« Ces haillons, c’est ma vie » : histoire du roi et du manant

« Ces haillons, c’est ma vie », répondit le mendiant, qui avait pourtant reçu un habit neuf de la part du roi….(Source image : public domain pictures)

Il était une fois un jeune manant qui vivait dans une cabane au pied du château d’un roi. Il mendiait chaque jour sa nourriture. A cause d’une infirmité de naissance il ne trouvait pas de travail. il était vêtu de vieux haillons.

Un jour, il apprit que le roi invitait toute la population à un grand festin. Quelle aubaine ! Cependant, il y avait un hic : il fallait avoir un habit présentable. Après un bref instant de tristesse, il eut une idée. Prenant courage, il alla au château demander une entrevue avec le roi. Celui-ci l’accepta avec un sourire avenant. Le manant lui fit part de son problème, et reçu un bel habit tout neuf qui, selon le roi, avait la vertu de donner l’éternité à celui qui le portait.

Le jour du festin arriva. Notre jeune manant vint à la table pour se servir. Comme il avait gardé ses haillons sous le bras, il n’arrivait pas à bien se servir. Il mangea donc très peu !

Le temps passa, et les gens s’habituèrent à voir le manant vêtu richement, un vieil habit sous le bras. Etant avancé en âge, le pauvre homme tomba malade. On appela le roi qui l’aimait bien. Il se déplaça jusqu’à la cabane et s’assit au chevet du malade. Il vit les vieilles loques que le manant gardait précieusement contre lui. Il en fut tout ému.

-Pourquoi, mon ami, pourquoi n’as-tu pas jeté ton vieil habit ? N’es-tu pas satisfait avec l’habit que je t’ai donné ?

-Sire, je vous suis reconnaissant pour l’habit neuf, mais voyez-vous, ces haillons, c’est ma vie….

 

Cette histoire nous rappelle celle de l’aveugle Bartimée, que Jésus a guéri près de Jéricho. « Rejetant son manteau », cet homme s’est levé d’un bond à l’appel du Seigneur pour venir à Lui (Marc 10v50) ! En effet, pourquoi garder notre ancienne vie, alors que nous en avons reçu une nouvelle [la vraie] de la part du Roi des rois ?

(Tirée – avec aimable autorisation de l’auteur – de « Le Roi et le Manant ». 10/04 IN Fillatre, Louis-Michel. Une année de grâce. Edition Diffusion du Cèdre, 2016, p 124)

 

« Autrefois et maintenant » : Éphésiens 4v17-5v1-9

« Autrefois, vous étiez ténèbres ; maintenant vous êtes lumière dans le Seigneur. Vivez en enfants de lumière… »

Voici donc ce que je dis et atteste dans le Seigneur : ne vivez plus comme vivent les païens que leur intelligence conduit au néant. Leur pensée est la proie des ténèbres, et ils sont étrangers à la vie de Dieu, à cause de l’ignorance qu’entraîne chez eux l’endurcissement de leur cœur. Dans leur inconscience, ils se sont livrés à la débauche, au point de s’adonner à une impureté effrénée.

Pour vous, ce n’est pas ainsi que vous avez appris le Christ, si du moins c’est bien de lui que vous avez entendu parler, si c’est lui qui vous a été enseigné, conformément à la vérité qui est en Jésus : il vous faut, renonçant à votre existence passée, vous dépouiller du vieil homme qui se corrompt sous l’effet des convoitises trompeuses ; il vous faut être renouvelés par la transformation spirituelle de votre intelligence et revêtir l’homme nouveau, créé selon Dieu dans la justice et la sainteté qui viennent de la vérité.

Vous voilà donc débarrassés du mensonge : que chacun dise la vérité à son prochain, car nous sommes membres les uns des autres.

Êtes-vous en colère ? ne péchez pas ; que le soleil ne se couche pas sur votre ressentiment. Ne donnez aucune prise au diable.

Celui qui volait, qu’il cesse de voler ; qu’il prenne plutôt la peine de travailler honnêtement de ses mains, afin d’avoir de quoi partager avec celui qui est dans le besoin.

Aucune parole pernicieuse ne doit sortir de vos lèvres, mais, s’il en est besoin, quelque parole bonne, capable d’édifier et d’apporter une grâce à ceux qui l’entendent.

N’attristez pas le Saint Esprit, dont Dieu vous a marqués comme d’un sceau pour le jour de la délivrance.

Amertume, irritation, colère, éclats de voix, injures, tout cela doit disparaître de chez vous, comme toute espèce de méchanceté.

Soyez bons les uns pour les autres, ayez du cœur ; pardonnez-vous mutuellement, comme Dieu vous a pardonné en Christ. (Eph.4v17-32)

Imitez Dieu, puisque vous êtes des enfants qu’il aime ; vivez dans l’amour, comme le Christ nous a aimés et s’est livré lui-même à Dieu pour nous, en offrande et victime, comme un parfum d’agréable odeur. De débauche, d’impureté, quelle qu’elle soit, de cupidité, il ne doit même pas être question parmi vous ; cela va de soi pour des saints. Pas de propos grossiers, stupides ou scabreux : c’est inconvenant ; adonnez-vous plutôt à l’action de grâce. Car, sachez-le bien, le débauché, l’impur, l’accapareur – cet idolâtre – sont exclus de l’héritage dans le Royaume du Christ et de Dieu.

Que personne ne vous dupe par de spécieuses raisons : c’est bien tout cela qui attire la colère de Dieu sur les rebelles.

Ne soyez donc pas leurs complices.

Autrefois, vous étiez ténèbres ; maintenant vous êtes lumière dans le Seigneur. Vivez en enfants de lumière. Et le fruit de la lumière s’appelle : bonté, justice, vérité. (Eph.5v1-9. TOB)

 

Après votre lecture et méditation personnelle de ce texte, vous pouvez aussi écouter cette prédication : « vivre l’esprit de la communauté » (Eph.4v25-5v2)

« Le changement, c’est maintenant ! »….dit la Bible

"Le changement" ? " Yes, we can", dit la Bible ! Et "c'est maintenant !"

« Le changement » ?  » Yes, we can », dit la Bible ! Et « c’est maintenant ! »

Est-il possible de changer ?

Vaste question ! Mais la Bible répond sans hésiter : « oui ». « Yes, we can », en Jésus-Christ. « Le changement, c’est (même) maintenant » !

Mais qu’est-ce qui change ? Qu’est-ce qui a changé pour vous, qui êtes peut-être chrétien et connaissez le Christ comme votre Sauveur et Seigneur personnel ?

En quoi Dieu nous transforme-t-il ? Qu’est-ce que « devenir chrétien » ?

Le changement s’opère-t-il au niveau de nos pensées ? Pour « penser juste » ?

Est-ce au niveau de nos émotions ? Pour « ressentir juste » ?

Est-ce au niveau de nos actions, de notre éthique ? Pour « agir juste » ?

Aucun des trois !

La réponse, dans cette prédication d’Olivier Keshavjee, « animateur paroissial » suisse, sur Ephésiens 4v17-24 : « vivre une vie nouvelle ».

Bonne écoute et bon week-end !