Que veillons-nous, ce réveillon du 24 décembre ?

"Dieu est lumière...vous êtes lumière...marchez comme des enfants de lumière !"

« Je suis la lumière du monde », dit Jésus… »(Jean 8v12) et il nous dit : « vous êtes la lumière du monde…votre lampe ne doit pas être cachée mais pour être mise sur le pied de lampe, pour qu’elle luise pour tous ceux qui sont dans la maison »(Matt.5v14-16)

Jeudi 24 décembre. Plus que quelques heures, à l’heure où j’écris, avant le fameux réveillon de Noël…Et en attendant le 31 décembre, 7 jours plus tard, qui viendra clôturer une drôle d’année marquée par le deuil, notamment en France.

Un réveillon est une soirée « où l’on veille ». Reste à savoir pour quoi ou pour qui l’on veille…

La Bible, Parole de Dieu, contient plusieurs exhortations à « veiller » : on se souviendra (et on relira) à cet égard la parabole des « vierges sages » et des « vierges folles », en Matthieu 25v1-13. Au départ, toutes partent à la rencontre de l’époux, leurs lampes à la main. Mais « l’époux tardant », toutes finissent par s’endormir….avant de se réveiller « au cri de minuit » : « voici l’époux, venez à sa rencontre ! »(v6). La différence tient dans le fait que « les sages » étaient « sages », parce qu’elles avaient prévu de l’huile en réserve, pour leur lampe, à l’inverse des « folles ». Résultat : « celles qui étaient prêtes purent entrer avec l’époux dans la salle de noces, et la porte fut fermée »(v10). Et « les folles », qui revinrent-trop tard-avec de l’huile qu’elle avait achetée, se virent répliquer par l’époux un « je ne vous connais pas ! Veillez donc, car vous ne connaissez ni le jour, ni l’heure »(v12-13). Elles n’ont pas été reconnues par Celui qu’elles ne connaissaient, en fin de compte, pas.

Le Seigneur Jésus se présente comme Celui qui est « la lumière du monde ». Celui qui le suit ne marchera pas dans les ténèbres, « mais il aura la lumière de la vie » (Jean 8v12). Il nous dit à nous, qui déclarons être ses disciples(des « chrétiens » ou « petits Christs »), que nous sommes « la lumière du monde », et que notre lumière ne doit pas être cachée(Matt.5v14-16). Nous sommes des « enfants de lumière »(Eph.5v8) et « le fruit de la lumière consiste en toutes sortes de bonté, justice et vérité »(Eph.5v9). Pour briller, il nous faut donc suivre Celui qui est « la lumière », et même faire plus que cela : il nous faut passer du temps avec Lui, et nous attacher à Lui, ce que la Bible appelle « marcher avec ». On ne battra sans doute pas le record d’Hénoc, qui a marché « 300 ans avec Dieu », et qui n’a pas connu la mort, saisi par Dieu (Gen.5v24), mais il y a là une exhortation à suivre. En clair, l’enjeu de notre vie chrétienne, est de « connaître » et « d’être connu » par Celui qui est « le Dieu véritable » et « la Vie éternelle ». Et encore, de façon pratique, d’être reconnu comme quelqu’un qui passe du temps avec Jésus(Actes 4v13). Pour cela, pour briller et être lumineux, il convient de veiller,  à l’instar des « vierges sages », à avoir toujours de l’huile sur soi, pour maintenir sa « lampe allumée ».

« Veillons donc » et soyons « réveillés », en ce réveillon du 24 décembre. Agissons « en tout sans murmures ni réticences, afin d’être sans reproche et sans compromission, enfants de Dieu sans tache au milieu d’une génération dévoyée et pervertie, où (nous apparaissons) comme des sources de lumière dans le monde, (nous qui portons) la parole de vie » (Philip.2v14-16. TOB).

Sur ce, Joyeux Noël et « sur la Terre, paix, et bon plaisir dans les hommes » (Luc 2v14 ).

Je vous donne rendez-vous, Dieu voulant, début janvier 2016.

 

Pourquoi veux-tu être connu ?

"Narcisse" moderne (Par Andy Singer)

« Narcisse » moderne
(Par Andy Singer)

Et comment ?

Comme ceux-ci, qui étaient connus « pour avoir été avec » Celui-là ? (Actes 4v13)

Veux-tu donc être connu comme celui qui Le connaît ?

Tu trouveras dans la Bible plusieurs exhortations à s’attacher au Seigneur, « sans tiraillements », comme à croître « dans la grâce et la connaissance de notre sauveur et seigneur Jésus-Christ ». Sachant qu’ « A Lui (seul) la gloire… » (2 Pie.3v18)
Car c’est cela qui fait la différence !

Sans oublier autant de promesses certaines, à ce sujet :
« Si quelqu’un aime Dieu, celui-là est connu de Lui » (1 Cor.8v3)
« Celui qui s’attache au Seigneur est avec lui un seul esprit » (1 Cor.6v17)
Et cette formidable déclaration d’amour de Dieu !

Et si nous passions le week-end ensemble avec Jésus ?

Lecture de Jean 1v35-42.

Voici là un passage qui m’a harponné voici quelques mois et qui semble me solliciter particulièrement depuis mardi.

Imaginez : « avant », vous suiviez quelqu’un, dont vous êtiez « le disciple ». Puis, un jour, vous entendez une proclamation, faite avec force : « voilà l’Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde ! »(Jean 1v36). Vous en êtes tellement « retourné » que vous vous retournez et vous mettez alors à suivre Celui dont il est fait question : Jésus-Christ Lui-même.

Vous qui lisez ces lignes, vous êtes peut-être, à l’heure actuelle, chrétien. Vous avez accepté Jésus comme votre Sauveur personnel et comme le Seigneur de votre vie. « Vous suivez donc Jésus ». Pourtant, vous n’êtes peut-être pas heureux à l’heure actuelle. Pourquoi ? Que vous manque-t-il pour « vivre le bonheur » ?

Dans le récit de l’Evangile qui est notre lecture de ce jour, les deux disciples de Jean-Baptiste suivent Jésus jusqu’au moment où ce dernier se retourne et leur demande : « que cherchez-vous ? »(v38)

Oui, que cherchez-vous en suivant Jésus ? Avez-vous entendu sa question ? Vous êtes-vous arrêté pour y répondre ?

Que répondre ? Peut-être de la même façon que les deux disciples : « Maître, où demeures-tu ? »(v38)

La réponse de Jésus est simple : « venez et voyez »(v39). Et ils allèrent alors passer le week-end avec Lui, chez Lui.

La réponse à votre question existentielle est donc simple : il suffit de passer du temps avec Jésus. Certes, déjà individuellement, mais aussi « ensemble »(un minimum de « deux ou trois »)

Et si nous passions le week-end ensemble avec Jésus ?

Fin de la méditation.

Non.

Comment, non ? En effet, le récit de Jean 1 ne s’arrête pas là, puisque le séjour passé avec Jésus semble avoir transformé les deux disciples, au point de faire positivement « ricochet » cf vv40-42*.

Ne vous contentez donc pas de « suivre Jésus ». Passez du temps avec Lui. Ensemble. Puis sortez, et allez vers les autres, annoncer « la bonne nouvelle », inviter à rencontrer Celui qui vous a accueilli chez lui.

 

 

Notes :

* Dans le prolongement de cette méditation, voici une forme de parabole, axée sur l’image de la roue, qui a été imaginée par Dorothée de Gaza, un père de l’Église du VIe siècle : le centre est Christ, les rayons sont les frères et soeurs en Christ(une illustration de 1 Jean 1v7, semble-t-il) : plus on se rapproche des autres, plus on se rapproche du centre ; plus on se rapproche du centre, plus on se rapproche les uns des autres !

Jésus est…Le connais-tu ?

 

Qui est Jésus-Christ ?

Il est « Je suis », dit-il Lui-même (cf Jean 8 et tout l’évangile de Jean).

Il est mon Sauveur, mon Seigneur, mon Roi.

Le connais-tu ?

Il est…et bien d’autres !*

 

 

 

Note :

* Autres vidéos : en VF (https://www.youtube.com/watch?v=A5cP4187iks ), et en VO (https://www.youtube.com/watch?v=yzqTFNfeDnE )