Education sexuelle à l’école : le gouvernement choisit la prudence (ou le recul stratégique)

« C’est à ce prix que nos enfants seront protégés, pour le moment… » (Dr Maurice Berger) Mais à quel prix ? (Source : Public domain pictures)

Si vous l’aviez raté, voici une lecture de rattrapage de notre article « Vers une éducation sexuelle précoce à l’école ? Comment s’y retrouver ? », lequel a été bien relayé, notamment par notre partenaire « Déconstruction de l’homme »(1), et recommandé par le CPDH (2) et le CNEF(3). Merci à eux et merci à tous ceux qui ont apprécié l’article comme étant propre à répondre à un besoin d’information fiable et pertinente sur le sujet.

Depuis, qu’en est-il ?

La fameuse circulaire de rentrée, annoncée pendant l’été, est finalement parue au BO le jeudi 13/09(4), annulant et remplaçant la circulaire n° 2003-027 du 17 février 2003 relative à l’éducation à la sexualité dans les écoles, les collèges et les lycées. Elle rappelle que trois séances par an doivent être consacrées à l’éducation sexuelle pour les élèves de l’école primaire au lycée. Sur le site du ministère de l’Education nationale, il est précisé que « cette éducation vise à la connaissance, au respect de soi, de son corps et au respect d’autrui, sans dimension sexuelle stricto sensu à l’école élémentaire. Elle est complétée, à l’adolescence, par une compréhension de la sexualité et des comportements sexuels dans le respect de l’autre et de son corps. L’enfance et l’intimité sont pleinement respectées »(4). Visant à « favoriser l’estime de soi, le respect de soi et d’autrui et l’acception des différences », il s’agira « d’apporter aux élèves des informations objectives et des connaissances scientifiques, et de développer leur réflexion et leur esprit critique », en abordant des thèmes tels que : la prévention des violences sexuelles et sexistes, l’égalité filles-garçons, la contraception, les maladies sexuellement transmissibles, le cyberharcèlement, les risques d’une exposition aux images pornographiques…

Ceci dit, cette annonce invalide-t-elle les alertes précédentes, relatives aux risques d’une éducation sexuelle précoce à l’école ?

Plus précisément, le travail de veille intelligente a plutôt eu un double effet, positif et paradoxal tout à la fois :

Notons premièrement le soin extrême, avec lequel le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer répète sa volonté d’appliquer la seule loi de 2001 [comme pour nous dire « il n’y a pas de nouvelle loi », contrairement aux rumeurs], appelant les enseignants et intervenants extérieurs amenés à dispenser ces enseignements à « faire preuve d’une grande vigilance«  pour qu’ils soient « pleinement adaptés à l’âge des enfants » et à « agir, en la matière, dans le plus grand respect des consciences« (4). Avec pour probable conséquence des contenus de programmes plus « softs », lestés de tout support susceptible d’être choquant…pour cette année, du moins.

Une telle prudence (que d’aucun pourront interpréter comme un recul) constitue déjà en soi un premier point positif, doublé du paradoxe suivant : du fait de cette prudence (ou de ce recul) du gouvernement en la matière, les alertes intelligentes concernant « les Standards européens », et par là même les dangers d’une éducation sexuelle précoce dès la maternelle, deviennent donc des fake news ! « Mais c’est à ce prix que les enfants seront protégés, pour le moment », souligne dans un communiqué récent le Dr Maurice Berger, lui-même accusé indirectement de diffuser des rumeurs (5).

Notons que les Ecritures bibliques nous donnent trois exemples de prophéties qui ne se sont pas réalisées : la prophétie de Jonas contre Ninive (Jonas 1-4), l’annonce du jugement contre le roi Achab par Elie (1 Rois 21v17-29), et l’annonce de la mort du roi Ezéchias par Esaïe (2 Rois 20v1-11). Non pas parce que ces trois véritables prophètes de l’Eternel aient commis des erreurs ou que leurs prophéties aient été délibérément fausses, mais parce que les destinataires respectifs des jugements prononcés se sont repentis. Or, dans le cas du gouvernement, point, ni même « assez de repentance », puisque relève encore le Dr Berger, « seule la loi de 2001 est citée, comme insuffisamment appliquée », et que se trouve complètement occulté « le fait que le dernier plan Stratégie de santé sexuelle du Ministère de la Santé du 30 mars 2017 avait pour objectif de « déployer l’éducation à la sexualité de la maternelle au lycée »(p 14) ! »(5). Néanmoins, relevons ce geste symbolique important (de sagesse ou…de prudence) du ministre : le retrait discret mais non moins effectif, il y a peu, de la référence aux « Standards européens d’éducation à la sexualité » de l’OMS de la plateforme de référence de l’Education Nationale CANOPE(6).

Ceci dit, l’action de veille intelligente a eu cet autre effet positif, puisque « des parents qui se sentaient isolés jusque-là peuvent se regrouper s’ils le souhaitent, et/ou demander à faire partie des délégués des parents d’élèves. Ils se sentent une légitimité à être informés précisément et à l’avance, et une vigilance s’est donc instaurée »(5). En clair, un parent averti en vaut deux…

To be continued….

 

Voir aussi :

Alors que vient d’être publiée, jeudi 13 septembre, la circulaire pour relancer l’éducation à la sexualité, le psychanalyste Jacques Arènes met en garde l’école contre tout discours « normatif », susceptible d’invalider la transmission familiale. « L’école se veut un lieu d’émancipation mais elle doit aussi respecter les opinions et attitudes des parents, à condition bien sûr que celles-ci restent dans les limites de la loi. Les positions peuvent varier grandement d’un parent à l’autre. Elles peuvent même évoluer chez un même parent, en fonction des profils et des besoins des différents membres de la fratrie. L’école doit aider les jeunes à faire leurs choix, tout en veillant à ne pas invalider leurs parents, au motif par exemple qu’ils auraient des attitudes rétrogrades(…)Il faut à la fois dédramatiser et indiquer qu’il n’y a aucune obligation d’avoir des relations sexuelles à quelque âge que ce soit. Montrer sans jugement de valeur que l’on peut avoir sur le sujet des opinions personnelles, des options religieuses ou philosophiques, des modèles familiaux très différents » (https://www.la-croix.com/Famille/Education/Education-sexualite-lecole-doit-tenir-discours-ouvert-2018-09-10-1200967647 )

 

Notes : 

(1) « Déconstruction de l’homme », ou « critique du système technicien », est un blogue inspiré par la pensée de Jacques Ellul. Son fondateur et animateur est Eric Lemaître, socio-économiste spécialisé sur les questions éthique, qui s’est employé depuis bientôt trois ans à nous sensibiliser sur les questions touchant le transhumanisme, l’économie numérique et la prétention de la technoscience à satisfaire les besoins de l’homme aspirant à être l’égal de Dieu.

(2) Depuis 1999, Le Comité Protestant évangélique pour la Dignité Humaine (CPDH) « regroupe des chrétiens issus de tout le protestantisme en France et en Europe et a pour objet de promouvoir le respect de la dignité humaine, la défense et la protection des droits de l’enfant, de la femme, et de l’homme d’une manière générale, la protection du droit à la vie de tout être humain, de sa conception jusqu’à sa mort naturelle ». Néanmoins, ses champs d’action vont bien au-delà de la seule « bioéthique ». Voir aussi sa charte.

(3) Le CNEF est le Conseil National des Evangéliques de France. Né en 2010, Il regroupe 30 dénominations protestantes évangéliques en France.« Parce qu’il croit que l’Évangile de Jésus-Christ répond au besoin essentiel de l’homme d’aujourd’hui, le CNEF souhaite rendre plus perceptible la présence des évangéliques dans la société. Il souhaite être la voix des protestants évangéliques pour faire entendre, lorsque cela est nécessaire, une parole appropriée. Ses objectifs principaux sont : Améliorer la visibilité du protestantisme évangélique ; Favoriser la concertation et la collaboration entre ses membres de façon à développer leur action ; Encourager l’évangélisation, la formation, l’entraide et le témoignage chrétien ; Stimuler la vision de l’implantation de nouvelles Églises locales pour qu’il y en ait au moins une pour 10 000 habitants en moyenne, afin que le message de l’Évangile s’incarne en tout lieu ».

Consulter la revue de presse de septembre du CNEF, laquelle comprend une sélection d’articles sur des sujets concernant directement ou indirectement les chrétiens évangéliques de France.

(4) Voir http://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?cid_bo=133890 et http://www.education.gouv.fr/cid133963/au-bo-du-13-septembre-2018-education-a-la-sexualite-et-partenariats.html

(5) Lire le droit de réponse du Dr Berger contre les accusations de fake news sur le site des « Professionnels contre l’éducation sexuelle et les droits sexuels » 

(6) Voir ici. De fait, seul le Planning familial, association habilitée à intervenir en milieu scolaire, fait encore référence à ces Standards, dans une récente publication début septembre 2018 « le planning sort un référentiel sur l’éducation à la sexualité »(cf p 18).

 

 

Vers une éducation sexuelle précoce à l’école ? Comment s’y retrouver ?

« Éduquer », c’est « prendre soin ». Et donc respecter le rythme de développement affectif de l’enfant et de l’adolescent…
Enfant par Alejandro Lizardo

A quelques jours de la rentrée scolaire, et ce, depuis l’été 2018, la polémique enfle autour des déclarations récentes de la secrétaire d’Etat à l’égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa. Cette dernière avait annoncé, le 18 juillet sur RMC (1), l’envoi à la rentrée (en collaboration avec le ministre de l’Education nationale) d’une nouvelle circulaire à tous les recteurs d’académie afin d’appliquer la « loi [de 2001] qui existe déjà et qui n’est pas mise en œuvre », dans le but, notamment, de lutter contre le sexisme, le harcèlement de rue et la culture du viol. Cette loi dispose qu’« une information et une éducation à la sexualité (soient) dispensées dans les écoles, les collèges et les lycées à raison d’au moins trois séances annuelles et par groupes d’âge homogène »(1). Celle-ci, ayant déjà fait l’objet d’une circulaire en 2003, est effectivement peu appliqué actuellement (2).

La secrétaire d’Etat avait également précisé, lors de son intervention à la radio, « que ces interventions seront dispensées par des associations ayant des agréments IMS d’intervention en milieu scolaire » [sur le site de l’Éducation nationale il y est, à l’inverse, mentionné que les séances sont « organisées par une équipe de personnels volontaires et formés – professeurs, conseillers principaux d’éducation, infirmiers, etc.- le cas échéant en lien avec des partenaires extérieurs ayant un agrément national ou académique »] et que dans ces séances seront abordées les questions  du « consentement, du respect d’autrui, des rapports entre les femmes et les hommes et de la manière dont effectivement ce n’est pas faire la fête que d’aller mettre une main aux fesses à une femme ! ». Seront également évoqués, en fonction de l’âge des élèves concernés, des thèmes tels que la contraception ou la protection contre les infections sexuellement transmissibles(3).

Cette information a, depuis, provoqué une levée de boucliers sur les réseaux sociaux où sont dénoncés que de tels cours représenteraient une banalisation de la pédophilie et une incitation à la débauche « dès 4 ans », avec « des séances obligatoires dès la maternelle », bien que cela ait été démenti par le gouvernement.

Un bruit de la toile avait même affirmé que cette disposition ait été gravée dans le marbre de la loi Schiappa (4) sur les violences sexistes et sexuelles, qui s’intéresse en réalité à la « sensibilisation des personnels enseignants aux violences sexistes et sexuelles et à la formation au respect du non-consentement ».

Dernier en date de ces « bruits », « Roubaix news » prétend dévoiler, sur sa page facebook, dimanche 26/08/18, «  des cours d’éducation sexuelle qui seront appliqués à la rentrée  » (en France), une annonce qui se répand comme une traînée de poudre et partagée plus de dix mille fois, notamment dans la région Nord(5).  Sauf que le document publié est hors contexte. Le texte d’origine, retrouvé par « Les décodeurs du Monde », est en fait issu d’un dossier de plus de cinquante pages, datant de 2008, à destination d’enseignants suisses. Mardi 28/08, Roubaix news dément et retire sa publication, confessant avoir « manqué de vigilance en diffusant des documents qui ne proviennent pas de l’éducation nationale mais manifestement de Suisse », et s’en excusant « sincèrement » auprès de ses lecteurs.

[Fin de « l’épisode 1 ». Voici maintenant « l’épisode 2 »]

« Les Standards européens d’éducation à la sexualité » (2010) ? De quoi s’agit-il ?

En parallèle des déclarations de Marlène Schiappa, la secrétaire d’Etat à l’égalité, sur RMC, les projecteurs sont braqués sur les « Standards européens d’éducation à la sexualité »(2010). Ce rapport émane de l’OMS, que vous pouvez découvrir ici dans son intégralité, et dans sa version française, avant de poursuivre votre lecture. Publié en 2010, il a été traduit en français en 2013 par Santé sexuelle Suisse, une organisation suisse indépendante. Depuis, ledit rapport fait couler beaucoup d’encre, jusqu’à cet été 2018.

De quoi s’agit-il ? Son but affiché est de « constituer un cadre de référence [pour les décideurs politiques, les autorités compétentes en matière d’éducation et de santé et les spécialistes] pour l’instauration d’une éducation sexuelle holistique » et de promouvoir la santé sexuelle dans chacun des pays européens, « pour l’instauration d’une éducation sexuelle holistique et pour l’élaboration de programmes appropriés ». Ces standards « peuvent également être utilisés comme argumentaire pour un plaidoyer en faveur de l’introduction d’une éducation sexuelle holistique dans chaque pays ».

Dans un article paru dans le Nouvel Obs, le 19 janvier 2014(6), Pierrick Tillet qualifiait de « bouffée d’air frais » le fait que « l’OMS traite de sexualité enfantine », saluant le fait que « l’équipe de rédaction du rapport » ait privilégié « une approche globale fondée sur la compréhension et non concentrée sur les risques potentiels liés à la sexualité ». Soit « une éducation sexuelle « obligatoire » fondée sur l’épanouissement plutôt que sur la trouille et la culpabilité. Non limitée aux vertus de l’abstinence et aux techniques de reproduction, mais étendue à « l’aspect important du plaisir ».

D’autres articles publiés dans des médias « mainstreams » se veulent rassurants, en affirmant notamment que lesdits standards, « nullement une loi », ne sont « pas utilisés par l’Education nationale », « ne peuvent pas être obligatoires en France », et n’ont « aucune valeur contraignante » (7).

Mais la question qui se pose maintenant, et qu’a déjà posé l’internaute « Lothaire » sur le forum du site « Hoaxbuster » (8) le 29/01/14, est « comment interpréter ce texte en dehors de toute manipulation » ?

« La seule manipulation qui (lui saute) aux yeux est à (son) sens la négation pure et simple de la volonté des signataires du projet d’imposer collectivement ce genre « d’enseignement »(8).

A ce sujet, voici un prolongement bienvenu et édifiant de ce type de questionnement, à découvrir sur un site de professionnels de la psychologie et de la psychiatrie, du psychotraumatisme et de l’enfance(9), lequel site me paraît bien informé, mesuré et argumenté sous cet angle.

Ces derniers (dont le docteur Maurice Berger, ancien chef de service en psychiatrie de l’enfant au CHU de Saint-Étienne, ex-professeur associé de psychologie à l’Université Lyon 2 , et psychanalyste ) ne sont pas opposés « à une information sur la prévention des risques sexuels, sur le recours possible à la contraception et à l’IVG, sur savoir dire non, sur l’égalité homme-femme », mais dénoncent « les risques de l’éducation sexuelle et des droits sexuels » (9) et « demandent que cette information ait lieu sous une forme respectueuse du rythme de développement affectif de l’enfant et de l’adolescent », ce qui ne leur semble pas le cas actuellement.

Ces professionnels nous invitent à prendre connaissance de leurs analyses de documents jugés « préoccupants » (10) et portés par l’ONU, l’IPPF (Fédération Internationale des Plannings Familiaux),, l’OMS, les Institutions françaises (ministère de l’Education nationale et ministère de la Santé). « Ces textes officiels et documents présentés ci-dessous comprennent chacun des éléments valables concernant la prévention des risques liés à la sexualité et des violences sexuelles sur les mineurs » que les auteurs « (défendent) indéniablement ». Mais, précisent-ils, « il n’en demeure pas moins qu’ils contiennent aussi des parties nocives et dangereuses pour le développement psycho-affectifs des enfants… ».

Parmi ces textes jugés « préoccupants » se trouvent les fameux « Standards européens d’éducation à la sexualité de l’OMS (11). A ce sujet, relève le Dr Maurice Berger en réponse à un article du « 20 minutes » le mettant en cause(12), si « ce document n’est pas utilisé par l’Education nationale, pourquoi se trouve-t-il référencé sur le site Canopé (13) de cette même Education Nationale ? » Et s’il est « mensonger qu’il puisse être prévu que dans le futur, l’éducation à la sexualité débute à la maternelle en référence aux Standards européens », comme l’affirme le « 20 minutes », « pourquoi lors du congrès national des enseignants des écoles maternelles à Albi en juillet 2017 a été programmé un atelier intitulé « Education sexualisée(sic), les petits aussi ! » ? « Pourquoi dans le programme officiel de la Stratégie nationale de santé sexuelle 2017-2030, (est-il) indiqué page 14 : «déployer l’éducation à la sexualité à tous les niveaux scolaires, de la maternelle au lycée» ? (12)

Dénonçant « l’astuce » de ce texte ainsi mise à nu : « mélanger des propositions cohérentes avec des suggestions dangereuses », le Dr Berger nous invite à prendre connaissance des tableaux de la « Matrice » de ces « Standards européens » qui figurent à partir de la page 40 et concernant les enfants âgés de 4 à 6 ans, « suite à 39 pages de bonnes intentions »,

Ainsi ces standards prévoient qu’entre 0 et 4 ans, en matière de sexualité, les enfants seront informés [directement ? Hors contrôle parental ?] sur « le plaisir et la satisfaction liés au toucher de son propre corps, la masturbation enfantine précoce, la découverte de son propre corps et de ses parties génitales, le fait que le plaisir lié au contact physique est un aspect normal de la vie de chacun, la tendresse et le contact physique comme une expression de l’amour et de l’affection» (op. cit., p38). « Entre 4 et 6 ans », cette période de l’enfance serait propice pour « parler de sujets sexuels », explorer les « relations du même sexe » (op. cit., p 41)

Notons encore, comme nous y invite l’internaute « Lothaire » sur le forum de Hoaxbuster, « qu’il n’y a vraisemblablement jamais eu aucune condamnation formelle et explicite de ce projet dans aucune institution éducative d’un seul état européen », et « qu’aucun état européen n’a jamais explicitement déclaré qu’il écartait ce document de manière définitive à cause de son ambiguïté »(8).

Qu’en est-il aujourd’hui ? Dans quelles mesures ce document est-il accepté comme base de travail par l’une ou l’autre de ces institutions éducatives en Europe (dans quels pays ?) ou même comme source d’inspiration pour des associations susceptibles d’intervenir dans les écoles publiques ?

Au final, vu cette levée de boucliers et l’attitude habituelle de l’Éducation nationale face à ces sujets – laquelle institution est « très fermée » et « dans le déni » en la matière, selon le Pr Israël Nisand, le 30 juin 2018 (14) – qu’en sera-t-il des chances d’application réelle (et des modalités) de cette nouvelle circulaire, si elle a lieu, à la rentrée 2018 ? Ceci dit, le seul moyen,  semble-t-il, pour le gouvernement français, de calmer le jeu et de garantir l’abandon pur et simple de toute éducation sexuelle précoce, en réponse aux diverses inquiétudes, serait de renoncer officiellement à toute référence aux « standards européens d’éducation à la sexualité ». Et quand bien même il n’y aurait aucune éducation à la sexualité en maternelle, il est essentiel de rester attentif à ce qui est effectivement prévu d’aborder en primaire et au collège.

Affaire à suivre….

Aller plus loin :

Dans son « Fahrenheit 451″(Denoël, 1993, « Présence du futur », pp 98,101), Ray Bradbury souligne que « trois choses nous manquent », à nous les humains : la première est « la qualité de la connaissance » ; la seconde est « le loisir de l’assimiler », ; la troisième et dernière est « le droit d’entreprendre des actes basés sur ce que nous aura appris l’interaction des deux premiers éléments ». Aujourd’hui, plus que jamais, à l’heure où nous sommes submergés d’informations via nos téléphones/mails et réseaux (a)sociaux, il importe d’être exigeant sur ces trois choses fondamentales, qui nous manquent le plus.

Prendre le temps d’une telle démarche peut paraître un luxe ou utopique, mais a l’avantage de nous permettre d’adopter la même attitude que le Christ, qui, quoiqu’il ait « vu rouge » en entrant dans le temple de Jérusalem, a su prendre le temps de tresser un fouet de cordes avant de chasser les marchands illégitimement installés (Jean 2v14-15).

 

 

 

Notes :

(1) https://www.dailymotion.com/video/x6p9ppq [les 9 premières minutes] et http://discours.vie-publique.fr/notices/183001634.html

(2)  http://www.education.gouv.fr/cid115029/education-a-la-sexualite.html.

(3) https://www.la-croix.com/Famille/Education/Leducation-sexuelle-affective-relancee-rentree-2018-08-17-1200962425 et http://www.vousnousils.fr/2018/07/20/education-a-la-vie-sexuelle-et-affective-trois-seances-par-an-en-secondaire-des-la-rentree-615873 

(4) Découvrir « la loi Schiappa » 2018-703 du 3 août 2018 renforçant la lutte contre les violences sexuelles et sexistes (NOR: JUSD1805895L) : http://www.assemblee-nationale.fr/15/projets/pl0778.asp.

(5) Cf https://www.facebook.com/RoubaixNews/?hc_ref=ARTMNsei64S77398Mm00gIPYmmJutikWOsW480f8QioFsXBze8GWnf89prxXtPDiJek&fref=nf (Le message en question est accompagné d’une capture d’écran d’un article de BFM TV et d’un document surligné de rouge avec trois colonnes : «  âge  », «  étapes du développement  » et enfin « comportement et vécu  ». Et les passages soulignés -faisant notamment correspondre «  4 ans  » à «  premières questions sur la sexualité  » ou «  5 ans  », «  faire l’expérience des premières amitiés sincères et relations amoureuses avec des êtres du même sexe ou de l’autre sexe  »). Voir l’analyse des « Décodeurs du Monde ».

(6) https://www.nouvelobs.com/rue89/rue89-le-yeti-voyageur-a-domicile/20140119.RUE9436/l-oms-traite-de-sexualite-enfantine-quelle-bouffee-d-air-frais.html

(7) http://www.liberation.fr/checknews/2018/08/30/est-il-vrai-que-l-oms-impose-des-cours-d-education-sexuelle-avant-4-ans_1675450 ou https://www.20minutes.fr/societe/2144063-20180828-education-sexuelle-rumeur-cours-ecole-refait-surface-internet

(8) http://www.hoaxbuster.com/comment/13374

(9) Voir https://proscontreeducsex.wordpress.com et https://proscontreeducsex.wordpress.com/a-propos/

(10) https://proscontreeducsex.wordpress.com/les-textes-preoccupants/

(11) Cf https://proscontreeducsex.wordpress.com/les-standards-europeens-deducation-a-la-sexualite-de-loms/

Ainsi que « la stratégie    nationale de santé sexuelle – mars 2017, pour la France, laquelle, selon le Dr Berger, « fait en réalité référence, par ricochets successifs et sans les nommer, aux Standards pour l’éducation sexuelle en Europe ». https://proscontreeducsex.wordpress.com/2017/08/03/la-strategie-nationale-de-sante-sexuelle-de-mars-2017/ )

(12) https://proscontreeducsex.wordpress.com/reponse-envoyee-au-journal-20-mn/

(13) https://www.reseau-canope.fr/outils-egalite-filles-garcons/pour-aborder-leducation-a-la-sante-et-a-la-sexualite.html

(14) Voir « Ados et porno : un nouveau problème de santé publique ? » Interview(30/06/18), sur le JIM.fr (Journal International de Médecine, du Pr Israël Nisand, gynécologue-obstétricien, CHU de Strasbourg, président du CNGOF (Collège nationale des gynécologues et obstétriciens Français), qui a lancé un appel aux pouvoirs publics afin qu’ils adoptent différentes mesures pour limiter l’accès des mineurs à la pornographie. Voir la partie « Comment jugez-vous l’action de l’Education nationale en la matière ? » – 10:22