Lagaan : l’esprit d’équipe « made in India »

L’esprit d’équipe selon « Lagaan »(« Once Upon a Time in India »), un film indien réalisé par Ashutosh Gowariker(2001)

Lagaan : Once Upon a Time in India est un film indien, produit et réalisé par Ashutosh Gowariker (2001), revu cet été sur dvd avec beaucoup de plaisir.

De l’aveu de son auteur dans une interview pour Critikat, il s’agit d’ « une production familiale » avec « un héros, un méchant, un trio amoureux »(1), qui a été un succès commercial. En effet, « si l’on veut un film qui marche au box-office, il faut faire un film d’amour », explique encore Ashutosh Gowariker(1).

De quoi ça parle ?

 En 1893, au centre de l’Inde, les villageois de Champaner attendent en vain la mousson. Pour humilier ce peuple au bord de la famine, le capitaine Russel, chef de la garnison britannique, veut doubler le « lagaan », l’impôt sur les céréales. Le jeune Bhuvan, qui dirige la protestation contre cette injustice, se voit proposer par l’officier un terrible pari : si les Indiens battent les Anglais au cours d’un match de cricket, ils seront exemptés de « lagaan » pendant trois ans ; s’ils perdent, ils devront payer un triple impôt. Bhuvan accepte le pari mais n’a que trois mois pour former son équipe…et apprendre à jouer ! 

A l’instar des sept samouraïs, Lagaan a tout du « film parfait » : tout public, patriotique (mais non nationaliste), et épique, généreux et rafraichissant, avec plusieurs scènes de chansons et de danses, il relate sous un angle original (une compétition sportive au centre de tous les enjeux) comment des paysans opprimés doivent oublier leurs différences (de religion, de caste, d’ethnie ou de condition physique, sans oublier les conditions d’âge) et s’unir dans un but commun, pour une question de vie ou de mort. Ainsi, il est possible qu’un « fou », un muet, un handicapé de la main (mais à la façon unique de faire vriller une balle) et un jeune garçon se retrouvent dans une même équipe ; que des ennemis traditionnels – un hindou et un musulman –  combattent (pacifiquement) ensemble, et qu’un brahmin et un dalit (« intouchable » ou « paria » et « maudit ») se touchent. Ainsi, «  ce qui est folie, faible, vil ou méprisé dans le monde peut être choisi pour confondre les sages, les forts et les prétentieux » (cf 1 Cor.1v27-28). Certes, la cause paraît dérisoire ou perdue d’avance, mais, porteuse de sens, elle dépasse les challengers indiens, impliquant toute la communauté de Champaner : les villageois, qui jouent pour leur survie, quand les anglais (les dominateurs) jouent pour se distraire, feront preuve d’un véritable esprit d’équipe « made in India », et en ressortiront grandis individuellement et soudés collectivement à la suite de diverses épreuves.

A noter enfin, bien présente dans le film et comme déjà souligné plus haut, une dénonciation particulièrement culottée du système des castes, un sujet qui tient le réalisateur à cœur. Ce dernier pense-t-il que le cinéma en Inde, parce que très populaire, pourrait contribuer à changer les mentalités ? « Si vous voulez que le cinéma change les mentalités et les attitudes, vous devez faire vingt films sur le même sujet et les diffuser à la suite les uns des autres pendant au moins cinq ans », répond-t-il. « Je ne dis pas que le système des castes doit être éradiqué. C’est impossible. Avec beaucoup d’efforts, il est possible d’éradiquer la pauvreté. Mais le système des castes ne bougera pas. Ce qu’on peut changer, c’est une attitude, la tolérance entre castes…. » (1)

 

En bref : « Laagan » (« Once Upon a Time in India »). Réalisé par Ashutosh Gowariker (Inde, 2001). Produit par Aamir Khan Productions. Musique de A.R. Rahman.
Avec Aamir Khan (Bhuvan), Gracy Singh(Gauri), Rachel Shelley (Elisabeth Russel), Paul Blackthorne (Capitaine Russel), Yashpal Sharma (Lakha, le rival de Bhuvan), Amin Hajee (Bagha, l' »Hercule » muet et son tambour), Shri Vallabh Vyas (Ishwar, le médecin du village et père de Gauri), Rajesh Vivek (Guran, « l’astrologue fou »),  Aditya Lakhia (Kachra, l’intouchable), Amin Gazi (Tipu, le neveu de Bhuvan)…..

Durée : 3h40.

Nominé aux Oscars en 2002 dans la catégorie du « Meilleur film étranger », et plusieurs fois primé dans des festivals européens (dont celui de Locarno).

Une chanson : 

« Chale chalo » (une séance d’entraînement très rythmée)

 

 

 

Note : 

(1) https://www.critikat.com/actualite-cine/entretien/ashutosh-gowariker/

Quelles sont tes motivations pour agir ?

Objectif pour le saut par Shari Weinsheimer Quelles sont mes motivations "pour y aller" ?

Objectif pour le saut par Shari Weinsheimer
Quelles sont mes motivations « pour y aller » ?

« Rien n’est plus trompeur que le cœur humain. On ne peut pas le guérir, on ne peut rien y comprendre. « Moi, dit le Seigneur, je vois jusqu’au fond du coeur, je perce le secret des consciences. Ainsi je peux traiter chacun selon sa conduite et le résultat de ses actes ». (Jer.17v9-10)

« C’est pourquoi, ne portez de jugement sur personne avant le moment fixé. Attendez que le Seigneur vienne : il mettra en lumière ce qui est caché dans l’obscurité et révélera les intentions secrètes du cœur des hommes. Alors chacun recevra de Dieu la louange qui lui revient ». (1 Cor.4v5)

 « Or, tout ce qui est dévoilé est mis en pleine lumière… » (Eph.5v13)

« Jésus ne se fiait point à eux, parce qu’il les connaissait tous, et parce qu’il n’avait pas besoin qu’on lui rendît témoignage d’aucun homme ; car il savait lui-même ce qui était dans l’homme »(Jean 2v24-25)

Voilà autant de versets bibliques, sans doute connus par la plupart d’entre vous, pouvant être illustrés par le western « Rio Conchos ».

L’histoire en gros :

Auteur d’un massacre d’indiens, perpétré avec un fusil à répétition provenant d’un chargement volé à l’armée américaine, le sudiste Lassiter se fait arrêter par le capitaine Haven. Afin d’empêcher que le fameux chargement ne tombe aux mains des indiens, une équipe improbable se constitue alors pour le retrouver et le détruire : Haven, chef du commando, Franklyn,  son sergent noir, Lassiter lui-même, contraint de guider les militaires jusqu’au receleur des fusils – et un bandit mexicain condamné à mort enrôlé de force, l’amusant Rodriguez.

« Rio Conchos », que j’ai découvert de la même façon que pour « Texas », est intéressant à plus d’un titre. Certes, cette phrase introductive fait quelque peu « cliché », et pourrait valoir pour n’importe quelle œuvre. Néanmoins, l’intérêt est réel et multiple, puisque « Rio Conchos » est un pré-western spaghetti, sorti en 1964, soit quelques mois avant le « pour une poignée de dollars » de Léone.

Et surtout, en dépit d’un pitch de base banal sur le papier (une mission commando à la sauce western), son scénario est plus riche, complexe et imprévisible qu’il n’y paraît, jusqu’au final sidérant.
L’intérêt vient aussi des caractères respectifs des personnages dépeints : ce qui anime chacun, peu à peu mis en lumière, s’avère en réalité très ambigu et bien éloigné des « valeurs » habituellement mises en avant dans les westerns classiques : du sens et du  respect de la loi, de l’honneur, de la famille, de la liberté….point de tout cela.
Au contraire, dans « Rio Conchos », les personnages sont cyniques, tourmentés et individualistes : entre Lassiter, rongé par la haine et la vengeance, le capitaine nordiste, rongé par la culpabilité (et peut-être animé par une ambition secrète), ou le renégat mexicain décomplexé, rongé par la cupidité(ne parlons pas du vieil officier sudiste qui refuse la fin de la guerre, rongé par la folie des grandeurs), qui pourrait nous (re)donner foi en la grandeur et la dignité humaine ? La jeune femme apache, qui intègre le groupe, et le sergent noir, semblent tous deux « n’être rongés par rien ». Mais sont-ils réellement positifs ?

L’indienne pourrait être la véritable héroïne du film, puisqu’elle aide le commando à faire disparaître les fusils. Mais ce faisant, elle découvre à ses dépends que l’on ne saurait faire d’omelettes sans casser d’œufs : trahir ses frères, au risque de causer des morts parmi eux, pour mieux sauver encore plus de vies humaines de massacres à venir…. cruel dilemme.

Et Franklyn, le sergent noir ? Sous ses dehors de fidèle « yes man », il est le plus discret, mais aussi le plus difficile à cerner. En tous cas, il ne semble pas avoir de mobiles inavouables, malgré une vacherie de Lassiter qui pourrait nous inciter à le soupçonner d’ambition carriériste. La présence d’un tel personnage de couleur peut être aussi perçue comme un geste progressiste de la part du réalisateur, particulièrement dans le contexte de l’Amérique et le Hollywood du début des années 60 (et sachant que la ségrégation raciale n’a été officiellement abolie qu’en juillet 1964-le film date d’octobre). Néanmoins, il reste « trop froid » et « trop parfait », pour nous permettre de nous identifier à lui.
En fin de compte, « Rio Conchos » montre qu’une véritable équipe n’est pas un assemblage d’individus aux intérêts secrets et contradictoires. Une mission dite « officielle » censée fédérer le groupe ne suffit pas. Ici, pour chacun des membres du commando, la « cause » (retrouver et détruire des fusils à répétition volés) n’est qu’un prétexte pour privilégier sa « propre vision ».
Il leur manque donc à tous l’indispensable et vitale (et véritable) unité et « communion ». Ainsi qu’une véritable adhésion à une cause. De cette notion d’ « adhésion » ou « d’adhérence », nous en parlerons une prochaine fois, avec deux nouveaux films pour l’illustrer !

En bref :

Rio Conchos(1964). USA. Coul. 107 min.
Réal. Gordon Douglas
Avec:
Richard Boone : Lassiter
Stuart Whitman : Capitaine Haven
Tony Franciosa : Juan Luis Rodriguez
Jim Brown : Sergent Franklyn
Wende Wagner : la jeune femme Apache
Edmond O’Brien : Colonel Theron Pardee
Très belle musique de Jerry Goldsmith (voir aussi ici)

Rio Conchos est disponible en DVD dans la collection « Westerns de Légende » de l’éditeur Sidonis-Calysta.