L’antidote au discours paranoïaque anti-église ou comment gérer les prédicateurs qui disent de se méfier de tous les autres… qu’eux

Dans le choix d’une église, il est important de se souvenir qu’il n’y a pas d’Eglise parfaite. Or si vous avez visité de nombreuses Eglises sans trouver une qui soit à peu près bien pour vous, rappelez vous que l’ensemble des Eglises à qui écrivait Paul avaient des problèmes. Source : Pixabay

Voici un pertinent et percutant article du Pasteur Gilles Boucomont, intitulé « Quand la paranoïa se mort la queue », et publié le 13 mai (2018) sur son blogue « Au Nom de Jésus » : 

L’expérience de Christ est celle du serviteur souffrant et d’un ressuscité puissant. Bien que sans faute qu’on puisse lui imputer, il a été condamné. Et à sa suite, il nous avertit à de nombreuses reprises : « Souvenez-vous de la parole que je vous ai dite : ‘Le serviteur n’est pas plus grand que son maître.’ S’ils m’ont persécuté, ils vous persécuteront aussi ; s’ils ont gardé ma parole, ils garderont aussi la vôtre. » (Jean 15v20). Nous savons donc que nous serons persécutés, mais pire encore, Jésus nous avertit que la persécution la pire viendra de l’intérieur, de la synagogue, de l’Eglise (comme expliqué en Luc 12v11).

Nous sommes avertis.

Il est donc légitime d’enseigner les chrétiens sur la difficulté qu’on peut rencontrer dans certaines Eglises. Sur le fait que dans certaines d’entre elles on y persécute vraiment ceux qui essayent de croire en vérité et de s’impliquer dans une théologie du Royaume. Et j’en sais quelque chose pour l’avoir moi-même expérimenté. Cela peut être le cas parce que ce sont de fausses Eglises dont Christ n’est pas le centre, empreintes d’un faux amour. Ou parce que ce sont des Eglises autoritaires, où Dieu n’est pas le Père mais que quelqu’un s’est mis à la place du Père. Soit parce que ce sont des Eglises légalistes où l’Esprit ne peut pas souffler. Nous devons enseigner les chrétiens à discerner comment une assemblée peut être un lieu de vie ou un lieu de mort.

Mais la difficulté, c’est qu’il n’y a pas d’Eglise parfaite. Or si vous avez visité de nombreuses Eglises sans trouver une qui soit à peu près bien pour vous, rappelez vous que l’ensemble des Eglises à qui écrivait Paul avaient des problèmes, et que donc, c’est peut-être qu’il y a un problème… en vous.
Comme il n’y a pas d’Eglise parfaite, les gens vont toujours trouver des choses qui ne vont pas ; et ils ont raison. Et c’est là où s’engouffrent quelques prédicateurs qui produisent un discours anti-Eglises, et anti-pasteurs, avec une radicalité qui est souvent née d’un zèle très beau et pur au premier regard, mais qui devient à force un discours paranoïaque : « Aucune Eglise ne peut apporter quelque chose de bon ; aucun pasteur ne peut être de bon conseil. » C’est là que le bât blesse. Car ces prédicateurs n’appliquent pas cette règle à eux-mêmes. Ils se marketisent sur les réseaux sociaux, ils créent des adeptes, visent des publics influençables, et posent une emprise sur eux. Désormais il faut se méfier de tout le monde. Sauf d’eux(1). Et si par malheur, en tant que pasteur, vous voulez alerter un frère ou une soeur en train de se mettre sous emprise, vous prouvez par là même que vous êtres un pasteur terrible rempli d’un esprit de contrôle, et que donc… il faut faire attention à vous. La boucle paranoïaque est bouclée. Le poisson est harponné.

Alors qu’il y aurait de bonnes raisons d’être prudents car Jésus n’a pas voulu que nous entrions dans le discours paranoïaque.

La suite à découvrir sur le blogue « Au Nom de Jésus ».

 

 

Note : 

(1) Voir aussi la proposition de réponse à la question « J’ai entendu dire qu’un pasteur était un gourou. Qu’est-ce qu’un gourou ? Comment vérifier que notre pasteur ne l’est pas ? »

« Une espérance vivante ! » Questions pour l’étude de 1 Pierre 1v2-12

Après l’introduction de la Première épître à Pierre, exposée précédemment, je vous propose d’entrer dans le vif du sujet !

A noter que la version utilisée est la « Darby », qui me paraît particulièrement adaptée à l’étude systématique.

 

1 Pierre 1

« Pierre, apôtre de Jésus Christ, à ceux de la dispersion, du Pont, de la Galatie, de la Cappadoce, de l’Asie et de la Bithynie, qui séjournent parmi les nations(v1), élus selon la préconnaissance de Dieu le Père, en sainteté de l’Esprit, pour l’obéissance et l’aspersion du sang de Jésus-Christ : la grâce et la paix vous soient multipliées ! »(v2)

Voyage par George Hodan  Les  chrétiens : des "voyageurs", "en séjour", dans ce monde

Voyage par George Hodan
Les chrétiens : des « voyageurs », « en séjour », dans ce monde

Q 1 : les destinataires de la première épître de Pierre sont « étrangers » et « dispersés » (v1) : qu’est-ce qui, dans cette adresse, pourrait ici les encourager et les fortifier, dans leur isolement ?

Q 2 : qu’est-ce que « l’élection », sous l’ancienne Alliance ? Qui concernait-elle ? (Lire, par exemple, Es. 41v8 ; 43v20 ; Deut. 7v6 ; 9v4-6)

Q 2 bis : Quelle est la caractéristique de l’élection de Dieu, pour les chrétiens en général et les destinataires de l’épître en particulier ? (v2)

Q 3 : Qui intervient successivement et comment, dans cette élection, d’après 1 Pie. 1v2 ?

Q 3b : qu’est-ce que cette « préconnaissance » de Dieu ? (Lire, par exemple, Amos 3v2, 1 Cor.8v3, 1Pierre 1v20 ; Romains 8v28-29 ; Ephésiens 1v3-5). Sur quoi l’élection est-elle fondée ? Sur qui repose-t-elle ?

Q 3c : Dieu nous élit-il pour qu’ensuite nous agissions à notre guise ? Qui intervient ensuite, dans cette élection ? (cf 1 Pie.1v2 et lire 1 Thessaloniciens 4v7 ; 2 Thessaloniciens 2v13-14).

Q 3 d : dans quel but sommes-nous « appelés » et « sanctifiés », ou « mis à part » ?

Qu’est-ce que l‘aspersion du sang de Jésus-Christ ? A quel usage de l’Ancien Testament ce terme est-il emprunté ? Dans quel but ? (cf Exode 24v7 ; Lévitique 4v6, 17 ; 16v14 ; Hébreux 9v19 ; 12v24)

Remarque : « l’aspersion du sang de Jésus-Christ » est mentionné après la sainteté (ou sanctification)de l’Esprit, dans ce passage. Pourquoi ? Comparer avec 1 Jean 1v7.

 

Synthèse : compléter les trous, d’après vos réponses aux questions sur le passage de 1 Pie.1v2 : …..par le Père, …..par le Fils et ….. par l’Esprit. Ces trois actions forment un tout et sont indispensables à notre salut.

 

Quelles sont les deux conséquences, découlant de l’œuvre de Dieu (v2) : ………….et………….

Quelles conséquences, pour ma vie personnelle ?

 

« Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui, selon sa grande miséricorde, nous a régénérés pour une espérance vivante par la résurrection de Jésus-Christ d’entre les morts »(v3)

Tombes dans la roche par Petr KratochvilUn tombeau vide : une espérance vivante

Tombes dans la roche par Petr Kratochvil
Un tombeau vide : une espérance vivante

Q 4 : Il est fait question de l’espérance vivante du chrétien(v3). Pourquoi est-elle « vivante » ?

 

« …pour un héritage qui ne se peut corrompre, ni souiller, ni flétrir, conservé dans les cieux pour vous »(v4)

Q 5 : L’objet de l’espérance, la vie éternelle, est appelée par Pierre un héritage : d’où vient cette désignation ? (Cf Genèse 13v15 ; 28v4 ; Deutéronome 4v21 ; 12v9 ; Galates 3v18, Ephésiens 5v5 ; Hébreux 9v15)

Q 5 b : Quelles sont les trois caractéristiques de notre héritage (v4) ?

 

«…qui êtes gardés par la puissance de Dieu, par la foi, pour le salut qui est prêt à être révélé dans les derniers temps ! »(v5)

Q 6 : Quelles sont les deux certitudes ou assurances, liées à cet héritage cf v4-5 ?

 

« C’est là ce qui vous fait tressaillir d’allégresse, bien que maintenant, pour un peu de temps, s’il le faut, vous soyez attristés par diverses tentations »(v6)

Des diverses tentations ou épreuves. Comparer avec Jacq.1v2

Q 7 : quelles sont les quatre indications que l’apôtre nous donne sur ces tentations ou épreuves (v6-7) ? Quelles conclusions en tirez-vous, pour chacune de ces indications ?

 

Le feu par Petr KratochvilL'épreuve de notre foi, bien plus précieuse que celle de l'or qui périt

Le feu par Petr Kratochvil
L’épreuve de notre foi, bien plus précieuse que celle de l’or qui périt

« afin que l’épreuve de votre foi, beaucoup plus précieuse que celle de l’or périssable, qui cependant est éprouvé par le feu, tourne à votre louange, et à votre gloire, et à votre honneur, lors de la révélation de Jésus-Christ »(v7)

Le mot rendu ici par l’épreuve ne se retrouve, dans le Nouveau Testament, que dans Jacques 1v3. Que signifie-t-il ?

Que nous enseigne l’image de « l’or éprouvé » sur le sens et la finalité(le but) de l’épreuve du croyant ?

 

« lui que vous aimez, sans l’avoir vu ; à l’égard duquel, sans le voir encore, mais en croyant, vous tressaillez d’une joie ineffable et glorieuse »(v8)

Q 8 : cette joie « ineffable et glorieuse » est produite par deux sentiments. Lesquels ? Pour qui ?

Quel est le lien entre ces deux sentiments ? Comment peut-on bien les nourrir ?

 

« remportant, ce qui est le but de votre foi, le salut des âmes »(v9)

Le mot remporter nous parle de prix ou de couronne obtenue par un vainqueur (1Pierre 5v4 ; 2Timothée 4v8 ; 2Corinthiens 5v10 ; Ephésiens 6v8…). Il semble qu’il ait ici le sens de « but » ou « fin(alité) ».

Quel est ce but de notre foi ? (v9) Quand pouvons-nous vivre cette espérance ?  

 

« C’est au sujet de ce salut que les prophètes, qui ont prophétisé touchant la grâce qui vous était destinée, ont fait leurs recherches et leurs investigations, scrutant pour quel temps et quelles circonstances l’Esprit de Christ qui était en eux, indiquait, en les attestant d’avance, les souffrances destinées à Christ, et les gloires dont elles seraient suivies »(v10-11)

Q 9 : de qui ce salut a-t-il été l’objet des désirs, des recherches et des espérances, dans les v10-12 ?

Q 10 : relevez les termes employés pour exprimer la nature de ces recherches et investigations. (Comparer avec Matthieu 13v17).

Q 11 : que cherchaient particulièrement à découvrir les personnes dont il est fait question dans ce passage ? Pourquoi ? (v11-12)

Q 12 : sous quelle inspiration cette enquête est-elle menée ? (V 11)

Q 13 : qui est au centre de cette œuvre de salut ? Ce dont l’Esprit de Christ rendait témoignage à l’avance ?

Précisions : De quoi parlent particulièrement les textes suivants de l’Ancien Testament, que Pierre avait sans doute à l’idée ? (cf 1Pierre 2v23-25)  Lire, par exemple, Psaume 22 et Esaïe 53…

Quel est le but de Pierre, en rappelant ces données à ses lecteurs ? Quel titre lui-même se donne-t-il ? (1Pierre 5v1)

 

« Il leur fut révélé que ce n’était pas pour eux-mêmes, mais pour vous, qu’ils administraient ces choses, qui vous ont été maintenant annoncées par l’entremise de ceux qui vous ont prêché l’Evangile par l’Esprit-Saint envoyé du ciel, et dans lesquelles les anges désirent plonger leurs regards »(v12)

Q 14 : le ministère des prophètes concernant le salut à venir fut-il sans utilité pour eux mêmes et pour leurs contemporains ?  Sinon, comment comprendre leur persévérance ?

Q 16 : de qui parle-t-on enfin, en rapport avec ce salut ? (v12)

Q 16bis : Comparer l’expression « qui désirent regarder de près » avec celle employée dans Jacques 1v25. Pourquoi les anges s’intéressent-ils au plan de salut de Dieu (Lire, par exemple, Luc 2v8-14, 15v10, Apocalypse 5v11 ; 7v11,12) ? Qu’est-ce que ce salut leur apprend du Dieu qu’ils servent ?