« Pour les chrétiens de dénomination youtubienne vient l’heure du retour à l’Eglise réelle »

« Pourquoi les Eglises vont être vraiment changées par le confinement et le déconfinement : quelle est la surprise qui nous attend ? » ( Source : Pixabay)

Une réflexion de Gilles Boucomont intitulée « COVID et relocalisation ». Ou pourquoi les Eglises vont être vraiment changées par le confinement et le déconfinement. Quelle est la surprise qui nous attend ?

 

Ce n’est pas tant le virus du COVID en lui-même mais plutôt les choix de la riposte gouvernementale qui auront créé, par le fait du confinement/déconfinement, un événement à la fois politique, économique, culturel, social, mais aussi certainement ecclésial.

Youtube, Facebook et Instagram sont devenus les principaux locaux d’Eglise fréquentés le dimanche et même la possibilité nouvelle de se retrouver en présentiel comme on le dit désormais avec cet horrible terme, cette possibilité retrouvée n’a pas permis aux assemblées chrétiennes de se retrouver à l’identique.

Un ami pasteur m’évoquait une statistique symbolique, fondée sur le seul ressenti, mais que je trouve intéressante de partager :
– 40% des paroissiens sont revenus au culte,
– 30% restent en contact avec l’Eglise par les vidéos et répondent aux mails et téléphones,
– 30% sont partis et ne donnent plus signe de vie,
– auxquels il faut rajouter, malgré les 100% déjà atteints, 30% de nouveaux, majoritairement jeunes (20-30 ans essentiellement) dont la moitié sont des gens qui ont été saisis par Dieu dans ce temps différents, et l’autre moitié sont des jeunes issus d’autres assemblées où ils ne peuvent ou ne veulent plus se réunir.

L’autre tendance, c’est la relocalisation. L’accès à une offre mondialisée, en français comme en anglais, a fait que les chrétiens ont pris l’habitude de vivre le culte de façon plus flottante, en pyjama, en différé, à la maison. L’idée d’un retour à la contrainte du temps et de l’espace est compliquée pour certains. C’est sans compter sur la belle diversité de théologies auxquelles ils ont été confrontés, jusqu’à en avoir les idées troublées. Pour ceux qui finissent par souffrir d’être des chrétiens de dénomination youtubienne vient l’heure du retour à l’Eglise réelle, c’est-à-dire l’Eglise en chair et en os et pas qu’en Esprit, puisqu’elle est le corps du Christ, lui même incarnation du Verbe de Dieu.

Ce retour à l’Eglise en communion dans le temps et physiquement pose des questions en région parisienne notamment.

La suite à lire ici, sur le blogue de Gilles Boucomont

Ré-ouvrir les églises : quelles pistes ?

Dans la perspective du déconfinement, pour se rassembler à nouveau ( Source : Pixabay)

Certains responsables d’Eglises ont réfléchi à plusieurs mesures pratiques – mais contraignantes – de réouverture des églises au public, pour des rassemblements respectueux des mesures sanitaires. Parmi les pistes préconisées, en attendant les prochaines consignes de déconfinement :

Doubler la distanciation sociale, laquelle doit être égale à deux mètres, ce qui signifie garder en gros une place sur quatre dans nos églises, en rendant visible ce qui est accessible…….

Multiplier les cultes. Entre deux célébrations dans la même journée, on prendra le temps de nettoyer l’église.

Veiller à un plan de circulation dans l’église pour éviter que les gens ne se croisent.

Ne pas oublier les gestes barrière : lavage des mains du célébrant avant de distribuer les espèces de la Sainte-Cène, pas de baiser de paix…..Attendre trois jours avant de compter les offrandes ou le faire avec des gants.

Renforcement des équipes existantes : accueil, ménage (avec tenue ad-hoc)…..

En fin de culte, lors des annonces, mise en valeur des lieux de soutien (de tous ordres) qui permettront au plus grand nombre de trouver réconfort et aide dans ces temps difficiles, sans oublier ceux et celles qui ne seraient pas venus.

 

Lire l’essentiel ici. Et aussi .