Week-end « Discipleshift » à Paris : entretien avec Raphaël Anzenberger sur la « transition ecclésiologique »

C’est une première en France : Une rencontre francophone « discipleshift » aura lieu les 25 et 26 novembre 2022 à Paris ! Raphaël Anzenberger, l’un des organisateurs, a bien voulu se prêter au jeu des questions-réponses pour nous en dire plus : qu’il en soit remercié !

Bonjour Raphaël Anzenberger, peux-tu te présenter ?

Je suis Alsacien, et j’habite à Montréal ! Je dirige l’Union des Eglises Baptistes Francophones du Canada. Je suis également enseignant-chercheur en missiologie.

Caroline Bretones, Pasteure au temple du Marais, Paris [que je remercie], m’a parlé d’un prochain événement auquel elle est associée et qu’elle estime intéressant pour les églises. Il s’agit d’une rencontre francophone autour du « discipulat », qui sera organisée sur deux jours à Paris, à l’Espace Charenton (25 et 26 novembre prochains), par Exponential Europe.

Qu’est-ce que « Exponential » ? Quel est son but et pourquoi ce nom ?

Nous définissons Exponential comme une « communauté de praticiens préoccupés par la question de multiplication ». Il y a plusieurs occurrences du mot « multiplier » dans le livre des Actes. On y voit que l’évangile se multiplie (Ac 6v7, 12v24), les disciples se multiplient (Ac 6v1, 6v7), et les églises se multiplient (Ac 9v31). C’est notre préoccupation ! Exponential est un mouvement international avec des rencontres en Amérique (Exponential.org) et en Europe (Exponential.eu).

Qu’est-ce qui a conduit à l’organisation de la rencontre des 25 et 26 novembre prochains, à Paris ?

Tous les deux ans, nous organisons une rencontre Européenne francophone sur un sujet. C’est la première cette année de ce cycle de deux ans. Les autres années, nous organisons des rencontres par ville.

Quel est ton rôle, dans cette rencontre ?

Je suis l’un des organisateurs du côté Français et Québécois. J’animerai la table ronde du Samedi matin avec Anne-France de Boissière d’Alpha France, et un atelier sur la formation de disciples dans un monde sécularisé l’après-midi.

Que peux-tu nous dire quant à son esprit et son but, ainsi que le public visé ?

Nous aurons deux jours de travaux. Le 25, la journée sera consacrée à la réflexion sur les modèles de transition vers des paroisses qui favorisent la formation et la multiplication d’églises. Sous format de communauté d’apprentissage, 300 pasteurs et responsables d’œuvres échangeront, débattront et proposerons des modèles propres au terreau francophone Européen.

Le 26, nous attendons 900 participants pour réfléchir autour du thème de la formation de disciples : qu’est qu’un disciple, comment former des disciples, qui forme qui, quels types d’églises favorisent la formation de disciples. Il y aura 17 ateliers, 4 tables rondes, des études bibliques, un village d’experts et des livres offerts !

Qu’est-ce qui a motivé le choix des intervenants, durant ce week-end ?

A Exponential, nous voulons mettre en avant les meilleures pratiques sur le sujet en puisant dans l’expérience des collègues, qu’ils soient protestants, évangéliques ou catholiques. C’est ainsi que vous trouverez des responsables de différents milieux qui partagent tous la préoccupation de l’annonce de l’évangile. Ce que Sébastien Fath appelle « l’œcuménisme kerygmatique » [de « Kerygme », ou « l’annonce première » selon 1 Corinthiens 15v3-4. NDLR]. Ce sont des hommes, des femmes, des prêtres, des pasteurs, des laïcs, bref une pluralité d’intervenants qui reflètent la pluralité de l’Eglise !

Par exemple, qui pourra-t-on croiser, parmi les intervenants, lors de cette rencontre ?

On est encore en train de confirmer mais sont déjà assurés: Caroline Bretonnes, Anne-France de Boissière, Daniel Liechti, Eric Zander, Christian Kuhn, Mario St Pierre, David Nolent, Alain Stamp, Grégori Reyes pour les plus connus du circuit..  

Il sera question de « DiscipleShift » : de quoi s’agit-il exactement ?

DisciplesShift est un jeu de mot anglais qui parle de « shift », c’est-à-dire de transition, dans la façon de concevoir la formation de disciples. L’expérience montre que la catéchèse, ou l’enseignement didactique dans nos paroisses, n’aboutissent pas forcément à la formation de disciples de Jésus. Les raisons sont multiples et beaucoup y voient une conséquence du manque d’engagement missionnaire de l’église dans le monde. Il nous faut un « shift » dans notre manière de s’y prendre !

Après « la transition écologique », voici maintenant « la transition ecclésiologique » : pourquoi ce choix d’angle, pour une rencontre sur le discipulat ?

Parce que nos structures ecclésiastiques ne sont pas neutres. Elles racontent une histoire. Dans certaines traditions historiques, la formation de disciples est systémique, le plus souvent au travers du schéma baptême, catéchèse, confirmation/communion. Dans d’autres traditions, la formation de disciples relève du mandat pastoral. Dans d’autres encore, chaque disciple est appelé à former d’autres disciples. Nous partons du principe qu’une bonne transition ecclésiologique vise à faire converger ces trois approches : systémique, pastorale et de chaque membre. C’est à la rencontre de ces trois réalités que nous voyons une formation de disciples féconde.

En quoi le programme peut-il être intéressant pour les églises ? Pourquoi s’inscrire ?

Ce programme de deux jours s’adresse en particulier aux collègues pasteurs, responsables de ministères ou d’œuvres, qui souhaitent échanger et partager sur le sujet. Nous ne prétendons pas avoir réponse à tout. Mais nous croyons que dans l’échange des meilleurs pratiques, dans la richesse et le respect de nos différentes traditions ecclésiales, s’opère la dynamique apostolique que nous recherchons tous. Si vous avez à cœur que tout l’évangile soit proclamé par l’Eglise au monde entier, ce rendez-vous est pour vous !

En mai 2020, tu participais à la troisième édition du séminaire « L’Eglise qui croît », organisé via zoom par les Attestants, sous l’angle de ce qui va, peut ou doit « Mourir, survivre ou vivre », avec Anne-France de Boissière, et bien d’autres. Aujourd’hui, ton engagement pour une rencontre axée « discipulat » et « transition » : est-ce « un hasard » ? Ou alors « un hasard avec un grand D » ?

Nous en parlions justement avec les amis à l’époque ! L’idée est d’aller plus loin dans une mise en pratique de nos réflexions. Je suis heureux de voir que deux ans après, nous sommes au rendez-vous Divin !

Le dernier mot est pour toi !

Je crois que c’est la première fois que nous voyons une telle mobilisation œcuménique autour de la question de la formation de disciples. C’est une première en France en tout cas. Le Saint Esprit nous invite à aller plus loin ensemble. Je veux le rejoindre dans sa mission. C’est ma préoccupation, et celle de beaucoup de ceux qui nous lisent aujourd’hui. Alors rejoignez le mouvement ! 

Merci, Raphaël !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s