Comment, pour des pasteurs, « bien parler » du haut de la chaire des vaccins contre la covid-19- ainsi que de politique sanitaire en vigueur ?

« On t’a fait connaître ce qui est bien…. » de poster ou de dire (Michée 6v8). Source : compte twitter de Gilles Boucomont(3 mai 2017)

« Tout est permis, mais tout ne convient pas. Tout est permis, mais tout n’édifie pas » (1 Cor.10v23) ; « …faites tout pour la gloire de Dieu. Ne soyez pour personne une occasion de chute… » (1 Cor.10v31-32) ; « que tout se fasse pour l’édification commune » (1 Cor.14v26).

Oh là là ! Les pasteurs peuvent-ils se risquer à se prononcer sur des sujets hautement sensibles dans notre beau pays, tels les vaccins et la vaccination, ainsi que l’obligation de se faire vacciner contre la covid-19, ou de présenter un certificat sanitaire pour accéder à certains lieux ou autres moyens de transport publics, voire à son travail ? Pour la plupart des pasteurs, il est périlleux de parler de ce que l’on ne maîtrise pas, sachant que ce qui est dit au micro par un pasteur a un poids particulier.

On peut aussi comprendre que le rôle d’un prédicateur n’est pas de prescrire à l’assemblée, réunie à l’écoute de la Parole de Dieu, ce que chacun doit faire ou ne pas faire, pour qui voter ou ne pas voter, contre qui ou quoi manifester…. Cela engendrerait certainement des discussions sans fin, mais aussi des divisions.

Le prédicateur est redevable devant Dieu d’annoncer la Parole de Dieu et non pas d’exprimer ses options personnelles. Annoncer, prêcher l’Evangile de Jésus-Christ, c’est aider à vivre selon la volonté du Seigneur, à se garder du mal et à faire des choix libres, inspirés non par la peur (alimentée notamment par des théories complotistes, dans le cas de la covid, qui fleurissent sur les réseaux @sociaux) mais par l’amour. Aimer le Seigneur et son prochain est la plus grande liberté qu’il nous soit donné d’exercer. Et « l’amour bannit toute crainte » (1 Jean 4,18). L’amour ne soupçonne pas le mal (1 Cor.13v5).

L’apôtre Paul, sur le rapport du chrétien aux autorités et aux lois, le rappelle en Romains 13, versets 1 à 8. Après avoir traité du rôle de l’Etat (préserver l’ordre et l’harmonie d’un monde toujours menacé par le mal), et de ce que nous lui devons (notamment l’impôt), Paul conclut : la seule dette que vous avez, c’est de vous aimer les uns les autres (verset 8 qu’il faut rattacher à ce qui précède et pas seulement à ce qui suit)

Sur cette base, à chacun de décider devant le Seigneur comment, concrètement, il manifestera l’amour envers son prochain dans la période de pandémie que nous traversons. En la matière, ne s’agit-il que de ma propre santé ou aussi de celle des autres ? S’agit-il seulement de me protéger ou de protéger aussi les autres ?(1) Dois-je attendre les consignes du gouvernement ou du préfet pour cela ?

Et parlant de prière, votre communauté a certainement beaucoup prié et intercédé, l’an dernier, comme beaucoup d’autres, notamment pour les vaccins.  Aujourd’hui, voici non pas un, mais plusieurs vaccins produits à des centaines de millions d’exemplaires contre un virus en à peine dix-huit mois et disponibles gratuitement ! Merci Seigneur !

Merci aussi Seigneur, parce que dans notre beau pays, durant cette crise sanitaire, nous avons eu (et avons) des tests PCR gratuits, des soins gratuits, des salariés payés, des entreprises aidées et des aides pour les plus modestes.

Et enfin merci Seigneur, parce que nous ne sommes pas à la place de nos gouvernants en charge de gérer cette crise, qu’ils ont pris au sérieux. Personnellement, j’en serai bien incapable.

C’est pourquoi la Parole de Dieu nous invite, outre à la soumission et au respect, à prier pour nos autorités (1 Tim.2v1-4) et pour nos institutions (politiques, législatives, scientifiques, judiciaires, médiatiques….), et c’est au nom de l’évangile que nous devons réhabiliter la considération pour les institutions systématiquement dénigrées, moquées et discréditées. Car sans cette considération et ce respect, rien ne peut fonctionner. 

En comparaison, le Royaume de Notre Seigneur n’est certes « pas de ce monde », mais sa royauté ne jette aucun discrédit, bien au contraire, sur les pouvoirs humains.

Alors qu’il y aurait de bonnes raisons d’être prudents, Jésus n’a pas voulu que nous entrions dans le discours paranoïaque. Lui seul a été fidèle jusqu’au bout. C’est pourquoi il nous faut absolument déminer tout discours inspirant et nourrissant la suspicion et la crainte. Ainsi, comment prendrons-nous au sérieux l’autorité de Dieu si nous avons été structurés dans la contestation/diabolisation de l’autorité de l’Etat, comme de toute autorité ? Il n’y a pas de gouvernement parfait, mais toute autorité vient de Dieu (cf Rom.13v1). Nous rendrons service au gouvernement en priant pour lui, pour que des mesures justes et sages soient prises pour l’intérêt général, et nous contribuerons ainsi à la réhabilitation des structures de nos sociétés où les institutions ont été discréditées.

Que Dieu nous donne de comprendre la nature des enjeux prophétiques de ces guérisons collectives (notamment de la confiance malade/blessée) que nous avons à vivre en ce moment.(2)

PS : il est possible de répondre à ceux qui ont des doutes ou des craintes légitimes, hésitant à se faire vacciner en orientant vers des explications de spécialistes du domaine. Voici, parmi d’autres, des questions/réponses de médecins épidémiologistes :  Que répondre à ceux qui hésitent à se faire vacciner contre la Covid-19 ? (theconversation.com) et Vrai ou faux : les arguments des anti-vaccins Covid-19 passés au crible (france24.com) un article recommandé par le CPDH (Comité Protestant Evangélique pour la Dignité Humaine).

Voir aussi ce récent avis du Comité d’éthique du CNRS (COMETS), relatif à la communication scientifique en situation de crise sanitaire. Lire un court résumé de l’avis ici, et l’avis complet .

Notes :

(1) D’après cette réponse pleine de sagesse du répondant sur 1001 questions.

(2) D’après cette prédication « pourquoi prier pour les autorités ? »

« ZeBible », celle des 15-25 ans, fait peau neuve

Source image : site des éditions Bibli’O

Jeudi 14/10, 18h00, j’ai eu la joie de compter parmi les conviés de la soirée de lancement de la nouvelle édition de ZeBible, celle des 15-25 ans, laquelle a eu lieu à la maison de la conférence des évêques de France, à Paris. Merci à Laurène de La Chapelle, chargée de communication pour l’Alliance Biblique Française (ABF) pour l’envoi de l’invitation et de la nouvelle ZeBible en service presse.

Au-delà de la présentation d’un projet éditorial, cette soirée s’est déroulée dans un esprit créatif, de convivialité et de partage, autour d’interventions (en présentiel mais aussi en vidéo) sur l’importance de la Bible chez les jeunes aujourd’hui, mais aussi de témoignages édifiants et émouvants de jeunes protestants et catholiques sur leur rapport à la Bible, sans oublier des lectures (Jean 1v1-13 et Esaïe 55v10-11) et scènes artistiques musicales (sketchs, violon) autour de la Bible.

ZeBible, c’est d’abord un remarquable travail collaboratif interconfessionnel, avec pas mal de monde autour. Soit une douzaine d’églises, associations et œuvres chrétiennes parmi la jeunesse*, oeuvrant ensemble pour offrir aux jeunes une Bible « pour eux », et faciliter la rencontre avec Dieu via Sa Parole.

*Alliance biblique française, Armée du salut, Apprentis d’Auteuil, Aumônerie catholique de l’enseignement public, Conférence des Évêques de France, Éclaireuses et éclaireurs unionistes de France, Église protestante unie de France, Fédérations des Églises adventistes, La Ligue pour la Lecture de la Bible, Les Parcours Alpha, Scouts et Guides de France, Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine, Zileos.

ZeBible a reçu le soutien du Conseil d’églises chrétiennes de France (CECEF).

ZeBible, c’est aussi un outil très complet s’adressant à des jeunes croyants (ou non) de confessions chrétiennes diverses (protestantes, évangéliques et catholiques), « connaisseurs » ou « néophytes », avec un nouveau graphisme et une nouvelle traduction, ainsi que + de 3200 commentaires remis à jour, en prenant au sérieux les questionnements et interrogations des jeunes. A cela s’ajoutent des outils (programmes de lecture, portraits de personnages bibliques, textes bibliques classés par thèmes et questions…) pour découvrir, lire, explorer et étudier la Bible, seul ou à plusieurs, en suivant son propre parcours, au gré de ses questionnements et de ses centres d’intérêt. La version utilisée est la Nouvelle Français Courant (NFC), révision complète, pertinente et bienvenue de la fameuse Français Courant. L’ordre des livres de l’ancien Testament suit l’ordre hébraïque, pour bien rappeler les racines juives de la foi chrétienne.

Conçue pour des jeunes de confessions chrétiennes différentes, susceptibles de lire la Bible ensemble, et de permettre à chacun de découvrir, non seulement « la » Bible, mais aussi « sa » Bible, ZeBible existe avec les livres deutérocanoniques, lesquels sont bien présentés, avec la distinction de livres « sources d’enseignement » pour les catholiques et les orthodoxes, et « sources de renseignements » pour les protestants et les Evangéliques.

Au final, une nouvelle édition de Bible recommandable pour toute personne en recherche, et un bel objet de relation à soi, à d’autres…et à Dieu !

En savoir plus sur le site et la page Facebook de ZeBible. Disponible chez l’éditeur (Bibli’O) ou dans toutes les bonnes librairies.

La vérité vous rendra libres

« Le processus de mise en vérité est douloureux pour notre ego. Il est éblouissant de la lumière de Dieu » (Source image : public domain pictures)

Dans l’Evangile selon Jean, chapitre 8, versets 31-36, Jésus parle ainsi à quelques Juifs qui viennent de reconnaître qu’Il est et qui se mettent à croire en Lui :

« Si vous restez fidèles à ma parole, vous êtes vraiment mes disciples ; vous connaîtrez la vérité et la vérité vous rendra libres. » Ils lui répondirent : « Nous sommes les descendants d’Abraham et nous n’avons jamais été les esclaves de personne. Comment peux-tu nous dire : “Vous deviendrez libres” ? »

Jésus leur répondit : « Oui, je vous le déclare, c’est la vérité : toute personne qui pèche est esclave du péché. Un esclave ne fait pas pour toujours partie de la famille, mais un fils en fait partie pour toujours. Si donc le Fils vous libère, vous serez vraiment libres ».

Être dans la vérité, c’est être baigné dans la parole du Christ. Le ministère du Christ, qui est le nôtre aujourd’hui, consiste à aider notre prochain ou notre frère à vivre en vérité, contre toutes les forces qui s’acharnent à les faire vivre dans le mensonge : du monde au diable, en passant par leurs désirs ou même des membres de leur famille (cf 1 Jean 2). C’est un vrai combat que d’être là en vérité.

L’apôtre Paul utilise une formule étrange, à bien y regarder, pour évoquer les modalités de cette liberté : « C’est pour que nous soyons vraiment libres que Christ nous a libérés. Tenez donc ferme et ne vous laissez pas remettre sous le joug de l’esclavage » (Gal.5v1). Nous sommes libérés par le Christ, c’est une certitude. Il nous sauve de notre perte et nous libère. Mais il ne nous libère pas une fois pour toute et de tout : nous devons nous placer dans un chemin de libération continue, qui passe par le fait de délier les multiples emprises qui se mettent sur nous au fur et à mesure de notre chemin, sans compter tous les liens dont nous ne sommes encore défaits, issus de notre vie passée. Nous sommes libérés pour la liberté.

Appartenant au Seigneur Jésus-Christ, nous sommes revêtus de Son autorité pour produire cette action de libération continue. Prendre soin des personnes qui nous sont confiées ne consiste pas seulement à panser des plaies, mais à donner les moyens à la personne d’une automédication permanente en lien avec le Christ ressuscité et vivant.

En quoi consistent ces mensonges dans lesquels nous sommes empêtrés ? Fondamentalement, ils sont toujours une version déclinée de l’idolâtrie fondamentale qui refuse que Dieu soit à Sa place et nous à la nôtre. Voici comment Jésus analyse les choses, dans la suite du passage de Jean 8 cité plus haut :

« Je sais que vous êtes les descendants d’Abraham. Mais vous cherchez à me faire mourir, parce que vous n’accueillez pas ma parole. Moi, je parle de ce que j’ai vu auprès du Père ; vous aussi, faites donc ce que vous avez entendu auprès du Père. »

Ils répliquèrent : « Notre père, c’est Abraham. » – « Puisque vous êtes les enfants d’Abraham, leur dit Jésus, faites ce que faisait Abraham. Mais non, vous cherchez à me faire mourir, moi qui vous ai dit la vérité que j’ai apprise de Dieu. Abraham n’a rien fait de semblable ! Vous, vous faites les mêmes actions que votre père. » Ils lui répondirent : « Nous ne sommes pas des enfants illégitimes. Nous avons un seul Père, Dieu. »

Jésus reprit : « Si Dieu était vraiment votre Père, vous m’aimeriez, car je suis venu de Dieu et je suis ici de sa part. Je ne suis pas venu de ma propre autorité, mais c’est lui qui m’a envoyé. Pourquoi ne comprenez-vous pas ce que je vous dis ? Parce que vous êtes incapables d’entendre ma parole. Vous avez pour père le diable et vous voulez faire ce que votre père désire. Il a été meurtrier depuis le commencement. Il ne s’est jamais tenu dans la vérité parce qu’il n’y a pas de vérité en lui. Quand il dit un mensonge, c’est en accord avec son caractère, parce qu’il est menteur et père du mensonge. Et moi, parce que je dis la vérité, vous ne me croyez pas ». (vv 37-45)

Un proverbe français dit que la vérité blesse. C’est vrai. Mais qu’est-ce qui est blessé quand la vérité est dite ? C’est en fait l’orgueil, la clé de voûte des constructions idolâtriques à l’intérieur de nous. C’est bon que l’orgueil soit blessé, car il doit être détruit. Mais cela ne peut être constructif que chez quelqu’un qui a assimilé le caractère néfaste de l’orgueil, et qui ne l’a pas déguisé dans sa terminologie positive que l’on appelle l’amour-propre ou la fierté. Sauf que l’amour-propre est toujours un peu sale…

Le processus de mise en vérité est douloureux pour notre ego. Il est éblouissant de la lumière de Dieu : « il n’est rien de caché qui ne doive être découvert, rien de secret qui ne doive être mis au jour », dit encore Jésus dans Marc 4v22.

Vivre en Christ, c’est accepter que Sa lumière pénètre les tréfonds de notre être, y compris ses parties les plus ténébreuses. Tout peut être bien tranquille en latence à l’intérieur de nous, mais sitôt la lumière de Christ braquée sur les saletés de l’intériorité, nous voyons tout ce qui n’est pas lumineux en soi…..

Dit autrement (et fort bien) par Jean Cassien, un père de l’Eglise, « un homme se croit patient et humble tant qu’il n’est en relation avec personne, mais dès que se présentera l’occasion d’une contrariété, il reviendra à sa première nature. Les défauts cachés réapparaissent aussitôt, tels des chevaux sans mors après un long repos, bondissent à l’envi hors de l’écurie, avec une violence et une férocité qui causent la perte du cocher. En effet, toutes relations humaines cessant, nos vives se développent en nous s’ils n’ont pas été purifiés auparavant » (Institutions cénobitiques, VIII, 18).

Une fois que la vérité a été dite, il importe de de pouvoir mener une vie vraie, durablement. Une fois que nous avons été libérés, il importe que nous marchions dans la liberté.

A ce sujet, parmi les armes du chrétien décrites en Ephésiens 6, nous avons premièrement « la ceinture de la vérité ». La ceinture est ce qui entoure les reins, lieu symbolique, dans la culture juive, de la force la plus fondamentale de l’humain. Le coeur du coeur de notre vie doit donc être un amour pour la vérité (cf 1 Cor.13v6), qui nous englobe et nous ceint pour nous faire tenir debout.

(D’après « Au Nom de Jésus, libérer le corps, l’âme, l’esprit », de Gilles Boucomont. Editions Première Partie, 2010, pp 215-219)

Un vaccin contre la mort

La croix : « scandale pour les uns, folie pour les autres », mais pour ceux qui croient : « vaccin contre la mort » ! (Source image : public domain pictures)

« Si nous n’avons pas prêché la croix, nous n’avons pas annoncé l’Evangile », a-t-on coutume de dire, avec raison.

Justement, voici une manière inédite, inspirante et inspirée, de « prêcher la croix », « scandale pour les uns, folie pour les autres », mais, « pour nous qui croyons, puissance et sagesse de Dieu » ! (1 Cor.1v23-24) Bonne lecture !

« Se faire vacciner, c’est accepter que soit injectée en nous une micro-dose de la maladie afin que notre corps puisse y réagir. Notre système immunitaire communique l’information partout, comme quoi désormais, nous aurons les moyens de résister à la maladie, si elle venait vraiment nous attaquer. Tout notre être a les codes secrets pour la contre-attaque ! 

Quand Jésus est mort, personne n’a vraiment réussi à comprendre pourquoi il n’avait pas évité la mort. S’il était le fils de Dieu, il pouvait mettre en œuvre des tas de moyens pour rester en vie, pour échapper à cette destinée. Mais en réalité, le but de sa venue, c’était d’écraser la mort, et donc d’envoyer l’information de sa victoire sur le fléau qu’est la mort jusqu’aux extrémités de la création. Il a donc accepté de mourir, vraiment, pendant trois jours, afin de pouvoir ressusciter pour l’éternité. Ce qui fait dire à Esaïe qu’il « a pris sur lui toutes nos maladies » (Matt.8v17). En acceptant que la mort le saisisse, en se laissant ramener à la vie par Dieu son Père, il a en quelque sorte vacciné l’humanité contre la mort. Elle pourra nous attaquer, mais à tous ceux qui auront reçu l’information, il sera donné que la mort n’ait plus le dernier mot. Ils seront affectés pour un temps, mais Dieu les relèvera, les ressuscitera, en quelque sorte les guérira de la mort pour une vie éternelle. 

Quand Jésus va sur la croix, c’est donc l’humanité qui entre dans l’incroyable processus de vaccination contre la mort ».

Initialement publié le 12 mai 2021 sur Jesus.fr, ce texte a été écrit par le Webpasteur Gilles Boucomont, que je remercie chaleureusement de m’avoir autorisé à le republier ici le 15 mai.

Amis de Jésus-Christ : « AJC ! »

Ensemble, les Amis de Jésus-Christ sont porteurs de la meilleure des nouvelles : annoncer et manifester le règne de Celui qui est « Dieu sauve » et « Dieu élargit » (Source : Pixabay)

Une proposition de texte pour s’encourager mutuellement à vivre et manifester ce que nous sommes ensemble en Jésus-Christ, et pour vivre l’amitié en Jésus-Christ sur la toile et dans la vraie vie.

Nous nous déclarons Amis de Jésus-Christ, au-delà des frontières de nos « étiquettes » respectives, étant appelés ainsi par Celui que nous reconnaissons comme seul Seigneur : Jésus-Christ.

Nous revendiquons le nom d’Amis de Jésus-Christ, parce que nous croyons que le Nom de Jésus est le seul Nom qui sauve, le seul Nom qui rassemble et le Nom qui est élevé au-dessus de tout nom, et au-dessus de tout « isme », de tout « iste », comme de toute étiquette religieuse, politique, et sociale, rendant ainsi vaine toute prétention identitaire.

Nous ne revendiquons et n’acceptons d’autres « marques », « noms » ou « étiquettes » que celles que Jésus nous a déjà donnés : « Saints et fidèles en Jésus-Christ », « amis de Jésus-Christ », « enfants de Dieu », « connus de Jésus-Christ », « appartiennent à Jésus-Christ », « frères en Jésus-Christ »…

En tant qu’Amis de Jésus-Christ, nous n’adorons que Dieu (Père, Fils, Saint-Esprit), et nous refusons d’adorer ou de sacraliser ou de prêter allégeance à des pouvoirs ou des personnes qui prétendent prendre sa place dans nos vies, qu’il s’agisse de pouvoirs idéologiques, politiques, économiques, religieux ou spirituels…

Nous nous encourageons les uns les autres à aimer Jésus-Christ, en faisant ce qu’Il commande.

En tant qu’Amis de Jésus-Christ, « nous avons purifié nos âmes, en obéissant à la vérité, pour pratiquer un amour fraternel sans hypocrisie ». Nous nous encourageons à nous aimer les uns les autres  « d’un cœur pur, avec constance, ayant été « engendrés à nouveau par une semence non pas corruptible mais incorruptible, par la parole de Dieu vivante et permanente » (1 Pie 1v22-23), croyant que Dieu ne cesse pas d’être Seigneur lorsqu’Il nous parle par Sa Parole.

Nous refusons toute relation infantilisante et/ou marquée par la domination, ayant « un seul Maître », « un seul Père dans les cieux » et étant « tous frères » (Matt.23v8-9).

Amis de Jésus, dont le Nom signifie « Dieu sauve » mais aussi « Dieu élargit », nous croyons que Notre Seigneur, sacrifice ultime « pour nos fautes et ressuscité pour nous rendre justes » (Rom.4v25 et Hébr.10v10), nous élargit de l’étroitesse et de l’angoisse.

De même, à la suite de Jésus et en Son Nom, nous souhaitons relever Son défi inclusif face à nos tentations exclusives : élargir les horizons de nos frères et de notre prochain.

Amis de Jésus-Christ : AJC !

Le commandement de Dieu le plus difficile…

Marchez pendant vous avez la lumière

La fête de Soukkot passera-t-elle inaperçue parmi les chrétiens, cette année ?

Quel est, parmi les commandements de Dieu, celui qui est le plus difficile à accomplir ?

Celui qui nous exhorte à « n’être que joyeux »(ou « à se livrer entièrement à la joie »), à l’occasion de la fête des Tabernacles(« soukkot »), cf Deut.16v15(voir aussi Néhémie 8v9-10 et ss), célébrée ce mois-ci par les Juifs du monde entier.

Des trois fêtes bibliques principales relevées dans les Ecritures(Deut.16 et Lévitique 23), Soukkot est la moins « défigurée » de nos jours. Sans doute parce qu’elle est la plus oubliée au sein des chrétiens, comme l’a rappelé récemment mon pasteur. Que signifie-t-elle ? Un « non Juif » peut-il se sentir concerné ? Sachant que, comme le souligne encore mon pasteur, beaucoup fêtent Noël qui n’est pas dans la Bible(ou même fêtent Pâque d’une façon qui n’est pas dans la Bible)…alors qu’ ils ne fêtent pas Soukkot qui est pourtant dans la Bible.

L’édito d’une lettre de nouvelles d’octobre de « Juifs pour Jésus »* souligne que, à cette occasion « les Juifs du monde entier fêtent la lumière parmi tant d’autres symboles de Soukkot. » Car « c’est par la lumière[en rappelant les prophéties d’Esaïe] que Jésus a pu montrer à ses détracteurs qu’il représente bien l’accomplissement des Ecritures(…)A la fin du premier jour de la fête de Soukkot, le temple était merveilleusement illuminé(…)La lumière était destinée à rappeler au peuple comment la glorieuse « Shekinah » de Dieu avait jadis rempli le Temple. Mais la gloire de Dieu était encore une fois dans le Temple, manifestée dans la personne de Jésus qui utilisa cette cérémonie pour illustrer ce fait. » Celui-ci déclara à tous ceux qui étaient assemblés là : « je suis la lumière du monde. Celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie »(Jean 8v12). Mais Jésus n’a pas été reconnu(cf Jean 7**). Beaucoup ont refusé que leurs ténèbres soient exposées à Sa lumière. Mais il y en a eu qui furent attirés à la lumière, dont le cœur brûla de la vérité de Jésus. » (Jean 3v19-21 ; Jean 1v8-14)Nous qui connaissons Jésus-Christ comme Messie, Sauveur et Seigneur, nous sommes ses témoins aujourd’hui. En attendant Son retour.

Pour ce mois-ci, tellement important pour le peuple Juif, laissons donc luire notre lumière pour ceux qui sont encore dans les ténèbres(cf Matt.5v16 ; Eph.5v8-13)et donnons à voir la lumière de Jésus. Célébrons donc la fête. Celle de l’Eternel, qui est donc la nôtre ! Et, conformément au commandement de Dieu, livrons-nous entièrement à la joie !

Initialement paru le 10/10/14

Notes :

*Octobre 2014, numéro 59, p1(Edito de Josué Turnil)

** Il est par ailleurs révélateur, dans ce chapitre 7 de Jean, que la fête des tabernacles soit appelée « la fête des Juifs » et non plus « la fête de l’Eternel ». Son sens véritable était-il déjà perdu à l’époque de Jésus ?

Il semble donc que cette fête soit la seule qui n’ait pas été véritablement accomplie lors de la première venue de Jésus et qu’elle le sera enfin lors de Sa seconde venue. Et Il « vient bientôt » !(Apocalypse 3v11 et 22v7-20 ). Désirons Sa venue !

« Boulevard ossements » (…qui reprennent vie) : Ézéchiel 37

Voici aujourd’hui un texte mystérieux : une vision donnée par l’Éternel au prophète Ézéchiel d’une vallée pleine d’ossements.

Une prédication édifiante d’Isabelle Coffinet (Temple de Cergy) sur le texte d’Ézéchiel 37.1-14, avec une efficace mise en contexte et actualisation, pour ceux qui se questionnent quant à « la vision de leur vie ».

Les 3 premières « questions premières » de Dieu à l’humain

Dieu nous parle et nous pose même les « bonnes questions » : les toutes premières « questions premières », fondamentales

« La métaphysique », c’est l’art de (se) poser les bonnes questions, écrivions-nous il y a quelques années sur ce blogue.  Ces « bonnes questions » sont des questions dites « fondamentales » (en rapport au sens de la vie, à la mort, au bien et au mal, ou à Dieu…) que chaque être humain peut (ou est censé) se poser.

Au début du premier livre de la Bible, la Genèse, ce n’est pas l’homme qui se les pose ou les pose à Dieu, ces questions, mais c’est Dieu qui pose les toutes premières « questions premières » à l’humain, à un moment particulier où celui-ci est en faillite devant le projet divin.

Dieu nous pose ces questions, non « pour savoir » (comme s’il ne savait pas !), mais parce qu’il est bon que nous les entendions.

Question 1 : Où es-tu ? (Gen.3v9)

Dieu pose cette question à Adam, parce que ce dernier s’est caché de lui… de honte, car il a réalisé qu’il était nu, après avoir désobéi à Dieu.

Dieu pose cette question pour qu’Adam puisse répondre et dire la vérité sur sa situation, sur ce qu’il a espéré cacher à Dieu.

Dire la vérité ouvre une porte de sortie, avec la possibilité de se repentir et d’être pardonné, pour la restauration de la relation (Cf 1 Jean 1v5-9)

Actualisation : « Où (en) suis-je » dans ma vie ? (rapport à moi-même, aux autres, à ma foi, à ma capacité d’espérer, à ce qui a le plus de valeur ou ce qui prend le plus de place dans ma vie…?)

Evaluer ma capacité à tout vivre sous le regard de Dieu, qui connaît et voit toute chose, pour vivre dans la paix, la sécurité, la confiance et l’espérance.

Question 2 : Qui t’a appris (que tu étais nu…) ? (Gen.3v11)

Une question d’actualité ! Ou, dit autrement : Qui as-tu écouté ? Sous l’autorité de quelle parole t’es-tu placé ? Qui a parlé ? A quelle source d’info as-tu porté du crédit ? D’où tiens-tu cette idée ? Quelles sont tes sources d’inspiration, de connaissance, de ce que tu sais, de ce que tu crois, de ce sur quoi tu fondes ta vie ?

A quelle source fiable revenir ? Qu’est-ce qu’une source fiable ? « La recherche de la vérité est la condition d’une information digne de ce nom, crédible ». Christ est la vérité. La Parole de Dieu est la vérité. Le Saint-Esprit est l’Esprit de vérité, lit-on dans l’Evangile selon Jean.

Actualisation : « Seigneur, que veux-tu que j’apprenne de telle situation ? Inspire-moi par ta Parole et ton Saint-Esprit ».

Question 3 : Où est ton frère ? (Gen.4v9)

Une question qui nous décentre de nous-même, nous ouvrant aux autres, laissant entendre que la réponse ne peut jamais être : « je ne sais pas ».

Que suis-je en train de faire de mon frère ? De mon prochain ?

Qui est, d’ailleurs le plus souvent au centre, dans ma vie ?

Significatives de l’intention de Dieu à notre égard, ces « questions premières » sont à garder, pour nous les poser quotidiennement, pour faire le point sur notre situation, et ce sur quoi nous espérons, afin de vivre une vie plus conforme au projet de Dieu. « Ouvertes », ces questions nous libèrent en….nous ouvrant un avenir et une espérance.

Pour aller plus loin : découvrir, dans les Evangiles, comment Jésus a vécu ces trois questions.  Ex : Luc 9v51 ; Jean 11v6 ; Jean 5v20, 30 ; Jean 8v38-40 ; Matt.9v36 …..

D’après une prédication du Pasteur Gilles Boucomont, le 29/08/21

« Un seul mot peut tout changer »

« Un seul acte arrive à tout changer, un seul mot peut tout arranger… » [« Just one touch and everything changes, everything changes / With one word the world rearranges, the world rearranges »], dit un chant chanté lors du culte de dimanche dernier.

« Un seul mot » ou une seule parole…confessée, déclarée, donnée, accueillie…pour (re)venir, (se) réconcilier, se réajuster, révéler, remercier, recadrer, redresser, relever, encourager, édifier, consoler, pardonner, délier, libérer….

« S’il te plaît »

 « Pardon »,

« J’ai péché (contre toi, Seigneur et contre les hommes »)

« Je me repens »,

« Seigneur, prends pitié de moi, qui suis un pécheur… »

« Tes péchés sont pardonnés »,

« Père, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu’ils font »

« Reviens »

« Viens »

« Suis-moi »

« Reste avec nous »

« Toi qui a faim (et soif), viens » (et mange, bois gratuitement…). Voir d’autres paroles semblables ici, ou .

« Reçois »

« Merci ! »

« Ne crains pas »

« J’ai entendu et vu (ta détresse) »

« Grâce et paix »

« Je crois, Seigneur : viens en aide à mon manque de foi ! »

« Seigneur, sauve-moi ! »

« Ta foi t’a sauvé (guéri) »

« M’aimes-tu ? »

« Je t’aime d’un amour éternel »

…..

Quelle est cette « parole qui peut tout changer », pour vous, aujourd’hui ?

Trois livres et un site web (sinon rien) pour découvrir, explorer et comprendre la Bible

« Explorer la Bible » : le guide pour qui veut suivre le parcours de découverte du Livre des livres en huit sessions

Des outils et ressources en réponse à la « malnutrition biblique » :

Sur Pep’s café! le blogue, nous aimons tellement la Bible, la considérant comme une réelle richesse, Parole de Dieu vivante et agissante, que nous nous réjouissons de chaque contribution à l’éradication de la « pauvreté » biblique. En effet, et c’est là le paradoxe : bien que la Bible soit ce livre faisant partie du patrimoine de l’humanité, inspirant pour de nombreux artistes et pour tous ceux qui ont aimé leur prochain, au point de servir dans « les champs de mission » aussi divers que l’éducation, la santé, l’humanitaire, la lutte contre l’esclavage et toutes formes d’exclusions et d’oppressions….la Bible est aussi ce « best-seller » tout à la fois bien connu et fort mal connu.

D’où le cœur de mission d’une œuvre comme l’Alliance biblique française (ABF) : mettre la Bible à la portée de tous et la transmettre aux futures générations ; créer des ponts entre le texte biblique et la société civile, de sorte que le premier soit lu et compris par le second.

Bonne nouvelle ! Voici justement plusieurs outils et ressources récentes proposés par l’ABF, ayant pour but de répondre de manière complémentaire et pertinente à cet ordre de mission : «Explorer la Bible », « itinéraires », et (en avant-première) « découvrir la Bible ». Tous reçus gracieusement en « service presse » de la part de Laurène de la Chapelle, chargée de communication pour l’Alliance Biblique Française, que je remercie chaleureusement, ainsi que les éditions Bibli’O.

1) »Explorer la Bible »

« Donne un poisson à un homme, tu le nourris pour un jour. Apprends-lui à un pêcher, il se nourrira toute sa vie ». Ce célèbre proverbe chinois (à moins qu’il ne soit indien)trouve son application avec « Explorer la Bible », un parcours simple et convivial en 8 séances, pour suivre « la grande histoire » biblique, et la comprendre par soi-même.

Initié par la Société biblique britannique, ce programme connait un franc succès avec plus de 5 000 groupes créés dès les premiers mois de lancement au Royaume-Uni. Le voici maintenant en France et en français !

« Explorer la Bible » s’adresse à un public de 15 à 99 ans, et se vit en groupe sous la conduite d’un animateur.

Un site internet donne accès à des vidéos et des fiches d’animation pour aider l’animateur à mener chaque session. Pour y accéder, il suffit de se créer un compte gratuit. Enfin, un livret [commandable sur le site des éditions Bibli’O]a été élaboré dans le but de faciliter le suivi du parcours pour chaque participant : Il reprend les grandes lignes de chaque session, offre des espaces pour des notes personnelles, ainsi qu’un glossaire pour se familiariser avec le vocabulaire de la Bible.

Au cours des 8 sessions, on se familiarise avec la Bible, son histoire, sa composition, son impact et ses personnages. Chaque session suit le même rythme avec 2 vidéos d’environ 15 minutes chacune. Les séances sont interactives, incluant des temps d’enseignement, de discussion et de réflexion personnelle. Entre chaque session, un programme de lectures bibliques quotidiennes prépare pour la session suivante

Il ne vous manque plus qu’à vous procurer une Bible avant de vous lancer dans ce parcours ludico-utile ! Cela tombe bien : le livret comprend aussi des recommandations de lectures de la Bible en support papier/audio/sur le web, pour ceux qui la lisent pour la première fois ou souhaitent renouveler leur lecture,

L’aventure n’attend plus que vous !

En avant-goût, la bande annonce d’ « explorer la Bible ».

2) « ITINÉRAIRES : Balises pour explorer la Bible » ou « le guide du routard biblique »

« La Bible, un livre austère ? » Et si l’austérité était plutôt du côté du lecteur ? Des itinéraires provocateurs et rafraichissants.

Ce guide décapant, au ton décalé, de Jean-Claude Verrecchia, vient secouer son lecteur sûr de ses idées (reçues) sur la Bible, alors qu’il ne la connaît pas ou mal, ou prétend même la connaître trop bien. Ainsi, est-ce vrai que la Bible est « austère » et « ennuyeuse » ? Ou que la Bible est un livre « à défendre » ? Faut-il se réjouir de ce que la Bible soit ce « best-seller », le livre « le plus vendu » au monde ? Est-ce aussi vrai qu’il est « facile » de lire la Bible et qu’elle n’a « pas besoin d’être interprétée » ?…

Autant de questions soulevées dans cet ouvrage se voulant une vulgarisation éclairée, « grand public », non seulement en guise d’introduction à la Bible (pour découvrir d’où elle vient, comment elle a été composée et comment elle nous est parvenue jusqu’à aujourd’hui), mais – et c’est là son originalité – pour expliquer que si la Bible est un livre, celui-ci est fait pour être lu, quoique pas simple à lire, d’où la nécessité de bien connaître son mode d’emploi, ses clés de lecture et règles d’interprétation, pour bien la comprendre et l’utiliser..

Autre originalité, ces itinéraires, qui partent de la Bible, ont un point d’arrivée plutôt inattendu : le lecteur lui-même ! Celui-ci est en effet invité à se positionner au bout du parcours, pour répondre à cette question existentielle particulièrement impliquante : « qui es-tu (lecteur), toi qui veux comprendre (la Bible) ? ». « Que viens-tu chercher, toi qui t’approches de la Bible ? »

Et le lecteur de découvrir quel lecteur unique il est (ou veut être) et dont la Bible, qui attend patiemment d’être ouverte, lue et interprétée, a besoin aujourd’hui !

« ITINÉRAIRES : Balises pour explorer la Bible » ou une vulgarisation originale, passionnante et réussie, propre à réveiller le lecteur et sa curiosité pour Le Livre des livres. Disponible (comme les Bibles) dans toutes les bonnes librairies, ou chez l’éditeur.

Voir aussi : une présentation de l’ouvrage par l’auteur.

3) Et paru le 10 septembre 2021 : « Découvrir la Bible en 100 pages ».

« Papa, raconte-moi tout la Bible ! » « En 100 pages ? » « Oui ! »

La Bible, comme l’indique son nom, n’est pas « un livre » mais plutôt une bibliothèque rédigée sur plusieurs siècles par plusieurs dizaines d’auteurs. Une bibliothèque multipliant les styles littéraires les plus divers, des récits fondateurs aux récits apocalyptiques, en passant par les textes de loi et de sagesse, les prières, les chants d’amour, les songes et visions, les paraboles, les discours ou les lettres.

Comment alors s’y retrouver ?

Ce petit ouvrage d’Antoine Nouis relève le défi de nous présenter toute la Bible en 100 pages et cinquante-deux courts chapitres, soit autant de réflexions profondes : une invitation au voyage pour faire la connaissance des personnages, visiter les lieux et découvrir les épisodes marquants de la Bible, de la Genèse à l’Apocalypse.

Mieux encore : chaque chapitre est suivi d’une piste d’actualisation pour susciter la réflexion, engager le dialogue et jauger de la pertinence de la Bible pour notre temps et notre quotidien.

Ainsi, par exemple :

« La Bible et la science » ou « quand la Bible ne dit pas tant comment le monde a été créé que pourquoi, et pour quoi il l’a été ». Alors que les scientifiques reconnaissent que l’univers a eu un commencement, sans pouvoir dire les raisons de ce commencement, « la Bible pose une affirmation forte : l’humain n’est pas le résultat d’une rencontre entre le hasard et la nécessité, il est le fruit du désir de Dieu pour habiter le monde, à côté des animaux » (op. cit., p 3)

« La grammaire des commandements » : « la plupart des [10] paroles [données par Dieu à Son peuple] ne sont pas conjuguées à l’impératif, mais à un temps qui est assimilé au futur. Les dix paroles ne disent pas : n’aies pas d’autres dieux, ne te fais pas d’idole, ne tues pas et ne convoite pas, mais : tu ne te feras pas d’idole, tu ne tueras pas, tu ne convoiteras pas. Derrière cette conjugaison, se trouve une promesse : je te le promets, dit Dieu, il te sera possible de…. Il ne nous enferme pas dans une règle, il ouvre un chemin de liberté » (op. cit., p 23)

« Contre le mariage des jeunes filles » : « un verset énigmatique du Cantique [des cantiques] dit : nous avons une petite sœur qui n’a pas encore de seins ; que ferons-nous pour notre sœur le jour où on la demandera en mariage ? Le verset qui suit laisse entendre que si la jeune sœur oppose une muraille à cette demande, il faut l’encourager ; et que si elle ouvrage sa porte il faut l’en empêcher. Un des messages du livre est son opposition au mariage des jeunes filles pré-pubères, car il nie leur féminité et les destine à devenir la propriété de leur mari. » (op. cit., p 51).

« Le souffle et la respiration » : « le mot que l’on traduit par Esprit veut aussi dire le vent, le souffle, la respiration. S’il n’y avait pas de vents, le monde serait une fournaise ; sans souffle, la flûte n’émet aucun son ; et sans respiration, il n’y a pas de vie. Comme le disait un patriarche orthodoxe : sans l’Esprit Saint, le Christ reste dans le passé, l’Evangile une simple lettre morte, l’Eglise une organisation, l’autorité une domination, la mission une propagande, la prière personnelle un monologue stérile et l’agir chrétien une morale d’esclave ». (op. cit., p 81)

Disponible en librairie ou chez l’éditeur depuis le 10 septembre 2021.

[Article initialement paru le 04/08/21]