« Les Armes de la lumière » : Un film pour réfléchir à la position « pro-armes et pro-vie ».

« Les Armes de lumière » (2015), bande annonce officielle

« Vous confondez, sergent ! On ne soigne pas des blessures avec de la poudre…On les fait !… » (Les Tuniques Bleues, tome 15 : Rumberley de Lambil et Raoul Cauvin. Dupuis, 1979)

La Cour suprême des États-Unis, la plus haute juridiction américaine, a consacré le droit au port d’armes dans l’espace public, dans un arrêt rendu le 23/06, déclarant inconstitutionnelle une loi de l’État de New York conditionnant la possession d’armes à feu à la détention d’un permis, ce qui limitait ainsi le droit de porter une arme en public.

Dans ce contexte, il est bon de rappeler qu’en 2015, une petite-nièce de Walt Disney et un évangélique ont osé baisser la garde pour aborder ensemble les rapports entre évangéliques, armes à feu, peur et nécessité d’aller à la rencontre de l’autre. Une passionnante et stimulante interview croisée d’Alissa Wilkinson, datant du 22/06/22, à lire en français dans Christianity Today.

Le film The Armor of Light (« Les armes de la lumière ») a commencé à tourner dans les festivals au printemps 2015. Depuis lors, ce documentaire abordant le débat sur les armes à feu dans le contexte de l’évangélisme américain et du mouvement pro-vie n’a fait que gagner en pertinence. La réalisatrice Abigail Disney se décrit comme une « féministe pro-choix », mais elle a grandi dans le contexte politique conservateur de sa famille (oui, ces Disneys-là — Walt était son grand-oncle). Son intérêt pour la question est à la genèse du film.
Le film (qui tire son nom de Romains 13.12) suit le révérend Rob Schenck, plus connu pour son engagement intense en tant que militant pro-vie au début des années 1990. Au moment de participer à ce documentaire, Schenck était président de Faith and Action à Washington, D.C. et de la Evangelical Church Alliance. À la suite d’une fusillade de masse survenue non loin de chez lui, il a commencé à s’interroger sérieusement sur son point de vue sur la violence et la politique en matière d’armes à feu et sa relation avec sa position ferme sur l’avortement : est-il possible de se dire pro-vie en matière d’avortement et d’être en même temps pro-armes ?

Il rencontre alors Lucy McBath, une chrétienne dont le fils adolescent, Jordan Davis, a été abattu alors qu’il n’était pas armé. Ce cas a fait beaucoup de bruit dans les débats sur les lois protégeant les droits à l’autodéfense (« Stand Your Ground ») en Floride. Une amitié se développe entre eux, ce qui incite Schenck à entamer une série de conversations à travers le pays avec des leaders évangéliques, se demandant si être pro-armes et pro-vie sont des positions compatibles.

Le film donne matière à réflexion. Il est parfois inconfortable. [L’on ne peut] pas imaginer que quiconque, quelles que soient ses croyances, ne puisse le voir sans en retirer quelque chose à considérer sérieusement. Et bien que The Armor of Light soit indéniablement bien fait et convaincant, [le plus frappant] est son portrait incroyablement sensible et nuancé de Schenck et des autres évangéliques avec lesquels il interagit.
Alissa Wilkinson partage avoir eu le plaisir de s’entretenir avec Abigail Disney et Rob Schenck, qui restent ancrés dans leurs opinions politiques respectives (et opposées) — Disney est toujours une féministe pro-choix, et Schenck un évangélique pro-vie — mais dont l’amitié et le respect mutuel sont palpables même au téléphone. (Le texte de l’interview qui suit a été légèrement modifié pour plus de clarté.)


La genèse du projet
Christianity Today : Comment vous êtes-vous retrouvés tous les deux impliqués dans ce projet ?

Abigail Disney : J’avais entendu parler de la problématique des armes à feu depuis très longtemps et je me demandais quel serait le moyen d’amener les gens à en parler et à réfléchir à cette question — non d’une manière enflammée, mais dans un réel dialogue. L’idée était d’éveiller les consciences et d’apporter quelque chose d’une nouvelle contribution au débat. Tout ce que nous faisons, c’est tourner et retourner quatre ou cinq mêmes idées.

Les chrétiens évangéliques au sein du mouvement pro-vie ont généralement une vision du caractère sacré de la vie que je trouve magnifique. Même si je suis moi-même une féministe pro-choix, je soutiens la vie. Je me suis vraiment demandé comment cela pouvait coexister avec certains discours sur les armes à feu, qui sont si désinvoltes à l’égard non seulement des armes à feu, mais aussi dans le langage utilisé à propos du fait d’ôter la vie humaine ; à mes yeux c’est parfois un peu une culture à la Die Hard. Je ne comprends pas comment ces deux choses s’accordent, alors je suis allée chercher des gens avec qui parler de cela.
J’ai parlé à trois ou quatre autres personnes avant de rencontrer Rob. Rob m’a vraiment écoutée, et a vraiment entendu ce que j’avais à dire. De toute évidence, il était plus nuancé que moi. Une seule conversation a suffi pour susciter son attention. Il a reconnu qu’il y avait une incohérence, et que c’était important. Ainsi, à partir de cet échange, une conversation beaucoup plus large s’est engagée avec le film.

Rob Schenck : Je dois ajouter que ce n’était pas la toute première fois que je reconnaissais la contradiction entre les valeurs que tant d’évangéliques défendent sur le caractère sacré de la vie et la position qu’ils adoptent sur l’utilisation des armes à feu pour leur défense personnelle. Dans mon esprit, il y a une différence importante entre quelqu’un qui utilise une arme à feu pour la chasse ou le sport, et quelqu’un qui possède une arme et pense l’utiliser pour tuer ou mutiler un autre être humain. C’est une question éthique différente.
Cela m’avait donc traversé l’esprit. Dans le film, nous montrons une expérience avec une famille amish en Pennsylvanie qui avait soulevé des questions dans mon cœur et mon esprit, mais je n’y ai d’abord accordé aucune attention particulière. Je l’ai en quelque sorte compartimentée. La question des armes appartenait à un espace différent de celui de mes questions sur le caractère sacré de la vie humaine naissante.
C’est comme ça que j’ai vécu avec ça jusqu’à ce qu’Abby propose d’en faire un examen minutieux dans ce film. Cela m’a semblé très nécessaire et important à la fin de cette conversation, mais aussi très effrayant. Je connaissais l’univers de ceux qui composaient les associations que je présidais, et je les ai sondés, environ 100 000 personnes. 95 % d’entre eux s’alignaient sur la position de la NRA à propos des armes à feu et d’une interprétation sans restriction du 2e amendement à la Constitution.
Je savais que des personnes au sein de mon organisation me disaient de ne pas aborder le sujet, de ne pas y réfléchir. Il m’a donc fallu du temps, cinq ou six semaines, pour envisager cela, dans la prière et en mon for intérieur, avant de le prendre en considération à l’intérieur de mon organisation et à l’extérieur. Finalement, j’ai parlé à une personnalité chrétienne conservatrice importante qui m’a dit : « Si c’est vraiment votre conviction, vous devriez la rendre publique ».
C’est à partir de là que je me suis autorisé à prendre ce risque, et cela s’est effectivement avéré assez risqué. Pas de la façon dont je m’y attendais, mais il y a assurément eu des difficultés.


CT : Vous étiez inquiet de perdre des ressources et des membres de votre organisation, n’est-ce pas ?

RS : Exact. Et nous avons enregistré des pertes. Nous avons eu quelques donateurs importants qui ont dit qu’ils ne soutiendraient plus notre organisation ou moi. Mais en réalité, la perte qui me préoccupe le plus, ce sont les amitiés. J’entretiens certaines amitiés profondes de vingt ou trente ans, et j’ai perdu des amis à cause de cela. Pour moi, c’est le plus grand prix à payer.

Amitié et choix de la paix
CT : L’amitié occupe une place importante dans ce film ; les véritables progrès dans la vie sociale passent par l’amitié. Quelque chose vous a-t-il surpris à propos de l’amitié alors que vous travailliez sur ce sujet ?

RS : Tout d’abord, si vous m’aviez demandé il y a dix ans si j’aurais l’amitié que j’ai avec une féministe pro-choix et de gauche — une militante féministe très progressiste qui soutient de nombreuses organisations auxquelles je m’oppose depuis trente ans maintenant — je pense que j’aurais été ouvert à cette idée. Mais je n’aurais eu aucune idée de la façon dont cela aurait pu se produire. Je considère comme un précieux cadeau de Dieu le fait d’avoir une amitié avec Abby ; sur de nombreux sujets, cela m’apporte une perspective que je n’aurais pas eue autrement.

CT : Quel genre de perspectives ?

RS : Pour commencer, sur la question des armes à feu bien sûr. C’est une préoccupation éthique et morale primordiale pour moi et pour d’autres. C’est une grande question pour le mouvement évangélique et l’Église dans son ensemble, pour toute notre société. Je n’aurais pas sorti cela du secret de mon cœur sans la douce incitation d’Abby. C’est une conséquence de notre collaboration professionnelle et de notre amitié.
Par ailleurs, si vous m’aviez demandé il y a trois ans si je me souciais vraiment des femmes concernées par la question de l’avortement, j’aurais répondu oui. Mais cela aurait été théorique. En réalité, je ne m’en souciais pas, et c’est une prise de conscience très importante pour moi.
En discutant avec Abby, j’ai pris conscience d’un élément de l’équation que j’avais négligé : la personne que je décris comme la mère de l’enfant, la personne qui paie le plus lourd tribut à l’avortement, n’était pour moi qu’un facteur secondaire. C’était juste une forme de mépris. J’ai dû admettre moi-même que je n’avais pas pris en compte tous les paramètres du problème. Et c’est un autre cadeau d’Abby.
Mais la chose la plus importante que j’ai reçue d’Abby est probablement de changer mes stéréotypes sur les militants progressistes. J’ai toujours essayé de progresser en la matière, et je n’ai pas réussi moi-même, mais j’y suis presque grâce à mon amitié avec Abby. Je suis une personne plus intègre et plus fidèle à l’Évangile. Le Christ est resté attaché à la vérité, mais n’a pas non plus eu de mépris pour ceux qui l’entouraient. Je veux être plus semblable au Christ, et Abby m’y aide.


CT : Waouh. C’est génial.

AD : Oui, vraiment ! Je n’aurais jamais imaginé qu’une amitié puisse naître de cette façon.

Lire la suite de l’interview

Comment choisissent-ils d’accéder à l’éducation ? En prenant des risques…

Samuel, 13 ans, et ses deux frères..."sur le chemin de l'école"(un film de Pascal Plisson, 2013)

Samuel, 13 ans, et ses deux frères… »sur le chemin de l’école »(un film de Pascal Plisson, 2013)

Que faire, un mercredi pluvieux qui n’invite pas à rire ou à sourire, et qui plus est, durant la semaine de Soukkot ?

Cette fête biblique, dont nous avions parlé la semaine dernière, est la fête du souvenir et de la joie : souvenir de la précarité(et même de la vanité) de l’existence et de nos biens, souvenir de la fidélité de Dieu qui a d’ailleurs Lui-même partagé cette précarité(en habitant dans une tente-le Tabernacle-dans le désert, au milieu de Son peuple, et en s’incarnant cf Jean 1v14, Hébreux 4v15)pour nous permettre d’entrer dans la joie véritable. La joie véritable étant possible lorsque nous nous attachons aux choses durables et, surtout, lorsque le Seigneur est à Sa place « dans Son temple »(1 Cor.6v19), dans nos vies.

Dans ce contexte, et à l’heure où l’on peut apprendre que le moral des français est au plus bas**, il est toujours édifiant, pour ne pas dire « utile », de voir ou revoir le film documentaire « Sur le chemin de l’école » de Pascal Plisson(2013). Lequel nous invite à rechercher ce qui est durable, tout en nous permettant de relativiser quelque peu.

Car l’« on oublie trop souvent que l’école est une chance », ouvre le documentaire. « Dans certaines régions du monde, le chemin de l’école est un parcours du combattant et le savoir, une conquête. Chaque matin, parfois au péril de leur vie, des enfants héroïques s’engagent sur le chemin de la connaissance ». Voici, parmi d’autres, quatre enfants : « (ils) vivent aux quatre coins du globe mais partagent la même soif d’apprendre. Ils ont compris que seule l’instruction leur permettra d’améliorer leur vie, et c’est pour cela que chaque jour, dans des paysages incroyables, ils se lancent dans un périple à haut risque qui les conduira vers le savoir.
Jackson, 11 ans, vit au Kenya et parcourt matin et soir quinze kilomètres avec sa petite sœur au milieu de la savane et des animaux sauvages…
Zahira, 12 ans, habite dans les montagnes escarpées de l’Atlas marocain, et c’est une journée de marche exténuante qui l’attend pour rejoindre son internat avec ses deux amies…
Samuel, 13 ans, vit en Inde et chaque jour, les quatre kilomètres qu’il doit accomplir sont une épreuve parce qu’il n’a pas l’usage de ses jambes. Ses deux jeunes frères poussent pendant plus d’une heure son fauteuil roulant bricolé jusqu’à l’école…
C’est sur un cheval que Carlos, 11 ans, traverse les plaines de Patagonie sur plus de dix-huit kilomètres. Emmenant sa petite sœur avec lui, il accomplit cet exploit deux fois par jour, quel que soit le temps… »

Des enfants vivant dans la précarité, mais pourtant toujours souriants, reconnaissants, estimant que le chemin vers une éducation digne de ce nom est une belle aventure et qu’il vaut la peine d’y investir quelques années de leur précieuse vie.

Mention spéciale à Samuel, 13 ans, qui nous donne une leçon de vie et le sens de la véritable richesse : « l’on vient au monde sans rien », et l’on repart de la même façon de ce monde, constate-t-il.  Or, l’un de ses camarades a été retiré de l’école par ses parents, « qui sont riches ». Alors que lui, Samuel, bien que pauvre et handicapé des jambes, y va (à l’école), pour devenir médecin plus tard, afin de soigner « les autres enfants comme lui. »

 

En bref :

« Sur le chemin de l’école », un film de Pascal Plisson (France, 2013)

A partir de 7 ans.

Lauréat César 2014 du meilleur film documentaire

La bande annonce :

Et la chanson du film :

 

Notes :

* Voir ces critiques du film sur critikat, La Croix, Les Cahiers pédagogiques.

**Voir aussi http://www.20minutes.fr/economie/1458583-20141013-france-vraiment-depressive

 

« Notre regard sur…notre propre regard » !

trois singes enfants

Comment réveiller en nous une acuité perdue dans la banalité du quotidien ? (Source image : public domain pictures)

« Jésus l’ayant regardé, l’aima… »(Marc 10v21)

Que regardons-nous ?

Comment regardons-nous ?

Sommes-nous aveugles (ou insensibles) de tant voir notre planète ou nos semblables ?
Pour mieux répondre à cette question, voici un petit test :

Visionnons « L’île aux fleurs », court métrage documentaire brésilien réalisé par Jorge Furtado, sorti en 1989 et d’une durée exacte de 12 minutes 36 secondes : soit le temps durant lequel nous suivons le parcours d’une tomate, depuis sa production dans la plantation de M. Suzuki, jusqu’à son point d’arrivée, « l’île aux Fleurs »…

Entre temps, nous aurons eu les réponses aux questions suivantes :

 

Tomates par Vera Kratochvil

Tomates par Vera Kratochvil

Qu’est-ce qu’une tomate ?

Qu’est-ce qu’un être humain ?

Qu’est-ce que l’argent ?

Qu’est-ce qui est bon ou mauvais ?

Qu’est-ce que la liberté ?….

Et, surtout, que venons-nous de voir ? Quel est le message véhiculé ?

« L’île aux fleurs » a obtenu les récompenses suivantes :
• Meilleur court-métrage, Meilleur montage, Meilleur scénario et Prix de la critique et du public au Festival de Gramado, 1989
• Ours d’argent au Festival de Berlin, 1990 – Prix de la critique et du public au – Festival de Clermont-Ferrand, 1991
• Prix du public de la compétition « No Budget » au Festival de Hambourg, 1991.
Il est disponible sur le DVD anniversaire des 25 ans du « Festival de courts métrages de Clermont-Ferrand », édité par le magazine Repérages et visible ici ou .

Avant toutes choses, prenez le temps de regarder attentivement ce film. Réfléchissez à ce que vous venez de regarder. Et n’hésitez pas à laisser vos réflexions, réactions et commentaires.
Enfin et seulement enfin, vous pourrez lire cette analyse disponible ici.

Bonne vision et bonne réflexion !

[Initialement publié le 23/04/2013 et mis à jour pour l’occasion]