Jésus n’a pas mangé ces « animaux abominables », qu’il ne fallait pas manger

Comment Jésus, « né sous la loi », a-t-il pu racheter « ceux qui étaient sous la loi » ? (cf Gal.4v4-5)

Un parallèle édifiant, entre la vie de Jésus sur Terre et les exhortations ou commandements suivants, énoncés en Jacq.4v7, 10, est à découvrir :

« Soumettez-vous à Dieu, résistez au diable et il fuira loin de vous…approchez-vous de Dieu et il s’approchera de vous…humiliez-vous devant le Seigneur et Il vous élèvera ».

En Luc 4v1-15, Jésus s’est soumis à Dieu en se laissant conduire par l’Esprit dans le désert, « pour y tenté par le diable ». Il a résisté au diable par la Parole(en répondant « Il est aussi écrit… », faisant trois citations du Deutéronome-un indice qu’il avait dû méditer ce livre avant la tentation, comme il est invité à le faire en Ps.1v2 et Josué 1v8), refusant de « faire » pour « être », pour prouver ce qu’il « est », ou pour atteindre un but de façon contraire au plan de Dieu. Il a ainsi montré d’autres priorités, notamment que « sa viande » est de « faire la volonté de Dieu »(Jean 4v34. Darby). Il n’a pas non plus cherché à attirer l’attention sur lui(pour fasciner, faire le buzz), ou même cherché la domination politique.

Il n’a pas cherché à mettre le grappin sur un titre ou une position (cf Philip.2v1-11, Hébr.5v4-10). Pourtant de « condition divine », Il n’a pas regardé l’égalité avec Dieu comme « une proie à arracher »(Philip.2v6. Segond). En cela, Lui, qui déclare ne pas être venu pour « abolir »(la loi), mais pour (l’)« accomplir »(ou lui donner tout son sens-BFC) cf Matt.5v17, a pratiqué l’esprit de la loi, témoignant de son refus de « manger les animaux abominables » qu’il ne fallait pas manger (cf la loi-en l’occurrence, les oiseaux de proie, qui ont des griffes : Lévit.11v13-19)*.

Il a été appelé et élevé. Il a été le modèle d’une vie de communion et de fidélité à Dieu, lequel a donné ce beau témoignage sur son fils, à de nombreuses reprises : Luc 3v22, 9v35(cf Matt.3v17, 17v5 ; Jean 5v37, 12v28…Hébr.1v5-12)

C’est ainsi que Jésus a pu « racheter ceux qui étaient sous la loi », ayant satisfait les deux exigences de la loi : celle qui exige une vie parfaite, ayant mené une vie parfaite ; et celle qui exige une mort, en cas de transgression de la loi (Gal.3v10-14), en donnant sa vie en rançon, lui « le juste », pour nous, « injustes ».(Rom.3v21-26 ; 1 Pie.3v18 ; Matt.20v28 ; 1 Tim.2v5-6… )

On notera enfin, sur ce passage de Luc 4, que Jésus part au désert « rempli de l’Esprit »(v1), et qu’Il sort vainqueur de l’épreuve et de la tentation « revêtu de l’Esprit »(v14), parlant ensuite avec grâce et autorité (vv 22, 36)

Sur ce, bon week-end.

 

Note :

*A ce sujet, M.A. Ouaknin, dans « Bibliothérapie », rappelle de façon fort pertinente que la pensée occidentale(opposée à la pensée biblique) est axée sur la « saisie », la classification, le déterminisme(soit le fait de « coller une étiquette » sur quelqu’un), la division, la conceptualisation… « une logique de la prise », « une pensée rapace qui griffe et qui déchire »(op. cit., Seuil 2008, collection « points sagesse », pp151-152)

« Moi, moi, je suis l’Éternel, et hors moi il n’y en a point qui sauve »(Lisons Esaïe ensemble/4)

Retour de notre lecture biblique du livre du prophète Esaïe, entamée ici.

Le principe est simple : il s’agit de lire attentivement le chapitre et d’être attentif à 1)ce que nous apprend le chapitre sur la nature et la personne de Dieu ; 2)ce que nous apprend le chapitre sur la nature et le caractère de l’homme, et enfin, 3)ce que nous apprend le chapitre sur les engagements de Dieu vis à vis de l’homme.

A noter un terme récurrent dans ce passage : celui de « former ».

Bonne lecture et bonne découverte !

Lisons Esaïe 43 :

1    Mais maintenant, ainsi dit l’Éternel, qui t’a créé, ô Jacob, et qui t’a formé, ô Israël: Ne crains point, car je t’ai racheté; je t’ai appelé par ton nom, tu es à moi.

2    Quand tu passeras par les eaux, je serai avec toi, et par les rivières, elles ne te submergeront pas; quand tu marcheras dans le feu, tu ne seras pas brûlé, et la flamme ne te consumera pas.
3    Car moi, je suis l’Éternel, ton Dieu, le Saint d’Israël, ton sauveur. J’ai donné l’Égypte pour ta rançon, Cush et Seba pour toi.
4    Depuis que tu es devenu précieux à mes yeux, tu as été glorieux, et moi, je t’ai aimé; et je donnerai des hommes pour toi et des peuples pour ta vie.
5    Ne crains pas, car je suis avec toi. Je ferai venir du levant ta semence, et je te rassemblerai du couchant;
6    je dirai au nord: Donne, et au midi: Ne retiens pas; amène mes fils de loin, et mes filles du bout de la terre,
7    chacun qui est appelé de mon nom, et que j’ai créé pour ma gloire, que j’ai formé, oui, que j’ai fait.
8    Fais sortir le peuple aveugle qui a des yeux, et les sourds qui ont des oreilles.
9    Que toutes les nations soient réunies ensemble, et que les peuples se rassemblent! Qui d’entre eux a déclaré cela, et nous a fait entendre les choses précédentes? Qu’ils produisent leurs témoins et qu’ils se justifient, ou qu’ils entendent, et disent;
10    C’est la vérité! Vous êtes mes témoins, dit l’Éternel, vous et mon serviteur que j’ai choisi, afin que vous connaissiez, et que vous me croyiez, et que vous compreniez que moi je suis le Même: avant moi aucun Dieu n’a été formé, et après moi il n’y en aura pas.

11    Moi, moi, je suis l’Éternel, et hors moi il n’y en a point qui sauve.
12    Moi j’ai déclaré, et j’ai sauvé, et j’ai fait entendre, quand il n’y avait pas de dieu étranger au milieu de vous; et vous êtes mes témoins, dit l’Éternel, que je suis Dieu.
13    Aussi, depuis qu’il y a un jour, je suis le Même, et il n’y a personne qui délivre de ma main: j’opérerai, et qui peut m’en détourner?
14    Ainsi dit l’Éternel, votre rédempteur, le Saint d’Israël: A cause de vous j’ai envoyé à Babylone, et je les ai fait descendre tous comme des fugitifs, même les Chaldéens, dans les vaisseaux où s’entend leur cri.
15    Moi, je suis l’Éternel, votre Saint; le créateur d’Israël, votre roi.
16    Ainsi dit l’Éternel, qui donne un chemin dans la mer et un sentier dans les eaux puissantes,
17    qui fait sortir le char et le cheval, l’armée et les forts, – ils sont couchés ensemble, ils ne se lèveront pas; ils finissent, éteints comme une mèche:
18    Ne vous souvenez pas des choses précédentes, et ne considérez pas les choses anciennes.
19    Voici, je fais une chose nouvelle; maintenant elle va germer: ne la connaîtrez-vous pas? Oui, je mettrai un chemin dans le désert, des rivières dans le lieu désolé.
20    La bête des champs me glorifiera, les chacals et les autruches; car j’ai donné des eaux dans le désert, des rivières dans le lieu désolé, pour abreuver mon peuple, mon élu.
21    J’ai formé ce peuple pour moi-même; ils raconteront ma louange.
22    Mais tu ne m’as pas invoqué, ô Jacob; car tu as été las de moi, ô Israël.
23    Tu ne m’as pas apporté le menu bétail de tes holocaustes, et tu ne m’as pas glorifié par tes sacrifices. Je ne t’ai pas asservi à des offrandes de gâteau, et je ne t’ai pas fatigué pour l’encens.
24    Tu n’a pas acheté pour moi du roseau aromatique pour de l’argent, et tu ne m’as pas rassasié de la graisse de tes sacrifices; mais tu m’as asservi par tes péchés, tu m’as fatigué par tes iniquités.
25    -C’est moi, c’est moi qui efface tes transgressions à cause de moi-même; et je ne me souviendrai pas de tes péchés.
26    Fais-moi souvenir, plaidons ensemble; raconte toi-même, afin que tu sois justifié.
27    Ton premier père a péché, et tes médiateurs se sont rebellés contre moi;
28    et j’ai profané les chefs du lieu saint, et j’ai livré Jacob à la destruction et Israël à l’opprobre.

« Vous serez saints, car je suis saint… » (1 Pierre 1v13-21)

Lors de l’étude précédente, nous avions été exhortés à « marcher dans l’espérance ». Dans le passage qui nous occupe aujourd’hui, nous avons un appel à

Personnes marchant par Peter Griffin

Personnes marchant par Peter Griffin

« marcher dans la sainteté » : car « quiconque a cette espérance en lui se purifie, comme lui-même est pur » (1 Jean 3v3)

1 Pierre 1v13-21 : 
« C’est pourquoi, ayant ceint les reins de votre entendement, étant sobres, espérez parfaitement en la grâce qui vous sera apportée à la révélation de Jésus-Christ »(v13)Comme des enfants obéissants, ne vous conformant point aux convoitises que vous aviez autrefois, quand vous étiez dans l’ignorance (v14), mais comme Celui qui vous a appelés est saint, vous aussi soyez saints dans toute votre conduite(v15) ; attendu qu’il est écrit : Vous serez saints, parce que je suis saint.(v16). Et, si vous invoquez comme Père Celui qui, sans acception de personnes, juge selon l’œuvre de chacun, conduisez-vous avec crainte pendant le temps de votre séjour sur la terre(17) ; sachant que ce n’est pas par des choses périssables, par de l’argent ou de l’or, que vous avez été rachetés de la vaine manière de vivre que vos pères vous avaient transmise(v18), mais par un sang précieux, comme celui d’un agneau sans défaut et sans tache, par le sang de Christ(v19), préconnu avant la fondation du monde, mais manifesté à la fin des temps à cause de vous(v20) ; qui par lui croyez en Dieu, qui l’a ressuscité des morts et lui a donné la gloire, en sorte que votre foi et votre espérance soient en Dieu »(v21).

Bleu Nylon Belt par Adrian Paulino

Bleu Nylon Belt par Adrian Paulino

« C’est pourquoi, ayant ceint les reins de votre entendement, étant sobres, espérez parfaitement en la grâce qui vous sera apportée à la révélation de Jésus-Christ » (v13).
Q 1 : qu’est-ce que « se ceindre » ? Pourquoi et quand ceignait-on ses vêtements ?
Voir Ephésiens 6.14 ; Luc 12.35 et Ex.12v11
Q 2 : pour le chrétien de l’époque de Pierre et pour le chrétien d’aujourd’hui, qu’est-ce « ceindre les reins de son entendement » ? Voir Hebr.11v8-16 et Gen.12-13
Q 3 : pourquoi est-il important d’être ou de rester sobre ? Voir 1Pierre 5.8 ; 1Thessaloniciens 5.6.
Q 4 : en quoi et en qui est-il important d’espérer ? Voir 1Pierre 1.7 ; 1Corinthiens 1.7 ; 2Thessaloniciens 1.7-10.
Quelles sont les conséquences, pour notre vie chrétienne, de vivre dans l’attente du retour de Christ ? Notamment dans les jours difficiles ? (voir Tite 2v10-13)
« Comme des enfants obéissants, ne vous conformant point aux convoitises que vous aviez autrefois, quand vous étiez dans l’ignorance (v14), mais comme Celui qui vous a appelés est saint, vous aussi soyez saints dans toute votre conduite(v15) ; attendu qu’il est écrit : Vous serez saints, parce que je suis saint. »(v16)
Quelles sont les caractéristiques des enfants d’obéissance ? (v. 22) A qui s’opposent-ils ? (Voir Ephésiens 2.2)
Pour vous aider à répondre, comparez aussi les expressions : enfants « de lumière, » Ephésiens 5.8 « de colère, » Ephésiens 2.3 « de malédiction, » 2Pierre 2.14.

Comment le fait d’être sauvé doit-il se traduire dans nos vies ? (Voir Rom.1v5, 1 Pie.1v2)
Q 5 : Quelles sont les trois exhortations données aux « enfants obéissants » ?(v14-16)
Note : les v15-16 sont des citations de Lévitique 11v44-45 ; 19v2 ; 20v7, 26. Que nous enseignent ces passages sur Dieu ?
Q 5 a. Peut-on se dispenser d’être saint ? (Voir 1 Jean 1v5 ; Habak.1v12-13…)
Q 5 b. Que signifie le mot saint ? (voir aussi 2 cor.6v14-7v1). D’où vient notre sainteté ? Dans quels domaines devons-nous « être saints » ?

« Et, si vous invoquez comme Père Celui qui, sans acception de personnes, juge selon l’œuvre de chacun, conduisez-vous avec crainte pendant le temps de votre séjour sur la terre »(v17)
Q 5c : Qu’est-ce que la « crainte de Dieu » ? Que rappelle Pierre à propos de Dieu (v17) ?

« Mais par un sang précieux, comme celui d’un agneau sans défaut et sans tache, par le sang de Christ »(v19),
Q 6 : Vous avez été rachetés(v18-19), de quoi ? (Voir aussi Romains 6, Romains 3.24 et ss ; Hébreux 9.15 ; Hébreux 2.14 et ss).
Q 6a : Pourquoi la conduite du pécheur est-elle déclarée vaine ? (comparez Ephésiens 4.17 ; Romains 8.20)
Q 6b : Quel est le prix de notre rachat ? Pourquoi pas par de l’argent ou de l’or ? (Comparer avec Lévitique 4.32 ; Exode 12.5). Comment l’or peut-t-il être « corruptible », ici ?
Pour la comparaison de Christ avec un agneau, voir Esaïe 53.7,9), et pour l’idée de la délivrance par le rachat, voir aussi Esaïe 44.22,24 ; 51.11 ; 52.3)
Q 6c : Pourquoi le sang de Christ est-il précieux ? (2Corinthiens 5.21 ; Hébreux 7.26 ; 9.12 ; 1Jean 3.5)
« Préconnu avant la fondation du monde, mais manifesté à la fin des temps à cause de vous » ;
Q 7 : Que signifie « Préconnu » ?
Qu’est-ce qui est préconnu ? (Voir 1Corinthiens 2.7 ; Ephésiens 1.4 ; Jean 17.24 ; Actes 17.31 ; Jean 3.16).
« Qui par lui croyez en Dieu, qui l’a ressuscité des morts et lui a donné la gloire, en sorte que votre foi et votre espérance soient en Dieu ».
Q 8 : Comment et par qui peut-on croire en Dieu ? (comparer avec 1 Cor.15v14-17)

Qui peut payer le prix ?

Fond d'argent par George Hodan

Fond d’argent par George Hodan

« Texas »* fait partie de «ces très bons films que l’on a souvent du mal à voir dans de bonnes conditions », commente « Tepepa », un blogueur amateur de westerns spaghettis, et dont l’excellente critique m’a permis de découvrir le métrage.

Et pendant longtemps, il a été difficile de voir le film dans de bonnes conditions. Lors de sa sortie en France, « Texas » avait été complètement mutilé, écourté de 20 minutes et expurgé de tout ce qui permettait de comprendre les dessous politiques de l’intrigue.

Aujourd’hui, l’éditeur Artus lui rend justice, en nous le proposant (depuis le 07 mai 2013, date de sortie du DVD)dans sa version restaurée et donc intégrale. Cette édition nous permet de constater qu’effectivement, « Texas » est un très bon film.
Personnellement, j’ai beaucoup apprécié la musique, ainsi que l’intrigue complexe et originale, qui transpose l’assassinat de JFK (1963) dans l’Ouest (fragile) de l’après guerre de Sécession. Et ce, six ans après les faits. Et tout y est déjà : le complot des « trois » (finances, loi, politique) s’appuyant sur l’extrême-droite comme élément déstabilisateur et croyant contrôler celle-ci, le risque d’exploiter le « tous pourris », le faux coupable (noir), les deux tireurs, la ville de Dallas, la volonté de réduire le Texas « à l’état » de territoire(terrain de chasse, de jeu ?)en lieu et place d’état…y compris une réplique du président(sur le rêve « des choses qui devraient ou pourraient être », plutôt que de se contenter de regarder « les choses comme elles sont »**), que l’on retrouvera dans la bouche d’un autre personnage de président d’ « I comme Icare », le film d’Henri Verneuil.

A cela s’ajoute la thématique de l’égalité des blancs et des noirs, de la (remise en) question de l’indépendance de la presse-soumise au pouvoir de l’argent, et des rapports du pouvoir fédéral et du Texas, que certains notables voudraient réduire au statut de « territoire »(espace de non-droit et de profit)plus que d’état véritable.

Texas est donc un « western spaghetti » à voir,  principalement en VOST(italien sous-titré français), le doublage français étant, pour une fois, très discutable. Et ce, d’autant plus que les doubleurs français ont jugé bon de transformer le Président des Etats-Unis en… simple gouverneur !)

On relèvera encore que le titre original italien est « Il Prezzo del Potere » , « le prix du pouvoir ».

Solide fond rouge par Junior Libby

Solide fond rouge par Junior Libby

Ainsi que l’obsession du « rouge sang ». Comme pour mieux illustrer « le prix(élevé)du pouvoir », trop grand pour que l’on succombe à cette tentation ?

Mais la Bible nous parle d’un autre prix, que seul peut payer le Seigneur Jésus-Christ : celui du rachat de notre « vaine conduite qui (nous) avait été enseignée par nos pères, non par des choses corruptibles, de l’argent ou de l’or, , mais par le sang précieux de Christ, comme d’un agneau sans défaut et sans tache, préconnu dès avant la fondation du monde… »(1 Pie.1v18-20)

Notes :

* Western italien, réalisé en 1969 par Tonino Valerii, par ailleurs auteur du bien plus connu « Mon nom est personne ». Musique de Luis Bacalov.

**En fait, il s’agissait déjà une reprise d’une citation de Robert Kennedy, elle-même empruntée à Georges Bernard Shaw : « Certaines personnes voient les choses comme elles sont et se demandent : pourquoi ? Moi, je vois les choses comme elles pourraient être et je me dis : pourquoi pas ? »