Pour réussir sa vie (à défaut de réussir à la rater)

« Réussir sa vie », c’est « transmettre la vie ». Une vie « bonne » et « abondante » parce que « relationnelle ».
(Source : convergence bolcho-catholiques)

« Pour réussir sa vie, un homme doit faire un enfant, écrire un livre et planter un arbre », aurait dit Compay Segundo, un musicien cubain devenu mondialement célèbre dans « Buena Vista Social Club », un film de Wim Wenders (1999).

« Réussir sa vie », ce ne serait donc pas avoir une rolex avant 50 ans. « Ce serait avant tout transmettre la vie.  Transmettre la vie par un enfant (le sien ou celui d’autres, par l’adoption ou l’éducation), dans le monde de la culture (par l’écriture ou toute autre forme de créativité et de savoir), par la Nature (en plantant des arbres ou en prenant soin de l’environnement) », estime le pasteur et théologien Shafique Keshavjee sur son blogue(1).

« Réussir sa vie ? Est-ce d’abord écrire des livres? Bien sûr que non ! », poursuit Shafique Keshavjee. « Le plus important pour (lui), ce sont toutes les relations (qu’il a) pu vivre et continue de vivre. Ce sont toutes les découvertes et tous les échanges qui ont façonné (son) existence. Et pour Réussir sa lesquelles (il est) reconnaissant.  Parmi toutes ces découvertes, il y a le trésor du Christ ».

Il a raison. Le Christ lui-même rappelle que « la vie éternelle », c’est de « connaître » (dans un sens intime et relationnel) Celui qui est « le Dieu véritable et la vie éternelle » (Jean 17v3, cf 1 Jean 5v20).

Dieu se nomme d’ailleurs « la source des eaux vives » (Jer.17v13), comme Jésus est « (le chemin, la vérité et) la vie » (Jean 14v6).

Réussir sa vie, c’est donc vivre une vie bonne et abondante, parce que relationnelle.

 

 

 

Note :

(1) Cf https://skblog.ch/2021/01/07/reussir-sa-vie/ (D’autres auront au moins réussi à « rater leur vie » !)