Tu n’auras pas d’images, tu auras un livre

« Ils virent sa parole faire : sur la roche et à l’intérieur de chacun. Ils virent la voix… » (Erri de Luca)

Lectures : 

Exode 20v1-4 et ss ; Deut.5 ; Hébr.4v12 ; 1 Pie.1v23-25

« Tu n’auras pas pour toi Elohim autre au-dessus de mes visages », dit Dieu sans faire voir au peuple qu’Il s’est choisi pour lui appartenir en propre. C’est perturbant pour ceux qui aiment les représentations mentales, « se faire leur film » et pour ceux qui aiment bien le spectaculaire.

Or, déclare Dieu, « Jusque-là, tu as connu les représentations des idoles, sous-espèce d’argile, de bois, de fer et même d’or. Désormais, aucune image ne devra se superposer aux paroles que tu écoutes, à la voix qui écrit sur la roche. Ce sont les lettres qui fourniront l’image de la divinité, qui la démontreront, ce qui est le contraire de montrer. Tu n’auras pas d’images, d’illustrations, tu auras un livre.

Je serais avec toi, ai-je dit à ton prophète, la première fois qu’il est monté au Sinaï. Voilà mes paroles, le seul bagage pour les générations [C’est pour cela que le peuple porte, via l’Arche ou coffre de l’Alliance, les Paroles – et non l’image – de Dieu] Souviens-toi d’Abraham qui partit en serrant sur son cœur celles qu’il avait reçues et qui détruisit les idoles de son père ».

Avec la sculpture sur la roche, chacun écoutait en lui-même l’écho d’une explication. A ce moment-là, ils oublièrent les Elohim des autres qu’ils avaient vus en Egypte. Dans leurs sens réunis circulait la manifestation physique de la divinité. Telle est la révélation (…). Ils virent sa parole faire : sur la roche et à l’intérieur de chacun. Ils virent la voix (…). Etreints par l’émotion, ils répondirent à l’envers : nous ferons et nous écouterons. Car cette parole faisait et exigeait donc en réponse le verbe faire. Nous ferons : tout de suite. Nous écouterons : car elle restera scellée dans l’écoute.

(Erri de Luca. Et il dit. Gallimard, 2012. Du monde entier, pp 44-45)

La Parole est ce qui se dit et ce qui se fait. C’est ainsi que l’Ecriture Sainte est efficiente en tant que Parole de Dieu. Elle est vivante, active et agissante, propre à nous transformer, indépendamment de nos œuvres. Et la seule oeuvre qui nous est demandée de faire, dit le Seigneur Jésus en réponse à ceux qui lui demandent « comment faire (les oeuvres de Dieu) », c’est de croire en Celui que l’on entend mais que l’on ne voit pas, mais qui ne cesse pas d’être Seigneur quand Il parle.