Redonner son bon goût à la Bonne Nouvelle

L’Evangile, c’est quelque chose qui a du goût, qui surprend, qui déménage. C’est une puissance de transformation épicée (Source image : public domain pictures).

Lectures : « Son goût lui est resté, son odeur ne s’est pas changée » (Jérémie 48:11)

: « C’est vous qui êtes le sel de la terre. Mais si le sel devient fade, avec quoi le salera-t-on ? Il n’est plus bon qu’à être jeté dehors et foulé aux pieds par les gens » (Matthieu 5 :13)

 

La perte du goût et de l’odorat est l’un des symptômes fréquemment rencontrés chez les personnes atteintes du Covid-19…ou d’un rhume !

« Pour beaucoup, l’Evangile est une morale sans saveur, avec quelques « valeurs chrétiennes » qui feraient de nous des gens « plutôt ouverts », et nous qualifieraient pour être des citoyens potentiellement sympathiques. Pourtant l’Evangile est une puissance pour le salut (Romains 1,16), c’est quelque chose qui a du goût, qui surprend, qui déménage. C’est une puissance de transformation épicée. Ce n’est pas le goût standardisé des cantines scolaires et des hôpitaux.

De deux choses l’une, soit le problème est du côté de ce que l’on donne à manger aux autres et si ça n’a pas de goût ça ne sera pas attirant, parce que nous avons retiré leur goût aux paroles de Jésus ; soit nous faisons face à une génération victime d’une épidémie qui leur a retiré jusqu’à la capacité de goûter et sentir, et alors il faut absolument réhabiliter désir, plaisir et jouissance de l’Evangile goûteux, qui n’est que la nouvelle version du « sacrifice de bonne odeur » qui réjouissait les divines narines dans le Premier Testament ».

A lire sur le blogue « Au Nom de Jésus », entièrement refait à neuf !