Le Défi biblique de l’été : 1-2 Timothée, par Louis-Michel

« Homme de Dieu, exerce-toi à la piété », tel est le message de Paul à Timothée…

Louis-Michel, que je remercie pour ses textes et pour avoir relevé de nombreux défis, nous présentent les première et la seconde lettres de Paul à Timothée. A lire, en complément des textes de Robert publiés le 05 août.

 

Première lettre à Timothée

La Lettre :

Paul est de nouveau sur les routes après sa captivité, il continue ainsi sa mission apostolique. C’est de Macédoine qu’il écrit à son jeune équipier Timothée pour lequel il a une affection paternelle toute particulière. Timothée se trouve alors à Ephèse en Asie mineure.

Le chapitre 1 contient des avertissements au sujet des faux docteurs, puis un témoignage de la grâce de Dieu, enfin une exhortation personnelle à propos de la foi. Le chapitre 2 traite de la prière. Le chapitre 3 entretient le jeune pasteur sur la gouvernance de l’Eglise. Le chapitre 4 est une prise de position sur les doctrines avec quelques conseils à Timothée. Le chapitre 5 s’adresse à diverses personnes importantes de l’église locale. Enfin, le chapitre 6 entretient le jeune homme sur les relations et le combat spirituel.

Le défi :

Ce qui constitue pour moi un défi, c’est d’accomplir mon ministère selon la Parole. Je n’ai plus l’âge de Timothée, mais je peux faire miens les conseils de Paul. Je compte bien réétudier de plus près cette épître !

L’impression :

Le plus impressionnant dans cette lettre est sans aucun doute le message précis, doctrinal et pragmatique que Paul réussit à faire passer à son enfant légitime dans la foi ! Seigneur, si je pouvais ressembler à ce Paul !!! Mais Dieu donne à chacun selon le besoin de la mission qu’il accomplit pour Lui !

Le verset :

« Entraîne-toi à rester attaché à Dieu » (1 Timothée 4:7b). Tout dépend de la relation avec Dieu pour celui qui a charge d’église. Est-ce une relation de proximité, affectueuse, pratique ? Que le Saint-Esprit nous accorde une oreille attentive !

 

Seconde lettre à Timothée

La Lettre :

Cette fois, Paul est en prison (1:8). Il écrit donc de Rome. Luc est avec lui. Cette seconde missive est poignante car Paul sent la fin de sa carrière arriver. Il demande à Timothée de venir pour lui apporter ses vêtements d’hiver et ses parchemins. Il parle à Timothée de ses souvenirs, de son présent, et de son avenir proche.

Le défi :

Paul lance des défis à Timothée : la fidélité, l’enseignement, la vérité, la souffrance, les faux docteurs, les discussions vaines, la prédication puisque « Toute l’Ecriture est inspirée … ». Ai-je d’autres défis que cela ? Non. Par contre, je me sens concerné par le thème de la souffrance. J’ai quelque part dans mon coeur un fardeau pour les frères et soeurs persécutés, ceux qui souffrent dans le handicap, ceux qui sont démunis, étrangers, affectés sur le plan moral ou mental … Je ne serai jamais suffisant, mais Dieu me donnera l’équipement, et surtout l’amour, nécessaires.

L’impression :

L’image de la maison au chapitre 2 m’a toujours impressionné. On trouve de tout dans une maison, surtout dans les greniers : des vases d’or et d’argent, des vases de bois et d’argile. Chacun est prévu pour un usage, noble ou vil … Dans la maison de Dieu, divers vases sont utilisés par le Maître. Pourvu que nous soyons des vases nobles, non pour être vus, mais pour la gloire de Dieu, et que tout visiteur puisse apprécier ces vases et leur contenu !

Le verset :

« Je te le recommande solennellement : proclame la Parole  ! » (2 Timothée 4:1-2). Face au Dieu saint, il n’y a aucune autre possibilité. Si l’Evangile nous a saisis, nous ne pouvons faire autrement que de le proclamer !

Question :

Sommes-nous fatigués et désabusé comme le reste de l’humanité ? Ou bien prenons-nous « le taureau par les cornes » pour que « tous les hommes » aient accès à la vie éternelle en Jésus-Christ ?

 

Le Défi biblique de l’été : 1-2 Timothée, par Robert

« Pour bien comprendre le message divin dans les propos personnels de Paul, il faut arriver à se mettre dans les sandales de Timothée » (Source image : public domain pictures)

Robert, que je remercie pour ses textes et pour avoir relevé un double défi biblique, nous présente les lettres de Paul à Timothée, lesquelles nous mettent au défi de veiller à la transmission, d’une génération à l’autre.

 

1 Timothée

Quel est ce livre ?

Le livre biblique portant le titre « 1 Timothée » est la première lettre personnelle qu’a écrite l’apôtre Paul à son fils spirituel, Timothée.  Le livre fait partie des trois livres appelés : les épitres pastorales, les deux autres étant 2 Timothée et la lettre à Tite.   Paul avait laissé Timothée à Ephèse pour qu’il mette de l’ordre dans l’église ; et ceci nous donne un modèle apostolique à faire appliquer dans les églises aujourd’hui.

En quoi la lecture de ce livre représente un défi pour moi ?

Pour moi il y deux défis avec cette lettre à Timothée :

1) on ne peut pas simplement lire la lettre à Timothée ; il faut absolument la mettre à l’étude approfondie.

2) On ne peut pas l’interpréter de la même façon que le reste du Nouveau Testament, car la lettre s’est adressée à une seule personne qui vivait dans un contexte très particulier et qui exerçait un ministère très particulier.  Pour bien comprendre ce que l’apôtre met dans sa lettre, il faut bien connaitre le destinataire.

Quest-ce qui ma bousculé/interpellé/impressionné dans cette lecture ?

Une fois que nous comprenions comment l’interpréter correctement, il est impressionnant de constater comment il s’applique à l’état de l’église d’aujourd’hui.  Je reste convaincu que si les chrétiens d’aujourd’hui cherchaient plus ardemment à vivre selon les principes trouvés en 1 Timothée, l’Eglise sera dans une plus grande maturité.

Le verset de ce livre qui minspire

1 Timothée 3:1 : « Cette parole est certaine: Si quelqu’un aspire à la charge d’évêque, il désire une oeuvre excellente ».

Nous vivons un temps où la grande majorité des chrétiens des consommateurs purs et ne veulent pas payer le prix pour devenir un responsable dans l’église.  Mais l’apôtre nous dit, sous l’inspiration du Saint Esprit, que l’ambition à devenir un ancien/responsable est une « oeuvre excellente ».  Bien qu’il y a un prix à payer ; mais la récompense est encore plus grande.

 

2 Timothée

Quel est ce livre ?

Le livre biblique portant le titre « 2 Timothée » est la deuxième lettre personnelle qu’a écrite l’apôtre Paul à son fils spirituel, Timothée. La deuxième lettre à Timothée est un véritable partage de coeur de la part de l’apôtre Paul.  Il est fort probable que l’apôtre a écrit cette lettre depuis une prison à Rome, peu avant son exécution par l’empereur Néron.  En conséquence, il est possible qu’en lisant cette épitre, on lit les derniers mots de Paul.

En quoi la lecture de ce livre représente un défi pour moi ?

Cette lettre porte tous les signes d’une exhortation paternelle à un jeune homme qui est peut-être tenté de ralentir, ou se détourner de la mission.  Pour bien comprendre le message divin dans les propos personnels de Paul, il faut arriver à se mettre dans les sandales de Timothée. Et quoi que nous n’ayons aucune indication Biblique de l’état actuel de Timothée, on peut déduire certains états de coeur.  Et c’est là le défi.

Quest-ce qui ma bousculé/interpellé/impressionné dans cette lecture ?

La chose qui m’interpelle énormément c’est la souffrance de l’apôtre vers la fin de sa vie.  Il est en prison, et au fond du coeur, peut-être, il sait qu’il n’en serait délivré que par la mort.  Tout le monde l’a abandonné, à part Luc.  Et il veut voir son fils, si possible, avant l’hiver ; pourquoi avant l’hiver ? Probablement parce qu’il est sûr de ne pas pouvoir le survivre.

Le verset de ce livre qui minspire

On peut apprendre beaucoup de quelqu’un par les choses il dit juste avant de mourir.  Paul dit à Timothée : Les choses que tu as entendu de moi en présence de beaucoup de témoins, confie-les aux hommes fidèles, qui soient capable de les enseigner aussi à d’autres. (2 Timothée 2:2)  Voici l’apôtre qui nous a donné la révélation de la grâce, la révélation de la justification par la foi, et non par la circoncision, la révélation de l’église glorieuse, la révélation de la résurrection des morts, et beaucoup d’autres révélations.  Quel est son souci principal avant de quitter cette terre : trouver les hommes fidèles capables d’enseigner l’évangile du Royaume de Dieu.

« Veille sur toi-même et sur ton enseignement » : une exhortation pour tout enseignant, moniteur et parent

(Ce qui suit a été reçu le 05/02/10. A la base, il y a eu une discussion avec un jeune adulte sur la parabole de l’ivraie. Laquelle discussion m’a, de fil en aiguile, conduit à toute une réflexion. Celle-ci, mise une première fois par écrit, a été reformulée le 27/10/11, synthétisée et transmise comme exhortation à des moniteurs d’école du dimanche et parents le 13/05/12. Je la publie ici en espérant qu’elle sera utile)

Pourquoi une telle exhortation ?

Mare et poulains par Karen Allen

Mare et poulains par Karen Allen

Parce que tout enseignant est confronté au défi suivant en ces temps difficiles que nous vivons : répondre à un refus d’apprendre/d’être enseigné et à un rejet de ce qui nourrit.

Or, nous ne devons pas nous décourager et nous souvenir que Dieu nous dit qu’ «aujourd’hui est le jour du salut !»(2 cor.6v2) : nous devons être, à la fois actifs et persévérants pour le Seigneur, et actifs pour chercher, transmettre la vérité. Car, combien de temps encore pourrons-nous le faire ? Le Seigneur « revient bientôt », « promptement ». Nous, chrétiens, vivons dans cette espérance de son retour et comme si ce jour était le dernier.

Recentrons-nous sur les priorités : pour nous, enseignants, moniteurs, ou parents, ces priorités que nous avons choisis sont les enfants et la Parole de Dieu. Seules choses « durables » et éternelles.

Dans cette perspective, la présente exhortation se résumera à  : « veille sur toi-même » et « sur ton enseignement ».

Passages de référence : 1 et 2 Timothée ; 2 Rois 2, 4, 6(exemples d’Elisée)

I)« Veille sur toi-même »

Tout enseignant enseigne d’abord ce qu’il est. Nous, enseignants, moniteurs et parents,

Vigne par gabile gabile Soyons attachés au cep pour porter du fruit

Vigne par gabile gabile
Soyons attachés au cep pour porter du fruit

nous sommes ce que nous sommes, parce que nous sommes avant tout rattachés « au Cep », le Seigneur Jésus-Christ. Parce que nous connaissons Jésus-Christ comme sauveur et seigneur de nos vies.

A)Nous sommes exhortés à persévérer dans la fidélité et le témoignage.

Dans 1 et 2 Timothée (lettre de Paul à son disciple, Timothée), plusieurs verbes à l’impératif : « garde », « demeure », « tiens ferme ». Dieu nous demande « d’être » et de « vivre », plus que de « faire ».

« Garde-toi (ou conserve-toi) pur » (1 Tim.5v22), c’est-à-dire, « sans mélange », sans compromis.

« Sois un modèle…en paroles, en conduite, en amour, en foi, en pureté » (1 tim.4v12)

« Garde le bon dépôt » (2 Tim.1v13-14, 1 Tim.6v20)

« Combat le bon combat, en gardant la foi et une bonne conscience » (1 Tim.1v18)

Child and Book par George Hodan Demeurons dans un enseignement d'avenir

Child and Book par George Hodan
Demeurons dans un enseignement d’avenir

« Demeure dans les choses que tu as apprises et reconnues certaines » (2 Tim.3v14)

Nous sommes exhortés à « nous exercer » et « à rechercher » : ici, toujours dans Timothée, un mot-clé, qui revient avec une certaine insistance. C’est-là la clé, ce qui fait la différence. C’est le mot « piété » : ce qui plaît à Dieu. Cultivons donc l’amour et l’amitié de Dieu.

« Exerce-toi à la piété » (1 Tim.4v8, 6v6) ; « Recherche la piété » (1 Tim.6v11)

Une promesse :

« Le Seigneur sait délivrer de l’épreuve les hommes pieux » (2 Pie.2v9) ; Dieu « aime la piété et non les sacrifices… » (Osée 6v6)

Dieu réclame de nous un élan du cœur, un don de l’être tout entier par amour : c’est ce qui motive aussi pour enseigner les (nos) enfants.

« Le mystère de la piété est grand » : l’incarnation et la glorification du Seigneur (1 Tim.3v16)

« La doctrine est selon la piété » (1 Tim.6v3)

B) Nous sommes exhortés à « déclarer », « exposer », « rappeler », «enseigner la vérité » (1 Tim.4v6, 11 ; 2 tim.2v14 ; 2 Tim.4v2)

« Présente-toi devant Dieu comme un homme éprouvé (…) qui dispense droitement la parole de la vérité » (2 Tim.2v15)

« Reprends », « exhorte » (1 Tim.5v20-21 ; 2 Tim.2v24-25 ; 2 tim.4v2)

« Applique-toi à la lecture…à l’enseignement. » (1 tim.4v13, 2 tim.3v15-17) : sois un homme (ou une femme) de la Parole de Dieu !

[Parenthèse pratique : mieux vaut une modeste lecture sur un temps court, mais régulière, systématique et suivie d’un livre – commencer par un « petit livre », comme 1 Jean, Galates, Philippiens…puis Jean, Deutéronome, Esaïe « le cinquième évangile ». Exemples de plans de lecture ici]

II) « Veille sur ton enseignement » (1 Tim.4v16)

Sur quoi ou sur qui se recentrer, recentrer ? Quel doit être le nœud de notre enseignement ?

Trois exemples avec Elisée, « un type de Christ » :

A)« Les eaux de Jéricho » (2 Rois 2v19-22) : la grâce de Dieu
B)« La mort dans la marmite » (2 Rois 4v38-41) : Christ, dans son humanité, son incarnation
C)« La cognée perdue » (2 Rois 6v1-7) : la croix qui libère

A)« Les eaux de Jéricho »

« les eaux sont mauvaises » et le pays « stérile » (2 Rois 2v19). Il est important de remonter à la source du mal (v21). Du sel est ajouté, « jeté » à la source des eaux, qui furent « assainies » et « il n’en proviendra plus ni mort, ni stérilité » (v21-22).

Cristaux pour le bain par Talia Felix

Cristaux pour le bain par Talia Felix

Le sel purifie et renvoie à la grâce de Dieu : « ayez toujours une parole pleine de grâce, assaisonnée de sel, pour communiquer la grâce… » (Col.4v6)

B)« La mort dans la marmite » 

Un contexte de famine (2 Rois 4v38) : que donner à manger ?
On décide de cuire un potage. Mais le contenu du potage est rendu amer par des « coloquintes sauvages », que « l’on ne connaissait pas » (v39). Nous tous, moniteurs, contribuons « à faire la soupe », mais veillons à ne rien apporter quoique ce soit de contraire à Christ et à la Bible.
A noter que la marmite n’a pas été renversée : de la farine a été ajoutée au contenu.
La farine renvoie au pain, donc au corps de Christ « donné  pour nous » (Luc 22v19).

Est-il prêt par Donna Cosmato

Est-il prêt par Donna Cosmato

Cela nous parle de Christ dans son humanité, son incarnation (cf 1 Jean 1v1-4. « Tout esprit qui déclare publiquement que Jésus-Christ est venu en chair est de Dieu », cf 1 Jean 4v1-3).

C)« La cognée perdue »(2 rois 6v1-7) 

« Elisée coupa un morceau de bois, le jeta à la place de la cognée perdue et fit surnager le fer ». Le bois « libère le fer » : de même, la croix nous a libéré de la mort qui nous retenait captif. (Comparer avec Exode 15v22-27).

Traverser par Radu Pasca

Traverser par Radu Pasca

Enseigner la croix est essentiel, car sans la croix on n’a pas enseigné l’évangile. C’est le seul chemin qu’a suivit le Seigneur, bien que le diable ait tenté (sans succès) de lui faire prendre « un raccourci », de même que Pierre sans doute bien intentionné(« surtout pas ce chemin-là, voyons, Seigneur »…)

Au centre de notre enseignement et de notre vie chrétienne : la grâce, la personne de Christ « parfaitement Dieu et parfaitement homme », la croix.

Nous devons donc enseigner une personne, car la vérité est une personne : « la vérité est en Jésus » (Ephésiens 4v21), qui se présente comme lui-même comme « le chemin, la vérité et la vie »(Jean 14v6).

Conclusion : Quelques mots-clés

Le mot du diable est toujours « demain », « plus tard ». De toute façon, il trouve toujours quelque chose à faire pour nous occuper…et nous rendre dépendants de choses qui nous asservissent.(alcool, drogue, jeu, travail, sport, divertissement…technologie !)

Le mot de Dieu est toujours « aujourd’hui », car « aujourd’hui est le jour du salut »(2 Cor.6v2). Demain sera sans doute trop tard.

Le Seigneur revient. Le temps est à l’urgence. Profitons-en pour être actif dans et pour le Seigneur.

Trois mots d’ordre :

"3 singes modernes"Ceux du monde (cf les 3 convoitises de 1 Jean 2v16)sont : « consomme », « amuse-toi » et « sois (reste) jeune ».

Ceux de Dieu (2 Tim.2v3-6), sachant que nous sommes exhortés à «se « fortifier dans la grâce qui est en Jésus-Christ »(2 Tim.2v1) et à « souffrir comme des bons soldats de Jésus-Christ »(2 Tim.2v3), à dire non à nous-même et oui à Dieu, car cela a été le chemin du Seigneur sur la terre :

Toujours Ensemble par George Hodan

Toujours Ensemble par George Hodan

« Plais » au Seigneur, sois loyal envers Lui (image du soldat) ; « respecte les règles »(image de l’athlète) et ne prends pas de raccourcis ; « travaille en prenant de la peine », si tu veux récolter les fruits(image du cultivateur)

Ne te décourage pas ! (2 Tim.4v5)