Education sexuelle à l’école : le gouvernement choisit la prudence (ou le recul stratégique)

« C’est à ce prix que nos enfants seront protégés, pour le moment… » (Dr Maurice Berger) Mais à quel prix ? (Source : Public domain pictures)

Si vous l’aviez raté, voici une lecture de rattrapage de notre article « Vers une éducation sexuelle précoce à l’école ? Comment s’y retrouver ? », lequel a été bien relayé, notamment par notre partenaire « Déconstruction de l’homme »(1), et recommandé par le CPDH (2) et le CNEF(3). Merci à eux et merci à tous ceux qui ont apprécié l’article comme étant propre à répondre à un besoin d’information fiable et pertinente sur le sujet.

Depuis, qu’en est-il ?

La fameuse circulaire de rentrée, annoncée pendant l’été, est finalement parue au BO le jeudi 13/09(4), annulant et remplaçant la circulaire n° 2003-027 du 17 février 2003 relative à l’éducation à la sexualité dans les écoles, les collèges et les lycées. Elle rappelle que trois séances par an doivent être consacrées à l’éducation sexuelle pour les élèves de l’école primaire au lycée. Sur le site du ministère de l’Education nationale, il est précisé que « cette éducation vise à la connaissance, au respect de soi, de son corps et au respect d’autrui, sans dimension sexuelle stricto sensu à l’école élémentaire. Elle est complétée, à l’adolescence, par une compréhension de la sexualité et des comportements sexuels dans le respect de l’autre et de son corps. L’enfance et l’intimité sont pleinement respectées »(4). Visant à « favoriser l’estime de soi, le respect de soi et d’autrui et l’acception des différences », il s’agira « d’apporter aux élèves des informations objectives et des connaissances scientifiques, et de développer leur réflexion et leur esprit critique », en abordant des thèmes tels que : la prévention des violences sexuelles et sexistes, l’égalité filles-garçons, la contraception, les maladies sexuellement transmissibles, le cyberharcèlement, les risques d’une exposition aux images pornographiques…

Ceci dit, cette annonce invalide-t-elle les alertes précédentes, relatives aux risques d’une éducation sexuelle précoce à l’école ?

Plus précisément, le travail de veille intelligente a plutôt eu un double effet, positif et paradoxal tout à la fois :

Notons premièrement le soin extrême, avec lequel le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer répète sa volonté d’appliquer la seule loi de 2001 [comme pour nous dire « il n’y a pas de nouvelle loi », contrairement aux rumeurs], appelant les enseignants et intervenants extérieurs amenés à dispenser ces enseignements à « faire preuve d’une grande vigilance«  pour qu’ils soient « pleinement adaptés à l’âge des enfants » et à « agir, en la matière, dans le plus grand respect des consciences« (4). Avec pour probable conséquence des contenus de programmes plus « softs », lestés de tout support susceptible d’être choquant…pour cette année, du moins.

Une telle prudence (que d’aucun pourront interpréter comme un recul) constitue déjà en soi un premier point positif, doublé du paradoxe suivant : du fait de cette prudence (ou de ce recul) du gouvernement en la matière, les alertes intelligentes concernant « les Standards européens », et par là même les dangers d’une éducation sexuelle précoce dès la maternelle, deviennent donc des fake news ! « Mais c’est à ce prix que les enfants seront protégés, pour le moment », souligne dans un communiqué récent le Dr Maurice Berger, lui-même accusé indirectement de diffuser des rumeurs (5).

Notons que les Ecritures bibliques nous donnent trois exemples de prophéties qui ne se sont pas réalisées : la prophétie de Jonas contre Ninive (Jonas 1-4), l’annonce du jugement contre le roi Achab par Elie (1 Rois 21v17-29), et l’annonce de la mort du roi Ezéchias par Esaïe (2 Rois 20v1-11). Non pas parce que ces trois véritables prophètes de l’Eternel aient commis des erreurs ou que leurs prophéties aient été délibérément fausses, mais parce que les destinataires respectifs des jugements prononcés se sont repentis. Or, dans le cas du gouvernement, point, ni même « assez de repentance », puisque relève encore le Dr Berger, « seule la loi de 2001 est citée, comme insuffisamment appliquée », et que se trouve complètement occulté « le fait que le dernier plan Stratégie de santé sexuelle du Ministère de la Santé du 30 mars 2017 avait pour objectif de « déployer l’éducation à la sexualité de la maternelle au lycée »(p 14) ! »(5). Néanmoins, relevons ce geste symbolique important (de sagesse ou…de prudence) du ministre : le retrait discret mais non moins effectif, il y a peu, de la référence aux « Standards européens d’éducation à la sexualité » de l’OMS de la plateforme de référence de l’Education Nationale CANOPE(6).

Ceci dit, l’action de veille intelligente a eu cet autre effet positif, puisque « des parents qui se sentaient isolés jusque-là peuvent se regrouper s’ils le souhaitent, et/ou demander à faire partie des délégués des parents d’élèves. Ils se sentent une légitimité à être informés précisément et à l’avance, et une vigilance s’est donc instaurée »(5). En clair, un parent averti en vaut deux…

To be continued….

 

Voir aussi :

Alors que vient d’être publiée, jeudi 13 septembre, la circulaire pour relancer l’éducation à la sexualité, le psychanalyste Jacques Arènes met en garde l’école contre tout discours « normatif », susceptible d’invalider la transmission familiale. « L’école se veut un lieu d’émancipation mais elle doit aussi respecter les opinions et attitudes des parents, à condition bien sûr que celles-ci restent dans les limites de la loi. Les positions peuvent varier grandement d’un parent à l’autre. Elles peuvent même évoluer chez un même parent, en fonction des profils et des besoins des différents membres de la fratrie. L’école doit aider les jeunes à faire leurs choix, tout en veillant à ne pas invalider leurs parents, au motif par exemple qu’ils auraient des attitudes rétrogrades(…)Il faut à la fois dédramatiser et indiquer qu’il n’y a aucune obligation d’avoir des relations sexuelles à quelque âge que ce soit. Montrer sans jugement de valeur que l’on peut avoir sur le sujet des opinions personnelles, des options religieuses ou philosophiques, des modèles familiaux très différents » (https://www.la-croix.com/Famille/Education/Education-sexualite-lecole-doit-tenir-discours-ouvert-2018-09-10-1200967647 )

 

Notes : 

(1) « Déconstruction de l’homme », ou « critique du système technicien », est un blogue inspiré par la pensée de Jacques Ellul. Son fondateur et animateur est Eric Lemaître, socio-économiste spécialisé sur les questions éthique, qui s’est employé depuis bientôt trois ans à nous sensibiliser sur les questions touchant le transhumanisme, l’économie numérique et la prétention de la technoscience à satisfaire les besoins de l’homme aspirant à être l’égal de Dieu.

(2) Depuis 1999, Le Comité Protestant évangélique pour la Dignité Humaine (CPDH) « regroupe des chrétiens issus de tout le protestantisme en France et en Europe et a pour objet de promouvoir le respect de la dignité humaine, la défense et la protection des droits de l’enfant, de la femme, et de l’homme d’une manière générale, la protection du droit à la vie de tout être humain, de sa conception jusqu’à sa mort naturelle ». Néanmoins, ses champs d’action vont bien au-delà de la seule « bioéthique ». Voir aussi sa charte.

(3) Le CNEF est le Conseil National des Evangéliques de France. Né en 2010, Il regroupe 30 dénominations protestantes évangéliques en France.« Parce qu’il croit que l’Évangile de Jésus-Christ répond au besoin essentiel de l’homme d’aujourd’hui, le CNEF souhaite rendre plus perceptible la présence des évangéliques dans la société. Il souhaite être la voix des protestants évangéliques pour faire entendre, lorsque cela est nécessaire, une parole appropriée. Ses objectifs principaux sont : Améliorer la visibilité du protestantisme évangélique ; Favoriser la concertation et la collaboration entre ses membres de façon à développer leur action ; Encourager l’évangélisation, la formation, l’entraide et le témoignage chrétien ; Stimuler la vision de l’implantation de nouvelles Églises locales pour qu’il y en ait au moins une pour 10 000 habitants en moyenne, afin que le message de l’Évangile s’incarne en tout lieu ».

Consulter la revue de presse de septembre du CNEF, laquelle comprend une sélection d’articles sur des sujets concernant directement ou indirectement les chrétiens évangéliques de France.

(4) Voir http://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?cid_bo=133890 et http://www.education.gouv.fr/cid133963/au-bo-du-13-septembre-2018-education-a-la-sexualite-et-partenariats.html

(5) Lire le droit de réponse du Dr Berger contre les accusations de fake news sur le site des « Professionnels contre l’éducation sexuelle et les droits sexuels » 

(6) Voir ici. De fait, seul le Planning familial, association habilitée à intervenir en milieu scolaire, fait encore référence à ces Standards, dans une récente publication début septembre 2018 « le planning sort un référentiel sur l’éducation à la sexualité »(cf p 18).

 

 

4 réflexions sur “Education sexuelle à l’école : le gouvernement choisit la prudence (ou le recul stratégique)

  1. Très bonne synthèse! VOILA COMMENT DES PARENTS CHRETIENS DOIVENT REAGIR (suggéré par le Dr. Berger aussi) : « ils peuvent se regrouper s’ils le souhaitent, et/ou demander à faire partie des délégués des parents d’élèves. Ils se sentent une légitimité à être informés précisément et à l’avance, et une vigilance s’est donc instaurée… » Bien, à mon avis, cette mobilisation parentale est impérative. Quand mes filles étaient à l’école publique, je me suis présentée chaque année, alors ne perdons pas de temps, car notre voix serait peut-être plus entendu au niveau local qu’au niveau national, au moins pour le moment.

    • Bonjour Kathryn,

      je te remercie pour ton commentaire, ainsi que pour ce témoignage.
      En effet, « ne perdons pas de temps », d’autant plus que la pression médiatique tend à retomber depuis une semaine, avec un risque de baisse de vigilance.

      Bien fraternellement et à bientôt !
      Pep’s

  2. Je crois en effet à l’importance de relayer une information vérifiée, et d’être viscéralement attachée à la vérité tout en étant extrêmement prudent vis-à-vis des idéologies ambiantes. L’article n’est pas dans une posture qui s’inscrit dans la volonté de polémiquer mais c’est à chacun d’être averti et d’être en quelque sorte vigile pour ne pas nous laisser entraîner dans la post modernité qui par des stratégies de petits pas nous conduirait à abandonner l’éveil de toute conscience visant à protéger nos enfants….Alors restons bienveillants mais prudents !

    • Bonjour Eric,

      merci à toi pour ta lecture attentive et bienveillante, ainsi que pour cette réflexion.
      Aux « (é)veilleurs » de rester (r)éveillés !

      Bien fraternellement et dans la joie de te lire bientôt,
      Pep’s

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s