« Le savant et son cocher », précédé du « tireur d’élite » ou « Deux histoires, sinon rien », pour parler autre chose que du Coronavirus

Albert Einstein, tirant la langue à celui qui lui tire le portrait…(photo prise sur le vif par Arthur Sasse de l’United Press International, le 14 mars 1951)

Ionesco nous livrait son « journal en miettes » – racontant, non pas chaque jour ce qui arrive, mais chaque jour ce qui n’arrive pas – et Kierkegaard ses « miettes philosophiques », avec cette problématique : « la vérité peut-elle s’apprendre ? »

Mon camarade et confrère blogueur, Eric Lemaître, nous partage, quant à lui, sa propre réflexion sur notre « monde mis en pièces », à mille lieux du pessimisme des « jeux de massacre » de Ionesco, et se référant à Esaïe 26v20, texte biblique que le grand rabbin M. Haïm Korsia nous invite à méditer : « Va, mon peuple, rentre chez toi et ferme sur toi les deux battants. Cache-toi un instant, le temps que passe la colère. »

Pour ma part, vous me pardonnerez, je l’espère, ce choix éditorial de vous donner autre chose à lire que le coronavirus, pour le week-end. Et comme l’on m’a souvent demandé pourquoi je ne publiai pas souvent des « blagues » sur le blogue, en voici, non une, mais deux :

« Sur un mur, il y a des trous faits par des projectiles parfaitement tirés au centre de petits cercles. Un tireur d’élite, de passage, est surpris et demande qui est capable d’une telle précision. On lui dit que c’est un enfant borgne qui les fait. Le tireur va le féliciter et lui demande qui lui a appris à si bien viser.

Personne, répond l’enfant. D’abord, je tire sur le mur et puis je dessine les cercles ».

En voici une autre :

« Il y a très longtemps, un savant, spécialiste d’un sujet, qu’il est inutile de préciser, est recherché et invité dans un grand nombre de beaux endroits. Partout, l’accueil est enthousiaste. Un jour, son cocher lui demande une faveur : échanger une seule fois leurs vêtements et leurs rôles, pour ressentir lui aussi ce que veut dire être acclamé. Le savant a le sens de l’humour et accepte, imaginant ce qui se passera pour le cocher une fois sur scène.

Arrivés là où ils sont attendus, le public applaudit le chauffeur vêtu avec élégance. On l’accompagne sur scène avec les honneurs qui lui sont dus. Dans un coin de la salle, le savant habillé en cocher savoure à l’avance la suite.

Celui qui est chargé de mener le débat adresse au cocher une première question, compliquée, spécifique et de nature controversée. Le cocher réagit avec un air contrarié, puis fâché. Il répond qu’il s’attendait à des questions bien plus ardues, alors que, pour une affaire aussi élémentaire, il suffit d’appeler son cocher au fond de la salle pour avoir la réponse. »

Histoires tirées de « Le Tour de l’oie », d’Erri de Luca. Gallimard, 2019 (Du monde entier), pp 156-158

Une réflexion sur “« Le savant et son cocher », précédé du « tireur d’élite » ou « Deux histoires, sinon rien », pour parler autre chose que du Coronavirus

  1. J’ai aimé tes petites blagues cela change de la solennité de mes articles, et ou dans une période un peu morbide sourire n’est pas interdit et sourire ce n’est pas être insouciant, c’est un même signe d’espérance… et de joie intérieure, mais ça nous le savons….;

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s