Le Défi biblique de l’été : Habakuk, par Jean

Dieu laisse-t-il faire le mal ? Une question existentielle dans le livre du prophète Habakuk (Source image : rawpixel)

Voici le premier défi biblique, dont le principe a été présenté ici : Jean, que je remercie pour son texte et pour avoir été le premier à répondre, nous présente Habakuk.

Quel est ce livre ?

Le livre d’Habakuk est situé à la fin de l’Ancien Testament [première partie de la Bible], dans la série des petits prophètes. Ces prophètes recevaient des messages de Dieu à transmettre au peuple d’Israël. Dieu nous les a conservés car en plus de l’application directe à Israël à cette époque, Dieu nous parle par eux aujourd’hui. Comme toute la Bible, ce livre nous dit qui est Dieu et ce qu’il veut pour nous.

Pourquoi sa lecture représente-t-elle un défi pour moi ?
Pour son actualité saisissante, pourquoi Dieu laisse faire le mal, ce que Dieu propose au fidèle : de se réjouir

Qu’est-ce qui m’a bousculé/interpellé/impressionné dans cette lecture ?
Au chapitre 1, Dieu laisse faire le mal et le prophète ne comprend pas, Effrayé, il demande si le méchant sera puni.
Au chapitre 2, Dieu lui recommande d’être patient : les justes doivent être fidèles à leur foi. Les méchants seront châtiés pour leurs pillages, leur violence et leur idolâtrie.
Le chapitre 3 contient une prière d’Habacuc dans laquelle il reconnaît la justice de Dieu.

Le verset qui m’inspire :  « Car le figuier ne fleurira pas, et il n’y aura point de produit dans les vignes ; le travail de l’olivier mentira, et les campagnes ne produiront pas de nourriture ; les brebis manqueront dans le parc, et il n’y aura pas de bœufs dans les étables ; Mais moi, je me réjouirai en l’Éternel, je m’égayerai dans le Dieu de mon salut »(3.17.18)

C’est le verset anti-consommation par excellence. Notre bonheur n’est pas dans l’abondance matérielle.