Ce que l’Eglise, communauté chrétienne, peut apporter à la génération « Z » (ou « Digitals Natives »)

Ce que l’Eglise, laquelle est la communauté chrétienne, peut apporter aux « Z/Digitals Natives »… (Source : rawpixel)

La semaine dernière, nous vous invitions à (re) découvrir les enseignements et échanges du séminaire « L’Eglise qui croît 3.0 » (08-09 mai 2020), lequel s’était attaqué au défi suivant : « ce qui va, peut et doit mourir/survivre/vivre », suite à la crise du Covid-19.

Parmi les ateliers proposés, retenons notamment celui-ci, intitulé « Greta Thunberg, Killian Mbappé et Billie Eilish entrent dans une église… » – L’Évangile et la génération Z – animé par Joseph Gotte et Edouard Vandeventer.  Les notes et réflexions  (dépassant largement le cadre d’un simple compte-rendu d’atelier) qui suivent sont d’une participante, Josiane Ngongang, que je remercie (ainsi que Joseph), pour son aimable autorisation à les partager ici.

Loin d’être « ringarde », ce que l’Eglise, communauté chrétienne, peut apporter à la génération « Z » (ou « Digitals Natives ») :

– un lieu de sécurité et de confiance: face à la peur et à l’angoisse auxquelles ils sont confrontés au quotidien (infos anxiogènes, surinformation,…), l’Eglise/les chrétiens peuvent leur apporter de la sécurité, des relations basées sur la confiance, des exemples de foi en Dieu, de l’aide concrète aussi – si besoin de refuge par ex.

– un lieu de relations incarnées : face à la virtualisation et digitalisation, l’église peut être le lieu de rencontres et partage de séquences de vie avec les Z. Grace à cela ils pourront voir concrètement comment l’Evangile est pertinent dans le concret et l’ordinaire de la vie et des relations.

Authenticité, vulnérabilité, pardon, vérité, écoute…autant de choses à découvrir et expérimenter via les relations.

– un lieu de relations constantes: face au désengagement (divorces, relations sans lendemain, parentalité absente..) l’Eglise peut être présente sur la durée, être une constante dans leur vie, toujours prête à les accueillir -même et surtout quand ils sont en situation délicate, en proie à la culpabilité et la honte. Persévérance, accueil, cheminement, accompagnement sont les mots clés.

– un laboratoire pour expérimenter: face à la soif spirituelle et l’ouverture à toutes les spiritualités, l’Eglise peut faciliter des expériences/rencontres avec le Saint Esprit pour les jeunes eux-mêmes ou du moins être le lieu où ils voient l’Esprit à l’œuvre tangiblement et profondément pour transformer les vies. Surprise et déplacement seront au rdv.

– un lieu de de formation et action: face au désir de se dépasser, de faire bouger les choses dans son époque, l’Eglise peut mobiliser les jeunes dans la mission que Dieu a pour leur vie. Les aider à la découvrir et les encourager à se joindre à ce que le Seigneur fait déjà – une cause énorme. L’Eglise peut les former au service et prendre des risques pour les faire progresser. Elle peut aussi les former à discerner le.s combat.s spirituel.s qui font rage autour d’eux et à se battre avec les armes spirituelles de Dieu pour tenir ferme et étendre le règne de Christ dans leur vie dans leur monde.

Enfin, l’Eglise est le lieu où les jeunes pourront être sensibilisés à la justice « holistique » de Dieu et se battre pour qu’elle progresse dans ce monde.

– un lieu de découverte: face à la grande question « qui suis je? » qui taraude la société et cette génération, l’Eglise peut être l’instrument par lequel chacun découvre qui il est vraiment, l’identité qui lui a été donnée en Christ et qui va donner un  sens à leur vie.

L’Eglise peut les aider à se libérer des injonctions à rentrer dans des cases souvent enfermantes et prévues par leur entourage ou la société.

Par l’Eglise chaque jeune peut rencontrer Jésus Christ et se mettre à marcher à sa suite, en communauté et en confiance.

Et c’est cela qui nous est demandé: faire des disciples de Christ (En les accueillant, en les découvrant, en les accompagnant, et …en apprenant d’eux.)

Le défi est de les rejoindre là où ils en sont et avec l’aide de Dieu les propulser bien plus loin, et en premier lieu dans les bras de leur Père Céleste.

Au-delà des programmes qui marchent bien (et qu’il ne faut pas forcément abandonner!), des bonnes prédications et illustrations,  nous avons un trésor inestimable et un flambeau à transmettre: la relation avec Dieu, et les uns avec les autres.

A la fin de la journée, les jeunes ne se souviendront pas forcément des programmes mais de comment ils auront été accueillis, encouragés, défiés, soutenus, pardonnés et AIMÉS par l’Eglise.

 

Que notre priorité soit d’aimer et transmettre l’amour de Dieu aux jeunes. Allons-y avec nos imperfections et faiblesses mais aussi avec la force, la sagesse et la persévérance que nous donnera le Saint Esprit !

4 réflexions sur “Ce que l’Eglise, communauté chrétienne, peut apporter à la génération « Z » (ou « Digitals Natives »)

  1. Pingback: L’acte du mois : penser ensemble « l’Eglise d’après » – PEP'S CAFE !

  2. Pingback: Pep’s café a 8 ans ! – PEP'S CAFE !

  3. Pingback: Communion : le défi inclusif de Jésus face à nos tentations exclusives – PEP'S CAFE !

  4. Pingback: « Ceux qui sont remplis de l’Esprit se parlent » – PEP'S CAFE !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s