« En ce jour-là, vous ne m’interrogerez plus sur rien »

Non pas "la satiété en questions", mais "la satiété de questions", promise par le Seigneur Jésus. (Dessin de Xavier Gorce)

Non pas « la satiété en questions », mais « la satiété de questions », promise par le Seigneur Jésus.
(Dessin de Xavier Gorce)

« En ce jour-là, vous ne m’interrogerez plus sur rien », dit Jésus à ses disciples (Jean 16v23), en leur parlant de ce qu’ils le contempleront comme ressuscité et glorifié.

Parce qu’Il leur a dit : « Encore un peu de temps, et vous ne me verrez plus ; et puis encore un peu de temps, et vous me verrez, parce que je vais au Père »(Jean 16v16, cf v19)….ils se questionnent les uns les autres. « En vérité, en vérité », leur dit Jésus, ils pleureront et se lamenteront, « et le monde se réjouira » : ils seront dans la tristesse, mais leur tristesse se changera en joie… Jésus les reverra et leur coeur se réjouira, et nul ne leur ravira leur joie.(vv20, 22)

Précédemment encore, le Seigneur avait dit à Pierre, au moment du lavage des pieds : « Ce que je fais, tu ne le comprends pas maintenant, mais tu le comprendras bientôt »(Jean 13v7)

Cette affirmation (« en ce jour-là, vous ne m’interrogerez plus sur rien ») peut paraître étonnante, puisque comprendre enfin ce que Jésus leur a si souvent enseigné à son sujet, et en être témoin, ne devrait pas marquer la fin des questions….mais plutôt le commencement de nouvelles questions ! Or, chaque fois que nous comprenons quelque chose « de plus », nous ressentons le besoin de « plus de » (ou de nouvelles) questions. En réalité, face au besoin du « toujours plus, plus de toi, Seigneur ! », Jésus fait l’annonce (et la promesse) que nous n’aurons « plus besoin (de plus) de » questions*.

Est-ce là l’accomplissement de ses déclarations précédentes ? Nous nous souvenons qu’Il a dit à la samaritaine, près du puits que « Quiconque boit de cette eau aura encore soif ; mais celui qui boira de l’eau que je lui donnerai n’aura jamais soif, et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle ».(Jean 4v13-14). Après la multiplication des pains, Il a encore dit à la foule : « Je suis le pain de vie. Celui qui vient à moi n’aura jamais faim, et celui qui croit en moi n’aura jamais soif » (Jean 6v35). Et « le dernier jour, le grand jour de la fête, Jésus, se tenant debout », s’était écrié : « Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi, et qu’il boive. Celui qui croit en moi, des fleuves d’eau vive couleront de son sein, comme dit l’Écriture. Il dit cela de l’Esprit que devaient recevoir ceux qui croiraient en lui ; car l’Esprit n’était pas encore, parce que Jésus n’avait pas encore été glorifié ».(Jean 7v37-39)

Le croyant en Christ n’est donc pas un « tonneau sans fond » réclamant toujours « plus, plus », à l’instar du consommateur rendu perpétuellement insatisfait par la publicité. Il est censé vivre par l’Esprit (Gal.5v25 ; Rom.8v9, 14) et connaître ainsi perpétuellement la plénitude, au point de déborder positivement sur les autres (cf Eph.5v18 et ss).

 Celui qui est en Jésus, et le connaît comme Son Sauveur et Seigneur, n’a plus besoin de questionner. Il ne connaît pas « plus », mais mieux. Le Saint-Esprit qui est en lui, est « l’Esprit de vérité », « qui (le) conduit dans toute la vérité », et rend gloire à Jésus, rappelant tout ce que Celui-ci a dit. Et Il répond à toutes ses questions (cf. Jean 14v16-31; 15v26-27; 16v1-15).

Sa connaissance de la vérité est donc complète, et il est en mesure de le transmettre à d’autres (cf Jér.31v31-34)

 Mais pour être ainsi conduit, il lui faut être disponible pour Celui qui l’enseigne(cf Jean 15).

 

 

Voir aussi :

1 Jean 2v27-28 : « Pour vous, l’onction que vous avez reçue de lui demeure en vous, et vous n’avez pas besoin qu’on vous enseigne ; mais comme son onction vous enseigne toutes choses, et qu’elle est véritable et qu’elle n’est point un mensonge, demeurez en lui selon les enseignements qu’elle vous a donnés. Et maintenant, petits-enfants, demeurez en lui, afin que, lorsqu’il paraîtra, nous ayons de l’assurance, et qu’à son avènement nous ne soyons pas confus et éloignés de lui ».

1 Jean 3v2 : « Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n’a pas encore été manifesté ; mais nous savons que, lorsque cela sera manifesté, nous serons semblables à lui, parce que nous le verrons tel qu’il est ».

 

Note :

*Pour Erri de Luca, il s’agit d’une « perfection » difficile à imaginer : « une perfection de satiété, même de questions ». Voir son article « satiété » IN Alzaia. Payot et Rivages, 1998(Bibliothèque Rivages), pp 175-176, qui m’a conduit à cette méditation.

 

Foire aux médias(2) : Des sites pour s’approcher de Dieu et pour aller plus loin avec Dieu

Suite de notre dossier « Foire aux médias », débuté avec les médias chrétiens.

Voici aujourd’hui des sites pour s’approcher de Dieu, et pour aller plus loin avec Dieu [Mise à jour le 29/03/18]

1001 questions : site créé le 1er janvier 2017 à l’initiative des « Attestants », un courant de l’Eglise Protestante Unie de France (EPUdF) et dont nous avons parlé ici. Des théologiens protestants, « Attestants » donc, se tiennent disponibles pour répondre de façon brève, claire et pertinente à vos questions simples « sur la foi, Jésus, la Bible, Dieu, la théologie, la vie, … et même le reste ». Ce qui est un exploit de nos jours ! Le site est lui aussi très clair : il comporte le classique nuage de mots-clés facilitant les recherches sur les occurrences populaires (telles que « amour », « baptême », « Bible », « Jésus », « liberté », « mariage », « pardon », « sexualité »….), ainsi qu’un classement des réponses par thèmes.

Atoi2voir : « questions de la vie, questions sur Dieu ». C’est l’excellent site « tout public »  d’Agapé France, une association protestante évangélique et mission de jeunesse qui multiplie ses actions d’évangélisation dans différents milieux-la famille, les minorités, le sport, les étudiants(avec « Campus Pour Christ », que nous avons connu à Lyon, il y a très longtemps)…. Au travers d’articles, d’interviews, de témoignages et d’un forum, atoi2voir.com se veut un lieu privilégié pour explorer les petites et grandes questions de la vie. Il aborde des questions de la société contemporaine (développement de soi, vie affective, relations, dépendances, éthique…), notamment les aspects spirituels (existence de Dieu, vie après la mort, religions)…et présente le message de la Bible et de l’Evangile d’une manière claire.

Guide Express’O : ou prendre le temps de 4 minutes pour passer une bonne journée ! Chaque jour, un court passage biblique, une méditation et une prière. Sans oublier « l’ère du temps » : un éclairage biblique et spirituel sur un sujet d’actualité.

Info-bible : très ancien site d’information sur la Bible né le 11 août 2000, qui provient du dédoublement du site info-sectes(créé le 13 mai 2000, qui informe sur « les sectes, religions et mouvements de pensée »)
La sobriété du site peut rebuter, mais elle est un atout au service de son contenu. Info-Bible est un très bon site, simple, sérieux, fonctionnel et pédagogique. Il permet « de connaître la bonne nouvelle du salut gratuit en Jésus Christ, selon le message essentiel de la Bible », et de découvrir(lire et même télécharger) en ligne le texte intégral de la Bible(avec un choix de version ou traduction). Le site propose également, outre des cours bibliques gratuits, divers articles(sur la foi et la vie chrétienne, la personne de Jésus-Christ, Bible et archéologie, l’histoire de l’Eglise, l’ésotérisme, les anges…), des messages(à lire ou à écouter)de l’évangéliste Fernand Legrand, une « FAQ Bible », les questions les plus courantes que l’on se pose sur Dieu, le salut, la mort et l’éternité…Et ce, dans une optique chrétienne non confessionnelle. Comme disent les auteurs, Pierre et Daniel Oddon, évangélistes :  « même si nous n’avons pas de paroisse à remplir, nous connaissons une personne formidable, Jésus-Christ, dont nous aimons parler ». C’est là l’essentiel. Ne passons pas à côté !

Question suivante : un site web qui a pour but d’enrichir la réflexion des étudiants francophones sur les questions existentielles. Il propose à chacun la possibilité de se forger une opinion éclairée sur la foi chrétienne et sur la Bible.

Un Poisson dans le Net : un autre excellent site chrétien francophone, de ressources évangéliques-l’un des premiers du genre, ouvert le 1er mars 1996(actuellement plus actif depuis 2015). « Nettement » au service de l’évangile, dont nous avons parlé ici.

Spécial jeunesse :
Ta Jeunesse : un des rares journaux d’édification chrétienne dédiés aux jeunes. Gratuit, de qualité tant dans son contenu que dans sa présentation. A lire, une présentation ici.

La Rebellution, « le blog qui défie tes attentes ». « Rébellution » est un mot-valise, composé de « rébellion » et de « révolution ». Une rébellion de jeunes chrétiens non pas contre des autorités instituées par Dieu, mais contre les exigences médiocres de notre société. Le blogue, écrit par des jeunes pour des jeunes, a du « pep’s » et contient quantité de ressources pour booster sa foi et nous encourager à vivre pour Dieu. Il est la version francophone d’un mouvement(« rebelution », avec un seul « l ») initié par Alex et Brett Harris.

Si vous êtes anglophone, ne manquez pas de découvrir la version « originale », laquelle met également en avant des projets humanitaires, sociaux et caritatifs.

(A suivre, avec, prochainement : « protosphère » et « cathosphère »)

« Si vous ne connaissez pas Dieu, Il vous ressemblera beaucoup ! »

On se souvient qu’en Horeb, Dieu s’était fait, non pas voir, mais entendre du ciel, « au milieu du feu »(Deut.4v10-20, 33-36), afin que le peuple se garde de faire une quelconque représentation de Dieu qui devienne une idole, et afin que le peuple reconnaisse que « L’Eternel est Dieu et qu’il n’y en a point d’autres ».
Dans tous les cas, il est toujours périlleux de tenter de se faire sa propre image de Dieu, car celle-ci sera forcément « à notre image » et donc réductrice et fausse. Danny Silk le dit fort bien autrement et de cette façon :
« Si vous ne connaissez pas Dieu, Il vous ressemblera beaucoup. Vous l’inventerez selon votre convenance et vous tiendrez le rôle de rockstar dans cette relation.
Quand nous ne savons pas qui est Dieu parce que nous ignorons Son amour et la façon dont celui-ci se manifeste, nous prenons peur et Le transformons, Lui et notre relation avec lui, en quelque chose que nous connaissons déjà »(« La culture de l’honneur » de Danny Silk. Hermeneia, 2012, p118)

Dans le même ordre d’idée, toute adaptation cinématographique de la Bible est révélatrice de l’image de Dieu du réalisateur, que celui-ci nous laissera à travers son oeuvre.  L’enjeu est là, puisque c’est cette image véhiculée(que Jésus soit représenté, par exemple, « blond » ou avec « de beaux yeux ») qui restera dans les esprits et les coeurs.

Dans ce cas, que retenir d’essentiel dans tout cela ?

L’essentiel-et ce qui fait sens- est de ne pas « chercher à voir Dieu », au risque de l’enfermer dans une représentation limitée et donc fausse, mais de « chercher Dieu » : soit chercher Sa présence, Sa communion, et chercher à l’écouter pour faire Sa volonté.

Sachant que Dieu ne peut être connu que par révélation et non par spéculation.

Ainsi, une lecture attentive et droite du seul Ancien Testament nous révèle déjà non un Dieu « sanguinaire » ou « inoffensif », mais le « Dieu terrible », le Dieu saint, « un feu dévorant », et le Dieu compatissant, le Dieu bon, défenseur de la veuve, de l’orphelin, du pauvre et de l’étranger.
Cependant, la révélation la plus complète de Dieu est celle que nous pouvons discerner en Jésus-Christ, dans le Nouveau Testament : Jésus-Christ, « la Parole faite chair », « qui a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité », qui nous révèle « Dieu le Père ».
« Personne ne vit jamais Dieu »(car nul ne peut voir Dieu et vivre), mais « Dieu le Fils unique, qui est dans le sein du Père, est celui qui l’a fait connaître »(Jean 1v14, 18 cf Jean 14v6-11, 1 Jean 1v1-2 et 5v20-21)

Vous l’avez compris : la découverte de Dieu, du vrai Dieu, ne peut s’affranchir de la lecture de la Bible, la Parole de Dieu écrite, qui témoigne de Jésus, la Parole de Dieu faite chair(Jean 5v39). Demandez donc sincèrement à Son auteur(Dieu lui-même) de vous aider à la comprendre : Il vous répondra.

Ne cherchons donc pas « à voir Dieu » et « gardons-nous des idoles »(1 Jean 5v21). Mais cherchons-le, et désirons l’entendre pour lui plaire à tous égards, le connaître personnellement et véritablement.

« Semez selon la justice, moissonnez selon la miséricorde, Défrichez-vous un champ nouveau ! Il est temps de chercher l’Eternel »(Osée 10v12)

Outre une lecture proposée d’Esaie 40-66(en plus de plans de lecture de la Bible) pour se faire une première idée de Dieu et de son engagement vis à vis de l’homme, la vision des adaptations cinématographiques suivantes de certains livres de l’Ancien et du Nouveau Testament vaut le coup d’oeil :

« L’Evangile selon St Matthieu » de Pasolini(1964, Italie), une adaptation européenne, à mille lieux des adaptations hollywoodiennes.
« L’histoire de Ruth » d’Henry Koster(1960, USA), une adaptation originale où l’on découvre un Dieu compatissant.
« Ben Hur » de William Wyler(1959, USA), pour son choix délibéré d’une « non représentation » de Jésus-Christ. Musique du film de Miklós Rózsa.

Et « Jésus », une version filmée selon l’Evangile de St. Luc. Produit par John Heyman, et réalisé par Peter Sykes et John Krish en 1979.  Présenté sur le site d’Agapé France et visible dans son intégralité ici.

Mais ne l’oubliez pas : aucune adaptation cinématographique, aussi excellente soit-elle, n’est à proprement parler « inspirée » : la Bible, si.

« Plus », ce n’est pas forcément « mieux »…

Qui n’a pas déjà soupiré : « plus de toi, Seigneur ! » ?

« Plus », « plus, « plus »….

Mais ce désir de « plus de Dieu » ne cacherait-il pas en réalité un désir de…..« mieux (connaître Dieu) » ?

« La vie éternelle », a dit le Seigneur Jésus, « c’est de te connaître, toi seul vrai Dieu et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ » (Jean 17v3).
Et « le peuple qui connaît son Dieu sera fort et agira » (Daniel 11v32).

Concernant cette connaissance de (mieux de)Dieu, l’ exemple de Moïse* est particulièrement édifiant et fort actuel pour nous aujourd’hui :

Moïse est né de parents pieux. Il aurait pu « en rester à la foi de ses parents ». Néanmoins, il a eu, au cours de sa vie,

une révélation progressive de Dieu. Pas « plus », mais « toujours davantage », jusqu’à ce que Dieu « parle (avec lui) bouche à bouche » (Nombres 12v8)
Un élément fondamental du trait de caractère et de la vie de Moïse est à souligner : Moïse est connu comme un homme de prière, mais il est intéressant de noter que Moïse écoute Dieu beaucoup plus « qu’il ne parle à Dieu »* (cf les expressions récurrentes « l’Eternel dit à Moïse »)

Le secret de la vie de prière de Moïse : la prière d’écoute

Nombres 7v89 révèle le secret de toute la vie de prière de Moïse : celui-ci « entrait dans la tente d’assignation pour parler avec Lui, il entendait la voix qui lui parlait de dessus le propitiatoire qui était sur l’arche du témoignage, d’entre les deux chérubins; et il Lui parlait ». Moïse allait à l’écart, comme plus tard le Seigneur Jésus, pour un entretien personnel et quotidien avec Dieu. Il « entrait dans la tente d’assignation », d’abord pour écouter Dieu, puis pour lui parler.

Que trouvait-on dans la tente d’assignation, où Moïse entrait pour son « face à face avec Dieu » ?* Il s’y trouvait le propitiatoire (ou couvercle de l’arche, dans le lieu très saint du tabernacle), l’arche (contenant notamment les tables de la loi) et les chérubins.
Plus exactement, sur ce propitiatoire étaient deux chérubins, leurs faces tournées vers le propitiatoire et contemplant donc le sang mis sur le propitiatoire lors du grand jour des expiations (Lévit. 16:12-14).
Pour mémoire, le propitiatoire parle de l’œuvre de Christ à la croix(cf 1 Jean 2v1-2 et 1 Jean 4v10) ; l’arche, de la Parole de Dieu, et les chérubins, de la sainteté de Dieu.

Ces éléments pris dans leur ensemble (et non séparément)nous enseigne que :

Nous nous approchons de Dieu, sur la base de l’œuvre de Christ (accomplie) à la croix : « Dieu est amour. En ceci a été manifesté l’amour de Dieu pour nous, c’est que Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde, afin que nous vivions par lui; en ceci est l’amour, non en ce que nous, nous ayons aimé Dieu, mais en ce que lui nous aima et qu’il envoya son Fils pour être la propitiation pour nos péchés »(1 Jean 4v8-10).
Sa Parole doit demeurer en nous, pour que nos prières soient selon Sa volonté. (Jean 15v7)
Il est enfin essentiel de ne pas perdre de vue que Dieu est saint (« soyez saints, car je suis saint », cf Lévit.19v2 et 1 Pie.2v11)

Persévérer dans ce temps de communion avec Dieu nous permet d’apprendre à mieux discerner Sa volonté et Son plan pour nous. D’autant plus que ce temps est voulu de Dieu, qui nous attend pour ce rendez-vous avec lui, « dans le lieu secret »(Matt.6)

Moïse : un intercesseur pour son peuple

Intercéder, c’est se placer entre Dieu et un autre, et prier pour cet « autre ».

Moïse a bien des fois intercédé pour le peuple d’Israël, mais nous vous invitons à étudier en particulier trois événements :

-Rephidim, en Ex.17v8-13 ;

Le veau d’or en Ex.32v7-14 ;

-Les douze espions en Nombres 14v11-20

Les deux derniers cas sont similaires, et il est édifiant de considérer ce que Moïse a prié ou demandé, ce que Dieu Lui a proposé et ce que Moïse a répondu.

Enfin, Moïse a découvert progressivement qui est Dieu(lire, en parallèle, le Ps.90)

1)Une « première rencontre » a eu lieu au « Buisson ardent » (Ex.3v1-14). Dieu se présente et se révèle à lui comme le « Dieu de son père » (v6), le Dieu des promesses, le Dieu qui agit (v7) et « Celui qui est »(cf le premier élément de la foi en Hébr.11v6)
2)En Ex.19v16-21, une seconde révélation de Dieu permet à Moïse de découvrir que Dieu est saint(cf Hébr.12v18-29)
3)En Ex.33v18-23, et Ex.34v5-7, Moïse découvre enfin la bonté de Dieu.

En Exode 34 se manifeste là sans doute « l’un des sommets de la révélation de Dieu, dans tout l’Ancien Testament »**. Moïse se trouve sur le Sinaï pour recevoir les secondes tables de la loi-les premières ayant été brisées par Moïse face à l’idolâtrie du veau d’or.

« Moïse tailla deux tables de pierre comme les premières, et se leva de bon matin, et monta sur la montagne de Sinaï, comme l’Éternel le lui avait commandé, et prit en sa main les deux tables de pierre.
Et l’Éternel descendit dans la nuée, et se tint là avec lui, et cria le nom de l’Éternel.
Et l’Éternel passa devant lui, et cria: L’Éternel, l’Éternel! Dieu, miséricordieux et faisant grâce, lent à la colère, et grand en bonté et en vérité,
gardant la bonté envers des milliers de générations, pardonnant l’iniquité, la transgression et le péché, et qui ne tient nullement celui qui en est coupable pour innocent, qui visite l’iniquité des pères sur les fils, et sur les fils des fils, sur la troisième et sur la quatrième génération!«  (Ex.34v4-7)

La tradition hébraïque compte treize adjectifs dans les versets 6 et 7 de ce passage, relève Erri De LUCA**. « Israël répète ces vers dans les prières de sa journée la plus solennelle, le Yom Kippour. Ces deux vers contiennent un détail unique : le nom [de l »Eternel-ou plutôt le tétragramme : YHVH***] n’est répété deux fois qu’ici, une après l’autre(…)la tradition hébraïque enseigne que le nombre du tétragramme coïncide avec le mot un, qui est l’attribut par excellence de Dieu, plus le mot amour. C’est ainsi qu’à travers ces treize attributs et cette répétition unique du nom sacré nous apprenons que ces secondes tables ont été données avec encore plus d’amour que les premières, de la part de l’Eternel, caché dans un nuage du Sinaï.

Ces secondes tables, bien qu’égales aux premières, contiennent un amour plus intense. »**

Le résultat(Ex.34v29) en est que « Moïse descendit de la montagne de Sinaï, ayant les deux tables du témoignage dans sa main, en descendant de la montagne; et il ne savait pas que la peau de son visage rayonnait, parce qu’il avait parlé avec l’Éternel ».

 

 

 

 

Notes :

*D’après « La Prière », de Georges ANDRE(Dépôt de Bibles et Traités Chrétiens, 1986), pp 47-54

**D’après « Nous sommes », d’Erri De LUCA. IN « Premières heures ». Gallimard, 2012(Folio), pp59-61

*** autre traduction, celle du Rabbinat français : « L’Éternel descendit dans la nuée, s’arrêta là, près de lui et proclama nominativement l’Éternel. 6 La Divinité passa devant lui et proclama: « ADONAÏ est l’Étre éternel, tout puissant, clément, miséricordieux, tardif à la colère, plein de bienveillance et d’équité… »(Ex.34v5-6)