« La nature exposée » d’Erri de Luca : le scandale d’une vérité nue

« La nature exposée » d’Erri de Luca, un « récit théologique »

De même que l’on ne saurait apprécier la subtilité d’un vin en le buvant « cul sec », un livre d’Erri de Luca ne se lit pas d’une traite mais à petites gorgées.

« La nature exposée »(1), ouvrage d’Erri de Luca que j’ai terminé fin avril, est « un récit théologique », dont le sujet vient d’une écoute.

Dans un village au pied de la montagne, un sculpteur aide des clandestins à franchir la frontière. Il se fait payer, « comme les autres », comme ses collègues passeurs, sauf qu’il rend l’argent une fois les clandestins conduits « de l’autre côté ».

Un jour, ce geste est médiatisé par l’un de ceux que le sculpteur a accompagné – un écrivain, qui en fait un livre, qui se trouve avoir du succès ! « De la camelote », réplique le sculpteur, estimant que « les lecteurs d’aujourd’hui ne sont pas difficiles ». Par ces mots prêtés à son personnage, Erri de Luca me paraît égratigner au passage cette mode du « storytelling » et de la surmédiatisation de l’exploit individuel, une dérive qui nous fait passer à côté des vrais sujets.

Le sculpteur décide alors de quitter le village. Je pense au Seigneur Jésus-Christ, qui, lorsqu’ « il apprit que les Pharisiens avaient entendu dire qu’il faisait plus de disciples et en baptisait plus que Jean », décida de « quitter la Judée pour regagner la Samarie » (Jean 4v1-3). Il se voit confier par un curé une bien étrange mission : restaurer une croix de marbre et révéler « la nature » qui se cache sous le pagne du Christ. L’enjeu est de taille, d’autant plus que d’autres sculpteurs consultés ont déjà renoncé……

Présenté ainsi, le traitement du sujet paraît osé, scandaleux et irrévérencieux, mais à l’instar de son personnage de sculpteur, Erri de Luca est parfaitement conscient de la valeur et du caractère sacré du matériau qu’il manipule(2). En tant qu’auteur, il est bien « créateur », en ce qu’il « force les limites en s’écorchant les mains pour ouvrir un nouveau passage », mais sans oublier d’être humble (op. cit.p 45). Paradoxalement, alors qu’il se définit, non pas comme un athée, mais comme « quelqu’un qui ne croit pas », Erri Luca nous permet d’approcher de manière nouvelle et naturelle l’humanité du Christ, et par là même la valeur et la vérité de son sacrifice, non pas avec orgueil ou vanité, mais « avec crainte et tremblement ».

Retrouver « l’original », c’est assurer le scandale d’une vérité nue(3), d’autant plus qu’est « scandale le messie crucifié » et « folie (pour ceux qui se perdent) le langage de la croix ». Mais pour ceux qui croient, il est « puissance et sagesse de Dieu » (1 Cor.1v18, 23).

Lecteurs « peu exigeants », « touristes » et « indifférents », s’abstenir…..

 

 

Notes :

(1) La Nature exposée, Erri de Luca. Gallimard, 2016 (Folio junior)

(2) « Les mots du crucifié sont sacrés » et « la raison pour laquelle il accepte le sacrifice sans se dérober est sacrée », explique le personnage du sculpteur (op. cit., pp 49-50).

(3) Celle qui nous apprend que « dans les crucifixions le condamné était hissé nu » (Op. cit., p 31).