« Le père des orphelins, le défenseur des veuves, C’est Dieu dans sa demeure sainte » : études de 2 Rois 4v1-7 et 2 Rois 8v1-6

Lucky Luke. Jesse James, par Morris http://www.bangbangluckyluke.com/les_dossiers/analyse_une_bd_lucky_luke.php

Lucky Luke, « le défenseur de la veuve et de l’orphelin ». Un pâle reflet de ce qu’est Dieu, le « vrai justicier ». Planche de l’album « Jesse James », par Morris

« Une femme d’entre les femmes des fils des prophètes cria à Elisée, en disant: Ton serviteur mon mari est mort, et tu sais que ton serviteur craignait l’Eternel; or le créancier est venu pour prendre mes deux enfants et en faire ses esclaves ». (2 Rois 4v1)

Une femme s’approche d’Elisée et « crie » au prophète. Il s’agit d’une veuve, d’un des « fils des prophètes » décédé. Un homme « craignant Dieu », témoigne la femme…mais endetté. Elle est aussi une mère, mais le créancier s’apprête[« il est route pour »] à prendre tout ce qui reste à la femme, soit ses deux enfants, pour en faire ses esclaves.

Le créancier n’avait sans doute pas lu Lévitique 25v35-42, qui précise que « si ton frère devient pauvre et qu’il manque de ressources près de toi, tu le soutiendras, même s’il s’agit d’un étranger ou d’un immigré, afin qu’il vive avec toi. Tu ne tireras de lui ni intérêt ni profit, tu craindras ton Dieu et ton frère vivra avec toi. Tu ne lui prêteras pas ton argent à intérêt et tu ne lui prêteras pas ta nourriture pour en tirer un profit. Je suis l’Eternel, ton Dieu, qui vous ai fait sortir d’Egypte pour vous donner le pays de Canaan, pour être votre Dieu(…) En effet, ils sont mes serviteurs, ceux que j’ai fait sortir d’Egypte; on ne les vendra pas comme on vend des esclaves ». On ne vendra pas son prochain israélite adulte comme esclave, et encore moins si c’est un enfant.

Le cri de la veuve est une prière. Que répondra le prophète ? Quelle sera la réponse la plus appropriée à une situation de détresse, et, surtout, la plus libératrice ?

  1. Ton mari n’aurait pas dû s’endetter ! Ne connaissait-il pas « les principes de bonne gestion » et ce que signifie « être responsable » ?
  2. Je te propose un prêt, mais avec un tutorat en échange
  3. Que puis-je pour toi ? Qu’as-tu chez toi ?

Bien entendu, la bonne réponse est la réponse 3. qui correspond au v2 de 2 Rois 4. C’est une parole de vie, et non culpabilisante ou infantilisante, qui encourage à considérer les ressources à disposition, même si cela peut paraître « rien du tout »(v2).

Et le « rien du tout » de la veuve « n’est qu’un vase d’huile »(v2). Mais c’est suffisant pour Dieu, comme les cinq pains et les deux poissons d’un petit garçon étaient suffisants pour Jésus, pour nourrir 5000 personnes. Et Elisée dit: « Va demander au dehors des vases chez tous tes voisins, des vases vides, et n’en demande pas un petit nombre. Quand tu seras rentrée, tu fermeras la porte sur toi et sur tes enfants; tu verseras dans tous ces vases, et tu mettras de côté ceux qui seront pleins »(vv3-4). La suite nous dit que la femme obéit en tous points à ce que lui dit Elisée. On remarquera une richesse particulière de la femme, outre sa foi en Dieu : ses bonnes relations avec son voisinage, ce qui lui a permis d’obtenir des vases en grand nombre. « Elle ferma la porte sur elle et sur ses enfants »(v5). Elisée n’est pas présent, mais un véritable « travail d’équipe » s’opère dans cette famille, avec une interaction entre la mère et les enfants. Ces derniers, qui ne sont plus vus « comme un problème », « lui présentaient les vases, et elle versait. Lorsque les vases furent pleins, elle dit à son fils: Présente-moi encore un vase. Mais il lui répondit: Il n’y a plus de vase. Et l’huile s’arrêta.  Elle alla le rapporter à l’homme de Dieu, et il dit: Va vendre l’huile, et paie ta dette; et tu vivras, toi et tes fils, de ce qui restera »(vv6-7).

A la fin, la dette est comblée grâce à l’huile et il y a un surplus (Comparer avec Luc 9v16-17). Le « tu vivras, toi et tes fils », qui contraste avec le terrible v1 (« mon mari est mort » et « mes enfants vont être pris comme esclaves »), rappelle le « Mais en ce jour je te délivrerai, dit l’Eternel, et tu ne seras pas livré entre les mains des hommes que tu crains. Je te sauverai, et tu ne tomberas pas sous l’épée; ta vie sera ton butin, parce que tu as eu confiance en moi, dit l’Eternel », adressé par Jérémie à l’éthiopien Ebed-Melek, l’éthiopien, qui l’avait sorti de la fosse (Jer.39v17-18).

La veuve a donc eu cette « audace de la foi » pour « crier » au « père des orphelins, le défenseur des veuves », qui est « Dieu dans sa demeure sainte » (Psaume 68v5)

D’autant plus que Dieu commande de ne pas « affliger la veuve, ni l’orphelin. Si tu les affliges, et qu’ils viennent à moi, j’entendrai leurs cris; ma colère s’enflammera, et je vous détruirai par l’épée », dit l’Eternel (Ex.22v22-24), le justicier par excellence.

« Car l’Eternel, votre Dieu, est le Dieu des dieux, le Seigneur des seigneurs, le Dieu grand, fort et terrible, qui ne fait point acception des personnes et qui ne reçoit point de présent, qui fait droit à l’orphelin et à la veuve… » (Deut.10v17-18).

Dans un autre passage(2 Rois 8v1-6), on retrouve la sunamite de 2 Rois 4v8-9 et ss, devenue veuve avec un enfant, qui, au retour d’une absence de sept ans pour cause de famine, se retrouve dépossédée  de sa maison et de son champ. Plutôt que de faire sienne cette idéologie comme quoi « l’Etat ne (serait) pas la solution, mais le problème », elle va « implorer le roi »(v2), comme la première veuve avait « crié » au prophète. Et elle a raison, puisque le roi est censé « ouvrir sa bouche pour le muet, pour la cause de tous les délaissés », « juger avec justice, et défendre le malheureux et l’indigent » (Prov.31v8-9). Mais aussi écrire pour lui une copie de la loi(cf Deut.17v18), laquelle enseigne sur Dieu ce qui précède plus haut !

Et le roi n’a pas besoin « de revoir sa copie », puisqu’à la fin du récit, il fait justice à la femme, ordonnant qu’on lui restitue tout ce qui lui appartient, « avec tous les revenus du champ », soit sept ans de revenus !(2 Rois 8v6)

Notre regard sur le pauvre : Rois et Prophètes

"Ce dont cet homme a besoin" ou le point de vue du dominant-bis, par Andy Singer

« Ce dont cet homme a besoin » ou le point de vue du dominant, par Andy Singer

Le 17 janvier 2013, nous avions démarré une étude biblique nous invitant, à travers un examen approfondi des Ecritures(Ancien et Nouveau Testaments), à (re)considérer  « Notre regard sur le pauvre, l’étranger et l’éprouvé» et, par là même, à rejoindre Dieu Lui-même dans Sa façon de considérer le pauvre.

Après cette introduction au thème, la première partie de l’étude rappelait ce que la loi prévoit pour le pauvre et « la justice sociale », et ce qu’elle nous apprend sur le regard de Dieu sur le pauvre.

Il est intéressant de noter que le roi d’Israël, une fois sur le trône, devait s’appliquer à faire une copie de la loi pour son usage personnel, afin de l’observer(y compris, donc, ce qui est relatif au droit du pauvre). Il devait également veiller à se garder de tout train de vie « bling bling »(Deut.17v14-20. Comparer avec celui de Salomon, pourtant le roi le plus sage que la Terre ait porté : 1 Rois 1011).

Une certaine conception dite « libérale conservatrice » tend à cantonner « le roi » dans ses domaines dits « régaliens »(Justice, police-« sécurité », armée, diplomatie). Or, une telle conception oublie que le rôle du roi(aussi bien celui d’Israël que les rois des nations) est aussi d' »ouvrir la bouche pour le muet », de « prendre la cause de tous les délaissés », et de « défendre le pauvre et l’indigent »(Prov. 31v8-9 ; Ezéch.34-où les « bergers » ont le sens de « chefs politiques » dans ce passage-et cf Jér.22v2-5, 15, avec ce discours de Jérémie au roi de Juda).

Mais que se passe-t-il, si la loi n’est pas respectée par le peuple ou même par celui ou ceux censés l’appliquer les premiers et enseigner/inciter les autres à la suivre ?

C’est alors qu’interviennent les prophètes, porte-parole de Dieu, dont l’étude des messages concernant la pauvreté et la justice sociale fera l’objet de cette nouvelle partie.

Les premiers d’entre eux sont Nathan(qui, par le biais d’une parabole sur « la brebis du pauvre et l’invité du riche », rappelle au roi David, coupable de meurtre et d’adultère, ce que signifie être « le berger d’Israël » cf 2 Sam. 12v1-13) et Elie, face à Achab (1 Rois 21). Néanmoins, Amos est, semble-t-il, le premier des Prophètes dont les paroles figurent dans un livre qui porte son nom.

 

Lecture du livre d’Amos :
Le ministère prophétique d’Amos se situe à la fin du long règne de Jéroboam II (783-783). Quelle est la particularité de ce règne ? (cf 2 Rois 14v23-29). Restituer la situation économique, morale et religieuse du peuple au temps d’Amos et de ce roi.
A qui s’adresse le message du prophète ?

No exit par Andy Singer

No exit par Andy Singer

 

Quels crimes dénonce-t-il chez les nations (Amos 1v3-2v3) ? Que reproche-t-il à Israël ? Qu’est-ce qui est bafoué ? Voir 2v6-16(comparer avec Ex 23v6-8) ; 3v9 ; 4v1 ; 5 ; 9-11

Quelle est la gravité  des fautes d’Israël ?  Pourquoi ? (Voir ce rappel en Amos 2v4, 9-10). En quoi(plutôt qu’en qui) Israël a-t-elle mis sa confiance, en fin de compte ? Qu’est-ce qu’Israël a rompu ?

 

 

 

Lecture du livre d’Esaïe :
Lire Es. 1v1 à 5v30, et plus particulièrement le chapitre 2v6-22 : Qui est Esaïe ? Que dénonce-t-il ?

 

Que révèle-t-il particulièrement de Dieu, en comparaison ? Et de la seule attitude que l’homme doit avoir devant Dieu, pour être justifié ?(cf Es. 6). La « vraie religion » selon Dieu ?(Es. 58 et cf Zach.7v4-10)

 

 

 

Que nous apprend Es.61 à propos du Messie : qu’a-t-il fait pour les pauvres ?(cf Zach.9-14)

 

 

 

 

Lecture du livre de Michée* :

Qui sont les destinataires du message du prophète ? (Mich. 1v1-5)

Pour quels crimes ? Qui sont responsables ? (Michée 2-3 ; 6v9-7v1-3)

« On t’a fait connaître, Ô homme, ce qui est bien, et ce que l’Eternel demande de toi »…Quoi donc ?(Mich.6v8)

 

 
Lecture du livre de Sophonie :

Lecture des chapitres 1v1-3v20
Sous quel règne Sophonie exerce-t-il son ministère ?(1v1)

Sur qui sera le jugement ? Pour quels péchés ? (Soph.1 ; 2v8-15 ; 3v1-7). Comment y échapper ? (Soph.2v1-3)
Qu’est-ce que la pauvreté selon le prophète ? (Soph.3v11 et ss)

 

Bref, autant de messages et autant de rappels salutaires de principes divins de base, dans des contextes de croissance et de prospérité, où l’on est toujours en danger d’oublier l’essentiel.

(A suivre)

 

 

 

 

Notes :

* Une organisation chrétienne a pour nom « Défi Michée« . Pour découvrir en quoi consiste ses missions, voir ici.