« Dire oui à la GPA est une attitude réactionnaire ! »*

¡No pasarán! Sachons dire non si nécessaire et faire preuve de discernement

¡No pasarán!
Sachons dire non si nécessaire et faire preuve de discernement

Vous pouvez dire « non » en signant cette pétition ici, sur le site de la Manif pour tous.

Il est urgent de l’exprimer, d’autant plus que la France ne pourra plus s’opposer à la GPA(Gestation Pour Autrui) à partir du 26 septembre :

En effet, comme le rappelle cette lettre ouverte de 10 députés** de la majorité, la décision du 26 juin de la CEDH(Cours européenne des Droits de l’Homme) enjoint à la France de donner un statut légal aux enfants nés par GPA à l’étranger, avec le risque de créer une « jurisprudence cheval de Troie » conduisant à légaliser un marché de mères porteuses, puis à légiférer sur le sujet en France. Or, l’article 43-1 de la convention permet à la France de porter le débat sur la GPA devant la grande chambre de la CEDH. Ce délai expire le 26 septembre.

Urgence, donc.

 

Voir aussi cet appel à manifester le 5 octobre des professionnels de l’enfance, relayé par le CPDH(Comité Protestant Evangélique pour la Dignité Humaine)

 

 

 

 

Notes :

* Selon la formule d’un internaute, en commentaire.

** Voir aussi cet article de La Croix

 

Entre les trois manifs de janvier-février, quelle « convergence » ? Aucune !

Quel rapport entre ces trois manifestations qui doivent se succéder, en trois semaines, en janvier-février et censées  »converger » dans leurs intentions : 1. la  »marche pour la vie »*( 19 janvier); 2. un  »jour de colère  »(26 janvier) équivoque** ; 3. une  »manif pour tous » contre les  »projets anti-familiaux »*** ?(2 février) ?

« Aucun ! » selon le journaliste catholique Patrice de Plunkett, qui a consacré une note de blogue sur ce sujet :

« Quelque avis que l’on ait sur ces trois manifestations, leur différence de nature rend improbable la  »convergence » des trois**** – et suspect le slogan qui affirme cette  »convergence » »*****.

Et celui-ci de donner cette « conclusion d’étape » :  » l’idée d’une  »convergence des luttes » est exacte en elle-même (et en théorie) ; mais elle suppose un fil conducteur entre ces luttes. Ce fil n’existe pas aujourd’hui. Ce qui est proposé à sa place – un ultralibéralisme déguisé en populisme – est une imposture et une manipulation, inacceptables pour les catholiques cohérents ».

« Inacceptables », également pour les « protestants évangéliques cohérents » ?

L’essentiel(et les commentaires) à lire ici.

Sinon, voici une nouvelle qui devrait réjouir les partisans du « moins d’impôts » et de « l’allègement des charges pour les entreprises » : le président Hollande a annoncé(14/01/14) la suppression des cotisations familiales dans les entreprises, ce qui est jugé comme « un progrès libéral » pour Patrice de Plunkett.

Ce dernier relève encore que « consacrée lors de la conférence de presse élyséenne, c’était une exigence du Medef au nom de « la liberté d’entreprendre ». Qui financera maintenant ? On verra bien… »

« Les défenseurs de la famille » dénonceront-t-ils un tel cadeau,  notamment les 26 janvier et 2 février ?

On verra bien…

En attendant, la famille trouve un défenseur plutôt inattendu !

 

 

 

 

Notes :

*« La Marche pour la vie », manifestation annuelle contre l’avortement, est soutenue par une trentaine d’évêques de France et le Pape François. Cette connexion à la Conférence des Evêques de France garantit « que les directives du pape François – nouvelles en la matière – vont enrichir ce mouvement de toutes les dimensions sociales indiquées par l’exhortation La joie de l’Evangile… » juge Patrice de Plunkett.

** Des commanditaires, initiateurs et des financiers du « Jour de colère », on ne sait à peu près rien. Sauf que le mouvement semble disposer de certains moyens financiers(ce que sous-entend la présence d’un site internet créé pour l’occasion) et apparait comme un assemblage hétéroclite de groupuscules divers et variés, apparemment proches pour la plupart de « la droite de la droite », ou de l’extrême-droite, dont le  seul point commun semble être le « Anti-Hollandisme ». Voir la  liste impressionnante et sans fin, où l’on trouve de tout, y compris…un “Mouvement pour la Liberté de la Protection Sociale” (« Quitter la sécurité sociale »)qui milite pour… le démantèlement de la Sécurité sociale !

*** « Le dimanche 2 février prochain, dans 5 pays d’Europe des femmes et des hommes de toutes conditions ont décidé de marcher pour rappeler qu’un enfant a besoin d’un papa et d’une maman, que l’enfant n’est pas un objet ou que le ventre d’une femme n’est pas à louer pour permettre la concrétisation d’un « projet parental » qui passe par une gestation pour autrui (GPA) ou un détournement des pratiques médicales actuelles de Procréation Médicalement Assistée (PMA). Ces simples citoyens européens ont choisi, par milliers (millions ?) de marcher ensemble avec ceux de Hong Kong et de Taïwan (à quelques heures d’intervalle !), pour redire que la famille se construit autour et avec l’altérité sexuelle, que le mariage c’est l’union d’un homme et d’une femme, que modifier par arrêté les livrets de familles comme cela a été fait en France, afin d’y inscrire la possibilité d’avoir deux pères ou deux mères, ce n’est pas une perspective de justice et de vérité. »(extrait du communiqué de presse du CPDH, Comité Protestant Evangélique pour la Dignité Humaine)

**** Peut-être une « convergence » possible entre la manif du 19 janvier et celle du 2 février ?

*****Interviewé par le « Salon Beige » le 13 décembre dernier, François Billot de Lochner appellait à la fusion entre le « Jour de Colère » et « La Manif pour Tous »(LMPT), ainsi qu’à « la convergence de leurs luttes ».

La LMPT n’a pas annoncé participer à JDC, mais F. Billot de Lochner « n’imagine pas une seconde La Manif Pour Tous ne pas appeler à manifester le 26 janvier. À ma connaissance, la Manif Pour Tous ne revendique pas le monopole de la contestation. Nombreux sont les mouvements qui la soutiennent. Il est donc normal qu’elle soutienne en retour les initiatives qui sont complémentaires avec son message et ses revendications…. »

LMPT répondra-t-elle à ces « appels du pied » répétés ? La question est posée !

Pour ma part, je veux croire que cette dernière, constituée à la base comme étant « citoyenne », « apolitique »,  « multiconfessionnelle », et « non extrémiste », saura rester « pure » dans son essence, son esprit et ses buts.

Mais le fait que LMPT ait choisi justement de défiler le 2 février et non le 26 janvier, n’est-ce pas là une volonté affichée ne pas « mélanger les genres » ?

Et quand à la tentative de récupération politique, lors de la manifestation de Versailles, en décembre dernier…

Opposants au « Mariage pour tous » : par où continuer ?

 

Dans un billet sur son blog, datant du 22/04/13, Patrice de Plunkett renvoit à une émission de France Info, « fort instructive », selon lui, lors de laquelle Tugdual Derville-l’un des porte-parole de « La Manif pour tous »- « rappelait le seul objectif de la mobilisation de masse : défendre la famille et la filiation contre le saccage de l’état-civil.

A France Inter, les débatteurs constataient l’absence d’incidents hier à Paris et l’émergence du phénomène des Veilleurs : courant jeune, gandhiste, et immunisé radicalement contre… la « radicalisation »(…)

Cela dit, par où continuer ? Le pari des manifestations à répétition ne peut durer indéfiniment, ne serait-ce qu’en raison des vacances : celles de printemps et celles d’été. Présenter des candidats aux municipales est une idée, mais lointaine. Dans l’entre-deux, il est urgent de lancer le mouvement d’écologie humaine auquel Tugdual Derville a fait de nouveau allusion (…) à France Info. A la condition d’aller réellement au fond des choses, c’est-à-dire jusqu’à la mise en cause du modèle économique dominant.

Par où continuer ?

« par une manif pour tous pour les victimes de trafics d’humains, les prostitués, handicapés, les abandonnés… pour les Français !(…)
pour les paysans, réduits en quasi servage par les supermarchés et l’agro alimentaire
pour les marins-pécheurs :idem
pour les français d’outre-mer victimes de la corruption administrative et dont on ne s’occupe pas parce que eux ne font pas de chantage à l’indépendance
pour les habitants de régions touristiques (leurs élus, prostitués à la manne touristique, les oublient complètement)
pour les profs qui passent leur temps à faire le boulot de parents,
pour les parents qui font le boulot de l’éducation nationale
pour les femmes qui « s’excusent de demander pardon » à leur employeur d’être enceintes
pour les maires courageux qui résistent au chantage de Valéo
pour les prisonniers abandonnés dans les zones de non-droits que sont les prisons
pour les avortées qui sont sommées de ne pas parler de leurs troubles psychologiques
(…)
pour la dignité du corps
pour les familles éclatées par l’économie folle
pour le droit à la beauté, à l’intelligence dans les médias
pour les villages ravagés par une autoroute inutile
pour les déracinés »

commente le même jour l’ internaute E. Levavasseur, en réponse au billet du journaliste.

Par où continuer ?

Au lendemain du vote solennel adoptant la Loi Taubira en assemblée nationale hier soir, Patrice de Plunkett, encore, rappelle, dans un billet posté le 24/04/13  « tout  l’engrenage du « changement de civilisation » annoncé par Madame la Garde des Sceaux :

: Vieux engins par Peter Griffin

: Vieux engins par Peter Griffin

Loi Taubira > PMA > GPA »

Car, explique  le journaliste, « la loi votée hier est vide tant que les réseaux biotechnologiques n’auront pas le feu vert. Ils pensent l’obtenir.

L’un de ces réseaux a ouvert une antenne à Paris avant même le vote de la loi.

Le fond du problème est là : la dislocation de la filiation, et l’artificalisation du vivant, sont voulues par le système économique et commercial occidental. D’où l’engagement spectaculaire de Goldman Sachs (et autres) pour booster ce processus aux Etats-Unis et en Europe.

Disons-le aux centaines de milliers d’indignés par la loi Taubira : maintenant il faut comprendre que le libéralisme sociétal est inséparable du libéralisme économique et financier ; on ne combat pas les effets sans combattre la cause.

Sur le terrain, des Français de tous bords et des immigrés de toutes origines se rencontrent dans ce combat pour l’humain. Cette rencontre doit devenir un creuset ».

Une nouvelle manif dimanche contre le « mariage pour tous » : et après ?….

Hier, dimanche 24 mars, des centaines de milliers de gens-sans doute plus d’un million, selon les organisateurs-ont à nouveau manifesté dans Paris leur opposition au projet de loi du « mariage pour tous ».

« Et après ? »

Il s’agit là, non d’une question futile ou méprisante, mais d’une question essentielle, dépassant la simple analyse « à chaud »(voire les réactions purement polémiques, au risque d’être stériles à comparer avec ces témoignages) des événements d’hier. Il s’agit de s’interroger de façon positive, raisonnée et constructive sur « l’après ».

Cette réflexion, Patrice de Plunkett  nous la propose justement sur son blog, dans un fort pertinent billet (24/03/2013) intitulé : « Marée humaine dans Paris – Et ensuite ? Le temps du travail en profondeur commence… »
« La question qui se pose maintenant est : par où continuer ? », questionne le journaliste catholique, qui ne manque pas de souligner que, et L’UMP, et l’extrême droite,  espèrent récupérer les bénéfices(électoraux) d’une manif(dont ils ne sont ni les initiateurs, ni les promoteurs ou les organisateurs). Néanmoins, poursuit PdP, « ce n’est évidemment ni avec l’UMP, ni avec l’extrême droite, qu’un phénomène nouveau peut naître. C’est sur d’autres bases, avec une autre profondeur de champ.
Le phénomène nouveau naîtra, non « de » ces immenses (donc éphémères) rallyes de masse, mais « à partir » d’eux. Plus précisément : à partir du plus grand nombre possible de ceux qui se sont mobilisés dans tout le pays pour les réussir, avec une énergie significative.
Significative de quoi ? D’une intuition qui se propage : beaucoup sentent que le problème est la forme de société que nous subissons. Il faut leur proposer, dans tout le pays, des rencontres pour étudier réellement ce problème qui est le seul décisif, donc le seul urgent : il faut étudier le système pour savoir ce qu’il est, comment le combattre et par quoi le remplacer.

Comment réaliser ces rencontres ? …»

La suite et le détail du billet, ainsi que les commentaires qui suivent, ici.