Chercher son intérêt ou celui de Dieu : David, un type de Christ(une méditation sur 1 Samuel 23v1-13)

Un récit plein de suspens ! Et c’est dans la Bible !

Mais avant de le découvrir, voici un petit test :

A la tête d’une troupe de marginaux et de bras cassés, vous êtes un proscrit, en fuite, face à un puissant et mortel ennemi….C’est alors que vous apprenez que vos frères sont attaqués :
-Vous foncez
-Vous réfléchissez à une stratégie
-Vous cherchez les conseils d’un plus sage que vous

Vos compagnons sont effrayés, découragés, et refusent de vous suivre dans cette expédition de secours :
-vous les traitez de poltrons ou de lâches
-vous choisissez des hommes plus courageux
-vous cherchez comment les rassurer

Pour sauver leur vie, les chefs de la ville que vous venez de libérer s’apprêtent à vous livrer entre les mains de votre pire ennemi qui mobilise toutes ces forces pour vous prendre :
-vous tentez d’inciter le peuple de la ville à la révolte contre ses chefs et organisez la défense
-vous vous vengez de la ville ingrate
-vous cherchez un moyen pour détourner votre ennemi de la ville

Résultats ?

Découvrons maintenant le fameux récit à suspens dans la Bible, qui se trouve dans le premier livre de Samuel, dans l’Ancien Testament, chapitre 23, versets 1 à 13 :

1″Et on rapporta à David, en disant: Voici, les Philistins font la guerre à Kehila et pillent les aires.
2Et David interrogea l’Éternel, disant: Irai-je, et frapperai-je ces Philistins? Et l’Éternel dit à David: Va, et tu frapperas les Philistins, et tu sauveras Kehila. 3Et les hommes de David lui dirent: Voici, même ici en Juda, nous avons peur, et comment irions-nous à Kehila, contre les troupes rangées des Philistins? 4Et David interrogea encore l’Éternel, et l’Éternel lui répondit et dit: Lève-toi, descends à Kehila; car je livrerai les Philistins en ta main. 5Et David alla avec ses hommes à Kehila, et combattit contre les Philistins et emmena leurs troupeaux, et leur infligea une grande défaite. Et David sauva les habitants de Kehila. 6Et il était arrivé que, lorsque Abiathar, fils d’Akhimélec, s’était enfui auprès de David à Kehila, il était descendu avec un éphod en sa main. 7Et on rapporta à Saül que David était entré à Kehila. Et Saül dit: Dieu l’a rejeté et livré en ma main; car il s’est enfermé en entrant dans une ville qui a des portes et des barres. 8Et Saül convoqua tout le peuple pour la guerre, pour descendre à Kehila, afin d’assiéger David et ses hommes. 9Et David sut que Saül méditait du mal contre lui, et il dit à Abiathar, le sacrificateur: Apporte l’éphod. 10Et David dit: Éternel, Dieu d’Israël! ton serviteur a appris comme une chose certaine que Saül cherche à entrer dans Kehila, pour détruire la ville à cause de moi: 11les hommes de Kehila me livreront-ils en sa main? Saül descendra-t-il, comme ton serviteur l’a entendu dire? Éternel, Dieu d’Israël! déclare-le, je te prie, à ton serviteur. Et l’Éternel dit: Il descendra. 12Et David dit: Les hommes de Kehila me livreront-ils, moi et mes hommes, en la main de Saül? Et l’Éternel dit: Ils te livreront. 13Et David se leva, et ses hommes, environ six cents hommes, et ils sortirent de Kehila et s’en allèrent où ils purent. Et on rapporta à Saül que David s’était échappé de Kehila, et il s’abstint d’entrer en campagne ».

Qui a entendu parler de Kehila* ? David, en fuite devant Saül, apprend que cette ville de Juda est attaquée par les philistins. Il consulte l’Eternel qui lui confirme qu’il doit intervenir et libère la ville. Saül apprend que David se trouve à Kehila et se met en route avec son armée pour détruire la ville et capturer David. Consultant alors à nouveau l’Eternel, David reçoit confirmation que rien ne pourra arrêter Saül, en marche pour détruire Kehila, et que les autorités de la ville n’hésiteront pas à le livrer.
David, bien que vainqueur, ne revendique pas ses droits, ne se révolte pas et renonce à la gloire qui lui était pourtant due : il s’enfuit de Kehila, détournant ainsi la colère de Saül sur lui et la ville est épargnée.

Il est possible de retenir quatre choses de ce récit :

– David apprend que Kehila est dans la détresse. Bien qu’en fuite, il tient à connaître et faire la volonté de Dieu avant d’agir, selon l’exemple du Seigneur Jésus (« je suis descendu du ciel pour faire, non ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé » cf Jean 6v38 et Jean 4v34, 5v30, 7v16-18, 8v29). Il consulte fréquemment l’Eternel et montre par là même son obéissance et sa dépendance envers Dieu. (Voir toutes les circonstances où Jésus prie dans Luc 5v16, 6v12, 9v18, 9v29, 11v1….) De plus, en choisissant d’aider Kehila, David sait qu’il prend des risques, en se « découvrant ».

Homme au cœur de berger, David tient à rassurer ses hommes dans la crainte, en se fondant sur la Parole de Dieu, et témoigne combien il est essentiel de se voir confirmer la Parole entendue.

 

Traverser par Radu Pasca

Traverser par Radu Pasca

Il intercède pour ceux qui sont sous le coup du jugement(les habitants de la ville de Kehila) et détourne sur lui-même la colère de Saül, illustrant ces paroles de l’Ecriture, se rapportant à l’œuvre rédemptrice du Seigneur Jésus : … « il a intercédé pour les coupables » (Es.53 v11-12) ; Jésus « est la propitiation pour nos péchés » ou  « a apaisé la colère de Dieu contre le mal en s’offrant en sacrifice pour nos péchés » (1 Jean 2v1-2, 4v10, traduction Semeur)
– Ceux que David est venu libérer sont prêts à le livrer. Malgré tout, David accepte le déshonneur à la place de la gloire qu’il aurait du recevoir, afin que la ville soit sauvée.
De même,  « (Jésus) vint chez soi; et les siens ne l’ont pas reçu. » (Jean 1v11) ; « à cause de la joie qui était devant lui, (il)a enduré la croix, ayant méprisé la honte, et est assis à la droite du trône de Dieu »(Hébr.12v2), et  « Christ a souffert pour vous, vous laissant un modèle, afin que vous suiviez ses traces, lui qui n’a pas commis de péché, et dans la bouche duquel il n’a pas été trouvé de fraude; qui, lorsqu’on l’outrageait, ne rendait pas d’outrage, quand il souffrait, ne menaçait pas, mais se remettait à celui qui juge justement; qui lui-même a porté nos péchés en son corps sur le bois, afin qu’étant morts aux péchés, nous vivions à la justice; par la meurtrissure duquel vous avez été guéris. »(1 Pie.2v21-24)

Et savez-vous la meilleure ? Kehila a voulu « sauver sa peau », en choisissant de « vendre » ou de livrer David à Saül.  Certes, à la fin du passage, Kehila est « sauvée ».

Néanmoins, si l’on sait encore aujourd’hui qui est (le roi)David, plus personne ne semble se souvenir qui (ou ce qu’)est Kehila….

Kehila ? C’est qui, ça ?

 

 

Notes :

*Kehila : ville de Juda. Il existe aujourd’hui un village en ruine, nommé Kurbeth-Kîla, à 11 km à l’est de Beth-Djibrin ou Eleuthéropolis. C’est dans cette partie importante du plateau de Juda du côté de l’ouest que se trouvent de grandes étendues de champs de blé.

« C’est pas juste ! » Justice de Dieu, justice des hommes(bis)

Ce billet fait suite au précédent, intitulé « c’est pas juste ! » et qui peut être considéré comme une amorce à celui-ci.

L’ensemble constituera une leçon pour enfants/préados(10-14 ans), dans le cadre d’une leçon d’ «école du dimanche ». Néanmoins, il peut tout à fait convenir à des adultes réunis pour une étude de groupe. Le livre de James Packer «Connaître Dieu », ainsi que celui de Jerry Bridges-« L’évangile de la semaine »- a été une grande source d’inspiration concernant la notion de propitiation.

Femme jeunesse d'esprit par Petr Kratochvil

Femme jeunesse d’esprit par Petr Kratochvil

Hier, nous nous interrogions sur ce qui « n’est pas juste » ou « qui est juste », selon l’homme, à travers trois exemples.

Et pour Dieu ?

Qu’est-ce qui « est juste » ou « pas juste », selon Lui ?

 

Lisons ensemble Romains 1v18-21 ; 3v9-12, 19-20, 23

Que nous dit Dieu au sujet de l’homme ? (Il est pécheur et coupable)

Que mérite l’homme ? (Il mérite la colère de Dieu)

Arrêtons-nous un instant sur l’ expression « Colère de Dieu » : Dieu est saint et Il ne peut voir le mal sans le punir. La « colère de Dieu », c’est sa juste et sainte condamnation du péché, qu’il ne peut tolérer. Car le péché-qui est une rébellion à son égard-nous sépare de Lui. Le « salaire du péché, c’est la mort »(Rom.6v23)

Que peut faire l’homme pour échapper à la colère de Dieu ? Rien ! Il est impuissant et ne peut ni manipuler Dieu, ni faire fléchir Dieu.

Quelle issue nous reste-t-il alors ?

Inscrivez-vous - Une façon par Andrew SchmidtPlus d'issue ? Si ! Une !

Inscrivez-vous – Une façon par Andrew Schmidt
Plus d’issue ? Si ! Une !

Nous sommes coincés !

Il nous reste, soit à subir la colère et le jugement de Dieu, soit à demander pardon et à implorer le secours de Dieu.

Comment se manifeste la justice de Dieu ? Que nous offre-t-il ?

Lire Rom.3v21-26

Il nous offre la paix. Sa paix. La paix avec Lui.

Comment cette paix avec le Dieu saint et juste est-elle possible, pour nous pécheurs ?

 La colère de Dieu qui nous était destinée a été apaisée, ou plutôt absorbée, drainée :

C’est ce que la Bible appelle « la propitiation ».

Trois croix sur une colline par Lucy TonerTrois croix...Sur l'une, un seul s'est donné volontaire comme "propitiation" ou sacrifice pour nous sauver.

Trois croix sur une colline par Lucy Toner
Trois croix…Sur l’une, un seul s’est donné volontairement comme « propitiation » ou sacrifice pour nous sauver.

C’est-à-dire une offrande, une victime, offerte à Dieu pour apaiser ou absorber sa colère.

Trois choses, concernant la propitiation :

1) La propitiation est l’œuvre, l’initiative de Dieu. Et de Dieu seul.

Lire Jean 3v16, 1 Jean 4v8-10

Dieu manifeste ainsi sa grâce envers nous, pécheurs, donc non méritants. La grâce est complètement à l’opposée du mérite. Dieu nous a aimé et a voulu nous sauver, alors que nous n’étions pas aimables. De même, en Genèse 1, Dieu a créé les cieux et la terre alors que c’était encore le chaos. Si c’est le chaos dans ta vie, Dieu veut faire de toi une nouvelle création : il a le pouvoir de changer ta vie, pour que tu repartes à zéro.

Cette grâce s’est manifestée « par le moyen de la rédemption (salut par le rachat)en Jésus-Christ ».

Et cette « offrande », cette « victime propitiatoire », c’est le Seigneur Jésus, qui a été choisi par Dieu pour nous sauver. Dieu a voulu, depuis le début, nous sauver de cette façon là. Et le Seigneur est d’accord : il s’est aussi offert volontairement en sacrifice pour nous sauver, pour que la colère de Dieu soit apaisée ou absorbée (et donc ne nous touche pas).

Lire Jean 10v10-18

2) Très important : ce qui a apaisé, absorbé, drainé, la colère de Dieu, ce n’est pas la vie du Seigneur Jésus. Ce n’est pas sa vie parfaite, ni son enseignement, ni même ses miracles ou le bien qu’il a fait. C’est sa mort à la croix, comme sacrifice.

Lire Gal.3v13 ; 1 Pie.1v18-20 ; 1 Pie.2v24 ; 1 Pie.3v18

Le Seigneur Jésus a été notre substitut : lui le juste, il est mort à notre place, nous injustes et a absorbé, drainé la colère de Dieu.

Pour bien comprendre l’œuvre de Dieu, voir l’exemple et l’image des deux boucs, dans Lévitique 16v5, 7-10, 15, 21-22 :

Le jour des expiations, un premier bouc est sacrifié pour le péché.

Un deuxième -appelé le « bouc émissaire »- est chargé des péchés du peuple par le souverain sacrificateur, qui les confessait à haute voix pour que tout le monde entende. Puis le bouc était chassé et éloigné dans le désert.

Le premier bouc sacrifié représente la propitiation : la colère de Dieu s’apaise ainsi par ce sacrifice, qui annonce à l’avance celui -parfait- de Jésus.

Avant la venue de Jésus, Dieu avait « patienté » vis-à-vis de la punition du péché. Par ce sacrifice de bouc, Dieu montre qu’il est juste, car le châtiment a eu lieu.

Le deuxième bouc représente l’expiation : le péché, éloigné, ne trouble plus notre relation avec Dieu.

Quel est le résultat de cette œuvre de Dieu, de ce sacrifice ?

La paix de Dieu et la paix avec Dieu : la paix, ce n’est pas la tranquillité, l’absence de ce qui nous embête. C’est la venue de ce qui est bon.

Nous bénéficions ainsi d’une nouvelle relation avec Dieu. Il ne nous voit plus comme des pécheurs, mais comme des fils, qu’il a adoptés pour Lui.

Résumé :

-La justice des hommes : le mérite

-La justice de Dieu : la grâce

Le cœur de l’évangile : la grâce et la paix.

Qu’est-ce qui prime ou domine réellement dans notre vie, votre vie, ma vie ?

Notre propre justice…ou la justice de Dieu ?

 

Il est possible de terminer par une prière(silencieuse) : que j’apprenne à vivre par la foi (en faisant confiance en Dieu)selon la justice de Dieu et non par la mienne.

Remercier Dieu pour ce qu’Il a fait pour que nous ayons la paix avec Lui.

Versets à retenir : Rom.5v1, 6-8 et Eph.2v4-9