Lagaan : l’esprit d’équipe « made in India »

L’esprit d’équipe selon « Lagaan »(« Once Upon a Time in India »), un film indien réalisé par Ashutosh Gowariker(2001)

Lagaan : Once Upon a Time in India est un film indien, produit et réalisé par Ashutosh Gowariker (2001), revu cet été sur dvd avec beaucoup de plaisir.

De l’aveu de son auteur dans une interview pour Critikat, il s’agit d’ « une production familiale » avec « un héros, un méchant, un trio amoureux »(1), qui a été un succès commercial. En effet, « si l’on veut un film qui marche au box-office, il faut faire un film d’amour », explique encore Ashutosh Gowariker(1).

De quoi ça parle ?

 En 1893, au centre de l’Inde, les villageois de Champaner attendent en vain la mousson. Pour humilier ce peuple au bord de la famine, le capitaine Russel, chef de la garnison britannique, veut doubler le « lagaan », l’impôt sur les céréales. Le jeune Bhuvan, qui dirige la protestation contre cette injustice, se voit proposer par l’officier un terrible pari : si les Indiens battent les Anglais au cours d’un match de cricket, ils seront exemptés de « lagaan » pendant trois ans ; s’ils perdent, ils devront payer un triple impôt. Bhuvan accepte le pari mais n’a que trois mois pour former son équipe…et apprendre à jouer ! 

A l’instar des sept samouraïs, Lagaan a tout du « film parfait » : tout public, patriotique (mais non nationaliste), et épique, généreux et rafraichissant, avec plusieurs scènes de chansons et de danses, il relate sous un angle original (une compétition sportive au centre de tous les enjeux) comment des paysans opprimés doivent oublier leurs différences (de religion, de caste, d’ethnie ou de condition physique, sans oublier les conditions d’âge) et s’unir dans un but commun, pour une question de vie ou de mort. Ainsi, il est possible qu’un « fou », un muet, un handicapé de la main (mais à la façon unique de faire vriller une balle) et un jeune garçon se retrouvent dans une même équipe ; que des ennemis traditionnels – un hindou et un musulman –  combattent (pacifiquement) ensemble, et qu’un brahmin et un dalit (« intouchable » ou « paria » et « maudit ») se touchent. Ainsi, «  ce qui est folie, faible, vil ou méprisé dans le monde peut être choisi pour confondre les sages, les forts et les prétentieux » (cf 1 Cor.1v27-28). Certes, la cause paraît dérisoire ou perdue d’avance, mais, porteuse de sens, elle dépasse les challengers indiens, impliquant toute la communauté de Champaner : les villageois, qui jouent pour leur survie, quand les anglais (les dominateurs) jouent pour se distraire, feront preuve d’un véritable esprit d’équipe « made in India », et en ressortiront grandis individuellement et soudés collectivement à la suite de diverses épreuves.

A noter enfin, bien présente dans le film et comme déjà souligné plus haut, une dénonciation particulièrement culottée du système des castes, un sujet qui tient le réalisateur à cœur. Ce dernier pense-t-il que le cinéma en Inde, parce que très populaire, pourrait contribuer à changer les mentalités ? « Si vous voulez que le cinéma change les mentalités et les attitudes, vous devez faire vingt films sur le même sujet et les diffuser à la suite les uns des autres pendant au moins cinq ans », répond-t-il. « Je ne dis pas que le système des castes doit être éradiqué. C’est impossible. Avec beaucoup d’efforts, il est possible d’éradiquer la pauvreté. Mais le système des castes ne bougera pas. Ce qu’on peut changer, c’est une attitude, la tolérance entre castes…. » (1)

 

En bref : « Laagan » (« Once Upon a Time in India »). Réalisé par Ashutosh Gowariker (Inde, 2001). Produit par Aamir Khan Productions. Musique de A.R. Rahman.
Avec Aamir Khan (Bhuvan), Gracy Singh(Gauri), Rachel Shelley (Elisabeth Russel), Paul Blackthorne (Capitaine Russel), Yashpal Sharma (Lakha, le rival de Bhuvan), Amin Hajee (Bagha, l' »Hercule » muet et son tambour), Shri Vallabh Vyas (Ishwar, le médecin du village et père de Gauri), Rajesh Vivek (Guran, « l’astrologue fou »),  Aditya Lakhia (Kachra, l’intouchable), Amin Gazi (Tipu, le neveu de Bhuvan)…..

Durée : 3h40.

Nominé aux Oscars en 2002 dans la catégorie du « Meilleur film étranger », et plusieurs fois primé dans des festivals européens (dont celui de Locarno).

Une chanson : 

« Chale chalo » (une séance d’entraînement très rythmée)

 

 

 

Note : 

(1) https://www.critikat.com/actualite-cine/entretien/ashutosh-gowariker/

« Adhérer »…pour le meilleur et pour le pire !

André Chouraqui, dans sa version de la Bible, traduit « foi » par « adhérence ». Un choix plutôt curieux de prime abord, mais qui s’avère extrêmement pertinent.
Car, « adhérer » à une cause, c’est « coller à »(cette cause), à l’instar de « blancs montés en neige réussis »*, et donc s’engager de façon durable.

Obtenir une « adhésion » véritable, réussie, c’est tout un défi.

-Tout d’abord, il importe d’apporter à l' »adhérent » une réponse à chacun de ses trois besoins : lui donner l’assurance qu’il sera aimé, utile(en lui donnant l’opportunité de faire partie d’un « corps ») et qu’il y aura place pour un projet personnel.
Lui donner une cause plus grande que lui, qui vaille la peine d’y consacrer sa vie. C’est ce que l’apôtre Paul avait découvert, par exemple(voir Philippiens 2 et 3).
Souder les adhérents autour de cette cause.

En guise d’aide ou d’introduction à la réflexion sur ce sujet, je vous recommande vivement et chaudement

« Laagan »** et « Les 7 Samourais »***, deux excellents films(parmi mes préférés) très inspirants et inspirés :
On s’y engage pour une cause apparemment dérisoire ou perdue d’avance, mais qui nous dépasse et qui fait sens. On apprend à faire preuve d’un « esprit d’équipe », à faire cause commune contre l’adversité, et on en ressort grandi individuellement et soudé collectivement à la suite de diverses épreuves.

On y évoque également(notamment dans

« les 7 samourais »)la question de la vocation, au sens évangélique.****

Bonne vision !

 

 

 

 

Notes :
* Les « blancs sont montés en neige », lorsque la substance obtenue est ferme et adhère à la parois du saladier.
Pour obtenir ce résultat, il faut, outre un fouet(pour battre les blancs), beaucoup d’énergie et de patience, disent les experts.

**« Laagan »(« Once Upon a Time in India »). Réalisé par Ashutosh Gowariker
Avec Aamir Khan, Gracy Singh, Rachel Shelley, Paul Blackthorne
Inde. 2001. 3h44. Produit par Aamir Khan Productions

Résumé : « En 1893, au centre de l’Inde, les villageois de Champaner attendent en vain la mousson. Pour humilier ce peuple au bord de la famine, le capitaine Russel, chef de la garnison britannique, veut doubler le « lagaan », l’impôt sur les céréales. Le jeune Bhuvan, qui dirige la protestation contre cette injustice, se voit proposer par l’officier un terrible pari : si les Indiens battent les Anglais au cours d’un match de cricket, ils seront exemptés de « lagaan » pendant trois ans ; s’ils perdent, ils devront payer un triple impôt. Bhuvan accepte le pari mais n’a que trois mois pour former son équipe… »(Source : fantastikasia)

Voir également ce site et cet autre(en anglais).

***« Les 7 samourais »(« shichinin no samurai »). réalisé par Akira Kurosawa. Japon. 1954. 3h26

Avec Toshirô Mifune, Takashi Shimura, Keiko Tsushima

Résumé : Des paysans, las de voir leurs biens pillés par des bandits, recrutent des « ronins »(samouraïs sans maîtres) pour les protéger.

Voir également ce site.

**** Pour comprendre cette notion, lire ou relire les évangiles : Matt.4v18-22, 9v9 ; Marc 1v15-20….

Au Moyen-Age, la tranquillité d’un petit village japonais est troublée par les attaques répétées d’une bande de pillards. Sept samouraïs sans maître acceptent de défendre les paysans impuissants. – See more at: http://www.cine-asie.fr/film/critique-les-sept-samourais/#sthash.w9f3Ikqq.dpuf
Au Moyen-Age, la tranquillité d’un petit village japonais est troublée par les attaques répétées d’une bande de pillards. Sept samouraïs sans maître acceptent de défendre les paysans impuissants. – See more at: http://www.cine-asie.fr/film/critique-les-sept-samourais/#sthash.w9f3Ikqq.dpuf