Dans les coulisses de « Promesses », revue de réflexion biblique

La revue « Promesses » : le résultat d’un travail d’équipe, dans le but d’être « une référence biblique solide dans un monde en perte de repères ». (Source : rawpixel)

Joël et Anne Prohin, que j’ai le plaisir de connaître, ont bien voulu « jouer le jeu » des questions-réponses par mail, pour PEP’S CAFE, afin de nous parler de « Promesses »(1) et de leur engagement au sein d’une revue édifiante et pratique, à la longévité étonnante (elle paraît depuis 1967 !) et dont la mission est « d’être une référence biblique solide dans un monde en perte de repères ».

Merci à eux pour le soin extrême avec lequel ils ont bien voulu nous éclairer !

 

Présentez-vous (en quelques mots) !

Nous sommes mariés depuis bientôt 25 ans. Nous avons deux filles adultes et, en parallèle avec nos activités professionnelles (dans la finance pour Joël, dans l’aide bénévole aux étrangers pour Anne), nous sommes impliqués dans notre église locale et dans l’enseignement biblique.

Comment vous êtes-vous engagés au sein de cette revue ? Est-ce là votre première collaboration de ce type ?

Le co-fondateur de la revue, Henri Lüscher, a pris contact avec nous par le moyen d’un ami commun au début des années 2000. Nous avons sympathisé et comme il souhaitait élargir le comité de rédaction de la revue pour préparer le passage de témoin à de plus jeunes, nous nous y sommes engagés… et nous y sommes encore.

Nous avions déjà eu l’occasion de collaborer à des travaux de rédaction : pour la série de commentaires bibliques « Sondez les Ecritures » dans les années 1990 et pour la revue d’édification quotidienne « Plaire au Seigneur ».

Comment définissez-vous votre travail au sein de « Promesses » ?

Notre rôle est principalement dans la rédaction : nous sommes responsables ou co-responsables de 1 ou 2 des 4 numéros annuels. Nous recherchons des articles, contactons les auteurs, réécrivons parfois des textes ou les mettons en forme, rédigeons nous-mêmes des articles. Ensuite nous les soumettons au comité de rédaction, intégrons les modifications proposées en coordination avec les auteurs et assurons la relation avec le graphiste et l’imprimeur pour la finalisation du numéro. Pour les numéros dont nous ne sommes pas directement responsables, nous relisons tous les articles et participons au comité de rédaction. Parfois s’ajoute un travail de correspondance avec les lecteurs qui posent des questions ou font des remarques.

Enfin, nous contribuons aux différentes réflexions autour de la revue (site internet, diffusion, etc.).

Et n’oublions pas la publicité ! Nous avons à coeur de faire connaître autour de nous la revue, en particulier lorsque nous sommes invités dans une nouvelle église ou que nous sommes en contact avec des chrétiens qui ne la connaissent pas.

1)Comment et pourquoi est né « Promesses « ? Comment définiriez-vous cette revue en une phrase ?

« Promesses » est né à l’initiative de deux chrétiens évangéliques suisses [RH. Guignard et H. Lüscher] qui souhaitaient mettre à disposition du public francophone (européen et africain) une revue de réflexion biblique.

En une phrase : « Promesses » est une revue évangélique interconfessionnelle qui vise à proposer une réflexion biblique à la fois accessible et approfondie, à destination des pasteurs, des responsables d’églises et de tout chrétien qui souhaite approfondir ses connaissances de l’Écriture et réfléchir aux enjeux actuels à la lumière de la Bible.

Comment s’est faite l’évolution de ce que l’on appelait au départ « un cahier d’études bibliques » à une « revue de réflexion biblique » ? (Cf l’intention affichée par les fondateurs dans l’édito du premier numéro de 1967)

Depuis que nous collaborons à « Promesses », la ligne n’a pas beaucoup changé. L’objectif est un peu plus large que simplement des « études bibliques » : il vise également à proposer des pistes de réflexion basées sur l’Écriture sur des thèmes théologiques, pratiques ou d’actualité. C’est pourquoi chaque année, nous consacrons un numéro à un livre biblique, un autre à un sujet théologique, un autre à un sujet pratique et enfin un autre à un sujet d’actualité.

2)« Passer le témoin » (« Promesses » de Jan-Mar 2009, N°167) est mon premier numéro d’abonné : comment cette transmission s’est-elle opérée, au sein de « Promesses », sachant la longévité remarquable de la revue (née en 1967) ? Qui est le plus ancien encore en activité et le plus « jeune » (dernier arrivé) dans l’équipe ?

Le plus ancien est le co-fondateur, Henri Lüscher, qui, à plus de 85 ans, est encore présent et impliqué dans la revue. Le plus jeune, Nathanaël Bourgeois, a une quarantaine d’années.

3)Qui lit « Promesses » et pourquoi ?

Le lectorat se répartit essentiellement entre les pays européens francophones ainsi que le Canada, et l’Afrique. Il se compose de pasteurs, enseignants de faculté de théologie, responsables d’églises, anciens, et aussi d’un bon nombre de chrétiens intéressés par une réflexion biblique. Il a tendance à vieillir et un de nos enjeux, comme pour d’autres revues, est de toucher les plus jeunes, moins enclins à s’abonner à une revue papier.

4) »Promesses » se qualifie-t-elle comme une revue indépendante ? Quel est son modèle économique ?

Les abonnements à prix plein couvrent les frais de mise en page, d’impression et d’envoi pour la personne abonnée et laissent une marge permettant de subventionner les revues qui sont expédiées en Afrique. Les dons et le surplus des abonnements dits « de soutien » permettent également de contribuer à ce fort subventionnement envers l’Afrique. La générosité des donateurs a permis d’accumuler « un petit matelas », mais qui s’amenuise chaque année. A terme, il faudra soit relever le prix des abonnements pour l’Afrique, soit diminuer le nombre d’envois. Ajoutons que les auteurs sont tous bénévoles et qu’il n’y a aucun droit d’auteur perçu.

Comment la revue se positionne-t-elle théologiquement et doctrinalement ? Quels sont vos liens avec les différentes dénominations évangéliques et même avec le protestantisme en général ?

La revue dispose d’une confession de foi disponible sur le site. Elle est protestante, évangélique, « fondamentaliste » dans le bon sens du terme c’est-à-dire attachée aux fondements bibliques de la foi chrétienne, en particulier à l’inerrance et à l’inspiration de la Bible. Elle accueille des signatures qui ne sont pas forcément en accord avec tous les points de cette confession de foi, mais qui sont en accord avec le point traité dans l’article.

Il n’y a aucun lien institutionnel avec une dénomination particulière, même s’il se trouve que le comité de rédaction est formé en majorité de chrétiens issus de l’Action biblique et des Assemblées de frères. La revue est ouverte aux diverses « plumes » évangéliques, quelles que soient leur rattachement ecclésiastique.

5)Comment réussissez-vous cette harmonie – des articles longs et profonds mais accessibles au non spécialiste ?  Comment vous démarquez-vous de ces autres publications, telles « La Revue réformée » ou « les cahiers de l’école pastorale » ?

La revue est moins ambitieuse sur le plan théologique que La Revue réformée ou Théologie évangélique mais propose aussi une réflexion plus biblique et moins axée sur l’actualité que Christianisme aujourd’hui. Les articles font en général entre 3 et 6 pages, ce qui laisse une place suffisante à un développement construit, sans pour autant tomber dans la dissertation pour spécialiste. Cet équilibre entre profondeur et accessibilité est toujours délicat à maintenir et c’est un exercice constant pour chaque numéro.

6) En témoigne votre façon de traiter certains sujets d’actualité/de société (Ex : la crise financière en 2008, la différence homme/femme, l’écologie, la justice sociale, le regard sur l’autre, la laïcité, le travail et le chômage – avec ces articles parmi d’autres : « un chrétien peut-il faire grève », « Dieu l’inventeur des congés payés »….), diriez-vous que « Promesses » est une revue « engagée », plutôt à « contre-courant » de certaines tendances dites « conservatrices » ou « libérales », sur ces sujets ? 

Promesses ne se veut pas « engagée » mais elle cherche à appliquer l’immuable Parole de Dieu au contexte actuel, dans toute sa complexité. Nous ne pouvons donc pas faire l’économie d’une approche mesurée, sensible à la complexité des enjeux contemporains. En même temps, nous ne cherchons à faire aucune compromission avec l’air du temps et nous visons avant tout à rester dans l’esprit du texte biblique.

7) Le numéro sur « en attendant le mariage »(183) a vite été épuisé : comment expliquez-vous ce succès ? Une réimpression est-elle à l’ordre du jour ?

Les relations entre garçons et filles — hommes et femmes, pourrions-nous dire — sont de plus en plus compliquées, alors même qu’elles paraissent extérieurement plus simples et plus directes. Voilà pourquoi, peut-être, ce numéro a-t-il rencontré un tel succès. Nous aborderons à nouveau ce thème dans un prochain numéro, car il est très important et les lecteurs y sont sensibles.

8) Les coulisses de « Promesses » : Comment se réalisent les numéros de « Promesses » ? Comment travaillez-vous ? Comment sélectionnez-vous les articles à paraître ? 

Les thèmes sont sélectionnés lors de l’assemblée générale annuelle. Chacun des 4 numéros annuels est attribué à un membre de l’équipe (parfois en duo) qui est alors responsable de rechercher les articles. La composition d’un numéro est toujours un exercice délicat : il faut équilibrer les styles, les approches, les divers aspects du thème retenu… Tous les membres du comité de rédaction contribuent à la recherche d’articles, mais c’est bien sûr le responsable du numéro qui a la part la plus lourde. Les articles sont soit des rédactions originales pour la revue, soit des reprises d’articles antérieurs de revues diverses, soit des transcriptions de messages bibliques donnés ici ou là, soit des extraits de livres épuisés. Certains sont traduits de l’anglais. Nous essayons de diversifier les origines des articles, mais il y a forcément un biais lié au cercle de connaissances du responsable de numéro.

Quelle est l’ambiance-type d’une conférence de rédaction de « Promesses » ? Est-il facile de « défendre »/d’être d’accord sur le choix de certains articles/sujets ? Comment les sensibilités évangéliques s’harmonisent-elles au sein de l’équipe ?

L’harmonie est toujours à rechercher… mais c’est un objectif qui n’est pas facile à atteindre ! Les sensibilités au sein du comité sont parfois diverses, certains étant par exemple plus attentifs à des dérives que d’autres. Certains détails d’interprétation peuvent parfois nourrir de vifs débats. Mais nous sommes unis dans un même objectif et notre convergence de vues sur les grandes doctrines nous aide à progresser vers un consensus à chaque numéro.

Quel est le rôle du « comité de soutien » ? Comment s’est-il constitué ?

Le comité de soutien regroupe des figures connues du monde évangélique ou des anciens membres du comité de rédaction qui, sans s’impliquer directement dans la confection des numéros, souhaitent contribuer au rayonnement de la revue et à sa crédibilité.

« Promesses », « une affaire d’hommes » ? Vous a-t-on déjà dit que la revue manquait peut-être d’un point de vue plus féminin ? (cf numéro sur le travail)

Nous essayons de diversifier les genres… (Anne a d’ailleurs ouvert la voie en étant la première femme à intégrer le groupe des collaborateurs de Promesses) mais les plumes féminines ne sont pas légion parmi les évangéliques. Si certaines lectrices de ce blog sont intéressées pour contribuer, ce sera volontiers. A bonne entendeuse salut !

Aujourd’hui, il est presque banal de dire que la presse papier traditionnelle serait en voie d’extinction : Pourquoi continuer à choisir le papier ? Quel est le rôle du site ? Le considérez-vous comme un complément de la revue, à moins que cela ne puisse – prochainement – être l’inverse ?

Le site se veut en complément de la revue papier. Nous y mettons les numéros avec un an de retard pour ne pas phagocyter la publication papier. Nous sommes encouragés par la fréquentation du site qui est orientée à la hausse. Mais le modèle économique repose quand même sur la revue papier. Cela étant, dans l’avenir, peut-être nous faudra-t-il reconsidérer les choses.

« Promesses » est-elle suffisamment connue, notamment en France, en Europe et ailleurs, selon vous ? Qu’est-ce qui contribue à faire connaître la revue ? Comment assurez-vous sa promotion ? 

Non, nous aimerions que la revue soit davantage connue ! La promotion se fait par le bouche à oreille et repose surtout sur les membres du comité de rédaction : lorsque nous allons dans une église locale, à l’occasion de forums chrétiens, lors de contacts avec des responsables chrétiens, nous en laissons quelques exemplaires. Nous avons également procédé à des publicités via la Maison de la Bible ou la CLC, en annexant un flyer à leurs publicités.

Comment soutenir la revue ? Comment pouvons-nous contribuer à la faire connaître ?

Par plusieurs moyens :
– en proposant des articles, de votre cru ou de personnes que vous connaissez,
– en prenant un abonnement « de soutien » pour aider à financer sa diffusion en Afrique,
– en donnant un numéro à un(e) ami(e) en lui suggérant de s’abonner,
– en priant pour qu’elle soit utile à l’édification des lecteurs.

 Comment voyez-vous « Promesses » dans 5 ans ?

Nous souhaitons qu’elle continue à remplir son rôle d’édification du peuple de Dieu, en particulier évangélique, en offrant un point de vue non doctrinaire mais fermement ancré dans la Bible. Nous prions pour que l’équipe de rédaction puisse se renforcer, en particulier de plus jeunes. Et peut-être le mode de diffusion sera-t-il prioritairement par internet, comme vous le suggériez plus haut !

Le « mot de la fin » est pour vous !

Un grand merci pour l’intérêt que vous portez à cette revue !

 

[Tout le plaisir est pour moi ! Merci à vous ! Remarque : la question sur le site web était quelque peu provocatrice. Mais je constate qu’elle a été prise très au sérieux. En réalité, j’espère que l’équipe de « Promesses » maintiendra le format papier, vu que l’objet revue, que l’on peut feuilleter et se passer de main en main, est de nature à créer du lien !] 

 

 

Note : 

(1)Nous avons en déjà parlé sur notre blogue ici ou là : https://pepscafeleblogue.wordpress.com/2018/07/27/quelles-spiritualites-le-dossier-inspire-de-promesses/ , https://pepscafeleblogue.wordpress.com/2014/02/07/loccultisme-demasque-dans-promesses/ , https://pepscafeleblogue.wordpress.com/2013/08/29/levangelisation-personnelle-le-prochain-dossier-de-promesses/ , https://pepscafeleblogue.wordpress.com/2013/04/05/la-revue-promesses-edification-reflexion-et-application/