C’est ainsi que certains espèrent le réveil : comme d’autres attendent le Messie

« Ils avaient en vue une réforme que Dieu lui-même devait opérer dans l’Eglise, mais ils ne songeaient point que cette réforme devait commencer par eux… » (Source : public domain pictures)

« Hélas ! Nous avons longtemps parlé de la réforme [ou du réveil] de l’Eglise ; nous l’avons hâtée de nos vœux et de nos prières, et cependant nous l’avons négligée et nous la négligeons encore. Il semble, par notre conduite, que nous ignorions complètement en quoi consiste cette réforme, objet de tant de vœux (….). D’où vient cet étrange aveuglement ? Comment des hommes pieux ont-ils pu s’abuser si grossièrement ? La cause est facile à comprendre. Ils avaient en vue une réforme que Dieu lui-même devait opérer dans l’Eglise, mais ils ne songeaient point que cette réforme devait commencer par eux. Ils considéraient la fin, mais non les moyens. Ils espéraient sans doute que tout serait réformé, excepté eux et sans eux ; que le Saint-Esprit descendrait miraculeusement sur la terre ; qu’un ange ou qu’un prophète, venu du ciel, amènerait le renouvellement et la restauration de l’Eglise ; que le glaive de la loi frapperait les pécheurs et les forcerait à l’amendement. (….)Nous nous étions tous un peu persuadés que lorsque les impies auraient été amenés à reconnaître notre autorité, ils seraient par cela même convertis et conduits de force dans le chemin du salut. Mais nous nous faisions d’étranges illusions ; et si nous avions exactement connu les moyens par lesquels la réforme devait s’effectuer, peut-être quelques-uns auraient-ils été moins ardents à la demander. La réforme est pour plusieurs d’entre nous ce que le Messie était pour les Juifs. Avant sa venue, ils soupiraient après lui, ils se glorifiaient en lui, ils se réjouissaient dans l’espérance de son avènement ; dès qu’il fut descendu sur la terre, ils ne purent le souffrir ; ils le persécutèrent de leur haine ; ils refusèrent de croire que c’était là celui qu’ils attendaient (…) et le firent mourir (….).

Le Seigneur que vous cherchez et l’ange de l’alliance que vous désirez entreront dans son temple : et qui pourra soutenir le jour de sa venue ? Qui pourra subsister quand il paraîtra ? Car il sera comme un feu qui raffine et comme le savon des foulons ; et il sera assis comme celui qui affine  et qui purifie l’argent ; il nettoiera les fils de Lévi ; il les purifiera comme l’or et l’argent, et ils apporteront à l’Eternel des oblations dans la justice (Mal. 3v1-3).

La raison en est qu’ils attendaient un messie glorieux qui devait leur apporter la puissance et la liberté. C’est ainsi que plusieurs d’entre nous envisageaient la réforme. Ils espéraient une réforme qui leur procurerait la richesse, l’honneur, le pouvoir ; ils reconnaissaient maintenant qu’elle leur impose un surcroît de travail et de soins. Ils se flattaient qu’elle mettrait les impies à leurs pieds. Ils s’aperçoivent  maintenant que c’est à eux à jouer le rôle de suppliants, à se jeter aux pieds des pécheurs non convertis, à solliciter humblement à la piété ceux qui autrefois menaçaient leur vie, à les gagner à force de mansuétude, de tendresse et de charité. Certes, ce n’est point là la réalisation de leurs espérances charnelles ».

Tiré du « Pasteur chrétien » (« The reformed pastor ») de Richard Baxter, pasteur et théologien anglais (1615-1691). Ed. Publications chrétiennes, 2016 (Impact Héritage), pp 163-164. Un appel à tous les pasteurs, « ministres de l’Evangile », relatif à leurs devoirs et obligations.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s