« Info-divertissement » ou « piège à clics » : des dangers de la « konbinisation » de l’information pour les jeunes (et les moins jeunes)

Comment éviter le piège et la tentation du « buzz » et de « l’attrape-clics » ? Source : Les Décodeurs du Monde.

« Usiner » en quelques minutes des articles insolites sur le dernier sujet qui agite les réseaux sociaux, y glisser des références flatteuses aux annonceurs publicitaires, saupoudrer l’ensemble de vidéos amusantes qui feront le tour d’Internet : la recette a porté à des sommets l’audience des « pure players » d’ »info-divertissement » [ou « d’infotainement »] entièrement dépendants de la publicité : Melty, Konbini ou encore BuzzFeed. La presse traditionnelle porte sur ces jeunes concurrents un regard ambivalent fait de mépris pour un journalisme ouvertement bâclé et de fascination pour le nombre de visites qu’il génère.

Je pense à certains médias chrétiens évangéliques francophones, qui me paraissent  surfer » sur cette mode : du site agrégateur de contenus, dit d' »actus (pas vraiment) chrétiennes » – assurément polémique, avec un style « humour cool gras », cynique et vulgaire – au (plus sympathique mais peu convaincant) blogue « lifestyle de jeunes chrétiens » – revendiquant un langage « djeun » , sous couvert de « parler cash », où l’on retrouve les « mots magiques « (en franglais dans le texte) : « challenger », « fun », « la life » « power… »…….

Sophie Eustache et Jessica Trochet nous livrent leur enquête sur ces « pièges à clic » dans un article disponible en accès libre sur Le Monde diplomatique, tandis que Sami Joutet, rédacteur à Topo [média étudiant suisse de l’université de Genève] « braque le projecteur » sur le phénomène d’une information « konbinisée » visant les « millenials » ou les 15-30 ans.

Au cœur du problème, le fait que le modèle économique soit à la base de la création de contenu. Dans quels domaines et jusqu’à quel stade l’efficience économique peut-elle affecter la création de contenu ? Comment choisit-on les sujets et la manière dont on va les traiter dans cette rédaction d’un nouveau genre ?

Comment peut-on espérer être en capacité de questionner et repenser un monde toujours plus complexe lorsque l’information se simplifie et que le langage s’appauvrit ? Est-il judicieux de laisser à des publicitaires et à des algorithmes la tâche élémentaire d’informer et d’élever intellectuellement toute une génération ?

Sans oublier « l’envers du décor acidulé », derrière lequel se cache un univers de forçats, avec un système reposant sur des auto-entrepreneurs précaires, et rappellant celui des cueilleurs saisonniers payés au kilo….

 

A lire « De l’information au piège à clics », par Sophie Eustache & Jessica Trochet. Le Monde diplomatique, août 2017 et « Quels dangers d’une information « Konbinisée » pour les jeunes ? » Par Sami Joutet. Topo, 14 février 2020.

« On en calcula le prix… » ou Actes 19v18-20 « XXIe »

Rêvons un peu….

Imaginons les effets d’une prédication sur Actes 19v18-20, adaptée à un auditoire du XXIe siècle :

Téléphone cellulaire brisé par Petr Kratochvil

Téléphone cellulaire brisé par Petr Kratochvil

Et plusieurs de ceux qui avaient cru s’engagèrent à couper leur portable pendant deux heures durant le culte, chaque dimanche matin. Et un assez grand nombre, ayant apporté leurs smartphones, tablettes numériques et autres nomades…, les détruisirent en présence de tous. Et on en calcula le prix, et on trouva qu’il se montait à environ 70.000 euros. Ainsi la parole du Seigneur progressait avec force et manifestait sa puissance. (Actes 19v18-20)

Voilà un geste radical pour exprimer une volonté d’abandonner tout ce qui est susceptible de nous asservir[dans l’original du texte, il s’agit de livres de magie]. Néanmoins, un tel geste-s’il est nécessaire-reste insuffisant.

Il convient aussi, en effet, d’

Eduquer au jugement

A la question du « comment mieux éduquer » sur le plan de l’usage des outils numériques et jeux vidéos (pas seulement les enfants ou les jeunes), on trouvera une fort pertinente et intéressante réponse sur E-media.ch (un portail romand de l’éducation aux médias) :

Voir ce conseil aux parents(parmi d’autres), dans  « Smartphones. Tous accros », de Sabine Pirolt, publié dans L’Hebdo daté du 21/03/13 : Montrer l’exemple, c’est à dire ne pas vivre avec son smartphone à la maison (…) « on n’éduque pas avec des trucs qui changent le comportement d’un jeune du jour au lendemain. Il faut prendre la peine de soi-même se former, puis dire, transmettre, surveiller, revenir à la charge et développer le  jugement du jeune », rappelle Jean-Charles Nayebi, auteur d’ « enfants et adolescents face au numérique »(Odile Jacob)

Voir encore le dossier « impact des médias » sur les individus et la société :
http://www.e-media.ch/CMS/default.asp?ID=1023

Le site du docteur Nayebi :

http://nayebi.fr//index.htm

Et encore :

http://www.pearltrees.com/#/N-f=1_3215227&N-fa=2639456&N-p=24065808&N-play=0&N-s=1_3215227&N-u=1_262478