Un livre écrit pour moi

« Je viens moi-même à toi, ô Dieu, pour faire ta volonté, selon ce qui est écrit à mon sujet dans le saint livre.” Je suis donc concerné par ce que j’y lis !

« Tu n’as voulu ni sacrifice ni offrande,– tu m’as creusé des oreilles pour entendre– tu n’as demandé ni holocauste ni expiation.

Alors j’ai dit : « Voici, je viens avec le rouleau d’un livre écrit pour moi.
Mon Dieu, je veux faire ce qui te plaît, et ta loi est tout au fond de moi. » (Ps.40v7-9)

Telle est ma « portion-harpon » pour la semaine, reçue samedi dernier.

Pourquoi à ce moment ? Le fait que nos amis Juifs s’apprêtent à fêter Chavouot (Célébrant le don de la Torah) du 08 au 10 juin et que nous, chrétiens, fêterons Pentecôte (Célébrant le don du Saint-Esprit) le 09 juin – l’une et l’autre tombant à la même période ! – n’y est sans doute pas étranger.

Dans ce passage du psaume, David s’adresse à Dieu, et nous communique au passage ce qui est important pour ce dernier : « Tu n’as voulu ni sacrifice ni offrande (….) tu n’as demandé ni holocauste ni expiation » (cfr. Lévitique 1-7),  l’un et l’autre ne pouvant « rendre parfait le cœur de quiconque pratique ce culte » (Hébr.9v9).

Ces sacrifices s’avèrent donc inappropriés (et détournés en fin plutôt que moyen), mais, comme le souligne David en parlant à (de) Dieu, « tu m’as creusé des oreilles pour entendre » (ce qui te plaît).

« Tu m’as creusé des oreilles ». « Creuser » est un verbe qui n’a ce sens qu’ici. Erri de Luca souligne que « ce verbe de David est le verbe avec lequel, dans l’Écriture Sainte, on creuse des puits » [cf Gen. 26:25; Nombres 21:18]. « David est tout simplement en train de dire que les oreilles sont des puits » où l’eau de la révélation [les paroles de Dieu] – se dépose et se garde, sans qu’il s’en perde une seule goutte(1). Une façon poétique de définir l’écoute (ou l’obéissance), laquelle « vaut mieux que les sacrifices » (1 Sam.15v22)

En fin de compte, vu que les sacrifices mentionnés plus haut s’avèrent inappropriés, Dieu ne nous demande donc « rien d’autre » pour « sacrifice » que de « venir » vers lui et de Lui manifester notre disponibilité et notre disposition de cœur (avec ce cœur nouveau) à « faire ce qui (Lui) plaît » (cf Rom.12v1). Une seule offrande. Pas plusieurs.

Dieu nous a « creusé des oreilles » pour l’écouter et Lui obéir, sans doute avec le même doigt qui a écrit les « 10 Paroles » sur les tables de pierre (Ex.31v18 et Deut.9v10)

Mais, selon le psaume 40 et l’alliance nouvelle annoncée en Jérémie 31v31-34 et Ezech.36v26-27, Dieu « dépose » en réalité « ses directives au fond (de nous-mêmes), les inscrivant dans (notre) être » (Jer.31v33 et cf 2 Cor.3v3)

Dans le Nouveau Testament, en Hébreux 10v5-7, nous apprenons que ce psaume 40 a été accompli par le Seigneur Jésus-Christ : « Car le sang des taureaux et des boucs ne pourra jamais enlever les péchés. C’est pourquoi, au moment où il allait entrer dans le monde, le Christ dit à Dieu : « Tu n’as voulu ni sacrifice, ni offrande, mais tu m’as formé un corps. Tu n’as pris plaisir ni à des animaux brûlés sur l’autel, ni à des sacrifices pour le pardon des péchés. Alors j’ai dit : “Je viens moi-même à toi, ô Dieu, pour faire ta volonté, selon ce qui est écrit à mon sujet dans le saint livre.”  » Il déclare tout d’abord : « Tu n’as voulu ni sacrifices, ni offrandes, ni animaux brûlés sur l’autel, ni sacrifices pour le pardon des péchés, et tu n’y as pas pris plaisir. » Pourtant, ces sacrifices sont offerts conformément à la loi. Puis il ajoute : « Je viens moi-même pour faire ta volonté. » Il supprime donc les anciens sacrifices et les remplace par le sien. 

Jésus-Christ a fait la volonté de Dieu ; il s’est offert lui-même une fois pour toutes, et c’est ainsi que nous sommes purifiés du péché. Tout prêtre se tient chaque jour debout pour accomplir son service ; il offre souvent les mêmes sacrifices, qui ne peuvent cependant jamais enlever les péchés. Le Christ, par contre, a offert un seul sacrifice pour les péchés, et cela pour toujours, puis il s’est assis à la droite de Dieu.  Maintenant, c’est là qu’il attend que Dieu contraigne ses ennemis à lui servir de marchepied. Ainsi, par une seule offrande il a rendu parfaits pour toujours ceux qu’il purifie du péché.

Le Saint-Esprit nous l’atteste également. En effet, il dit tout d’abord : « Voici en quoi consistera l’alliance que je conclurai avec eux après ces jours-là, déclare le Seigneur : J’inscrirai mes instructions dans leur cœur, je les graverai dans leur intelligence. » Puis il ajoute : « Je ne me souviendrai plus de leurs fautes et de leurs péchés. » Or, si les péchés sont pardonnés, il n’est plus nécessaire de présenter une offrande à cet effet ». (Hébr.10v4-18)

C’est là une grâce de Dieu, une faveur imméritée. Mais cette grâce est une « grâce qui coûte », puisqu’elle a coûté le sacrifice de Notre Seigneur à la croix, et parce qu’elle nous coûte notre obéissance.

Comme David et le Seigneur, nous venons nous-même à Dieu, « avec le rouleau d’un livre où il y a quelque chose d’écrit à notre sujet ». C’est ainsi que nous sommes aussi concernés par ce qui est écrit dans la Bible (2).

 

 

 

Notes :

(1)Cf https://www.la-croix.com/Archives/2009-08-13/Dossier.-Entretien-Erri-De-Luca-ecrivain-Je-reste-incapable-de-donner-le-tu-a-la-divinite-_NP_-2009-08-13-351360 et https://messaje-ouest.fr/article/document-temoignage-erri-de-luca

Du même Erri de Luca : « L’écoute est une citerne dans laquelle se déverse une eau de ciel de paroles scandées à gouttes de syllabes (…) l’écoute est un puits qui les garde entières, on peut en prendre là chaque fois sans qu’il en manque une ».Et Il dit. Gallimard. « Du monde entier », 2012, p45)

(2) Ainsi Dietrich Bonhoeffer, pasteur et théologien allemand : se trouvant aux Etats-Unis en 1939, il a eu l’impression « d’être obligé de retourner en Europe pour être avec ses frères et sœurs en Allemagne, dans l’opposition contre le régime nazi. Juste avant son retour à l’Europe, il a lu le texte de 2 Timothée 4,21 : « Efforce-toi de venir avant l’hiver. » Dans son cahier personnel, il a noté que ce texte l’accompagnait pendant toute la journée, et il ajoutait : Ce n’est pas un abus de l’Ecriture si je laisse parler cette parole à moi-même ». cf http://lesattestants.fr/wp-content/uploads/2019/02/Lehmk-Attestants-Bible.pdf

 

 

 

Lâcher prise

Deux passages lus le même jour, cette semaine, susceptibles de nous éclairer sur nous-mêmes, avant de trouver une application plus large :

Le premier relate un tournant dans la vie d’Ozias, un roi pourtant ingénieux et ingénieur, « aimant la terre » :

«Il rechercha Dieu pendant la vie de Zekaryahou, qui l’instruisait dans la crainte de Dieu, et pendant qu’il resta fidèle au SEIGNEUR, Dieu le fit prospérer. »(v5) Puis, « il fit à Jérusalem des machines spécialement inventées pour être placées sur les tours et les angles et pour lancer des flèches et de grosses pierres. Sa renommée se répandit au loin, car il fut merveilleusement aidé, jusqu’à devenir puissant. En raison de sa puissance, son cœur s’enorgueillit jusqu’à sa perte et il fut infidèle envers le SEIGNEUR son Dieu : il entra dans le temple du SEIGNEUR pour offrir de l’encens sur l’autel des parfums. Le prêtre Azaryahou entra derrière lui, accompagné par quatre-vingts courageux prêtres du SEIGNEUR. Ils se dressèrent contre le roi Ozias et lui dirent : « Ce n’est pas à toi, Ozias, d’offrir l’encens au SEIGNEUR, mais aux prêtres, fils d’Aaron, consacrés pour cette offrande ! Sors du sanctuaire, car tu as été infidèle ! Par l’action du SEIGNEUR Dieu, ce ne sera pas pour toi un titre de gloire ! » Ozias se mit en colère, alors qu’il avait en mains l’encensoir. Pendant sa colère contre les prêtres, la lèpre apparut sur son front, devant les prêtres, dans la Maison du SEIGNEUR, près de l’autel des parfums. Le grand prêtre Azaryahou et tous les prêtres regardèrent vers lui, et voilà qu’il était lépreux sur le front ! Vite ils l’expulsèrent de là et lui-même se dépêcha de sortir, car le SEIGNEUR l’avait frappé. Le roi Ozias resta lépreux jusqu’au jour de sa mort. Comme lépreux, il dut résider à part dans une maison, car il était tenu à l’écart de la Maison du SEIGNEUR ». (2 Chron.26v15-21) Cette même maison où il a voulu entrer, voulant avec obstination prendre plus que sa part.

Le second passage a trait au roi Amatsia, le père d’Ozias : « Il avait vingt-cinq ans lorsqu’il devint roi et il régna vingt-neuf ans à Jérusalem. Le nom de sa mère était Yehoaddân, de Jérusalem. Il fit ce qui est droit aux yeux du SEIGNEUR, non pas toutefois d’un cœur intègre », ou « sans partage »(2 Chron.25v1-2).

« Il recruta en Israël cent mille vaillants guerriers, pour cent talents d’argent. Mais un homme de Dieu vint lui dire : « O roi ! qu’une armée d’Israël ne vienne pas avec toi, car le SEIGNEUR n’est pas avec Israël, tous ces fils d’Ephraïm ! En effet, si elle vient, tu auras beau, toi, être fort dans le combat, Dieu te fera trébucher devant tes ennemis, car c’est Dieu qui a la force de secourir ou de faire trébucher. » Amasias dit à l’homme de Dieu : « Et que faire des cent talents que j’ai donnés aux troupes d’Israël ? » L’homme de Dieu répondit : « Le SEIGNEUR a de quoi te donner bien plus que cela. » (vv6-9).

Comme quoi, il faut savoir lâcher prise pour gagner « bien plus » que ce que l’on craint de perdre. Par exemple, savoir lâcher nos opinions, le pouvoir…pour pouvoir saisir la vérité, la justice, l’intégrité….

« Arrête-toi maintenant et je te ferai entendre la parole de Dieu »

Lecture de 1 Sam.910(lire avant le chapitre 8)

 

Voici un homme élevé et honoré par Dieu pour être « le conducteur de son héritage »(1 Sam.10v1). Cet homme est équipé pour cela par Dieu : lequel lui fait entendre Sa Parole(1 Sam.9v27), l’oint(10v1) et « lui donne un autre coeur »(10v9 et ss).

La fidélité et « l’obéissance, qui vaut mieux que les sacrifices »(15v22)sont nécessaires pour être ce conducteur.

Dans le cas contraire, en cas d’infidélité et de désobéissance(ou de rébellion) volontaires, une autre Parole se fera entendre : une Parole d’avertissement et de jugement(1 Sam.15v16 cf 13v13-14)

 

Chercher son intérêt ou celui de Dieu : David, un type de Christ(une méditation sur 1 Samuel 23v1-13)

Un récit plein de suspens ! Et c’est dans la Bible !

Mais avant de le découvrir, voici un petit test :

A la tête d’une troupe de marginaux et de bras cassés, vous êtes un proscrit, en fuite, face à un puissant et mortel ennemi….C’est alors que vous apprenez que vos frères sont attaqués :
-Vous foncez
-Vous réfléchissez à une stratégie
-Vous cherchez les conseils d’un plus sage que vous

Vos compagnons sont effrayés, découragés, et refusent de vous suivre dans cette expédition de secours :
-vous les traitez de poltrons ou de lâches
-vous choisissez des hommes plus courageux
-vous cherchez comment les rassurer

Pour sauver leur vie, les chefs de la ville que vous venez de libérer s’apprêtent à vous livrer entre les mains de votre pire ennemi qui mobilise toutes ces forces pour vous prendre :
-vous tentez d’inciter le peuple de la ville à la révolte contre ses chefs et organisez la défense
-vous vous vengez de la ville ingrate
-vous cherchez un moyen pour détourner votre ennemi de la ville

Résultats ?

Découvrons maintenant le fameux récit à suspens dans la Bible, qui se trouve dans le premier livre de Samuel, dans l’Ancien Testament, chapitre 23, versets 1 à 13 :

1″Et on rapporta à David, en disant: Voici, les Philistins font la guerre à Kehila et pillent les aires.
2Et David interrogea l’Éternel, disant: Irai-je, et frapperai-je ces Philistins? Et l’Éternel dit à David: Va, et tu frapperas les Philistins, et tu sauveras Kehila. 3Et les hommes de David lui dirent: Voici, même ici en Juda, nous avons peur, et comment irions-nous à Kehila, contre les troupes rangées des Philistins? 4Et David interrogea encore l’Éternel, et l’Éternel lui répondit et dit: Lève-toi, descends à Kehila; car je livrerai les Philistins en ta main. 5Et David alla avec ses hommes à Kehila, et combattit contre les Philistins et emmena leurs troupeaux, et leur infligea une grande défaite. Et David sauva les habitants de Kehila. 6Et il était arrivé que, lorsque Abiathar, fils d’Akhimélec, s’était enfui auprès de David à Kehila, il était descendu avec un éphod en sa main. 7Et on rapporta à Saül que David était entré à Kehila. Et Saül dit: Dieu l’a rejeté et livré en ma main; car il s’est enfermé en entrant dans une ville qui a des portes et des barres. 8Et Saül convoqua tout le peuple pour la guerre, pour descendre à Kehila, afin d’assiéger David et ses hommes. 9Et David sut que Saül méditait du mal contre lui, et il dit à Abiathar, le sacrificateur: Apporte l’éphod. 10Et David dit: Éternel, Dieu d’Israël! ton serviteur a appris comme une chose certaine que Saül cherche à entrer dans Kehila, pour détruire la ville à cause de moi: 11les hommes de Kehila me livreront-ils en sa main? Saül descendra-t-il, comme ton serviteur l’a entendu dire? Éternel, Dieu d’Israël! déclare-le, je te prie, à ton serviteur. Et l’Éternel dit: Il descendra. 12Et David dit: Les hommes de Kehila me livreront-ils, moi et mes hommes, en la main de Saül? Et l’Éternel dit: Ils te livreront. 13Et David se leva, et ses hommes, environ six cents hommes, et ils sortirent de Kehila et s’en allèrent où ils purent. Et on rapporta à Saül que David s’était échappé de Kehila, et il s’abstint d’entrer en campagne ».

Qui a entendu parler de Kehila* ? David, en fuite devant Saül, apprend que cette ville de Juda est attaquée par les philistins. Il consulte l’Eternel qui lui confirme qu’il doit intervenir et libère la ville. Saül apprend que David se trouve à Kehila et se met en route avec son armée pour détruire la ville et capturer David. Consultant alors à nouveau l’Eternel, David reçoit confirmation que rien ne pourra arrêter Saül, en marche pour détruire Kehila, et que les autorités de la ville n’hésiteront pas à le livrer.
David, bien que vainqueur, ne revendique pas ses droits, ne se révolte pas et renonce à la gloire qui lui était pourtant due : il s’enfuit de Kehila, détournant ainsi la colère de Saül sur lui et la ville est épargnée.

Il est possible de retenir quatre choses de ce récit :

– David apprend que Kehila est dans la détresse. Bien qu’en fuite, il tient à connaître et faire la volonté de Dieu avant d’agir, selon l’exemple du Seigneur Jésus (« je suis descendu du ciel pour faire, non ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé » cf Jean 6v38 et Jean 4v34, 5v30, 7v16-18, 8v29). Il consulte fréquemment l’Eternel et montre par là même son obéissance et sa dépendance envers Dieu. (Voir toutes les circonstances où Jésus prie dans Luc 5v16, 6v12, 9v18, 9v29, 11v1….) De plus, en choisissant d’aider Kehila, David sait qu’il prend des risques, en se « découvrant ».

Homme au cœur de berger, David tient à rassurer ses hommes dans la crainte, en se fondant sur la Parole de Dieu, et témoigne combien il est essentiel de se voir confirmer la Parole entendue.

 

Traverser par Radu Pasca

Traverser par Radu Pasca

Il intercède pour ceux qui sont sous le coup du jugement(les habitants de la ville de Kehila) et détourne sur lui-même la colère de Saül, illustrant ces paroles de l’Ecriture, se rapportant à l’œuvre rédemptrice du Seigneur Jésus : … « il a intercédé pour les coupables » (Es.53 v11-12) ; Jésus « est la propitiation pour nos péchés » ou  « a apaisé la colère de Dieu contre le mal en s’offrant en sacrifice pour nos péchés » (1 Jean 2v1-2, 4v10, traduction Semeur)
– Ceux que David est venu libérer sont prêts à le livrer. Malgré tout, David accepte le déshonneur à la place de la gloire qu’il aurait du recevoir, afin que la ville soit sauvée.
De même,  « (Jésus) vint chez soi; et les siens ne l’ont pas reçu. » (Jean 1v11) ; « à cause de la joie qui était devant lui, (il)a enduré la croix, ayant méprisé la honte, et est assis à la droite du trône de Dieu »(Hébr.12v2), et  « Christ a souffert pour vous, vous laissant un modèle, afin que vous suiviez ses traces, lui qui n’a pas commis de péché, et dans la bouche duquel il n’a pas été trouvé de fraude; qui, lorsqu’on l’outrageait, ne rendait pas d’outrage, quand il souffrait, ne menaçait pas, mais se remettait à celui qui juge justement; qui lui-même a porté nos péchés en son corps sur le bois, afin qu’étant morts aux péchés, nous vivions à la justice; par la meurtrissure duquel vous avez été guéris. »(1 Pie.2v21-24)

Et savez-vous la meilleure ? Kehila a voulu « sauver sa peau », en choisissant de « vendre » ou de livrer David à Saül.  Certes, à la fin du passage, Kehila est « sauvée ».

Néanmoins, si l’on sait encore aujourd’hui qui est (le roi)David, plus personne ne semble se souvenir qui (ou ce qu’)est Kehila….

Kehila ? C’est qui, ça ?

 

 

Notes :

*Kehila : ville de Juda. Il existe aujourd’hui un village en ruine, nommé Kurbeth-Kîla, à 11 km à l’est de Beth-Djibrin ou Eleuthéropolis. C’est dans cette partie importante du plateau de Juda du côté de l’ouest que se trouvent de grandes étendues de champs de blé.

Comment lis-tu ?

Verres optiques par George Hodan

Verres optiques par George Hodan

L’été est là depuis quelque temps, même si le temps dont nous disposons ne nous aide pas toujours à le croire. Mais ne râlons pas…

L’été est là et les vacances d’été(pour certains !)débutent.

Une question demeure : que faire ? Que et qui voir ? Où aller ? Qu’emporter dans nos bagages ? (pour ceux qui pourront partir en vacances)

Que lire ?

Tiens, puisque l’on parle de « lecture » ! Parlons encore de la lecture de la Bible ! Et surtout d’une certaine façon de lire :

Quand je lis, ici ou là, certaines façons de lire ou d’interpréter les Ecritures(mais aussi certaines façons de considérer les Ecritures-ce qui est la même chose !), je pense souvent à ce passage de 2 Jean 9 :
« Quiconque va plus loin et ne demeure pas dans la doctrine de Christ n’a point Dieu. »

« Aller plus » ou « trop loin », c’est courir le risque de ne pas demeurer dans la doctrine de Christ(Et donc de s’en écarter)et de ne point avoir Dieu.

2 Jean v9 est une mise en garde pour quiconque, érudit, sage, intelligent ou moins instruit(mais sachant lire et comprendre).

Ainsi, il est possible de prendre beaucoup d’énergie et de temps pour fouiller, décortiquer, creuser, des notions de la Bible. Il est dommage que cela ne nous conduise pas toujours à un émerveillement simple, réel et franc, quant à ce que Dieu a fait pour nous.
La théologie peut être utile, comme, parfois, de discuter. Dieu nous exhorte à creuser Sa Parole, mais à la condition de ne pas perdre de vue, et le fil rouge-Christ-et et la finalité : grandir dans une meilleure connaissance, plus vivante, plus authentique, plus vraie, de Dieu et de Jésus-Christ, ainsi qu’une plus grande obéissance et soumission à Dieu. L’obéissance, la soumission à Dieu(et l’amour), c’est là l’essentiel.

Pour l’avoir oublié, Eve a été trompée : elle a voulu discuter avec le premier théologien de l’histoire(Gen.3)et cela l’a conduit à douter de Dieu et à prendre du fruit défendu. Pierre a aussi « oublié » de se soumettre au Seigneur et a voulu discuter avec Lui(Jean 13v36-38 et Matt.16v21-22). Résultat, il n’a pas pu veiller même une heure avec Jésus et on connaît la suite à Gethsémané…
De même, enfin, le peuple juif (en réalité sans doute plus « le peuple de l’interprétation des Ecritures » que « du Livre ») : ils scrutaient, sondaient les Ecritures, mais ont oublié l’essentiel(Jean 5v39). Résultat, lorsque le Messie est venu, ils ne l’ont pas reconnu. Mieux : ils savaient où Il devait naître, mais ne se sont pas déplacés pour l’adorer.

A l’inverse, le Seigneur ne discute jamais avec l’adversaire, notamment sur Son identité et Sa mission, et affirme la Parole avec autorité(Matt.4 et Marc 5)

Bref, que conseiller(si je puis conseiller quelque chose !)de « faire » (ou de vivre)cet été ? 

La lecture du Livre par Peter Griffin

La lecture du Livre par Peter Griffin

De se (re)plonger dans la Parole de Dieu écrite : la Parole et rien que la Parole de Dieu(du premier au dernier livre, NT et AT) pendant les deux mois qui viennent. Vous verrez : ce livre, vivant, est passionnant ! Il vous parle d’une personne toute aussi vivante et passionnante !

– De « creuser » cette Parole vivante d’une façon différente, comme pour y trouver des trésors, sources d’émerveillement…dans le but d’ »aller plus loin », dans une communion et une connaissance(et une soumission) plus profonde, plus vraie, plus vivante, plus juste et meilleure avec Christ. Nos perspectives pourraient être totalement différentes !

Bonne lecture à chacune et chacun !

Et bonne « chasse au trésor »…. »si tu veux aller loin » !*

Que le Seigneur vous conduise !

PS : pour ma part, j’avais eu, au départ, idée de consacrer un ou deux billets(pour terminer juillet)à quelques critiques de films ou de livres.

Au final, je n’en conseillerai donc qu’un(ou plutôt : une bibliothèque de 66 livres en un volume de poche) pour l’été. Plusieurs plans de lecture de la Bible sont disponibles sur ce blog, dans la partie « étudier la Bible ».

Je reparlerai d’autres livres(autres que la Bible, mais que j’ai trouvés édifiants et intéressants) et de films, à la rentrée(peut-être, au plus tôt, fin août).

En attendant, ce blog et son bloggeur se mettent au repos pour juillet-août. Je compte mettre à profit ce temps pour continuer à mettre en pratique que j’ai conseillé plus haut.

Profitez-en pour vous promener sur le blog et pour lire les autres billets (qui ne sont pas si nombreux après presque six mois d’existence !)

Grâce et paix en Jésus-Christ à vous tous !

Note :

*Hommage à Ralph Shallis !

« Mon esprit ne se lassera point d’être avec vous… » dit le Seigneur

Coucher du soleil par Anna Langova "Tu respecteras cet amour et cette alliance".

Coucher du soleil par Anna Langova
« Tu respecteras cet amour et cette alliance ».

Je fixerai ma résidence au milieu de vous, et mon esprit ne se lassera point d’être avec vous ; mais je me complairai au milieu de vous, et je serai votre Divinité, et vous serez mon peuple. Je suis l’Éternel votre Dieu, qui vous ai tirés du pays d’Egypte pour que vous n’y fussiez plus esclaves; et j’ai brisé les barres de votre joug, et je vous ai fait marcher la tête haute.(Lévit.26v11-13. Traduction du Rabbinat français)

Ce passage, lu dans la Bible dite du « Rabbinat français »(et contenant-forcément-le seul « Ancien Testament »), m’a paru avoir une force toute particulière. Il mérite qu’on s’y arrête un instant.

Dans le contexte du passage, les bénédictions sont conditionnées à la fidélité et à l’obéissance aux commandements divins, énumérés précédemment.

Néanmoins, on constate que :

-Dieu souhaite cette communion avec nous et s’y plaît(Il nous attend même « dans le lieu secret »-Matt.6v6)

-Dieu nous a libéré de l’esclavage, pour que nous puissions vivre pleinement cette communion.

Il nous fait connaître le chemin de la vie….(Ps. 16v11) et nous encourage à veiller à tout ce qui peut entraver cette communion. Si besoin, ce Dieu « qui est lumière » nous invite toujours à nous mettre dans sa lumière(1 Jean 1v5-6), pour demeurer dans Sa communion et être couvert par « le sang de Jésus-Christ, Son Fils ».

Dieu « ne se lasse pas d’être avec nous ».

Dieu « ne se lasse pas d’être avec nous ».

Dieu « ne se lasse pas d’être avec nous ».

C’est l’une des plus belles choses que Dieu puisse nous confier. Car c’est une déclaration d’amour de Dieu pour nous.

 

Et nous ?

Jeune femme s'ennuie par Petr Kratochvil Il est essentiel de savoir se ménager du temps sans distraction, pour être à l'écoute de Dieu

Jeune femme s’ennuie par Petr Kratochvil

 

Nous lassons-nous d’être avec Dieu ?

 

 

 

Combien « veillons-nous » avec Lui ?

« Une heure » ? Plus d’une heure ? (Marc 14v37)

 

 

 

Quelle sera notre réponse ?

Tu me feras connaître le chemin de la vie ;

Curieux étudiant par Petr Kratochvil

Curieux étudiant par Petr Kratochvil

ta face est un rassasiement de joie, il y a des plaisirs à ta droite pour toujours.(Ps. 16v11)