« Read it (again) » : le voyage du pèlerin en manga

« Le Voyage du pèlerin », version manga. Sortie le 14 septembre 2017 dans toutes les bonnes librairies.

« Read it (again ») : « (re)lis-le ».

Ce n’est pas là « le onzième commandement », mais un magnifique stimulant, propre à nous inciter à nous remettre en route, en cette période de rentrée. Et quoi de mieux, en effet, que cette version manga d’un fameux classique de la littérature anglaise, « le Voyage du pèlerin » (« Pilgrim’s Progress ») de John Bunyan (1628-1688), pour (ré) apprendre « la meilleure façon de marcher » ?

Le livre paraît aujourd’hui dans toutes les bonnes librairies, ce 14/09, et je remercie les éditions BLF, qui me l’ont aimablement et gracieusement envoyé « en avant-première », estimant que cela pourrait m’intéresser.

Effectivement, familier de l’œuvre que j’ai lue il y a très longtemps, d’abord en version enfantine –« le voyage du petit pèlerin », avec des illustrations très XIXe siècle, puis la version classique et même une version dessin animé, j’étais très curieux de découvrir cette nouvelle version moderne susceptible de parler à la génération d’aujourd’hui. Et pour l’anecdote, le thème me parle particulièrement, puisque je me suis toujours vu – et je me vois toujours – comme un pèlerin, « étranger et voyageur » dans un monde où je ne me sens pas vraiment chez moi.

Pour ceux qui ne le connaîtraient pas encore, il s’agit du récit allégorique, sous forme d’un rêve, d’un dénommé « Chrétien », lequel, conscient de porter « un fardeau » suite à la lecture d’un livre, décide un jour d’entreprendre un voyage périlleux, depuis sa ville de « Destruction » jusqu’à la Cité Céleste. « Le voyage du pèlerin » est l’un des livres les plus publiés et les plus lus après la Bible. Il est considéré comme le précurseur du roman et l’auteur dramatique Bernard Shaw a loué les grandes qualités littéraires du livre dans la préface de « l’homme et le surhomme »(1903), jugeant que dans certaines scènes les descriptions de Bunyan dépassent celles de Shakespeare.

Son auteur est le puritain John Bunyan (1628-1688), qui a vécu à la fin d’une période turbulente de guerres civiles britanniques.

A l’âge de 32 ans, il fut condamné pour avoir organisé des réunions « illicites » (comprendre : au cours desquelles il a prêché la Parole sans être pasteur, ce qui était interdit à l’époque). Il reste douze ans (1660-1672) en prison à Bedford, une ville à 100 km au nord de Londres. C’est là qu’il commence la rédaction de son « voyage du Pèlerin ». Il y raconte sa propre histoire et son combat pour la foi. Le livre est aussi un vivant tableau, avec des scènes et des portraits tirés de son expérience de vie et des mœurs de son temps. Le style est simple, fait le plus souvent d’une mosaïque de citations bibliques incorporées au texte au point de ne plus s’en distinguer. Le livre est finalement terminé en 1677, au cours d’une deuxième période d’emprisonnement de six mois. Paru en 1678, ce fut un grand succès. Depuis sa première édition, cet ouvrage a été lu par 250 millions de personnes et traduit en plus de 200 langues.

4ème de couverture de l’édition Manga du « Voyage du pèlerin », chez BLF.

Parlons maintenant de cette version manga : sur le plan formel, d’abord, c’est sans conteste une réussite. Le résultat est absolument impressionnant. Les illustrations mettent bien en valeur, en le réactualisant, le texte original et l’esprit de l’œuvre de John Bunyan : certaines scènes sont particulièrement effrayantes, quand d’autres sont d’une beauté à couper le souffle, lumineuses et rayonnantes. Se côtoient ainsi tous les aspects de la réalité – beauté, laideur, vices, vertus, humour, effroi, joie et espérance – à mille lieux d’une vision du monde idéalisée et douçâtre.

Sur le plan du contenu, comme dans l’original, « le voyage du pèlerin » version manga nous donne à voir avec un certain « réalisme pastoral », plus qu’il ne nous enseigne, « la meilleure façon de marcher » pour un chrétien, métaphore de la vie spirituelle. « Être » ou « devenir chrétien », c’est entrer dans une dynamique : d’abord être en recherche, puis se laisser interpeller par le message de « la Bonne Nouvelle » (l’Évangile), avant de se mettre en route pour un nouvel horizon libérateur. La démarche est donc d’abord nécessairement individuelle mais un pèlerin ne reste jamais seul longtemps, rejoint à un moment donné de son parcours par d’autres pèlerins, qui deviennent ses com-pagnons de route, partageant son espérance mais aussi ses défis.

Par ailleurs, le « vrai pèlerin » sait qu’il est dangereux de « jouer au pèlerin », puisqu’il s’agit d’une aventure sérieuse, où l’on risque de perdre sa vie ou son âme. Il sait aussi qu’il ne fait que passer dans ce monde et que son cœur est ailleurs : un antidote aux tentations de la société de consommation, du matérialisme et du faux « évangile » de prospérité (il serait plus exact de dire « de cupidité » !), incarnés par Messieurs « Intérêt personnel », « Amour de l’argent », « Ami du monde » et « Avidité ».

Le pèlerin est enfin celui qui témoigne qu’il a quitté un règne (celui qui enferme dans la ville de « Destruction » et conduit à la « Foire aux Vanités », par exemple) pour en rejoindre un autre (qui le mène à la Cité Céleste, sa vraie patrie), source de libération et d’espérance. Une telle prise de position n’aliène pas le pèlerin, bien au contraire, puisque chaque personnage du récit a son identité bien à lui. Cette idée, implicite dans le livre, est encore plus explicite dans le manga : certains personnages ont d’ailleurs été modernisés et féminisés, ce qui les rend encore plus intéressants, telles « Bonne volonté », la gardienne de la Porte Étroite qui n’a pas froid aux yeux, ou encore « Pleine d’espoir », représentée par une jeune fille fragile, mais bien plus forte qu’elle ne paraît. J’ai aussi apprécié les représentations de  « Fidèle » – compagnon de route de « Chrétien », preux chevalier et…fidèle témoin qui connaîtra le martyr, ainsi que d’ « Évangéliste », homme bon et sage qui sait se montrer redoutable à l’occasion. Quant à « Chrétien », il est un personnage bien vivant, à qui l’on peut s’attacher : homme ordinaire en quête de sens, soucieux de vérité, déterminé, parfois en proie au doute et à la peur, mais désireux, non plus de se contenter de survivre, mais d’apprendre à marcher « en chrétien », porté et animé par l’amour et la grâce de Dieu. A ce propos, son fameux « fardeau » qu’il porte au début du récit a été revisité dans le manga d’une façon inédite mais particulièrement bien vue. Je n’en dirais pas plus pour ne pas gâcher la surprise : les plus observateurs comprendront de quoi je parle, une fois le manga entre leurs mains…

Bien entendu, n’importe qui, qui ne connaît pas ou peu la foi chrétienne, pourra le lire comme un roman d’aventure ou de « fantasy » et trouver agréable les péripéties du récit, mais il passera à côté de l’essentiel de ce que le livre veut communiquer. Personnellement, je le conseillerais plus volontiers à un public déjà familier de la foi chrétienne et de la Bible, aux jeunes croyants ou encore aux enfants et jeunes issus de famille chrétienne. Il peut également être un beau cadeau à offrir à toute personne en recherche, interpellée par des questions dites existentielles et désireuse d’en savoir plus sur l’Évangile, avant de « se mettre en route » à son tour !

Bonne lecture ! Et n’hésitez pas à me partager vos impressions au pied de l’article.

Plus d’infos sur le livre sur le site de l’éditeur.

 

Publicités

Bientôt, ma recension du « Voyage du pèlerin », version manga

« Le Voyage du pèlerin », version manga. Sortie le 14 septembre 2017 dans toutes les bonnes librairies.

Ma note de blogue sur la nouvelle version de ce classique intemporel, susceptible de parler à la génération d’aujourd’hui, paraîtra demain, jeudi 14 septembre, le jour de la sortie du livre.