Etre délivré du sentiment « de l’étrangeté de l’étranger » ou « l’Eglise doit être un lieu transgressif »

« Je viens vers toi les mains ouvertes, pour te montrer que je n’ai rien de dangereux, ni d’intentions malveillantes à ton égard… »

Voici une prédication particulièrement audacieuse du pasteur Gilles Boucomont, le dimanche 20/08/17, au temple de Belleville (Paris).

Les passages lues en introduction étaient Esaïe 56v1, 6-7 et Matthieu 15v21-28.

Deux textes qui nous parlent des étrangers. « Le problème est l’étranger mais le problème est que, selon la Bible, nous sommes tous des étrangers »….Justement, comment Jésus, « 100 % Dieu » mais aussi « 100 % homme »(1), « vraiment juif », a-t-il répondu à une demande d’une étrangère, une syro-phénicienne…..?

La suite à écouter ici [Voir tout en bas de la liste et choisir 2017-08-20 – Gilles.mp3].

Bonne écoute !

 

 

 

 

Note : 

(1) ….à part le péché, nous rappelle Hébr.4v15.

 

Publicités

« Il dressa sa face résolument… »

Méditation reçue lors du culte de dimanche dernier.

Lecture de Luc 9v51-56

« Lorsque le temps où il devait être enlevé du monde approcha », nous dit le texte, Jésus prend la ferme résolution(littéralement, il « dressa sa face résolument », « comme un caillou » cf Es.50v7)d’aller à Jérusalem, sachant ce qui l’y attend(Luc 9v44 ; 18v31-33). Car Jérusalem est « la ville qui tue les prophètes et qui lapide ceux qui lui sont envoyés »(Matt.23v37).

Il envoya devant lui des messagers qui entrèrent dans un village de Samaritains pour lui préparer un logement. Mais on ne le reçut pas, « parce que sa face était tournée vers Jérusalem »(Luc 9v53-Darby). Il y a en effet inimitié entre les Juifs et les Samaritains. La réponse de Jésus à ce rejet, comme à la réaction spontanée de Jacques et Jean(v54)-« les fils du Tonnerre »- est remarquable : « Le Fils de l’homme est venu, non pour perdre les âmes des hommes, mais pour les sauver »(Luc 9v56). Il montre par là que les hommes ne sont pas l’ennemi, et que sa lutte(comme la nôtre)n’est pas contre « la chair et le sang »(cf Eph.6v12). Jésus, Sauveur et Seigneur, n’est pas « un mou », mais Il est tout à la fois « l’agneau immolé » et « le lion de Judas »(cf Es.53v7 ; Jean 1v29, 36 ; Apoc.5v5-6). Il est déterminé, résolu, contre le péché et les puissances des ténèbres. « Il est venu pour détruire les oeuvres du diable »(1 Jean 3v8). Mais Il est aussi venu, non pour être servi, mais pour servir et donner sa vie pour nous sauver(cf Marc 10v45 ; Luc 19v10 ; Jean 10v14-18)

De même, nous aussi, chrétiens(« petits Christ »), soyons déterminés de cette détermination-là : soyons « agneaux » avec les hommes pour leur manifester l’amour et la grâce de Dieu. Et soyons « lions », déterminés à lutter, non contre « la chair et le sang », mais « contre les dominations, les esprits méchants… »(Eph.6v12). Souvenons-nous aussi, sans nous en étonner, que nous servons un Maître actuellement rejeté dans ce monde(Luc 19v11-14). Ne maudissons donc pas. Et proclamons que « Le Fils de l’homme est venu, non pour perdre les âmes des hommes, mais pour les sauver ». Et ce, en donnant Sa vie.

(U)chroni(qu)es métaphysiques

Si Nicolas Sarkozy n’avait pas existé, la démocratie existerait-elle encore ? (« Piqué » dans Le Tigre magazine-« curieux magazine curieux »-de Décembre-janvier 2014, numéro 036-037)

« Non, selon Henri Guaino : « sachez que s’il n’avait pas été là, il n’y aurait plus de démocratie en France, plus de démocratie en Europe et plus de démocratie dans le monde », a-t-il déclaré sur BFM TV, le 24 novembre 2013. C’est en réalité difficile à vérifier. Henri Guaino* voulant dire par là qu’un autre président de la république, par exemple Ségolène Royal, François Bayrou ou Hollande, ou qui vous voulez, aurait été incapable de faire face à la révolte qui n’aurait pas manqué de le submerger à cause de la crise de 2008. Quelle révolte, demandez-vous ? Celle qui aurait eu lieu si Nicolas Sarkozy n’avait pas été là. Comme tous les exercices d’uchronie**, celle d’Henri Guaino nous plonge dans les abîmes métaphysiques. »

Un « sauveur » ! Et nous ne le savions pas !

Plus sérieusement, la Bible raconte l’histoire d’« une petite ville, et peu d’hommes dedans ; et un grand roi vint contre elle, et l’investit(…)or il s’y trouva un homme pauvre et sage, qui délivra la ville par sa sagesse; mais personne ne se souvint de cet homme pauvre ».(Eccl.9v13-18)***

Plus récemment encore, une parabole moderne(illustrée dans le court métrage tchéco-américain « Most-un train vers le ciel »****) raconte l’histoire des passagers d’un train, qui ont tous eu la vie sauve grâce à un enfant. Ils ne l’ont jamais su…sauf celle, pour qui le fait de le savoir a changé la vie.

Plus important encore, Jésus-Christ est mort pour toi. Le sais-tu ?
Mais qu’est-ce que cela change de le savoir ?

Cela change beaucoup et durablement. Pour la vie.

 

Jean 3v16(le verset qui résumerait toute la Bible et qui est le sujet de « Most ») : « Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. »

 

Eph.2v1-10 : « Vous étiez morts par vos offenses et par vos péchés, dans lesquels vous marchiez autrefois, selon le train de ce monde(…)
Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés, nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ(…)Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu.
Ce n’est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie.Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus Christ pour de bonnes oeuvres, que Dieu a préparées d’avance, afin que nous les pratiquions ».

 
Rom.5v8 : « Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous ».

 
2 Cor.5v14 : « Il est mort pour tous, afin que ceux qui vivent ne vivent plus pour eux-mêmes, mais pour celui qui est mort et ressuscité pour eux ».

 

 

 

Notes :

* Henri Guaino : wikipédia précise qu’il s’agit d’un « haut fonctionnaire et homme politique français. Économiste au Crédit lyonnais (1982-1986) et chargé de cours à l’ESCP Europe et à l’École normale supérieure de Saint-Cloud (1984-1987), il devient chargé de mission à la direction du Trésor au ministère des Finances et adjoint au secrétaire général du Club de Paris (1987-1988), puis maître de conférences à l’IEP de Paris (1988-2003) et conseiller-maître à la Cour des comptes depuis septembre 20062. Conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, président de la République française, du 16 mai 2007 au 15 mai 2012, il est l’auteur de ses principaux discours[dont celui de Dakar] pendant tout le quinquennat. Il devient ensuite député de la 3e circonscription des Yvelines ».

** « Uchronie » : néologisme formé par le philosophe Charles RENOUVIER en 1857 et illustré dans son ouvrage révisé en 1876. Le terme « Uchronie » ou « l’utopie dans l’Histoire »n est forgé sur le modèle d’« utopie », pour désigner l’histoire recommencée, celle qui s’exprime en général par « Et si … ? »

*** Idée que l’on retrouve dans « L’Homme qui tua Liberty Valence », de John Ford(1962, USA), avec James Stewart, John Wayne, Lee Marvin, Vera Miles.

**** « Most. Un train vers le ciel »(2003)tchéco-américain
Réal.  Bobby Garabedian
Avec Vladimir Javorsky, Ladislav Ondrej, Linda Rybova, Klara Issova, Ester Geisslerova
Durée : 33 min VOST(Tchèque, sous titré en Français).
Ed dvd Sephora, 2012

Most est un mot tchèque qui signifie « Le pont », et aussi le titre de ce court métrage racontant l’histoire d’un père aimant, de son jeune fils, et du jour fatidique où ils tentent d’éviter un désastre ferroviaire. Les centaines de passagers à bord du train arrivant à pleines vapeurs ne réalisent pas le danger auquel ils s’exposent à l’approche d’un pont-levis en position verticale. Alors qu’une jeune femme désespérée est témoin d’un acte de courage au-delà de toute imagination, sa vie est changée à jamais. A la fois déchirant et touchant, Most retrace une histoire de sacrifice, de pardon et d’espérance. Film inspiré de Jean 3.16  (http://www.maisonbible.net/sep3589/un-train-vers-le-ciel-most-2003-dvd-sous-titre-francais-et-hollandais ; http://librairie-7ici.com/dvd-film/3270-dvd-most-un-train-vers-le-ciel.html )

Stupéfiant d’émotion. Et désarçonnant dans sa façon de raconter une histoire, avec beaucoup de non-dits, de suggestions. Un film qui fait à la fois appel à l’intelligence et au coeur des personnes.
Bande annonce officielle : http://www.topchretien.com/toptv/view/18463/un-train-vers-le-ciel-most-bande-annonce-officielle.html

Regardable ici.

« Pour vivre esclave, il faut posséder »*

« …la soif de posséder, qui est une idolâtrie. »(Col. 3v5 )

Esclave : qui est sous la puissance absolue d’un maître qui l’a rendu captif ou qui l’a acheté. Et qui donc le possède(cf Rom.6v16).

Aujourd’hui, « pour vivre esclave », il « faut » posséder. Quoi donc ? N’importe quoi. Pourvu que nous soyons persuadés d’être « satisfait », « épanoui », « important », si nous possédons cette « chose » ou ce « n’importe quoi » comme les autres, ou avant les autres.
Mais ce que nous croyons posséder, devenu le centre de nos vies, finit par nous posséder.
C’est ce qui s’appelle « se faire posséder »**.

Patrick McGrath Muñiz "The Escape Plan" ou "Le Plan d'évacuation" (2013)  Huile sur toile 24" x 36"

Patrick McGrath Muñiz
« The Escape Plan » ou « Le Plan d’évacuation » (2013)
Huile sur toile 24″ x 36″

C’est ce qui s’appelle aussi le consumérisme : « une idole ignorée(…)lié à la poursuite du bonheur et de la satisfaction(…)fondé sur le principe de la transformation d’une convoitise en besoin, d’un besoin en nécessité et d’une nécessité en dû », selon Mike Evans. Lequel rappelle qu’« aux États-Unis, le coup d’envoi des achats de Noël est traditionnellement donné le lendemain de Thanksgiving », jour fixé dans les années 40 par
le président Roosevelt « au 4ème jeudi de novembre afin d’étendre la période des achats de Noël, ce qui illustre clairement la subordination d’une fête importante à l’idole de la consommation. Á cette occasion, les grandes marques américaines proposent des rabais importants qui provoquent d’impressionnantes marées humaines dans les magasins(…)
En 2008, 2000 acheteurs n’ont pas su attendre l’ouverture de l’un des grands temples de la distribution. Animés d’une agressivité quasi animale, ils ont détruit les portes du magasin et, dans l’émeute qui a suivi,
quatre personnes ont perdu la vie et de nombreuses autres personnes ont été blessées. Tout cela pour économiser 100$ sur une tablette ! »

Pour mémoire, même s’il n’est en réalité que « bien peu probable » que cela se soit passé un « 25 décembre », Noël est censé fêter ou célébrer la venue du Sauveur dans ce monde. Du Messie, venu « pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres » ; envoyé « pour guérir ceux qui ont le coeur brisé,
Pour proclamer aux captifs la délivrance, Et aux aveugles le recouvrement de la vue, Pour renvoyer libres les opprimés, Pour publier une année de grâce du Seigneur »(Luc 4v18-19).

Comment alors privilégier une célébration de « Noël » qui ne sera pas « idolâtre » ?

En rappelant « l’esprit du message de Noël », qui pourrait se résumer à ce verset : « Car vous connaissez la grâce de notre Seigneur Jésus Christ, qui pour vous s’est fait pauvre, de riche qu’il était, afin que par sa pauvreté vous fussiez enrichis »(2 Cor.8v9).

Face à la sagesse de ce monde, recherchons la sagesse de Dieu, notamment à travers le livre des Proverbes, « un mini-guide pour la vie », et apprenons de la grâce de Dieu qui nous « enseigne à vivre sagement, justement et pieusement »(Tite 2v12).

D’autres exemples de « Noël qui a du goût » peuvent se découvrir ici et là(idée des « Christingles »). Vous pouvez aussi organiser, pour Noël, un « banquet mondial »(dont nous avons déjà parlé ici et que nous avons testé sur notre groupe d’ados de l’église, hier, avec d’autres moniteurs)

Notes :

* »Piqué » dans le courrier des lecteurs du dernier numéro de décembre-janvier de « La Décroissance »

** Voir « La Classe ouvrière va au paradis » d’Elio Pétri(1971)

L’histoire de Lulù, ouvrier modèle, dont « la seule ambition dans l’existence est de gagner suffisamment de miettes pour pouvoir, le soir, rentrer chez lui regarder la télévision et acheter, le week-end, les gadgets inutiles qu’il y aura vus vantés par la publicité ».

Un Poisson dans le Net : « nettement » au service de l’évangile

Il y a beaucoup de poissons dans la Bible.
Le plus connu est sans doute celui* qui a avalé le prophète Jonas** et l’a gardé trois jours avant de le « vomir » sur la terre ferme. Un récit dont l’authenticité et l’historicité ont été attesté par Jésus Lui-même et dont le principal protagoniste-Jonas-est « un signe », « le seul miracle » qui a été donné à sa génération. De même, Jésus est le seul signe donné à sa génération, cette génération qu’Il appelle « méchante et adultère », elle-même friande de miracle(cf 1 Cor.1v22). « Car de même que Jonas fut trois jours et trois nuits dans le ventre d’un grand poisson, de même le Fils de l’homme sera trois jours et trois nuits dans le sein de la terre ».(Matt.12v39-41 et Luc 11v29-32)

En grec, « poisson » se dit « ikhthús » (« ichtus ») : un terme adopté comme symbole par les chrétiens persécutés(Ier siècle-IVe siècle), puisqu’il parle de Christ par acrostiche ou acronyme : on retrouve en effet dans ce mot les initiales de « Iêsous Christos Theou Uios Sôtêr »(« Jésus-Christ, Fils de Dieu, Sauveur »)

L’image ou le nom « ikhthús » (« ichtus ») se trouvait fréquemment sur les murs des catacombes, nous apprend le Nouveau dictionnaire biblique « Emmaüs ».

Aujourd’hui, on trouve un poisson dans le net, qui est aussi le nom d’un site chrétien francophone de ressources évangéliques-l’un des premiers du genre, ouvert le 1er mars 1996 :

Un poisson dans le net : un site au service de l’évangile
Animé par une équipe de chrétiens évangéliques de la Fédération Évangélique de France, parrainé par les éditions CLÉ, Il est composé d’un blog(contenu proposé : Étude biblique, Événement chrétien, Livre chrétien, Méditation biblique, Réflexion, Site chrétien) et d’un site web classique. Celui-ci s’explore par thèmes à l’aide du « méga-nuage de mots-clés » !
Il est possible de s’abonner par courriel aux nouveautés parues sur le site.
Depuis, « petit poisson » est devenu grand, et propose actuellement un éventail très complet et édifiant de ressources en ligne et des centaines de documents !
Ainsi, on relève ses :
1)Faire découvrir :
-l’évangile : pour ceux qui ne le connaissent pas encore. Et pour les chrétiens désireux de trouver des ressources pertinentes sur lesquelles s’appuyer pour en parler le mieux autour d’eux : des études, des guides de découverte, des ouvrages en texte intégral dans lesquels puiser de l’inspiration.
– Études/découvertes de la Bible : foire aux questions … des chrétiens vous répondent (12 thèmes), outils pour l’école du dimanche ! La famille … des hommes et des femmes face à face (13 études)
– Et « en exclusivité » :
Le Messie, qui est-il ? (ouvrage en texte intégral)
Et après ?, Que se passe-t-il après la mort ? (ouvrage en texte intégral)  Ancien site
Au commencement … Dieu ? Dieu a-t-il vraiment créé le monde ?
La réincarnation analysée à la lumière de la Bible (ouvrage en texte intégral)
Art Chrétien
2)Approfondir ses connaissances : De très nombreuses ressources pour son édification personnelle. Des séries consacrées à des livres bibliques. Des dossiers et autres ressources.
3)Bibles du net (de nombreuses versions francophones proposées)
4)Ses (sites) incontournables

A consulter sans modération !

Notes :

* »Un grand poisson » anonyme, et non une « baleine » : on ne connaît ni son nom, ni son espèce, mais on parle encore de lui aujourd’hui. Dieu l’aurait-il créé spécialement pour cette mission(avaler Jonas) ?

**Le message de ce prophète est le plus court de toute la section des « Prophètes », dans l’Ancien Testament, puisqu’il se résume à un demi-verset. L’essentiel de son message est donc ailleurs, plus particulièrement dans sa personne et son comportement. Nous avons eu l’occasion de parler de Jonas ici.