemment, devenu un site collectif. Une approche pertinente de questions rarement débattues dans le milieu évangélique, à signaler et à encourager.  On y trouve notamment un dossier « foi et écologie ».

Manicore, le site personnel de Jean-Marc Jancovici, ingénieur conseil en organisation, lequel propose services et connaissances dans les domaines de l’énergie et du climat. Riche et pertinent dans son contenu, très pédagogique et non dénué d’humour dans la forme. A noter sa position en faveur de l’option nucléaire, susceptible, selon lui, de réduire l’effet de serre et parce qu’il n’existerait pas d’alternative renouvelable capable de le remplacer….A moins qu’il n’existe d’autres alternatives capables, non de remplacer, mais de réduire le poids du nucléaire ?

Et encore : Reporterre, « le quotidien de l’écologie » dans ses dimensions politique et sociale, avec un espace de tribunes pour réfléchir et débattre.

Sans oublier les sites de Jean Gadrey et Eric Jaffrain, pour d’autres approches de l’économie….

Du côté catholique, trois sites dignes d’intérêt et à suivre :

Eglises & Ecologies(E&E) : un site d’actualité de la prise de conscience écologique chrétienne ; un espace éditorial qui tente de suivre l’actualité des Eglises (et des associations)chrétiennes(dans un sens large : catholique, luthéro-réformée, évangéliques, orthodoxe) en lien avec les thématiques de l’écologie. C’est aussi un lieu riche en ressources dans ce domaine. L’usage du pluriel dans le titre du blogue est significatif : il privilégie une vision non restreinte ou exclusive de « l’Eglise » et de « l’écologie », donnant à voir et à comprendre 1)la diversité des sensibilités chrétiennes et 2)le caractère « pluridisciplinaire » de l’écologie.

Patrice de Plunkett : un catholique et « laïc de base qui se trouve être journaliste »(et par ailleurs, essayiste – auteur notamment de « L’écologie, de la Bible à nos jours » –  et conférencier), comme il le dit lui-même sur son blogue ouvert depuis 2005. Et ledit blogue est à la fois très réactif et très intelligent sur tous les sujets d’actualité ayant un rapport avec la pensée sociale catholique, défendue par son auteur.

Phylloscopus inornatus : le blogue d’un naturaliste catholique. « Parce que ça existe ».

 

 

6)Organisations :

A Rocha : une association qui se donne pour mission de protéger l’environnement dans une perspective chrétienne, mais aussi de sensibiliser le public « aux liens entre les choix de vie et leurs impacts écologiques et planétaires ainsi qu’aux profondes injustices qu’ils accentuent vis-à-vis des populations les plus démunies, et de proposer des alternatives durables et respectueuses tant des hommes que de l’environnement »

Défi Michée : un mouvement mondial chrétiens qui se donne pour mission d’interpeller les gouvernants, quant à la lutte contre la pauvreté et à la justice sociale. Il se veut aussi sensibiliser les chrétiens sur ces questions. Le site ne semble pas mis à jour mais l’on y trouve quantité de ressources intéressantes sur tous les sujets économiques et sociaux, sans oublier l’environnement.

GIEC : le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat.

Réseau Action climat (Fédère des associations engagées dans la lutte contre les changements climatiques. A explorer, son décryptage de la cop 21 : http://macop21.fr/ ).

 

7)Livres :

A lire absolument et prioritairement :

BOOKLESS, Dave. « Dieu, l’écologie et moi ». Je sème, 2014 (dossier Vivre). Selon le directeur théologique d’ A Rocha International, « nous avons mal compris ce que doit être notre relation à la planète. La solution à la crise écologique ne réside pas simplement dans une meilleure technologie et quelques choix politiques difficiles. Cela va beaucoup plus loin : jusqu’au coeur de qui nous sommes. » Une invitation enthousiaste à (re)découvrir le message biblique concernant Dieu, sa création, l’alliance et la place de l’homme en son sein, et une approche théologique audacieuse.

La pollution et la mort de l'homme : un "classique" qui garde toute sa pertinence et son actualité, 40 ans après...

La pollution et la mort de l’homme : un « classique » qui garde toute sa pertinence et son actualité, 40 ans après…

SCHAEFFER, Francis. « La pollution et la mort de l’homme ». BLF, 2015. Une excellente initiative de la part de cet éditeur évangélique que de rééditer l’ouvrage du penseur calviniste Francis Schaeffer, initialement paru chez nous en 1974, et qui fut sans doute l’un des plus vigoureux plaidoyer en faveur d’une saine gestion des ressources et de la protection de la nature dans les milieux protestants évangéliques : comment la foi chrétienne, fondée sur la Bible, bien comprise et vécue avec authenticité, conduit à garder la terre et non à la détruire. Une rare – et très bonne – critique du livre à lire sur ce blogue, en attendant la nôtre.

OUAKNIN, Marc-Alain. « Zeugma : mémoire biblique et déluge contemporain ». Seuil, 2013(Points Essais). Une réflexion profonde et perspicace sur « l’éthique du futur » -« le principe de responsabilité »- dans le Judaïsme. Et une bonne approche de la pensée d’Hans JONAS, un auteur pas facile d’accès. Analyse ici.

PAPE FRANCOIS. « Laudato si ». Salvator, 2015. Un texte fort pertinent « sur la sauvegarde de la maison commune »(c’est le sens de « écologie »), certes empreint de culture catholique. Il n’empêche qu’il reste à découvrir, d’autant plus que, cette fois, le sujet de l’écologie n’est pas « dillué » au milieu d’autres textes, mais faisant l’objet de toute une encyclique.

Et encore : « Terre créée, terre abîmée, terre promise. Ecologie et théologie en dialogue ». Editions Olivetan, 2014. Une publication qui fait suite au colloque « Terre créée, terre abîmée, terre promise », tenu à l’Institut Protestant de Théologie, Faculté de Paris, les 30 novembre et 1er décembre 2014, à l’initiative de la commission Eglise et société de la Fédération Protestante de France et du réseau Bible et création de l’Eglise protestante unie de France.

Voir aussi :

« Les limites à la croissance (dans un monde fini) », de Donella et Dennis MEADOWS, Jorgen RANDERS. Rue de l’Echiquier, 2012 (Version considérablement affinée du fameux rapport dit du « club de Rome », publié en 1972, mise à jour en 2004 et traduite en français).

 » Printemps silencieux » de Rachel CARSON. Wildproject, 2014(Domaine sauvage). Peut-être le premier avertissement de la crise écologique, et le premier déclencheur du mouvement environnemental, en 1962, année de sortie du livre de la biologiste américaine. L’ouvrage – toujours actuel – qui dénonce les dangers liés aux pesticides, contribua à l’interdiction du DDT aux USA en 1972.

« Renverser nos manières de penser », entretiens avec l’économiste Serge LATOUCHE(Fayard, 2014. Collection « Mille et une nuits »). Un penseur de la Décroissance.

« Nos limites »(Ed. Le Centurion, 2014) de Gaultier BES, Axel Nørgaard ROKVAM et Marianne DURANO(Regard d’une génération sur les évolutions économiques, sociales et sociétales de notre temps. Par des initiateurs du mouvement des « Veilleurs »),

« La reproduction artificielle de l’humain » d’Alexis ESCUDERO (Le Monde à l’envers, 2014),

« Just people », Défi Michée(LLB, 2015) : serions-nous injustes sans le savoir ? Voici un manuel pour sensibliser et inspirer les chrétiens intéressés par la problématique de la pauvreté et de la justice sociale à « vivre justement ». Une remise en question de nos styles de vie dans une perspective biblique.

Si vous avez « la chance » d’en trouver un exemplaire : « le chrétien et les défis de la vie moderne »(T.1). Ed. Sator, 1987, de John STOTT.

« A la reconquête de l’éducation chrétienne » d’Albert GREENE. Ed. ACSI, 2013 (Entre autre, comment un programme éducatif chrétien devrait aussi inclure notamment « création et alliance »)…

Et pourquoi pas, ces romans jeunesse sur l’écologie : 

Bleu toxic, de Christophe Léon. Seuil, 2011. Deux nouvelles évoquant deux catastrophes industrielles vécues par deux adolescents : au Japon, en 1956, dans la baie de Minamata, et en Inde, en 1984, à Bhopal.

Carbon diaries 2015, de Saci Lloyd. Pocket jeunesse, 2012. Réchauffement climatique (Voir aussi, du même auteur, Carbon diaries 2017. Pocket jeunesse, 2013)

Céleste ma planète, de Timothée de Fombelle. Gallimard jeunesse, 2009 (Folio junior). Pollution

Les enquêtes de Logicielle : Cinq degrés de trop, de Christian Grenier. Rageot, 2008. Réchauffement climatique

La Colère des Hérissons, de Jacques Cassabois. Hachette, 2013. Gaz de schiste

Mon père n’est pas un héros : Fukushima, de Christophe Léon. Oskar éditions, 2013 (Court métrage). Nucléaire

Tchernobyl: bienvenue en enfer, de Pascale Perrier et Sylvie Baussier. Oskar jeunesse, 2011 (Histoire & société). Nucléaire

Typos : Fragments de vérité (T. 1 ), de Pierdomenico Baccalario. Flammarion, 2014. En Afrique, un dictateur détruit les champs et les puits, dans le but inavouable d’affamer son peuple pour financer son armée, en détournant l’argent des ONG. Les membres de TYPOS, un journal clandestin, devront mettre à jour ce scandale humanitaire, mais il faudra compter avec K-lab, une redoutable multinationale qui vent du mensonge au plus offrant. Moins réussi, mais sur une thématique essentielle : Typos : poison noir (T.2), de Guido Sgardoli. Flammarion, 2014. Une micro bactérie, appelé le « poison noir » s’attaque aux récoltes, entrainant une crise alimentaire et économique sans précédent. Une puissante société, AgroGen, prétend avoir trouvé un anti-virus….

 

8) BD :

« Tchernobyl, un nuage sans fin », éditée par AFMT (Association Française des Malades de la Tyrroïdes)/MING, 2016

GOODWIN, M. ; BURR, Dan E.. Economix : la première histoire de l’économie en BD. Ed. Les Arènes, 2013

9) Films : « Soleil vert » de Richard Fleischer(1973), avec Charlton Heston(surtout, ne vous faites pas raconter la fin !) ; « Nos enfants nous accuseront » de JP Jaud(2009) ; « solutions locales pour désordre global » de Coline Serreau(200) ; « la planète blanche » de Thierry Piantanida et Thierry Ragobert(2006) ; « le jour d’après » de Roland Emmerich(2004) ; « une vérité qui dérange » de Davis Guggenheim(2006), avec Al Gore ; « le cauchemar de Darwin » de Huber Sauper(2005) ; « Alamar » de Pedro González-Rubio(2009 ; « Même la pluie » d’Icíar Bollaín(2010) ; « The land of hope » de Sono Sion(2010) ;« Colorado », mini-série de John Wilder(1978-79), avec Robert Conrad, Richard Chamberlain…d’après l’oeuvre de James A. Michener….

10)Les grands dossiers, outre le climat, d’après « Bastamag » :

L’agriculture, les OGM, l’enjeu alimentaire et les alternatives au modèle productiviste
L’habitat écologique
La crise financière et ses conséquences sociales
La santé au travail et le management par le stress
Les pratiques sociales et environnementales des entreprises et les alternatives portées par le secteur de l’économie solidaire
Les questions posées par l’émergence de nouvelles technologies : nanomatériaux, nano-aliments, semences de synthèses, transhumanisme…

Sans oublier les questions sociétales : la famille, l’éducation….

 

Notes :

(1) Par exemple, ici : http://macop21.fr/accord-de-paris-sur-le-climat-tout-reste-a-faire-pour-quil-devienne-historique-2/ ; http://www.bastamag.net/A-Paris-les-Etats-s-accordent-pour-sauver-le-climat-mais-ne-precisent-pas ;http://reporterre.net/Climat-qu-y-a-t-il-vraiment-dans-l-accord-de-Paris

(2) « Utilitarisme » : ou comment renoncer à la prudence dans l’action, misant sur un futur hypothétique, en ignorant le présent ; « pragmatisme » : ou l’adieu à la vérité, au profit de la seule expérience. Voir DUFOUR, Dany-Robert. L’individu qui vient…après le libéralisme. Folio, 2015, pp 114-124.

(3) Voir la prise de position du rédacteur en chef Thierry Jaccaud dans son édito intitulé « vérité pour tous ».

Ascension

Ascension de Jésus, par John Singleton Copley (1775)

Ascension de Jésus, par John Singleton Copley (1775)

Le livre des Actes des Apôtres, dans le Nouveau Testament, « commence avec le dernier éloignement de Jésus, son élévation au ciel(1). Jésus a continué à apparaître aux siens durant quarante jours et Luc, dans son évangile, tient à nous écrire qu’ils le virent vivant, donc non pas comme une vision, mais dans sa plénitude physique(2). C’est la belle promesse de la résurrection : qu’elle restitue les formes concrètes, que les sens en soient les témoins.

De ce jour d’adieu, après lequel Jésus ne devait plus apparaître à ses apôtres, il reste écrit un bref dialogue en ouverture du livre des Actes des Apôtres ; deux répliques seulement, mais essentielles. Certains demandent à Jésus si le moment du royaume d’Israël est proche, celui qui marque le temps final du monde. En réponse, ils obtiennent un refus, car il ne leur appartient pas de connaître ce temps-là. En revanche, ajoute Jésus, c’est à eux que revient la force de devenir ses témoins dans le monde. Jésus enseigne ainsi qu’il est vain de s’interroger sur les temps de l’échéance de la confection du monde, il est vain de chercher dans les Saintes Ecritures ou ailleurs, dans les livres d’astronomie, sa date d’extinction. De nombreuses prévisions d’apocalypse ont été tentées, mais il ne nous appartient pas de connaître le terme de l’histoire. Il appartient à l’homme, s’il a la foi, de devenir témoin auprès des autres de la nouvelle sacrée[« l’Evangile »]. Et de sentir dans cette foi la force d’accomplir ce devoir [ou cette mission]. Et pour écarter morgue et orgueil, qu’il sache[ce témoin]que cette force[ou cette puissance(3)] vient d’en haut et non pas d’eux-mêmes, qu’elle leur a été donnée par grâce et non par mérite.

Au terme du bref entretien, les apôtres le voient se hisser au-dessus d’eux et flotter en l’air pour disparaître dans un nuage. Ils ne voient pas plus loin, les sens ne vont pas plus loin, ni les leurs, ni les nôtres. Plus loin, il y a seulement la foi et cette force[cette puissance]qui descend d’en haut, saisit une personne et la lance dans le monde pour raconter.

Tel est le témoin direct, celui qui vient au nom de Dieu ». Mais les autres ? « Tous ceux qui n’ont ni force ni foi » ? Ils « peuvent du moins reconnaître dans ces personnes l’empreinte digitale, la trace du soulier de Dieu. Alors, même celui qui a du mal avec le ciel peut devenir un témoin indirect. Même s’il n’a pas vu Jésus se hisser dans les airs, il peut dire qu’il a vu la force de la foi descendre dans un de ses semblables. Il peut dire qu’il a vu la nouvelle dans un autre. »(Erri de Luca. Ascension IN Noyau d’olive. Folio, 2012, pp 36-38)

Nous-mêmes, ayant à la fois « la foi et la force », et qui n’étions pas présents, pouvons témoigner : « Jésus ? Nous « l’aimons sans l’avoir vu et nous croyons en Lui sans le voir encore, nous réjouissant d’une joie ineffable et glorieuse »(1 Pie.1v8). D’autant plus qu’il « viendra de la même manière » qu’il a été vu s’en être allé au ciel »(Actes 1v11)

 

Notes : 

(1) Lire le récit en Actes 1v1-11, livre dont Luc est également l’auteur.

(2) Résurrection sans laquelle « notre foi est vaine » cf 1 Cor.15v1-18. Voir aussi Luc 24.

(3) Cette « force » ou cette « puissance » est en réalité une personne divine : le Saint-Esprit(Actes 1v8, cf Jean 14v1616)

Que retenir du 7ème Salon de l’Education chrétienne ?

Etre disponible pour "donner" une "éducation véritable", c'est vital ! (Image du blog "Ze Bible")

Etre disponible pour « donner » une « éducation véritable », c’est vital !
(Image du blog « Ze Bible »)

Nous voici de retour, après une longue absence de plus d’un mois ! Merci à vous tous, lectrices et lecteurs, pour votre fidélité, puisque le blogue a été bien visité pendant cette période. Mais il nous paraît bien difficile de reprendre le clavier !

Comme déjà annoncé, ce « silence » s’explique par notre engagement comme co-organisateur, au sein de l’association « Dessine-moi une école », d’un événement interdénominationnel, le Salon de l’Education chrétienne. Sa 7ème édition(depuis 2008) a eu lieu le week-end du vendredi 15 avril au dimanche 17 avril. Le thème était « donner et recevoir une éducation véritable : une question de vie ou de mort »(1).

Qu’en retenir ? Nous concernant, cela a été l’un de nos meilleurs salons, sinon le meilleur, autant pour l’esprit et l’ambiance, comme pour la qualité de ces enseignements et interventions, particulièrement édifiants et encourageants. Alors, en valait-il la peine ? En valait-il la peine de se déplacer ? Certains, par exemple venant d’Alsace ou même de Londres, ont estimé que c’était le cas !

Sinon, ce salon, occasion d’excellentes nouvelles rencontres, nous aura permis de mettre des visages sur des noms ou des voix. Il nous inspire aussi plusieurs mots-clés : 

« Disponibilité » : seule condition véritable pour entendre et reconnaître la voix de Dieu, soit pour « donner » et « recevoir » ;

« Consécration », et non « vedettariat », qualifiant les orateurs et intervenants de cette année. Des personnes de toutes générations, engagées pour l’éducation (scolaire ou non) au service des enfants, de la famille et de l’Eglise  !

« Libération », « restauration », « réconciliation », de l’identité et des relations « pères-fils » / adultes – enfants.

Un point à soulever : la difficulté de saisir concrètement ce qu’implique « la corde à trois brins », soit les relations (« alliancielles ») entre « Famille, Ecole, Eglise ». Il y a là tout un enjeu que de comprendre toute la globalité de l’éducation chrétienne, à notre époque si prompte au cloisonnement !

Pour finir, cette anecdote particulièrement touchante et d’une simplicité désarmante, qui est pour moi la meilleure conclusion du culte spécial « éducation » du dimanche 17/04, clôturant le salon. La petite fille d’un couple ami, venant me confier : « j’aime Jésus. » C’est de cette génération-là, « passionnée de Jésus »(2), aspirant à « recevoir une éducation véritable », fondée sur Celui qui est « le Maître au-dessus des autres »(3), que je souhaite me rapprocher et développer des liens. La transmission d’une telle éducation (« donner et recevoir ») passera par des relations véritables entre les générations.

 

Pour en savoir plus et suivre/soutenir l’oeuvre de l’association « Dessine-moi une école », initiatrice du Salon de l’Education chrétienne, et porteuse d’un projet d’école primaire, voir ici ou .

Et merci à (pour avoir relayé l’information du Salon -Pardon si j’oublie quelqu’un ! ) : les publications : l’hebdo protestant RéformeLa revue adventiste ; les blogues, sites/plateformes : ACPERVIEACSI, CNEFCPDHElle croit.comFiléoLa rebellutionLe Bon CombatProtestants.orgTPSGSamizdat ; et un fidèle lecteur : « Anthon »….

 

 

 

Notes : 

(1) Les plénières et la table ronde sont disponibles sur CD audio.

(2) A ce propos, Don Carson relevait que « nos auditeurs sont inévitablement attirés par ce qui nous passionne le plus ». 

(3) « Le Maître au-dessus des autres »(« epistatès » en grec) : c’est ce qui qualifie le Seigneur Jésus-Christ, qui n’est donc pas un simple « maître » parmi d’autres. A noter que Luc est le seul à employer ce terme d' »épistatès »,  exclusivement pour Jésus, dans son évangile : Luc 5v5 ; 8v24, 45 ; 9v33, 49 ; 17v13. Les écoles chrétiennes que nous défendons souhaitent avoir Jésus, « l’épistatès », et Sa Parole, au centre.