Le culte : ou comment nous exercer à regarder dans la bonne direction

Le culte nous exerce à regarder dans la bonne direction (Source image : public domain pictures)

Certains ont du se dire : « allons ! Plaignons-nous tous ensemble, pour avoir un impact médiatique ! »

Beaucoup de magasins sont fermés à cause du confinement. Les commerçants demandent au gouvernement le droit de rouvrir leurs boutiques dès le 27 novembre pour le « black friday ». Ce sera finalement le cas le 28/11, hors bars et restaurants, à certaines conditions précisées par le Président de la République, lors de son allocution télévisée du 24/11 (1)

Certains catholiques, quant à eux, réclament de pouvoir à nouveau assister aux messes – les règles qui restreignent temporairement, dans le cadre du confinement, la célébration collective du culte étant encore en vigueur.  Ce cadre, dicté par l’impératif sanitaire liée à l’explosion de l’épidémie de Coronavirus sur le territoire national, avait été validé par le Conseil d’État dans son ordonnance du 7 novembre 2020.

Plusieurs manifestations ont eu lieu le week-end dernier en France, notamment à l’appel du collectif Pour la messe, demandant la reprise des célébrations publiques. Des rassemblements ont eu lieu le dimanche 22 novembre à Bordeaux, à Vannes, Saint-Maur-des-Fossés, Nantes, Angers, Montpellier, ou encore à Clermont-Ferrand  – à l’initiative de Civitas, association catholique intégriste (2).

Une autre initiative remarquée est la manifestation prévue dimanche 22 novembre à 17h, devant l’église Saint-Sulpice à Paris 6e, laquelle se heurte au refus de la préfecture de police qui ne veut pas de ce type de rassemblement. Assisté d’un avocat, Jean-Benoît Harel, étudiant de 23 ans et animateur de l’émission « Orient Extrême » sur Radio Notre Dame, l’un des initiateurs de la pétition « Pour la messe », qui a déjà recueilli plus de 106 000 signatures, dépose un référé-liberté au tribunal administratif samedi 21 novembre dans l’après-midi et obtient gain de cause. « Alors qu’il n’a fait valoir aucune nécessité de préserver un trouble à l’ordre public, le préfet de police doit être regardé comme interdisant par principe une manifestation qui, par son but ou par sa forme, serait une manifestation extérieure d’un culte. Par conséquent, sa décision en tant qu’elle conditionne la tenue d’une manifestation à l’interdiction de faire des prières de rue, porte une atteinte grave et manifestement illégale à la liberté de manifestation », a estimé le juge des référés dans son ordonnance rendue le jour même.  Satisfait de la décision, Jean-Benoît Harel s’est réjoui d’avoir « arraché le droit de prier »(3).

Une initiative que certains, parmi les Evangéliques, jugent « courageuse » et « digne d’être encouragée », pour ne pas dire « excellente », au point de participer au rassemblement de dimanche à Paris.

Est-ce la bonne façon de qualifier ces attitudes revendicatives quand toutes les autres religions, chrétiennes (protestantes, orthodoxes, anglicanes), islamiques, juives, bouddhistes … acceptent ces mesures sanitaires de solidarité et de citoyenneté pour la protection et la santé de tous ?

Pour rappel, l’objectif du culte [se terminant par un « envoi » ou un « allez » vers les autres] est de nous exercer à regarder dans la bonne direction, laquelle n’est pas nous-même, mais le Seigneur lui-même, de sorte que lui seul soit glorifié, c’est à dire rendu visible tel qu’il est en vérité et en réalité. Sachant, comme le relève Tony Reinke dans « la guerre des spectacles » (BLF 2020, p 25), que « nous sommes des créatures façonnées par ce qui attire notre attention, et ce à quoi nous accordons notre attention devient notre réalité objective et subjective (…) Nous prêtons attention à ce qui nous intéresse ; nous devenons semblables à ce que nous regardons ».

Toute cette agitation (« rendez-nous la messe » en présentiel !) de la part de fidèles catholiques zélés se sentant lésés, par ailleurs désavouée par des prêtres, tels Mgr Mario Grech et le père Arnaud Montoux, dont je vous recommande les mises au point (4) – et derrière laquelle se cachent certains mouvements traditionalistes intégristes identitaires, y contribue-t-elle ? Personnellement, je ne le crois pas. Elle me paraît même imprudente (5) et peu sage, contre-productive et irresponsable, en cette période de crise sanitaire où il est essentiel de veiller à ne pas être un danger et une occasion de chute pour les autres.

Entre « se focaliser sur ses droits » en mode lobbyiste et « l’amour (qui) ne cherche pas son intérêt » (1 Cor.13v5) , certains ont manifestement choisi….(6)

Ironie du sort : le Centre évangélique 2020, qui a eu lieu les 23 et 24 novembre sur Zoom avait justement pour thème : Aimer son prochain !

Pour ce qui est des prières de rue, voici ce qu’a enseigné Jésus à ce sujet en Matt 6v5-6.

Quoiqu’il en soit, confinés ou pas, Jésus reste Jésus, « le même, hier, aujourd’hui et éternellement » : « Dieu sauve » et « Dieu élargit ».

 

Textes bibliques à méditer :

« Voici mon serviteur que je soutiens, mon élu que j’ai moi-même en faveur, j’ai mis mon Esprit sur lui. Pour les nations il fera paraître le jugement, il ne criera pas, il n’élèvera pas le ton, il ne fera pas entendre dans la rue sa clameur » (Esaïe 42v1-2)

« Appelle à plein gosier, ne te ménage pas, comme la trompette, enfle ta voix, annonce à mon peuple ses révoltes, à la maison de Jacob ses fautes. C’est moi que jour après jour ils consultent, c’est à connaître mes chemins qu’ils mettent leur plaisir, comme une nation qui a pratiqué la justice et n’a pas abandonné le droit de son Dieu. Ils exigent de moi des jugements selon la justice, ils mettent leur plaisir dans la proximité de Dieu ……» (Esaïe 58v1-12)

« S’il y a donc un appel en Christ, un encouragement dans l’amour, une communion dans l’Esprit, un élan d’affection et de compassion, alors comblez ma joie en vivant en plein accord. Ayez un même amour, un même cœur ; recherchez l’unité ; ne faites rien par rivalité, rien par gloriole, mais, avec humilité, considérez les autres comme supérieurs à vous. Que chacun ne regarde pas à soi seulement, mais aussi aux autres. Comportez-vous ainsi entre vous, comme on le fait en Jésus Christ : lui qui est de condition divine n’a pas considéré comme une proie à saisir d’être l’égal de Dieu. Mais il s’est dépouillé, prenant la condition de serviteur, devenant semblable aux hommes, et, reconnu à son aspect comme un homme, il s’est abaissé, devenant obéissant jusqu’à la mort, à la mort sur une croix. C’est pourquoi Dieu l’a souverainement élevé et lui a conféré le Nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse, dans les cieux, sur la terre et sous la terre, 11et que toute langue confesse que le Seigneur, c’est Jésus Christ, à la gloire de Dieu le Père ». (Philipp.2v1-11)

 

 

 

Notes : 

(1) https://www.20minutes.fr/economie/2916095-20201124-confinement-emmanuel-macron-rouvre-boutiques-28-novembre-soulage-commercants

(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Civitas_(mouvement)

(3)  https://www.la-croix.com/Religion/cultes-rencontrent-gouvernement-preparer-lapres-confinement-2020-11-22-1201125967 ; https://actu.fr/ile-de-france/paris_75056/a-paris-une-manifestation-des-catholiques-prives-de-messe-pourra-avoir-lieu-devant-saint-sulpice_37638861.html ; https://www.leparisien.fr/paris-75/la-priere-sera-autorisee-ce-dimanche-devant-l-eglise-saint-sulpice-a-paris-22-11-2020-8409740.php

(4) Mgr Mario Grech, secrétaire général du Synode des évêques et nouveau cardinal, porte un regard très critique sur ces attitudes lors d’un entretien accordé le 02/11 à la revue jésuite La civiltà Cattolica (Publié sur le site aleteia.org le 4.11.20) : « Il n’y a pas d’autre sens pour notre vocation dans l’Église et dans le monde que de s’engager à annoncer l’Évangile, à aider l’homme d’aujourd’hui à rencontrer Jésus-Christ », déclarait le nouveau cardinal après sa nomination. Cela semble évident, mais résonne surtout comme un avertissement en France et aux Etats-Unis, où des esprits troublés, clercs et laïcs, parlent moins de l’Évangile du Christ que des « droits des catholiques » – et réclament pour ceux-ci (seuls) le privilège d’ignorer la lutte commune pour la santé publique, commente le journaliste-blogueur catholique Patrice de Plunkett.

Dans son entretien à la revue jésuite, Mgr Grech enfonce le clou à propos de la crise sanitaire : « Nous devons espérer que cette crise, dont les effets nous accompagneront pendant longtemps, sera un moment opportun pour nous, en tant qu’Église, pour ramener l’Évangile au centre de notre vie et de notre ministère. » Car « beaucoup sont encore analphabètes de l’Évangile », constate-t-il… … Mais la pandémie, et les confinements qu’elle entraîne en réponse, mettent brusquement en lumière l’un des handicaps du catholicisme occidental : « un certain cléricalisme est apparu. Sur les réseaux sociaux, nous avons assisté à un certain degré d’exhibitionnisme et de piétisme qui relève davantage de la magie que de l’expression d’une foi mature », déplore-t-il. « De nombreuses initiatives pastorales de cette période, explique-t-il, ont été centrées sur la seule figure du prêtreOr « la fidélité du disciple à Jésus ne peut être compromise par le manque temporaire de la liturgie et des sacrements…  « Certains ont même dit que la vie de l’Église a été interrompue ! Et c’est vraiment incroyable. Dans la situation qui a empêché la célébration des sacrements, nous n’avons pas réalisé qu’il y avait d’autres façons de faire l’expérience de Dieu », regrette-t-il, ajoutant que le fait « que beaucoup de prêtres et de laïcs soient entrés en crise parce que nous nous sommes soudainement retrouvés dans la situation de ne pas pouvoir célébrer l’Eucharistie [en présence du peuple] est en soi très significatif ».

Allant plus loin encore, il juge « curieux que beaucoup de gens se soient plaints de ne pas pouvoir recevoir la communion et célébrer les funérailles à l’église, mais qu’ils ne se sont pas autant préoccupés de la manière de se réconcilier avec Dieu et le prochain, d’écouter et de célébrer la Parole de Dieu et de vivre une vie de service ».

Arnaud Montoux, prêtre d’Auxerre, quant à lui, s’exaspère face à la campagne lancée pour le rétablissement de la messe, dans une mise au point publiée sur sa page facebook : « Merci à mes contacts d’avoir la gentillesse de ne plus m’adresser la vidéo de ce jeune gars tout à fait sympa, qui demande « la Messe » avec grande fougue et quelques approximations théologiques, anthropologiques et sociologiques regrettables…Comment lui en vouloir? Je crois que j’en veux surtout aux adultes et à ceux qui ont reçu une mission ecclésiale, de l’avoir stimulé en lui faisant croire qu’il serait un vrai pur s’il montait au créneau, au lieu de l’aider à comprendre la complexité des réalités dans lesquelles nous nous débattons tous…..

Oui, la suspension de nos assemblées eucharistiques est douloureuse. Je fais partie de ceux qui vivent mal le confinement à cause de cet éloignement liturgique qui est signe d’un éloignement social bien plus large ! Mais quand je vois le nombre de malades et de morts qui augmente sous le regard assez froid de tant de complotistes qui demandent la messe et se sentent victimes d’une affreuse tentative de musellement des catholiques de France, quand je vois le nombre de personnes qui perdent leur emploi et ne savent pas comment elles vont nourrir leur famille dans les mois et les années qui viennent, quand je vois ceux qui, aussi bons catholiques que ceux qui braillent, ne comprennent pas cet acharnement à faire croire qu’un catholique ne peut plus vivre sa foi s’il est temporairement privé d’Eucharistie, je suis blessé, fatigué, énervé….

Il y en a assez de devoir justifier en permanence devant une minorité vociférante, la solidarité d’un grand nombre de catholiques raisonnables, prudents et souvent réellement missionnaires (au moins autant que les autres) qui acceptent ces mesures de crise pour ne pas ajouter de danger au danger, pour ne pas multiplier les occasions de ne pas respecter un confinement déjà largement relativisé. Actuellement, le lieu de nos vrais combats liturgiques doit sans doute plutôt être celui de l’accompagnement des malades et des mourants…

Je n’ai pas spécialement peur pour moi, je râle à longueur de journée contre cette situation qui me coupe de mes étudiants, de mes paroissiens, de mes amis, de ceux qui me manquent au quotidien, mais je voudrais au moins ne pas avoir à être prisonnier de ceux qui, dans cette Église qui est aussi la mienne (n’en déplaise à ceux qui du haut de leurs grandes certitudes savent ce que tout le monde doit faire, demander et obtenir), traitent les « doux » de « mous », et broient la patience et le sacrifice des humbles au moulinet de leur violence ! Assez !!! Nous vivons une situation inédite mais nous n’avons pas été privés de l’Evangile !! »

http://plunkett.hautetfort.com/archive/2020/11/11/sainte-colere-du-cure-de-la-cathedrale-d-auxerre-6276340.html

Voir aussi https://www.yonne.catholique.fr/paroisse-saint-germain-auxerre/la-vie-paroissiale/communiques/communique-ndeg-2 , https://www.yonne.catholique.fr/paroisse-saint-germain-auxerre/mediatheque/documents-a-telecharger/libe-rez-les-eaux.pdf –

Des « crispations avec le gouvernement français » qui « étonnent d’autant plus que le pape François vient de rappeler quelques évidences », relève le journal Libération. « Mercredi, lors de son audience générale, le chef de l’Eglise catholique demandait expressément de «faire très attention aux prescriptions des autorités politiques et sanitaires afin de nous protéger de cette pandémie». Les évêques français seraient-ils aussi en train d’entrer en dissidence avec leur pape ? »

Par ailleurs, ce « lobbying de défi à l’Etat de la part de religieux » met mal à l’aise le pasteur protestant Gilles Boucomont, lequel rappelle sur twitter (29/11/20) que « le but de l’Eglise n’est pas de croire qu’elle permettrait à Dieu d’être Dieu, ni d’empêcher César d’être César »

(5) « Im-prudent, en ce que cela incite à agir en fonction d’un futur (toujours hypothétique) en refoulant (ou ignorant) l’examen du présent (toujours certain). Et rend « désuète la morale (ce qui vaut pour tous), au profit de l’éthique (ce que j’ose faire, y compris contre tous) ».

(6) L’annonce de la reprise des messes publiques dans la limite de 30 personnes par le Président de la République dans son allocution télévisée du 24/11 a d’ailleurs provoqué une vague de colère et d’incompréhension chez de nombreux catholiques cf https://fr.aleteia.org/2020/11/25/reprise-des-messes-une-nouvelle-jauge-de-fideles-actuellement-en-discussion/ et https://www.famillechretienne.fr/35595/article/2020-11-24/emmanuel-macron-annonce-la-reprise-des-messes-le-28-novembre Qui a dit que les Français sont « râleurs » ?

 

 

Gilets jaunes : 3 clés pour comprendre les raisons de leur colère

Face aux « Gilets jaunes », la sagesse serait d’apaiser la colère plutôt que de l’exacerber – et c’est là la responsabilité de celui qui a le plus de pouvoir, en l’occurrence le Président et le gouvernementDessin de « Tom », paru dans Courrier International (04/12/18)

Comment parler pertinemment du mouvement des « Gilets Jaunes », surtout après Ies nombreux « commentaires, contre-commentaires, super-commentaires, et méta-commentaires » déjà publiés sur le sujet (1) ?

De fait, « plutôt que de se précipiter pour mettre des mots d’allure savante sur des choses mal connues, ou pour fournir des interprétations toutes faites informant davantage sur les représentations de leurs auteurs que sur la réalité qu’ils prétendent éclairer »prenons du recul, comme nous y invite le chercheur Laurent Mucchielli dans « The Conversation »(2) et cherchons ensemble quels seraient « les verrous » à faire sauter, lesquels « verrous » nous empêchent de penser et de comprendre les raisons de la colère des Gilets Jaunes.

1) Premier « verrou » à faire sauter : le discours « sur » la violence

Avant tout, soyons conscients que « la violence n’est pas une catégorie d’analyse, ni un ensemble homogène de comportements. C’est une catégorie morale. La violence, c’est ce qui n’est pas bien. Dès lors, on comprend que le spectacle de la violence produise des effets de sidération-fascination-répulsion qui empêchent de penser [et délégitime globalement les manifestants]. De fait, les analyses que l’on développe généralement à partir de là sont, en réalité, triviales, donc sans intérêt. Qu’une partie des gens soient capables de comportements violents est trivial. Nous en sommes tous capables dans certaines circonstances. Et en l’occurrence, des circonstances sont réunies. Ce sont donc ces circonstances et non ces violences qu’il faut analyser.(2) 

Dit autrement par le journaliste catholique Patrice de Plunkett, si « toute violence est déplorable, déplorables aussi sont les causes de la violence ! »  Nous ne devrions alors pas être surpris par « lintervention de casseurs de tout poil, et la radicalisation” de gilets-jaunes », lesquels « sont inévitables puisque la vague de manifestations perdure. Et elle perdure parce que la rage des manifestants vient de loin ; que leurs griefs sont multiples … » et parce que le gouvernement leur répétait jusqu’à présent « qu’il n’y a rien à négocier. Ce qui équivaut à dire qu’il n’y a pas d’issue… » (3)

Or, « sans issue » ou « qu’il n’y a pas d’avenir, sinon terrible », tel est « le message débité en boucle aux Français depuis un quart de siècle », souligne encore le blogueur naturaliste « Phylloscopus » (4).

2) Deuxième « verrou » : la surpolitisation ou les tentatives de récupération politique du mouvement

Toutes les tentatives pour récupérer politiquement la colère spontanée d’un mouvement volontairement désorganisé et à la base non politisé, « sont aisément repérables et doivent être écartées. De même qu’il convient d’écarter les discours de ceux qui profitent de ces tentatives de récupération politique pour déconsidérer le mouvement »(5). 

3) Troisième « verrou » : la dépolitisation du mouvement

Il est aussi essentiel de ne pas se laisser prendre par certains discours de certains commentateurs, selon lesquels les gilets jaunes n’auraient « aucune conscience politique et rien d’autre à dire que l’essence est devenue trop chère » ou encore « qu’ils ne comprennent rien à l’économie ». Or, « les enquêtes d’opinion indiquent régulièrement que le problème n’est pas l’absence d’idées politiques de nos concitoyens mais le décalage grandissant – pour ne pas dire le gouffre béant – qui sépare ces idées de la compétition électorale et de la gouvernance politique qui en résulte, donnant ainsi l’impression à la majorité de ces mêmes citoyens que les responsables politiques se moquent d’eux et que la démocratie ne fonctionne pas ».(5)

Ces « verrous » une fois sautés, il importe de prendre au sérieux (et ne pas nous laisser surprendre par) la colère des gilets jaunes, sous laquelle se cache une très grande souffrance. Et leur manifestation est une manifestation pour la dignité, soit le droit de ne pas dire oui à tout et à n’importe quoi.

La colère des Gilets jaunes s’inscrit en effet « dans une évolution à la fois économique (le recul ou la stagnation du pouvoir d’achat), sociale (le creusement des inégalités, les difficultés du logement, de l’accès à l’université, la disparition des services publics de proximité…), territoriale (avec le déclassement réel ou ressenti des habitants des périphéries, des périurbains et des ruraux) et politique » (5)(6).

L’évolution politique implique à la fois le discrédit croissant des élites (politiques et journalistes ) et la crise de l’offre politique, avec une crise du système économique néolibéral, dans lequel les français n’ont plus confiance. Ces derniers commencent à comprendre que l’équation libérale « croissance = prospérité » est fausse et que le « trickle down » (ou dogme du « ruissellement », selon lequel l’enrichissement des riches profiterait mécaniquement aux pauvres) est un mensonge qui leur est demandé d’avaler. 

Derrière leur apparente hétéroclicité, l’on constate une certaine cohérence dans les revendications (7) : « Et si », constate le blogueur Phylloscopus, « protester à la fois contre les taxes et la perte des services publics, pour le climat et pour le droit d’utiliser sa voiture, n’avait plus rien de contradictoire ? S’il s’agissait au fond d’une revendication unique : défendre tout ce qui, jusque-là, nous a fait vivre ? »(8) Au-delà des revendications, l’exigence de justice sociale et la volonté de vivre dans l’espérance, et non plus seulement de « survivre ».

« En effet, il est écrit dans la loi de Moïse : Tu ne muselleras pas le bœuf qui foule le grain. Dieu s’inquiète-t-il des bœufs ? N’est-ce pas pour nous seuls qu’il parle ? Oui, c’est pour nous que cela a été écrit ; car il faut de l’espoir chez celui qui laboure, et celui qui foule le grain doit avoir l’espoir d’en recevoir sa part ». (1 Cor.9v9-10)

« La balle est dans le camp » du gouvernement : Apaiser la colère plutôt que l’exacerber

Dans un tel contexte, la sagesse serait d’apaiser la colère plutôt que de l’exacerber – et c’est là la responsabilité de celui qui a le plus de pouvoir, en l’occurrence le Président de la République et le gouvernement. Ce dernier « ne devrait pas attendre (espérer ?) un pourrissement de la situation pour faire la seule chose qui ramènera le calme et lui permettra de reprendre par la suite la main pour préparer plus sereinement l’indispensable transition écologique  : donner clairement raison aux gilets jaunes sur leurs revendications immédiates relatives au pouvoir d’achat (…) Emmanuel Macron a sciemment personnalisé son pouvoir, il est peut-être temps pour lui de l’assumer jusqu’au bout en faisant un vrai mea culpa sur sa politique économique et sociale »(9).

Emmanuel Macron devra aussi choisir entre ce à quoi il tient le plus ou ce qui le porte…..

[Ce à quoi il tient le plus : sa croyance en un dogme économique. Ce qui le porte : sa conviction que le respect de la dignité humaine est un non-négociable].

…..Sans oublier de méditer et de mettre en pratique cette exhortation que l’on peut lire en Esaïe 58v9-10, et que l’on croirait écrite pour notre temps ?

« Si tu éloignes du milieu de toi le joug, les gestes menaçants et les discours de rien du tout, Si tu offres à l’affamé  ce que tu désires toi-même, si tu rassasies l’appétit de l’indigent, ta lumière se lèvera sur les ténèbres, et ton obscurité sera comme le midi ».

Quant aux chrétiens, certains pourront sans doute reconnaître avec humilité, à l’instar d’Etienne Omnès dans « Phileo-sophia »(10), « qu’ils n’ont pas de réponses », et qu’ils leur restent à exercer leur ministère de « prêtre de l’Eternel » : soit la grâce (et non le mérite) de pouvoir se tenir constamment devant le Dieu « trois fois Saint », en se gardant de « tout feu (ou passion) étranger(e) », pour bénir et intercéder « dans les larmes chaque matin » : « Seigneur, aie pitié de ma nation, préserve mon pays. Donne nous la paix et l’union, la justice et la prospérité. Je ne sais pas comment ces choses doivent s’articuler Seigneur. Je te fais confiance pour trouver l’articulation parfaite. Que ton Règne vienne, que ta volonté soit faite » (10). Et les « prêtres de l’Eternel » de se souvenir constamment que « la justice et la droit » constituent « la base du trône » de l’Eternel et que « marchent devant Lui l’amour/la fidélité et la vérité » (Ps.89v15)

 

 

Notes :

(1)Voir aussi cet « essai de vision chrétienne sur les gilets jaunes » par Etienne Omnès, sur son blogue « Phileo-sophia ».

(2) « Deux ou trois choses dont je suis presque certain à propos des Gilets jaunes ». Par Laurent MucchielliDirecteur de recherche au CNRS (Laboratoire méditerranéen de sociologie), Aix-Marseille Université, lequel nous partage « quelques enseignements tirés d’une expérience de sociologue ayant, dans un passé récent, travaillé sur diverses formes de violences sociales et politiques (notamment les émeutes), ainsi que sur les stratégies sécuritaires (notamment le maintien de l’ordre) déployées à leur encontre par les pouvoirs publics ».

(3) « Ca tourne mal. Quelles en sont les causes ? » Note de blogue de Patrice de Plunkett.  

(4) « Moratoire sur le désespoir ? » Note de blogue de « Phylloscopus » 

(5) « Deux ou trois choses dont je suis presque certain à propos des Gilets jaunes »Laurent Mucchielli [Voir aussi « Gilets jaunes et niveau de vie, les dix graphiques de la colère », à lire sur Le Monde ]

(6) Concernant l’évolution territoriale, notons que « parmi les départements les plus mobilisés, on trouve la Haute-Loire et la Haute-Marne, territoires on ne peut plus ruraux et quasi sans ville, en tout cas sans agglomération dynamique » cf « Moratoire sur le désespoir ? » par « Phylloscopus ».

(7) Augmentation du Smic, salaire maximum, impôt sur la fortune et forte progressivité de l’impôt, Sécurité sociale pour tous, protection de l’activité économique nationale…Soit tout le contraire des « réformes » ultralibérales [toujours plus « moins d’Etat »] entreprises par le Président et sur lesquelles ce dernier ne veut pas céder, espérant le retour de la croissance sur le long terme. Sauf que, souligne Le Monde éco & entreprise du 6/12, « le désarroi du gouvernement Philippe devant la complexité contradictoire de la crise sociale actuelle pose une question de fond à laquelle personne jusqu’à présent n’a trouvé de réponse : comment concilier plus de croissance et plus de justice sociale. Dès que la croissance repart un peu, les inégalités – et leur perception par la population – se creusent au lieu de se réduire. Elle favorise les urbains et les plus qualifiés, au détriment des territoires et des chômeurs » [Cité dans « Ca tourne mal. Quelles en sont les causes ? » par Patrice de Plunkett] 

(8) « Moratoire sur le désespoir ? » par « Phylloscopus »

(9) « Deux ou trois choses dont je suis presque certain à propos des Gilets jaunes » par Laurent Mucchielli

(10) « Essai de vision chrétienne sur les gilets jaunes ». Note de blogue d’Etienne Omnès