Trois questions fondamentales que Dieu te pose aujourd’hui : épisode 3

« Chrétiens, notre ego est crucifié avec Christ… mais il semble avoir tendance à redescendre de la croix ! » (Source image : public domain pictures)

Dernier volet de notre série en 3 épisodes de Jo, notre plume invitée*, que je remercie, orientée « jeunes » (« et moins jeunes! ») et consacrée aux premières questions fondamentales que pose Dieu aux humains. Aujourd’hui : « pourquoi as-tu fait cela ?… »Si vous prenez la série en route, ne manquez pas de (re)lire les épisodes 1 et 2, avant de commencer celui-ci.

Une fois que l’homme a trouvé justification à son acte par un « c’est la faute de cette femme que tu m’as donnée »,  Dieu se retourne vers la femme et lui demande:

« Pourquoi as-tu fait cela ? » (Genèse 3:13, NFC)

Encore une fois, Dieu n’accable pas la personne à qui il s’adresse mais il cherche à faire comprendre à la femme ce qui l’a réellement poussée à désobéir. Cela me semble être une bonne pédagogie !

Nous pouvons noter que, depuis le début, Dieu n’a pas ajouté à l’accablement de l’homme et de la femme : à aucun moment il n’a “rajouté une couche” ou cherché à “compter les points”. Au contraire, il semble vouloir engager un dialogue avec eux.

Voici la réponse de la femme au verset 13 : « Le serpent m’a trompée, et j’ai mangé du fruit. »

Par sa réponse, la femme reconnaît qu’elle a mangé du fruit mais en reporte la responsabilité sur le serpent. Ce dernier ne lui a pourtant pas mis le fruit dans la main !

La manière dont l’homme et la femme répondent est curieusement semblable à nos manières de rejeter la faute sur un tiers, lorsque nous sommes pris “la main dans le sac”. C’est en effet toujours plus agréable lorsqu’un tiers peut porter la responsabilité à notre place !

Sauf que ce n’est pas juste de se cacher derrière quelque chose ou quelqu’un pour justifier notre erreur.

Si la femme était allée jusqu’au bout de la réflexion, jusqu’à la racine du problème, elle aurait pu l’arracher, traiter le sujet en profondeur. En posant cette question, Dieu voulait peut être que la femme s’interroge sur sa motivation profonde, sur la raison qui l’a amenée à faire confiance à la parole du serpent.

Peut-être aurait-elle répondu à côté une première fois, puis, dans le dialogue avec Dieu, en conclure que c’était son désir de toute puissance, d’être « comme Dieu », qui avait déclenché la cascade d’événements malheureux.

C’est parfois ce qu’il nous manque : traiter nos péchés, nos fautes, en allant jusqu’à leur racine. En restant en superficie, sans réfléchir à ce qui nous a conduit à fauter/ « rater la cible » de Dieu pour nous, nous risquons de faire du sur-place au lieu de revenir vers Lui.

Etre responsable, assumer sa responsabilité dans une faute, requiert beaucoup de courage et d’humilité. Deux qualités précieuses.

Je crois que nous préférons le confort de la fuite, ou de blâmer autrui…Ainsi notre égo n’est pas mis au défi.

Or notre égo est l’un des plus gros obstacles pour bénéficier de la grâce de Dieu. Il est à l’origine de beaucoup de nos problèmes en fait !

Notre ego refuse de reconnaître qu’il puisse avoir tort, avoir mal fait et avoir besoin de « s’écraser » devant Dieu. C’est très inconfortable, d’où la difficulté à reconnaître notre part de responsabilité lorsque nous sommes pris en faute.

Paul dit en Galates 2:20 : « Avec le Christ, je suis mort sur la croix. Je vis, mais ce n’est plus moi qui vis, c’est le Christ qui vit en moi. Maintenant, ma vie humaine, je la vis en croyant au Fils de Dieu, qui m’a aimé et qui a donné sa vie pour moi ». Ce qu’il veut dire, c’est que ce n’est plus mon ego qui vit mais Christ en moi.

Chrétiens, notre ego est crucifié avec Christ… mais il semble avoir tendance à redescendre de la croix !

C’est pourquoi nous avons besoin de rester vigilants, et de demander au Saint Esprit qu’il sonde nos cœurs et nous révèle notamment dans quels cas il s’agit de notre ego qui réagit plutôt que de notre esprit.

Je crois que Dieu, dans le jardin, appelait la femme et l’homme à faire preuve d’humilité, à confesser qu’ils avaient fait fausse route et à reconnaître qu’ils avaient besoin de l’aide divine pour changer.

Arrives-tu à identifier des sujets où ton égo se met actuellement en travers de Dieu et toi ?

Et si tu priais simplement avec le psaume 139 ?

Ô Dieu, regarde au fond de mon cœur et connais-moi,

Examine mes pensées et vois mes soucis.

Regarde si je suis sur un chemin dangereux,

Et conduis-moi sur ton chemin, ce chemin qui est sûr pour toujours (vv23-24).

Par son Esprit, le Seigneur peut nous révéler la cause ou l’origine de nos manquements, afin que nous puissions nous réaligner avec le projet de Dieu pour nous.

Cela demandera de passer par les cases de la confession puis de la repentance.

L’une comme l’autre ne sont pas des processus automatiques: il est recommandé de demander à Dieu le Saint Esprit ce que nous devons confesser et ce pourquoi nous devons vraiment nous repentir. Son efficacité et sa précision sont redoutables lorsque nous l’invitons, bien plus que le sont toutes nos capacités intellectuelles.

La démarche de confesser ses péchés devant des frères et soeurs dans la foi semble très saine et puissante si l’on se fie à Jacques 5:16 qui nous invite à la confession des péchés « les uns aux autres [et j’ajoute: sans jugement, car nous sommes tous pécheurs !], afin que nous soyons guéris ».

La repentance suit la confession : nous demandons pardon à Dieu et prenons la décision de vraiment changer avec son aide, de lâcher notre ancienne manière de voir les choses pour adopter la perspective de Dieu.

Il s’opère ainsi un changement à 180 degrés.

C’est seulement au bout de ce processus que nous aurons vraiment pris notre responsabilité devant le Seigneur, et serons prêts à recevoir son pardon et sa libération.

Ose donc t’humilier devant Dieu et demander son aide pour changer.

* De notre plume invitée : Jo est ingénieure, amatrice de réflexion, de lecture et discussions pour refaire le monde (dont l’Eglise!) entre amis et en famille. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s