Un chrétien peut-il lire de la fiction littéraire ?

« Lire de la bonne fiction, c’est bon pour le cerveau ! »

Un chrétien peut-il lire de la fiction littéraire ?

Et de la fiction littéraire « non chrétienne », qui plus est ?

Oui, peut-on répondre.

Après tout, nous pouvons compter plusieurs citations/ allusions à des auteurs grecs « païens » antiques dans le Nouveau Testament. Et, comme l’affirme Vincent M.T. dans un article pour Visio Mundus, blogue d’apologétique culturelle, « nulle part les Écritures n’interdisent ni ne limitent l’étude de la littérature non-biblique« . Sans doute parce que « la Bible témoigne ainsi d’une confiance absolue de ses auteurs dans la supériorité du message  qu’elle porte : elle laisse libre accès à tous les concurrents dans la grande arène des idées » !

Albert Mohler, un grand lecteur, estime, quant à lui, qu’il est important pour un leader chrétien de lire des romans de fiction, « pour le plaisir, pour apprendre et pour le contexte lui-même de l’histoire. La fiction est importante, car elle permet au lecteur [leader]de vivre à l’époque, la vie et la pensée de quelqu’un d’autre. Les romans et les nouvelles peuvent être puissants, raconter une histoire avec force. Tout en prenant plaisir à lire le récit, (nous apprenons) aussi à améliorer (nos) propres présentations narratives et (notre) aptitude à communiquer [nos propres visions]« .

Plus encore, la bonne fiction stimule le cerveau ! Il a été clairement démontré que la lecture procure des bienfaits considérables, en particulier sur la pensée, même si à ce titre, toutes les catégories d’ouvrages ne se valent pas.  88% des Français sont lecteurs, avec une nette prédilection pour le roman. Si peu d’études ont été réalisées sur le cerveau durant cette activité, l’une d’elles a montré que lire de la fiction littéraire améliore notre compréhension du comportement des autres, plus que la lecture de fiction dite « populaire ». Deux zones du cerveau sont stimulées et interagissent davantage. De quoi nous aider à choisir nos prochaines lectures !

Pour ma part, voici ce que je lis en ce moment, en y ajoutant les titres de ma « PAL » (ou Pile de livres A Lire), laquelle est susceptible de s’agrandir de jour en jour !

Guerre et paix, de Léon Tolstoï (2 Tomes) : un roman poème écrit en 1865-69, dans lequel se mêlent psychologie, épopée, réalisme et philosophie de l’histoire. La plus grande œuvre de la littérature russe et l’un des plus beaux monuments de la civilisation européenne. Lecture achevée.

Le Tour de l’oie, d’Erri de Luca, un auteur multiple dont je parle souvent sur ce blogue : Un soir d’orage, un homme – qui ressemble beaucoup à l’auteur – lit « Pinocchio » à son fils, dans la pénombre. Le narrateur rêve cette scène et un fils qui n’a jamais existé et qu’il n’a jamais eu. Il imagine qu’il lui parle de sa vie, de son enfance napolitaine et, au fur et à mesure, la parole intime donne consistance à ce fils imaginaire qui se sent citoyen de « la nouvelle Europe »…Lecture achevée.

La nature exposée, d’Erri de Luca : Dans un village au pied de la montagne, un sculpteur aide des clandestins à franchir la frontière. Bientôt, le soutien qu’il leur apporte attire l’attention des médias. Il décide alors de quitter le village et se voit proposer une tâche bien particulière : restaurer une croix de marbre, révéler la «nature» qui se cache sous le pagne du Christ. Réflexion sur le sacré et le profane, sur la place de la religion dans nos sociétés, et sur l’humanité du Christ. Lecture achevée.

Une Histoire d’amour et de tènèbres, d’Amos Oz. Il y est question d’un petit garçon qui joue à inventer des histoires, à la demande de sa mère. Il devient par la suite un grand romancier. Sa mère n’est plus là, mais il tient malgré tout à poursuivre le récit de l’existence tumultueuse de sa famille et de ses aïeux, « une histoire d’amour et de ténèbres », qui est aussi celle d’un peuple.

 

Mais comme il est aussi bon de lire comme on mange [de façon équilibrée], voici également des titres de « non-fictions » sur des thèmes d’actualité/universels (la justice, la liberté), figurant dans ma PAL et que je vous partage ici :

Vivre et penser la liberté : un inédit de Jacques Ellul (1912-1994) éclairé par les notes et compléments de Jean-Philippe Quadri, professeur de physique-chimie de Bordeaux. Ce recueil de textes de 1936 à 1992, jusque-là inédits/confidentiels et consacré à la liberté, est une bonne porte d’entrée pour découvrir les versants sociologiques et théologiques de l’oeuvre de ce penseur protestant qui a su, prophétiquement, dénoncer l’illusion de la tentation technicienne du contrôle absolu sur tout ce qui nous entoure. En cours de lecture.

Le vertige de l’Europe, d’Olivier Abel : Une réflexion vertigineuse sur l’évolution (et l’identité) de l’Europe, à l’approche des prochaines élections européennes de mai. En 1989, son utopie motrice en faisait une société ouverte. L’Europe attirait ses alentours et tendait les bras aux pays de l’Est. Et ce qui a fait l’originalité de l’Europe, son identité, son idée, c’est que ses sources ont toujours été plurielles, mixtes, entrelacées. Mais aujourd’hui, le fracas de l’Europe se traduit à la fois par des démagogies nationalistes, qui dénient cette mixité, ainsi que par le scepticisme néolibéral et techniciste, qui prétend faire le vide de toute idéologie, de toute utopie, de toute tradition. Comment, dans ce vertige, repenser l’Europe ? Lecture achevée.

Sphères de justice, de Michaël Walzer, professeur émérite à l’Institute of Advanced Studies de Princeton, et l’un des principaux philosophes politiques américains contemporains : une conception pluraliste de la justice, à l’opposée d’une théorie universelle et abstraite de la justice à la John Rawls, qui pose les bases d’une philosophie politique adaptée à un monde de valeurs conflictuelles. L’auteur soutient qu’il existe des sphères de justice distinctes, correspondant chacune à une conception particulière d’un type de bien entretenue au sein d’une communauté donnée, et relevant de critères de distribution spécifiques. Ce qui vaut dans la sphère économique ne se laisse pas transférer dans la sphère de l’éducation, ou dans celle du pouvoir politique. Contre l’égalitarisme « simple » qui vise à distribuer les biens de manière égale à moins que ce soit à l’avantage de tous d’admettre une inégalité, Walzer propose une théorie de l’« égalité complexe » : une société régie selon ce principe est une société dans laquelle aucun type de bien ne peut dominer les autres. Tout passage illégitime d’une sphère à une autre conduit à une forme spécifique de tyrannie.

 

Bonnes lectures !

 

 

Faites 5 bonnes lectures intelligentes par jour !

(Source : Rawpixel) « Qu’on nous donne des légumes à manger et de l’eau à boire. Puis tu regarderas si nous avons meilleure mine que ceux qui mangent la viande et le vin du roi… » (Dan.1v12-13)

Une recommandation utile pour la santé, au même titre que la consommation de 5 fruits et légumes par jour !

Mais qu’est-ce qu’une « bonne lecture intelligente » ?

A l’instar de la consommation de 5 fruits et légumes par jour, elle est premièrement diverse et variée en contenu, style et genre, et surtout, régulière !

Une bonne lecture intelligente est celle qui nous ouvre de nouveaux horizons, au contraire de la « mauvaise » qui ne nous offre que de « l’attendu ». A la condition que nous soyons nous-mêmes ouverts et disponibles pour les bonnes lectures intelligentes.


Dynamique, une bonne lecture intelligente n’est pas à notre service : elle doit, au contraire, nous stimuler et nous énerverquitte à bousculer nos idées reçues et inspirer l’échange et la discussion. Car, rien de plus dangereux qu’une lecture à 100 % fascinante ou satisfaisante, ou pire, « débilitante », « qui nous délasse », justifiant que nous laissions notre cerveau et notre esprit critique au placard, sous prétexte de ne chercher que du simple « divertissement » ou la seule distraction (laquelle rime avec « diversion »).

Une bonne lecture intelligente a l’ambition de nous faire réfléchir  – et non de nous dire ce qu’il faut penser – et de réveiller en nous, non pas nos bas instincts, mais plutôt une acuité perdue dans la banalité du quotidien.

Une bonne lecture intelligente ne nous poussera pas à être défaitiste/fataliste/catastrophiste ou à tomber dans l’indignation stérile.

Une bonne lecture intelligente est celle qui nous apprend et nous explique des choses, nous invite au recul et nous engage à (bien) agir, comme à démonter les discours de la peur, plutôt que d’alimenter cette dernière.

 

A nous de jouer !

Quelles seront nos cinq bonnes lectures intelligentes du jour ?

 

Comment choisir ses lectures…

….et ses films ?

En prenant des risques !

Car, « si l’on ne prend pas le risque du risque, on reste dans la certitude de la marche assurée, celle de l’animal. C’est cela le programmable, le prévisible. Or ce qui va faire l’intelligence de l’homme[et ce qui le distingue de l’animal, de la machine], c’est justement la capacité de sortir de la programmation, c’est-à-dire de prendre un risque.« (M.A. Ouaknin. Zeugma : mémoire biblique et déluges contemporains. Points, 2013. Essais, p 308).

 

Et vous ? Comment choisissez-vous vos lectures et vos films ?

 

(Pour aller plus loin, comparer : Jérémie 36v1-25 et 2 Rois 22v8-13 et ss )