L’Evangile.net : la Bonne Nouvelle à découvrir par soi-même et à partager

"L'Evangile.net" : un média, invitant à oser(se)questionner et à partager sur la foi, comme à créer des liens....

« L’Evangile.net » : un média, invitant à oser(se)questionner et à partager sur la foi, comme à créer des liens….

Ces jours-ci, j’ai le plaisir de découvrir « L’évangile.net »(1), reçu en « avant-première », de la part des éditions BLF, que je remercie pour leur amabilité.  A première vue, l’objet – très bien pensé et très bien conçu, très agréable à regarder et à manipuler -ressemble à un carnet. Mais il s’agit en réalité d’un livre….d’un genre un peu particulier. J’ai là entre les mains « un évangile interactif » permettant de découvrir par soi-même la foi chrétienne via l’Évangile selon Jean, une partie du Nouveau Testament, avec l’aide de commentaires et de plusieurs vidéos explicatives. Il sortira le 4 Octobre sur BLF Store.

De prix abordable et de par son format, il est le cadeau idéal à offrir à toute personne en quête de sens dans un monde troublé, et désireuse de découvrir directement par elle-même qui est Jésus-Christ, quel est le contenu et la portée de son message, ainsi que ce que signifie « croire en Dieu », autrement que par des sources de seconde ou de troisième main.

L’Evangile.net se décline en l’Évangile selon l’apôtre Jean en version papier, dans une traduction accessible et dynamique (« Parole vivante »), et en un site web où se trouvent des vidéos qui aident le lecteur à comprendre et à méditer ce qu’il lit.

L’évangile selon Jean a été choisi, parce que son sujet principal est Jésus-Christ, parce qu’il utilise des mots simples pour aborder de questions profondes, et parce qu’il privilégie une approche progressive de la foi.

Conçu pour rendre accessible la lecture de l’Evangile à la nouvelle génération et aux « digitals natives », « l’Evangile.net » réconcilie plusieurs approches :

Premièrement, nous sommes invités à une lecture dite « traditionnelle », puis à la méditation(2) d’un livre papier, dont le texte tient sur les pages de gauche. Les pages de droite, quant à elles, sont réservées à la prise de notes de réflexions personnelles et de questions nourries par la lecture et contiennent des commentaires, des questions et 14 liens vidéo(3). Celles-ci sont à regarder en dernier. Elles fournissent à la fois des « explications de texte » de douze passages choisis du livre et des réponses aux principales objections vis-à-vis de la foi, mais aussi des témoignages de chrétiens racontant leur expérience avec Dieu.

L’approche nécessite une certaine disponibilité de la part du lecteur (L’on découvre ainsi que la Bible parle d’elle-même si on la questionne), analogue à la disponibilité requise pour écouter et dialoguer avec quelqu’un d’autre.

D’ailleurs, si l’Évangile.net a été fait spécialement pour ceux que ne connaissent pas le Christianisme, quelque soit leur arrière-plan, ou leur absence d’arrière-plan religieux, il est aussi un excellent média permettant aux chrétiens de partager leur foi et de discuter avec leurs amis de sujets très concrets de la vie : la souffrance, la joie, la mort, la justice, l’amour vrai, la confiance, la vérité, la liberté, le mal, le besoin spirituel….

Mais plus qu’un outil, l’Evangile.net est un bel objet novateur, susceptible de passer de main en main, invitant à oser (se) questionner et à donner un témoignage « incarné », comme aussi à créer du lien. Et rien que pour cela, l’initiative mérite d’être encouragée !

 

Et comme « une image vaut mieux qu’un long discours », voici un lien pour découvrir, entre autres : le reportage diffusé sur France2 à ce sujet, le contenu des vidéos, la genèse du projet…

Il est enfin possible de feuilleter le livre ici.

 

Notes :

(1) Une co-édition BLF/collectif « Majestart ».

(2) A noter qu’ici, « méditer » ne signifie pas « faire le vide » en soi, mais plutôt à « mettre en relation » ou à relier ce que nous séparons si souvent : pensée et action, « vie intérieure et extérieure », l’esprit et le corps. « Méditer » implique une priorité de disponibilité et d’écoute du texte, puis de « cueillir » et « recueillir » nos découvertes de lecture par l’écriture couchée sur le papier….ou encore de « retenir » pour soi « un (….) noyau d’olive à retourner dans la bouche »(Erri de Luca. « Noyau d’olive ». Folio 2012, p.43)

(3) Le site web, où se trouvent les vidéos, est gratuit et accessible à tous. On peut gratuitement utiliser l’Évangile.net avec une Bible standard. L’application mobile est, elle aussi, gratuite et disponible pour Android et iOs. Le site et l’appli sont disponibles depuis le 4 Octobre 2016 (Date du lancement officiel)

 

L’action du mois : lire un (vrai) livre, pour mieux écouter et rester humble…

"Lire de vrais livres nécessite une certaine humilité - et de l'écoute - de la part du lecteur !"

« Lire de vrais livres nécessite une certaine humilité – et de l’écoute – de la part du lecteur ! »

Ce mois-ci, je vous invite à lire. A lire des livres. De vrais livres.

Je choisis de ne pas vous donner le choix entre le papier ou l’e-book, car, quoiqu’on en dise, le format importe beaucoup.

Vous connaissez certainement cette « doxa », que vous faites peut-être vôtre : la technologie (serait) neutre. Elle (ne serait) là que pour nous faciliter la vie. Or, souligne Cédric Biagini(1), « il est évident que les objets qui nous entourent, et les rapports de production qu’ils induisent, restructurent en profondeur les sociétés et nos existences ».

Ainsi, « indépendamment de son contenu », l’objet-livre en tant que tel « induit un certain rapport au texte »  et entraîne « un type de lecture : continue, profonde, linéaire, avec un fil conducteur », nécessitant que le lecteur suive la pensée d’un auteur et qu’il lui fasse, à un moment donné, confiance. Le temps de la lecture est alors suspendu où l’on s’extrait des sollicitations extérieures, de plus en plus invasives et distrayantes. Il permet de construire une pensée, de s’abandonner à des formes de contemplations et de développer une intériorité »…..

A l’inverse, « le livre numérique, dans sa forme hypermédia (avec des sons, vidéos, images, hyperliens…)….rend plus difficile la lecture continue et profonde. Car l’écran est un écosystème de technologies d’interruption qui font que l’on a du mal à se concentrer »(2).

Ceci dit, au-delà du débat, il y a un autre intérêt à redécouvrir et privilégier la lecture de (vrais) livres (de papier). Tout simplement parce que le livre papier sous-entend une nécessaire humilité du lecteur, à l’inverse du livre numérique où le lecteur est renvoyé à une forme de toute puissance.

Comment cela ?

En effet, relève encore Cédric Biagini(1), « ce sentiment de toute puissance est considérablement exacerbé par les objets numériques (…) qui n’a pas rêvé d’avoir une bibliothèque dans sa poche ? Je peux ainsi disposer en permanence de ce dont j’ai envie. Je peux aussi intervenir sur le texte, le reconfigurer. Bref, j’ai l’illusion de maîtriser (3). Lire un livre [un vrai livre de papier], comme écouter quelqu’un, suppose une capacité d’attention terriblement mise à mal aujourd’hui. Pourtant, jamais les gens n’ont eu autant besoin d’être entendus, notamment sur les réseaux sociaux, et jamais les autres n’ont été en si faible capacité de leur accorder du temps, car ils sont de plus en plus sollicités et passent du temps à communiquer frénétiquement.

Lire, c’est être capable d’écouter un auteur, de se dire « ce n’est pas moi qui donne mon avis sur tout ». Cela oblige à faire des efforts, à sortir de soi, à mettre de côté son narcissisme »(2).

A vous de jouer !

Dans le prolongement de ce qui précède, sur le thème de la lecture et de l’écoute, nous vous recommandons enfin les articles suivants :

https://pepscafeleblogue.wordpress.com/2015/09/04/alzaia/

https://pepscafeleblogue.wordpress.com/2013/02/03/quand-lecoute-est-un-puits-critique-de-et-il-dit-derri-de-luca/

https://pepscafeleblogue.wordpress.com/2014/07/01/la-bible-est-elle-la-parole-de-dieu/

 

Notes :

(1)Coordonnateur du livre collectif intitulé « L’Assassinat des livres. Par ceux qui oeuvrent à la dématérialisation du monde » aux éditions « L’Echappée »(2015).

(2) « Lire, c’est écouter ». Entretien avec Cédric Biagini sur la lecture numérique. CQFD, septembre 2016, N°146, p V.

(3) Chacun sait que la Bible(du grec « Ta biblia » : « les livres ») est une bibliothèque(idéale ?) de livres à elle toute seule. Si nous vous souhaitons qu’elle vous devienne « familière », elle ne saurait être « domestiquée » ou « reconfigurée » à votre guise pour autant….

Dieu parle : prêtons l’oreille !

Donc, pas d'écoute par Bobbi Jones Jones Prête l'oreille et ne tourne pas le dos à Dieu

Donc, pas d’écoute par Bobbi Jones Jones
Prête l’oreille et ne tourne pas le dos à Dieu

Pep’s Café ! « revient » peu à peu, sur un mode et un rythme paisible, après un temps bien apprécié de calme et de repos, passé « au vert » sur une terre chargée d’histoire.

Soit des vacances où les priorités ont été les relations et les choses simples et fondamentales.

Pour ce premier billet d’août, qu’est-ce qui est prioritaire et fondamental d’écrire ou de rappeler ? Revenons, pour cela, au cantique de Moïse. Plus particulièrement les v1-4 de Deutéronome 32, par ailleurs relu et chanté(de façon improvisé)en couple un soir du 01/08/13.

Pluie par Teodoro S Gruhl La Parole de Dieu tombe comme des ondées sur la verdure

Pluie par Teodoro S Gruhl
La Parole de Dieu tombe comme des ondées sur la verdure

Le thème de la pluie(notamment une pluie forte) nous frappe.

Dieu parle et se fait entendre, comme le bruit de la pluie. Dieu demande aux cieux et à la terre de « prêter l’oreille » et d’entendre « les Paroles » de (sa) bouche ». Il le demande à ces cieux et à cette terre « qui passeront »(Matt.24v35)et qu’Il détruira un jour(2 Pie.3v5-14)

Combien plus encore, nous humains, qui sommes éternels(Jean 5v28-29), devons prêter l’oreille à la Parole de Dieu !

« Quand l’écoute est un puits » : critique de « Et il dit » d’Erri de Luca

Vous avez peut-être déjà médité ce paradoxe, comme quoi « Dieu ne se voit pas mais s’écoute »(ou « on ne voit peut-être pas Dieu mais Il parle »), alors que « les idoles se voient mais ne parlent pas »(Psaume 115).

Vous vous souvenez peut-être, dans votre dernière lecture de l’Exode ou du Deutéronome, que Dieu ne s’était pas montré lorsqu’il donna les 10 commandements(ou « 10 paroles »)à son peuple :

« l’Éternel vous parla du milieu du feu; vous entendiez la voix de ses paroles, mais vous ne vîtes aucune forme, seulement vous entendiez une voix. Et il vous déclara son alliance, qu’il vous commanda de pratiquer, les dix paroles; et il les écrivit sur deux tables de pierre (Deut.4v12-13)….de peur que vous ne vous corrompiez, et que vous ne vous fassiez quelque image taillée, la forme d’une image quelconque, la figure d’un mâle ou d’une femelle, la figure de quelque bête qui soit sur la terre, la figure de quelque oiseau ailé qui vole dans les cieux, la figure de quelque reptile du sol, la figure de quelque poisson qui soit dans les eaux, au-dessous de la terre ;et de peur que tu ne lèves tes yeux vers les cieux et que tu ne voies le soleil, et la lune et les étoiles, toute l’armée des cieux, et que tu ne te laisses séduire et ne te prosternes devant eux, et ne les serves: lesquels l’Éternel, ton Dieu, a donnés en partage à tous les peuples, sous tous les cieux ».(v15-19)

Et puisque vous avez sans doute déjà pris conscience que vous avez deux oreilles et une seule bouche, vous en conclurez alors que c’est en tant que Dieu de la Parole que Dieu s’est révélé à Son peuple, pour que celui-ci soit attentif à sa voix.

écouter de la musique par Petr Kratochvil« L’Éternel vous parla (…) vous entendiez la voix de ses paroles, mais vous ne vîtes aucune forme, seulement vous entendiez une voix »(Deut.4v12)

écouter de la musique par Petr Kratochvil
« L’Éternel vous parla (…) vous entendiez la voix de ses paroles, mais vous ne vîtes aucune forme, seulement vous entendiez une voix »(Deut.4v12)

Soit donc que nous devons l’écouter, en renonçant à nous construire des images(mentales ou non, mais qui seront toujours fausses car réductrices)de Dieu.

Pourquoi lire, ou relire, les 10 commandements, aujourd’hui ? Surtout nous, « non-juifs » ?

Je me souviens d’un autre paradoxe, raconté par Josué Turnil, de Juifs Pour Jésus: « l’Ancien Testament a été écrit pour les non-juifs et le Nouveau Testament, pour les juifs. »

Erri de Luca, dont j’ai déjà parlé ici, est justement un « non-juif », qui a « voulu quitter la terre des 10 plaies », et qui s’est « ajouté à un peuple qui sortait le bras levé et le chant dans la gorge ». Mais qui, paradoxalement, reste-pour le moment-en marge, « à la queue du peuple du Sinaï ». Il déclare partager « le voyage du judaïsme, par l’arrivée. » Sa « part de manne est assurée par des lectures en hébreu, ouvertes avant le jour. »Il « partage l’aube avec celui qui se tait et écoute. »*

L’écoute et les(10)Paroles sont au coeur de ce livre d’Erri de Luca, qui a justement pour titre « Et Il dit ». L’auteur raconte les 10 commandements, dans ce qui n’est pas un commentaire de la Bible, mais une forme de fiction poétique(dans une langue qui rappelle la poésie biblique). Il donne à réentendre ou réécouter, dans le texte, 10 Paroles que l’on croirait anciennes et connues, et nous invite, dans cette relecture, à reconsidérer qu’elles sont plus que jamais fort actuelles et pertinentes pour notre temps.

Les gouttes d'eau par George Hodan"L'écoute est une citerne..."

Les gouttes d’eau par George Hodan
« L’écoute est une citerne… »

Comme le peuple, le lecteur apprend ainsi qu’« au pied du Sinaï, l’écoute est une citerne dans laquelle se déverse une eau de ciel de paroles scandées à gouttes de syllabes » et que « l’écoute est un puits qui les garde entières, on peut en prendre là chaque fois sans qu’il en manque une. »**

« Examinons toute chose et retenons ce qui est bon »(1 Thes.5v21-22). Et n’oublions pas de revenir à la source, aux Ecritures, qui « témoignent de Christ »(Jean 5v39 et Luc 24v27, 44).

(* Et Il dit. Gallimard. « Du monde entier », 2012, pp. 101-102 ; ** op. cit., p45)