Pour le nouveau directeur de la CIA de Trump, «Jésus-Christ est la seule solution pour notre monde » : un témoignage public à double tranchant

« Justificatif », par Xavier Gorce (Blog LeMonde)

Que signifie cette « extraordinaire déclaration de la part d’un des hommes les plus influents du gouvernement Trump » ?

(…) À première vue, cette déclaration est de nature à rendre enthousiaste n’importe quel croyant, tout comme celle du Vice-Président des États Unis, Mike Pence, qui s’est défini lors de son investiture officielle le 21 juillet 2016 comme un «chrétien, conservateur et républicain, dans cet ordre». Il a ajouté : «Nous n’avons jamais eu autant besoin de Jésus qu’aujourd’hui».

Mais « que peut bien signifier exactement que «Jésus-Christ est la seule solution pour notre monde», comme l’exprime le nouveau directeur de la CIA ? Cela fait naître bien sûr de grands espoirs, de voir enfin le pays le plus puissant du monde être dirigé par des chrétiens, avec des principes chrétiens ».

Sauf que, au risque de « casser l’ambiance »….tout témoignage public est à double tranchant, avec des conséquences spirituelles dramatiques : « comme on l’a vu en France avec la confession du candidat vainqueur des primaires de la Droite et du Centre : le «je suis chrétien» doit impliquer non seulement une irréprochabilité pénale, mais également morale. Et le mot « irréprochabilité» est d’inspiration biblique. Les discordances et les contradictions seront passées au scanner du jugement du monde, qui en évaluera [à juste titre] la vérité et la cohérence ». La suite sur le blogue Le Sarment.

Question, qui ne doit pas manquer de nous brûler les lèvres, à la lecture de ce qui précède : « qui peut être sauvé ? »

Personne, sinon par la grâce de Dieu (cf Luc 18v26-27). Et la grâce n’est pas du « laisser faire » ou du « laxisme ». Ce n’est pas non plus « considérer le coupable pour innocent » : la grâce s’est manifestée en Jésus-Christ, lequel est venu, non pour ceux qui se croient justes mais pour des pécheurs à la repentance (Matt.9v12-13 ; Luc 5v31-32) ; et elle nous enseigne à « renoncer à l’impiété et aux désirs de ce monde, afin que nous vivions dans le temps présent avec réserve(sagement), justice et piété »(Tite 2v11-12), mais non de façon « cupide » ou « hypocrite » !

 

La grâce, ce n’est pas un style de vie « gras », qui se voudrait « cool ».

La grâce ? C’est évident ! Tellement évidente qu’elle est, en vérité, souvent bien mal connue ou mal comprise !

La grâce est en vérité difficile à définir, tant elle est éloignée de nos schémas de pensée, qui reposent sur le mérite, le dû, le « deal ».
Or, la grâce n’est pas du dû ou du « deal », puisqu’elle nous donne ce que nous ne méritons pas et ne pouvons mériter. Elle vient de Dieu et de Dieu seul(Eph.2v8-10), qui ne peut rien recevoir de l’homme*.

La grâce révèle la colère de Dieu « contre toute impiété[une vie sans loi, sans frein] et toute injustice des hommes qui retiennent injustement la vérité captive »(Rom.1v18)

Tout homme, sans exception, quelle que soit sa classe sociale, sa religion (ou son absence de religion), son niveau de vie, son niveau intellectuel, son niveau de sainteté ou de bassesse(Ex : l’apôtre Paul-ancien persécuteur de l’Eglise et de Christ, le théologien Nicodème, le Roi Manassé, le collecteur d’impôt et collabo Zachée, la prostituée Rahab, le jeune homme riche qui cherchait quoi faire « pour hériter la vie éternelle »….)a besoin de la grâce de Dieu, parce que Dieu est saint et que tout homme est pécheur(Rom. 3v19, 22-23). Et que « le salaire du péché, c’est la mort »(Rom.6v23)

Sur quelle base s’exerce cette grâce de Dieu ?

 

La grâce, « source de salut pour tous les hommes », « a été manifestée »(Tite 2v11) en Jésus-Christ (Jean 1v17 ; 2 Tim 1.9-10).
Accepter la grâce pour être ainsi « gratuitement justifiés, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ » (Rom 3.24) et vivre par elle nous libère de  « la loi(ou « la malédiction ») de la loi » (qui repose sur : « tu dois mener une vie parfaite » et « si tu transgresse même le plus petit point de la loi, tu es mort »cf Gal.3v10-13)
Enfin, la grâce nous « enseigne », selon Tite 2v11-12**, « à renoncer à l’impiété et aux convoitises mondaines »(qui sont personnelles, puisque « chacun est amorcé par sa propre convoitise » cf Jac 1v14), et à « vivre », non pas isolé, de façon « bizarre », ou même « confondu avec », mais « dans le siècle présent », aux conditions suivantes(comparer avec Jean 17) :

-« sagement »(ou « sobrement », « équilibré »), quant à soi : ce qui exclue la mentalité infantile du « no limit » et l’obsession de satisfaire nos moindres désirs.

"Comparaisons", par Andy Singer

« Comparaisons », par Andy Singer

-« justement » quant aux autres : ce qui exclue l’égoïsme, l’individualisme, l’esprit de comparaison et de compétition.

-« pieusement » quant à(notre relation avec) Dieu : soit une manière de vivre pleine de respect pour Dieu, ce qui implique de nous préoccuper moins de ce que nous faisons pour Dieu(et donc de nous-même) et plus de ce que Dieu est et a fait pour nous…De quoi nous inspirer pour l’adorer Lui et Lui seul, en esprit et en vérité(Jean 4v34)

 

La grâce, ce n’est donc pas un style de vie « gras », qui se voudrait « cool », justifiant n’importe quoi.***

La grâce, formidable moteur de notre vie chrétienne, nous encourage à la sainteté, à vivre une vie qui plaît à Dieu, dans la perspective du retour du Seigneur Jésus-Christ (1 Pi 1.13)

 

 

 

 
Notes :

*Des exemples de la grâce à découvrir : dans ces paraboles de Jésus (Matt.22v1-14 ; Matt. 20v1-16) ou l’histoire de Ruth(comparer avec Deut.23v3)…autant d’illustrations(particulièrement dans Ruth) de la bonté de Dieu.

Un dossier sur l’amour et la grâce de Dieu dans ce numéro de Promesses : http://www.promesses.org/arts/184p01.html, dont l’article de Joël Prohin m’a inspiré la structure du présent billet.

Un livre de Jerry Bridges : Vivre sous la grâce(ed. Farel, 1996). Malheureusement épuisé. Si vous avez « la chance » d’en trouver un….

** A rapprocher du résumé de la loi par Jésus : « tu aimeras ton Dieu…et ton prochain, comme toi-même » cf Matt.22v37-39

*** C’est le cas des Corinthiens cf 1 Cor.1v10-13 ; 3v16-23 ; 4-8 ; 10…

Mais il est tout à fait possible de vider la grâce de son sens, à la manière(légaliste)des Galates.