« Hymnes et Cantiques 15e-21e »

Chanter, c’est célébrer et témoigner ! Source : ZeBible

« Le Christ a-t-il chanté ? Probablement oui ! Et sur tous les tons de la vie ! »(1)

Voici quelques sites, parmi d’autres, qui nous invitent à « marcher à sa suite », afin « de poursuivre humblement son chant », et en nous donnant « les moyens de chanter le Christ en toutes circonstances et en tous lieux »(1).

Shir.fr : « Shir » est un mot hébreu (שִיר) qui signifie « chant ». Mis en ligne le 09 octobre 2011, Shir.fr a pour but de rassembler le plus grand nombre de chants chrétiens de louange en français, avec paroles et accords. Il y a déjà 1 116 chants, et l’équipe continue d’en répertorier de nouveaux !

 « Hymnes 21 », un site d’ « Evangile 21 – The Gospel Coalition », créé, sauf erreur, fin 2016, qui propose des ressources pour la louange en commun : des articles, des tutoriels et des chants de louange riches en théologie, en musicalité, et en poésie. Et ce, dans le but « de glorifier Dieu et d’édifier l’Église francophone en l’accompagnant à « progresser encore » (1 Thessaloniciens 4.1) ». Les auteurs du site, des pasteurs et des musiciens, souhaitent également « provoquer des réflexions pour l’Église sur ses choix concernant le fond et la forme de sa louange  en commun et l’assister en proposant des ressources ».

L’origine du site se découvre ici.

Cantiques.fr, quant à lui, est un projet musical de l’Eglise Protestante Unie de France, né en 2014. Il se présente comme « une plateforme de soutien et de partage pour promouvoir et valoriser la musique de différentes traditions dans l’Eglise aujourd’hui ». Au menu, ressources, chants, vidéos, et partitions, pour enrichir nos temps de célébration et la vie cultuelle des paroisses/églises locales.

« Il fait partie d’un processus plus large de renouvellement de l’hymnologie protestante, voulue au sein de l’EPUdF », vu que « le protestantisme est riche d’un patrimoine exceptionnel qui ne cesse de se renouveler : psaumes, chorals, cantiques… à la suite des Luther, Goudimel, Bach, Haendel et tant d’autres ! Il s’enrichit aujourd’hui de créations ou adaptations modernes, et s’élargit aux dimensions de l’Église universelle ».

Plusieurs axes sont mis en valeur :
– Redécouverte des richesses de nos héritages musicaux
– Encouragement à la création de nouvelles formes de musique pour le culte
– Développement de ressources théologiques et pratiques pour les paroisses
– Développement de formations pratiques (animation musicale, accompagnement musical, chorales…)

Nous terminerons en rappelant cette superbe initiative de jeunes (certains du site « La Rebellution ») datant de 2015 et qui a pour but de « sensibiliser » leur génération « à chanter des hymnes et des cantiques aux paroles profondes et bibliques ».

Parce que « la culture de l’honneur », c’est aussi cela : « transmettre d’une génération à l’autre » et, donc s’approprier – pour le faire vivre et l’honorer – un bel héritage musical à la gloire de Dieu !

 

 

Notes :

(1) Voir cet « A propos », sur le site cantiques.fr

Te connaître

….Seigneur Jésus, non pas « plus », mais « mieux »…

« Car mes pensées ne sont pas vos pensées…dit l’Eternel » (Es.55v8)

« Et je considère même toute chose comme une perte, à cause de ce bien suprême : connaître Jésus-Christ mon Seigneur, pour qui je me suis privé de tout avantage personnel ; je considère tout cela comme des déchets, afin de gagner le Christ » (Phil.3v8. BFC)

En ce moment, j’écoute « Dieu de toute grâce »

Bonjour ! Voici un chant(1) inspirant à (re) découvrir pour l’été, propre à l’adoration, et pour apprendre à donner et à recevoir :

Bonne écoute, dans Sa présence !

Texte biblique à méditer : 

« Mon Dieu, je veux faire ce qui te plaît,
et ta loi est tout au fond de moi. »
Dans la grande assemblée, j’ai annoncé ta justice ;
non, je ne retiens pas mes lèvres,
SEIGNEUR, tu le sais !
Je n’ai pas caché ta justice au fond de mon cœur,
j’ai parlé de ta loyauté et de ton salut,
je n’ai pas dissimulé ta fidélité et ta vérité
à la grande assemblée.
Toi, SEIGNEUR, tu ne retiendras pas loin de moi ta miséricorde,
ta fidélité et ta vérité me préserveront toujours ». (Ps.40v9-12. TOB)

 

Notes : 

(1) »Dieu de toute grâce » (JEM 3, N° 745). Paroles et musique de Thérèse Motte(2000)/ soliste Estelle Ghyselinck/ flûtes Jean-Louis Olivier/ Violon Emilie Le Van/ Piano Thérèse Motte.

Paroles et accords sur le site shir.fr.

 

« Holly Spirit » : Un chant sur le Saint-Esprit ?

Voici, pour ce week-end, « Holy Spirit », un chant de Kim Walker-Smith, de « Jésus Culture »(1).

Un chant sur le Saint-Esprit ?

Et pourquoi pas ? D’autre part, parce que Dieu est Père, Fils et Saint-Esprit(Matt.28v19), et puisque sans le Saint-Esprit, nous ne serions pas « convaincus de péché, de justice, de jugement »(Jean 16v8) ; nous ne naîtrions pas « d’en haut »(Jean 1v12-13 et 3v3-7 ; Tite 3v5) ; et sans Lui, nous ne serions pas membres du corps de Christ, de l’Eglise (1 Corinthiens 12v13) ; nous ne serions ni unis, ni aptes à mener une vie de nature à plaire à Dieu (Eph.4v3-4, 5v18-21 ; Gal. 5v16-25….) ; et nous ne serions pas « conduits dans toute la vérité »(Jean 16v13) ou aptes à connaître ce qui vient de Jésus et le glorifie(v14-15)….et bien d’autres choses encore !

 
Apprenons donc à « Connaître le Dieu Trine » ! Mais qu’est-ce que cela change, me demanderez-vous ?
La réponse dans cette excellente prédication donnée le 2 décembre 2012 par le théologeek suisse Olivier Keshavjee, actuellement « animateur vie paroissial ».
Textes : Ephésiens 1, 3–14 ; 1 Jean 1, 1–14
Plan :
Introduction :
Le prédicateur commence par nous confier avoir été quelque peu « découragé, ces jours. Découragé suite à ces débats d’Églises, l’impression de perdre tellement de temps et d’énergie alors qu’il y aurait tellement plus à faire. Découragé, justement, à cause de tout ce qu’il y a à faire: les champs sont mûrs pour la moisson, et il y a peu d’ouvriers. Découragé parce qu(’il se sent) plein de faiblesse et pas à la hauteur… ». Cependant, il relève « différentes choses qui (lui) ont fait du bien cette semaine, et la principale, ça a été de (se) souvenir un peu plus particulièrement qui est Dieu, qui il est pour (lui). Et ça (lui)a fait un bien fou ».
Qui est le Dieu qui nous sauve?
Quelques pas de danse :
o Connaître Dieu dans la prière
o Connaître Dieu dans la communauté
o Connaître Dieu dans la mission
Conclusion : « Le salut, donc, c’est le Dieu Trinitaire qui invite toute la création dans une communion d’amour avec lui. Apprenons à connaître le Père, le Fils et l’Esprit de manière intime, personnelle. Et que ce soit en famille, dans un groupe de maison, un autre groupe, le salut n’est pas un truc individuel. Recherchons toujours d’avantage cette dynamique, et cela à plusieurs, pour notre joie, et pour qu’elle déborde au-delà de nous, pour la gloire de Dieu ».

Apprenons donc à connaître le Dieu Trine, et, surtout, apprenons à le connaître en famille !

Ecouter ici la prédication http://corsiercorseaux.eerv.ch/rentrer-dans-la-dynamique-du-dieu-trinitaire-ephesiens-1-3-14-1-jean-1-1-4/   (+ « abolir les murs de la haine »)

En guise de prolongement, voir aussi, via la pensée de Dany-Robert Dufour (un auteur pourtant non chrétien), sur ce mystère central du christianisme, combien « la trinité loge dans notre langue » ! Analyse critique des conséquences de cette volonté de la pensée occidentale de réduire le ternaire au binaire dans ce « devoir philo » du journal québecquois « Le Devoir ».

Sur ce, bon Week-end !

 

 

Notes :

(1) « Jésus culture » est une communauté de “leaders de louange” et de musiciens, dont le but, depuis 1999, est « d’amener le corps de Christ à s’abandonner radicalement à un style de vie d’adoration motivé par un désir de voir Dieu recevoir la gloire qui Lui est due ». (Source : enseignemoi.com).

Vous pouvez découvrir un autre chant(« Break every chain ») de Kim Walker-Smith ici.

« Foireux liens » de juin(10) : « louange (trop ?) contemporaine »

Notre louange "contemporaine" : que me "chantez-vous là" ?

Notre louange « contemporaine » : que me « chantez-vous là » ?

Notre louange (serait-elle trop) contemporaine ? Si oui, qu’entendre par là ? A découvrir, pour ces 10èmes « foireux liens », des articles de la Rebellution, de Théologeek, Yannick Imbert(« la grâce dans l’encrier »), Daniel Saglietto (La Revue Réformée)…sur cet inépuisable sujet, ainsi que sur « la professionnalisation » et l’activisme dans l’Eglise. Et bien d’autres sujets !

 

Témoignage d’un « leader de louange », sur « La Rebellution ».

« Le danger mortel de la louange contemporaine », un article (au titre polémique, mais très édifiant, à lire absolument)sur « Theologeek ». Avec ce commentaire d’un internaute(« Emmanuel ») : Nous connaissons aujourd’hui « le modèle des chantres qui conduisent la louange, avec un orchestre, des choristes et surtout une liste de chants préparée en avance: une révolution difficile à mesurer aujourd’hui par une génération plus jeune. Mais ne serions-nous pas allés trop loin dans ce modèle ? Les chantres ont-ils piqué la louange à l’église ? Serait-il temps d’y réfléchir et de sortir de l’excès pour revenir à l’équilibre ? Ou mieux de redonner la louange à l’église… ? »

« L’influence de notre culture sur la louange » de Daniel Saglietto, également passionné de musique, pour La Revue Réformée :
Nos nouveaux cantiques sont-ils « saturés » de l’Evangile, offrant, à un monde qui est en pleine « dérive », une vision du « trône de Dieu » et de « l’agneau immolé qui se tient debout » ? Ou sont-ils des « dérivés » de la culture ambiante, « vaporisés » d’un « parfum évangélique » : le relativisme, l’individualisme, le consumérisme thérapeutique, le sentimentalisme « mielleux » ?

 
« Pourquoi Les hommes ne chantent plus. Ou : l’érotisation de Jésus (?) ». Par Yannick Imbert, Professeur d’Apologétique et d’Histoire de l’Eglise (Faculté Jean Calvin, Institut de Théologie Protestante et Evangélique), sur son blog « La grâce dans l’encrier » : « ….Oui les hommes sont présents. Ils semblent chanter mais, malgré (son) audition limitée, (l’auteur a) quand même l’impression que nous faisions tous du playback ». Plusieurs raisons à cela, dont la première « est la professionnalisation de nos chants, voire de nos « groupes de louange »(…)Déjà que ces messieurs ne sont pas forcément portés au chant (…)mais si en plus vous nous mettez devant les yeux un groupe de cinq musiciens et de trois chanteurs avec micros : (1) Je suis porté à vous écouter plus qu’à chanter, et (2) j’ai un bon prétexte pour ne pas chanter puisque de toute façon, personne ne s’entend chanter ! Et ainsi, certains de nos cultes sont devenus des scènes musicales. La qualité musicale est excellente(…)Mais le message envoyé est souvent : Bienvenue ! On espère que vous allez apprécier le show ! Laissez les pro chanter et contentez-vous d’apprécier ». Est-ce vrai dans toutes les églises ? Et dans la vôtre ?

 

 

 
« Hors sujet » et autres sujets :

Du même Yannick Imbert : « Chroniques des Mystagogues » : Si le démagogue guide par le sentiment et la facilité ; le mystagogue, quant à lui, guide en voilant le sens de ce qu’il dit.

Ex : « LES JEUNES SONT L’AVENIR DE L’ÉGLISE »

Ex : « SOYONS PROS ! LA TYRANNIE DU PERFORMING »

Ex : « TU N’AS PAS D’HUMOUR » (ou « Il faut être cool »)

 

Sur TGC Evangile 21 :

« 10 raisons de diminuer les activités de votre église » : êtes-vous concerné ? 😉

« Discipline » : vous avez dit « discipline » ? Le sujet serait-il « tabou » ?

 

Après ce tour d’horizon évangélique, nous terminons par ce zoom sur un blogueur catholique, de nature, peut-être, à inspirer les protestants également présents sur la toile :

« Koz Toujours a 10 ans ! Interview d’Erwan Le Morhedec »
Par Charles Vaugirard, 27 mai 2015, pour « les Cahiers libres »
“L’important n’est pas de réussir, ce qui ne dure jamais ; mais d’avoir été là, ce qui est ineffaçable” cette citation de Jacques Maritain est la devise du blog « Koztoujours, tu m’interesses » tenu par Erwan Le Morhedec, alias « Koz ». Ce blog a eu dix ans le 1er juin : Dix ans de présence sur le Web, dix ans “qu’il est là” au coeur de l’actualité. Interview en exclusivité pour Les Cahiers Libres.

Extraits :
Charles Vaugirard : En 10 ans, Internet et la blogosphère ont beaucoup évolué, notamment avec l’arrivée de Facebook et Twitter. Comment ces réseaux sociaux ont impacté le débat sur Internet et les échanges sur votre blog ?
Koz : Je crois que, malheureusement, ils ont tué les blogs et, en grande partie, l’idée d’une démocratie numérique. Ils ont asséché les blogs, noyé des vocations dans la masse anonyme de Twitter ou le cercle communautaire de Facebook. Finalement, le citoyen qui tenait une occasion d’exister, au moyen d’une position étayée, a vu cette occasion lui échapper. Ce qui portait la promesse d’un débat un peu structuré s’est perdu dans des saillies éphémères. C’est vraiment une occasion manquée.
Twitter et Facebook ont en commun de favoriser un débat hystérisé. Parce que l’un comme l’autre favorise l’immédiateté. Twitter, lui, privilégie le discours péremptoire puisque la nuance ne tient pas en 140 caractères. Quant à Facebook, le fonctionnement de son algorithme favorise ce qui suscite des réactions, et fait donc remonter le formidable comme le scandaleux. Le complotiste fonctionne aussi très bien puisqu’il suscite la réaction de ceux qui adhèrent comme de ceux qui contestent.
J’ajouterais encore que Facebook a restreint le paysage à ce que vos (plus ou moins) proches vous en montrent, alors que le web avait à l’origine l’avantage d’ouvrir nos horizons.
Quel conseil donneriez-vous à un chrétien qui souhaiterait créer son blog ?
Je ne donnerais pas un conseil différent à un chrétien ou à un non-chrétien. Certes, « à ceux à qui il a été beaucoup donné, il sera beaucoup demandé » (de mémoire), et donc l’exigence est plus forte pour un chrétien. Il lui appartient de s’assurer qu’il n’écrit rien qui soit en contradiction avec sa foi et, lorsque des contradictions intérieures se font jour, de chercher à comprendre d’où elles viennent et à quelles éventuelles faiblesses elles puisent en lui(…)Il lui appartient aussi d’agir en chrétien, que ce soit par le souci de la vérité – et donc, pour commencer, en vérifiant ce qu’il diffuse – ou dans son comportement… et de se relever chaque fois qu’il tombe, en gardant le regard sur son horizon(…)Dans les temps présents, je pense qu’il lui est demandé tout à la fois de ne pas céder sur la vérité pour gagner en confort, que ce soit au sein de la société ou parmi les chrétiens eux-mêmes, et d’être véritablement un artisan de paix, dans un monde qui ne manque pas de boutefeux.

 

 

A l’Agneau

Un chant bien connu-et de circonstance, car « post-Pâque »*-revisité par mon « DJ » préféré :

Ce chant est du groupe « Exo ». Le mot vient du grec et signifie « Hors de ». « Exo » nous fait bien évidemment penser à « Exode ».

Un chant de circonstance, décidemment…

 

Note :

« A l’agneau »

Steve Thompson – Chris Christensen – Thierry Ostrini

© 2004 Exo JEM 725

 

Tous les anges louent sa sainteté.

L’univers crie sa majesté.

Chantons gloire et puissance,

Force et louange,

À l’Agneau, à l’Agneau immolé, À l’Agneau, à l’Agneau immolé.

Les ténèbres ont reculé

Devant l’œuvre de la croix,

Devant l’Agneau immolé

Et le sang versé pour moi.

De la vie qu’il a donnée

À la vie qui brûle en moi,

Tant d’amour et à jamais,

Ma reconnaissance au roi.

Pont

Vivant, vivant,

Puissant, puissant,

Vivant, Dieu vivant,

Puissant, tout puissant,

Dieu vivant, Dieu tout puissant,

Dieu vivant, Dieu tout puissant !