« Grand remplacement » : origines et conséquences d’une expression raciste

« Un documentaire effrayant et d’utilité publique », paru sur LCP

« Le Grand Remplacement : histoire d’une idée mortifère », un documentaire de l’historien Nicolas Lebourg et du journaliste Thomas Zribi, disponible sur LCP, revient sur l’expression « grand remplacement », largement utilisée pendant la campagne présidentielle par Éric Zemmour. Historiens, politistes et journalistes analysent les racines d’une idéologie qui peut entraîner des passages à l’acte assassins.

« On ne lutte pas assez contre les idées de l’extrême droite radicale. Même si le terrorisme tue, ce qui m’inquiète le plus, c’est que des extrémistes soient capables de s’organiser et peut-être même d’être élus. » Ces mots sont ceux de Peter Hessen, rescapé de la tuerie d’Utoya en Norvège en 2011. Il avait alors 21 ans et se rendait au camp d’été de la Jeunesse travailliste. Anders Breivik, terroriste d’ultra-droite, y a tué 69 personnes au nom de la nécessité de protéger son pays d’une « invasion musulmane » imminente.

La droite identitaire doit cette formule à l’écrivain Renaud Camus, condamné pour provocation à la haine en 2014 (…) L’idéologie associée à ces mots, elle, date du XIXe siècle, selon l’historien Pascal Blanchard : à l’époque de l’empire colonial français, « le mélange des races (était vu comme) quelque chose de dangereux ».

Que ce soit il y a deux siècles ou aujourd’hui, de telles théories ne sont que des « fantasmes qui ne reposent sur aucune donnée statistique ». Historiens, politistes et journalistes analysent avec finesse une croyance qui, bien que banalisée dans le débat public, brasse de très nombreuses idées dangereuses : antisémitisme, islamophobie, racisme, xénophobie, misogynie… Des mots qui entraînent des passages à l’acte assassins. En 2017, huit attentats de cette nature ont été déjoués en France.

(Source : « Grand remplacement » : origines et conséquences d’une expression raciste )

Pour le chrétien lecteur de la Bible, « rien de nouveau », hélas, « sous le soleil ». Il sait en effet que cette expression ne date pas d’hier, puisqu’on la retrouve dans les craintes du Pharaon « qui n’avait pas connu Joseph » et qui voyait dans les Hébreux une menace, ainsi que dans les craintes d’Hérode, qui a eu peur d’être « remplacé » par un nouveau-né [lequel nouveau-né, par ailleurs plus jeune réfugié de la Bible, aurait pu être refoulé à la frontière de l’Egypte, si celle-ci avait mis en place une politique migratoire restrictive]. On connaît la suite logique de telles craintes en Exode 1 (épisode qui sera rappelé à Pâques) et en Matthieu 2.

Découvrir le documentaire de l’historien Nicolas Lebourg et du journaliste Thomas Zribi, disponible sur LCP.

Une réflexion sur “« Grand remplacement » : origines et conséquences d’une expression raciste

  1. Pingback: Le buzz évangélique du mois : Dieu… « au contrôle » de CNews ? – PEP'S CAFE !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s